L'enseignement da...
Follow
Find tag "Tunisie"
19.0K views | +1 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis

Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Etudiants et salafistes s'affrontent au sujet de cette danse jugée indécente par les islamistes.

 

Echange d’invectives et de coups: étudiants et salafistes se sont affrontés mercredi à Tunis autour de la mise en scène du buzz planétaire «Harlem Shake», devenu en quelques jours un sujet de querelle en Tunisie entre tenants de la morale islamique et jeunes laïcs.

«Dégage, dégage !», scandent plus de 200 étudiants dans la cour de l’Institut des langues Bourguiba de la cité El Khadra à Tunis. Leur cible, une dizaine de salafistes venus les dissuader d’exécuter cette danse «haram», soit interdite par l’islam.

Cette mouvance radicale, dont la cité El Khadra est un bastion, a commencé à mobiliser dans la rue comme sur les réseaux sociaux, contre le «Harlem Shake» en raison de son caractère «indécent».

«Nos frères sont tués en Palestine par les Israéliens, et vous, vous dansez!», lance l’un d’entre eux, appuyé par d’autres, la mine menaçante, et vêtus de tuniques à la mode afghane.

«Mêle toi de tes affaires et garde tes leçons de morale pour d’autres! (...) ce n’est pas un mec comme toi qui va nous empêcher de faire quoi que ce soit», réplique un jeune portant le masque d’un visage déformé rendu célèbre par le film d’horreur américain «Scream».

Soudain un intrus, vêtu d’une tenue militaire et tenant à la main un cocktail Molotov est encerclé par des enseignants qui l’empêchent d’utiliser son arme incendiaire, mais autour la dispute dégénère et les deux camps s’affrontent à coups de poings.

 

Portant des grosses lunettes roses, Fidàa Jebali, étudiante en master et l’une des organisatrices du «Harlem Shake», s’emporte, montrant sur sa joue la marque d’un coup reçu. «Une fille voilée m’a traité d’apostat avant de me gifler, ce n’est pas normal de subir ça en 2013», déplore-t-elle.

Au final les islamistes se replient laissant le tournage avoir lieu sous les applaudissements de la foule ravie de remporter la manche...

more...
Philippe Trebaul's curator insight, February 27, 2013 4:33 PM
Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis...

Etudiants et salafistes s'affrontent au sujet de cette danse jugée indécente par les islamistes.

 

Echange d’invectives et de coups: étudiants et salafistes se sont affrontés mercredi à Tunis autour de la mise en scène du buzz planétaire «Harlem Shake», devenu en quelques jours un sujet de querelle en Tunisie entre tenants de la morale islamique et jeunes laïcs.

«Dégage, dégage !», scandent plus de 200 étudiants dans la cour de l’Institut des langues Bourguiba de la cité El Khadra à Tunis. Leur cible, une dizaine de salafistes venus les dissuader d’exécuter cette danse «haram», soit interdite par l’islam.

Cette mouvance radicale, dont la cité El Khadra est un bastion, a commencé à mobiliser dans la rue comme sur les réseaux sociaux, contre le «Harlem Shake» en raison de son caractère «indécent».

«Nos frères sont tués en Palestine par les Israéliens, et vous, vous dansez!», lance l’un d’entre eux, appuyé par d’autres, la mine menaçante, et vêtus de tuniques à la mode afghane.

«Mêle toi de tes affaires et garde tes leçons de morale pour d’autres! (...) ce n’est pas un mec comme toi qui va nous empêcher de faire quoi que ce soit», réplique un jeune portant le masque d’un visage déformé rendu célèbre par le film d’horreur américain «Scream».

Soudain un intrus, vêtu d’une tenue militaire et tenant à la main un cocktail Molotov est encerclé par des enseignants qui l’empêchent d’utiliser son arme incendiaire, mais autour la dispute dégénère et les deux camps s’affrontent à coups de poings.

 

Portant des grosses lunettes roses, Fidàa Jebali, étudiante en master et l’une des organisatrices du «Harlem Shake», s’emporte, montrant sur sa joue la marque d’un coup reçu. «Une fille voilée m’a traité d’apostat avant de me gifler, ce n’est pas normal de subir ça en 2013», déplore-t-elle.

Au final les islamistes se replient laissant le tournage avoir lieu sous les applaudissements de la foule ravie de remporter la manche"...


Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis via @justatrane http://sco.lt/...


Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie. La rentrée scolaire avec les enfants du Village SOS Gammarth

Tunisie. La rentrée scolaire avec les enfants du Village SOS Gammarth | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Après 3 mois de silence, la cloche de la rentrée scolaire a sonné et les 2 millions d’élèves ont repris dans la joie le chemin des écoles et des lycées. Kapitalis a rendu visite aux enfants du ‘‘Village SOS Gammarth’’. Par Zohra Abid

 

Mercredi dernier, 3e jour de la rentrée, les élèves ont acheté pratiquement toute leur fourniture scolaire. Les cours n’ont pas réellement commencé, mais tout comme. Les enseignants ont déjà fait subir quelques exercices d’évaluation à leurs élèves.

Ecole, couscous au poulet et pas de sieste

15 heures, le soleil automnal écrase la cour du village de 3 hectares, presque vide. Quelques petits chantiers de restauration ici et là. Sur une plaque vissée sur le mur, à l’entrée de l’une des 13 maisons que compte le village, nous lisons une plaque portant le nom Tunisie Telecom. Une jeune dame nous accueille avec le sourire. «C’est la stagiaire», nous dit le directeur Slim Ben Arab pour nous la présenter.

Mohamed, Tassim et Leïla sont les cadets de la maison. Ils s’accrochent aux jupons de la stagiaire, qui dégage une grande douceur, en la suivant comme son ombre. Au salon, deux autres garçons un peu plus âgés, absorbés par les dessins animés à la télévision. Notre présence ne les a pas fait bouger du tapis.

Nous apprenons que les trois autres membres de la famille «sont encore à l’école; ils rentreront vers 17h30. Leur maman, entre-temps, est en réunion avec les autres mamans du village. Je suis en train d’apprendre un métier formidable. Après mon stage, j’aime bien être du village», raconte la jeune femme qui bénéficie d’un stage rémunéré.

Certains enfants, n’ayant pas cours l’après-midi, sont déjà chez eux en compagnie de leur maman qui leur a préparé, selon l’un d’entre eux, «un bon plat de couscous au poulet. C’était succulent», en attendant le retour de leur frère et les deux autres sœurs pour prendre ensemble le goûter.

Ici, on ne badine pas avec l’horaire, c’est sacré. «Il fait chaud et je ne peux pas les laisser jouer dehors. Puis, ils s’occupent en faisant leurs devoirs ou en regardant la télé. Mais ils ne veulent pas fait la sieste. Ils sont très excités par la rentrée et les retrouvailles de leurs camardes»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie. La gauche bat les islamistes dans les élections estudiantines

Tunisie. La gauche bat les islamistes dans les élections estudiantines | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les élections des représentants des étudiants dans les conseils scientifiques des établissements universitaires, tenues jeudi, ont été sanctionnées par une défaite des étudiants proches d’Ennahdha.

 

Jusqu’à l’écriture de ces lignes, l’Union générale des étudiants tunisiens (Uget), syndicat historique à dominance de gauche, a gagné dans la plupart des facultés (Tunis 9 Avril, Manouba, Gabès…).Pour l’Union générale tunisienne des étudiants (Ugte), proche d’Ennahdha, le parti islamiste au pouvoir, la récolte est très maigre. La mouvance islamiste, qui a repris du service, après un quart de siècle d’absence forcée (fin du règne de Bourguiba et 23 ans de Ben Ali), s’est déployée à fond, ces derniers mois, y compris dans les établissements universitaires, en mettant de gros moyens (distribution de tee-shirts avec logo, bannières, affiches avec des slogans accusant leurs camarades de l’Uget d’être les ennemis des musulmans…). Les résultats, sortis des urnes, ont été à l’opposé de leurs ambitions...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L‘éducation attend son Printemps arabe

L‘éducation attend son Printemps arabe | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
learning world - Le vent de la révolte a balayé plusieurs pays du monde arabe.

En Tunisie, en Libye, en Egypte, ce qu’on a appelé le Printemps arabe a généré des bouleversements politiques que les populations espéraient depuis des décennies. Mais ont-ils aussi révolutionné l‘éducation ? Enquête en Libye et en Tunisie et éclairage d’expert.

 

Réformer l‘éducation n’est pas encore une priorité pour les nouveaux dirigeants de ces démocraties émergentes, selon Mohammed Faour, chercheur associé au Carnegie Middle East Center.

“Jusqu‘à présent, les nouveaux régimes n’ont démontré aucune volonté de faire des réformes éducatives leur priorité. Ces systèmes se préoccupent encore avant tout des changements politiques, légaux et économiques. Mais il est indispensable de changer le système éducatif pour créer une société stable et prospère,” estime-til.

“Nous avons besoin de jeunes citoyens qui puissent participer politiquement au système démocratique en pleine évolution. Nous avons besoin de citoyens responsables qui comprennent leurs droits et devoirs et comprennent comment défendre leurs droits et comment remplir leurs obligations...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'université de la Manouba, enjeu d'une lutte entre gauche et salafistes tunisiens - LeMonde.fr

L'université de la Manouba, enjeu d'une lutte entre gauche et salafistes tunisiens - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Près de 200 universitaires français dénoncent dans une pétition les pressions des fondamentalistes.

 

La police est intervenue, jeudi 5 janvier, pour déloger le groupe de salafistes qui occupait depuis des semaines la faculté des lettres de l'université de la Manouba, près de Tunis, l'une des plus importantes du pays. "Tout s'est bien passé, je demandais ça depuis le 6 décembre", soufflait dans la soirée, soulagé, le doyen de la faculté, Habib Kasdaghli. Au même moment, près de 200 universitaires français signataires d'un appel, se mobilisaient pour apporter leur soutien à leurs collègues tunisiens...

 

Parmi ces signataires figurent notamment le généticien spécialiste du clonage et des OGM, Axel Kahn, président de l'université Paris-Descartes ; le linguiste Claude Hagège, né en Tunisie ; les historiens Benjamin Stora et Gilbert Meynier ; l'économiste Dominique Plihon, président du conseil scientifique de l'association Attac ; ou bien encore le professeur de génétique, Marc Fellous, président de la Commission du génie biomoléculaire, coordonnateur du projet. D'Allemagne, du Maroc, ou d'Italie, quelques autres s'y sont associés...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie: L'enseignement dans la ligne de mire des salafistes

Tunisie: L'enseignement dans la ligne de mire des salafistes | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Depuis la révolution du 14 janvier, les salafistes ont redoublé de dynamisme en Tunisie. Gros plan sur ce phénomène nouveau qui suscite l’inquiétude de la société civile tunisienne, notamment dans le domaine de l'enseignement.

...

Le salafisme est généralement défini comme un courant islamiste qui prône un mode de vie semblable à celui du prophète Mahomet. Comme les autres courants islamistes soient-ils modérés ou extrêmes, le mouvement salafiste était pour le moins discret sous l’ère Ben Ali et précédemment sous le mandat de Bourguiba qui avait instauré un état laïque et moderniste contrant les mouvements islamistes.

Un mois environ après la fin du soulèvement qui a mené à la chute de Ben Ali, le mouvement salafiste s’est fait plus présent dans le pays. La victoire du parti islamiste Ennahda aux législatives en octobre dernier a également créé un contexte propice à sa visibilité. Les salafistes se montrent désormais au grand jour, n'hésitant à faire des démonstrations de force. Certains d'entre eux ont ainsi pris d’assaut une maison close de la capitaleTunis pour demander sa fermeture arguant qu’il s’agissait d’un lieu de perdition. De même sont-ils intervenus en septembre dernier dans une université de la ville de Sousse pour réclamer le droit de s’inscrire pour les étudiantes portant le niqab. Ce scénario s’est également répété en novembre dernier, quand a été séquestré des heures durant le doyen d’une faculté de Lettres pour obtenir de lui la séparation des étudiants des étudiantes, et la création d’une salle de prière dans l’enceinte de cette université.

Ces actions suscitent l’inquiétude d’un nombre grandissant de Tunisiens. Les salafistes de Tunisie n’ont d'ailleurs fait aucun effort pour rassurer la société civile, faisant usage de violences physique et morale...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Université est sacrée ! Halte à l’extrémisme | Ettakatol

L’Université est sacrée ! Halte à l’extrémisme | Ettakatol | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Ettakatol France condamne fermement les actes de violences, d'intimidation et l'atmosphère de terreur intellectuelle en cours actuellement dans certaines Universités tunisiennes.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les professeurs universitaires veulent sensibiliser les autorités sur la précarité de leur situation

Les professeurs universitaires veulent sensibiliser les autorités sur la précarité de leur situation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

« Grève de la dignité pour réhabiliter le professeur universitaire et rompre avec des décennies de marginalisation », tel est l’appel lancé, haut et fort, par l’Union des professeurs universitaires et chercheurs tunisiens, à une grève ouverte à compter du lundi 5 novembre 2012.Lors d’une conférence de presse, tenue le 29 octobre, le coordinateur général de l’union, Najemeddine Jouida, a qualifié la situation du professeur universitaire de « catastrophique », allant même jusqu’à accuser le ministère de tutelle d’indifférence vis-à-vis des revendications du corps enseignant.

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Tunisie et la tyrannie de l'élite inquisitoriale montante

La Tunisie et la tyrannie de l'élite inquisitoriale montante | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Par-delà l'incident du dégagement de Youssef Seddik, du reste très regrettable, ce qui est déplorable c'est que les Tunisiens font peu de cas de leurs intellectuels et ont peu d’égards pour les gens d’esprit.

Par Karim Ben Slimane

 

Etrange incident que celui qui s’est produit, jeudi 26 avril, à l’Université de la Zitouna. Le penseur Youssef Seddik a été empêché par un groupe d’étudiants d’assister à une conférence-débat animée par les cheikhs Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahdha, et Abdelfattah Mourou. C’est peut-être un arrière-goût de la révolution que ce temps étrange que nous vivons.

Une brigade inquisitoriale auto-proclamée

Jadis, Ben Ali et ses sbires bâillonnaient les plus téméraires, l’autocensure se chargeait du reste. Aujourd’hui c’est une brigade inquisitoriale auto-proclamée qui sévit dans le pays faisant taire par la force des bras et par les invectives toutes voix dissonantes à un ordre moral et religieux qu’ils ont réglé et normé à leur façon.

Loin du romantisme des observateurs étrangers, la révolution tunisienne a défendu la dignité et la liberté avant le pain. Etranges sont donc les temps où ce qui a été chassé par la fenêtre revient par la porte drapé de morale et de velléités d’excommunication.

Indépendamment de qu’on pense de Youssef Seddik ou de ses prétendues liaisons avec tel ou tel autre clan, l’homme mérite d’être respecté en tant qu’homme d’esprit et penseur....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie : l'affaire du niqab à l'Université de la Manouba dans l'impasse - Rue89

Tunisie : l'affaire du niqab à l'Université de la Manouba dans l'impasse - Rue89 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La tension s’est brusquement accrue, mercredi, à l’université de lettres et de sciences humaines de La Manouba, à proximité de Tunis, après une journée de confrontation et de violence entre partisans et adversaires de l’autorisation du port du niqab...

 

Cette question entrave le fonctionnement normal de l'Université depuis le début d'un sit-in, fin novembre, organisé par des militants salafistes, dont certains ne sont pas étudiants, pour exiger de la direction qu'elle lève son interdiction du voile intégral durant les cours et les examens.

L'Uget (l'Union générale des étudiants tunisiens) avait prévu d'organiser ce mercredi une mobilisation pour exiger du ministère de l'Enseignement supérieur qu'il mettre fin au conflit qui empoisonne l'atmosphère politique depuis plus de trois mois....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie : des salafistes évacués de l'université de la Manouba près de Tunis

Tunisie : des salafistes évacués de l'université de la Manouba près de Tunis | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La police a été contrainte d’intervenir pour mettre fin à l’occupation de la faculté des Lettres de la Manouba par des salafistes remettant en cause l’interdiction du port du voile islamique intégral à l’université.

 

Une quinzaine de partisans du port du voile islamique intégral qui occupaient le premier étage et le rez-de-chaussée de la faculté des Lettres de la Manouba près de Tunis et s'y étaient installés pour passer la nuit, « ont été évacués (mardi 24 janvier) par la police à 18H30 », a affirmé Habib Kazdaghli, doyen de l’établissement tunisien.

"Le calme est de retour"

C’est à sa « demande » que « le procureur de la République s'est déplacé constater la situation » et a ensuite ordonner l’évacuation des manifestants présents depuis près de deux mois dans l'enceinte, a précisé Habib Kazdaghli. « On a relevé, grâce à la fermeté des professeurs, le défi d'organiser les examens. La faculté est évacuée, le calme est de retour. Mais le problème ressurgira si ces manifestants ne sont pas poursuivis en justice », a-t-il mis en garde.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Tunisie : des salafistes évacués de l'université de la Manouba près de Tunis | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants de Tunis grossissent les rangs de la contestation | The Observers

Les étudiants de Tunis grossissent les rangs de la contestation | The Observers | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Ce matin, près de quatre semaines après le début du mouvement de protestation, les étudiants de la capitale ont pour la première fois battu le pavé. Témoignage de notre observateur, en plein cœur des manifestations.

Ce week-end, des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont fait 14 morts à Kasserine et Thala, deux villes du centre du pays, selon des sources officielles (20 morts selon l’opposition). Ces incidents, présentés par les autorités comme des actes de « légitime défense », n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu. Après les lycéens, qui sont descendus dans la rue la semaine dernière, c’est au tour des étudiants de se joindre au mouvement.

"Même les étudiants les moins politisés ont répondu à l’appel "...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie: des salafistes perturbent les cours à l'université de la Manouba

TUNIS - Un groupe de salafistes réclamant l'inscription d'étudiantes en niqab et la non-mixité dans les classes ont perturbé des cours et campaient lundi devant le bureau du doyen de la faculté de lettres de La Manouba, à 25 km à l'ouest de Tunis, a-t-on appris de source universitaire.

Un groupe de salafistes, vêtus comme des Afghans, campent depuis le début de l'après-midi devant mon bureau, a déclaré par téléphone à l'AFP Habib Kazdaghli, le doyen de la faculté.

Selon lui, les salafistes, qui se disent étudiants de la faculté, sont quelques dizaines, et ont déjà interrompu dans la matinée un cours dans le département d'anglais.

Ils réclament l'inscription des filles en niqab, une salle de prières dans l'enceinte du campus, la non-mixité des cours, l'interdiction pour des femmes d'enseigner à des étudiants hommes, et vice-versa, a-t-il indiqué.

C'est la première fois que ça prend une telle tournure, a-t-il dit, soulignant que les professeurs avaient tenu une réunion lundi matin pour définir une réponse face à de telles revendications.

M. Kazdaghli a indiqué être en contact avec les autorités éducatives et policières, tout en espérant que le problème se réglerait sans intervention extérieure...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie. «Atini kari» une initiative car-rément citoyenne !

Tunisie. «Atini kari» une initiative car-rément citoyenne ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La pauvreté dans les zones rurales et le manque d’infrastructure limite l’accès à l’école, «Atini Kari» est une initiative, mise en œuvre par L’épi d’Or et le ministère de l’Education nationale, afin de parer à cette situation…...

Par Samantha Ben-Rehouma

more...
No comment yet.