L'enseignement da...
Follow
Find tag "Suppression-Postes"
20.5K views | +4 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Maternelle dès deux ans : priorité aux zones défavorisées

Maternelle dès deux ans : priorité aux zones défavorisées | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministère de l'Education a publié ce matin une circulaire pour renforcer l'accueil des tout-petits à l'école et «favoriser la réussite scolaire».

 

Promesse de campagne numéro 37 du candidat François Hollande, la relance de la scolarisation des enfants de moins de trois ans est en marche. Le ministre de l’Education Vincent Peillon a publié ce mardi une circulaire sur le sujet (voir ci-dessous). Objectif : tripler le nombre de tout-petits dans les écoles maternelles des zones défavorisées d’ici à 2017. 3 000 postes seront créés à cet effet, afin de «favoriser la réussite» des enfants dont «la famille est éloignée de la culture scolaire».

Comment la situation a-t-elle évolué ces dernières années ?

«La circulaire Peillon représente un virage à 180 degrés», note Françoise Cartron, sénatrice PS de Gironde, auteure d’une proposition de loi pour sanctuariser l'école maternelle. Depuis plus d’une décennie, les chiffres de scolarisation des moins de 3 ans se sont effondrés. 34,5% des enfants des 2-3 ans allaient à l'école en 2000. En 2011, ils n'étaient plus que 13,6%. «L'école maternelle est devenue la variable d’ajustement des réductions d’effectifs», analyse Françoise Cartron. Entre 2007 et 2012, 80 000 postes ont été supprimés dans l’Education nationale, dont une bonne partie dans le primaire.

Au-delà de cette question de moyens, les professionnels du secteur déploraient le mépris du précédent gouvernement. En 2008, le ministre de l’Education Xavier Darcos s'était illustré par cette charge contre l'école maternelle : «Est-ce qu’il est vraiment logique (…) que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ? Je me pose la question.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«50 % des profs contractuels en lettres et histoire n'ont pas de poste»

A l'heure de la rentrée, les enseignants précaires sont encore nombreux à attendre leur affectation. «Libération» est allé à leur rencontre.

Ils sont près de 120 000 précaires à travailler pour l'Education nationale, en CDD ou en CDI, mais sans disposer du statut protecteur de fonctionnaire. Parmi eux, environ 23 000 enseignants et conseillers principaux d'éducation (CPE). A la veille de la rentrée des classes, ils sont encore nombreux à ne pas avoir signé de contrat.

«C'est l'héritage du précédent ministre de l'Education, Luc Chatel, note Matthieu Brabant, de la CGT Education. Avec les suppressions de postes [80 000 lors du dernier quinquennat, ndlr], la situation s'est encore tendue pour les contractuels.» Dans son académie de Créteil, Matthieu Brabant estime que près de 500 professeurs supplémentaires par rapport à 2011 n'ont pas signé de contrat au 1er septembre. Pour eux, c'est donc l'incertitude, jusqu'à un éventuel coup de fil, pour une mission de quelques semaines ou quelques mois....

 

Reportage vidéo de 5'55''.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : ce qui va changer (ou pas) à la rentrée

Education : ce qui va changer (ou pas) à la rentrée | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'Education Vincent Peillon a dû composer avec une rentrée 2012 encore fortement marquée par les décisions du précédent gouvernement.

A quelques jours de la reprise des cours, le ministre de l’Education Vincent Peillon s’est livré mercredi à sa première conférence de presse pré-rentrée scolaire. Contraint de jongler avec l’héritage de son prédécesseur Luc Chatel, qui avait prévu la suppression de 14 000 postes cette année, et l’ambition de François Hollande, qui a fait de l’Education nationale un des secteurs prioritaires de son mandat. Du coup, la rentrée 2012 s’annonce ambivalente : quelques mesures d’urgence ont été annoncées, mais l’héritage du quinquennat passé reste très présent.

 

Ce qui change

*Une formation pour les profs «sacrifiés».....

*Les emplois d’avenir: Entre 2013 et 2015, 6 000 emplois d’avenir «professeurs» seront attribués chaque année à des étudiants boursiers en deuxième année de licence, qui se destinent à l’enseignement...

*Des profs expérimentés au CP...

*Un nouveau métier, les APS...

*Des recrutements dans les personnels scolaires...

*Suppression du décret sur l'évaluation des enseignants....

*L’ARS en hausse...

*Un nouveau calendrier scolaire....

*Un brevet des collèges revu...

*La réforme du lycée arrive en terminale...

 

Ce qui n’a pas encore changé

*Les suppressions de postes. Pour la sixième année de suite, la rentrée est marquée par une baisse des personnels, conséquence logique du non-remplacement d’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, pierre angulaire des années Sarkozy.

*Les rythmes scolaires....

*L’accès à la maternelle. C'était une des autres priorités du candidat socialiste : faciliter l’accès à l'école maternelle pour les enfants de moins de 3 ans...

 

Ce qui va être évalué

C’est le leitmotiv de Vincent Peillon : la con-cer-ta-tion. Le ministre souhaite évaluer plusieurs dispositifs mis en place par ses prédécesseurs. Notamment les internats d’excellence, l’aide personnalisée, le dispositif Eclair, qui permet aux directeurs de recruter leurs professeurs, et l’assouplissement de la carte scolaire.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Swaziland licencie des enseignants grévistes, ils contre-attaquent en justice

Les enseignants swazis licenciés par le gouvernement pour avoir ignoré une décision de justice leur ordonnant de mettre fin à cinq semaines de grève ont contre-attaqué en justice, a indiqué leur syndicat jeudi."Nous sommes allés devant les tribunaux pour contester ces licenciements. mais l'affaire a été reportée" à vendredi, a indiqué Muzi Mhlanga, secrétaire général du syndicat des enseignants Snat, qui estime que la grève est légale.

Le ministre de l'Education Wilson Ntshangase avait annoncé dans la presse locale que 110 enseignants grévistes avaient été "licenciés avec effet immédiat".

Les fonctionnaires n'ont pas été augmentés depuis 2010, alors que le gouvernement du roi Mswati III se débat dans une grave crise budgétaire.

Les 14.000 enseignants demandent une augmentation de 4,5%. Ils ont un temps été rejoints par d'autres fonctionnaires, et notamment les infirmières, mais sont finalement restés seuls à poursuivre le mouvement.

Le ministre de l'Education a précisé au journal que les chefs traditionnels avaient été dépêchés dans des écoles pour recenser les grévistes.

"Les chefs nous donnent désormais les noms des enseignants qui ne font pas classe. Mon conseil aux enseignants est qu'ils retournent en classe", a-t-il déclaré....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vincent Peillon publie 17 études passées sous silence par son prédécesseur

Vincent Peillon publie 17 études passées sous silence par son prédécesseur | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'un de ces rapports dresse un bilan mitigé de la mise en œuvre du programme Clair d'éducation prioritaire.

 

Vincent Peillon l'a promis. Vendredi 25 mai, le ministre de l'éducation nationale devait publier des rapports dits "cachés" sous l'ère Chatel. Au total, ce seront "une petite dizaine" d'études qui pourraient être rendues publiques dans les prochains jours, avait-il précisé le 21 mai sur La Chaîne parlementaire. Au nom d'une "République exemplaire" et "transparente", il s'est engagé à ce que "tous les citoyens [aient accès] à la connaissance collective" des statistiques concernant le système éducatif.

Les sujets évalués sont variés : école maternelle, carte scolaire, internats d'excellence, remplacement des enseignants... Celui que nous nous sommes procuré concerne "la mise en œuvre du programme Clair" (Collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite) (ici en PDF), un dispositif emblématique - et polémique - du précédent locataire de la Rue de Grenelle, fondé sur l'idée d'autonomie: liberté d'innover pour les enseignants, liberté de choisir ses équipes pour le chef d'établissement....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Sarkozy et Hollande défendent deux visions opposées de l'éducation

Sarkozy et Hollande défendent deux visions opposées de l'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L'un veut moins d'enseignants, l'autre plus: deux visions de l'école opposent nettement Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui s'affrontent aussi sur la formation des maîtres, la maternelle et les moyens de lutter contre l'échec scolaire.

 

C'est sur les moyens de l'éducation que les clivages sont les plus nets: le candidat PS promet de créer 60.000 postes sur le quinquennat, le président sortant veut poursuivre sa politique de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, à l'exception toutefois du primaire à partir de la rentrée 2013.

Au total, entre 2007 et 2012, 80.000 postes ont été supprimés, avec en première ligne les postes d'enseignants "Rased" spécialisés dans la lutte contre l'échec scolaire ou encore l'accueil des tout-petits.

"Qui peut penser que dans l'état où se trouvent nos finances publiques, il est possible de créer 60.000 postes de fonctionnaires et en même temps de revaloriser la carrière des enseignants? Qui peut croire à cette fable?", a ironisé M. Sarkozy à Montpellier.

Les 60.000 postes "représentent sur cinq ans 2,5 milliards d'euros à la fin du quinquennat: c'est exactement ce qu'a représenté la perte de recettes du bouclier fiscal pour protéger les plus grandes fortunes et les plus hauts revenus", a répliqué M. Hollande sur TF1....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

" On nous a demandé de démolir les Rased "

" On nous a demandé de démolir les Rased " | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Hier matin, des enseignants ont mimé devant l’inspection d’académie “ l’entreprise de démolition ” qu’est devenue selon eux l’Éducation nationale.

 

On est des pros, on a plusieurs outils. D'abord on dit que les enseignants dans les classes pourront faire le même travail que les Rased avec l'aide personnalisée. Ensuite, on arrête la formation des personnels spécialisés. Bien sûr, on ferme des postes. Après, on leur rend la vie impossible, comme ça, y en a qui partent d'eux-mêmes ! Pelles, pioches, casques de chantier et gilets jaunes, rien ne manquait hier matin à la trentaine d'enseignants des réseaux d'aide mobilisés devant l'inspection d'académie à Blois. Objectif, jouer symboliquement le sketch « Éducation nationale, entreprise de démolition depuis 2008 ». Un sketch qui vise à dénoncer la suppression de 15 postes à la rentrée dans ces réseaux. Et à démontrer que les enseignants ne sont pas résignés à l'accepter....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Faut-il augmenter le nombre d’enseignants ? | La-Croix.com

Faut-il augmenter le nombre d’enseignants ? | La-Croix.com | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

  La Croix
 analyse, à partir d’aujourd’hui et chaque semaine, huit questions sur lesquelles les principaux candidats s’opposent.

En premier, l’éducation, dont tous ont fait un cheval de bataille, alors que l’école française reste à la traîne dans les classements internationaux.

 

Depuis des années, et singulièrement depuis 2007, la question des effectifs se trouve au cœur des revendications et des débats éducatifs, les uns fustigeant une « approche comptable » de l’enseignement, les autres se targuant de donner davantage d’efficacité au système.

L’actuelle majorité a ainsi érigé en principe le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Ce qui s’est traduit, en cinq ans, par près de 80 000 suppressions de postes. Alors que 16 000 emplois ont été retranchés en septembre dernier, 14 000 autres devraient l’être à la rentrée prochaine...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'aide spécialisée aux élèves menacée de disparition - LeMonde.fr

L'aide spécialisée aux élèves menacée de disparition - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Les Rased – réseaux d'aides spécialisées aux élèves en diffculté – sont les premières victimes des suppressions de postes dans l'éducation nationale. Ils remplissent pourtant une fonction essentielle dans l'école.

 

Elodie Launay est une spécialiste de la difficulté scolaire. Elle se déplace d'école en école dans le département des Hauts-de-Seine, aux côtés de rééducateurs et de psychologues scolaires, dans le cadre d'un des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté, les Rased. Leur mission : mettre sur les rails des enfants pour qui l'école ne va pas de soi. Des enfants qui, s'ils ne règlent pas leurs difficultés maintenant, risquent de les traîner toute leur scolarité durant.

Dans sa salle, à l'école primaire Elsa-Triolet de Nanterre, pas de pupitre ni de tableau noir, mais une petite table ronde. Aujourd'hui, Elodie Launay accueille Medhi, Myriam et Elliott. Trois élèves de CE2 qui "ne sont pas encore totalement rentrés dans les apprentissages", explique-t-elle. C'est par le jeu qu'elle va tenter de leur faire dépasser leurs difficultés à "se représenter et anticiper les choses". A raisonner, en somme.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La France des villes et des champs contre les baisses de moyens d'éducation

La France des villes et des champs contre les baisses de moyens d'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Des communes rurales aux grandes villes, la France est actuellement le théâtre de très nombreuses mobilisations locales contre les 14.000 suppressions de postes prévues en 2012 dans l'Education nationale, à l'heure où tombe leur répartition pour chaque établissement.De Hellemmes (Nord) à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques) et de Jaulgonne (Aisne) à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), en passant par Arras, Evry, Limoges, Nice ou Strasbourg, ces protestations, dont la presse quotidienne régionale tient la chronique régulière, prennent des formes variées.

Ecoles bloquées, lycées occupés par des parents, grèves d'enseignants, pétitions sur les réseaux sociaux, commerçants qui baissent leurs rideaux, boycotts des conseils départementaux de l'Education nationale (CDEN) où se discutent les suppressions de postes en primaire...

Le 2 février, par une température ressentie de -15 degrés, une cinquantaine de parents de l'école de Saône (Doubs) ont déménagé une classe dans la rue et joué le rôle de leurs enfants, en répondant à des problèmes....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grève dans l'éducation : les syndicats satisfaits de la mobilisation

Grève dans l'éducation : les syndicats satisfaits de la mobilisation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les enseignants protestaient contre les suppressions de postes et la réforme de l'évaluation. ...

 

Le ministère annonce un taux de grévistes de 15,55% dans le primaire et de 12,41% dans les collèges et lycées.

Selon le SNUipp-FSU (principal syndicat du premier degré), l'appel était suivi dans 52 départements, avec un taux moyen global de grévistes de 40%. Selon le Snes-FSU (principal syndicat du secondaire), la grève était suivie par 42% des enseignants.

La journée nationale d'action est appelée par le Snes-FSU, FO, le Snalc et le SNUipp-FSU, mais pas par le Sgen-CFDT ni le SE-Unsa....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vingt milliards de plus pour l'éducation?

Vingt milliards de plus pour l'éducation? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

C’est ce que propose le bureau politique de l’UMP qui s’est réuni mercredi dernier sous la houlette de Jean- François Copé.Or le même Jean-François Copé s’était pourtant tout particulièrement distingué ces derniers mois par ses mises en cause de la création de 12000 postes par an proposée par François Hollande en prétendant que le coût de cette seule mesure mettrait à mal l’équilibre budgétaire de la France (estimé selon lui – hypothèse particulièrement haute - à 7 milliards 500 ‘’cumulés’’ pour l’ensemble de la législature )…On se frotte les yeux, et la tête nous tourne....

 

On peut se perdre en conjectures à propos de cette proposition de l’UMP qui ‘’décoiffe’’ et ne ‘’manque pas d’air’’ dans le contexte ( son contexte ). Est-ce un écho au fait que le thème l’éducation apparaît en première ligne désormais dans les préoccupations des Français ( comme l’a confirmé encore un sondage BVA diffusé mercredi dernier, justement, par les Echos et RTL ) ? Sans doute.
Mais ne ‘’rêvons’’ pas trop : Jean-François Copé, lors de la conférence de presse de mercredi dernier a précisé lui-même que ce projet de l’UPM n’engagera pas le président-candidat, même si Nicolas Sarkozy pourra cependant y puiser des éléments pour son propre programme. : « c’est une boîte à outils dans lequel le candidat piochera ce qu’il souhaite ». Est-ce que ce sera 20 milliards, 10 milliards, ou rien ? Mystère… Décidément, on ne saurait mieux se moquer du monde !....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le ministère accélère l'annonce des suppressions de postes d'enseignants - LeMonde.fr

Le ministère accélère l'annonce des suppressions de postes d'enseignants - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - "Le Monde" publie la répartition par académie des suppressions de poste. Lille et Nancy-Metz sont les plus touchées. Au total, 14 000 emplois disparaîtront en 2012.

 

D'ordinaire, cette annonce intervient fin décembre, début janvier. Mais l'élection présidentielle approche. "Il faut dégager le terrain pour la campagne", soutient Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat SE-UNSA. Un terrain miné par la suppression de 14 000 postes en 2012 - dont 5 700 dans le premier degré et 6 550 dans le secondaire -, qui viennent s'ajouter aux 66 000 suppressions intervenues depuis 2007.

La répartition des suppressions de postes par académie est un sujet sensible dans l'éducation nationale. Sur le terrain, il se traduit souvent par des fermetures de classes dans les écoles.

En janvier, l'annonce de la répartition des emplois supprimés sur le territoire avait déclenché, tout au long du premier semestre, une vague de protestations de la part des élus locaux, des parents d'élèves, des enseignants. La communauté éducative disait alors que le "mammouth" était "à l'os", qu'il ne pourrait pas supporter une nouvelle "cure d'amaigrissement"...

 

Les critères de répartition de ces suppressions de postes sont peu détaillés dans le document que Le Monde s'est procuré. Le ministère évoque le "rattachement territorial" (académies à dominante rurale, urbaine ou d'outre-mer), les "difficultés sociales" et les "variations démographiques". Il ne précise pas que ses prévisions d'effectifs montrent une hausse significative du nombre d'élèves à la rentrée 2012, effet du "boom" démographique du début des années 2000 : 6 000 élèves de plus sont attendus dans les écoles primaires à la prochaine rentrée, 21 200 dans les collèges, 6 600 dans les lycées généraux et technologiques, selon les documents budgétaires débattus par les parlementaires...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le budget de l’éducation nationale pour les nuls

Le budget de l’éducation nationale pour les nuls...

 

Mais comment fait-on, au ministère de l'éducation nationale, pour annoncer 43 500 recrutements d'enseignants quand Bercy ne budgète "que" 8 281 postes ? Magie, magie...

L'affaire est pourtant simple et il n'y a pas d'entourloupe dans le passage de l'un à l'autre. Juste à comprendre qu'on ne demandera pas aux nouveaux venus de faire un service complet d'enseignement.

Comme Le Monde l'a déjà expliqué le 22 septembre, l'année 2013 va se singulariser dans l'histoire de l'éducation par l'organisation de deux concours enseignants. Un concours pour remplacer les départs en retraite. Un autre pour recruter de nouveaux profs.

Comme le premier concours vise à recruter 22 100 enseignants sur des postes qui existent déjà au budget, ça ne coûte rien.

En revanche, les 21 350 enseignants recrutés par le deuxième concours ont un coût qui doit être pris en compte dans le budget 2013. S'ils étaient affectés directement sur le terrain, à plein temps, ils coûteraient 21 350 postes au budget. Or, ce ne sera pas le cas. Puisque le gouvernement s'est engagé à reconstituer une formation initiale, ces néo-profs iront tout droit dans les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE). Là, ils apprendront leur métier et auront un service devant élèves de six heures hebdomadaires. Un tiers temps de service enseignant payé un demi salaire. Il faudra donc 11 476 postes pour financer ces nouvelles recrues. (Ce qui ne fait pas la moitié, mais... presque)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le budget de l'Education nationale reste le premier budget de l'Etat avec 63 milliards d'euros. Contrairement à une idée reçue, la France est au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE pour les dépenses d'éducation avec 6% de son PIB. 

 

L'Education nationale est l'une des trois priorités budgétaires du gouvernement avec la Sécurité et la Justice.

En cette rentrée scolaire, Vincent Peillon, le ministre de l'Education, est donc l'un des rares membres du gouvernement à voir ses moyens augmenter. Un millier de postes de professeurs des écoles et 280 dans le secondaire ont ainsi été créés en urgence pour septembre. Près de 11 000 autres postes devraient voir le jour en 2013, sans compter les 6000 emplois d'avenir destinés à venir épauler les enseignants l'an prochain.

A la différence des autres ministères non prioritaires, le budget de l'Education nationale ne devrait pas subir le rabotage de 7% imposé par Matignon.

Avec 62,3 milliards d'euros, ce budget reste de loin le premier de l'Etat devant la charge de la dette (46,8 milliards). Sur ce montant, 58 milliards (soit 93%) est consacré à la rémunération des 849 700 enseignants.

La dépense moyenne par élève représente 5730 euros dans le primaire et 9670 euros dans le secondaire. Ces montants ont augmenté respectivement de 76,3% et de 68,2% en trente ans, essentiellement sous l'effet de la hausse des rémunérations des enseignants.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le blues des jeunes enseignants américains

Le blues des jeunes enseignants américains | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Alors que les Etats continuent de couper dans leurs budgets pour l'éducation, l'évaluation des professeurs se fait de plus en plus dure.

 

Les temps sont durs pour les jeunes professeurs américains. A New York, cette année, près de la moitié des professeurs du primaire au lycée ayant enseigné au moins trois ans et demandé, grâce à cette ancienneté, l'équivalent d'un contrat à durée indéterminée ont été recalés, selon les chiffres publiés vendredi 17 août par le département de l'éducation de la ville. Ces quelque 2 000 jeunes enseignants du public devront être réévalués par leur proviseur l'an prochain. Quelques-uns ont été renvoyés (3 % des demandeurs) et ils sont de plus en plus nombreux à renoncer (16 %).

Les professeurs de New York ne sont pas les seuls dans ce cas. En 2011, pas moins de 18 Etats à travers le pays ont légiféré sur les "tenures", ces postes d'enseignant que certains critiquent comme des emplois à vie. Bien qu'ils n'en soient pas, ils offrent une sécurité rare dans le secteur public américain, inconnue dans le privé. Les professeurs et leurs syndicats les considèrent comme des défenses contre les éventuels abus de pouvoir, discriminations et choix politiques de proviseurs investis d'une forte autorité...

 

Les syndicats, eux, se gardent d'attaquer frontalement cette incitation à la performance : Michael Mulgrew, le président du syndicat professoral de la ville (UFT), affirme avoir toujours défendu une procédure d'attribution "rigoureuse mais juste". Il s'alarme pourtant en constatant que de nombreux jeunes abandonnent la profession après quelques années d'exercice, faute de perspectives. Selon son syndicat, parmi 5 200 professeurs embauchés en 2008, 30 % avaient jeté l'éponge après trois ans.

Ce débat s'inscrit dans un contexte d'inquiétude sur les performances du système scolaire américain et de sévères coupes budgétaires. Depuis 2009, selon un rapport de la Maison Blanche, le système éducatif américain a perdu plus de 300 000 emplois (tous postes confondus), principalement en raison de ces coupes. Samedi, M. Obama demandait aux législateurs locaux et fédéraux de cesser de se servir des licenciements d'enseignants pour équilibrer leurs budgets....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En 2011, Chatel a supprimé plus de postes que prévu dans l'éducation

En 2011, Chatel a supprimé plus de postes que prévu dans l'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Selon un rapport de la Cour des comptes, 16 811 postes ont été supprimés, au lieu des 16 000 prévus.

Le nombre de suppressions de postes en 2011 dans l’Education nationale a été de 16 811, soit davantage que les 16 000 prévus initialement, selon un récent rapport de la Cour des comptes sur l’exécution du budget 2011 de la mission «Enseignement scolaire».

La différence s’explique par un plus grand nombre de suppressions dans les collèges et lycées publics (6 296 au lieu des 5 000 prévus), alors que l’enseignement privé a perdu 217 postes de moins (1.416 contre 1 633) et que le primaire public en a perdu moins également (8 635 au lieu de 8 967).

Ce rapport riche d’informations révèle aussi que, pour les écoles primaires, ce qui était le principe de non remplacement d’un départ sur deux à la retraite (soit 50%) a été largement dépassé : avec 8 635 suppressions de postes pour 10 334 départs, le taux a été en fait de 84%.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quand les IUFM se rappellent au bon souvenir du président

Quand les IUFM se rappellent au bon souvenir du président | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

En regardant le débat télévisé, mercredi soir Patrick Demougin a failli s’étrangler. Voilà qu’il entendait le chef de l’Etat se féliciter d’avoir supprimé l’établissement dans lequel il travaillait. Une institution qui compte 3 000 salariés et où 30 000 étudiants préparent les concours d’enseignant.Patrick Demougin est président de la Conférence des IUFM, ces 32 Instituts universitaires de formation des maîtres que Nicolas Sarkozy s’est réjoui lors du débat avec François Hollande d’avoir « supprimés »… « parce que c’était une catastrophe »…

Dans plusieurs IUFM, le téléphone n’a pas arrêté de sonner ce jeudi. Des parents suspicieux se demandaient si les études de leur enfant n’étaient pas une couverture… des épouses voulaient vérifier que leur mari n’avait pas un travail fictif…

Prenant l’affaire très au sérieux, la CDIUFM a décidé de rappeler dans un communiqué qu’ « il y a toujours trente-deux IUFM qui sont dirigés par trente-deux directeurs nommés par le Ministre de l’Enseignement Supérieur." Quelques directeurs plus offensifs ont pris la plume de leur côté. Les patrons des établissements de Lyon, Poitiers, Marseille et Bordeaux ont profité d'un courrier conjoint pour rappeler que " ces IUFM sont en charge de plus de 550 masters qui préparent aux métiers de l’enseignement» et pour revenir sur quelques épisiodes douloureux. "Certainement le candidat Nicolas sarkozy pense qu'il n'est pas nécessaire de former les enseignants et c'est pour cela qu'il rêve que le président Nicolas Sarkozy a supprimé les IUFM"

Ce n'est pas tous les jours qu'ils s'énervent les patrons d'IUFM. Mais cette fois c'était la goutte de trop. La petite phrase présidentielle leur a donné des aigreurs à eux qui depuis 2007 en ont vu et entendu!...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education: les actions se multiplient contre les suppressions de postes

Education: les actions se multiplient contre les suppressions de postes | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Ecoles occupées, lycées bloqués, grèves: les actions locales se multiplient en Ile-de-France et les enseignants de l'académie de Créteil devaient manifester jeudi devant le rectorat contre des suppressions de postes qui, selon eux, touchent surtout les plus défavorisés.Les syndicats FSU, Fnec-FP-FO, SE-Unsa, SUD Education, Sgen-CFDT appellent à un rassemblement à 15H00, après s'être opposés unanimement le 26 mars aux réductions d'effectifs.
Enseignants, conseillers principaux d'éducation, conseillers d'orientation psychologues, administratifs, infirmiers, assistants sociaux: ce sont 460 postes qui doivent être coupés sur l'académie, qui regroupe la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne, malgré un nombre d'élèves stable....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education/suppressions de postes: un « danger » pour les territoires ruraux - VousNousIls

Education/suppressions de postes: un « danger » pour les territoires ruraux - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La région Limousin et la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, ont dénoncé mercredi les suppressions de postes massives dans l'éducation, qui mettent en "dan­ger" les ter­ri­toires ruraux de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, lors d'une confé­rence de presse.Avec 278 sup­pres­sions de postes pré­vues à la ren­trée 2012, "l'académie de Limoges est la plus tou­chée pro­por­tion­nel­le­ment par l'hémorragie d'enseignants" puisque ce sont 4% des emplois qui devront dis­pa­raître d'un coup, a déploré à Paris le pré­sident PS de la région Limousin, Jean-Paul Denanot.

"C'est deux fois plus que la moyenne natio­nale", a-t-il protesté.

Depuis 2007, ce sont plus de 1.000 postes qui ont déjà été sup­pri­més dans la région, dont plus de 200 postes d'enseignants dans les lycées pro­fes­sion­nels, a rap­pelé M. Denanot.

Le Limousin "a déjà été tou­ché par beau­coup de réduc­tions de ser­vices publics mais c'est la pre­mière fois que l'on s'attaque avec autant de déter­mi­na­tion à l'école rurale", a dit le pré­sident de région.

Il a repro­ché au rec­teur de l'académie de Limoges, Jean Bertsch, de n'avoir "fait aucun effort pour défendre la spé­ci­fi­cité rurale" mais "sur­tout de s'être atta­qué aux publics les plus fra­giles en sup­pri­mant les +Rased+" spé­cia­li­sés contre l'échec scolaire....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pourquoi veulent-ils casser l’école ?, par Christian Laval (Le Monde diplomatique)

Pourquoi veulent-ils casser l’école ?, par Christian Laval (Le Monde diplomatique) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Quatre-vingt mille postes ont été supprimés en cinq ans dans l'enseignement primaire et secondaire : une véritable saignée qui suscite colère et inquiétude chez les enseignants, mais aussi chez les parents d'élèves et, désormais, chez les maires.

 

En septembre 2007, à peine élu président de la République, M. Nicolas Sarkozy avait exprimé dans une « Lettre aux éducateurs » son souhait d’une école avec « moins de professeurs ». Et, pour une fois, la promesse a été tenue, avec la suppression de seize mille postes d’enseignant en 2011 et 2012, ce qui devrait conduire à la destruction de quatre-vingt mille postes en cinq ans dans l’enseignement primaire et secondaire. Cette véritable saignée suscite colère et inquiétude chez les enseignants, mais aussi chez les parents d’élèves et, désormais, chez les maires, y compris ceux de l’Union pour un mouvement populaire (UMP). L’annonce de la fermeture de mille cinq cents classes du primaire à la rentrée 2011 a soulevé l’indignation : « Trop c’est trop, on ne peut plus continuer à supprimer des postes dans l’enseignement (1) ! », s’est ainsi exclamé M. Jean-Pierre Masclet, le président UMP de l’Association des maires du Nord.

Même l’enseignement privé, pourtant moins touché en proportion par ces coupes dans les effectifs, se met à donner de la voix.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ma journée à soutenir des élèves en grande difficulté - Rue89

Ma journée à soutenir des élèves en grande difficulté - Rue89 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Sophie V. est maître au sein d'un réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased), menacé par les suppressions de postes. Elle raconte son quotidien.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vidéo: "Dans 20 ans, on regrettera ce qui a été fait dans l'Education ces 5 dernières années" | Humanite

Ils s'appellent Jean-Paul, Claire, Laurence, Arnaud, Thibaud ou Georges. Ils sont profs des écoles, de collège ou de lycée général et technique, en formation ou remplaçant. Ce mardi, ils manifestaient contre les suppressions de postes dans l'Education nationale. Voici pourquoi.

reportage vidéo de 4'43''.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecole primaire: mobilisation contre les 7500 suppressions de postes en 2012 | Humanite

101 grèves et manifestations durant le premier trimestre, grève nationale le 31 janvier. La riposte contre les 7500 suppressions de postes dans les écoles primaires monte en puissance avec les annonces concomitantes des mobilisations des syndicats, ce jeudi.

La nouvelle saignée imposée par le gouvernement est de taille alors que le ministère de l'Education nationale prévoit dans le même temps 2.490 élèves de plus qu'à la rentrée 2011 (+0,04%): - 9.587 élèves dans les écoles maternelles (trois à six ans) mais + 12.077 dans les écoles élémentaires (du CP au CM2).

"Ces nouvelles coupes claires sont inacceptables (...) La lutte contre l'échec scolaire sera de plus en plus difficile à mener", estime le SNUipp-FSU dans un communiqué....

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Contre l'Éducation. Tout contre.
Scoop.it!

Le Nord et l'Est, premiers touchés par les suppressions de postes d'enseignant

Le Nord et l'Est, premiers touchés par les suppressions de postes d'enseignant | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un comité technique ministériel s'est réuni vendredi matin pour examiner les suppressions de postes d'enseignant par...

Via Arrête ton char !, Mila Saint Anne
more...
No comment yet.