L'enseignement da...
Follow
Find tag "Sénégal"
20.6K views | +1 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : Seul 1 Sénégalais sur 2 sait lire et écrire

Education : Seul 1 Sénégalais sur 2 sait lire et écrire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Selon l’enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal réalisée en 2011 par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, le taux d’alphabétisation des adultes de 15 ans et plus est estimé à 52,1 %. S’agissant de la scolarisation au primaire, les taux net et brut atteignent respectivement 59,6 % et 79,8 %. Cependant, seul un Sénégalais sur deux sait lire et écrire dans une langue quelconque. Cette enquête note que seul un Sénégalais sur deux (52,1 % de la population) déclare savoir lire et écrire dans une langue quelconque. Pourtant, l’alphabétisation bénéficie, depuis longtemps, de programmes spéciaux et son taux a nettement évolué au Sénégal en 10 ans. En effet, à l’échelle nationale, l’enquête de l’Ansd relève que le taux s’établissait à 37,8 % en 2001-2002 et à 52,1 % en 2011. Cette tendance haussière se confirme en milieu urbain et rural où l’on remarque une nette amélioration. A Dakar urbain, le taux d’alphabétisation est passé de 58,3 % en 2001- 2002 à 68,8 % en 2011. Dans les autres villes, il est passé de 51,9 % à 61,8 % entre 2001 à 2011. En milieu rural où il était à 23,3 % en 2001-2002, il a atteint 38,9 % en 2011. Une analyse régionale permet de constater que les populations de Dakar (68,6 %), de Ziguinchor (65 %), de Thiès (53,8 %) et Saint-Louis (53,2 %) sont les plus alphabétisées. En revanche, les régions de Matam (28,4 %), Diourbel (35,1 %), Kédougou (35,0 %) et Tambacounda (35,0 %) se signalent avec les taux les plus bas....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Sénégal: journée de la scolarisation des filles : Le maintien, principale préoccupation des acteurs

Sénégal: journée de la scolarisation des filles : Le maintien, principale préoccupation des acteurs | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

"Le Soleil", le quotidien de référence, le journal des décideurs !

 

Le théâtre Daniel Sorano a affiché, hier, le plein lors de la célébration de la 7ème édition de la Journée nationale de l’éducation des filles. Leur maintien dans le moyen et le secondaire reste une préoccupation des acteurs.
Présidée par le directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale, Jean Pierre Ndiaye, la Journée nationale de l’éducation des filles a tenu toutes ses promesses, du point de vue de la mobilisation des acteurs de l’école. « Beaucoup a été fait, mais il reste beaucoup à faire ». Ces propos de M. Ndiaye témoignent le chemin qui reste à faire dans le combat pour l’éducation des filles, par ricochet la lutte contre les violences faites à ces dernières. La Coopération italienne, l’Unicef et de nombreux partenaires ont reçu les remerciements de tous les orateurs qui se sont succédé au micro. La représentante de l’ambassadeur de l’Italie au Sénégal, Mme Marie Rosa Stevan, a souligné la volonté de son pays de réunir tous ses efforts pour faire du Sénégal un pays phare dans le domaine de l’éducation. L’Italie a décidé d’accompagner l’Etat du Sénégal pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement.
La même préoccupation a été relayée par le représentant de l’ambassadeur du Canada au Sénégal, qui a réaffirmé les deux engagements de son pays, à savoir la promotion de la scolarité des filles et celle de l’égalité entre les filles et les garçons. Au-delà des préoccupations notées, Mme Giovanna Barberis, représentante-résidente de l’Unicef au Sénégal, a salué le taux d’achèvement, qui est de 66.5 %, malgré des taux d’abandon toujours très élevés. Elle a noté la situation très préoccupante dans le secondaire, notamment les violences sexuelles de plus en plus nombreuses et qui sont facteurs de déperdition scolaire. C’est pourquoi elle a lancé un appel au renforcement des actions déjà prises, au renforcement des capacités de prise en charge du protocole socio-sanitaire, pour que cette édition puisse marquer une nouvelle étape où toutes les filles obtiendront une éducation de qualité et que l’égalité des sexes soit une réalité....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ramadan à l’universite cheikh anta diop : Le calvaire des étudiants pour rompre le jeûne

Ramadan à l’universite cheikh anta diop : Le calvaire des étudiants pour rompre le jeûne | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Joomla!- le portail dynamique et système de gestion de contenu...

 

La rupture du jeûne au campus universitaire de l’Ucad constitue un véritable parcours du combattant pour les étudiants. Obligés de passer de longues minutes dans les files pour récupérer un bout de pain, quelques morceaux de sucre, une tranche de beurre ou de fromage, un sachet de café et de lait, ils reprennent le même circuit harassant, quelques minutes plus tard, pour le dîner.19 heures 35 mn, l’appel du muezzin annonce l’heure de la rupture. Cela commençait à faire long pour Thierno Assane Niane. Ce 6ème jour du Ramadan, marquée par une forte canicule, l’a particulièrement flapi, en plus de la file qu’il a affrontée avant d’accéder au restaurant pour récupérer son menu de rupture du jeûne. Pourtant, à peine a-t-il fini d’engloutir son pain tartiné au beurre et son café au lait que cet étudiant en 1ère année de Lettres modernes dévale les escaliers du pavillon A qui mènent au restaurant central au sous-sol de l’imposant bâtiment. Son empressement ne lui aura servi à rien. Car, accéder aux restaurants universitaires en cette période de Ramadan, constitue une épreuve de plus qu’il faut affronter avec la faim et la soif.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : Le Japon, un pays où les enseignants ignorent la grève

Education : Le Japon, un pays où les enseignants ignorent la grève | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
"Le Soleil", le quotidien de référence, le journal des décideurs !

 

Pour partager, découvrir des réalités « du monde extérieur », une délégation de la Jica a choisi le Sénégal. A cet égard, 8 enseignants japonais et une équipe de journalistes de Fukushima séjournent dans le pays pour une semaine. Lundi dernier, la délégation s’est rendue à l’école Badara Mbaye Kaba de Grand-Dakar. Cette visite a été l’occasion, pour les différents participants, d’échanger leurs connaissances sur l’éducation. Masahiro Itou, enseignant et chef de la délégation japonaise, a indiqué que les enseignants japonais ne font pas la grève. Il a expliqué que malgré les nombreux maux qui secouent le système éducatif de son pays, les instituteurs manifestent autrement leur colère. Pour M. Itou, au pays du Soleil levant, il n’y a presque pas de grandes vacances, car les instituteurs n’ont qu’un mois de repos. A ce titre, il a invité ses homologues sénégalais à faire des efforts, afin d’éviter de perturber l’année scolaire. Il estime que les élèves sont les véritables perdants des débrayages. Le chef de la délégation japonaise a, par ailleurs, souligné qu’au Japon, ce sont les collectivités locales qui gèrent les inspections départementales de l’éducation nationale (Iden). Le principal du collège Badara Mbaye Kaba, Alphousseynou Diallo, évoquant les difficultés rencontrées par l’école sénégalaise, a cité le problème des infrastructures. Selon lui, son établissement ne dispose que de 5 classes physiques. « Ce qui est insuffisant », s’est-il désolé, tout en regrettant la surcharge car  pour la 6ème, ils sont 80 élèves par classe. Poursuivant, M. Diallo demande aux autorités compétentes de trouver des solutions idoines à cette situation...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education de qualité : L’Afrique de l’Ouest veut des enseignants bien formés

Education de qualité : L’Afrique de l’Ouest veut des enseignants bien formés | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le Bureau régional de l’Unesco pour l’éducation en Afrique (Breda) a clôturé, hier, à Dakar, l’atelier d’échanges d’expériences et d’opérationnalisation du plan de renforcement de capacités, à l’intention des enseignants de la sous-région.
Après des journées d’échanges et de réflexion, la situation des enseignants dans 5 pays de la sous-région, dont le Sénégal, a été passée au crible. « C’est pour voir si la situation actuelle des enseignants, en termes de nombre, de qualification, peut permettre aux pays membres de réaliser les objectifs de l’éducation pour tous », a dit le directeur et représentant du bureau multipays de l’Unesco au Mali, Juma Shabani. Il a aussi relevé l’absence de politique de mise à niveau des enseignants....

more...
No comment yet.