L'enseignement dans tous ses états.
22.5K views | +0 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ?

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Fonction régalienne par excellence, l’Education nationale n’en reste pas moins un des ministères qui ne trouve jamais ministre à son pied. Ainsi, fidèle à son habitude, à chaque changement de majorité, chaque gouvernement s’empresse de réformer, avec des projets souvent bien loin de la réalité du terrain.

Une n-ième réforme des rythmes scolaires

            Le projet d’une refonte totale des rythmes scolaires n’était pas une surprise, puisqu’annoncée de longue date par le candidat François Hollande au cours de sa campagne présidentielle. Pour autant, quelle ne fut pas la stupéfaction des Français suite à l’annonce du ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, quant à son projet de réduire la durée des vacances d’été : de huit semaines aujourd’hui, elles passeraient à six semaines, réparties en deux zones distinctes, à l’horizon 2015. A l’image de Xavier Darcos, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qui ne maîtrisait pas la « règle de trois », il semblerait que, là encore, notre ministre ne soit pas fidèle aux principes mêmes de la pensée philosophique, qui invite à s’interroger avant de prendre le risque de déclencher une nouvelle polémique.

Comment peut alors envisager la tenue d’un examen national comme le baccalauréat dans de telles conditions ? A moins que ce ne soit un indice supplémentaire en faveur de la mise en place d’un contrôle continu au lycée, plus favorable aux élèves mais surtout aux caisses de l’Etat : en effet, près de 50 millions d’euros1 par an sont consacrés à ces sacro-saintes épreuves.  La disparation du Baccalauréat entrera-t-elle dans un des prochains projets de loi de finances ?

 

Difficile de n’avoir pu le remarquer, ce bandeau publicitaire qui fleurissait un peu partout pour encourager les jeunes étudiants à s’inscrire au concours d’entrée dans l’enseignement. L’objectif était clairement affiché : recruter, pour la rentrée prochaine, près de 40 000 enseignants supplémentaires pour faire face à la politique de réduction du nombre de fonctionnaires du précédent gouvernement. S’il est un secteur dans lequel l’Etat se doit d’investir, c’est bien envers la jeunesse, mais à quel prix !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les précaires condamnent l'Education Nationale

Les précaires condamnent l'Education Nationale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Jeudi 6 septembre 2012 le tribunal des Prud’hommes de Rennes a condamné le lycée Pierre Mendes France, responsable de l’emploi des « Emplois Vie Scolaire » en Ille et Vilaine, et le collège des Hautes Ourmes à plus de 140 000 euros d’indemnités. Ces sommes seront à verser aux 23 « Emplois Vie Scolaire » qui depuis un an avaient entamé cette procédure pour faire respecter leurs droits à formation et à l’emploi.

Les indemnités varient selon les dossiers entre 2 700 et 17 000 euros.

Toutes les décisions prises en France par les prud’hommes depuis 2 ans sur ce sujet vont dans le même sens : les juges condamnent l’Éducation Nationale parce qu’elle ne respecte pas ses propres engagements. Recrutés sans formation pour assister des enfants handicapés ou effectuer des tâches administratives pendant un maximum de 3 ans, les EVS travaillent 24h payées 640 euros. En contrepartie, l’employeur est tenu de fournir à l’employé une formation, qui l’aide en fin de contrat à trouver un emploi qualifié. C’est parce que l’Éducation Nationale refuse de fournir ces formations qualifiantes à ses propres employés qu’elle est condamnée dans tous les procès qui lui sont intentés en France ...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rapport du Sénat sur l'enseignement

Rapport du Sénat sur l'enseignement | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le Sénat a édité un rapport intéressant sur l'enseignement le 19 juin 2012, qui m'intéresse à plus d'un titre.

En effet, en tant que secrétaire académique du privé, je me retrouve avec un nombre considérable d'enseignants qui subissent un harcèlement féroce de la part de directeurs d'établissements privés ( primaire et secondaire). Il est évident que les 150 "déclarations" de harcèlement en France dans le Public sont nettement en dessous de la réalité.

Les raisons énoncées sont valables pour le public, mais pour l'enseignement catholique, il faut ajouter l'incompétence. En effet, les chefs d'établissements catholiques n'ont pas de formation réelle sur la gestion des ressources humaines, pas de formation pédagogique, et agissent comme ils l'entendent sans aucune autorité au dessus d'eux pour les calmer, alors que tel n'est pas le cas dans l'enseignement public.

De plus, les chefs d'établissements catholiques continuent de violer la Loi et imposent leurs choix parmi les enseignants qu'ils recrutent. Quand par hasard, un enseignant n'est pas choisi ou qu'il prend la place d'un ami du directeur, les chances pour qu'il subisse un harcèlement sont grandes....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un débat sur l'éducation passionné?

Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…

Lors de ses vœux à la presse, Luc Chatel n’a pas manqué – en toute modestie – de se féliciter des réformes « structurelles » et « fondamentales » de l’Ecole entreprises au cours du quinquennat : réforme du lycée, dispositif d’éducation prioritaire Eclair, expérimentation sur les rythmes scolaires, projets de réforme de l’évaluation des enseignants et de la gouvernance des établissements.
Et le ministre de l’Education n’a pas hésité à mettre en avant que la droite avait aujourd’hui « une vraie vision de l’éducation, ce qui n’a pas été toujours le cas ». In fine, Luc Chatel a promis une année 2012 passionnante, puisque l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » lors de la campagne des présidentielles.

Il semble qu’il ne sera pas déçu...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vingt milliards de plus pour l'éducation?

Vingt milliards de plus pour l'éducation? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

C’est ce que propose le bureau politique de l’UMP qui s’est réuni mercredi dernier sous la houlette de Jean- François Copé.Or le même Jean-François Copé s’était pourtant tout particulièrement distingué ces derniers mois par ses mises en cause de la création de 12000 postes par an proposée par François Hollande en prétendant que le coût de cette seule mesure mettrait à mal l’équilibre budgétaire de la France (estimé selon lui – hypothèse particulièrement haute - à 7 milliards 500 ‘’cumulés’’ pour l’ensemble de la législature )…On se frotte les yeux, et la tête nous tourne....

 

On peut se perdre en conjectures à propos de cette proposition de l’UMP qui ‘’décoiffe’’ et ne ‘’manque pas d’air’’ dans le contexte ( son contexte ). Est-ce un écho au fait que le thème l’éducation apparaît en première ligne désormais dans les préoccupations des Français ( comme l’a confirmé encore un sondage BVA diffusé mercredi dernier, justement, par les Echos et RTL ) ? Sans doute.
Mais ne ‘’rêvons’’ pas trop : Jean-François Copé, lors de la conférence de presse de mercredi dernier a précisé lui-même que ce projet de l’UPM n’engagera pas le président-candidat, même si Nicolas Sarkozy pourra cependant y puiser des éléments pour son propre programme. : « c’est une boîte à outils dans lequel le candidat piochera ce qu’il souhaite ». Est-ce que ce sera 20 milliards, 10 milliards, ou rien ? Mystère… Décidément, on ne saurait mieux se moquer du monde !....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Morale à l’école : (re)fonder une gouvernance éthique de l’éducation ?

Morale à l’école : (re)fonder une gouvernance éthique de l’éducation ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

La lettre des ministres adressée aux personnels de l’éducation nationale le 7 septembre[1] pour les inciter à « participer et faire partager à nos concitoyens leur expérience et leurs idées pour la refondation de l'École » s’inscrit parfaitement dans un processus de gouvernance, qui associe notamment tous les acteurs d’une organisation à la réflexion préparant les prises de décisions politiques. Les ministres rappellent que « cette initiative est l'occasion de rassembler toute la Nation - parents d'élèves, organisations représentatives des personnels, responsables associatifs, mouvements d'éducation populaire, collectivités locales, milieux économiques - autour de son École et de sa jeunesse ». Les vingt groupes de travail ont été composés à l’image de la diversité des parties prenantes de l’éducation.

On peut donc considérer que le processus de refondation de l’école s’inscrit dans une démarche de gouvernance procédurale, attentive à s’appuyer dans l’élaboration des lignes de force de la prochaine loi d’orientation sur une démocratie participative associant aux élus du suffrage universel, les experts, professionnels, réseaux, communautés, comme chaque citoyen désireux de faire part de son point de vue.

Les ministres évoquent aussi le contenu du site internet dédié www.refondonslecole.gouv.fr.

Ils soulignent notamment que « sur ce site, qui présente chacun des thèmes de discussion et les enjeux qui s'y rapportent, sont rassemblés des documents dressant un état des lieux : études, constats chiffrés, éléments de comparaison internationale... » Constats chiffrés, éléments de comparaisons internationale, indicateurs et statistiques diverses relèvent bien de ce que l’on appelle la gouvernance instrumentale, dont les maîtres mots sont l’efficacité qui mesure le rapport entre les résultats et le fonctionnement, l’efficience qui mesure celui entre les coûts et fonctionnement, et le rendement, qui mesure celui entre la dépense et les résultats. On se souvient d’avoir eu avec le ministre Luc Chatel un tenant convaincu de cette gouvernance instrumentale, assurant que l’on pouvait chaque année améliorer le résultats à moindre coûts salariaux en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux de l’éducation nationale partant à la retraite...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Jeremy Rifkin : l'éducation qui s’impose

Jeremy Rifkin : l'éducation qui s’impose | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L’auteur de « La Troisième Révolution Industrielle », Jérémy Rifkin, est américain, ce qui souvent déclenche un reflexe de méfiance. L’adhésion des Américains au capitalisme, aux lois du marché est en effet presque unanime. Rifkin, « militant formé dans la lutte contre la guerre au Vietnam et le mouvement des droits civils des années 1960 », est quant à lui attaché à toutes recherches d’alternative. Il met en cause ce système économique non plus en le dénonçant (il le nomme, le capitalisme, et réprouve ses méfaits), mais en montrant son inéquation avec l’évolution des techniques, de la science, et avec les impératifs écologiques.

Des dizaines d’ouvrages accumulent les indices annonciateurs d’un possible « Effondrement » que Jared Diamonds nous permet d’imaginer. La plupart des auteurs s’efforcent néanmoins de ne pas alimenter le découragement et ils décrivent les voies possibles pour éviter une catastrophe prévisible (aujourd’hui10 août, Libé titre sur l’article de la revue « Nature » qui confirme que la situation est très alarmante)

Ces auteurs évoquent très rarement l’éducation comme facteur déterminant. Rifkin au contraire, y consacre son chapitre 8 intitulé « la salle de classe change de visage ».

L’examen des conséquences de la « troisième révolution industrielle » ouvre des perspectives pour un monde fraternel, une école émancipatrice. Ce que l’idéalisme ou la lutte des classes n’ n’a pu réaliser pourrait l’être par obligation vitale, pour peu qu’on en prenne conscience à temps. Rifkin présentent de nombreux exemples qui incitent à croire que le processus est en marche…et qui étonnent ! A de très hauts niveaux de responsabilité, ses interlocuteurs semblent convaincus par son analyse....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation populaire, un enjeu de société

L'éducation populaire, un enjeu de société | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

«Une politique d’émancipation individuelle et collective demeure indispensable et d’actualité», affirment les députés Annick Girardin (PRG) et Michel Ménard (PS). Pour préserver le modèle associatif, structure sous-jacente de l'éducation populaire, ils préconisent un engagement fort de l'Etat, soutenu par les collectivités territoriales.

 

La situation l’impose, il faut se réengager dans une politique ambitieuse d’éducation populaire. Notre société est en profonde mutation. Cela se traduit par une crise économique, financière et sociale. Mais cette mutation s’accompagne aussi d’un déficit éducatif, culturel, démocratique, citoyen. Les illettrismes, les dépendances, les aliénations d’aujourd’hui ne sont certes plus celles d’hier, mais une politique d’émancipation individuelle et collective demeure indispensable et d’actualité...

more...
Démocratie&Courage!'s curator insight, January 6, 2015 5:50 AM

Article très intéressant sur les enjeux de l'éducation populaire !

Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education: ce que Sarkozy n'a pas dit

"Nous devons et nous pouvons faire mieux avec les mêmes moyens." Nicolas Sarkozy, lors de ses voeux au monde de l'éducation et de la recherche , jeudi 5 janvier, n'a pas dit qu'il renoncerait aux réductions d'effectifs s'il était réélu, donc à partir de la rentrée 2013. Mais lorsqu'il évoque les moyens utilisés pour ne pas remplacer un enseignant sur deux, il cite la fin des mises à disposition des associations, la suppression des "surnombres" et d'une "offre de formation trop dispersée", ce qui laisse entendre que, ces leviers ayant été utilisés, le niveau actuel des moyens pourrait être considéré comme satisfaisant...

Nicolas Sarkozy n'évoque à aucun moment une réforme des rythmes scolaires. Ce discours n'étant pas un programme, et donnant des "pistes" de réflexion, ou posant des questions, cette absence ne signifie pas qu'il y ait renoncé. Mais il n'évoque pas non plus le rôle des collectivités territoriales, dont la participation serait nécessaire pour la prise en charge des enfants dont la journée de classe serait réduite. Quant aux parents, ils ne sont mentionnés, en toute fin du discours, que pour évoquer leur "responsabilisation" et la suspension des allocations familiales. Berf, dans ce discours, l'Ecole n'a pas de partenaires, pas d'environnement.

Parmi les sujets qui n'ont pas été évoqués figurent la carte scolaire, l'école maternelle et l'accueil des "2 ans", les ZEP, même s'il se félicite de la mise en oeuvre du programme Eclair...

more...
No comment yet.