L'enseignement da...
Follow
Find tag "Italie"
20.1K views | +2 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

 

Faut-il y voir un effet de la crise ? Alors que les universités des pays européens secoués par la tempête économique subissent de sévères coupes budgétaires, les étudiants espagnols et italiens arrivent en masse dans les établissements d'enseignement supérieur français.Selon les chiffres donnés par Campus France, l'organisme public chargé de promouvoir l'enseignement supérieur français à l'étranger, en citant des statistiques publiques, le nombre d'Espagnols suivant leurs études en France a progressé de 17 % depuis le début de la crise, en 2009 (ils étaient 5 740 en 2011-2012 contre 4 904 en 2009-2010). Quant aux Italiens, la progression est de 13 % (à 7 954).

Ce sont les progressions les plus fortes sur la période. Même si ces deux communautés nationales ne sont pas les plus représentées en France. Ce sont les étudiants marocains qui restent les plus nombreux : 32 482 en 2011-2012 (+ 3 % depuis 2009), suivis de près par les Chinois (29 696, + 2 %). Le Maghreb demeure l'origine première des étrangers qui suivent leurs études en France. Après les Chinois, viennent en effet les Algériens (23 735, + 9 %) puis les Tunisiens dont le nombre est cependant en forte baisse (12 976, - 10 %). Autre progression intéressante : les étudiants allemands sont 5 % plus nombreux qu'en 2009 (à 8 800).

Globalement, la France reste demandée, figurant au quatrième rang des pays les plus attractifs. Le pays a accueilli 288 544 étudiants étrangers en 2011-2012, soit 4% de plus qu'en 2009 (et 1 % sur un an).

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Les collégiens napolitains luttent contre la fraude fiscale

Les Inrocks - Les collégiens napolitains luttent contre la fraude fiscale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Cet été, les collégiens de Naples s’attelleront à des devoirs de vacances bien particuliers : essayer d’obtenir un reçu des commerçants, à chacun de leurs achats.

 

Cet été, les boutiques napolitaines vont faire face à deux cents enfants de 9 et 10 ans susceptibles de traquer les tickets de caisse. Car les étonnants devoirs de vacances des élèves du collège Maurizio De Vito Piscicelli consisteront à contrer la fraude fiscale en s’assurant, à chacun de leurs achats, que le commerçant leur délivre le reçu. A la rentrée, lors d’une rencontre avec les représentants du fisc, ils gratifieront parents et camarades de leurs comptes-rendus.

L’initiative s’inscrit dans le cadre du Fiscoe Scuola (fisc et école), projet d’éducation à la légalité fiscale promu par le bureau d’imposition en collaboration avec le ministère de l’Instruction.

“Nous l’avons rebaptisé, par plaisanterie, Uno scontrino per l’estate (“un reçu pour l’été”- ndlr)”, raconte Enrico Sangermano, directeur de la trésorerie régionale. “Ce n’est qu’une goutte d’eau dans la mer, mais elle développe une conscience civique auprès des citoyens de demain.”

Un thème auquel le directeur de la région Campanie est particulièrement sensible. “La fraude fiscale en Italie prive l’Etat de plusieurs milliards d’euros. Une plaie encore plus insupportable en période de crise économique”, explique-t-il. Pour lui, la solution passe par la promotion d’un changement culturel dans la société civile....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Van Rompuy affronte la révolte des étudiants en Italie lors d'un discours

Van Rompuy affronte la révolte des étudiants en Italie lors d'un discours | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un discours qu’Herman Van Rompuy, le Président du Conseil de l’Europe, a donné à l’Institut universitaire de Florence, le 11/11/11, s’est achevé sur une manifestation des étudiants.

Tandis qu’il expliquait que l’Italie avait besoin de réformes, et pas d’élections, les étudiants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « démocratie ».
La manifestation fait suite à la nomination de dirigeants technocrates qui n’ont pas été élus en Grèce et en Italie. « L’Union Européenne a de moins en moins à rendre des comptes aux peuples de l’Europe. Les structures non démocratiques ont infiltré le cœur des structures de l’Europe », affirment-ils.
Ils ont également présenté les 95 thèses, une liste de règles qu’ils voudraient voir respecter pour l’Europe...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'art cherche sa place à l'école

L'art cherche sa place à l'école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le gouvernement prépare un plan pour renforcer  des programmes qui reposent encore sur la bonne volonté des enseignants.

 

C'était une (petite) promesse de campagne de François Hollande, nichée dans le point n° 19 du projet socialiste pour 2012. En bons soldats, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, se sont donc attelés à la tâche: au Conseil des ministres de mercredi, ils présenteront un plan pour le développement de l'enseignement de l'histoire des arts à l'école. L'idée n'est pas d'annoncer une grande révolution, pour laquelle l'argent manquerait, même si 7 millions d'euros devraient être débloqués sur plusieurs années. Mais le gouvernement veut «instaurer un parcours artistique» tout au long de la vie scolaire, intégrant apprentissage de l'histoire des arts, rencontre avec des artistes, visite de musées, diffusion des bonnes pratiques locales et formation des enseignants à la création artistique. Avec un focus sur les zones rurales ou les zones d'éducation prioritaires (ZEP): les premières parce qu'elles sont éloignées des grands théâtres ou musées ; les secondes parce qu'elles ont d'autres priorités que l'apprentissage de la flûte à bec. «Nous ne recherchons pas seulement à provoquer chez les élèves le choc esthétique cher à André Malraux, mais aussi à pousser le principe d'égalité face à l'art et à la culture», explique-t-on au ministère de la Culture.

...

Actuellement, l'histoire des arts est l'objet d'un enseignement obligatoire, de l'école primaire au lycée, tandis que le brevet des collèges lui réserve une épreuve orale. Au collège, l'histoire des arts représente désormais un quart du programme d'histoire et la moitié des programmes d'éducation musicale et d'arts plastiques, même si aucun programme spécifique n'a été défini par le ministère. Les arts visuels, les arts plastiques et la musique sont au programme des écoliers - avec des professeurs spécialisés pour les petits Parisiens - et des collégiens. Au lycée, les «enseignements artistiques» (arts plastiques, arts appliqués, musique, mais aussi le cinéma et l'audiovisuel, la danse, le théâtre) sont facultatifs. Ils font l'objet, en classe de seconde, d'un enseignement dit «d'exploration» (1 h 30 hebdomadaire), à choisir parmi une dizaine d'autres thèmes. À l'issue de la seconde, au moment des choix, ces enseignements artistiques ne sont ensuite dispensés que dans la filière littéraire...

 

+ l'enseignement de l'histoire des arts en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Italie à partir de ce lien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

En Italie, des milliers d'étudiants manifestent contre les coupes budgétaires dans l'éducation - LeMonde.fr

En Italie, des milliers d'étudiants manifestent contre les coupes budgétaires dans l'éducation - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - A Palerme, en Sicile, quelque cinq mille protestataires, le plus grand cortège jusqu'à présent, ont scandé des slogans contre l'ultralibéralisme qui domine, selon eux, en Europe.

 

Penser "plus aux gens et moins à sauver les banques". Des milliers de lycéens et d'étudiants sont descendus dans la rue, jeudi 17 novembre, dans toute l'Italie pour dénoncer les coupes dans le budget de l'école publique, dans le cadre d'un mouvement international.

A Milan, des manifestants ont jeté des œufs sur le bâtiment de l'université privée catholique du Sacré-Cœur, dont était recteur le nouveau ministre de la culture, Lorenzo Ornaghi, qui a fait aussi l'objet de quolibets. "Redonnez-nous notre argent, que l'Eglise paye", scandaient les protestataires, exigeant l'arrêt des soutiens publics au système privé....

more...
No comment yet.