L'enseignement da...
Follow
Find tag "France"
19.9K views | +9 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les enfants sont-ils moins bien élevés qu'avant ? - Information - France Culture

Les enfants sont-ils moins bien élevés qu'avant ? - Information - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Selon un sondage réalisé par BVA pour Doméo et la Presse régionale, trois quarts des Français estiment que les enfants sont moins bien élevés qu’à leur époque.

 

"Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. A notre époque, les enfants sont des tyrans. "Ce pourrait être la synthèse du dernier sondage BVA-Doméo-Presse régionale sur l’éducation des enfants, publié le 28 février dernier. Sauf qu’il s’agit de Socrate qui a vécu 400 ans avant Jésus Christ ! Les sondés d’aujourd’hui ne disent pas autre chose : 74% d’entre eux jugent les enfants d’aujourd’hui moins bien élevés qu’à l’époque où ils étaient eux-mêmes enfants. Dommage que la notion de bonne éducation ne soit pas détaillée. Tous âges confondus, 85% des sondés estiment que les parents ne sont pas assez sévères. Ce pourcentage dépasse 90% en province, dans les zones rurales et chez les personnes qui se situent à droite. Et ils ne sont que 1% à estimer les parents trop sévères....

Vincent DUBOIS's insight:

Durée: 6 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le témoin du vendredi : Mara Goyet, professeur d'histoire-géographie et d'éducation civique / France Inter

Le témoin du vendredi : Mara Goyet, professeur d'histoire-géographie et d'éducation civique / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Il y a les injonctions, généralement vaines, des politiques. La ministre : « Nous voulons construire l’école du socle avec une continuité de la fin du primaire au début du collège »...

 

Et elle ajoute : « c’est formidable qu’au collège, on donne envie aux élèves de créer leur propre entreprise ». C’est la dernière marotte en date.

Il convient de suivre la nouveauté comme le chien l’os. Mais la difficulté, c’est qu’on ne sait où donner de la tête. Les spécialistes de l’éducation poussent comme chiendent en France. Et il y a aussi les nouveaux baromètres de l’évaluation : les mêmes qui maudissent les notes s’agenouillent devant les classements PISA.

En revanche, l’idée de mettre l’enfant au centre finit par faire consensus. L’élève dont on cherche parfois comment ouvrir les portes et fenêtres. En douceur, en poussant sur l’espagnolette ? Ou en force avec une barre à mines ? L’élève tel qu’il est, avec son univers de représentations : la terre sans frontières, le présentisme qui aplanit tout, comme l’esprit de parodie dominant aujourd’hui.

Le net est le plus fort, et le jeu vidéo et les groupes musicaux… Reste à faire du judo avec ce qui est le plus fort. Ou, puisque que nous allons parler, notamment, de l’enseignement de l’Antiquité, à procéder comme Ulysse, avec la même ruse – la métis- et le même esprit d’amitié qui le liait à ses compagnons.

Vincent DUBOIS's insight:

Durée de l'émission: 29 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Apologie du terrorisme» : un prof de philo suspendu

«Apologie du terrorisme» : un prof de philo suspendu | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Enseignant au lycée Victor-Hugo de Poitiers, il est suspendu quatre mois et une enquête est ouverte. Des actions de soutien sont mises en place.

 

Après les meurtres perpétrés par Coulibaly et les frères Kouachi, la plupart des enseignants, souvent démunis, ont voulu faire circuler la parole, organiser des débats, poser des mots sur ces événements glaçants. Dans le même temps, la ministre de l’Education nationale prévenait : tous les élèves ou les enseignants qui tiendraient des propos discutables seraient sanctionnés, voire signalés à la police.

 

Un exercice difficile qui pourrait coûter cher à Jean-François Chazerans, professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo de Poitiers. Il s’est vu reprocher d’avoir «tenu des propos déplacés» lors de la minute de silence (à laquelle il assure cependant n'avoir pas assisté), jeudi 8 janvier, en hommage aux victimes, rapporte la Nouvelle République. «Il y a eu des plaintes de familles, a expliqué au journal régional le recteur de l’académie de Poitiers, Jacques Moret. L’enseignant aurait tenu des propos déplacés […]. J’ai immédiatement diligenté une enquête. Le professeur a été suspendu. Il fallait l’éloigner de ses élèves. La procédure suit son cours. Le conseil de discipline statuera [le 13 mars, ndlr] sur la suite de sa carrière.» Sa suspension de quatre mois maximum a été agrémentée d’une plainte en justice. Le parquet de Poitiers a ouvert une enquête pour «apologie d'actes de terrorisme». Il encourt 75 000 euros d'amende et jusqu'à 5 ans d'emprisonnement. La teneur des propos en question n’a pas été précisée.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Charlie Hebdo» : comment les enseignants en ont parlé à l'école

«Charlie Hebdo» : comment les enseignants en ont parlé à l'école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Débat constructif, provocations... les enseignants ont été confrontés à des réactions diverses après l'attentat meurtrier.

 

Comment parler de l’attentat de Charlie Hebdo à l’école ? Sur Internet, sur les réseaux sociaux, beaucoup de profs racontent leurs difficultés d’évoquer le sujet avec leurs élèves, de trouver les mots justes. Certains racontent avec émotion la richesse des débats quand d’autres déplorent, impuissants, les réactions négatives de certains de leurs élèves. 

«Mais qu’est ce que je vais dire à ces gamins de 10 ans?», s’interroge une professeure sur son compte Twitter comme beaucoup d’enseignants lorsqu’ils apprennent la nouvelle. Alors c’est à chacun sa méthode. Au lieu de demander aux plus petits de respecter la minute de silence en hommage aux victimes, une enseignante a par exemple proposé à ses maternelles de dessiner:

Je partage l’info que j’ai eue tout à l’heure par une collègue <3 #JeSuisCharlie#Ensemble#CharlieHebdopic.twitter.com/O5AgNMtC5J

— Princesse Soso ✏️ (@princessesoso) 8 Janvier 2015

Certains enseignants se félicitent d’avoir engagé un débat fructueux avec leurs élèves. Marie, professeure dans un collège de Seine-Saint-Denis, raconte dans son blog avoir montré les caricatures de Mahomet à ses 3ème: «Toutes et tous ont compris. Aucun ne m’a dit : “C’est bien fait”, “Ils l’ont bien cherché”. Aucun.» Ses élèves ont tous exprimé leur émotion de façon personnelle : «Certains ont écrit spontanément des plaidoyers pour la liberté d’expression. D’autres ont eu des remarques plus intelligentes que certains adultes. D’autres ont lu Liberté de Paul Eluard en sanglotant».

Une conseillère d’éducation raconte comment les élèves se sont sentis concernés par l’attentat : «Ils nous ont posé des questions, ils se sont posé des questions, ils étaient silencieux pour écouter les réponses.» Tout en se promenant dans les couloirs avec un journal à la main, ils commentent :«C’est affreux quand même, ils ont juste dessiné», «C’est vrai qu’ils sont allés loin mais quand même, les tuer».
...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les contractuels, « bouche-trous » de l'éducation nationale

Les contractuels, « bouche-trous » de l'éducation nationale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Peu formés, souvent isolés dans les établissements scolaires où ils interviennent, ces précaires de l'éducation nationale sont légion en Seine-Saint-Denis.

 

Ils sortent de l’ombre. Le sort des contractuels de l’éducation nationale, ces précaires sans diplôme d’enseignement, embauchés massivement à la rentrée pour faire face à la pénurie de professeurs, est l’un des sujets de préoccupation majeure des enseignants et parents d’élèves de Seine-Saint-Denis qui manifestent jeudi 20 novembre.

Dans ce département, 380 contrats de ce type, à durée déterminée, ont été signés depuis septembre, en grande majorité dans le premier degré (maternelle et primaire), selon l’académie de Créteil. Ce recrutement massif et inédit est la conséquence de plusieurs facteurs : augmentation du nombre d’élèves ; suppression de nombreux postes entre 2007 et 2012 ; manque de postes et de candidats pour les occuper.

A la fois symptômes et victimes de l’« éducation au rabais » dénoncée par les syndicats dans ce département, l’un des plus défavorisés de France, les contractuels « ne sont pas des sous-enseignants », a tenu à souligner mercredi la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, lors d’un déplacement à Bondy, où elle présentait un « plan triennal » pour les écoles de Seine-Saint-Denis....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - "L’école est de plus en plus perçue comme une compétition de tous contre tous"

Les Inrocks - "L’école est de plus en plus perçue comme une compétition de tous contre tous" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
"Le Parisien" publie aujourd'hui une enquête qui témoigne d'une grande défiance des Français vis-à-vis de l'Education nationale. Pour comprendre les ressorts de ce désenchantement, nous avons interrogé le sociologue François Dubet, auteur récemment de "La Préférence pour l’inégalité" (éd. Seuil).

 

D’après une enquête publiée par Le Parisien ce 27 novembre, 69 % des Français estiment que l’Education nationale ne garantit plus l’égalité des chances, et 67 % des Français ayant des enfants scolarisés sont demandeurs d’un soutien scolaire. Comment vous interprétez cette défiance ?


François Dubet – Je l’interprète de deux manières. D’abord, la confiance dans l’égalité des chances à l’école reposait sur une certaine ignorance. Pendant très longtemps il n’y avait pas d’études sur le système scolaire, on pouvait donc penser que toutes les écoles se valaient, que tous les établissement étaient comparables et que l’école traitait tout le monde de la même manière. Je crois que les enquêtes PISA, les livres des sociologues, des économistes et des journalistes ont fait que cet enchantement de l’école s’est beaucoup effrité. Aujourd’hui pour croire dans l’égalité des chances scolaires il faut d’une certaine manière ne jamais ouvrir un journal.

  

La deuxième raison qui me paraît beaucoup plus profonde c’est que le rapport à l’école s’est complètement transformé. Pendant très longtemps l’école était considérée comme la machine qui permettait aux enfants d’entrer dans la société, mais qui ne déterminait pas fondamentalement leur destin social. C’est-à-dire que les enfants de la bourgeoisie allaient dans les écoles bourgeoises, les enfants du peuple dans les écoles plus populaires, pour se retrouver à peu près là où ils étaient au départ, à l’exception de quelques héros venus du peuple qui franchissaient les échelles de la société. Mais pour l’essentiel on attendait de l’école qu’elle éduque, qu’elle fabrique des Français, qu’elle créé une morale commune, mais pas véritablement qu’elle permette aux gens de trouver une place dans la société....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’Education nationale sinistrée en Seine-Saint-Denis - Information - France Culture

L’Education nationale sinistrée en Seine-Saint-Denis - Information - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L’équation semble impossible à résoudre : de plus en plus d’élèves et de moins en moins d’enseignants formés ou intéressés par le travail dans ce département. La ministre de l’Education a fait des annonces à la veille d’une journée de mobilisation enseignante.

 

ors de la rentrée scolaire de septembre en Seine-Saint-Denis, plus de 900 élèves ont été renvoyés chez eux faute de professeurs. En primaire, cela représente 38 classes.

 

La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem a annoncé, chez nos confrères de France Info, la création de 500 postes supplémentaires d’ici 2017, qui se rajouteront aux 300 déjà créés.

« Ce n’est pas un énième plan mais une véritable mobilisation sur trois ans » a précisé la ministre, pour qui la situation de la Seine-Saint-Denis s’explique par trois éléments : un département défavorisé socialement, une démographie en hausse constante depuis des années, et une académie pas assez attractive pour les enseignants.

 

En effet, pour la seule rentrée 2014, il y a eu 2 800 nouveaux élèves scolarisés dans le 93.

Interrogée par nos confrères du Bondy Blog, Rachel Schneider, secrétaire départementale  SNUIPP – FSU 93, est revenu sur le paradoxe de la Seine-Saint-Denis :

« On a eu une rentrée avec des créations de postes. Et bien que ce soit la troisième rentrée avec des dotations positives, c’est l’une des pires qu’on ait vécue.
On a eu cette période de 2007 à 2012 où la Seine-Saint-Denis a vu arriver 12 000 élèves supplémentaires dans les écoles maternelles et élémentaires sans un seul poste créé.
Donc avec 12 000 élèves supplémentaires en cinq ans, l’inspecteur d’académie de l’époque a dû ouvrir 500 classes, sans un seul enseignant de plus ».....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les tablettes au collège, la fausse bonne idée de François Hollande

Le conseil général de Corrèze achète depuis 2010 des iPad pour les collégiens. Les études sont toutefois partagées sur l'utilité pédagogique de ces outils.

 

« Des cours de codage » et « une tablette et une formation au numérique » pour tous les élèves de cinquième à partir de la rentrée 2016 : voilà les deux principaux points du « plan numérique » pour l'école qu'a précisé François Hollande, jeudi 6 novembre sur TF1. Les tablettes au collège, c'est presque une spécialité du président de la République : la Corrèze, son fief, équipe depuis 2010 les collégiens en iPad, la tablette d'Apple, dans le cadre d'un programme pilote qui prévoyait initialement d'équiper les élèves d'ordinateurs portables. 

Gadget ou vrai apport pédagogique, la tablette ? En avril, l'Université de Cergy-Pontoise a publié pour le ministère de l'éducation nationale un long rapport, portant sur des expérimentations d'usage de tablettes dans les classes de primaire de huit établissements. Tout en restant prudent, le document relève que « l'étude met à jour des cas d'usages pertinents, à valeur ajoutée pour les élèves et qui s'accompagnent d'une réflexion approfondie de la part des enseignants, autant sur des considérations didactiques et pédagogiques que sur d'autres plus techniques ». Ce constat globalement positif s'accompagne cependant de points de vigilance importants, sur le niveau d'aisance et de formation des enseignants à ces outils, mais aussi et surtout sur « les instruments eux-mêmes » : 

« La tablette apparaît dans l'étude comme ressource, pour accompagner les activités d'écriture en fournissant les aides adaptées facilement mobilisables. Elle offre des modalités d'écriture multiples et variées à forte valeur ajoutée, combinant très facilement des médias différents : texte-son, texte-image, vidéo. Elle constitue néanmoins un frein aux apprentissages, lorsque les processus cognitifs reliés à une tâche sont perturbés par des affichages subreptices. »

 

 

Surtout, le rapport de l'Université de Cergy-Pontoise soulève un point important : les tablettes, avec leurs interfaces intuitives, semblent simples et pratiques, mais leur utilisation efficace en classe nécessite de faire appel à certaines fonctions avancées qui, elles, n'ont rien d'évident :

« Les enseignants concernés par l'étude ont attribué des fonctions aux tablettes (produire, s'aider, consulter, superviser) et font face à de nombreuses questions d'ingénierie [...]. Ils ont développé des schémas professionnels parfois inédits, et élaboré une technicité en conceptualisant certains processus afin de les rendre intelligibles à leurs élèves. Ces processus concernent par exemple la circulation des documents, le partage d'applications, l'accès à des services en ligne ou bien la convergence entre les instruments, le stockage en « cloud », l'organisation des systèmes de fichiers, etc. Cependant, les schèmes professionnels repérés dans cette étude sont souvent le fait d'enseignants déjà rompus à la pratique des technologies de l'information et de la communication en classe. Ils sont sophistiqués et s'appuient souvent sur des connaissances des technologies qui ne sont pas de sens commun. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quelles pédagogies alternatives sont enseignées en France ?

Quelles pédagogies alternatives sont enseignées en France ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Bien que minoritaires, des établissements proposant des pédagogies plus tournées vers l'individu existent en France aussi bien dans l'enseignement privé que dans le public.

 

La formation pédagogique est au cœur des préoccupations des enseignants. C'est une des leçons à tirer du rapport de l'Organisation de coopération et de développement économique sur l'éducation paru le 9 septembre, qui révèle que 40 % des enseignants français s'estiment « très peu préparés » au volet pédagogique de leur métier, soit la proportion la plus élevée parmi les 34 pays participant à l'enquête.

Les récents coups d'éclat de certains professeurs en rupture avec l'éducation nationale, comme la démission de l'« institutrice révolutionnaire » Céline Alvarez, qui a renoncé à expérimenter ses croisements entre pédagogie Montessori et sciences cognitives au sein de l'école publique, laissent également à penser qu'une demande en pédagogie innovante est en train de se dessiner parmi les enseignants.

Minoritaires dans l'offre éducative française, des établissements proposant des méthodes plus tournées vers l'individu existent pourtant aussi bien dans l'enseignement privé que dans le public. La plupart se réfèrent au courant de l'éducation nouvelle, qui prône un apprentissage à partir du réel et du libre choix des activités. Tour d'horizon non exhaustif des différentes pédagogies innovantes en France.....

 

Parmi les écoles non confessionnelles les plus connues, on retrouve les écoles dites « Montessori », du nom de la pédagogue italienne Maria Montessori, qui a développé une méthode issue de l'éducation nouvelle dans les années 1900....

 

Autre pédagogie reconnue, la méthode dite « Steiner-Waldorf », développée par l'Allemand Rudolf Steiner dans les années 1900. L'ouverture sur le monde est au centre de la pensée de l'Allemand, avec notamment l'apprentissage de deux langues vivantes dès le cours préparatoire, ainsi que des stages en milieu agricole, industriel et social à la fin du secondaire, afin que les adolescents découvrent la réalité de tous ces milieux....

 

l existe également des établissements accueillant des équipes enseignantes unies autour du même projet pédagogique. Une douzaine de ces lycées et collèges expérimentaux se regroupent au sein de la Fédération des établissements scolaires publics innovants(Fespi), certains se concentrant plus spécifiquement sur les élèves « décrocheurs ».

Les projets pédagogiques sont différents, allant de l'école Vitruve (20e arrondissement de Paris) au lycée autogéré de Paris (15e arrondissement). « Très globalement, la Fespi se réfère à ce qu'on appelle la philosophie de l'éducation nouvelle, qui prend en compte différents principes de base dont, par exemple, la confiance, le pari optimiste de l'éducation, la prise en compte des rythmes individuels, la diversité des modes d'entrée dans les apprentissages, des rapports de coopération, etc. », explique Loan Simon-Hourlier, présidente de la Fespi.

Parmi les principaux courants de l'éducation nouvelle pratiqués en France, on retrouve avant tout la méthode Freinet, mise au point par le Français Célestin Freinet dans les années 1920....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« En France, l'enseignement n'est pas pertinent »

« En France, l'enseignement n'est pas pertinent » | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Andreas Schleicher, directeur de l'éducation de l'OCDE, juge qu'en France plus qu'ailleurs, on n'enseigne pas suffisamment ce qui sera utile pour réussir sa vie.

 

...

L'enseignement n'est pas pertinent en France. On y est en décalage. Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s'intéresse à ce que vous savez en faire. Il a besoin de gens créatifs, capables de croiser les sujets quand l'école française fait encore trop réciter des leçons. En France plus qu'ailleurs, on n'enseigne pas suffisamment ce qui sera pertinent pour réussir sa vie !

 

Les pays asiatiques, premiers dans les classements, enseignent aussi beaucoup de « par cœur », non ?

On se protège par des stéréotypes sur l'école asiatique. Allez dans une classe japonaise. Le professeur sait optimiser le temps qu'il passe avec chaque élève dans une classe et mobiliser chacun d'eux. Avoir 40 élèves ne lui pose pas problème ; il les met en activité. En Chine, c'est de plus en plus la même chose. Les enseignants sont formés à la gestion de classe, bien mieux qu'en France.

 

Pourquoi ne parvient-on pas à la même chose en France ?

J'ai rencontré beaucoup d'enseignants formidables, très investis. Mais le système ne leur facilite pas le travail. En France, les maîtres ne collaborent pas. Ils ne se perçoivent pas comme membres d'une communauté professionnelle. L'institution les traite comme des exécutants qui sont là pour faire passer un programme. Ils sont comme à l'usine, font leur travail dans leur coin. S'ils étaient à Shanghaï, on viendrait tous les jours dans leur classe leur donner des conseils. A Singapour, ils auraient 100 heures annuelles de formation...

 

Vous seriez ministre, vous commenceriez par quoi ?

Déjà, la formation initiale est trop académique. Il y aurait plus de pratique, ce ne serait que meilleur… même s'il faut reconnaître que les réformes vont fort heureusement dans ce sens. Mais le vrai défi est de changer le quotidien des enseignants, les rendre acteurs de leur métier, arrêter de les considérer comme s'ils étaient des ouvriers. Ça changera l'attrait du métier. Aujourd'hui, même si vous payiez mieux les professeurs, vous ne les attireriez pas. Qui a encore envie d'être un exécutant ?

 

Vous proposez de leur fixer des objectifs… et d'en finir avec des programmes très précis ?

Exactement. Avec un point à ne pas oublier, puisque la France est en pleine réécriture de son socle commun de connaissances, de compétences et de culture : il faut se fixer un idéal élevé. La Suède et la Finlande ont deux écoles assez proches. A une limite près : la Finlande a défini des standards qui disent ce qu'est l'excellence ; la Suède s'est contentée de rappeler le minimum à acquérir par tous. En termes de résultats, la Finlande arrive bien devant la Suède, car chaque enseignant, chaque famille sait ce qu'est l'excellence et tend dans cette direction. C'est important pour les enfants des familles les moins favorisées pour qui l'école est la seule chance....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le blues des profs à la veille d'une rentrée sans ministre

Le blues des profs à la veille d'une rentrée sans ministre | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le départ de Benoît Hamon au bout de seulement cinq mois et à une semaine de la reprise rend amers une partie des 900 000 enseignants.

 

Six jours pour devenir ministre de l’éducation nationale… C’est la métamorphose que va devoir opérer le nominé du jour, celui que le sort et l’alchimie étrange des compositions de gouvernement enverra Rue de Grenelle. Une gageure, même à l’époque des stages de rentrée hyper-performants. La classe politique a eu beau tenter de rassurer les parents des 12 millions d’élèves qui feront leur rentrée mardi, la situation actuelle – un ministre quittant son poste à une semaine de la rentrée – reste inédite et à hauts risques.

Le sortant, Benoît Hamon a taché de tranquilliser les esprits lors de son intervention dans le journal du 20 Heures de France 2, lundi 25, assurant que « la rentrée (avait) été bien préparée ». « Heureusement, a-t-il ajouté, elle ne se prépare pas en une semaine. » Mardi matin, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement du premier gouvernement Valls, a ajouté de son côté que « la France n' (était) pas dirigée par un ministre ». « La rentrée se passera parfaitement », a-t-il promis.

 

Une rentrée scolaire commence en effet à se préparer 11 mois avant le jour J. Cette cuisine s’accélère entre janvier et la date de publication de la circulaire de rentrée au mois de mai. S’il donne le cap politique, le ministre s’en remet beaucoup à ses recteurs, chacun en charge d’une académie, pour l’application des directives.

Ces derniers s’appuient eux-mêmes sur leurs équipes de chefs d’établissements. Ce sont eux les véritables artisans d’une rentrée scolaire réussie. Ce sont eux qui une semaine avant la rentrée savent alerter sur les enseignants qui manqueront devant une classe. Une « rentrée techniquement réussie », selon la formule consacrée, assure que chaque élève a un maître face à lui le 2 septembre et la plupart de ses enseignants dans le secondaire. Et ce n’est pas le ministre qui recompte les affectations ou élimine les doublons à la veille de la rentrée !

Difficile pour autant d’estimer qu’on se passe aisément d’un ministre de l’éducation nationale une semaine avant la rentrée. Des textes réglementaires attendent de partir à la signature… Ils doivent être publiés avant la rentrée… et le « grand débutant » devra être bon acteur pour organiser la très médiatique conférence de rentrée le 1er septembre…

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les plus belles perles du bac 2014

Les plus belles perles du bac 2014 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le pragmatique : « Se connaître soi-même nécessite une bonne connaissance de soi. »


Le poète : « Notre liberté de choix peut se fracasser devant l'arc-en-ciel de nos émotions. »


Le nutritionniste : « Pour vivre dans la joie et l'allée graisse, il faut faire des sacrifices. »


Le physicien : « Mao Zedong a envoyé un ultime atome à ses opposants. »


Le pharmacien : « Au fil des années, la méfiance des européens fait qu'il sont devenus antisceptiques. »


Le pédagogue : « Le but du texte c'était d'arriver au fédéralisme : pour l'expliquer de façon simple, on prend chaque président des pays et on lui dit : "C'est fini, tu commandes plus !" »


Le prudent : « Au départ, c'est Christophe Colomb qui a découvert la Chine, juste avant de découvrir les indiens. On pense que Vasco de Gama y est peut être passé, mais on a aucune certitude. »


L'approximatif : « On peut presque comparer la Chine à la France, sauf au niveau de la taille, de sa puissance financière, du nombre d'habitants et de la langue. »


Le grec : « Ce poème comprend beaucoup de comparaisons et d'amphores. »

L'insensible : « Devant de tels vers, on ressent une émotion comprise entre le néant intégral à l'incompréhension. »


Et notre préféré dit tout haut ce que certains pensent tout bas : « Amis lecteurs, les thèmes abordés par les poètes ne sont pas toujours sérieux et graves : ils sont parfois chiant aussi ! »

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La reconnaissance d'un suicide lié au travail, fait rare à l'Education nationale

La reconnaissance d'un suicide lié au travail, fait rare à l'Education nationale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministère a qualifié d'«imputables au service» les suicides de deux enseignants, l'un à Marseille en 2013, l'autre à Caen en 2012. Des décisions rares qui suivent une procédure très codifiée.
A deux reprises, le ministère de l’Education nationale vient de reconnaître que le suicide d’un enseignant était lié à ses conditions de travail. A Marseille, un professeur en lycée technologique avait mis fin à ses jours le 1er septembre 2013, expliquant dans une lettre que le métier «ne lui était plus acceptable en conscience». A Caen, c’est un enseignant en primaire qui s’était suicidé à son domicile le jour de la rentrée, le 4 septembre 2012. S’agit-il d’une première ? Non. Selon le ministère de l’Education, depuis 2010, 5 cas de suicides ont déjà officiellement été reconnus comme «imputables au service», c’est-à-dire comme des accidents de travail, à l’issue d’une procédure très codifiée. Ces chiffres ayant été communiqués le 5 juin, il faut a priori rajouter la décision de Marseille rendue publique plus tard. L’Education nationale a par ailleurs enregistré durant l’année scolaire 2011-2012 13 suicides – de membres du personnel, pas seulement de professeurs –, dont 4 sur le lieu de travail. En 2012-2013, ce chiffre est monté à 16, dont 4 sur le lieu de travail. En 2013-2014, il était encore de 16, tous perpétrés à l’extérieur des établissements...
more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

La maîtrise du français, facteur clé de l’insertion des enfants d’immigrés

La maîtrise du français, facteur clé de l’insertion des enfants d’immigrés | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

 

Au pays de l’égalité républicaine, la discrimination finit par se voir. En tout cas, l’organisme France Stratégie, officiant auprès du premier ministre, l’a repérée dans son dernier travail intitulé « Jeunes issus de l’immigration : quels obstacles à leur insertion économique ? » « Une fois les effets de l’origine sociale des parents, du niveau de diplôme et du lieu de résidence neutralisés, le risque de chômage persiste pour les descendants d’immigrés », conclut l’étude. Le message est clair : à diplôme égal et même s’il habite en centre-ville, un enfant d’immigré connaît davantage de difficultés à trouver un emploi que ses camarades qui ont des parents nés en France.

 


Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Harcèlement scolaire : les élèves aussi peuvent agir

Harcèlement scolaire : les élèves aussi peuvent agir | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Alors que le ministère de l’éducation nationale a dévoilé vendredi un bilan de son action, des initiatives lycéennes prennent forme.

 

Léa, 16 ans, pouvait déjà s’enorgueillir d’être déléguée de sa classe de seconde, au lycée Edouard-Vaillant de Vierzon (Cher). Depuis peu, elle avance un second motif de fierté : la jeune fille est devenue, au terme d’une formation-express proposée par l’éducation nationale, « ambassadrice lycéenne ». Apte à intervenir, à la demande d’enseignants, dans des classes du secondaire mais aussi du primaire pour « parler harcèlement », explique-t-elle.

Cette forme de violence entre élèves semble s’être banalisée sur les réseaux sociaux puisque, selon les chiffres évoqués par la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, sur i-Télé vendredi 6 février, si 1 jeune sur 10 est victime de harcèlement, le ratio atteint 1 sur 5 pour le cyberharcèlement.

 

Ce vendredi après-midi, Léa s’apprête à passer aux travaux pratiques : avec son camarade Enzo, 15 ans, elle va intervenir face à une classe de CM1-CM2 dans une école du quartier voisin de Chaillot. « Il ne faut pas croire que l’école primaire est préservée, souligne l’adolescente : on sait que des tentatives de suicide, ça existe aussi chez les enfants, c’est pour ça qu’on va parler avec eux de harcèlement physique mais aussi moral. On va les faire dessiner sur ce thème, et on sélectionnera le meilleur dessin pour en faire une affiche. »

Enzo est, lui, un peu stressé par cette première prise de parole, mais sûr de l’intérêt de la « prévention entre pairs », qui lui a été expliquée durant sa formation. « Les insultes qui fusent entre élèves, la vanne facile, on finit par ne plus en mesurer les effets, dit-il. Devenir ambassadeur lycéen m’a ouvert les yeux, j’ai pris conscience que le harcèlement est banal, flagrant… même si, entre potes, on a du mal à reconnaître que ça fait mal… ».

Ce type de formation délivrée aux élèves, expérimentée pour la première fois au cours de l’année scolaire 2013-2014, est l’une des actions phares menée par la « délégation ministérielle en charge de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire »....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Laïcité à l'école : Najat Vallaud-Belkacem détaille ses mesures - France Inter

Laïcité à l'école : Najat Vallaud-Belkacem détaille ses mesures - France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Respect de la laïcité mais aussi apprentissage de la citoyenneté, réduction des inégalités... La ministre de l'Education nationale a annoncé le déblocage de 250 millions d'euros en trois ans pour aider l'école à remplir ses missions.

 

Dépêches > société du jeudi 22 Janvier à 15H13 Laïcité à l'école : Najat Vallaud-Belkacem détaille ses mesures 

Najat Vallaud-Belkacem © Reuters - 2015

 

Respect de la laïcité, apprentissage de la citoyenneté, réduction des inégalités... La ministre de l'Education nationale a annoncé le déblocage de 250 millions d'euros en trois ans pour aider l'école à remplir ses missions.

 

L'acte II de la refondation de l'école

Les minutes de silence perturbées dans plusieurs écoles après l'attentat contre Charlie Hebdo ont semble-t-il accéléré la réflexion du gouvernement sur l'essoufflement du système éducatif dans son rôle de transmission des valeurs républicaines. Voici ce que Najat Vallaud-Belkacem a déclaré, en préambule de son catalogue de mesures.

 

Ces incidents ont révélé la vulnérabilité de l'institution scolaire. L'école n'est pas étanche aux difficultés et aux dérives de la société. L'école ne tolère aucune remise en cause des valeurs de la République, mais l'école doit aussi réfléchir

 

Au lendemain du discours de François Hollande pour lancer "l'acte II de la refondation de l'école" et après dix jours de consultation de l'ensemble des acteurs de la communauté éducative (syndicats d'enseignants, de parents, de lycéens mais aussi des associations et des anciens ministres), la ministre ainsi que Manuel Valls ont annoncé une série de mesures depuis Matignon pour montrer la mobilisation de l'école face à la montée du fondamentalisme religieux....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La nouvelle carte de l'éducation prioritaire

La nouvelle carte de l'éducation prioritaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministère de l'Education nationale publie ce mercredi la nouvelle organisation des REP, qui soulève des contestations depuis plusieurs semaines.

 

Ce mercredi matin, la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem présente officiellement la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. On ne parlera plus de ZEP (zone d’éducation prioritaire), mais de REP pour réseau d’éducation prioritaire et de REP-Plus pour les établissements les plus difficiles. Au total, seront concernés, 1 082 collèges et les écoles primaires qui en dépendent. «Le nombre global d’établissements ne change pas», insiste le ministère, se défendant de vouloir faire des économies en douce.

 

L’objectif affiché est de lutter contre les inégalités scolaires qui s’aggravent, en ciblant mieux les établissements à aider. La carte de l’éducation prioritaire n’a en effet pratiquement pas évolué depuis sa création en 1981 alors que le profil social des communes où ils sont situés a, lui, souvent changé. Dans des quartiers qui se sont embourgeoisés, certains établissements ne méritent plus ce label qui leur permet de recevoir des moyens supplémentaires. A l’inverse, d’autres, dans des zones appauvries, en ont vraiment besoin…...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pourquoi Paris attire les étudiants internationaux

Pourquoi Paris attire les étudiants internationaux | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

 

Paris est à nouveau distinguée pour son attractivité auprès des étudiants internationaux. Elle se classe en troisième position pour ce public clé, selon une vaste étude publiée jeudi 27 novembre, qui compare les performances de 44 métropoles du monde entier pour attirer et retenir les talents.

La qualité des universités, la qualité et le coût de la vie pour les étudiants ont été pris en compte, comme dans l'étude britannique QS parue deux jours auparavant, qui sacrait Paris meilleure ville étudiante au monde. Mais cette nouvelle étude réalisée par EY (Ernst & Young) et Paris Ile-de France capitale se distingue en comparant aussi les opportunités d'emploi offertes aux étudiants. 

Paris arrive deuxième, peu après Londres, pour le nombre d'universités distinguées par les classements internationaux (classement de Shanghaï et classement Times Higher Education) et le nombre d'étudiants internationaux : 96 782 recensés en 2013.

« Les écoles d'ingénieurs et l'enseignement scientifique sont très appréciés, et certaines se sont bien diversifiées, mais il y a une  difficulté à intégrer le management aux cursus dans les autres secteurs, ce que d'autres pays font très bien », relève Marc Lhermitte, associé chez EY et auteur de l'étude.


La capitale française se distingue aussi sur la vie étudiante, son rayonnement pour les étudiants francophones et le coût des études. En revanche, les perspectives de carrière pourraient y être meilleures. « Paris et l'Ile-de-France offrent une très grande concentration de sièges de grands groupes dans les secteurs économiques traditionnels. Moins sur les filières innovantes et émergentes, telles les nouvelles technologies et la santé, analyse Marc Lhermitte. La force de la métropole est donc plus historique que dynamique ».

L'auteur de l'étude balaie aussi le cliché souvent évoqué d'une « fuite des cerveaux » hors de France :

« Quand on analyse objectivement la situation, on constate que la fuite des cerveaux est largement fantasmée. ...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Qui sont les jeunes en décrochage scolaire ?

Qui sont les jeunes en décrochage scolaire ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le gouvernement a présenté vendredi un plan pour aider les 620 000 jeunes qui ont quitté l'enseignement scolaire sans diplôme.

 

« Selon le code de l'éducation, un décrocheur est un élève qui quitte un cursus de l'enseignement secondaire sans obtenir le diplôme finalisant cette formation », explique l'Insee dans son étude intitulée France, portrait social de 2013. 

Ainsi, tous les jeunes qui ont quitté l'école au niveau du collège, ceux qui ont abandonné leur cursus de baccalauréat ou leur formation en CAP et BEP font partie des élèves qui ont « décroché  » d'une formation de l'enseignement secondaire. 

Le gouvernement estime que 620 000 jeunes, âgés de 18 à 24 ans, sont dans cette situation en France.

 

En étudiant le parcours d'un panel d'élèves qui sont entrés en classe de 6e en 1995, l'Insee montre que les origines sociales des étudiants jouent un rôle sur l'obtention d'un diplôme et le phénomène de décrochage scolaire.

 

Ainsi, seuls 5 % des décrocheurs sont des enfants de cadres contre 48 % d'enfants d'ouvriers. Le niveau de vie influe sur le décrochage scolaire car 60 % des familles touchées déclarent n'avoir pas assez de revenus pour permettre aux enfants de poursuivre leurs études, relève l'Insee.

 

Le décrochage scolaire frappe davantage les familles nombreuses : plus d'un quart des élèves concernés (29 %) a plus de trois frères et sœurs. Leurs mères sont généralement peu diplômées, seules 15 % d'entre elles étant titulaires d'un baccalauréat

Enfin, les élèves touchés ont souvent rencontré un « parcours de vie difficile », précise l'Insee. Ainsi, 24 % d'entre eux ont des parents divorcés ou séparés, 21 % ont eu un problème de santé qui a affecté leur scolarité et 22 % ont été confrontés à la maladie ou à la mort d'un parent. ....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - A Paris, la manifestation lycéenne contre les violences policières a dégénéré

Les Inrocks - A Paris, la manifestation lycéenne contre les violences policières a dégénéré | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La mobilisation des lycéens contre les violences policières s’essouffle à Paris. Ce jeudi 13 novembre, des éléments radicaux en ont profité pour prendre la tête du cortège et appeler à l’affrontement avec la police.

 

Le triomphe de la République, la statue monumentale qui orne la place de la Nation à Paris, a pris un coup de jeune : ce jeudi 13 novembre des lycéens l’ont investi. Du haut de ce promontoire, entre l’allégorie de la Justice et le génie de la Liberté, l’un d’entre eux enchaîne les slogans à l’aide d’un mégaphone : “Lycéens en colère, contre les violences policières !”, “Police partout, justice nulle part !”, “Grenades, flashballs, on n’en veut pas !”. A sa gauche, un individu caché sous le masque des Anonymous brandit une pancarte ornée de boutons d’or : “Rémi on ne t’oublie pas”. Rémi Fraisse, le jeune manifestant mort suite à l’explosion d’une grenade offensive à Sivens le 26 octobre, participait à un groupe de protection de cette plante. Son visage est aussi dessiné sur une banderole que tiennent les manifestants.

 

Ils seront 250 tout au plus à se rassembler pour cette troisième manifestation lycéenne à Paris contre les violences policières, alors qu’entre huit et dix lycées ont été bloqués le matin-même à Paris selon la police. “C’est limite si devant Voltaire il n’y avait pas plus de monde”, lâche une lycéenne visiblement déçue par la désaffection du mouvement. L’indignation est cependant toujours palpable.

Au milieu de la petite assemblée, un autre nom surgit des slogans, celui de Yero, un étudiant Mauritanien sans papiers de 17 ans qui avait trouvé refuge dans un hôtel mis à disposition par le SAMU social, et qui a été placé en rétention depuis vingt jours. “Le préfet veut l’expulser au Sénégal. Nous avons eu une réunion avec lui, mais il ne veut rien entendre”, déplore Mai Linh, du lycée Voltaire.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les universités qui font le mieux réussir leurs étudiants

Les universités qui font le mieux réussir leurs étudiants | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la recherche maintient la pression sur les universités pour qu'elles accompagnent mieux leurs étudiants : il publie, pour la deuxième année consécutive, leur taux de réussite par établissement.

 

 

Les résultats ne sont, dans l'ensemble, pas fameux : 40 % des étudiants passent directement en deuxième année, même s'ils changent de cursus, mais 25 % redoublent et près de 30 % quittent l'université sur un échec. Ils ne sont que 27 % à obtenir leur licence en trois ans mais 40 % en quatre ans. Le taux de succès en trois ans varie beaucoup selon la série du baccalauréat obtenu : il est de 35 % avec un bac scientifique ou économique, de 30,3 % avec un bac littéraire, de 9 % avec un bac technologique et 3 % avec un bac professionnel. Une autre variable influe significativement : le retard scolaire. Les bacheliers à l'heure ou en avance ont 36 % de chances de décrocher la licence en trois ans, mais 9 % s'ils accusent un retard de plus d'un an. Ceux qui n'ont pas le bac, soit 5,5 % d'une promotion, ne se débrouillent pas si mal, puisque 21 % la décrochent en trois ans et 29,5 %, en quatre ans.

 

 

D'une université à l'autre, les chances de réussite ne sont pas les mêmes et le ministère a à cœur de tenir compte du public qu'elles accueillent et de corriger ses taux bruts en fonction de plusieurs critères : le sexe, puisque les filles réussissent mieux que les garçons ; les séries du baccalauréat et l'âge auquel il a été obtenu ; l'origine socio-professionnelle…

La différence entre taux brut et taux corrigé donne « la valeur ajoutée », qui mesure les efforts pédagogiques de l'établissement. Parmi les différents indicateurs publiés cette année et qui concernent la promotion inscrite en 2012-2013, nous avons choisi le taux de passage de 1re en 2e année de licence (voir le tableau ci-dessous). Et c'est un petit établissement, pas même une université, le centre Champollion d'Albi, qui s'arroge la 1re place après avoir été 4e, en 2011. L'université d'économie-gestion de Clermont-Ferrand arrive deuxième, après avoir été première, suivie de l'université d'Angers. Le podium accueille donc plutôt de petits établissements, ce qui va un peu à l'encontre du mouvement de fusion et de regroupement encouragé par le ministère....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un lycée en guerre contre l'échec scolaire - Information - France Culture

Un lycée en guerre contre l'échec scolaire - Information - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

A Gennevilliers, en région parisienne, le lycée Galilée vient de généraliser à toutes les classes de seconde un dispositif de lutte contre l'échec scolaire qui repose sur une nouvelle organisation des enseignements, de l'évaluation, de l'emploi du temps et, dans une moindre mesure, de la vie scolaire.
La réussite de cette expérimentation a été rendue possible grâce à l'implication et l'adhésion de l'équipe pédagogique qui a exceptionnellement reçu carte blanche pour améliorer les résultats scolaires dans un établissement classé en « ZEP »....

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La rentrée des profs ressemble à celle des élèves: des angoisses et des jugements hâtifs

La rentrée des profs ressemble à celle des élèves: des angoisses et des jugements hâtifs | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'un de nos chroniqueurs, professeur de maths dans un lycée, raconte comment il a préparé sa rentrée et les erreurs à ne pas commettre les premiers jours.

 

Quand j’étais gamin, je pensais que mes profs n’avaient pas de vie en dehors de l’école. Qu’ils étaient juste profs. Je ne pouvais pas les imaginer en train d’aller au cinéma, de faire du sport, de jouer avec leurs enfants (pour cela il aurait déjà fallu qu’ils fassent des enfants, beurk). Mes camarades semblaient partager ce point de vue hyper paradoxal: faire cours ne nécessitait aucun travail préparatoire, mais être prof voulait dire l'être vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

En rejoignant à mon tour les rangs de l’Éducation nationale, j’ai réalisé que personne ne me demanderait de faire vœu de chasteté ou de renoncer à boire de la Guinness. J’allais être prof 18 heures par semaine (plus les heures supplémentaires, les réunions et le boulot à la maison); le reste du temps, je serais juste moi.

Ayant exercé en collège pendant une demi-douzaine d’années, j’ai pu constater que la croyance sur la non-humanité de l’enseignant a la dent dure, en particulier chez les plus jeunes. J’ai croisé plus d’une fois des élèves stupéfaits de me voir promener l’un de mes enfants en poussette ou écouter de la musique avec un casque (rendez-vous compte: avec un casque). J’ai pourtant l’air d’un type normal, qui porte des jeans et des t-shirts pas repassés. Mais rien n’y fait: fin juin début juillet, quand sonne l’heure des vacances d’été, je sais que beaucoup d’entre eux imaginent que je vais passer deux mois enfermé dans l’armoire de ma salle de classe, comme l’écorché de la salle de biologie, avant d’en ressortir comme si de rien n’était aux premiers jours de septembre.

Les vacances, c'est les vacances

Il est temps de dévoiler un secret qui va bouleverser plus d’un élève: à quelques détails près, les profs sont des gens comme les autres. Dans les jours qui précèdent les grandes vacances, ils prennent des bonnes résolutions pour l’année suivante. Puis beaucoup s’emploient à procrastiner, encore et encore, jusqu’à ce que les derniers jours d’août se fassent inévitables....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les enseignants deux fois plus insultés que les autres

Les enseignants deux fois plus insultés que les autres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
12% du personnel (chefs d'établissement et professeurs) s'est plaint de violence morale sur un an selon une étude de l'Insee.

 

Etre prof n’est pas de tout repos. Une étude de l’Insee, publiée ce jeudi, révèle que les métiers de l’Education nationale sont deux fois plus touchés par les menaces et insultes que les autres professions. En effet, une personne sur dix s’est plainte de violence morale au cours de l’année précédant l’étude. Ce qui représente 12 % du personnel de l’Education nationale contre 7 % en moyenne pour les autres emplois.

Pour Pascale Breuil, la chef de l’unité des études démographiques et sociales de l’Insee, ces chiffres doivent faire l’objet «d’une préoccupation particulière» car c’est bien leur profession qui les expose à ces violences. «Quand on est en contact avec le public, on est de fait plus soumis aux insultes et aux menaces», explique-t-elle.

 

Les chefs d’établissement et les conseillers d’orientation les plus concernés. 23,4 % des chefs d’établissement et des conseillers d’éducation ont admis avoir été victimes de menaces ou d’insultes l’année précédant l’étude contre 16,7 % des enseignants en collèges et lycées, et 11,6 % des professeurs des écoles.

 

Les élèves plus violents au supérieur, les parents en primaire. Dans les collèges et lycées, ce sont les élèves qui sont à l’origine des menaces et des insultes dans 3 cas sur 4. Dans les écoles, les enseignants sont la cible des parents dans 7 cas sur 10....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les enseignants français peu valorisés et en mal de formation

Les enseignants français peu valorisés et en mal de formation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Une enquête de l'OCDE sur les conditions de travail et d’apprentissage des enseignants propose des pistes de réforme du système éducatif français.

 

Seulement 5% des enseignants français estiment que leur métier est valorisé par la société. C’est l’un des résultats les plus inquiétants de l’enquête Talis dévoilée ce mercredi par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui interroge sur les conditions de travail et d’apprentissage des enseignants dans 34 pays. Parmi les 107 000 enseignants interrogés, 3 002 professeurs et 204 directeurs de collèges français se sont prêtés au jeu entre février et juin 2013, mettant en exergue les faiblesses du système éducatif actuel, à savoir la formation et l’évaluation des professeurs.

 

«Deux tiers des enseignants interrogés estiment que leur métier n’est pas reconnu comme il devrait l’être», expose Eric Charbonnier, l’expert choisi par l’OCDE pour présenter ce rapport. En France, ils ne sont que 5% à penser que leur travail est valorisé par la société. Ce qui nous place en avant-dernière position, juste devant la République slovaque et loin derrière la moyenne de l’OCDE, qui est de 31%...

more...
City Of Words's comment, June 26, 2014 2:35 AM
c"est évident. Il y a un trop grand gap entre la mission historique philosophique de l'école et sa société qui désormais la .. consomme;