Education: le bac, un héritage désuet et inutile | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Hérité de la France, le baccalauréat est de plus en plus remis en cause dans ce pays. Au Bénin et dans toutes les anciennes colonies françaises, la question ne se pose pas tant le symbole est encore trop fort. Et pourtant, le Bac révêle de plus en plus sa réalité : une survivance désuète et inutile.
Les Etats-Unis et le Canada sont actuellement les destinations les plus prisées des parents africaines qui rêvent de voir leurs enfants poursuivre de bonnes études universitaires. Et pour cause. C’est dans ces pays que se trouvent les meilleures universités du monde. Selon certains classements, les Etats-Unis possèdent à eux-seuls les 13 universités les mieux classées. Dans le peloton de tête de l’excellence se trouvent aussi l’Angleterre avec ses deux icônes que sont Cambridge et Oxford, le Canada et même des pays émergents comme la Chine, l’Inde et le Brésil..

Le point commun de ces pays, c’est l’inexistence du baccalauréat comme condition pour entrer à l’université. Aux Etats-Unis, la fin des études secondaires est sanctionnée par un diplôme, le High School Diploma, délivré par les circonscriptions scolaires sur la base des résultats obtenus par les élèves tout au long de la dernière année académique. Ceux qui n’ont pas connu une scolarité ordinaire passent un simple test qui n’a rien à voir avec le baccalauréat du système francophone.

La France, qui a inventé le Bac, a certes un système d’éducation universitaire respectable, mais tout de même elle ne compte, dans les meilleurs classements, que deux universités parmi les 100 établissements d’enseignement supérieur plus prestigieux du monde.

Dans ces conditions, comment ne pas s’interroger sur l’utilité de ce parchemin qui, tous les ans mobilise d’énormes ressources humaines et financières?...