L'enseignement da...
Follow
Find tag "entretien"
19.0K views | +0 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

20 000 élèves handicapés déscolarisés : à quand l'école de la République pour tous ?

20 000 élèves handicapés déscolarisés : à quand l'école de la République pour tous ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un constat s'impose : l'Education nationale est en échec lorsqu'il s'agit de la scolarisation des enfants handicapés. 20 000 enfants n'ont pas d'école et se retrouvent donc sans éducation.

Une situation à laquelle souhaite remédier le gouvernement dès l'automne : un chantier de taille.

 Par Jean-Marc Maillet-Contoz, créateur du magazine bimensuel spécialisé dans le monde du handicap : HANDIRECT, qui s'accompagne d'un site internet. En 2010, il créé avec 2 associés le salon URBACCESS, 1er salon professionnel européen dédié à l'accessibilité et la conception universelle. Entretien.

 

Atlantico : Pourquoi la scolarité des enfants handicapés est-elle en souffrance ?

        Jean Marc Maillet-Contoz : En France, il n'y a pas de politiques dans ce domaine, du moins aucune qui ne soit clairement affirmée et qui dégage les moyens nécessaires pour que les enfants accèdent aux écoles ordinaires. On embauche des auxiliaires de vie dans des conditions précaires sans aucun avenir, aucun contrat et donc pas de possibilité de se projeter. Pas de pérennité du système à cause du manque de moyens, bien entendu. Pour se rendre compte, en Italie, ils ont près de 70.000 auxiliaires, contre 6.000 en France. S'ajoute à cela une question de sensibilisation au sein de l’Éducation nationale. Le personnel des établissement estime qu’il n'a pas été préparé à l'accueil de ces enfants. Les professeurs et les directeurs sont pétris de certitudes et affirment trop souvent qu'ils n'ont pas le temps de s’en occuper, qu'ils ne savent pas comment réagir en cas de problème et que de toute façon, ils sont déjà débordés avec des élèves "ordinaires". Le vrai problème se sont aussi ces idées préconçues.

 

Quelles sont les difficultés des enfants handicapés à l'école?

       La première difficulté, c'est le manque d'adaptation des lieux, autant physique (permettre un accès aux fauteuils roulants) que technique. Quand l'enfant a une déficience visuelle ou mentale, il n'y a pas ou peu de structures pour l'accueillir. L'autre souci, c'est le manque de connaissances et de sensibilité des instituteurs sur les différents handicaps. Et, encore et toujours, ce manque considérable de moyens pour dégager à la fois des aides techniques, humaines ainsi que la mise en place de programmes pédagogiques plus adaptés. Qu'on soit au lycée ou à la maternelle, ce qui traine encore, c'est le regard sur le handicap qui n'est pas très favorable, de la part surtout des parents des enfants non-handicapés. Ces parents sont parfois contre la venue d'enfants handicapés dans les classes....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"L'éducation, le seul moteur pour changer la face de l'Afrique" (A. Kidjo) - Afriquinfos

"L'éducation, le seul moteur pour changer la face de l'Afrique" (A. Kidjo) - Afriquinfos | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

LIBREVILLE (Xinhua) - Engagée dans la promotion de l' éducation des enfants en Afrique et en particulier des jeunes filles en tant qu'ambassadrice du Fonds des Nations Unies pour l' enfance (UNICEF), la star béninoise de la chanson Angélique Kidjo a soutenu dans un entretien à Xinhua à Libreville que c'est le seul moteur pour changer la face de ce continent.

 

Invitée pour un spectacle vendredi soir du New York Forum Africa, une rencontre de réflexion économique tenue jusqu'à dimanche dans la capitale gabonaise, la chanteuse s'est en effet réjouie du "nombre incroyable d'enfants en Afrique qui ont commencé l'école primaire" et la réduction de l'inégalité des taux de scolarisation entre les garçons et les filles.

 

   Question : En tant qu'ambassadrice du Fonds des Nations Unies pour l'enfance, comment évaluez-vous l'impact de votre engagement en faveur de l'éduction des enfants et particulièrement des jeunes filles en Afrique ?

     Réponse : L'impact, c'est sur le long terme. Quand on parle de l'éducation des enfants, ce n'est pas en un an ou deux ans qu'on voit les résultats. Quand on a commencé la campagne dans le défi des Objectifs du millénaire (pour le développement, ndlr), le but dans un premier temps, c'était de mettre les enfants au primaire et il y a eu un nombre incroyable d'enfants en Afrique qui ont commencé l'école primaire. L'inégalité de chiffres entre les garçons et les filles se réduit, les choses avancent petit à petit et on se rend compte que l'éducation, c'est le seul moteur, moi je vois avec mes yeux, qui peut vraiment aider à changer la face de l’Afrique.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bilan décevant du soutien à l'école primaire

Bilan décevant du soutien à l'école primaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Interview de Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp (syndicat du primaire affilié à la FSU)...

 

Votre enquête révèle que huit enseignants sur dix ne sont pas ou peu satisfaits par l’aide personnalisée mise en place il y a trois ans sous Xavier Darcos. Quels sont leurs reproches ?

 

Selon les 18 625 enseignants qui ont répondu à notre consultation en ligne, l’aide personnalisée peut s’avérer utile pour les enfants présentant des difficultés légères. En revanche, ils la trouvent inadaptée pour les enfants ayant des problèmes plus lourds, qui devraient plutôt relever des Rased (réseaux d’aides spécialisés aux élèves en difficulté), mis à mal par la droite - 8000 postes d’enseignants Rased ont été supprimés et 250 000 élèves sont sortis du dispositif. Ensuite, comme l’aide personnalisée se déroule le matin avant 8h30, ou sur l’heure du midi, ou après la fin de la classe à 16h30, elle alourdit considérablement la journée scolaire d’enfants qui sont déjà fragiles. Enfin, le dispositif est le même, avec les mêmes ressources, quelle que soit l’école. Or dans les écoles de centres- villes, les plus favorisées, il n’y a que deux-trois élèves concernés, qui peuvent donc être suivis tous les jours. Tandis que, dans les zones d’éducation prioritaires, là où une vingtaine d’élèves ont besoin de soutien, les enseignants suivent cinq élèves le lundi, cinq autres le mardi et ainsi de suite. L’école fait bien réussir ceux qui réussissent déjà bien…

 

Quelle forme de soutien scolaire pourrait se montrer plus adaptée ?

Cette expérience de l’aide personnalisée a montré l’intérêt du travail en petits groupes d’élèves. Cela permet à l’enseignant de mieux observer l’écolier dans sa manière de travailler, donc d’adapter son enseignement. Cela instaure un climat de confiance avec l’enfant. Cela permet aussi à ce dernier de mieux prendre la parole, notamment en maternelle où le développement du langage est si important. Il faut stimuler les « petits parleurs ».....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Le degré d'autonomie des enfants autistes est lié à leur niveau scolaire»

Pour la journée de sensibilisation à l'autisme, le pédopsychiatre Eric Lemonnier fait le point sur la scolarisation des enfants autistes.

 

Ce lundi a lieu la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Libération a rencontré Eric Lemonnier (photo DR), pédopsychiatre au CHU de Brest, spécialiste de la question. L'occasion de faire un point sur la scolarisation des enfants autistes, que la loi de février 2005 oblige à accueillir dans l'établissement le plus proche de leur domicile.

 

     Pourquoi une scolarisation en milieu normal est-elle bénéfique aux enfants autistes ?

      Les enfants autistes ont du mal à généraliser et à faire deux choses simultanément. Pour apprendre, ils ont besoin de ressasser. A l'école, on répète dans un même contexte, puis dans un contexte différent. C'est un système qui, de ce point de vue, correspond totalement au mode d'apprentissage des petits autistes. De plus, ils perçoivent très tôt leur différence et veulent passer inaperçus. Se retrouver en milieu classique les stimule à faire comme les autres. Leur degré d'autonomie est d'ailleurs étroitement lié à leur niveau scolaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le bon programme est celui que les élèves peuvent assimiler | Causeur

Le bon programme est celui que les élèves peuvent assimiler | Causeur | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

François Dubet est directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et enseigne la sociologie à Bordeaux II. Son œuvre questionne l’évolution des institutions issues de la modernité et leurs rapports avec le développement de l’individu, à l’école ou au travail. Il est proche de Pierre Rosanvallon, qu’il côtoie au sein de La République des idées.

 

    Daoud Boughezala. Dans Les Places et les chances, vous battez en brèche le mythe de l’égalité des chances. L’idée d’un égal accès au savoir n’est-elle pas une fiction utile à l’instruction du plus grand nombre ?

      François Dubet. Je ne me reconnais pas dans la lecture que vous faites de mon petit livre. J’y affirme que l’égalité des chances est un principe cardinal des sociétés démocratiques qui doit combiner l’égalité de principe de tous et l’inégalité « empirique » des positions sociales. C’est pour cette raison que l’égalité des chances est nécessairement associée à des procédures méritocratiques. Il n’y a rien à redire à ceci, sauf à s’interroger sur l’équité des procédures méritocratiques. On peut en effet se demander si ce système de sélection n’est pas vaguement « darwinien » par les inégalités qu’il engendre. Dans ce cas, l’égalité des chances ne deviendrait qu’une manière de légitimer a posteriori les inégalités sociales préexistantes...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation prioritaire voulait partager la réussite - ouest-france.fr

L'éducation prioritaire voulait partager la réussite - ouest-france.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Elle est née en 1981. Ambition : aider les élèves les plus défavorisés à vaincre leurs difficultés scolaires. Trente ans plus tard, professeurs et élèves témoignent.

Entretien.

 

   Vous avez été prof dansune cité d'urgence. Était-ce là les prémices de l'éducation prioritaire ?

 

En 1961, j'enseignais à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Quand la cité a fermé, on a fait le point de l'efficacité scolaire. La catastrophe ! À 14 ans, un quart des élèves ne savait pas lire. Avec l'équipe pédagogique, on s'est dit : « On va rester ensemble et essayer de faire autrement. » C'est ce qu'on a fait à Gennevilliers. On a obtenu que les caractéristiques particulières de ce territoire soient reconnues. Et on a eu des conditions très favorisées : quinze élèves par classe, un an de formation pour chaque enseignant, des crédits... Le hic ? Pour bénéficier de ces conditions, il fallait que les enfants figurent, administrativement dans la catégorie « handicapés sociaux » !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Harcèlement :"L'école va devoir réfléchir à sa mission éthique"

Harcèlement :"L'école va devoir réfléchir à sa mission éthique" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Philippe Jeammet, professeur de psychiatrie de l’adolescent, réagit au lancement de la campagne de l'éducation nationale contre le harcèlement scolaire. Interview.

 

L’enquête du sociologue Eric Debarbieux, publiée à l’automne dernier, a montré qu’à l’école primaire et au collège, un élève sur dix est victime de harcèlement.

- En effet, comme s’il fallait que les élèves provoquent les adultes à travers ces comportements extrêmes, à l’instar du "binge-drinking" ou des rites de bizutages. Comme si on ne pouvait plus se contenter de faire ses dents en étant indiscipliné et irrespectueux, et qu’il fallait se valoriser en humiliant, en créant des liens aux dépens d’un plus faible. Quitte à le détruire. Les sentiments de peur, de menace, de solitude, nés du harcèlement ont des effets délétères. Ils détruisent le sentiment de sa valeur. Ils empêchent d’exister.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« Tout va trop vite pour une majorité des élèves » - VousNousIls

« Tout va trop vite pour une majorité des élèves » - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
De plus en plus d’écoliers en difficulté, noyés par des programmes scolaires toujours plus denses, des évaluations imposées toujours plus tôt… Dans son documentaire "L’Ecole à bout de souffle", diffusé mardi 10 janvier à 20h35 sur France 5, la jour­na­liste Marina Julienne met en évidence les lacunes du sys­tème éduca­tif fran­çais et, à l'inverse, les atouts de l'école fin­lan­daise. Entretien....

 Extraits:

La pres­sion sco­laire est de plus en plus forte. J'ai constaté une sur­en­chère avec, d'une part, un sys­tème sco­laire tou­jours plus exi­geant et, d'autre part, des parents tou­jours plus stres­sés. En impo­sant des évalua­tions dès la grande sec­tion de mater­nelle, on se com­porte en pri­maire comme on le fai­sait il y a une quin­zaine d'années avec le col­lège. La pres­sion s'autoalimente, une com­pé­ti­tion entre les écoles com­mence à voir le jour. Une ensei­gnante dit avoir le sen­ti­ment de devoir "enfour­ner" de plus en plus de connais­sances avec de moins en moins de temps. En moyenne sec­tion, l'aide indi­vi­dua­li­sée a lieu pen­dant l'heure du déjeu­ner...

 ...

Il serait illu­soire de trans­po­ser le sys­tème fin­lan­dais en France car la société n'est pas la même. Mais on peut s'en ins­pi­rer ! En Finlande, en pri­maire, on compte 25 ou 26 élèves par classe. Ils sont en demi-groupe la majo­rité du temps, notam­ment pour l'apprentissage de l'anglais, avec un vrai prof bilingue. Pendant ce temps, l'autre demi-groupe fait des maths et le "RASED" inter­vient en sou­tien. L'autre dif­fé­rence repose sur les rythmes sco­laires : l'année type d'un petit Français de 7–11 ans repré­sente 847 heures de cours, sur 144 jours de classe. Alors que l'année type d'un petit Finlandais com­prend 608 heures de cours pour les 7–8 ans et 683 heures de cours pour les 9–11 ans, répar­tis sur 188 jours de classe...

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vincent Peillon / France Inter

Vincent Peillon / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Pascale Clark reçoit Vincent Peillon, Député européen chargé de l'éducation et de l'enseignement supérieur dans l'équipe de campagne de François Hollande.

 

Durée de l'entretien: 6'33''.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Une réforme à contre-courant»

Nathalie Mons, spécialiste de la comparaison internationale des politiques éducatives :...

 

Nathalie Mons, maître de conférences à l’Université Paris Est-Marne la Vallée, est spécialiste de la comparaison internationale des politiques éducatives (1). Elle analyse le projet de réforme d’évaluation au regard des pratiques en Europe.. Entretien.

 ...

Avec le projet du ministère qui donne un rôle clé aux chefs d’établissement, la France se situerait où dans ce cadre européen ?

Si l’inspecteur n’est plus qu’une aide à la décision du chef d’établissement qui, lui, porte le jugement final, la France adopterait un modèle ultraminoritaire, en vigueur dans deux pays, et en plus en voie de disparition - la Belgique l’a abandonné il y a quelques années en décidant d’avoir recours aussi à des inspecteurs. Elle irait ainsi à contre-courant des tendances actuelles qui vont vers le collectif et un regard externe.

...

Y a-t-il un système qui marche ?

S’il n’y a pas un bon modèle, on connaît aujourd’hui les conditions nécessaires : il faut une multiplicité de regards - intérieur comme, pourquoi pas, celui du chef d’établissement, extérieur comme celui de l’inspecteur - et des critères les plus larges possibles. La grande tendance, aujourd’hui, c’est d’avoir «plusieurs regards évaluatifs». En fait, on superpose les évaluations. Ainsi, quatorze pays en Europe ont ajouté à leur dispositif une autoévaluation des établissements. Ceux-ci retiennent un certain nombre de points - résultats des élèves, projets interdisciplinaires, etc. - et mesurent leurs manques et leurs progressions. On a montré que cela avait un effet mobilisateur.

Ce qui est important aussi, car il ne s’agit pas d’évaluations-sanctions, c’est de faire le lien avec des incitations...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Luc Chatel / France Inter

Luc Chatel / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Patrick Cohen reçoit Luc Chatel Ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative...

Durée: 6'21''.

 

Thèmes abordés: la séquestration des instituteurs d'une école catholique de Berre l'Etang par des parents d'élèves, les idées de Marine le Pen, constat sur les suppressions de poste et celles à venir, les heures supplémentaires, la candidature de François Bayrou...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves"

"L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’école publique maternelle et primaire de Ploudalmézeau (Finistère) part en guerre contre les minijupes, les shorts, le maquillage et les talons.

Le règlement intérieur, voté à l’unanimité par le conseil de l’école, instaure un code vestimentaire scrupuleux pour les jeunes filles. Mais, selon l'écrivain Jules Gassot, "on peut lire Voltaire en mini-jupe !"

 

Jules Gassot : Un problème d’éducation entre les parents et les enfants persiste. Si l’école a besoin de se substituer au rôle des parents, ce règlement peut s’avérer nécessaire pour l’établissement.

Il est néanmoins fort dommage que l’école brise la créativité des enfants, tous les matins chacun apprécie de choisir ses vêtements et affirmer son style. C’est l’âge de la découverte. Le maquillage ne me semble pas gênant pour apprendre à lire et à compter. De nos jours, nous observons une phobie ambiante sur tout. Il existe une peur collective sur la sexualité. Au moindre écart, les gens s’alarment. C’est une réaction défensive de l’établissement mais je ne suis pas sûr que cela règle quoique ce soit. Pour régler le sujet, le dialogue s’impose...

 

Les enfants font ça innocemment, je pense que c’est une simple volonté d’imiter les plus grands, sans avoir conscience de leurs actes. C’est de l’amusement d’aller à l’école maquillée et en talon. Je ne pense pas qu’il y est une volonté de séduire l’instituteur derrière ce comportement. On oublie trop souvent la notion du plaisir de découverte des enfants, de tester certaines choses...

 

 

L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves. Elle est là pour les aider à se construire et à s’accomplir. Ce n’est pas à travers un code vestimentaire que l’on peut changer le cerveau de quelqu’un. On peut lire Voltaire en mini-jupe !..

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Archives: Manifestations étudiantes en Grande-Bretagne : "un mouvement inattendu et nouveau" - LeMonde.fr

Archives: Manifestations étudiantes en Grande-Bretagne : "un mouvement inattendu et nouveau" - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Petite archive du 10 décembre 2010 qui fait écho à l'actualité:

 

Le Monde.fr - Jeudi, des étudiants ont manifesté contre la hausse des frais de scolarité pour la quatrième fois en un mois. Pour la chercheuse Sarah Pickard, ce mouvement est amené à durer.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le palmarès des formations qui mènent le plus au chômage

Le palmarès des formations qui mènent le plus au chômage | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A quelques jours des résultats du bac, le site d'emploi qapa.fr a dressé un classement des études après lesquelles il est le plus difficile de trouver un emploi. Découvrez ici quels sont les secteurs à éviter pour être vite embaucher....

 

Même si les résultats du baccalauréat 2012 ne sont annoncés que le 6 juillet, les 700.000 candidats ont déjà dû bien réfléchir à leur orientation. Et face à une conjoncture économique difficile pour les jeunes, avec une hausse constante du chômage ces dernières années et une précarisation des emplois (CDD, intérim), le choix d'une formation diplômante devient un casse-tête. Faut-il se tourner vers la faculté ou opter pour un IUT ou un BTS plus court et professionnalisant ?

Pour de nombreux jeunes, il s'agit de faire à la fois des études intéressantes et d'obtenir un diplôme suffisamment valorisé sur le marché du travail pour décrocher un premier emploi rapidement. Or, 68% d'entre eux confirment qu'ils ne sont pas du tout informés des secteurs porteurs et des bassins d'emploi actifs selon qapa.fr....

 

Voici le classement des formations "pour être sûr d'être au chômage après le Bac" :

1. Journalisme/Edition/Imprimerie

2. Commerce de gros et Import/export

3. Chimie

4. Industrie textile, cuir et confection

5. Agro-alimentaire

6. Droit

7. Social

8. Télécommunications

9. Beauté/Cosmétiques

10. Marketing/Communication/Publicité/RP

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'école de la réussite privilégie l'oral et l'imagination

L'école de la réussite privilégie l'oral et l'imagination | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'école de la réussite privilégie l'oral et l'imagination - Ca bouge à l'école !

Ca bouge à l'école ! A la suite du premier Conseil supérieur de l'éducation présidé le 8 juin par Vincent Peillon, le nouveau ministre de l'Education nationale continue de rencontrer cette semaine les partenaires du système éducatif. Agnès Florin*, professeur de psychologie de l’enfant et de l’éducation à l’Université de Nantes, approuve son choix de mettre l'accent sur l'école primaire et revient pour lavie.fr sur ses premières mesures.

 

     François Hollande et son ministre de l'Education, Vincent Peillon, entendent revenir aux fondamentaux. Une priorité ?

      L'école primaire est essentielle : c'est là que se créent les plus grandes inégalités sociales, parfois même dès l'école maternelle. C'est bien d'investir là, mais ce n'est pas une question de moyens seulement : il faut également renouveler la formation pédagogique. D'abord en rétablissant une bonne formation initiale, avec notamment l'apprentissage du développement de l'enfant psychologique, moteur, langagier, social... Comment enseigner sinon, avec des connaissances qui datent de Jean Piaget, voire du XIXe siècle ? Et puis introduire une formation continue, pour les enseignants qui sont en poste. Les compétences des jeunes enfants sont de mieux en mieux connues. On sait par exemple aujourd'hui le poids du non verbal dans les apprentissages : intonation de voix, sourire, haussement d'épaules ou de sourcils, aparté entre enseignants... L'enfant perçoit très bien toutes ces évaluations implicites qui peuvent conditionner sa réussite.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Geneviève Fioraso : "La loi sur l'autonomie a été un leurre total"

Geneviève Fioraso : "La loi sur l'autonomie a été un leurre total" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La ministre de l'enseignement supérieur Geneviève Fioraso détaille ses projets au Monde et annonce un maintien de l'autonomie, mais avec une profonde remise à plat de la gouvernance des universités.

 

François Hollande avait promis une réforme en profondeur de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, annonce au Monde que "plus qu'une réforme en profondeur, ce sera une nouvelle loi d'orientation de l'enseignement supérieur et de la recherche qui va remplacer la LRU". Celle-ci sera déposée au Parlement début 2013, "après une grande concertation de toute la communauté universitaire". Des assises régionales auront lieu en octobre puis nationales fin novembre-début décembre.

A peine désignée, la nouvelle ministre a multiplié les visites auprès de la communauté universitaire : enseignants, chercheurs, présidents d'université, syndicats... Objectif : restaurer le dialogue et la confiance. La méthode est saluée. Celle-ci suffira-t-elle à calmer les impatiences ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'historien de l'éducation Antoine Prost pour la suppression de la semaine de quatre jours à l'école - Lagazette.fr

Antoine Prost, historien de l'éducation, attend du futur président de la République qu'il supprime la semaine de quatre jours à l'école primaire et qu'il rétablisse une formation des enseignants à partir des stages, en veillant à une bonne gouvernance du système éducatif....

 

La priorité numéro un, c’est d’en finir avec la semaine de quatre jours dans le primaire. Il n’y a pas de mystère, cet enseignement ne peut pas être efficace : avec 140 jours de classe, contre 180 à 200 dans les autres pays, on est nécessairement perdants.
Et on ne peut pas organiser l’enseignement en faisant l’impasse complète sur les possibilités réelles d’attention et d’acquisition des savoirs des élèves de 6 à 11 ans.
C’est une entreprise de démolition de l’école : on continue à soigner les cancers avec de l’aspirine.

Sur le constat, tout le monde est d’accord. En 2002, un rapport des inspections générales concluait que la semaine de quatre jours était la pire des solutions. Or, c’est précisément ce qui a été fait !
Vous n’avez pas une entreprise qui, ayant commandé un rapport d’audit interne, fait le contraire de ce qu’il propose. C’est un mode de gouvernance insensé ! Pour moi, le plus efficace, ce serait 5 jours à 5 heures par jour.

La deuxième priorité, c’est de rétablir une formation des maîtres à partir des stages, mais cela suppose des créations de postes. François Bayrou, qui affiche cette volonté sans créer de postes, je ne sais pas comment il fait...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« Je comprends que le métier de prof ne fasse pas envie »

« Je comprends que le métier de prof ne fasse pas envie » | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Eric Barbazo, le président de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (APMEP) soutien la démission collective des membres du jury de l’agrégation de maths et avance des explications quant à la crise des vocations dans l’enseignement. Entretien.

 

    Marianne : Quel regard portez-vous sur la démission d’un quart des membres du jury de l’agrégation de mathématiques ?
   Eric Barbazo : Nous partageons entièrement les inquiétudes des membres démissionnaires. Ce cri d’alarme est bien la preuve que la réforme de la masterisation est un échec. En privant les étudiants d’une année de stage, elle a accentué la baisse des candidatures au concours de l’enseignement. Depuis 2009, toute la communauté éducative n’a eu de cesse d’exprimer son désaccord profond avec cette réforme....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bac pro en trois ans : est-ce que ça marche ? - Question d'éducation - Éducation / jeunesse - France Info

Bac pro en trois ans : est-ce que ça marche ? - Question d'éducation - Éducation / jeunesse - France Info | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un bachelier sur cinq est aujourd’hui un bachelier professionnel. Un diplôme qui depuis 2009 se prépare en trois ans au lieu de quatre.

 

Bilan de cette réforme avec notre question du jour : "Où en est le bac pro ?". On la pose à Vincent Troger, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’IUFM de Nantes, auteur de plusieurs études sur le sujet à lire ici et là.

 

Entretien radiophonique de 6'44''.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Utiliser Twitter à l'école ? Mais l'Éducation nationale est déjà exagérément ouverte aux nouvelles technologies !"

"Utiliser Twitter à l'école ? Mais l'Éducation nationale est déjà exagérément ouverte aux nouvelles technologies !" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Twitter, un bon outil pédagogique pour permettre aux élèves timides de s'exprimer davantage ? C'est ce que semble démontrer une étude effectuée par des chercheurs australiens. Et si tout ceci était du vent ?

Entretien avec Jean-Paul Brighelli, professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français.

 

       Atlantico : Dans le cadre de la parution d'une étude concernant l'usage de Twitter à l'école, des chercheurs australiens démontrent que ce réseau social est un bon outil pédagogique pour permettre aux élèves timides de s'exprimer davantage. Est-ce une piste à suivre pour améliorer l'éducation ?

        Jean-Paul Brighelli : Est-ce que l’on soigne sa timidité par des contacts virtuels ? Non. C’est du pipeau ! Ce sont des statistiques pour des sociologues anglo-saxons. La réalité est toujours plus complexe. La réalité c’est essentiellement de l’humain, or, les machines ne facilitent pas l’humain.

Tant que l’on n’arrive pas à un niveau d’étude supérieur, on ne peut avoir des machines qu’un usage mortifère. Si cette pratique se généralise cela serait extrêmement dangereux. Nous avons suffisamment d’autistes, il est inutile d’en fabriquer d’autres...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Diplômés étrangers: «la nouvelle circulaire n'est pas satisfaisante»

Fatma Chouaieb, porte-parole du collectif du 31 mai qui représente les étrangers fraîchement diplômés victimes de la circulaire Guéant. Elle décrypte la nouvelle mouture du texte publié jeudi.

 

La nouvelle mouture est-elle satisfaisante ? Le collectif du 31 mai, un groupe de diplômés étrangers qui s'est constitué sur Facebook en réaction à la circulaire, n'est qu'à moitié convaincu. Fatma Chouaieb, l'une des porte-parole, sortie d'HEC, décrypte le nouveau texte.

 

  Cette circulaire vous satisfait-elle ?

   Disons que c'est un premier pas. Elle est loin de nous satisfaire entièrement mais elle permet d'améliorer au moins un point. Dorénavant, la question de l'adéquation entre le diplôme et l'emploi décroché ne sera plus laissée à l'appréciation de la préfecture. Il reviendra à l'entreprise et l'université de prouver que le poste correspond au niveau de compétences du jeune.

 

    Le texte accorde une large place à l'autorisation provisoire de séjour (APS) qui permet de rester sur le territoire français sans passer du statut d'étudiant à celui de salarié. Ce dispositif est-il nouveau ?

    Non, il existe depuis 2006 mais en pratique, il est peu utilisé car trop restrictif. Pour obtenir cette APS, il faut écrire une lettre dans laquelle on s'engage à rentrer dans notre pays d'origine après une première expérience professionnelle. En pratique, si vous avez un CDD, vous avez une autorisation de séjour pour la durée du contrat et tant pis si vous obtenez un renouvellement, vous êtes obligé de partir. Si vous décrochez un CDI, vous pouvez rester un an. Avec cette nouvelle circulaire, on voit où veut en venir le gouvernement: il souhaite généraliser ce dispositif mais cela ne nous satisfait pas du tout.

 

    Vous comptez poursuivre la mobilisation ?

    Bien sûr...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Enseignement : «Nous défendons le maintien d'une double évaluation»

Enseignement : «Nous défendons le maintien d'une double évaluation» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les enseignants protestent contre un projet de réforme sur leur évaluation. Daniel Robin, co-secrétaire du Snes, le principal syndicat des professeurs du secondaire, a répondu à vos questions.

 

Lucky. Luc Chatel enquille réforme sur réforme. Où veut-il en venir?
Daniel Robin. Je pense que Luc Chatel a un projet très clair en matière éducative et en matière de gestion de personnel. La réforme du lycée est l'exemple de ce qu'il veut faire en matière éducative, le projet d'évaluation sur les enseignants, est l'image de ce qu'il veut faire en matière de gestion de personnel.

 

Profs. Les profs sont-ils demandeurs d'évaluation? Les évaluations des inspecteurs leur conviennent-ils?
D. R. Tout le monde doit être évalué. L'évaluation c'est le moyen de s'interroger sur ses pratiques, de les confronter avec un autre regard, bref d'exercer mieux son métier. Les évaluations actuelles par les inspecteurs ne sont pas satisfaisantes. Une évaluation devrait aussi être formatrice, et aujourd'hui les liens se sont considérablement distendus entre les corps d'inspection et les enseignants. Les inspecteurs sont devenus aux yeux des enseignants des juges, alors qu'ils devraient être des personnels qui aident et qui conseillent...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pour Claude Thélot, la Cour des comptes devrait s’intéresser de plus près à l’évaluation de l’école

Pour Claude Thélot, la Cour des comptes devrait s’intéresser de plus près à l’évaluation de l’école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Claude Thélot a dirigé la direction statistique du ministère de l’éducation huit années durant, présidé le débat national sur l’avenir de l’École en 2003-2004 et été conseiller-maître à la Cour des Comptes. Peu loquace sur l’éducation aujourd’hui, il a accepté de répondre au Monde pour dénoncer une situation qu’il estime extrémement choquante sur le fond. En effet, les publications de la DEPP, Direction de l'évaluation, de la pprospective et de la performance se raréfient. Certains chercheurs dénoncent leur non parution, lorsqu'elles ne servent pas la communication ministérielle (cf Le Monde daté 13 janvier).
Les parents d’élèves de la FCPE viennent de prévenir que "les informations relevant de missions de service public ne sauraient être réservées au seul ministre " Interstat, le collectif de syndicats de l’Insee et des services statistiques ministériels dénonce de son côté le débat faussé » sur l’éducation et la mise à l’écart de la Depp. De son côté, le Haut Conseil de l'Education, (HCE) écrivait en septembre dans un rapport « Il est essentiel que, dans notre démocratie, les données concernant les résultats de notre système éducatif soient objectives et transparentes, donc incontestables"....

 

Entretien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

François-Xavier Roth : « l’école n’offre pas cet espace qui permet d’avoir accès à l’art » - VousNousIls

François-Xavier Roth : « l’école n’offre pas cet espace qui permet d’avoir accès à l’art » - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

François-Xavier Roth, chef d’orchestre à la renommée internationale, créateur du fameux ensemble "Les Siècles", consacre depuis plusieurs années une partie de son temps aux publics scolaires. Il dirige ainsi cer­tains des concerts éduca­tifs de la Cité de la Musique, dont le pro­chain, le 1er décembre. Il nous explique ce que cet enga­ge­ment repré­sente pour lui. Entretien.

 

Comment travaillez-vous avec les élèves et quels sont leurs retours ?

     Concrètement, il y a une très grande pré­pa­ra­tion. Les musi­ciens de l'orchestre Les Siècles se rendent dans les classes qui assis­te­ront au concert plu­sieurs fois pour ini­tier les élèves à la musique, en leur jouant des extraits, mais aussi en les fai­sant jouer, avec la voix, avec des ins­tru­ments de per­cus­sions... Les élèves sont mis au cœur de la musique, par­ti­cipent plei­ne­ment. Cette par­tie est extrê­me­ment impor­tante, car il y a un véri­table lien qui se crée avec les musi­ciens au fil des ate­liers, musi­ciens que les enfants retrou­ve­ront sur scène le jour du concert, et à qui ils pose­ront leurs ques­tions à la fin du spec­tacle –l'orchestre et moi-même allons tou­jours à la ren­contre du public une fois le concert terminé....

 

L'emploi du temps des enfants à l'école est à revoir de A à Z. L'école répu­bli­caine devrait pou­voir offrir de l'espace à la pra­tique musi­cale, autant qu'à l'activité spor­tive ou scien­ti­fique ou lit­té­raire. Aujourd'hui, l'école n'offre pas cet espace qui per­met d'avoir accès à l'art. Nous artistes, nous savons très bien qu'avoir une pra­tique artis­tique ensemble, comme chan­ter dans une cho­rale par exemple, per­met de résoudre nombre de dif­fi­cul­tés sco­laires et d'augmenter la réus­site des élèves, en déve­lop­pant d'autres com­pé­tences. Aujourd'hui seuls les élèves doués et sui­vis par leurs parents peuvent avoir une pra­tique musi­cale régu­lière. Les rythmes sco­laires infer­naux rendent cette acti­vité mal­heu­reu­se­ment élitiste. Il ne s'agit pas de recru­ter de futurs musi­ciens pro­fes­sion­nels parmi tous les élèves, mais juste de com­prendre que la pra­tique artis­tique construit l'humain. Ce qui res­tera dans cin­quante ans, ce ne sont pas les chiffres de la crise écono­mique : ce sont les œuvres d'art, les livres. C'est cela qui est l'humain...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

M. Peillon n’exclut pas « un allègement d’horaires au lycée »

M. Peillon n’exclut pas « un allègement d’horaires au lycée » | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Chargé par François Hollande d’un immense secteur allant de la maternelle à l’université, englobant la jeunesse, la formation professionnelle et la recherche, Vincent Peillon est l’un des hommes forts de la campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle. Il dévoile au Monde le détail du programme esquissé samedi 19 novembre à Strasbourg par M.Hollande.

(Ceci est une version longue de l'entretien paru dans Le Monde daté du 22 novembre 2011). Extrait.

 

La droite s'occupe déjà du temps scolaire, non ?

La droite a réduit à 140 le nombre de jours de classe, contre une moyenne européenne à 180. Pour autant, nous avons les heures-années souvent les plus lourdes pour les élèves. D'où des journées surchargées. Il faut de nouveau réformer. Néanmoins, ce sujet est essentiel car c’est par cette entrée que nous aborderons l’aide individualisée, les programmes, les méthodes.

 

Vous mettez l'accent sur l’enseignement primaire ?

Oui, plus largement en travaillant sur une meilleure continuité des apprentissages tout au long de la scolarité obligatoire et en n'oubliant pas que l’école maternelle a été particulièrement maltraitée ces dernières années. Il faut se redonner les moyens de remonter à plus de 30 % le taux de scolarisation des enfants entre 2 et 3 ans : il était à 34 % il y a dix ans, il est à 13 % aujourd'hui. C’est un des nombreux exemples du saccage de notre école par les gouvernements successifs de la droite. Il nous faut reconstruire : cela nous coûtera effectivement quelques milliers de postes, mais cela répondra aux besoins des enfants de milieux les plus défavorisés. Mais cela ne permettra pas de réduire massivement les 15 % de non lecteurs à la sortie du primaire… Cela y contribuera. Notre école primaire est aujourd'hui celle où le taux d'encadrement est le plus faible des pays de l'OCDE...

more...
No comment yet.