L'enseignement da...
Follow
Find
17.9K views | +2 today
 
Scooped by Vincent DUBOIS
onto L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

L'enseignement catholique en fait-il trop sur le mariage pour tous ?

L'enseignement catholique en fait-il trop sur le mariage pour tous ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dans un courrier que publie Libération, le ministre de l'Education appelle les recteurs à «la plus grande vigilance» face aux risques de «stigmatisation homophobe» dans les établissements privés qui pourraient débattre du sujet.

 

Avec ses quelque deux millions d'élèves, l’enseignement catholique se prépare-t-il à la mobilisation contre le projet de loi sur le mariage pour tous ? C’est la crainte du ministre de l’Education Vincent Peillon, qui a envoyé ce vendredi une lettre à ses recteurs d’académie, leur demandant «la plus grande vigilance» vis-à-vis des établissements privés. «Le caractère propre de ces établissements ne saurait leur permettre de déroger au strict respect de tous les individus et de leurs convictions, écrit le ministre dans ce courrier que Libération s'est procuré (voir ci-dessous). Il convient donc d'appeler à la retenue et à la neutralité au sein de tous les établissements afin que l'école ne fasse l'objet d'aucune instrumentalisation.»

La lettre ministérielle est en fait une réponse au courrier envoyé à la mi-décembre par le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre. Dans cette missive transmise à 8 300 chefs d'établissements, il rappelle son opposition au projet de loi ouvrant la voie au mariage pour les couples homosexuels. De Labarre va même plus loin, en proposant aux directeurs de «prendre des initiatives qui [leur] paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée».

Tollé chez certains syndicats du privé, qui dénoncent une ingérence intolérable, et une volonté d’instrumentaliser les élèves. La tonalité est semblable chez Vincent Peillon. Le ministre dénonce la «faute» du secrétaire de l’enseignement catholique, jugeant qu'il n'est «pas opportun d’importer dans l'école le débat sur le mariage pour tous». «Je ne veux pas raviver la guerre scolaire», nuance-t-il toutefois au Monde. Dans sa lettre, il rappelle par ailleurs que «la prévalence du suicide chez les jeunes homosexuels est plus de cinq fois supérieure que chez les jeunes hétérosexuels». ...

more...
No comment yet.
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Si le programme Erasmus est connu dans toute l’Europe, le petit nouveau, "Erasmus+", a beaucoup moins fait parler de lui. Il devrait pourtant entrer en vigueur le 1er janvier 2014. Décryptage de ce nouveau programme en 5 chiffres.

 

On l’a cru un temps en danger, il est finalement renforcé. Le programme Erasmus continuera bien à aider des centaines de milliers d’étudiants à se former à l’étranger, parmi les 33 pays partenaires (les 28 Etats membres de l’Union européenne plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie).

Mais par souci de simplification, “Erasmus” va être regroupé avec d’autres programmes d’échange européens sous l’appellation “Erasmus+”. Si le Parlement européen a adopté la proposition le 19 novembre dernier, le Conseil (Etats membre) devrait donner son accord le 11 décembre prochain.

Décryptage du nouvel “Erasmus+” en 5 chiffres.

 

 

• 7 programmes réunis en un

Si le programme garde le nom du fameux philosophe humaniste, il regroupera tous les dispositifs mis en place par l’Union européenne en faveur de la formation des jeunes. “Comme nous ne voulions pas perdre l’étiquette d’Erasmus, nous avons nommé le nouveau programme Erasmus+“, confie Doris Pack, député Parti Populaire Européen (PPE) rapporteur du texte sur Erasmus+.

Sous ce label seront regroupés :

- Erasmus

- Erasmus Mundus, qui permet à des étudiants européens de partir dans des pays non-européens

- Leonardo da Vinci, qui permet à des étudiants d’aller se former professionnellement en tant qu’apprentis à l’étranger

- Comenius, destiné aux élèves de la primaire jusqu’au lycée

- Grundtvig, pour les adultes ayant décidé de reprendre leurs études

- Jeunesse en Action, pour les jeunes de 13 à 30 ans qui souhaitent faire du volontariat à l’étranger

- Un volet sportif (développé ci-dessous)

 

 

• 14,7 milliards d’euros

C’est le budget alloué au programme Erasmus+ pendant les sept prochaines années (2014-2020). Cela équivaut à une augmentation de 40% par rapport aux budgets cumulés alloués aux programmes pour la période précédente, de 2007 à 2013. Le programme Erasmus seul, par exemple, disposait de 3,1 milliards d’euros pour 2007-2013.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Au XIXe siècle, l'université d'Heidelberg réservait un endroit spécial aux étudiants: une prison

Au XIXe siècle, l'université d'Heidelberg réservait un endroit spécial aux étudiants: une prison | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les conditions de détention n'étaient pas des plus horribles.

 

Au cours du XIXe siècle, les étudiants turbulents de l'Université d'Heidelberg, en Allemagne, étaient ostracisés dans un lieu insolite: la prison du campus.

Le «studentenkarzer», ou cachot des étudiants, détenait des étudiants de premier cycle coupables de menus larcins, souvent sous l'emprise de l'alcool, comme du tapage, des duels ou des lâchers inopinés de cochons dans la ville.

Les punitions allaient de quelques jours à quelques mois dans la prison, suivant le degré de gravité du délit. Les étudiants devaient continuer à suivre leurs cours durant leur incarcération.

Les conditions de détention n'étaient pas vraiment des plus horribles: les cellules étaient spacieuses et dotées de bureaux et de vrais lits.

Un séjour dans le studentenkarzer est donc vite devenu un rite de passage pour les fortes têtes, qui griffonnaient leur nom et les symboles de leur fraternité étudiante sur les murs. Dans ses dernières années de service, quand les visites extérieures furent autorisées, les détenus y faisaient venir leurs amis et la prison devint un lieu de fêtes.

Après sa fermeture en 1914, le studentenkarzer a été transformé en musée, avec ses graffitis et autres curiosités, ouvert au public.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vous voulez lutter contre la violence à l'école? Emmenez un bébé dans la classe

Vous voulez lutter contre la violence à l'école? Emmenez un bébé dans la classe | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Les Canadiens ont une stratégie unique pour limiter la violence et le harcèlement à l’école: faire venir des bébés dans les classes.

Depuis 1996, le programme Roots of Empathy (Racines de l’Empathie) introduit des nourrissons dans les écoles primaires et les collèges. Assis par terre en cercle, les élèves observent, l’œil attendri, les bambins qui pleurent, bavent, rient et rampent. Plusieurs études ont montré que ces sessions permettaient de réduire les comportements agressifs chez les élèves, avec des effets qui durent jusqu'à trois ans après.

Un parent bénévole amène son petit une fois par mois pendant neuf mois, et les cours sont animées par un enseignant spécialisé.

Au début, le bébé a entre deux et quatre mois, et à chaque session, les élèves suivent son développement jusqu'à un an environ. La rencontre avec le bébé (qui porte un t-shirt sur lequel est écrit «petit prof») est suivie d’une session plus scolaire, avec lecture de textes et écriture d’histoires inspirées par le nourrisson.

Lors de ces cours, les enfants décrivent les émotions du bébé, le dessinent, posent des questions aux parents et chantent des comptines. L’idée est que la présence de ce bébé qui ne juge personne (et ne voit pas les hiérarchies sociales) a un effet calmant et libérateur.

Après avoir parlé des émotions du bébé, les élèves apprennent à nommer leurs propres émotions, et à développer leur capacité à se mettre à la place des autres pour imaginer ce qu’ils ressentent.

Si le bébé pleure, les élèves ont immédiatement envie de l’aider. Ensuite, ils auront une discussion sur ce qui les rend eux-mêmes tristes, et sur les circonstances dans lesquelles ils pleurent. Au fil de la séance, ils parleront aussi de comment réagir lorsqu’un de leurs camarades est en larmes.

Selon les organisateurs, cette sorte de thérapie de groupe impulsée par le bébé favorise les comportements altruistes....

...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les enseignants deux fois plus insultés que les autres

Les enseignants deux fois plus insultés que les autres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
12% du personnel (chefs d'établissement et professeurs) s'est plaint de violence morale sur un an selon une étude de l'Insee.

 

Etre prof n’est pas de tout repos. Une étude de l’Insee, publiée ce jeudi, révèle que les métiers de l’Education nationale sont deux fois plus touchés par les menaces et insultes que les autres professions. En effet, une personne sur dix s’est plainte de violence morale au cours de l’année précédant l’étude. Ce qui représente 12 % du personnel de l’Education nationale contre 7 % en moyenne pour les autres emplois.

Pour Pascale Breuil, la chef de l’unité des études démographiques et sociales de l’Insee, ces chiffres doivent faire l’objet «d’une préoccupation particulière» car c’est bien leur profession qui les expose à ces violences. «Quand on est en contact avec le public, on est de fait plus soumis aux insultes et aux menaces», explique-t-elle.

 

Les chefs d’établissement et les conseillers d’orientation les plus concernés. 23,4 % des chefs d’établissement et des conseillers d’éducation ont admis avoir été victimes de menaces ou d’insultes l’année précédant l’étude contre 16,7 % des enseignants en collèges et lycées, et 11,6 % des professeurs des écoles.

 

Les élèves plus violents au supérieur, les parents en primaire. Dans les collèges et lycées, ce sont les élèves qui sont à l’origine des menaces et des insultes dans 3 cas sur 4. Dans les écoles, les enseignants sont la cible des parents dans 7 cas sur 10....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les enseignants français peu valorisés et en mal de formation

Les enseignants français peu valorisés et en mal de formation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Une enquête de l'OCDE sur les conditions de travail et d’apprentissage des enseignants propose des pistes de réforme du système éducatif français.

 

Seulement 5% des enseignants français estiment que leur métier est valorisé par la société. C’est l’un des résultats les plus inquiétants de l’enquête Talis dévoilée ce mercredi par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui interroge sur les conditions de travail et d’apprentissage des enseignants dans 34 pays. Parmi les 107 000 enseignants interrogés, 3 002 professeurs et 204 directeurs de collèges français se sont prêtés au jeu entre février et juin 2013, mettant en exergue les faiblesses du système éducatif actuel, à savoir la formation et l’évaluation des professeurs.

 

«Deux tiers des enseignants interrogés estiment que leur métier n’est pas reconnu comme il devrait l’être», expose Eric Charbonnier, l’expert choisi par l’OCDE pour présenter ce rapport. En France, ils ne sont que 5% à penser que leur travail est valorisé par la société. Ce qui nous place en avant-dernière position, juste devant la République slovaque et loin derrière la moyenne de l’OCDE, qui est de 31%...

more...
City Of Words's comment, June 25, 11:35 PM
c"est évident. Il y a un trop grand gap entre la mission historique philosophique de l'école et sa société qui désormais la .. consomme;
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bien choisir ses enseignements d'exploration en seconde

Bien choisir ses enseignements d'exploration en seconde | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Quels enseignements d'exploration choisir ? A quoi correspondent-ils concrètement ? Sont-ils déterminants pour le reste de la scolarité ? Ces questions, Elisabeth Poinat, conseillère d'orientation-psychologue au centre d'information et d'orientation (CIO) Médiacom de Paris, les a entendues assez fréquemment ces derniers temps. A l'approche du dernier conseil de classe de l'année, il est temps pour les élèves de troisième qui se dirigent vers une seconde générale ou technologique de faire leurs vœux définitifs et de choisir leurs deux enseignements dits « d'exploration ». Deux cours d'1 h 30 par semaine chacun, devenus obligatoires en 2010 avec l'entrée en vigueur de la réforme du lycée du ministre de l'éducation nationale d'alors, Luc Chatel. Au menu de la première option, les lycéens doivent obligatoirement choisir une discipline économique. Soit « sciences économiques et sociales » (SES), soit « principes fondamentaux de l'économie et de la gestion » (PFEG). Les deux matières abordent les mêmes thèmes, à savoir les grandes problématiques économiques contemporaines telles que la consommation ou le fonctionnement des entreprises. Seules l'approche et les méthodes d'apprentissage diffèrent. En SES, les élèves analyseront ces questions de société sous l'angle économique et sociologique. Alors qu'en PFEG, ils aborderont plutôt des faits d'actualité par le biais du droit et de la gestion. Une première option qui reste assez générale, donc, et peu variée. Le deuxième enseignement, à l'inverse, est plus divers et plus concret. L'offre va de la biotechnologie aux activités artistiques en passant par une troisième langue vivante ou une langue régionale. Au total, douze matières que les lycées peuvent proposer. Souvent, ils n'en dispensent que cinq ou six. A côté des deux disciplines économiques, les plus fréquentes sont : « méthodes et pratiques scientifiques » (MPS), « littérature et société », « arts », « sciences de l'ingénieur » et « sciences et laboratoire » ou une troisième langue....
more...
Télécours Formation's curator insight, June 10, 10:54 AM

Le journal "Le Monde" s'est penché sur le délicat choix d'enseignements d'exploration ben classe de Seconde...

Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Les campus américains mis en cause pour leur traitement des victimes de viol

Les Inrocks - Les campus américains mis en cause pour leur traitement des victimes de viol | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Des graffiti listant les "violeurs du campus" sont apparus cette semaine dans la prestigieuse université de Columbia, accusée de tenir à sa réputation plus qu'à la sécurité de ses élèves.
Rarement des graffitis auront causé autant de polémiques que ceux découverts, mercredi 7 mai, dans les toilettes des filles de trois bâtiments du campus de la prestigieuse université américaine de Columbia, et celui, voisin, du college pour femmes de Barnard. Sous les inscriptions de “violeurs du campus” ou “responsables d’agressions sexuelles sur le campus”, des listes de jeunes étudiants à Columbia. Des listes similaires ont aussi été retrouvées sur des flyers. La direction du campus a promptement fait effacer les inscriptions, mais les responsables de cette dénonciation publique n’ont pas été identifiés. Si les médias et les journaux étudiants de Columbia, qui ont révélé l’affaire, ont plutôt condamné la méthode, cet épisode est la dernière manifestation d’un problème manifeste lié au traitement des victimes de viol dans l’établissement, et dans les facs américaines en général. 55 d’entre elles font actuellement l’objet de plaintes auprès du gouvernement américain de la part d’étudiants, accusées de ne pas respecter les consignes du ministère de l’Éducation des États-Unis qui demandait, en 2011, plus de sévérité pour punir le harcèlement et les agressions sexuelles. C’est le cas, depuis le mois d’avril, de Columbia et Barnard, après une plainte déposée par 23 étudiants. Aux États-Unis, les étudiants peuvent choisir entre porter plainte pour viol auprès de la police ou de l’administration de leur campus, qui juge alors l’affaire en interne. Les sanctions peuvent aller d’un simple avertissement à l’expulsion de l’élève mis en cause (comparativement, la justice de l’Etat de New York peut punir un viol d’une peine de prison allant jusqu’à 25 ans). Une solution prisée par certaines étudiantes interrogées par une journaliste de The Blue and White, un des journaux du campus de Columbia. Réticentes à l’idée d’envoyer un camarade en prison, ou échaudées par la mauvaise réputation de la police, elles s’imaginaient qu’elles seraient mieux entendues au sein d’un justice de proximité comme celle de Columbia...
more...
oliviersc's comment, May 18, 8:40 AM
Si ce n'est pas un hoax, c'est à ne pas ignorer : https://plus.google.com/u/0/114108954249717412482/posts/XDXo7bNmBhD
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants français au Québec inquiets pour leur porte-monnaie

Les étudiants français au Québec inquiets pour leur porte-monnaie | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
2 440 personnes ont signé une pétition contre l'augmentation des frais de scolarité des étudiants français, qui passeraient de 1 500 à 4 200 euros annuels.

 

S’endetter plus ou rentrer en France sans diplôme ? Les étudiants français au Québec sont des centaines à se poser cette question depuis quelques semaines. A l’origine de leurs inquiétudes, l’une des propositions faite par le nouveau Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, durant sa campagne, ainsi que le budget présenté par l’ancien gouvernement, en février. Chacun prévoit une augmentation des frais de scolarité des étudiants français installés au Québec. Des frais qui pourraient tripler.

Depuis l’annonce de cette proposition dans le budget 2014-2015, une pétition a été lancée sur Internet. Ce vendredi, ils étaient 2 440 à y avoir apposé leur signature. Parmi eux, Margaud Castadère-Ayçoberry, étudiante en journalisme international à l’université de Laval. Comme pour la majorité des étudiants français de la Belle Province, son portefeuille ne pourra supporter une augmentation de plusieurs milliers d’euros par an. «Je compte rester au Québec, je compte y travailler. Mais je devrais arrêter ma scolarité si la loi passe», explique-t-elle. A 23 ans, elle a encore une année d’études à faire au Canada, où elle est arrivée il y a quatre ans. Comme elle, Camille Joyau, étudiante en première année de cinéma, ne compte pas quitter le Québec. Mais «si cette augmentation devient effective avant la fin de mon parcours, explique-t-elle, je serais sans doute obligée de rentrer.» A Montréal, ses études sont beaucoup moins chères qu’en France, où les écoles spécialisées sont souvent privées. Mais c’est surtout une culture et un mode de vie qu’elle est venue chercher au Québec, celles de l’Amérique du Nord.

C’est aussi le cas de Maxime Larnouhet, étudiant en Master à HEC Montréal. En décembre, ses études seront terminées. Il y a peu de chances que ses frais de scolarité augmentent d’ici là. Pourtant, il a lui aussi signé cette pétition. «Pour ceux qui se sont déjà engagés dans des études ici, c’est un coup dur. Certains ont fait des prêts. Si les frais augmentent, ils ne pourront pas continuer, et ne seront pas pour autant diplômés», explique ce jeune homme de 22 ans. «J’ai signé cette pétition jeudi parce que j’ai eu la chance de profiter de cet accord bilatéral, et je tiens à ce que les prochains étudiants aient la même chance que moi. Je ne serais pas venu si j’avais dû payer ce prix.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Catherine Wihtol de Wenden : «L'émigration des jeunes diplômés devrait s'intensifier»

Catherine Wihtol de Wenden : «L'émigration des jeunes diplômés devrait s'intensifier» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A l’occasion du Forum «Libé» de Rennes consacré au monde de demain, la politologue Catherine Wihtol de Wenden nous a donné son éclairage sur les perspectives migratoires de la France à l’horizon 2030.

 

La France s’inquiète de la fuite de ses cerveaux. Est-ce un phénomène qui risque de s’accentuer ?

Sans doute, s’il n’y a pas de reprise rapide sur le marché de l’emploi français. Il est difficile d’y entrer pour les nouveaux diplômés. Ces jeunes tentent donc leur chance à l’étranger, où en général, l’entrée se fait plus facilement. C’est un détour qui leur permet de booster leur CV. Toutefois, il est inutile d’être dramatique à ce propos : on a davantage à faire à un changement de mentalités qu’à un véritable exil de la jeunesse. Cette génération est née avec l’Europe, à leurs yeux, le marché du travail est européen et ils peuvent vivre dans les pays voisins sans se sentir expatriés.

Voit-on apparaître de nouvelles formes de mobilité ?

On assiste à un mouvement des retraités souhaitant vivre de leur pension au soleil dans des pays où la vie est peu chère. On voit aussi émerger ce qu’on appelle «le ryadisme», une pratique consistant à acheter des vieilles bâtisses dans des pays du Maghreb pour ensuite les louer. Beaucoup de Français partent développer le tourisme à l’étranger.

A l’inverse, va-t-on vers une intensification de l’immigration en France ?

Il y a actuellement 3,5 millions d’étrangers en France, et ce chiffre est resté fixe durant les vingt dernières années. Pourtant les arrivées ont continué, sous forme de regroupement familial, de réfugiés politiques ou de sans-papiers. Mais ce phénomène reste masqué car en parallèle, le flux de migrants est assimilé grâce aux naturalisations et à des retours au pays. Et cela continuera très certainement à l’avenir.

Est-ce que des nouvelles nationalités d’émigrés pourraient arriver dans les prochaines années ?

Traditionnellement, la France a connu des migrations provenant de Pologne, d’Italie, puis d’Afrique noire ainsi que du Maghreb. Cependant, ces dernières années, on a assisté à une diversification de l’immigration. Et cette diversification devrait s’accélérer. On assiste à l’arrivée de Pakistanais, d’Egyptiens ou de Bangladeshis....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Apprendre à « coder » pour lutter contre le décrochage scolaire

Apprendre à « coder » pour lutter contre le décrochage scolaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Plusieurs écoles et entreprises proposent aux « décrocheurs » de se former à l'informatique pour améliorer leurs chances sur le marché de l'emploi.

 

Comment optimiser la formation pour mettre les compétences au service de l'emploi ? Plusieurs écoles, et entreprises proposent aux « décrocheurs », ces étudiants qui quittent le cursus avant d'avoir obtenu leur diplôme, de se former à l'informatique pour améliorer leurs chances d'entrer sur le marché de l'emploi.

Quand Muriel exprime son souhait de vouloir faire de l'informatique, elle est dirigée vers un BEP secrétariat. Comme beaucoup de décrocheurs, la jeune fille a été mal orientée. A 16 ans, après une première année de BEP, elle quitte ses études. Elle enchaîne les petits boulots avant de découvrir une formation en informatique ouverte aux personnes n'ayant pas le BAC : la Web@cadémie, qu'elle intègre. «Suivre cette formation a été pour moi une chance extraordinaire. Je me suis retrouvée développeuse chez Microsoft alors que l'année d'avant j'étais vendeuse dans une animalerie», raconte Muriel, qui travaille aujourd'hui dans une entreprise partenaire de Microsoft.


Sur les vingt-quatre camarades de Muriel, tous ont trouvé un emploi. Le résultat de la première formation de la Web@cadémie, lancée en 2010, est en revanche plus mitigé. « Nous en avons perdu quelques-uns en chemin. Ils avaient besoin de travailler à côté», raconte François-Afif Benthanane, fondateur de la Web@cadémie au sein de l'école d'informatique Epitech. Sur une vingtaine de jeunes, seulement douze ont suivi la formation jusqu'au bout. « Depuis, nous avons cherché un modèle économique», explique celui qui est aussi le président de l'association ZUPdeCO. L'école a désormais des entreprises partenaires : Microsoft, Vente privée, ou encore Orange, financent la formation apportée par Epitech.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants et leurs « petits boulots » / Revue Regards croisés sur l’économie - Idées - France Culture

Les étudiants et leurs « petits boulots » / Revue Regards croisés sur l’économie - Idées - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les emplois étudiants sont-ils, comme on l’entend souvent, une expérience professionnelle formatrice et une initiation aux réalités du monde du travail, ou au contraire une entrave aux études, un apprentissage précoce de la précarité et le reflet des inégalités sociales dans le monde étudiant ? Dans son enquête quantitative et qualitative, Vanessa Pinto semble répondre : « les deux à la fois ». S’il est vrai que certains emplois peuvent constituer un espace de socialisation professionnelle, qu’ils permettent aux étudiants de découvrir la valeur de leurs ressources et de leurs titres ou d’élargir l’espace des possibles, les nombreux entretiens qu’elle a menés dans la partie ethnographique de son enquête montrent que pour une bonne partie d’entre eux, notamment lorsque l’activité n’a que peu de rapport avec la nature des études, comme dans la restauration rapide, la double occupation induit des effets d’« incohérence statutaire, caractérisée par des difficultés d’organisation et des problèmes de définition de soi ». C’est ainsi que sont engendrées ou renforcées les inégalités au sein de la jeunesse étudiante, en particulier dans le rapport au temps et à l’avenir. Le phénomène a une véritable ampleur, il concerne en gros la moitié des étudiants, lesquels déclarent selon une enquête récente de l’Observatoire de la vie étudiante avoir exercé au moins une activité rémunérée en cours d’année universitaire et 58% avoir travaillé au cours de leur dernières vacances d’été. Malgré l’augmentation constante du nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur, passé de 100 000 en 1945 à 2,3 millions aujourd’hui, cette proportion est restée relativement stable. Les chiffres révèlent aussi l’impact des inégalités sociales. Parmi les jeunes âgés de 21 ans, 70% des fils et 80% des filles de cadre sont étudiants, contre 27% des fils et 30% des filles d’ouvriers. Tous âges confondus, l’exercice d’une activité non liée aux études concerne 37% des fils et 41% des filles de cadres, contre 46% des fils et surtout 63% des filles d’ouvriers. Et d’après l’UNEF, le salariat étudiant augmente de 40% le taux d’échec, sans surprise il constituerait la première cause de l’absentéisme en cours et aux examens....
more...
SES-BANK's curator insight, March 25, 11:30 AM

Intéressante enquête qui confirme qu'en ce domaine rien ne change :  comme par le passé, le statut étudiant à temps complet compatible avec une pleine réussite des études engagées semble réservé aux enfants de cadres...  Je me souviens avoir lu la même chose à la fin des années 80. Qu'as-t-on fait entre temps ?

Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Petit précis de recherche d’images à l’intention de Civitas

Petit précis de recherche d’images à l’intention de Civitas
Mauvaise foi ? Lundi 10 février, le site de l'institut Civitas, association catholique intégriste, a publié des clichés d'une enseignante qui semble montrer aux élèves d'une "école publique" française comment se servir d'un sex-toy, allant jusqu'à mimer certaines positions. Très rapidement, le site Debunkers de hoax (page qui démolit intox et rumeurs), spécialisé dans le démontage de rumeurs, pointe la supercherie avant d'être relayé par Le Figaro ou L'Express. Les images ont été prises au Canada et mettent en scène la consultante en sexualité Carlyle Jansen, laquelle enseigne effectivement outre-Atlantique. Face à l'évidence des faits, Civitas avait, semble t-il, fait amende honorable en reconnaissant l'erreur. L'association persistait cependant à vouloir démontrer que ce cours, qui a eu lieu au Canada, confirme la dérive de la moralité des élèves des écoles publiques françaises. Mais surtout, elle justifiait son erreur en soulignant la difficulté de tracer l'origine des images, allant jusqu'à se plaindre de ne pas disposer des "moyens des médias du système" pour vérifier l'origine desdites images. Il est vrai que les "médias du système" sont nombreux à avoir pointé l'erreur de Civitas. Quels sont donc ces fameux moyens – à supposer que le site Debunkers de hoax en ait – dont disposeraient les médias pour retrouver ce que Civitas n'a pas été en mesure de prouver ?....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Est-il scandaleux d’envoyer les jeunes enseignants dans les collèges difficiles ?

Est-il scandaleux d’envoyer les jeunes enseignants dans les collèges difficiles ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Est-il scandaleux d’envoyer les jeunes enseignants dans les collèges difficiles ?

 

 

Evidemment, de prime abord, il y a quelque chose de particulièrement cruel, affligeant et scandaleux dans le fait d'envoyer (oui, envoyer, les premières affectations sont souvent subies, quand on est néotitulaire, il est rare que l'on ait le choix, travailler dans les établissements les plus durs est davantage une fatalité qu'une vocation) (l'un n'empêche pas l'autre, cependant) les enseignants débutants, sans expérience, dans des collèges où l'enseignement se fait dans des conditions extrêmes (violence, pauvreté, niveau scolaire, situation géographique). Pour beaucoup de professeurs, ces premières années sont particulièrement difficiles. Selon les individus et les caractères, selon les matières et les établissements, c'est plus ou moins marquant, traumatisant, galvanisant, perturbant ou enthousiasmant. Certains sombrent dans la déprime la plus totale, d'autres sont en "brainstorming" permanent, certains ne semblent pas le moins du monde perturbés (ce qui m'a toujours semblé bizarre !) (les gens blasés me gonflent).

On pourrait imaginer que, par égard pour les enseignants débutants, par égard pour les élèves (les enfants des quartiers défavorisés n'ont pas à essuyer les plâtres des débuts dans le métier), par bon sens,  l'on réserve l'éducation prioritaire aux professeurs blanchis sous le harnais. Sur le papier, l'idée est séduisante, logique, juste. Mais...

 

1) Il faudrait trouver des volontaires, ce qui ne va pas être aisé ! On pourrait envisager des carrières avec des allers-retours entre différents types d'établissements mais ne serait-ce pas décourageant pour les enseignants en terme de carrière ?

 

2) Il faudrait s'assurer qu'après avoir fait sa carrière dans des établissements sans problèmes (si, du moins, ça existe !), l'on soit capable d'enseigner dans les collèges vraiment difficiles. Ce n'est pas du tout évident. L'enseignement en ZEP a des particularités que l'on ne retrouve pas ailleurs, cela suppose des capacités et des attentions que l'on n'acquiert pas forcément autre part. Pour ceux qui y ont déjà enseigné, le problème est presque identique. On prend des habitudes bien différentes quand on n'est pas confronté à la difficulté ou à l'adversité quotidiennes. Il y a quantité de choses que l'on oublie, perd de vue (on apprend d'autres choses, cependant, en milieu plus tempéré, on découvre l'école sous de nouvelles perspectives). Bien que j'aie passé plus de dix ans en ZEP, je ne suis pas certaine, si j'y retournais, d'être réellement efficace. Certes, j'ai  maintenant de l'expérience, davantage de maturité et de recul. Mais, comment dire, je crois qu'à la différence du vélo, on oublie vite comment faire, comment on a fait, comment on a tenu, on perd peu à peu ses réflexes.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le blues des profs à la veille d'une rentrée sans ministre

Le blues des profs à la veille d'une rentrée sans ministre | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le départ de Benoît Hamon au bout de seulement cinq mois et à une semaine de la reprise rend amers une partie des 900 000 enseignants.

 

Six jours pour devenir ministre de l’éducation nationale… C’est la métamorphose que va devoir opérer le nominé du jour, celui que le sort et l’alchimie étrange des compositions de gouvernement enverra Rue de Grenelle. Une gageure, même à l’époque des stages de rentrée hyper-performants. La classe politique a eu beau tenter de rassurer les parents des 12 millions d’élèves qui feront leur rentrée mardi, la situation actuelle – un ministre quittant son poste à une semaine de la rentrée – reste inédite et à hauts risques.

Le sortant, Benoît Hamon a taché de tranquilliser les esprits lors de son intervention dans le journal du 20 Heures de France 2, lundi 25, assurant que « la rentrée (avait) été bien préparée ». « Heureusement, a-t-il ajouté, elle ne se prépare pas en une semaine. » Mardi matin, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement du premier gouvernement Valls, a ajouté de son côté que « la France n' (était) pas dirigée par un ministre ». « La rentrée se passera parfaitement », a-t-il promis.

 

Une rentrée scolaire commence en effet à se préparer 11 mois avant le jour J. Cette cuisine s’accélère entre janvier et la date de publication de la circulaire de rentrée au mois de mai. S’il donne le cap politique, le ministre s’en remet beaucoup à ses recteurs, chacun en charge d’une académie, pour l’application des directives.

Ces derniers s’appuient eux-mêmes sur leurs équipes de chefs d’établissements. Ce sont eux les véritables artisans d’une rentrée scolaire réussie. Ce sont eux qui une semaine avant la rentrée savent alerter sur les enseignants qui manqueront devant une classe. Une « rentrée techniquement réussie », selon la formule consacrée, assure que chaque élève a un maître face à lui le 2 septembre et la plupart de ses enseignants dans le secondaire. Et ce n’est pas le ministre qui recompte les affectations ou élimine les doublons à la veille de la rentrée !

Difficile pour autant d’estimer qu’on se passe aisément d’un ministre de l’éducation nationale une semaine avant la rentrée. Des textes réglementaires attendent de partir à la signature… Ils doivent être publiés avant la rentrée… et le « grand débutant » devra être bon acteur pour organiser la très médiatique conférence de rentrée le 1er septembre…

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Classement de Shanghaï : les universités françaises maintiennent leur rang

Classement de Shanghaï : les universités françaises maintiennent leur rang | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les Etats-Unis confirment leur suprématie sur le classement des universités. L'édition 2014 compte 21 établissements français, un de plus qu'en 2013.

 

La France adore les classements, à la sortie des grandes écoles comme à l'internat de médecine, mais pas celui de Shanghaï. Chaque 15 août depuis 2003, celui-ci dresse le palmarès des 500 premières universités, sur les 17 000 que compte la planète, mais les universitaires français estiment qu'il ne rend pas justice au potentiel de recherche du pays.

L'édition 2014 réaffirme la suprématie des Etats-Unis, qui occupent seize des vingt premières places, avec en tête l'indétrônable quatuor Harvard – Stanford – Massachusetts Institute of Technology – Berkeley. Dans le top 20, les seules universités non américaines sont britanniques (Cambridge, 5e ; Oxford, 10e ; University College of London, 20e) et suisse (Institut fédéral de technologie de Zurich, 19e place, une de mieux par rapport à 2013). La Suisse se distingue d'ailleurs par la présence de cinq de ses universités dans le top 100, contre quatre l'an passé.

LA PREMIÈRE UNIVERSITÉ FRANÇAISE AU 35E RANG

La France, elle, compte 21 établissements dans ce classement des 500 premières universités mondiales, une de plus qu'en 2013. La première université française, Pierre-et-Marie-Curie (UPMC), a grappillé deux places en un an. Mais elle n'arrive qu'au 35e rang, creusant l'écart avec sa rivale, Orsay-Paris-Sud, légèrement rétrogradée, elle, de la 39e à la 42e place. L'Ecole normale supérieure de Paris, qui a formé pratiquement tous nos médaillés Fields à l'exception de celui de cette année, le Franco-Brésilien Artur Avila, arrive à la 67e place, quatre de mieux qu'en 2013....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Universities of America - Campus, fraternité et excellence / France Inter

Universities of America - Campus, fraternité et excellence / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Philippe Collin et Xavier Mauduit retournent à l'université en s'intéressant aux campus américains. Ils reçoivent le documentariste Frederick Wiseman et la sociologue Stéphanie Grousset-Charrière.

 

Frederick Wiseman vient de sortir son 38ème film At Berkeley. Il a planté sa caméra durant un semestre entier sur le campus de cette université qui, depuis les années 60 et les grandes luttes étudiantes contre la guerre du Viet Nam et pour les droits civiques, a conservé une liberté de pensée et une culture politique à part aux Etats-Unis, tout en cultivant l’excellence de l’enseignement.

 

Stéphanie Grousset-Charrière est l'auteur d'un ouvrage anthropologique et sociologique : "La face cachée de Harvard - La socialisation des élites dans les sociétés secrètes étudiantes" (La documentation française).

Photo page d'accueil : Université de Berkeley © Ted Streshinsky-CORBIS

Vincent DUBOIS's insight:

Durée de l'émission: 55 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les plus belles perles du bac 2014

Les plus belles perles du bac 2014 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le pragmatique : « Se connaître soi-même nécessite une bonne connaissance de soi. »


Le poète : « Notre liberté de choix peut se fracasser devant l'arc-en-ciel de nos émotions. »


Le nutritionniste : « Pour vivre dans la joie et l'allée graisse, il faut faire des sacrifices. »


Le physicien : « Mao Zedong a envoyé un ultime atome à ses opposants. »


Le pharmacien : « Au fil des années, la méfiance des européens fait qu'il sont devenus antisceptiques. »


Le pédagogue : « Le but du texte c'était d'arriver au fédéralisme : pour l'expliquer de façon simple, on prend chaque président des pays et on lui dit : "C'est fini, tu commandes plus !" »


Le prudent : « Au départ, c'est Christophe Colomb qui a découvert la Chine, juste avant de découvrir les indiens. On pense que Vasco de Gama y est peut être passé, mais on a aucune certitude. »


L'approximatif : « On peut presque comparer la Chine à la France, sauf au niveau de la taille, de sa puissance financière, du nombre d'habitants et de la langue. »


Le grec : « Ce poème comprend beaucoup de comparaisons et d'amphores. »

L'insensible : « Devant de tels vers, on ressent une émotion comprise entre le néant intégral à l'incompréhension. »


Et notre préféré dit tout haut ce que certains pensent tout bas : « Amis lecteurs, les thèmes abordés par les poètes ne sont pas toujours sérieux et graves : ils sont parfois chiant aussi ! »

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La reconnaissance d'un suicide lié au travail, fait rare à l'Education nationale

La reconnaissance d'un suicide lié au travail, fait rare à l'Education nationale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministère a qualifié d'«imputables au service» les suicides de deux enseignants, l'un à Marseille en 2013, l'autre à Caen en 2012. Des décisions rares qui suivent une procédure très codifiée.
A deux reprises, le ministère de l’Education nationale vient de reconnaître que le suicide d’un enseignant était lié à ses conditions de travail. A Marseille, un professeur en lycée technologique avait mis fin à ses jours le 1er septembre 2013, expliquant dans une lettre que le métier «ne lui était plus acceptable en conscience». A Caen, c’est un enseignant en primaire qui s’était suicidé à son domicile le jour de la rentrée, le 4 septembre 2012. S’agit-il d’une première ? Non. Selon le ministère de l’Education, depuis 2010, 5 cas de suicides ont déjà officiellement été reconnus comme «imputables au service», c’est-à-dire comme des accidents de travail, à l’issue d’une procédure très codifiée. Ces chiffres ayant été communiqués le 5 juin, il faut a priori rajouter la décision de Marseille rendue publique plus tard. L’Education nationale a par ailleurs enregistré durant l’année scolaire 2011-2012 13 suicides – de membres du personnel, pas seulement de professeurs –, dont 4 sur le lieu de travail. En 2012-2013, ce chiffre est monté à 16, dont 4 sur le lieu de travail. En 2013-2014, il était encore de 16, tous perpétrés à l’extérieur des établissements...
more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

Pour recruter des enseignants, l’Europe a des idées

Pour recruter des enseignants, l’Europe a des idées | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Revaloriser les salaires, favoriser la formation continue ou améliorer l'image des profs dans les médias figurent parmi les pistes proposées par Bruxelles.

 

L’Europe manque d'enseignants. Partant de ce constat, la Commission européenne a réalisé une  étude menée dans 32 pays – les 28 pays de l'Union ainsi que l'Islande, la Norvège, la Turquie et le Lichtenstein – pour mieux cerner les raisons du manque d’attractivité de ce métier et dresser une liste de recommandations pour y remédier. Dans son rapport intitulé Comment rendre le métier d’enseignant plus attractif publié fin mai, l’Union européenne souligne que le vieillissement de la population risque d'accentuer cette pénurie dans plusieurs pays comme l'Allemagne, la Suède ou encore l'Italie.

La mauvaise image de la profession et les bas salaires expliquent en grande partie la désertion du métier. C'est ce que relève l'étude, qui s'est appuyée, pour parvenir à ses conclusions, sur un sondage, réalisée par Bruxelles auprès de plus de 80 000 professeurs, étudiants, formateurs et chefs d'établissement de 31 pays européens. En France, à titre d'exemple, la moitié des postes mis au dernier concours de mathématiques n’ont pas été pourvus. 

En outre, si la plupart des sondés répondent qu'ils ont choisi ce métier par vocation, un enseignant sur trois envisage de changer de profession. En France, ils sont même plus de 60% à rêver d'une reconversion.Un projet que seule une minorité d'entre eux mettra probablement à exécution, faute d'y être aidés. Développer les reconversions est par conséquent l'une des nombreuses propositions émises par la Commission pour rendre le métier plus attractif....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Lourde pénurie de profs au Capes de maths

Lourde pénurie de profs au Capes de maths | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A peine plus de la moitié des places ouvertes ont été pourvues lors du concours. La crise des vocations touche également les lettres classiques.
La moitié des postes de professeur de mathématiques n’ont pas été pourvus lors de la séance exceptionnelle 2014 du concours externe du Capes, selon les chiffres officiels disponibles mardi sur le site Publinet. Le précédent ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, avait décidé d’intercaler une session exceptionnelle des concours des professeurs entre les sessions annuelles 2013 et 2014 pour relancer le recrutement des enseignants. L’objectif était à la fois de remplacer les départs à la retraite et de pourvoir progressivement les 54 000 créations de postes programmées sur le quinquennat dans l’éducation, après 80 000 suppressions sous la droite. Les résultats commencent à être publiés sur Internet, par discipline et par concours. Pour le Capes de mathématiques, l’une des disciplines dites «déficitaires» depuis plusieurs années, 793 candidats ont été admis en liste principale, soit moitié moins que le nombre des postes à pourvoir (1 592). A noter que sur les 4 583 inscrits au Capes de maths, seulement 2 529 se sont effectivement présentés aux épreuves. Pour le Capes externe de lettres classiques, il y a presque deux fois moins d’admissibles (156) que de postes à pourvoir (300). Le nombre des admis, c’est-à-dire ayant réussi les oraux, n’est pas encore connu. Plusieurs raisons expliquent la crise du recrutement des professeurs, dont la réforme de la formation de 2010, ou «masterisation», qui a relevé au master (Bac+5) le niveau requis pour être enseignant. Or, le vivier des étudiants en master est beaucoup moins important qu’en licence. Pour les mathématiques, la baisse est plus ancienne, reflet d’un marché du travail qui sollicite et rémunère davantage les scientifiques. Par ailleurs, l’attractivité du métier a souffert de salaires considérés comme trop bas, pour des diplômés à Bac+5, et de la suppression, sous la droite, de la formation initiale des enseignants, sous la droite; elle a été rétablie par Vincent Peillon dans les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé) qui ont ouvert à la rentrée 2013.
more...
No comment yet.
Suggested by Nathalie Bachelier Pro
Scoop.it!

Bac: une préparation en ligne et gratuite! - Var-Matin

Bac: une préparation en ligne et gratuite! - Var-Matin | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Bac: une préparation en ligne et gratuite!
Var-Matin
Il sera ouvert aux enseignants comme aux élèves, pour récupérer des cours ou déposer des devoirs. » En clair, offrir aux lycées un espace numérique de travail (ENT).
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’université 2.0, avenir de la fac ?

L’université 2.0, avenir de la fac ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Aux Etats-Unis, des centaines de milliers d'étudiants suivent des cours en ligne gratuits. L'enseignement supérieur français se lance dans l'aventure.

 

Au rez-de-chaussée d’un banal silo à voitures, l’endroit n’attire, pour l’instant, l’œil de personne. Ni plaque à l’entrée, ni annonce publique d’une prochaine inauguration. Une nuée de câbleurs et de plaquistes s’affairent dans un total anonymat. Pourtant, sur cette moquette turquoise se joue peut-être l’avenir de l’université du Michigan, l’un des plus prestigieux établissements d’enseignement supérieur publics des Etats-Unis.


Là, en plein cœur du campus fréquenté par 43 000 étudiants, professeurs et techniciens disposeront bientôt d’un laboratoire superbement équipé (cinq studios d’enregistrement, sept salles de montage, une cuisine…) pour concevoir ensemble l’enseignement en ligne de demain. « Diffuser gratuitement le savoir sur toute la planète aux populations qui en sont privées : jamais je n’ai occupé une fonction aussi enthousiasmante ! », s’exclame Timothy O’Bryen, grand ordonnateur du projet, en feignant d'ignorer qu'il prend ainsi parti dans une virulente controverse nationale.


Dans son bureau inondé de soleil de la bibliothèque historique, Terrence McDonald, doyen de la faculté de littérature, sciences et arts pendant dix ans jusqu’en 2013, sourit derrière ses moustaches grisonnantes. « Les MOOCs [acronyme de massive open on-line courses ou “cours en ligne ouverts et massifs”] n’ont aucun rapport avec un enseignement de qualité, mais ils vont plaire énormément aux Français : leur premier résultat est de créer des superstars mondiales de l’université comme ils les aiment tant. Imaginez un MOOC sur Foucault : succès planétaire assuré ! » 

A entendre l’historien, l’idée des cours massifs en ligne a surtout prospéré depuis 2008 dans le contexte de la crise financière qui a violemment touché les universités américaines : effondrement de leurs placements en Bourse, réduction drastique des subventions publiques… Il fallait trouver un remède. Des spécialistes de l’intelligence artificielle de la Silicon Valley ont brandi la panacée : des cours en vidéo mis en ligne gratuitement et s’adressant à des milliers, voire des centaines de milliers d’étudiants.


« Ils ont mis en avant un but très généreux : éduquer le monde entier, se souvient Terrence McDonald. Mais dans notre contexte éducatif de course à la productivité, ils sont d’abord apparus comme de redoutables concurrents promettant de formidables économies d’échelle et mettant en cause l’obsolescence de notre fonctionnement. Aujourd’hui, ils ont échoué à trouver leur modèle économique. Ils vont être réduits à insérer des publicités dans les cours et à vendre les données personnelles des étudiants. Comme Facebook. »...


more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Dans mon lycée, le défi, c'est de retenir les élèves»

«Dans mon lycée, le défi, c'est de retenir les élèves» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A Arras, le lycée professionnel Jules-Ferry voit ses indicateurs de performance progresser depuis deux ans, malgré des élèves souvent peu motivés en arrivant.

 

Elle a le sourire. La proviseur Katja Erdmann, pimpante, s’apprête à féliciter son équipe. Elle vient de recevoir les indicateurs des lycées, publiés aujourd’hui par le ministère de l’Education nationale.

 

Les résultats de son lycée professionnel Jules-Ferry, à Arras dans le Pas-de-Calais, montent en flèche depuis deux années. Le taux de réussite au bac est 18 points au dessus du taux attendu pour cet établissement par le ministère. Et parmi les élèves ayant quitté l'établissement l’année dernière, 97% sont repartis le bac en poche. Une belle performance. D’autant que la partie était loin d’être gagnée. «Les élèves viennent rarement parce qu’ils l’ont décidé. Ils arrivent en traînant des pieds souvent. Les filières que nous proposons n’ont pas la cote auprès des jeunes, elles ne plaisent pas.»

Ici, on apprend à réparer les tracteurs, à conduire les machines des usines, à remettre d’aplomb les ascenseurs ou encore entretenir les rails pour la SNCF. «C’est vraiment compliqué de les faire venir, insiste la proviseure, surtout dans la filière de maintenance de matériel agricole. Souvent, c’est la fin d’un rêve pour eux, un échec. Alors une fois qu’ils sont là, on fait tout pour essayer de les retenir.» Katja Erdmann a ses techniques. Elle a élaboré un vrai plan de bataille, qu’elle peaufine rentrée après rentrée.

 

Principe numéro 1, «agir tout de suite. Ne pas attendre, sinon il est trop tard.» Ses profs sont briefés. Dès la rentrée, ils doivent observer avec attention la classe et repérer ce qui ne va pas. Au bout de trois semaines - et non en fin de trimestre comme habituellement - la proviseure réunit un conseil de classe. Enseignants, surveillants, assistante sociale, infirmière, conseillères principales d'éducation... Tous s’attablent pour «faire le point» sur chaque élève. «Beaucoup de choses se repèrent très vite: souci financier pour payer les fournitures, absences non justifiées, problèmes médicaux, familiaux… On essaie de trouver des solutions d’emblée», poursuit la proviseure, au pas de course et sur talons hauts....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Cour de Babel / France Inter

La Cour de Babel  / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Pascale Clark reçoit Julie Bertuccelli pour son documentaire La Cour de Babel en salle ce mercredi 12 mars. La réalisatrice a suivi pendant un an une classe d'accueil dans un collège. Les élèves y sont irlandais, serbes, tunisiens, chinois pi sénégalais... Ces collégiens sont réunis dans une même classe pour apprendre le français avant de réintégrer un cursus scolaire de collège. Julie Bertuccelli est accompagnée de 3 des élèves de cette classe : Djenabou Conde (originaire de Guinée), Maryam Aboagila (originaire de Libye) et Andromeda Havrincea (originaire de Roumanie).
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education sexuelle : «Les parents ne sont pas informés»

Education sexuelle : «Les parents ne sont pas informés» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Après la polémique autour d’un prétendu enseignement de la théorie du genre à l'école, Hélène Romano, psychothérapeute, revient sur les tensions liées à l’éducation sexuelle.

 

Après des SMS qui annonçaient des cours de masturbation en maternelle, des parents ont décidé de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Puis, suite à des rumeurs d’un prétendu enseignement de la théorie du genre, des établissements de banlieue parisienne ont été dépeuplés jusqu’à un tiers de leurs élèves, provoquant la polémique. Hélène Romano, psychothérapeute et chercheuse associée à l’Inserm, vient de publier Ecole, sexe et vidéo (Dunod). Elle tente d’expliquer pourquoi ces tensions autour de l’éducation sont loin d’être nouvelles et analyse les réactions des parents et leurs craintes.

 

Pourquoi est-ce si compliqué de parler de sexualité à l’école ?

Parce que c’est très compliqué de parler de sexualité en général, à l’école comme ailleurs. On peut le voir ne serait-ce qu’au niveau politique avec l’actualité récente. Cela touche à l’intime, à l’éducatif, à la loi, à la transgression, à tout ce qui est fondateur des interdits d’une communauté humaine. Dès qu’on aborde ce sujet, on remet en cause les repères culturels et religieux et on interroge la question de la transgression. Et le curseur est différent d’une société à l’autre, d’une époque à une autre. Ce que l’on remarque, c’est que c’est le plus souvent un paratonnerre, une sorte d’objet expiatoire qui relève un mal-être sociétal. Quand une société se sent insécurisée, l’éducation sexuelle est porteuse de polémique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La lutte contre le décrochage scolaire / France Inter

La lutte contre le décrochage scolaire / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Chaque année, plus de 150 000 jeunes sortent prématurément du système sans qualification, ni diplôme. Quels sont les signes à repérer ? Quel rôle pour les parents ? Le ministère de l'éducation nationale est-il suffisamment mobilisé ?
Vincent DUBOIS's insight:

Les commentaires des internautes sur l'émission sont plutôt intéressant.

more...
No comment yet.