L'enseignement dans tous ses états.
21.8K views | +0 today
Follow
 
Scooped by Vincent DUBOIS
onto L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

Le projet sur la refondation de l'école dévoilé

Le projet sur la refondation de l'école dévoilé | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
"Le Monde" s'est procuré ce texte aujourd'hui encore en consultation au Conseil d'Etat.

 

Depuis son arrivée rue de Grenelle, comme ministre de l'éducation nationale, tous les travaux engagés par Vincent Peillon convergeait vers l'écriture d'une loi d'orientation et de programmation sur l'école. Un dispositif qui doit remplacer celui mis en place par François Fillon, en 2005. Le texte devait symboliquement être la première grande loi de la mandature. Elle ne sera finalement présentée que fin janvier en conseil des ministres. Le Monde s'est procuré ce texte aujourd'hui encore en consultation au Conseil d'Etat.

La loi s'articule autour de cinq grands axes : "assurer une vraie formation initiale et continue pour les métiers du professorat et de l'éducation avec la mise en place des écoles supérieures du professorat et de l'éducation", "faire entrer l'école dans l'ère du numérique afin de prendre véritablement en compte ses enjeux et atouts pour l'école", "mettre le contenu des enseignements et la progressivité des apprentissages au cœur de la refondation", "rénover le système d'orientation et l'insertion professionnelle" et "redynamiser le dialogue avec les partenaires de l'école, ainsi que ses instances d'évaluation ".

more...
No comment yet.
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Réforme des rythmes scolaires à la campagne : pas si mal ! - France Inter

Réforme des rythmes scolaires à la campagne : pas si mal ! - France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Une mission parlementaire a été menée auprès de 1 000 communes, petites communes et communes rurales pour faire un bilan de l'application de la réforme des rythmes scolaires et identifier les points de blocage.


La mission, menée par Françoise Cartron, sénatrice socialiste de Gironde, s'est appuyée sur des auditions, des visites de terrain dans 12 départements, un questionnaire en lignes et des témoignages. La sénatrice Françoise Cartron était partie avec l'idée, idée reçue, que dans les communes rurales l'application de la réforme des rythmes était plus difficile et que les activités étaient de moindre qualité. Il n'en est rien d'après ce rapport. Même s'il pointe aussi les améliorations nécessaires. En milieu rural, entre 75 et 90% des enfants participent aux activités périscolaires et aussi bien les communes que les parents ou les enfants sont globalement satisfaits. Néanmoins le rapport montre que le choix de placer les activités en fin de journée n'est pas judicieux si l'on veut respecter le rythme de l'enfant notamment en maternelle, comme le dit la sénatrice Françoise Catron, auteur de ce rapport.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Quand une institutrice raconte ses 30 ans d'enseignement dans le 9-3

Les Inrocks - Quand une institutrice raconte ses 30 ans d'enseignement dans le 9-3 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it


Véronique Decker, institutrice et directrice d'une école primaire à Bobigny, évoque dans son livre "Trop classe" une vie de luttes et de solidarité pour sauver l'école. Rencontre avec une femme de valeurs.


On peut survivre à trente ans d’enseignement en Seine-Saint-Denis, Véronique Decker en est la preuve. Cette institutrice raconte dans Trop classe (éditions Libertalia) sa longue carrière au sein de ce département de mauvaise réputation. Militante, syndiquée, elle est aussi directrice d’une école primaire à Bobigny qui use de la pédagogie dite Freinet. Une méthode où les élèves apprennent à leur rythme, par “tâtonnement expérimental”, en coopérant. Cette pédagogie a pour objectif de développer la créativité et l’autonomie des enfants. Femme de valeurs, après s’être beaucoup exprimée dans des blogs, elle a voulu avec ce livre pousser un cri d’alarme et exprimer son mécontentement face aux dérives du système. La situation qu’elle dénonce ne se résume pas au 9-3. Ce triste portrait de notre société va bien au-delà du débat éducatif. Depuis plusieurs années, les réformes concernant le système éducatif et scolaire se succèdent. Ce débat passionne toujours autant, pourtant nous avons tendance à croire en la stabilité de nos institutions. L’école publique n’a pas toujours existé et pourrait ne pas survivre à ces bouleversements…...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Au lycée Bergson, le calme est revenu après les violences policières

Les Inrocks - Au lycée Bergson, le calme est revenu après les violences policières | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

La nouvelle journée de manifestation contre la loi Travail s'est déroulée dans le calme au lycée Bergson malgré le traumatisme des récents événements.


Sous la devanture de la piscine Pailleron, en face du lycée Bergson dans le 19ème arrondissement, une dizaine de journalistes patientent à l’abri de la pluie. A ce même endroit, quelques jours auparavant, les images d’une altercation entre des policiers et des jeunes avaient submergé les réseaux sociaux. Mais ce jeudi, la rue est déserte. Le calme semble être revenu. A l’entrée de l’établissement, une silhouette, isolée sous son parapluie orange, veille. Impassible et lapidaire, le proviseur Patrick Hautin, distille quelques renseignements : les cours sont suspendus mais une salle a été mise à la disposition des professeurs grévistes et des lycéens pour préparer le défilé.


Gwenaël Cau, une élue de la Fédération des Conseils des Parents d’élèves (FCPE), est venue pour anticiper de possibles débordements. Déjà signataire d’une tribune contre les bavures policières dans le Huffington Post, la mère de famille ne dissimule pas ses inquiétudes. ‘’Nous avions peur d’un effet de masse, nous voulions que les lycéens puissent manifester sans la présence de casseurs. ‘’ Car les parents d’élèves ne craignent pas seulement l’attitude des policiers. ‘’Certains actes contre les commissariats ont été revendiqués par des groupes d’ultra, donc des adultes’’, précise la membre de la FCPE en s’indignant que les lycéens puissent être assimilés à des actions dont ils ne sont pas forcément responsables. Une petite dizaine de parents était donc présente pour éviter que les jeunes ‘’se fassent embarqués’’ par des ‘’casseurs’’.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une école vraiment pas comme les autres

Une école vraiment pas comme les autres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’école Pajol, mentionnée dans les médias récemment parce que l'un des parents d'élèves a été menacé d'expulsion, est une école ouverte, soudée, qui créé du lien. Une école qui n'a rien avoir avec la plupart de celles qui peuplent le système éducatif français.

 

L'actualité vous déprime, moi aussi: parlons d'une belle histoire. Un fait divers, pas une première, mais qui a eu un écho notable dans la presse locale et nationale: en ce mois de janvier 2015, des parents d’élèves parisiens se sont mobilisés pour un papa sans-papiers placé en centre de rétention, ils ont réussi à obtenir sa remise en liberté et son retour dans sa famille.

Gao Peng est arrivé en France il y a cinq ans. Sa propre mère y était déjà depuis cinq ans. Ils sont sans papiers. L’épouse de Gao Peng est, elle, demandeuse d’asile. Leur petite fille est scolarisée dans leur quartier à l’école polyvalente de la rue Pajol dans le 18ème arrondissement de Paris, vers la Goutte d'or. Madame Gao est enceinte. Le soir du 22 décembre, Monsieur Gao allait chercher du linge. Il a été interpellé, arrêté et placé en centre de rétention. Au retour des vacances de Noël, la nouvelle de l’arrestation s’est répandue dans l’école.

Les parents se sont massivement mobilisés: ils ont occupé l’école tous les soirs (sans perturber les cours) et ont alertés la presse et leur réseau d’amis. J’ai par exemple reçu l’information par trois canaux différents… et puis les papiers sont sortis assez rapidement dans les journaux.

Fin de l’histoire? Peut-être, me suis-je dit, qu’il y a quelque chose de particulier dans cette école, quelque chose qu’on pouvait lire entre les lignes des mails et des articles. Cela méritait d’y voir de plus près.

 

Paris XVIIIème. En passant devant l’école Pajol, un lundi de janvier à 16h20, le promeneur peut prendre le temps de lire les panneaux d’informations publiques: l’un, de l’association RESF (Réseau Education sans frontière), donne des conseils aux sans-papiers. RESF existe depuis 2004, le réseau doit sa naissance à l’indignation suscitée par des cas de parents se faisant arrêter à la sortie des écoles. Ce n’est pas le cas de Monsieur Gao, mais il n’a pas été remis en liberté après examen de son cas et de sa situation familiale. L’autre panneau informe sur sa situation particulière....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une fac sur internet pour les réfugiés prépare son arrivée en France

Une fac sur internet pour les réfugiés prépare son arrivée en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
En Allemagne, 1.300 personnes ont commencé à prendre des cours grâce à Kiron, une université en ligne gratuite dédiée aux réfugiés. Des étudiants parisiens espèrent répéter ce succès en France.

 

Les deux étudiants espèrent réitérer en France le succès de Kiron University, un projet devenu réalité en Allemagne. Après avoir levé 500.000 euros grâce au financement participatif et noué des partenariats avec des universités et entreprises allemandes, Kiron a accueilli une première promotion de 1.300 réfugiés en octobre 2015. Au terme de deux ans de formation en ligne et d’une troisième année «physique» à l’université, ils obtiendront une licence de commerce, d’architecture, d’ingénierie ou encore d’informatique.

 

«Au début, le projet n’était pas centré sur les réfugiés», raconte Juan David Mendieta, l’un des fondateurs de Kiron en Allemagne. Fin 2014 , il rend visite à son ami Vincent Zimmer, un entrepreneur allemand qui passe quelques mois en Turquie. Ce dernier s’intéresse depuis un moment au «blended learning», ou apprentissage mixte, une méthode éducative basée sur un mélange de cours physiques et en ligne, dans laquelle il voit une chance de réduire drastiquement le coût de l’enseignement supérieur. «Mais à ce moment-là en Turquie la crise des réfugiés devenait alarmante, se souvient Juan David Mendieta, et c’était évident qu’elle allait toucher l’Europe.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les associations de parents d'élèves sont plus politiques qu'on ne le croit

Les associations de parents d'élèves sont plus politiques qu'on ne le croit | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
FCPE, PEEP, et associations qui se disent «indépendantes»: les représentants des parents d'élèves n'échappent pas toujours aux logiques politisées.

 

Comme chaque début d'année scolaire, les parents d'élèves ont été amenés à voter les 9 et 10 octobre derniers pour leurs représentants. Des représentants qui se rendent aux conseils de classe, échangent avec les directeurs d'écoles ou les chefs d'établissements, les mairies, et défendent les intérêts des quelques 12 millions d'élèves en France, en primaire et secondaire. En regardant de plus près ces parents qui s'engagent à l'école, il y a comme une odeur de politique, même s'ils n'en ont parfois pas la couleur. Alors les parents d'élèves sont-ils plus politisés que ce que l'on croit?

Lorsque vous votez pour les représentants des parents d'élèves (moins d'un parent sur deux le font en primaire, et à peine un quart au collège et lycée), le choix est parfois restreint: quelques candidats sur une liste, parfois non constituée en association. D'autres fois, les fédérations, dont les plus connues sont la FCPE et la PEEP, s'opposent à des associations dites «indépendantes». «Nous leur préférons le terme “non affiliées”», précise Liliana Moyano, présidente de la Fédération des conseils de parents d’élèves. La grande majorité de ces listes revendiquent leur indépendance, voire leur caractère apolitique. Mais que l'on ne s'y méprenne pas: défendre les intérêts des élèves, quels qu'ils soient, touche nécessairement à des questions politiques...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’université ? - Libération

Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’université ? - Libération | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le monde académique critique une reprise en main de l'éducation par le pouvoir politique et un chantage au financement.

 

Depuis l’annonce en juin d’une réforme de l’enseignement à l’université, le gouvernement de Shinzo Abe fait face à de vives critiques. Le monde académique ainsi que le patronat fustigent un «anti-intellectualisme», selon les mots de professeurs contactés par Libération, qui critiquent une reprise en main par le pouvoir politique et un chantage au financement.

 

Dans une directive «non contraignante» d’une dizaine de pages en date du 8 juin, le ministre Hakubun Shimomura demande aux présidents des 86 universités nationales publiques de «réfléchir pour orienter les jeunes de 18 ans vers des domaines hautement utiles où la société est en demande».  Ce passage plutôt ambigu, qui s’intègre dans des recommandations générales visant à revoir le fonctionnement des universités afin de les rendre plus globales, plus efficaces et mieux notées dans les classements internationaux, cible les départements de sciences humaines et de formation des enseignants que le ministère de l’Education (MEXT) entend «abolir» ou «démanteler», selon les versions. Dans son plan de refonte, prévu pour durer six ans à partir d’avril 2016, le MEXT entend conditionner les subventions d’Etat à l’avancée des réformes. «Le ministère tient ainsi financièrement les universités, surtout celles qui sont les moins puissantes, au nombre d’une soixantaine environ. A la différence de Tokyo, Kyoto, Sendai ou encore Osaka qui ont de l’argent, de l’aura, elles n’ont pas les moyens de s’opposer à ce projet», analyse Christian Galan, japonologue et professeur des universités à Toulouse Jean-Jaurès...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Programmes scolaires : toute une histoire - Libération

Programmes scolaires : toute une histoire - Libération | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Après les vifs débats du printemps, Najat Vallaud-Belkacem, a reçu vendredi une copie remaniée. Trois profs la commentent pour «Libé».

 

Alors, ces nouveaux programmes ? «Ils sont extrêmement riches, cohérents, solides. Et ambitieux, mesdames et messieurs. Je vous parie qu’ils vont résister aux petites polémiques». Michel Lussault, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), a joué plein pot l’autosatisfaction, avec un sens théâtral indéniable. Vendredi matin, il remettait officiellement à la ministre de l’Education nationale la dernière mouture des programmes scolaires (du CP à la troisième), largement remaniée après la polémique du printemps dernier. La première version avait fait sauter au plafond un paquet d’historiens et d’intellectuels, remontés comme des coucous contre les programmes d’histoire du cycle 4 (regroupant les classes de cinquième, quatrième et troisième). L’exercice était donc périlleux : éviter tout départ de feu, au lendemain d’une nouvelle grève d’enseignants contre la réforme du collège (16 % de grévistes selon le ministère, le double selon les syndicats).

Tactique adoptée pour l’occasion : la diversion. La ministre Najat Vallaud-Belkacem est montée au front dès l’aube vendredi (interview radio, tribune dans la presse), pour annoncer la nouveauté du siècle : le retour à la dictée quotidienne pour les élèves du cycle 2 (CP-CE1-CE2), mais aussi des récitations et du calcul mental. Cap sur les fondamentaux donc. «Il faut des entraînements quotidiens pour que le cerveau automatise», a insisté la ministre, se félicitant qu’«enfin», des programmes soient en cohérence avec le socle commun de connaissances et de compétences adopté sous l’ancienne majorité de droite.

«Quand on dit dictée, ce n’est pas forcément à la Bernard Pivot, cela peut simplement consister à écrire une consigne d’exercice d’arts plastiques, par exemple», a tempéré Lussaul, ....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Devenir prof? Rien de plus simple (c'est après que ça se complique)

Devenir prof? Rien de plus simple (c'est après que ça se complique) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Poussée par un ami principal de collège, notre journaliste éducation s'est jetée à l'eau en enseignant le français au collège pendant quelques mois. Récit.

 

Journaliste éducation et productrice d’une émission sur France Culture, «Rue des écoles», depuis 2009, je pensais bien connaître l’école. L’année dernière, un vieil ami, principal adjoint de collège, m’a mise au défi de venir y voir de plus près. De vraiment plus près, en enseignant moi-même. Rien de plus simple en fait, l’Éducation nationale manque terriblement de professeurs: si vous êtes titulaire d'un master, il suffit d’envoyer un CV et une lettre de motivation sur le site du rectorat choisi pour devenir enseignant. Fin décembre 2014, j'ai sauté le pas.

Me voilà convoquée dès février pour un entretien avec une inspectrice de français. J’ai choisi cette discipline car la maîtrise de la langue est présentée comme la priorité des priorités par tous les ministres de l'Éducation nationale. Je veux également essayer de me rendre compte par moi-même quel est le niveau des élèves, puisqu’on dit tant qu’il baisse.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des milliers de bacheliers n'ont toujours pas de place en fac

Des milliers de bacheliers n'ont toujours pas de place en fac | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A quelques semaines de la rentrée universitaire 7500 bacheliers attendent encore une place. Le ministère de l’Éducation promet que tout sera réglé d’ici septembre.

 

L’angoisse. A quelques semaines de la rentrée, plus de 7500 bacheliers n’ont toujours reçu aucune proposition de place à l’université. Ils étaient pourtant inscrits sur Admission post-bac (APB). La plate-forme d’orientation est le passage obligé pour poursuivre des études universitaires. A chacune des trois phases du processus, ils ont croisé les doigts. Mais au 12 août, toujours rien, ils ne connaissent ni le lieu, ni la filière qu’ils étudieront.

Thierry Mandon a assuré que «chaque cas individuel sera traité». Dans un entretien accordé au journal Les Échos le 5 août, le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur précisait que le problème n’a rien de nouveau et existe «depuis deux ou trois ans et tend à se développer».

Les espoirs de ces laissés pour compte reposent maintenant sur la quatrième phase d’acceptation ouverte jusqu’au 15 septembre. Au-delà de cette date, Thierry Mandon et Najat Vallaud-Belkacem rappellent que «tout jeune qui n’aura reçu aucune proposition sera pris en charge par le rectorat de son académie et recevra une proposition d’admission au sein de son académie, conformément à la loi», selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale transmis ce mercredi....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Le bac est bien le seul moment où la constante macabre disparaît»

«Le bac est bien le seul moment où la constante macabre disparaît» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
André Antibi, professeur émérite de mathématiques, milite pour une réforme du système d'évaluation scolaire, qui crée, dit-il, de «l'échec artificiel».

Un jour, «le déclic». Il s’en souvient comme si c’était hier. C’était en 1988. A l’époque, André Antibi enseignait les maths à l’université Paul-Sabatier, à Toulouse. Désormais à la retraite, il passe son temps à prêcher la bonne parole. La semaine dernière, il organisait un colloque, fier comme la justice d’avoir fait venir l’ancien ministre Benoît Hamon et Jean-Paul Delahaye, auteur d'un récent rapport sur «La grande pauvreté et la réussite scolaire».

 

...on crée de l’échec artificiel. Surtout, sans que les professeurs n’en aient conscience ! J’étais comme eux, jusqu’au jour où j’ai compris. Inconsciemment, quand vous notez les élèves, vous avez tendance à faire trois piles : un tiers de bonnes notes, un tiers autour de la moyenne et un tiers de mauvaises… Imaginez qu’un professeur mette des excellentes notes à toute la classe, que penserait-on ? A quelques exceptions près (en musique et en arts), il serait taxé de laxiste. A commencer par les parents !

De fait, il y a toujours un pourcentage d’élèves dans une classe qui se retrouvent avec des mauvaises notes quoiqu’ils fassent. Ce que j’appelle la «constante macabre».

 

J’ai mené l’enquête en rencontrant plus de 3 000 enseignants dans 20 académies : et bien, après mes explications, 96% ont reconnu que oui, cette constante macabre existe. Et vous savez le plus dramatique dans cette histoire ? Ceux qui en pâtissent sont d'abord les élèves venant de milieu défavorisé. Ceux-là même dont les parents n’ont pas les moyens de payer des cours privés pour mieux déjouer les pièges lors des évaluations.

le bac est le seul examen de toute la scolarité où cette constante macabre a disparu. Cela n'a pas toujours été le cas, c'est vrai depuis une quinzaine d’années, quand la volonté politique a été affichée de démocratiser le bac. Des consignes ont été données : plus de «questions piège» dans les épreuves, et de nouveaux critères de notation....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les concours de l’enseignement toujours en manque de bons candidats

Les concours de l’enseignement toujours en manque de bons candidats | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Face à l’augmentation du nombre de postes ouverts, le nombre de candidats admissibles aux Capes ne suffit pas.

 

Une discipline est d’ores et déjà déficitaire pour cette session 2015 : les lettres classiques. 114 candidats seulement se présenteront aux épreuves d’admission pour 230 postes ouverts. Un résultat encore inférieur à celui de l’année 2013 – les comparaisons avec l’année 2014 sont plus ardues car deux concours simultanés étaient organisés. L’augmentation du nombre de postes – 200 en 2013 – n’a donc pas attiré assez de candidats ayant le niveau requis. En plein débat sur la place des options latin et grec au collège, ce résultat ne laisse pas indifférente la présidente de la Société des agrégés, Blanche Lochmann. « Au lycée, si on avait une filière littéraire qui reposait vraiment sur les langues anciennes, comme la série scientifique repose sur les maths, le niveau des étudiants à la fac, et donc des candidats, en serait amélioré », estime l’enseignante de lettres classiques.

Sauf que les mathématiques, bien qu’en meilleure posture qu’il y a deux ans, ne jouissent pas encore d’une situation enviable. Quelque 1 800 candidats seront présents aux épreuves d’admissions pour 1 440 postes. « Si ces candidats sont excellents, alors on pourra combler tous les postes », veut croire Caroline Lechevallier, du SNES-FSU, syndicat majoritaire dans le second degré. Rien n’est moins sûr car en 2013, malgré un ratio « admissibles/postes » positif – 1 326 candidats pour 1 210 postes – près de 400 postes avaient été « perdus », comme elle dit, faute de candidats au niveau. Autrement dit, si la politique de création de postes portée depuis quatre ans par les différents ministres de l’éducation nationale a bien créé un appel d’air parmi les étudiants en mathématiques, cela ne signifie pas que la qualité est au rendez-vous.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/education/article/2015/06/05/les-concours-de-l-enseignement-toujours-en-manque-de-bons-candidats_4647809_1473685.html#HFxl6k2W21qxCC8e.99
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Texas : le port d’armes bientôt autorisé sur les campus ?

Texas : le port d’armes bientôt autorisé sur les campus ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Si le projet de loi défendu par la majorité républicaine est adopté par le gouverneur du Texas, Greg Abbott - ce qui n’est plus qu’une question de temps, selon le "New York Times" -, les armes seront autorisées sur les campus de l'Etat dès 2016.

Les élèves et le personnel des universités pourront ainsi porter une arme au sein de l’université, dans les salles de classe comme dans les dortoirs. La seule restriction exige de "dissimuler" l’arme.

Les défenseurs de la loi affirment que les campus seront "plus sûrs" puisque les propriétaires d’armes à feu en règle pourront désormais se défendre et sauver des vies en cas de fusillade, comme celle survenue à Virginia Tech en 2007.

L’argument peine à convaincre de nombreux étudiants, qui jugent cette mesure "irresponsable et inutile". Certains professeurs s’inquiètent notamment à l’idée de se trouver seuls dans leurs bureaux au moment d’annoncer à un étudiant potentiellement armé qu’il est défaillant…

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les illusions de la démocratisation scolaire

Les illusions de la démocratisation scolaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Une scolarisation précoce et une conception élargie de l'éducation sont nécessaires pour espérer réduire les inégalités sociales par le biais de l'école.


Les chercheurs américains des années 1960 qui travaillaient sur la mobilité sociale plaçaient beaucoup d’espoir dans l’école. Les travaux de Blau et Duncan avaient montré que l’école jouait un rôle important dans les mécanismes de reproduction sociale, mais qu’elle pouvait aussi favoriser la réussite individuelle indépendamment de l’origine sociale des élèves. On pouvait donc espérer qu’une politique éducative bien menée contrecarre les effets de la reproduction sociale liée au milieu familial. Ces espoirs ont été en partie déçus. D’après les travaux les plus récents (ceux de Richard Breen et de ses collègues), les inégalités d’éducation en fonction de l’origine sociale se seraient certes réduits sur le long terme (Breen et ses collègues examinent le destin de cohortes nées en 1900 et 1954) mais ce mouvement est lent et relativement modéré. Les inégalités de réussite en fonction du milieu social d’origine restent extrêmement marquées. Cette lenteur du processus de démocratisation peut trouver une explication rationnelle, celle qu’avançait déjà Raymond Boudon dans son fameux livre sur l’inégalité des chances en 1973. Il ne faut pas juger des différences de réussite de manière absolue, mais de manière relative en fonction de la distance que les individus ont à parcourir pour atteindre un point donné de la hiérarchie sociale et scolaire. Plus cette distance est grande (du fait d’un point de départ peu élevé), plus les coûts et les risques pour l’atteindre sont élevés. Les individus et leurs familles évaluent évidemment ces coûts et ces risques à chaque seuil d’orientation et font la balance avec les bénéfices escomptés pour décider de leur orientation et du niveau visé....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Être debout en classe pourrait aider les enfants à apprendre

Être debout en classe pourrait aider les enfants à apprendre | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it


Bouger en classe, c’est bon pour la santé et aussi pour l’attention et la concentration. Les études sont unanimes: il existe un lien entre l’inactivité et les problèmes de santé, dont les maladies cardiaques, le diabète et l’hypertension. Mais la plupart de ces études portent sur des adultes dans un environnement professionnel et soulignent les conséquences néfastes de la position assise sur la santé. D’où la mode des bureaux debout en entreprise. Bouger, c’est bon pour la santé. Ces dernières années, de nombreux chercheurs se sont penchés sur l’utilisation de bureaux debout à l’école (devant lesquels les élèves choisissent de s’asseoir sur un tabouret ou de rester debout) en lieu et place des traditionnels pupitres. Les résultats sont prometteurs mais, jusqu’à présent, les chercheurs ont surtout envisagé ces bureaux comme un moyen de combattre les comportements sédentaires. Différentes études ont démontré que ces «bureaux debout» permettaient de brûler des calories. Mais ils favoriseraient également une meilleure écoute et un comportement plus studieux chez les élèves, selon les enseignants. Ces témoignages sont-ils dignes d’intérêt? Notre équipe du Texas A&M Ergonomics Center a décidé d’enquêter sur les éventuels bénéfices neurocognitifs des bureaux debout pour les élèves. Il s’avère que le fait d’autoriser les enfants à se déplacer dans la classe aide à stimuler leur attention et leur concentration.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A quoi ressemble la première année d’études de psychologie ?

A quoi ressemble la première année d’études de psychologie ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Non enseignée au lycée, la psychologie fait partie des filières les plus demandées par les bacheliers. Pour éviter l’erreur d’aiguillage, quatre étudiants en première année de licence racontent leur quotidien et les difficultés qu’ils rencontrent.


Angèle, 19 ans : « J’étais impressionnée par le nombre d’étudiants, nous étions plus de 800 »

Le premier jour, j’ai été impressionnée par le nombre d’étudiants, nous étions plus de 800. Je me suis assise à côté d’une fille, on a bien sympathisé. Mais je ne l’ai jamais revue, même si je l’ai cherchée. On est un peu noyés dans la masse ici !

La première semaine, j’étais complètement perdue : dans les couloirs, les salles portent des numéros qui ne se suivent pas, ce n’est pas évident. Je vis chez mes parents et heureusement, parce que cela me fait moins de choses à gérer. Une première année à l’université, c’est bien suffisant. Plus tard, j’aimerais me spécialiser en neuropsychologie, mais je peux encore changer d’avis : en début d’année, je voulais être criminologue…


more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le concours pour devenir professeur des écoles s’annonce plus sélectif cette année

Le concours pour devenir professeur des écoles s’annonce plus sélectif cette année | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le nombre de postes ouverts au concours externe augmente, mais dans de moindres proportions que le nombre de candidats. Etat des lieux, académie par académie.
more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Les outils du Web 2.0
Scoop.it!

La revue de presse des journaux scolaires et lycéens 2015

La revue de presse des journaux scolaires et lycéens 2015 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Comment finir cette terrible année 2015 par un peu d’espoir ? Peut-être en lisant la désormais traditionnelle Revue de presse des journaux scolaires et lycéens


Via Fidel NAVAMUEL
more...
Fidel NAVAMUEL's curator insight, December 31, 2015 4:20 AM

L'année 2015 vue à travers le regard des jeunes journalistes de la presse scolaire. #formidable

Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Attaques à Paris : les enseignants s’efforcent de gérer le « cours d’après »

Attaques à Paris : les enseignants s’efforcent de gérer le « cours d’après » | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Après les attentats, l’éducation nationale se met en ordre de bataille pour faire face aux questions des quelque 12 millions d’élèves qui reviennent en classe, lundi.

 

« Après les maux, il faudra trouver les mots », résume une enseignante sur son compte Twitter. « Il faudra surtout que ce soit les élèves qui s’expriment même si c’est désordonné », relève un autre. Car qu’ils le reconnaissent ou non, tous s’interrogent sur cette émotion que les élèves, la tête pleine d’images violentes, vont venir déverser en cours et lors de la minute de silence, lundi à midi.

Sur Twitter, un mot-dièse, #educattentats, a très vite rassemblé les conseils et idées, les ressources et documents pour aborder au mieux ce « jour d’après ». On y trouve une séquence sur « c’est quoi le terrorisme », une autre sur « terrorisme et liberté ». D’autres, encore, sur l’éducation aux médias, la distinction entre rumeurs et informations, le complotisme…

Nombreux sont les professeurs à avoir eu envie de mettre en commun le « canevas » de ce que sera leur premier cours, ce lundi. Tel cet instituteur de Lyon qui propose de faire le tour de la question en six points : « observer l’image de Marianne qui pleure », « rapporter les faits », « rassurer », « définir le terrorisme », étudier une citation de Martin Luther King sur la nécessité d’« apprendre à vivre ensemble », « réaliser une œuvre pour dire ce que l’on ressent »...

more...
Nelly Renard's curator insight, November 16, 2015 12:27 PM

Nombreux sont les professeurs à avoir eu envie de mettre en commun le « canevas » de ce que sera leur premier cours, ce lundi. Tel cet instituteur de Lyon qui propose de faire le tour de la question en six points : « observer l’image de Marianne qui pleure », « rapporter les faits », « rassurer », « définir le terrorisme », étudier une citation de Martin Luther King sur la nécessité d’« apprendre à vivre ensemble », « réaliser une œuvre pour dire ce que l’on ressent »...

Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les logiciels de vie scolaire: l'outil de surveillance de l'Education nationale | Slate.fr

Les logiciels de vie scolaire: l'outil de surveillance de l'Education nationale | Slate.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Bulletins ou cahiers de texte numériques: l'Education nationale se modernise mais ne songe pas que certains de ses outils déresponsabilisent les élèves et laissent libre cours au flicage.

 

Il est déjà bien loin le temps où les professeurs devaient remplir à la main les bulletins trimestriels de leurs élèves… Bombardé enseignant en 2007, j’avoue à regret ne jamais avoir connu l’époque des bulletins manuscrits et des copies carbone, ce qui m’aurait permis de jouer les anciens combattants en salle des profs. Les logiciels de vie scolaire (citons ProNote, VieScolaire.net ou Educ’Horus) fournissent depuis désormais quelques années une assistance clé en main non seulement pour les bulletins, mais également pour la gestion des absences et des retards et du cahier de textes de la classe.

Le cahier de textes de la classe, c'est le «cahier» dans lequel le prof doit détailler pour chaque heure de cours ce qui a été fait pendant la séance (en joignant les documents utilisés) et les devoirs à faire pour la fois suivante, le but étant de permettre aux élèves absents pendant la séance de savoir tout ce qui a été fait pendant qu'il n'était pas là, et de rattraper. Plus pratique en version numérique qu'à l'époque où il était en papier, lourd, et trimballé par les élèves chargés de le porter d'une classe à l'autre, du cours de français au cours de maths, puis d'anglais...

D'ailleurs, le remplissage du cahier de textes est devenu une obligation en 2010: 

«De façon permanente, il doit être à la disposition des élèves et de leurs responsables légaux qui peuvent s'y reporter à tout moment. Il assure la liaison entre les différents utilisateurs. Il permet, en cas d'absence ou de mutation d'un professeur, de ménager une étroite continuité entre l'enseignement du professeur et celui de son suppléant ou de son successeur.»


Soyons honnêtes: le cahier de textes est la bête noire d’une majeure partie des enseignants, moi le premier. Son remplissage est une activité chronophage, de celles qui poussent à la procrastination... sauf que pour servir à quelque chose, il doit se faire de façon quotidienne et exhaustive. Gare à nous si les chefs d’établissements ou les inspecteurs réalisent qu’il est mal ou peu rempli.


Pour autant, les logiciels de vie scolaire ne risquent pas de disparaître: le passage au tout-numérique est une obsession mal contrôlée, et le côté pratique et exhaustif de tels logiciels peut difficilement donner envie de revenir au papier et au stylo; et ce n'est pas aux professeurs qu'ils peuvent nuir le plus: mais aux élèves.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les sciences politiques interdites en Ouzbékistan

Les sciences politiques interdites en Ouzbékistan | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'Education a annoncé l'abolition de l'enseignement de la matière, taxée de «pseudo-science occidentale».

 

«Une pseudo-science occidentale qui ne prend pas en compte le modèle ouzbek» : c’est ainsi que le gouvernement d’Islam Karimov justifie l’interdiction de l’enseignement des sciences politiques dans les universités d’Ouzbékistan. C’est une lettre ouverte d’un groupe de chercheurs ouzbeks sur Facebook qui a donné l’alerte le 29 août, avant que le décret officiel ne soit rendu public. Dans celui-ci, le ministre de l’Education, Alisher Vakhabov, ordonne que les mots «science politique» soient retirés des intitulés de cours, qui devront s’appeler désormais «Théorie et pratique de la construction d’une société démocratique en Ouzbékistan». Le ministre demande aussi aux bibliothèques des universités de verser tous les livres traitant le sujet dans un fonds spécial accessible uniquement sur demande.

 

Vieux dinosaure à la tête du pays du temps même de l’Union soviétique, Islam Karimov a obtenu en mars un quatrième mandat de président à 77 ans, avec 90,39 % des voix, d’autant plus facilement que ses trois adversaires étaient tous issus de partis politiques alliés. Alors que la constitution de ce pays de 30 millions d’habitants ne permet que deux mandats, il dirige le pays depuis un quart de siècle.

Campagnes massives de travail obligatoire dans les champs de coton, stérilisation forcée, absence de médias indépendants, détention arbitraire, torture, sont régulièrement dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme. Selon les ONG, au moins 10 000 personnes seraient détenues pour des motifs politiques par le régime de Tachkent. L’Ouzbékistan est considéré comme l’un des régimes les plus corrompus et autoritaires de la planète. Farkhad Tolipov, éminent professeur à l’origine de la lettre ouverte, rappelle que le terme «pseudo-science» était employé par l’Union soviétique dans les années 30 et 40, et incluait déjà la géopolitique.

Laurence DEFRANOUX
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Collèges, lycées : comment est décidée la composition des classes ?

Collèges, lycées : comment est décidée la composition des classes ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Une étude, menée par des sociologues, entre dans la boîte noire des pratiques des chefs d'établissement pour la constitution des classes.

 

Jour de rentrée. Les millions d’élèves, et leurs parents, ont tous la même appréhension : à quoi va ressembler la classe ? Seront-ils avec leurs copains ? Et surtout vont-ils être dans «une bonne classe», même si le mot n’est jamais officiellement prononcé ? Les classes de niveau sont en principe proscrites depuis 1975, mais existent dans un collège sur deux comme le révélait, en mai dernier, une enquête du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), une instance chargée d’évaluer les politiques éducatives.

 

Depuis, le Cnesco a poussé ses travaux plus loin, et publie ce mardi le deuxième volet : une étude sur la façon dont les classes sont constituées. Qui décide ? En fonction de quels critères ? Y a-t-il une volonté réelle de mélanger les élèves de différents niveaux scolaires, et en tenant compte de leur origine sociale ? Les incidents survenus dans certains établissements lors de la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de janvier ont rappelé le défi de la mixité sociale entre les établissements et à l’intérieur des classes.

Cette enquête porte sur 480 chefs d’établissement, choisis de manière aléatoire dans les collèges et lycées, publics et privés. Les résultats révèlent quelques surprises...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les universités californiennes permettent aux futurs étudiants de choisir entre six identités de genre

Les universités californiennes permettent aux futurs étudiants de choisir entre six identités de genre | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les personnes qui envoient leurs dossiers de candidature dans les universités publiques de Californie auront un vaste éventail de choix à la place du traditionnel homme ou femme.

 

À partir de cet automne, les personnes qui envoient leurs dossiers de candidature dans les universités publiques de Californie auront un vaste éventail de choix à la place du traditionnel homme ou femme. Les six identités de genre disponibles incluent homme, femme, transgenre homme, transgenre femme, queer ou différent, rapporte le Los Angeles Times.

Le transgenre homme («trans male» en version originale) est né avec un sexe féminin mais a une identité de genre masculine, et c'est l'inverse pour le transgenre femme («trans female»). Pour l'identité queer, l'université précise «gender queer/gender non-conforming», soit «les personnes qui refusent de se conformer au genre assigné à la naissance et au système sexe/genre normatifs imposé par l’environnement social et culturel», comme l'expliquait Marie-Hélène Bourcier sur Slate.fr. Et pour ceux qui ne se sentent représentés par aucuns de ces termes, reste l'option «différent».....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les chiffres du bac 2015 - France Inter

Les chiffres du bac 2015  - France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
INFOGRAPHIES - Qui est le doyen ? Qui est le benjamin ? Combien sont-ils ? Comme chaque année, le stress monte pour les élèves de Terminale et leurs proches. Le coup d'envoi des épreuves est donné dans trois jours.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Dès 2016, Toulouse comptera une école supérieure du manga

Dès 2016, Toulouse comptera une école supérieure du manga | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Toulouse va compter dès 2016 une école supérieure dédiée à la bande-dessinée japonaise, qui formera de vrais mangakas. A l'initiative de ce projet, Claire Pélier, la créatrice de Toulouse Manga. Toulouse compte la troisième école française spécialisée dans la bande-dessinée japonaise. Toulouse Manga est encore dédiée uniquement aux loisirs, mais s'est pourtant imposée comme le représentant français de l'école mondiale du manga, dont ses élèves sont les premiers diplômés français. L'association emploie (...)
more...