L'enseignement dans tous ses états.
22.0K views | +0 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Peillon préconise six semaines de vacances d'été avec deux zones

Peillon préconise six semaines de vacances d'été avec deux zones | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'éducation nationale a préconisé dimanche des vacances d'été d'une durée de six semaines réparties en deux zones, précisant que la question ne serait pas abordée avant 2015.

 

Le ministre a réaffirmé que son objectif était d'étaler "progressivement" l'année scolaire sur 37 à 38 semaines, contre 36 semaines, voire 35 avec les ponts à l'heure actuelle, alors qu'il y a 40 semaines de cours en Allemagne. Il a réaffirmé que durant l'année il préconisait une alternance de sept semaines de cours et de deux semaines de vacances.

Dans le cadre de son ambitieuse réforme des rythmes scolaires, le gouvernement veut revoir les rythmes de la journée, de la semaine et de l'année, considérant que l'année scolaire est à la fois trop courte et trop concentrée, au détriment des apprentissages.

Le ministre a souligné qu'il fallait "d'abord monter la première marche" de la réforme des rythmes scolaires hebdomadaires à l'école primaire, puis au collège et au lycée. "Nous commençons par l'école, il faudra continuer avec les collèges et lycée et puis il faudra faire l'année scolaire", a-t-il dit.


Cette proposition est contenue dans un livre sur la refondation de l'école publié par le ministre. Elle correspond aux souhaits des professionnels du tourisme, qui ont demandé au début du mois de raccourcir les vacances estivales à six semaines avec l'instauration d'un zonage pour mener la réforme des rythmes scolaires "à son terme et dans sa globalité". Depuis 1964, la France est découpée en trois zones permettant d'étaler les vacances d'hiver et de Pâques sur quatre semaines pour favoriser les activités touristiques, notamment les sports d'hiver, et répondre aux impératifs de sécurité routière...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le projet sur la refondation de l'école dévoilé

Le projet sur la refondation de l'école dévoilé | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
"Le Monde" s'est procuré ce texte aujourd'hui encore en consultation au Conseil d'Etat.

 

Depuis son arrivée rue de Grenelle, comme ministre de l'éducation nationale, tous les travaux engagés par Vincent Peillon convergeait vers l'écriture d'une loi d'orientation et de programmation sur l'école. Un dispositif qui doit remplacer celui mis en place par François Fillon, en 2005. Le texte devait symboliquement être la première grande loi de la mandature. Elle ne sera finalement présentée que fin janvier en conseil des ministres. Le Monde s'est procuré ce texte aujourd'hui encore en consultation au Conseil d'Etat.

La loi s'articule autour de cinq grands axes : "assurer une vraie formation initiale et continue pour les métiers du professorat et de l'éducation avec la mise en place des écoles supérieures du professorat et de l'éducation", "faire entrer l'école dans l'ère du numérique afin de prendre véritablement en compte ses enjeux et atouts pour l'école", "mettre le contenu des enseignements et la progressivité des apprentissages au cœur de la refondation", "rénover le système d'orientation et l'insertion professionnelle" et "redynamiser le dialogue avec les partenaires de l'école, ainsi que ses instances d'évaluation ".

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Philippe Meirieu : "Je ne vois pas de projet fort pour l'école"

Philippe Meirieu : "Je ne vois pas de projet fort pour l'école" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Peut-on croire à la refondation de l'école voulue par Vincent Peillon ? Philippe Meirieu, qui a participé aux débats, n'est pas convaincu.

 

Finie la concertation, place à la loi de programmation et d'orientation. Le rapport remis ce jour à Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, clôture officiellement trois mois de débats au sein de la "concertation", ce gigantesque remue-méninges destiné à "refonder l'école de la République". Philippe Meirieu, spécialiste reconnu de la pédagogie et professeur des universités en sciences de l'éducation, a participé à ces échanges. Pourtant, il s'inquiète.

 

  Le Point.fr : une bonne idée, cette "concertation" ?

   Philippe Meirieu : La méthode est intelligente, quoique pas tout à fait inédite. J'aurais aimé qu'on entende plus les acteurs de terrain, ceux qui chaque jour font l'école. On a, comme d'habitude, invité les 5 000 permanents de l'Éducation nationale, tous des gens très qualifiés, mais assez éloignés des élèves. Tout cela ne saurait exonérer le gouvernement d'une perspective. Or, pour l'instant, je ne vois pas de projet fort pour l'école.

 

    Pourtant, Vincent Peillon promet de tout "refonder", ce n'est pas rien.

    On a jusqu'à aujourd'hui empilé beaucoup de réformes, on a réparé, ajusté, réagi, et la maison Éducation est une construction de bric et de broc, avec des pans baroques, des murs classiques, des rafistolages en tôle ondulée. La dépression que connaît notre système éducatif est due à cette absence de structures et de principes.

 

    Vous êtes un expert en pédagogie. Que faudrait-il faire, selon vous ?

    Qui a réfléchi sur les contenus, les savoirs ? La question des contenus, donc, de ce qu'on enseigne aux enfants, est primordiale. Aujourd'hui, les programmes sont devenus trop compliqués. Il nous faut des contenus clairs, attractifs et valorisés. On ne peut pas se contenter d'une garderie améliorée. On demande aujourd'hui aux enseignants de faire de l'éducation dans une société anti-éducative, où les enfants sont excités à consommer, pas à réfléchir. Qui en parle ?....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A la fac, la précarité passe au niveau supérieur

A la fac, la précarité passe  au niveau supérieur | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’université, synonyme d’échec pour beaucoup, sera une priorité pour le ministère.

 

Comment faire mieux réussir les étudiants en licence et rendre l’université plus attractive ? Les deux questions, qui sont liées, seront au cœur des priorités de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, qui fait sa conférence de presse de rentrée aujourd’hui. Après la rhétorique des grands projets et autres dispositifs d’excellence en vogue sous Sarkozy, la ministre veut s’attaquer «au fond», et d’abord améliorer la condition étudiante.

En France, à peine la moitié des bacheliers (52%) qui s’inscrivent à la fac passent en deuxième année. Parmi les recalés, la plupart redoublent ou se réorientent. Mais beaucoup, qui s’étaient inscrits par défaut - l’université étant ouverte à tous -, décrochent et cherchent du travail. A titre de comparaison, 8 étudiants sur 10 passent en seconde année en institut universitaire de technologie (IUT).

Précarité. Le problème de l’échec en licence - de loin le plus important parmi les filières du supérieur, si l’on exclut la médecine (15% de passage seulement) - n’est pas une découverte. Valérie Pécresse, la première ministre de l’Enseignement supérieur de l’ère Sarkozy, avait lancé un plan baptisé Réussite en licence, qui devait notamment permettre aux universités de mieux encadrer leurs étudiants grâce à des tuteurs et à un suivi plus personnalisé, et de leur proposer des passerelles en cas de mauvaise orientation. Mais, selon Geneviève Fioraso, les 700 millions d’euros dépensés n’ont «strictement servi à rien». Les universités, en difficulté financière, auraient souvent utilisé une partie de ces fonds à d’autres fins.

Pour les organisations étudiantes, le problème essentiel est la précarité : les étudiants s’appauvrissant sous le coup de la crise, ils doivent de plus en plus travailler, et ce souvent au détriment de leurs études...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rythmes scolaires: 74% des parents préfèrent l'école le mercredi matin

Rythmes scolaires: 74% des parents préfèrent l'école le mercredi matin | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La fin de la semaine de quatre jours à l'école primaire pose de nombreuses questions. Les enjeux économiques et politiques sont majeurs.

La PEEP, fédération de parents d'élèves - que l'on dit plus à droite que sa concurrente, la FCPE - vient de divulguer les résultats d'une enquête sur la semaine de 4 jours et demi dans le primaire, qui redeviendra la norme dès la rentrée de 2013. La question essentielle est : vaut-il mieux travailler le mercredi ou le samedi matin? Les parents de la PEEP ont tranché: les trois quarts (74%) d'entre eux ont choisi le mercredi. Seuls 11% préféreraient le samedi matin et 12% n'émettent pas d'avis.

Le sondage révèle aussi que seules 45% des personnes interrogées (4522 répondants) se disent favorables à un nouveau changement de rythmes, bouleversé en 2008 sous Xavier Darcos. 35% se disent même contre (et 19% sans opinion).La PEEP, fédération de parents d'élèves - que l'on dit plus à droite que sa concurrente, la FCPE - vient de divulguer les résultats d'une enquête sur la semaine de 4 jours et demi dans le primaire, qui redeviendra la norme dès la rentrée de 2013. La question essentielle est : vaut-il mieux travailler le mercredi ou le samedi matin? Les parents de la PEEP ont tranché: les trois quarts (74%) d'entre eux ont choisi le mercredi. Seuls 11% préféreraient le samedi matin et 12% n'émettent pas d'avis.

Le sondage révèle aussi que seules 45% des personnes interrogées (4522 répondants) se disent favorables à un nouveau changement de rythmes, bouleversé en 2008 sous Xavier Darcos. 35% se disent même contre (et 19% sans opinion)....

 

..Le chantier auquel doit s'attaquer Vincent Peillon est plus compliqué qu'il n'y paraît. Car au delà du nombre de jours travaillés pour les enfants se posent de nombreuses questions économiques, sociologiques et politiques.

*Economiques, car si le nombre de jours de classe s'accroît et que la journée de classe est raccourcie, il faudra, par ricochet, réduire la durée des vacances d'été. Actuellement, c'est toujours la loi de 1938, qui instaurait des vacances d'été de deux mois et demi pour que les enfants aident aux moissons et aux vendanges, qui régit toujours la longue pause estivale... Il est sans doute temps de changer... Mais pour cela, il faudra amadouer l'industrie du tourisme, qui a longuement bataillé pour établir la création de zones, afin d'étaler les départs et de soutenir, notamment, les professionnels des sports d'hiver...

*Sociologique : Toucher aux vacances peut s'avérer compliqué pour les familles dont les parents sont divorcés. L'idée récemment émise par Vincent Peillon d'établir un zonage académique des vacances scolaires d'été - c'est-à-dire décaler le début des vacances en fonction des zones géographiques, comme c'est déjà le cas pour les vacances de février et de Pâques - a réjoui les professionnels du tourisme mais inquiété les enseignants et les parents d'élèves.

*Politiques: Si les journées se terminent plus tôt, à 15h30 par exemple, qui va s'occuper des enfants avant le retour des parents? En 2008, au moment du passage à la semaine de 4 jours, Jack Lang, ancien ministre de l'Education nationale affirmait dans L'Ecole abandonnée. Lettre à Xavier Darcos (Calmann-Lévy), que la mesure était discriminatoire. "Ce temps libéré permettra peut-être à des enfants privilégiés de parfaire leur éducation; mais les autres? [...]

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Peillon veut avancer la rentrée scolaire d'un jour, car "c'est plus logique" - Politique - TF1 News

Peillon veut avancer la rentrée scolaire d'un jour, car "c'est plus logique" - Politique - TF1 News | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'Education nationale va proposer au Conseil supérieur de l'éducation d'avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d'un jour, et de retarder la fin de l'année au vendredi soir ou au samedi midi.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vincent Peillon, le refondateur de l'école

Vincent Peillon, le refondateur de l'école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Vincent Peillon hérite de l'Éducation, un ministère clef dans le dispositif de François Hollande, qui, durant toute sa campagne, a mis en avant l'école et la jeunesse.

 

Durant toute la campagne, il a mis en scène l'opposition entre le programme du candidat Hollande sur l'éducation et le bilan de Luc Chatel au ministère. Par delà les 60.000 postes promis dès la primaire socialiste, il s'agissait de proclamer la grande réconciliation de la communauté éducative en retrouvant les accents d'une gauche républicaine longtemps oubliée.

La République, cet agrégé de philosophie de 52 ans, lecteur de Ferdinand Buisson ou de Pierre Leroux, l'a mise au cœur de son engagement politique comme de ses réflexions philosophiques.....

 

«Ce n'est pas une réforme qu'on veut faire, a précisé d'emblée le nouveau ministre, c'est une refondation de l'école de la République.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉDUCATION - Projet de droite contre projet de gauche

ÉDUCATION - Projet de droite contre projet de gauche | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les candidats se distinguent de manière très nette dans les solutions qu'ils préconisent pour l'école.

 

Si elle n'est pas au coeur de la campagne, l'éducation en est un thème important. Elle est surtout l'occasion pour les candidats, et singulièrement les deux favoris François Hollande et Nicolas Sarkozy, de défendre des projets extrêmement différents pour réformer le système éducatif. Interrogé par l'AFP, l'historien de l'Éducation Claude Lelièvre résume la situation à sa façon : "Quand François Hollande parle de refondation et Nicolas Sarkozy de révolution, ils ont raison, car l'un fait du primaire la base de sa politique et l'autre propose un mode de fonctionnement libéral que l'école française n'a jamais connu".

Petits rappels de leur projets en matière d'éducation....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des femmes en quête d‘éducation

Des femmes en quête d‘éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

D’après les Nations-Unies, 115 millions d’enfants en âge de fréquenter l‘école primaire ne sont pas scolarisés à travers le monde. 54% d’entre eux sont des filles.

 

Afghanistan : une éducation à construire.

Sakeena Yacoobi est la fondatrice de l’Institut afghan pour l’Education : une organisation non gouvernementale qui mène plus de 150 projets éducatifs et sanitaires dans le pays....

 

Pakistan : le long chemin vers l‘égalité entre les sexes.

La Fondation des citoyens tente de changer la donne. Cette organisation non gouvernementale qui scolarise actuellement, 102.000 enfants dans le pays, milite pour la parité sur les bancs de l‘école.
Elle fait classe dans les zones urbaines les plus pauvres et veut donner la même chance à chaque enfant quelque soit son sexe, son origine et sa religion.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Luc Chatel planche sur une réforme du bac

Des notes éliminatoires, moins d'épreuves à l'examen terminal... Le ministre de l'Education a présenté ce lundi un rapport sur les évolutions possibles du baccalauréat.

 

Ce matin, le ministre de l'Education, Luc Chatel, a présenté «des pistes de réflexion» pour une réforme du bac dès 2014 si la droite reste au pouvoir. Au menu : moins de choix dans les langues étrangères, plus d'épreuves de rattrapage en tant que telles... Et des notes éliminatoires dans certaines disciplines jugées fondamentales.

Il y a quinze jours, lors d'un meeting à Montpellier, Sarkozy-le-candidat avait déjà brossé le tableau, jugeant que «pour garder une valeur, le baccalauréat d(evait) refléter une exigence plus élevée». Rappelons que seul 65% d'une classe d'âge a le bac aujourd'hui.

En vrac: Des notes éliminatoires...Moins d'épreuves au bac...Supprimer les épreuves de rattrapage...L'offre en langues revue à la baisse...Des options facultatives moins valorisées...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hollande livre ses propositions pour l'enseignement supérieur

Hollande livre ses propositions pour l'enseignement supérieur | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Il le redit et le martèle, François Hollande veut «faire de la jeunesse la priorité de (son) projet pour la France». Ce lundi, le candidat du PS à la présidentielle a détaillé, lors d'un discours prononcé à la faculté de médecine de Nancy, ses propositions pour l'enseignement supérieur et à la recherche.

Revoir les premiers cycles universitaires, améliorer la condition étudiante, faire des efforts pour les doctorants et jeunes docteurs ou encore avoir un financement des universités permettant de corriger les déséquilibres, figurent parmi ses objectifs....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : les programmes des candidats - LeMonde.fr

Education : les programmes des candidats - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Socle de connaissances, apprentissage, rythmes scolaires : sur quels aspects les candidats mettent-ils l'accent ?

 

Nicolas Sarkozy a présenté cette semaine ses propositions sur la politique de l'éducation, axée sur un renforcement de la présence des enseignants pour mieux accompagner les élèves. Mais la politique de l'éducation s'articule aussi autour d'autres thématiques comme l'apprentissage, les rythmes scolaires ou l'université ; quels sont les propositions des candidats sur l'éducation ?

UN ACCES PLUS DEMOCRATIQUE A L'ENSEIGNEMENT ET UNE UNIFORMISATION DE L'ECOLE....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

C'est classe !: 26 heures pour les profs: l'embrouille de Sarkozy

C'est classe !: 26 heures pour les profs: l'embrouille de Sarkozy | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Que ce soit faisable ou pas est finalement assez secondaire. L'important est de frapper les esprits et de se montrer offensif. Ainsi pourrait-on résumer l'annonce choc de Nicolas Sarkozy de faire travailler les profs 26 heures par semaine, au lieu de 18, pour 500 euros supplémentaires par mois....

 ...

Actuellement, un prof certifié est rétribué sur la base de 18 heures de cours par semaine. Il fait aussi des heures sups payées en heures supplémentaires défiscalisées. Selon les chiffres de Guy Barbier, l'expert en la matière du syndicat SE-Unsa, la première heure sup est payée annuellement environ 1 420 euros bruts, les suivantes environ 1 200 euros.De plus, à partir de 3 heures sups, le prof touche une prime annuelle de 500 euros. Cela grâce à Nicolas Sarkozy qui a multiplé les heures sups au fur et à mesure qu'il supprimait des postes - aujourd'hui, 1,3 millions d'heures sups sont ainsi consommées chaque année dans l'Education, ce qui relativise les économies faites grâce aux suppressions de postes ...

Enfin, toutes ces heures sups ne sont pas soumises à impôt.

- En face, Nicolas Sarkozy propose, pour 8 heures de travail en plus, 6 000 euros par an - 500 euros mensuels multipliés par douze mois. Et ces sommes sont imposées.

- Conclusion: si le prof est bassement interessé, il ne sera pas preneur. En un peu plus de 4 heures sups aujourd'hui, il gagne plus que ce que propose Sarkozy, déduction faite des impôts...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Geneviève Fioraso veut remodeler l'offre universitaire

Geneviève Fioraso veut remodeler l'offre universitaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Gouvernance, offre de formation, recherche : la ministre de l'enseignement supérieur dévoile au "Monde"  les grands axes de sa future loi.

 

C'est la dernière ligne droite. Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, peaufine son projet de loi sur l'université et la recherche qu'elle espère le "plus consensuel possible". Première en France, cette loi, qui sera présentée en mars en conseil des ministres, traitera à la fois de l'éducation et de la recherche. "L'enseignement supérieur et la recherche sont indissociables. La plus-value de l'université, c'est la recherche", souligne-t-elle.

Alors que Jean-Yves Le Déaut, député PS (Meurthe-et-Moselle) et rapporteur de la future loi, a remis lundi 14 janvier au premier ministre, Jean-Marc Ayrault, les conclusions de sa mission de préfiguration de la loi, Geneviève Fioraso détaille pour Le Monde son projet.

Trop foisonnante, souvent illisible, l'offre de formation devra être simplifiée. "Il faut en finir avec la jungle des formations, explique la ministre. Il y a 2 231 licences professionnelles et 1 420 licences générales avec des intitulés hyperpointus, souvent incompréhensibles pour les jeunes." Objectif : diviser le nombre de licences par 15 pour parvenir à une nouvelle nomenclature nationale d'une centaine d'intitulés de licences générales par grands domaines. Les licences professionnelles, discutées avec les organisations professionnelles, ne devraient pas être touchées. Les masters (1 400 mentions et 6 000 spécialités) seront eux aussi simplifiés. Afin de mettre un terme à la multiplication des diplômes, seuls ceux figurant dans la nouvelle nomenclature nationale pourront être délivrés par les universités accréditées.

 

La ministre souhaite également favoriser la réussite des bacheliers professionnels et technologiques exclus des filières pourtant créées pour eux (IUT et STS). Ils seront donc désormais "prioritaires" pour y accéder. Il reviendra aux recteurs de faire appliquer la loi...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grandes écoles échangent argent contre cancres

La Conférence des grandes écoles propose un pacte à la nation. Si le pays s'engage à consacrer 20 milliards d'euros à l'enseignement supérieur sur dix ans, elle prendra en charge les "décrocheurs".

 

En auraient-elles assez de leurs excellents élèves ? La Conférence des grandes écoles (CGE), qui regroupe 220 écoles dont le fleuron des formations au management ou à l'ingénierie, profite de son congrès à Nantes pour proposer un pacte à la nation. Si le pays s'engage à consacrer 20 milliards d'euros à l'ensemble du secteur de l'enseignement supérieur sur dix ans, la CGE prendra en charge les "décrocheurs".

Habituées aux premiers de la classe, voilà HEC, Centrale, l'Essec et quelques autres qui se penchent sur le cas des 150 000 jeunes qui quittent chaque année le système éducatif sans diplôme.

Cette proposition, la CGE l'a déjà formulée en février, en pleine campagne présidentielle, mais les principaux candidats ne lui avaient accordé qu'une attention à peine polie. Alors, comme elle y tient, elle la répète.

"Il est très important que le pays réalise cet investissement, explique Pierre Tapie, président de la CGE. Mais nous ne pouvons pas demander un tel effort sans que les universitaires ne prennent un engagement important en retour. Or ces 150 000 jeunes par an, trois millions de personnes depuis vingt ans, représentent une bombe atomique sociale à retardement."

Les décrocheurs seraient accueillis dans des "instituts horizon métiers", structures ad hoc, pendant deux ans. Objectif : leur mettre le pied à l'étrier pour débuter leur vie professionnelle. Ils passeraient un tiers de leur temps dans les universités et les grandes écoles, deux tiers en entreprise et seraient encadrés par des retraités qui deviendraient des "parrains professionnels de référence" et par les étudiants de licence et de master....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vers un retour à la semaine de 4,5 jours à l'école primaire ?

Vers un retour à la semaine de 4,5 jours à l'école primaire ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
C'est en tout cas ce que préconise la commission sur la refondation de l'école, ainsi qu'un raccourcissement de la journée de classe.

La concertation sur la refondation de l'école prône le retour à une semaine de 4,5 jours en primaire, incluant le mercredi matin, et un raccourcissement de la journée de classe, ont annoncé les rapporteurs vendredi lors d’une conférence de presse.

Le rapport laisse la porte ouverte au samedi matin choisi localement, ont-ils précisé, en soulignant que leurs préconisations n’engageaient pas nécessairement le ministre. Ils se prononcent aussi pour une journée de classe qui ne dépasse pas 5 heures en primaire, en sixième et en cinquième, et pas plus de 6 heures en troisième et en quatrième.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vincent Peillon souhaite rallonger l'année scolaire de 36 jours | Humanite

Vincent Peillon souhaite rallonger l'année scolaire de 36 jours | Humanite | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le ministre de l’Éducation nationale, qui fait de la réforme des rythmes scolaires le cœur de sa concertation pour la refondation de l'école, a estimé dimanche sur BFMTV que l'année scolaire, qu'il juge trop courte, devrait être allongée pour durer environ 180 jours en primaire.

"Il faut que nous remontions vers 180" jours pour l'école primaire, a-t-il déclaré, alors que les écoliers français ont actuellement 144 jours de classe par an. Le chantier de la reforme des rythmes scolaires est au cœur de la concertation pour la refondation de l'école lancée par Vincent Peillon, en vue d'une loi à l'automne, suivant l'idée que les élèves ont des journées trop longues et une année scolaire trop courte, peu propice aux apprentissages.

Interrogé sur le possible rallongement de la semaine à quatre jours et demi, il a indiqué: "A priori, il serait bon qu'à la rentrée 2013 on ait réglé ce problème". "Majoritairement, les Français ne souhaitent pas" que la demi-journée de cours supplémentaire ait lieu "le samedi matin pour des tas de raisons et donc ce serait sans doute le mercredi matin, même si dans certains endroits certains veulent pouvoir déterminer eux-mêmes", a-t-il indiqué. Il a évoqué la possibilité d'une "souplesse" au niveau d'un département ou d'un établissement. "Je souhaite qu'il y ait quatre jours et demi à la rentrée 2013 et ce sera le mercredi matin", a-t-il ajouté...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Erasmus Mundus : qualité et rayonnement de l'enseignement supérieur européen - Erasmus Mundus - Europe Education Formation France

Erasmus Mundus : qualité et rayonnement de l'enseignement supérieur européen - Erasmus Mundus - Europe Education Formation France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L'Agence Europe Education Formation France (2E2F) a pour mission de promouvoir des projets européens innovants dans le secteur de l'éducation et de la formation professionnelle.

 

Le programme encourage et soutient la mobilité des personnes et la coopération entre établissements européens et non européens. L'objectif est de promouvoir l'Union européenne comme espace d'excellence académique à l'échelle mondiale, de contribuer au développement durable de l'enseignement supérieur des pays tiers et d'offrir aux étudiants les meilleures perspectives de carrière.

Le programme est doté d'une enveloppe financière de 950 millions d'euros pour 2009-2013.

Pour en savoir plus : consulter la décision du Parlement européen et du Conseil établissant la seconde phase du programme d'action Erasmus Mundus (2009-2013).... 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Geneviève Fioraso : "La loi sur l'autonomie a été un leurre total"

Geneviève Fioraso : "La loi sur l'autonomie a été un leurre total" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La ministre de l'enseignement supérieur Geneviève Fioraso détaille ses projets au Monde et annonce un maintien de l'autonomie, mais avec une profonde remise à plat de la gouvernance des universités.

 

François Hollande avait promis une réforme en profondeur de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, annonce au Monde que "plus qu'une réforme en profondeur, ce sera une nouvelle loi d'orientation de l'enseignement supérieur et de la recherche qui va remplacer la LRU". Celle-ci sera déposée au Parlement début 2013, "après une grande concertation de toute la communauté universitaire". Des assises régionales auront lieu en octobre puis nationales fin novembre-début décembre.

A peine désignée, la nouvelle ministre a multiplié les visites auprès de la communauté universitaire : enseignants, chercheurs, présidents d'université, syndicats... Objectif : restaurer le dialogue et la confiance. La méthode est saluée. Celle-ci suffira-t-elle à calmer les impatiences ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : Vincent Peillon veut en finir avec les chefs d'établissement "patrons" - LeMonde.fr

Education : Vincent Peillon veut en finir avec les chefs d'établissement "patrons" - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Vincent Peillon, responsable éducation et jeunesse dans l'équipe de François Hollande, dévoile un plan de résorption de la précarité dans l'éducation nationale dans un chat sur LeMonde.fr...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Maternelle : un nouveau projet sur la table

Maternelle : un nouveau projet sur la table | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministère de l'Education nationale a revu sa copie et ne parle plus d'"évaluation" des élèves.

Quelques mois après l'abandon d'un projet qui avait suscité la polémique, le ministère de l'Education nationale remet la question des difficultés en maternelle sur la table. Le projet abandonné en octobre avait provoqué l'ire des syndicats et des parents d'élèves, qui dénonçaient un "étiquetage" des élèves dits "à risque".

Pour la rentrée 2012, le ministre Luc Chatel propose aux enseignants des outils d'"observation" des élèves. Cette fois, la notion de catégorisation des enfants a disparu et le ministère insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'évaluations, comme dans le projet d'octobre, mais de simples outils pour repérer les difficultés...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Fraudes au bac: les syndicats dénoncent "un tribunal d'exception" | Humanite

Fraudes au bac: les syndicats dénoncent "un tribunal d'exception" | Humanite | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

La quasi-totalité des syndicats d'enseignants ainsi que les lycéens de l'UNL, les parents de la FCPE et les étudiants de l'Unef ont demandé lundi "le retrait" du projet de création d'un conseil de discipline pour les fraudes au bac, y voyant "un tribunal d'exception".

"Non au décret instaurant un tribunal d'exception pour les fraudes au bac ", ont écrit les organisations signataires car, selon elles, "le projet du gouvernement fait de l'arbitraire la règle".

Le communiqué de l’intersyndicale pointe : « Sur le fond, le futur conseil de discipline verrait tous ses membres nommés par le recteur, sans représentation des usagers-étudiants, ni d’élus des personnels. Les décisions qui y seraient prises ne pourraient plus faire l’objet d’une procédure simple d’appel. Les candidats soupçonnés de fraude n’auraient pas accès à une défense équitable. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Monsieur le Président, je travaille déjà 45 heures par semaine" (témoignage) | Humanite

"Monsieur le Président, je travaille déjà 45 heures par semaine" (témoignage) | Humanite | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Travailler huit heures de plus par semaine pour 25% de salaires en plus. Mardi dernier, dans Des paroles et des actes, Nicolas Sarkozy a dévoilà l'une de ses mesures de candidat président concernant les enseignants de collège et de lycée. Mais derrière les arguments de "bon sens" manié par le candidat de l'UMP se cache une vision totalement erronée du métier et de l'emploi du temps réel des profs du secondaires. C'est que démontrent Gwladys, Marie, Sandrine, enseignantes du secondaire, dans une lettre ouverte adressée au président de la république pour encore cinquante jours. Humanite.fr publie leur coup de gueule en deux temps, par une adresse formelle puis à la façon de Boris Vian.

"Nous, enseignants, sommes scandalisés des propos qui ont été tenus lors de l'émission télévisée "Des paroles et des actes" du mardi 06 mars 2012 par le Président de la République. Au-delà d'une méconnaissance totale du travail effectif des enseignants du secondaire, ils révèlent un profond mépris de notre profession....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Rester 26 heures dans le collège ? C'est déjà le cas" - LeMonde.fr

"Rester 26 heures dans le collège ? C'est déjà le cas" - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - De nombreux enseignants ont réagi sur LeMonde.fr à la proposition de Nicolas Sarkozy d'augmenter le temps de travail des professeurs qui le souhaitent.

 

Après la proposition du candidat Nicolas Sarkozy d'augmenter le temps de travail des enseignants qui le souhaitent pour renforcement l'encadrement et l'accompagnement des élèves, nous avons sollicité l'avis de membres du corps enseignants via un appel à témoignages publié sur Le Monde.fr. Ils ont été extrêmement nombreux à répondre et se sont montré majoritairement contre cette proposition. Voici des extraits de leur témoignages, à la tonalité parfois désabusée, souvent énervée.

"CONFUSION ENTRE TEMPS DE PRÉSENCE DEVANT ÉLÈVE ET TEMPS DE TRAVAIL EFFECTIF"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education nationale : contractuel attend titularisation - LeMonde.fr

Education nationale : contractuel attend titularisation - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Un projet de loi adopté par le Parlement jeudi vise la titularisation des précaires dans la fonction publique. Dans l'éducation nationale, ils auraient augmenté de 25 % depuis 2007.

 

"Il y a eux et il y a nous" : depuis quelques années, Virginie (son prénom a été changé) évite de faire part de son statut à ses collègues dans la salle des professeurs. Elle fait partie des quelque 24 000 enseignants non titulaires de l'éducation nationale, soit près de 5,8 % des enseignants, selon les chiffres des syndicats pour l'année 2010-2011. Plus des trois quarts d'entre eux sont en CDD. Depuis 2007, la situation n'a fait qu'"empirer" : la part de non-titulaires dans l'éducation nationale, essentiellement dans les collèges et lycées, a en effet augmenté de 25 %, selon les syndicats. Les agents de ce ministère seraient ainsi les premiers concernés, en nombre, par le projet de loi définitivement adopté par le Parlement jeudi 1er mars sur la tituralisation des précaires dans la fonction publique...

more...
No comment yet.