L'enseignement da...
Follow
Find tag "ouvrage"
18.0K views | +0 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - L’université de Yale : un repaire de dépravés ?

Les Inrocks - L’université de Yale : un repaire de dépravés ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dans son livre "Sex and God at Yale", un ancien étudiant de la célèbre université s’insurge contre la perversité du système. Conférences d’experts en porno, présence de talibans sur les bancs de l’université…Yale ne répond plus ?

 

Lorsqu’on pense à Yale, le sexe n’est pas spécialement la première chose qui nous vienne en tête. Et pourtant, ces dernières années, la prestigieuse université américaine s’est re-positionnée comme leader dans un domaine paradoxal pour elle : l’éducation sexuelle. Avec en prime des présentations de sex toys, des conférences de stars du porno et des démonstrations de fellations : véridique !

En cause : la « Sex Week », un soi-disant programme interdisciplinaire d’éducation sexuelle dans le but d’éveiller l’intérêt des étudiants à travers une programmation créative, interactive et excitante. Créée en 2002 par des étudiants de Yale, Eric Rubenstein et Jacqueline Farber, la Sex Week donne la parole aux professionnels du sexe à travers des conférences ou des démonstrations de techniques sexuelles. Et les anciennes stars du porno telles que Sasha Grey, Ron Jeremy ou encore Buck Angel font partie des « happy few » pour éduquer les étudiants de Yale.

Mais quel est le rapport avec la mission première de Yale ? A savoir entre autre donner des cours de qualité et former les leaders US de demain. L’université de prestige, qui fait partie de l’Ivy League (un groupe de huit universités américaines d’excellence), est en effet renommée pour être le berceau des présidents et personnalités politiques américaines tels que les Bush (père & fils), le couple Clinton ou encore John Kerry (parmi d’autres). Il suffit de voir comment les films et séries américaines ne manquent pas de souligner combien il est difficile d’être accepté à Yale. Alors comment l’université de prestige est devenue un “nouveau repaire de la débauche” : c’est ce que Nathan Harden, ancien étudiant conservateur diplômé en 2009, a cherché à savoir – en se faisant un coup de promo au passage – dans son nouveau livre paru la semaine dernière aux Etats-Unis : Sex & God at Yale: Porn, Political Correctness, and a Good Education Gone Bad (Le Sexe et Dieu à Yale : du porno, du politiquement correct et une bonne éducation devenue mauvaise)....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"A quoi sert l’échec scolaire?", par Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, mai 2012

"A quoi sert l’échec scolaire?", par Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, mai 2012 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A quoi sert l’échec scolaire ?Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, 3 mai 2012 Ce texte, publié en accompagnement de la recension de L’Ecole des ouvriers de Paul Willis par Najate Zouggari (la RdL n° 5, mai-juin 2012), est la transcription abrégée...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Insolite éducatif : les propos de Meirieu sur les images de Marc Le Bris

Insolite éducatif : les propos de Meirieu sur les images de Marc Le Bris | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

C’est la dure loi du e-marketing viral : j’avais, sous prétexte de la sortie du livre d’entretiens Un Pédagogue dans la Cité, promis ici du Meirieu à toutes les sauces, il faut maintenant que je fournisse…

De manière très altruiste, bien que tardive, le plat du jour sera, en fait, dédié à un autre livre que le sus-mentionné. Publié en mars 2011 aux éditions Jacob-Duvernet et intitulé L’Ecole et son miroir, l’ouvrage dont je vais parler entre dans la catégorie « beau livre », relié et doté d’une riche iconographie.

Son sous-titre est Regards croisés sur l’école d’hier et d’aujourd’hui. Les regards que ce livre fait se croiser, à égalité de statut, sont ceux de Philippe Meirieu, donc, et du philosophe, psychanalyste et écrivain Jean-Bertrand Pontalis.

Ce compagnonnage éditorial m’a beaucoup amusé lors de sa publication : j’y ai vu un plaisant pied-de-nez (pour ne pas dire un medius honoris causa, comme disent certains latinistes forcément distingués, voir la note en bas de page) à ce que j’appelle le chic anti-Meirieu...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La suprématie des professeurs est-elle juste ?

La suprématie des professeurs est-elle juste ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un collégien de 3e critique "l'injustice" du pouvoir dont sont investis les enseignants dans un petit ouvrage au titre évocateur : "La suprématie des professeurs est-elle juste ?

 

...Il faut dire qu'Emilio n'y va pas par quatre che­mins : les ensei­gnants sont assi­mi­lés aux "empe­reurs romains" diri­geant des "esclaves révoltés", se croyant "inves­tis d'une puis­sance divine" et employant des "moyens radi­caux com­pa­rables à la bombe ato­mique". Virulent, imper­ti­nent et sou­vent iro­nique, l'ouvrage d'Emilio a déclen­ché un buzz média­tique auquel lui-même ne s'attendait pas...

 

Reportage vidéo de 2 minutes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'ex-cancre qui veut réconcilier les élèves avec l'orthographe

L'ex-cancre qui veut réconcilier les élèves avec l'orthographe | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Anne-Marie Gaignard, 50 ans, évoque avec colère ses souvenirs d'école.

 

Petite, elle était celle qui se cache au fond de la classe pour ne pas qu'on la remarque. Celle qui fixe le bout de ses chaussures quand l'institutrice pose une question de français. Anne-Marie Gaignard était "nulle" en orthographe. "Egarée dans la forêt des mots", comme elle dit. Ses notes en dictée ne dépassaient pas le zéro. La pire de toutes fut - 85. Elle avait écrit : "Le générale Degole à sové la France. De puis langlètère, il a lencé un apelle au français." A ce niveau-là, "on n'explique plus, on constate", se désole-t-elle.

Aujourd'hui, à 50 ans, Anne-Marie Gaignard est réconciliée avec la langue française. Après un long combat pour dépasser ses blocages, elle a créé l'association Plus jamais zéro, pour transmettre ses solutions aux enfants en difficulté. Elle dirige un centre de formation continue pour adultes et publie, le 29 août, son sixième ouvrage : La Revanche des nuls en orthographe (Calmann-Lévy, 256 p., 16,90 €). Un message d'espoir pour tous les fâchés avec le français.

Mais ce livre, c'est d'abord sa revanche à elle. Quand Anne-Marie Gaignard évoque ses souvenirs d'école, il y a de la colère. A 6 ans, elle reçoit une gifle cinglante. "Anne-Marie a la tête comme une passoire, lâche son institutrice à ses parents. Si elle continue comme ça, elle ne sera même pas capable de balayer les couloirs d'un hôpital !" La fillette se catalogue cancre, nulle pour la vie. Elle invente alors toutes sortes de stratagèmes pour ne plus aller à l'école. Du thermomètre chauffé sous la lampe de chevet pour faire grimper le mercure à la tentative d'entrer au couvent...

 

Enseignante dans une maison familiale rurale, elle organise des séances de remédiation orthographique pour ses élèves, puis pour d'autres enfants qui lui arrivent par bouche-à-oreille. Pour leur expliquer la règle des accords, elle leur raconte que la grammaire est gouvernée par deux rois, Etre et Avoir. Le premier est gentil, prévisible, et aime se déguiser en "suis", en "furent" ou en "sommes". Le second est capricieux. Le héros, un petit garçon, déjoue les pièges de la langue avec l'aide d'une fée. De ce conte, Anne-Marie Gaignard fait un livre, Hugo et les rois, validé en 2002 par les spécialistes du dictionnaire Robert et écoulé aujourd'hui à plus de 200 000 exemplaires...

 

A chaque fois, sa colère la reprend. "Je suis atterrée en voyant ces enfants qu'on laisse passer dans la classe supérieure, alors qu'ils ont raté des moments fondamentaux du programme. Un CP raté, on le paye toute sa vie !" Les chiffres qu'elle avance font froid dans le dos : entre 30 % et 40 % des élèves de sixième seraient incapables d'écrire une phrase sans faute...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Georges Felouzis, Siegfried Hanhart (dir.), Gouverner l'éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses

Passionnant, complexe, quoiqu’un peu inégal, l’ouvrage coordonné par Georges Felouzis et Siegfried Hanhart intéressera (ou devrait intéresser) tant les sociologues, que les chercheurs en sciences de l’éducation, les économistes de l’école, les acteurs du système scolaire (enseignants, élèves, directeurs, parents d’élèves…) et les évaluateurs privé ou public, qu’ils travaillent avec des méthodes qualitatives ou quantitatives. 2Parfois un peu redondants, parfois au contraire très singuliers, les dix articles réunis dans Gouverner l’éducation par les nombres ? offrent une succession de points de vue sur la place de l’évaluation dans l’éducation, et en particulier la place des indicateurs quantitatifs dans l’évaluation. Ils décrivent les effets positifs et négatifs de l’évaluation selon les aspects géographiques : différents niveaux (local, national,..) et dans différents pays francophones (Canada, Suisse, Belgique, France). L’ouvrage s’intéresse également à la forme des effets selon les publics : constitution d’un groupe, estime de soi des élèves, motivation ou démotivation des enseignants, utilisation de l’outil « évaluation » par les chefs d’établissement, ou insertion dans l’emploi selon les résultats aux évaluations par exemple....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉDUCATION • Un livre qui tue

ÉDUCATION • Un livre qui tue | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Aux États-Unis, à la suite du décès de plusieurs enfants dont les parents avaient lu l’ouvrage d’un pasteur sur l’éducation, la polémique a éclaté sur un livre qui prône de violents châtiments, relate le New York Times.

 

L’atmosphère bon enfant qui règne sur ces collines du Tennessee contraste fortement avec le tollé suscité dans le pays par les méthodes de discipline recommandées par ce pasteur, qui préconise l’usage systématique de la “baguette” pour faire plier la volonté des petits. Considérées comme relevant du bon sens par certains parents et comme épouvantables par d’autres, ces méthodes s’inspirent, comme lui-même le souligne, des “principes utilisés par les amish pour dresser leurs mules les plus têtues”.

La polémique a éclaté sur des sites chrétiens et pris une nouvelle dimension après la mort d’un troisième enfant maltraité par des parents, qui, comme dans les deux cas précédents, avaient à leur domicile le livre publié par le couple Pearl, To Train Up a Child [Comment éduquer un enfant]. Le 29 septembre, ces parents ont été accusés de mauvais traitements ayant entraîné la mort.

Le livre, publié à compte d’auteur et dont plus de 670 000 exemplaires sont en circulation, rencontre un grand succès chez les chrétiens adeptes de l’école à la maison, qui en font l’apologie dans leurs magazines ou sur leurs sites web. L’ouvrage donne des conseils sur la manière de frapper un enfant dès l’âge de 6 mois pour corriger les mauvaises conduites et explique comment lui donner des coups sur les bras, les jambes ou le dos, notamment avec un tuyau en plastique de 35 centimètres de long qui, précise le pasteur, a l’avantage de “pouvoir être enroulé et placé dans votre poche”...

more...
No comment yet.