L'enseignement dans tous ses états.
21.9K views | +4 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les associations de parents d'élèves sont plus politiques qu'on ne le croit

Les associations de parents d'élèves sont plus politiques qu'on ne le croit | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
FCPE, PEEP, et associations qui se disent «indépendantes»: les représentants des parents d'élèves n'échappent pas toujours aux logiques politisées.

 

Comme chaque début d'année scolaire, les parents d'élèves ont été amenés à voter les 9 et 10 octobre derniers pour leurs représentants. Des représentants qui se rendent aux conseils de classe, échangent avec les directeurs d'écoles ou les chefs d'établissements, les mairies, et défendent les intérêts des quelques 12 millions d'élèves en France, en primaire et secondaire. En regardant de plus près ces parents qui s'engagent à l'école, il y a comme une odeur de politique, même s'ils n'en ont parfois pas la couleur. Alors les parents d'élèves sont-ils plus politisés que ce que l'on croit?

Lorsque vous votez pour les représentants des parents d'élèves (moins d'un parent sur deux le font en primaire, et à peine un quart au collège et lycée), le choix est parfois restreint: quelques candidats sur une liste, parfois non constituée en association. D'autres fois, les fédérations, dont les plus connues sont la FCPE et la PEEP, s'opposent à des associations dites «indépendantes». «Nous leur préférons le terme “non affiliées”», précise Liliana Moyano, présidente de la Fédération des conseils de parents d’élèves. La grande majorité de ces listes revendiquent leur indépendance, voire leur caractère apolitique. Mais que l'on ne s'y méprenne pas: défendre les intérêts des élèves, quels qu'ils soient, touche nécessairement à des questions politiques...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

SOS homophobie se voit retirer son agrément dans les écoles

SOS homophobie se voit retirer son agrément dans les écoles | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Malgré la décision du tribunal administratif saisi par la Confédération nationale des associations familiales catholiques, SOS homophobie assure qu'elle pourra continuer ses interventions en milieu scolaire.

 

Le retrait de l'agrément national de cinq ans obtenu en 2009 en tant qu'association éducative complémentaire de l'enseignement public est intervenu le 23 novembre ont confirmé SOS homophobie et la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC) à l'origine des poursuites. "Cette décision ne nous interdit absolument pas d'intervenir dans les établissements", a précisé Elisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie. "On travaille déjà sur un dossier pour demander un nouvel agrément", a-t-elle ajouté, espérant que cette décision ne "décourage" pas les établissements.

 

Le ministère de l'éducation nationale n'était pas en mesure de commenter cette information lundi en début de soirée. Saisie par des parents gênés par le contenu du "module de sensibilisation" élaboré pour les intervenants de SOS homophobie dans les classes, la CNAFC avait engagé "une démarche contentieuse en octobre 2009" visant le ministère, a-t-elle précisé lundi sur son site Internet...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Réforme des rythmes : la FCPE menace les élus hostiles

Réforme des rythmes : la FCPE menace les élus hostiles | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le président de la fédération de parents d'élèves appelle à «sanctionner», lors des municipales de 2014, les élus boudant la réforme des rythmes scolaires. Des déclarations qui ne sont pas du goût de tous les militants.

 

La réforme des rythmes scolaires n'en finit pas de créer des remous. Jusqu'au sein même de la FCPE, une fédération de parents d'élèves plutôt étiquetée à gauche.

Alors que, le 20 novembre dernier, le président Hollande accordait aux maires un délai supplémentaire pour mettre en œuvre cette réforme (une demi-journée d'école supplémentaire et un temps périscolaire allongé pris en charge par les communes), en leur offrant la possibilité de basculer à la rentrée 2013 ou 2014, le président de la FCPE, Jean-Jacques Hazan, a choisi d'utiliser les élections municipales de mars 2014 comme un moyen de pression.

En clair, les adhérents de la FCPE seront appelés à sanctionner dans les urnes les maires «boudant la réforme». C'est ce qu'a annoncé Jean-Jacques Hazan le 21 décembre, établissant cependant une différence entre ces maires qui «ne peuvent pas» - communes, principalement rurales, n'ayant pas les moyens humains et financiers nécessaires - et «ceux qui ne veulent pas». Dans cette seconde catégorie, il a cité le maire UMP de Nice, Christian Estrosi.

En réponse à ces attaques, ce dernier a expliqué qu'il défendrait «avec toute son énergie la position des Niçoises et des Niçois auprès des instances nationales». Il se trouve que la consultation, lancée en octobre par le maire de Nice, révèle que la population, à 80,6 %, ne souhaite pas de modification de la journée scolaire....

more...
No comment yet.