L'enseignement dans tous ses états.
21.6K views | +0 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rapport Pisa sur l’éducation : la France championne… des inégalités scolaires

Rapport Pisa sur l’éducation : la France championne… des inégalités scolaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’OCDE publie mardi matin le rapport Pisa sur l’éducation. Vincent Peillon prédit un recul en maths et une hausse «terrible» des inégalités. Le ministre de l’Education, Vincent Peillon, prédit le pire . Les résultats de l’enquête Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), dirigée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui sont publiés mardi matin, ne devraient pas être très bons. Lancée en 2000, cette étude sort tous les trois ans et s’est imposée comme la principale évaluation internationale des systèmes éducatifs : 470.000 élèves de 15 ans et 65 pays y avaient participé en 2009. Dans les trois domaines étudiés par Pisa, la France s’était alors classée 21e (compréhension de l’écrit), 22e (mathématiques) et 27e (sciences), loin derrière le trio de tête du classement (Shanghai, Corée du Sud et Finlande). Et elle devrait faire encore moins bien cette année, si l’on en croit le ministre. « La France décroche totalement dans les performances de ses élèves sur dix ans, affirmait Vincent Peillon, le 10 octobre. Sur un certain nombre de compétences, cela devient dramatique. Ce n’est pas seulement la lecture. Ce sont les mathématiques. C’est la confiance des élèves en eux-mêmes. (…) Et en plus, et ça, c’est terrible pour nous tous, c’est le pays dans lequel les inégalités sociales et scolaires s’accroissent le plus. On laisse sur le côté 25 % de notre jeunesse. » Le ministre est bien décidé à utiliser les résultats de Pisa pour justifier ses réformes, alors que « le système scolaire commence à très mal marcher pour une proportion de plus en plus importante d’élèves », de 20 % à 25 % des jeunes étant en difficulté lorsqu’ils entrent au collège. Dans son « Portrait social » publié il y a deux semaines, l’Insee soulignait que les décrocheurs se distinguent des autres élèves par leur origine sociale, rejoignant en cela ce que pointait déjà l’OCDE en 2009. La proportion des enfants de cadres est bien plus faible parmi les décrocheurs que parmi les non-décrocheurs (5 % contre 18 %) et la proportion d’enfants d’ouvriers y est, à l’inverse, plus élevée (48 % contre 31 %). « Les inégalités sont plus fortes qu’ailleurs, c’est le plus grand échec du système français, renchérit Eric Charbonnier, expert à l’OCDE. Et elles démarrent dès la maternelle. » En lecture, en 2009, la France faisait partie des pays où l’écart entre les élèves les plus forts et les plus faibles était le plus important. Et cet écart avait déjà augmenté de 5 % entre 2000 et 2009. Les inégalités valent aussi en mathématiques....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les systèmes d'éducation au Canada produisent de bons résultats, selon l'OCDE | Radio-Canada.ca

Les systèmes d'éducation au Canada produisent de bons résultats, selon l'OCDE | Radio-Canada.ca | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souligne que le Canada fait partie des pays les mieux instruits au monde.

 

Selon ce rapport annuel publié mardi, plus de la moitié des adultes au Canada détiennent un diplôme d'études collégiales ou un grade universitaire, ce qui représente la proportion la plus élevée parmi les pays de l'OCDE.

Au total, 27 % des Canadiens ont un titre universitaire, contre 23 % en moyenne dans l'OCDE. Et le Canada compte la proportion la plus élevée de diplômés d'études collégiales, soit 25 %.

Pour la présidente du Conseil des ministres de l'Éducation du Canada, Ramona Jennex, le Canada a de bonnes raisons d'être fier de sa réussite sur le plan éducatif . Mme Jennex, qui est la ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse, prévient cependant que la situation dans le monde est en train d'évoluer. Elle juge indispensable qu'un nombre toujours plus grand de citoyens profitent d'une éducation et d'une formation de niveau avancé.

Au cours des dernières années, les données du rapport Regards sur l'éducation ont montré les avantages d'un diplôme postsecondaire quand la conjoncture économique est délicate. On estime que le titulaire d'un diplôme collégial ou d'un grade universitaire peut réaliser des revenus plus importants durant toute la vie, mais également minimiser les problèmes de chômage.

Un nouvel indicateur de l'OCDE sur les retombées sociales de l'éducation fait par ailleurs une corrélation entre les études tertiaires et l'hygiène de vie. En effet, les individus titulaires d'un diplôme d'études collégiales ou universitaires sont nettement moins susceptibles de fumer que ceux n'ayant fait que des études secondaires partielles; et ils courent également moins de risques de souffrir d'obésité....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

OCDE : même avec les nouveaux rythmes scolaires, la France reste mauvaise élève - France Info

OCDE : même avec les nouveaux rythmes scolaires, la France reste mauvaise élève - France Info | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
D'après le rapport annuel de l'OCDE, la France doit encore faire des efforts en matière d'éducation. Ses enseignants sont mal payés, le rythme scolaire des enfants d'école primaire doit être amélioré, et les jeunes sans diplôme sont plus au chômage que dans les autres pays. L'organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui regroupe les pays les plus riches de la planète, vient de publier son rapport annuel sur l'éducation. L'OCDE met en garde la France sur plusieurs sujets : le salaire des enseignants, la semaine de classe sur quatre jours et demi et le problème de l'avenir des jeunes non diplômés. L'OCDE estime que les enseignants français du primaire et du secondaire sont moins payés que ceux des autres pays. Pour les débutants, comme pour les confirmés, le salaire horaire est en moyenne inférieur de 10 à 15 euros en France, par rapport aux autres nations de l'OCDE. En 2011 en moyenne, un enseignant français du primaire a gagné environ 25.000 euros par an contre 29.000 dans l'OCDE. Dans le premier cycle de l'enseignement secondaire, le salaire moyen français était de 27.000 euros contre 30.000 dans l'OCDE. Dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, 27.000 euros contre 31.000 dans l'OCDE....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Qui décide dans l’éducation nationale ?

Qui décide dans l’éducation nationale ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Globalement, en moyenne des pays de l’OCDE, 41% des décisions sont prises par les établissements, contre 31% en France. 6% le sont en moyenne par le niveau régional ou départemental contre 37% en France, ce qui souligne le caractère effectivement décentralisé de notre république en matière éducative ; 36% le sont en moyenne par l’Etat, pour 32% seulement, a-t-on envie d’écrire, en France. On peut dire qu’arithmétiquement, l’Etat ne compte que pour un tiers dans les décisions organisant le système éducatif. Voilà qui va à l’encontre de certaines de nos idées reçues.

Les données par secteur d’activité sont également intéressantes. La pédagogie se décide à 80% dans l’établissement (les moyennes OCDE et France sont identiques). La gestion des personnels  relève à 62% de l’Etat en France contre 40% dans l’OCDE : notre fonction publique d’Etat fait encore bien la différence. La planification de l’éducation  est réalisée à 42% par l’Etat en France, contre 60% dans l’OCDE : y aurait-il donc plus jacobins que nous au sein de l’OCDE ? Quant aux ressources utiles à l’éducation, elles sont fournies à 80% par les régions ou les départements en France, contre seulement 10% en moyenne dans l’OCDE. On prendra soin de ne pas perdre de vue que ces ressources n’incluent pas les dépenses de traitement des personnels qui,  pour l’essentiel, incombent en France à l’Etat.

L’évolution observée par l’OCDE dans le temps ne manque pas d’intérêt non plus : en France, entre 2007 et 2011 on constate une baisse de 10% du nombre de décisions prises par les établissements. L’évolution n’est donc pas linéaire, et, pour ce qui concerne notre pays, paraît démentir les discours politiques, tenus lors du dernier quinquennat, sur l’autonomie nécessairement grandissante dévolue aux établissements....

 

Dans un ouvrage publié en 2010, Jean-Michel Chapoulié a mis en lumière, en examinant deux siècles de politique scolaire en France, la prise réduite de l’institution centrale, de l’Etat, sur les évolutions réalisées au sein de l’organisation scolaire. Si, pour Jean-Michel Chapoulié, l’Etat est loin d’être maître des évolutions de l’institution scolaire, cela s’explique d’abord par l’ignorance frappante du détail des organisations scolaires par ceux qui, pour les réformer, sont obnubilés par un aspect du système scolaire à transformer et sous-estiment les réactions en chaîne provoquées par une seule modification sur le système entier et sur ses acteurs. Cela s’explique ensuite par le mode de recrutement des enseignants. Celui-ci les incite, par exemple, quelles que soient les orientations pédagogiques officielles, à valoriser les savoirs abstraits et généraux diffusés dans les filières d’excellence. Cela s’explique également par les résistances de la partie de la population menacée dans son hégémonie sociale par une démocratisation de l’école : ces résistances contrecarrent également les projets politiques de réduction des inégalités face à la formation scolaire. Au final, les comportements de la population à l’égard de l’école comptent au moins autant  que les dispositions législatives sur la scolarisation....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Salaire des enseignants : où se situent les Français par rapport à leurs collègues européens ?

Infographie. Vincent Peillon se dit prêt à rouvrir le chantier de la revalorisation des salaires des enseignants. Aujourd'hui, ceux-ci se situent plutôt dans la fourchette basse au niveau européen.

 

Alors que le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, annonce l'embauche de 43 000 enseignants pour les années 2013 et 2014, et se déclare prêt à rouvrir le chantier des revalorisations salariales des professeurs, Le Monde.fr revient sur les salaires que touchent les enseignants dans le primaire et le secondaire dans différents pays européens, en regard du nombre d'heures annuelles travaillées.

Les trois graphiques ci-dessous (cliquez sue le lien) figurent la progression du salaire par pays du début à la fin de la carrière (en bleu) et le nombre d'heures de travail par an (en rose).

Toutes les données proviennent du rapport de l'OCDE, "Regards sur l'éducation 2012", qui reprend les données disponibles en 2010.

Pour les pays qui ont une devise autre que l'euro, nous avons pris le taux de change moyen entre l'euro et la devise nationale en janvier 2010.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’école française est fondamentalement inégalitaire !

L’école française est fondamentalement inégalitaire ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L’école française est fondamentalement inégalitaire !

 

Disons-le donc clairement et une bonne fois pour toute, la France est dans la moyenne des 34 pays de l’OCDE évalués dans PISA. Les plus optimistes diront que la situation n’est donc pas aussi alarmante qu’on le prétend souvent ; les autres, qu’elle n’est pas aussi brillante que ce que l’on pouvait escompter, surtout par rapport à l’investissement financier consenti ou encore à l’image positive que le mot « éducation » véhicule dans notre conscience collective.Si on s’arrête à cette lecture, on pourrait intituler cet article « France, encore un effort… » ou tout autre titre de la même veine déjà lu à maintes reprises. C’est donc le moment pour ceux qui ne souhaitent pas entendre de messages plus pessimistes de détourner les yeux de l’écran, pour les autres, on continue.

 

Alors certes, le système d’éducation français obtient, dans l’enquête PISA, des performances équivalentes à la moyenne des pays de l’OCDE, mais il est devenu de plus en plus dichotomique : d’un côté, soutenu par ses bons éléments qui représentent environ 1/3 des élèves âgés de 15 ans (contre 28 %, en moyenne, dans les pays de l’OCDE), mais de l’autre, se dégradant par le bas et conduisant chaque année 150 000 jeunes à quitter l’école sans diplôme, et donc à se retrouver en situation d’extrême précarité sur le marché du travail.

Plus encore, le poids des inégalités sociales n’a jamais été aussi fort pour expliquer les performances des élèves de 15 ans et le taux d’échec scolaire est passé, en 10 ans, de 15 % à 20 %. C’est au fond actuellement le chiffre le plus alarmant du système français, celui qu’il convient de corriger car il est anormal que la France (après la Nouvelle-Zélande) soit le pays où la corrélation entre le milieu socio-économique des parents et les résultats des élèves de 15 ans est la plus forte .

Tout n’est quand même pas à jeter dans la structure de l’école française. Gardons en tête qu’un tiers des élèves s’en sortent relativement bien. Cependant, le système doit évoluer, et de façon urgente, pour aider ceux qui sont en difficulté scolaire. Telle est la clé de la réussite ou, tout du moins, la clé de l’amélioration ! Tous les efforts doivent converger vers cet objectif. Pour ce faire, il convient désormais de réfléchir aux solutions pouvant aller dans ce sens.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : la France est-elle une bonne élève ?

Education : la France est-elle une bonne élève ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dépenses moindres en maternelle et en primaire, réussite dans la moyenne et scolarisation en berne : tous les chiffres du rapport de l'OCDE ont été dévoilés, mardi 11 septembre.

De nombreux graphiques à découvrir à partir de ce lien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les élèves français sont-ils les plus malheureux au monde? | Slate

Les élèves français sont-ils les plus malheureux au monde? | Slate | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Avant la rentrée, le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a déclaré que les élèves français étaient, avec les Japonais, les plus malheureux. Une déclaration qui doit être nuancée mais qui repose sur des constats très concrets.

 

Plus de 12 millions d’élèves ont fait leur rentrée scolaire, mardi 4 septembre. A cette occasion, Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, a tenu à relancer le débat sur la notation. Une semaine jour pour jour avant la rentrée, il expliquait sur i-Télé son désir de faire «évoluer les notes», argument-massue à la clef:

«Vous savez, les élèves de France, à part les petits japonais, sont les plus malheureux au monde!»

Plus de 12 millions d’élèves ont fait leur rentrée scolaire, mardi 4 septembre. A cette occasion, Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, a tenu à relancer le débat sur la notation. Une semaine jour pour jour avant la rentrée, il expliquait sur i-Télé son désir de faire «évoluer les notes», argument-massue à la clef:

«Vous savez, les élèves de France, à part les petits japonais, sont les plus malheureux au monde!»

 

Non, nous ne le savions pas. Et pour cause, cette conclusion précise n’apparaît nulle part. Si le ministère de l’Education nous a vaguement orientés vers une étude de l’OCDE datant de 2009, «Assurer le bien-être des enfants», celle-ci ne concerne que les 35 pays industrialisés membres de l’organisation. Et encore, pas tous, puisqu’elle précise: «Pas de données disponibles» pour… le Japon en ce qui concerne la «qualité de vie scolaire». La France, elle, est classée seulement 22e sur 25 pays sur ce critère (calculé à partir du nombre de «brimades» signalé par les élèves et de leur sentiment général sur l’école), devançant seulement la Grèce, le Luxembourg et la Slovaquie.

Contacté pour savoir si une étude contenait l’argument avancé par Vincent Peillon, l’OCDE a affirmé ne pas en avoir connaissance. Selon nos informations, que le ministère s’est refusé à commenter, le ministre de l’Education aurait exprimé cet argument (que l’on retrouve également dans de nombreux articles de médias) sans s'appuyer sur une source précise.

Néanmoins, l’argumentaire du ministre n’est pas totalement sans fondement. Une autre étude menée par l’OCDE dans le cadre de Pisa, un programme comparatif d’évaluation des performances scolaires, et intitulée «L’apprentissage des élèves: attitudes, engagement et stratégies», affirme que les élèves français et japonais font partie des plus stressés en ce qui concerne une matière précise: les mathématiques....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les maths, cette matière inutile | Slate

Les maths, cette matière inutile | Slate | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Faut-il continuer d'enseigner les maths à l’école? C’est la question que pose Andrew Hacker, professeur américain de sciences politiques, dans une tribune du New York Times. Hacker ne remet pas en cause l’utilité des mathématiques, mais critique la manière dont celles-ci sont enseignées alors que la question de l’échec scolaire concerne tous les pays développés.«Je ne cherche pas à épargner aux élèves une matière difficile, mais je veux attirer l’attention sur les problèmes réels que nous causons en ne les orientant pas correctement.»...

 

Aux Etats-Unis, un lycéen sur neuf abandonne ses études secondaires sans en être diplômé, une situation en partie due aux mathématiques selon les éducateurs. Dans le Nevada, ce taux s’élève à 45%.

En France, un quart des jeunes souffre d’un réel retard en mathématiques, souligne l’institut Montaigne. L’augmentation de l’échec scolaire a même poussé l’OCDE à produire un rapport pour proposer des solutions.

L’enseignement des mathématiques est obligatoire pour tous les lycéens américains, et parfois même dans leurs premières années universitaires, rappelle Andrew Hacker.

Barbara Bonham, professeur à l’université d’Appalachian State, explique que «certains étudiants prennent les mêmes cours trois, quatre ou même cinq fois (…) et beaucoup échouent». Ils abandonnent leurs études à cause des mathématiques....

 

«Oui les jeunes doivent apprendre à lire, écrire et faire des divisions, qu’ils le veuillent ou non. Mais il n’y a aucune raison de les forcer à comprendre les angles vectoriels et les fonctions.»

Il prône l’instruction par exemple de «statistiques citoyennes» qui prépareraient mieux les élèves à entrer dans la vie active.

«Il faudrait par exemple leur expliquer comment on calcule l’indice des prix à la consommation, ce qui est pris en compte et comment chaque article de l’indice est calculé –et amener à un débat à propos de quels articles devraient être inclus dans l’indice et quels poids on devrait leur donner.»

Andrew Hacker indique aussi que les départements de mathématiques et scientifiques des universités devraient inclure des cours d’histoire et de philosophie de leurs disciplines.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La France a le taux d'encadrement scolaire le plus faible de l'OCDE

La France a le taux d'encadrement scolaire le plus faible de l'OCDE | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le nombre d'enseignants pour 100 élèves-étudiants est de seulement 6,1, selon le Centre d'analyse stratégique. La proportion de professeurs en primaire et à l'université est insuffisante.

 

La France a le taux d'encadrement (nombre d'enseignants pour 100 élèves-étudiants) le plus faible de l'OCDE, selon la note de synthèse «Tendances de l'emploi public» de février 2011 du Centre d'analyse stratégique (CAS), une institution placée auprès du Premier ministre.

«La France présente le taux d'encadrement le plus faible, tous niveaux et tous établissements confondus (publics et privés) avec seulement 6,1 enseignants pour 100 élèves-étudiants, contrairement à des pays comme la Suède, la Grèce ou le Portugal où le taux d'encadrement dépasse neuf enseignants», selon la note qui prend comme référence l'année 2007.

Cela s'explique par les plus bas niveaux de l'OCDE dans les écoles primaires (cinq enseignants pour 100 élèves) et dans l'enseignement supérieur (cinq pour 100 étudiants), alors que pour les collèges et lycées, la France connaît un «taux médian» (7,5 enseignants pour 100 élèves)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Plus un pays a de ressources naturelles, moins son niveau scolaire est élevé | Slate

Plus un pays a de ressources naturelles, moins son niveau scolaire est élevé | Slate | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
C'est désormais prouvé: pétrole, gaz, charbon, or, fer, uranium et minerais de toutes sortes constituent une malédiction pour les petits écoliers des pays qui les abritent.

 

«Montre-moi ton bulletin, je te dirai si le sous-sol de ton pays regorge ou non de richesses naturelles.»

Telle est (un peu caricaturée) la proposition que lance Andreas Schleicher, directeur adjoint de l'OCDE et conseiller de l'organisation en matière de politique éducative. Car c'est désormais prouvé: pétrole, gaz, charbon, or, fer, uranium et minerais de toutes sortes constituent une malédiction pour les petits écoliers des pays qui les abritent.

Andreas Schleicher a en effet trouvé une corrélation significative et statistiquement vérifiée entre, d'un côté, la part du PNB (produit national brut) venant des ressources naturelles dans plus de soixante dix pays, et, de l'autre, la performance de leurs élèves aux évaluations Pisa (1) en mathématiques (ou équivalent).

Concrètement, lorsque la contribution des ressources naturelles au PNB augmente d'un point, on constate que les résultats à l'évaluation Pisa diminuent de 2,5 points (la moyenne des résultats étant de 450) (2). Le tout, bien entendu, par rapport aux performances que les autres indicateurs décisifs pour l'enseignement pourraient laisser espérer, et, notamment, le PNB (car, –bien heureusement–, la qualité de l'enseignement ne dépend pas simplement des ressources naturelles!)....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'université s'interroge sur ses droits d'entrée - LeMonde.fr

L'université s'interroge sur ses droits d'entrée - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Les présidents d'université veulent améliorer l'accès des étudiants les plus modestes aux études longues.

 

Le débat vient, une nouvelle fois, rappeler les difficultés financières des universités et les inégalités dans l'accès à l'enseignement supérieur en France. "Pour permettre au plus grand nombre d'accéder aux études longues, l'une des solutions serait de moduler plus significativement les frais d'inscription : beaucoup moins élevés dans le premier cycle licence mais nettement plus chers au niveau master et doctorat", a déclaré au Monde Louis Vogel, président de la Conférence des présidents d'université (CPU), lors du colloque organisé à Marseille du 8 au 10 février. Prudent, M. Vogel précise que "ce n'est pour l'instant qu'une piste de réflexion et que rien n'est tranché" et qu'il faudrait, dans cette hypothèse, que l'Etat revalorise massivement le montant des bourses...

Pourquoi ne pas mettre à contribution les étudiants, comme le font d'autres pays, en considérant non pas leur situation financière actuelle mais future ? Au premier abord, la Suède offre une situation de rêve, avec une scolarité gratuite et donc ouverte à tous, et de généreuses bourses publiques. Le "revers de la médaille", explique Eric Charbonnier, expert à la direction de l'éducation de l'OCDE, ce sont les revenus moins élevés. Dès que le diplômé a un emploi, il verse 50 % de ses revenus en impôts. Bref, il paie sa dette.

D'autres pays ont innové sur la question des droits d'inscription. L'Australie, qui les avait supprimés dans un but d'équité sociale en 1973, les a rétablis pour la même raison en 1989. "Cela peut même être un moyen de régulation de l'emploi : lorsqu'il y a pénurie de main-d'oeuvre dans certains secteurs, on baisse les droits des filières qui y mènent afin d'attirer des candidats", explique M. Charbonnier. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les frais d'inscription sont diversifiés en fonction du rendement du diplôme : "Ils sont plus élevés si les chances de trouver un emploi sont plus grandes."..;

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’homme : « Il faut investir dans l’éducation, dès la prime enfance, et tout au long de la carrière » - VousNousIls

L’homme : « Il faut investir dans l’éducation, dès la prime enfance, et tout au long de la carrière » - VousNousIls | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Pour le secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria, afin de lutter contre les inégalités croissantes, "la seule solution, c'est l'emploi. Améliorer la qualification est l'instrument le plus puissant. Il faut investir dans l'éducation...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les 5 statistiques positives de l’école française

Les 5 statistiques positives de l’école française | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les 5 statistiques positives de l’école française

 

Le système éducatif français est souvent stigmatisé sur ses faiblesses et je veux bien reconnaitre que ce blog contribue à cette tendance sur la base des comparaisons internationales. Il ne faut pas non plus se voiler la face, les problèmes en France sont bien réels. Cependant, j’aimerais à travers cet article regarder les choses sous un angle résolument plus optimiste et attirer votre attention sur 5 statistiques où la France s’en sort particulièrement bien dans les comparaisons internationales par rapport à ses voisins de l’OCDE.

1ère statistique positive : la France a une école maternelle ouverte au plus grand nombre et financée principalement par des fonds publics.

La France fait partie des quelques pays de l’OCDE où la quasi majorité des enfants est déjà scolarisée à l’âge de 3 ans. C’est en Belgique, en Espagne, en France, en Islande, en Italie, en Norvège et en Suède que les taux de préscolarisation sont les plus élevés à l’âge de 3 ans : plus de 90 % des enfants de cet âge y sont préscolarisés.

Similairement, selon la moyenne calculée tous pays de l’OCDE confondus, plus de trois quarts des enfants de quatre ans (79 %) sont préscolarisés. À cet âge, le taux de préscolarisation est de quasi 100% en France alors qu’il est inférieur à 60 % en Australie, au Brésil, au Canada, en Finlande, en Grèce, en Indonésie, en Pologne, en Suisse et en Turquie...

 

De plus, le financement est essentiellement public en France, ce qui est un gage solide d’équité sociale. Les fonds privés représentent en moyenne 18 % du financement des écoles maternelles dans l’OCDE contre seulement 6% en France. A titre indicatif, les fonds privés représentent plus de 25 % en Allemagne, en Argentine et en Autriche, et même plus de  48 % du financement total en Australie, en Corée et au Japon.

Avoir une école maternelle bien structurée et qui accueille les enfants le plus tôt possible est un atout. Surtout lorsque l’on sait que les élèves âgés de 15 ans qui ont été préscolarisés ont obtenu de meilleurs scores aux épreuves PISA que ceux qui ne l’ont pas été, même après contrôle de leur milieu socio-économique,

2ème statistique positive : les enseignants du primaire et secondaire sont en moyenne plus jeunes en France que dans de nombreux pays européens et de l’OCDE.

Contrairement à l’idée reçue, les enseignants français sont plus jeunes que dans la plupart des pays de l’OCDE (et notamment européens). En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 42 % des enseignants du primaire ont moins de 40 ans (contre 49 % en France). Dans l’enseignement secondaire, en France et dans seulement 13 autres des 32 pays de l’OCDE ou des autres pays du G20, 39 % au moins des enseignants en poste dans l’enseignement secondaire ont moins de 40 ans (voir le graphique D5.1 ci-dessous extrait de regards sur l’éducation)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation protège contre la crise, la fumée et l'obésité

Les titulaires de diplômes de l'enseignement supérieur sont moins touchés par le chômage en période de crise, selon un rapport de l'OCDE dévoilé mardi. Ce constat vaut aussi pour la Suisse.

 

Les diplômés du supérieur fument par ailleurs moins et sont moins susceptibles de devenir obèses.

De 2008 à 2011, "l'écart en termes d'emploi entre les jeunes, qui ont un bon niveau d'instruction, et ceux, qui ont abandonné tôt leurs études, n'a cessé de se creuser pendant la crise", souligne le 21e rapport "Regards sur l'éducation" de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le taux de chômage des diplômés du supérieur a progressé sur cette période de 0,8 % en Suisse, contre 1,5 % en moyenne dans l'OCDE. L'augmentation est plus importante pour les personnes qui n'ont pas atteint le secondaire supérieur. Elle atteint le double en Suisse (1,6 %) et plus de 2,5 fois dans l'OCDE (3,8 %).

 

La Suisse partage avec l'Islande, la Norvège et la Suède le plus fort taux d'activité de la population (83 %). Et sa population active est davantage diplômée du supérieur que dans la moyenne de l'OCDE (35 % des 25-64 ans contre 32 %).

L'organisation a passé au crible une trentaine d'indicateurs (salaires des professeurs ou encore taille des classes) dans les pays membres de l'organisation ainsi qu'en Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, au Brésil, en Chine, Inde, Indonésie et Russie.

"Aujourd'hui, il est plus important que jamais de quitter l'école avec un bon niveau de qualification", a déclaré le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria. Il enjoint les pouvoirs publics à "axer leurs efforts sur les mesures en faveur des jeunes", notamment "moins qualifiés, les plus exposés au risque de bas salaire".
....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Au Chili, Carolina Schmidt a été nommée ministre de l’éducation

Au Chili, Carolina Schmidt a été nommée ministre de l’éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Au Chili, Carolina Schmidt a été nommée ministre de l’éducation

 

Il s’agit de la quatrième titulaire du portefeuille depuis le début du mandat présidentiel (2010), caractérisé par une forte mobilisation des étudiants pour une éducation gratuite.

Le précédent ministre, Harald Beyer, a été destitué par le Parlement, une procédure exceptionnelle, pour n’avoir pas contrôlé l’existence de bénéfices dans les universités. Le 4 avril, les députés ont voté pour la destitution du ministre, à 58 voix contre 56. Le 17 avril, les sénateurs ont confirmé la procédure, par 20 votes contre 18.

La Constitution héritée de la dictature du général Pinochet a consacré la privatisation de l’éducation, mais elle stipule que l’enseignement supérieur est une mission sans but lucratif. Or le Chili est le pays de l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) où les universités sont les plus chères. Les familles doivent s’endetter pour payer les études de leurs enfants. D’où la revendication du mouvement étudiant d’une éducation publique, gratuite et de qualité.

 

Carolina Schmidt, jeune femme aisée, élégante et brillante, était la ministre la plus populaire du président Piñera, dont la cote n’a cessé de dégringoler. Elle était chargée du Service national de la femme (Sernam).

L’extension du congé maternité de trois à six mois, la garde partagée par les deux parents, une campagne contre les violences suivie d’une loi qui aggrave les peines pour « féminicide » (homicide contre des femmes), ainsi qu’une campagne pour le dépistage du cancer du sein, ont assuré une popularité record à Carolina Schmidt (71 % d’approbation selon les sondages).

Les Chiliens ont également une excellente opinion sur le mouvement étudiant. Ils sont 86 % à approuver ses revendications concernant la réforme de l’éducation, à en croire une enquête de Radio Cooperativa et de l’Université Centrale. Le défi, pour la nouvelle ministre, sera de parvenir à un accord sur la question qui agite les rues du pays depuis trois ans, alors que les partis politiques préparent déjà la prochaine élection présidentielle, dont le premier tour est fixé au 17 novembre 2013....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

État de crise pour l’école primaire en France

État de crise pour l’école primaire en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Vincent DUBOIS's insight:

Rythme scolaire, illettrisme, formation et revalorisation des enseignants, nouvelles réformes, etc. Ces derniers temps, on n’en finit pas d’entendre les maux de l’école primaire, surtout après la publication d’enquêtes internationales qui montrent combien la situation est alarmante en France et nécessite des réformes.

Des études reflet d’un échec

Publié le mardi 11 décembre dernier, le Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS) est affligeant pour la France. Cette étude est réalisée tous les 5 ans par l’Association internationale pour l’évaluation de la réussite scolaire (IEA) et a mesuré les compétences de lecture de 300 000 élèves de 45 pays, à la fin de leur quatrième année de scolarité obligatoire (niveau CM1).

Dans cette enquête, la France se situe seulement au 29e rang mondial, avec un triste score de 520 points, loin derrière Hong Kong (571 points), la Russie et la Finlande (568 points), qui occupent le haut du classement. L’apprentissage de la lecture en France rencontre clairement des difficultés, en affichant des performances moins bonnes que la Pologne (526 points), l’Australie (571 points) ou la Lituanie (528 points).

Les bases de la lecture sont simplement mal acquises dès l’école primaire. Ce constat ne fait que confirmer ce que révélait déjà la dernière étude de référence PISA (Program for International Students Assessment) de 2009.

Organisée par l’OCDE, cette enquête évaluait les compétences des élèves âgés de 15 ans et montrait que les collégiens, « en grande difficulté de lecture », étaient passés de 15 à 20 % dans notre pays, entre 2000 et 2009.

Vers de grandes réformes ?

Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a rapidement fait acte de cette nouvelle étude affligeante pour la France, expliquant que « l’enquête PIRLS rappelle plus que jamais l’urgence d’une évolution de l’école et nous oblige aussi à réussir cette refondation de l’école qui est un enjeu majeur pour le pays ».

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Temps de travail des enseignants : pour en finir avec les fantasmes

Temps de travail des enseignants : pour en finir avec les fantasmes | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les profs français travaillent en moyenne autour de 40 heures par semaine, dont 15 à 18 heures devant les élèves, et sont légèrement sous la moyenne de l'OCDE.

 

"Ces fainéants de profs en vacances tout le temps..." Il n'y a pas loin à chercher pour tomber, au détour d'une conversation, d'un discours politique ou d'un commentaire sur Internet, sur une critique du temps de travail des enseignants. Trois syndicats (Snuipp-FSU, SE-UNSA et SGEN-CFDT) viennent d'ailleurs de demander au ministre de l'éducation nationale, qui pilote une réflexion sur la réforme des temps scolaires, une redéfinition des temps de service des enseignants. Ils réclament notamment que soit mieux comptabilisé le travail hors classe.

Comment est comptabilisé le temps de travail des enseignants ? La chose est assez complexe, et repose toujours sur un décret qui date du 25 mai... 1950, même s'il a été précisé par un texte de 2007.

Il précise que "les membres du personnel enseignant dans les établissements du second degré sont tenus de fournir, sans rémunération supplémentaire, dans l'ensemble de l'année scolaire, les maximums de services hebdomadaires suivants : A) Enseignements littéraires, scientifiques, technologiques et artistiques : Agrégés : quinze heures ; Non agrégés : dix-huit heures". Pour l'enseignement technique ou artistique, on passe à 20 heures.

Suivent de nombreux articles précisant ces "maximums de service hebdomadaire", qui peuvent être "majorés d'une heure" pour les enseignants qui ont moins de 20 élèves, ou à l'inverse minorés au-delà de 40 élèves. De même, il existe un statut particulier dit "de première chaire", qui permet de voir son temps diminué d'une heure pour certains professeurs (philosophie, mathématiques, enseignants qui travaillent en classes préparatoires...) ou certains cas spécifiques. De même, certains cas (enseignants ayant à gérer un laboratoire ou du matériel particulier) prévoient des décharges horaires....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les jeunes Suisses mieux formés que leurs parents

Les jeunes Suisses mieux formés que leurs parents | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les jeunes Suisses entre 25 et 34 ans ont un bon accès à l'éducation, selon une étude de l'OCDE. Ils sont ainsi près de 31% à bénéficier d'une meilleure formation que leurs parents.

 

Les jeunes suisses entre 25 et 34 ans ont un bon accès à l'éducation, selon une étude de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ils sont ainsi près de 31% à bénéficier d'une meilleure formation que leurs parents.A une échelle plus large, quelque 34% des Suisses entre 25 et 64 ans ont mené des études au niveau tertiaire (universités et hautes- écoles), détaille le rapport «Regards sur l'éducation» de l'organisation publié mardi. Ils sont environ 51% à avoir achevé leurs études après le 2e cycle secondaire ou le post-secondaire non tertiaire et 14% a avoir un niveau de formation inférieur au 2e cycle de secondaire.

Cette répartition diffère au sein des membres de l'OCDE, soit la plupart des pays occidentaux. En moyenne, 30% de la population de ces Etats dispose d'un diplôme équivalent au niveau tertiaire, tandis que 44% a rejoint le monde du travail au terme du 2e cycle secondaire et post-secondaire non tertiaire. Enfin, environ 26% a terminé sa scolarité avec un niveau inférieur au 2e cycle secondaire.

 

«Les pays ont besoin d'une main d'oeuvre de plus en plus instruite et formée pour faire face à la concurrence qui caractérise notre époque», a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, dans un communiqué. Ce dernier souligne les avantages d'une bonne formation: un salaire plus élevé et une meilleure protection face au chômage.

Le rapport «souligne que les pays tirent des avantages économiques et sociaux à long terme d'une augmentation de leurs investissements dans l'enseignement». Pour chaque homme dont les études sont financées, le pays perçoit en retour sous forme d'impôts environ quatre fois le montant initialement investi, relève-t-il. Pour les femmes, cette proportion chute toutefois à 2,5 fois.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'OCDE juge «préoccupant» le décrochage scolaire en France

L'OCDE juge «préoccupant» le décrochage scolaire en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Dans son rapport annuel sur l'éducation publié ce mardi, l'Organisation de coopération et de développement économiques s'inquiète d'une baisse du taux de scolarisation des 15-19 ans en France.

 

Le taux de scolarisation des jeunes âgés de 15 à 19 ans a légèrement baissé en France depuis quinze ans, un constat « préoccupant » selon l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Ce taux est ainsi passé de 89% en 1995 à 84% en 2010, relève l'OCDE dans son rapport annuel sur l'éducation. Or en France, 71% des jeunes déscolarisés de cette tranche d'âge sont sans emploi ou inactifs, contre 57% en moyenne dans les 34 pays membres de l'OCDE, selon les chiffres de 2010.

Des difficultés d'insertion qui persistent dans le temps, souligne l'organisation. Le taux de chômage est en France de 22% parmi les 25-29 ans n'ayant pas de diplôme de fin d'études secondaires, contre 15% en moyenne dans les pays de l'organisation, selon les chiffres de 2010. Chaque année, environ 140.000 jeunes sortent du système éducatif sans diplôme, d'après les chiffres du ministère de l'Education. François Hollande s'est fixé pour objectif de réduire ce chiffre de moitié d'ici la fin du quinquennat....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le budget de l'Education nationale reste le premier budget de l'Etat avec 63 milliards d'euros. Contrairement à une idée reçue, la France est au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE pour les dépenses d'éducation avec 6% de son PIB. 

 

L'Education nationale est l'une des trois priorités budgétaires du gouvernement avec la Sécurité et la Justice.

En cette rentrée scolaire, Vincent Peillon, le ministre de l'Education, est donc l'un des rares membres du gouvernement à voir ses moyens augmenter. Un millier de postes de professeurs des écoles et 280 dans le secondaire ont ainsi été créés en urgence pour septembre. Près de 11 000 autres postes devraient voir le jour en 2013, sans compter les 6000 emplois d'avenir destinés à venir épauler les enseignants l'an prochain.

A la différence des autres ministères non prioritaires, le budget de l'Education nationale ne devrait pas subir le rabotage de 7% imposé par Matignon.

Avec 62,3 milliards d'euros, ce budget reste de loin le premier de l'Etat devant la charge de la dette (46,8 milliards). Sur ce montant, 58 milliards (soit 93%) est consacré à la rémunération des 849 700 enseignants.

La dépense moyenne par élève représente 5730 euros dans le primaire et 9670 euros dans le secondaire. Ces montants ont augmenté respectivement de 76,3% et de 68,2% en trente ans, essentiellement sous l'effet de la hausse des rémunérations des enseignants.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Manifestations étudiantes au Chili : néolibéralisme = éducation chère et pourrie

Manifestations étudiantes au Chili : néolibéralisme = éducation chère et pourrie | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Santiago – Le Chili est en proie à des manifestations étudiantes très importantes depuis plus d'un an.

 Les étudiants universitaires avaient d’ailleurs débrayé pendant plus de sept mois l’an dernier, effectuant de nombreuses occupations et forçant l’annulation ou l’extension des sessions. La grève n’a pas été relancée avec la nouvelle année scolaire, en mars, mais les manifestations continuent à coups de dizaines de milliers de personnes.

 

La plus récente manifestation nationale a eu lieu le 28 juin dernier : entre 100 000 et 150 000 personnes ont défilé le long de l’artère principale de Santiago, selon les estimations. D’autres villes de moindre taille ont aussi vu des attroupements de plusieurs milliers de personnes, selon des médias locaux. Le bilan : plus de 250 arrestations et une vingtaine de policiers blessés.

Il faut dire que les manifestations chiliennes ne sont pas de tout repos. Très tôt, la police a sorti les canons à eau et l’escouade anti-émeute. Après une demi-heure de manifestants qui arrachaient des morceaux de pavé pour les lancer aux policiers, un nouveau camion les a aspergés de gaz lacrymogènes.

L’élément déclencheur fut la constatation que les familles chiliennes dépensent plus en éducation que presque partout ailleurs – parfois jusqu’à 10 000 $ par année – avec des revenus de seulement 16 000 $ par année, en moyenne. Selon l’OCDE, les Chiliens fournissent 75 % du coût total de l’éducation postsecondaire, alors que le gouvernement n’en fournit que 15 % ; en comparaison, l’agence indique que 80 % du financement est public dans la plupart des autres pays et juridictions (y compris au Québec, où il y a présentement un autre grand mouvement de contestation étudiante). En conséquence, environ 40 % des étudiants chiliens ont une dette si importante que les paiements annulent toute augmentation salariale due à l’obtention d’un diplôme universitaire.

Selon la terminologie néolibérale en vigueur, ils ne rentabilisent donc jamais leur investissement en éducation. Alors ils ont commencé à réclamer la gratuité scolaire....

 

more...
oliviersc's comment, July 30, 2012 11:01 AM
Partagé ici = http://seenthis.net/messages/80608
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La mobilisation étudiante est mondiale | André Noël | Éducation

La mobilisation étudiante est mondiale | André Noël | Éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Loin de se limiter au Québec, la mobilisation étudiante contre la hausse des droits de scolarité est mondiale. Depuis plusieurs mois, le mouvement de protestation a donné lieu à des manifestations dans des pays aussi différents que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la République tchèque, Taïwan, les Philippines, la Corée du Sud, le Chili et l'Ukraine....

 

«Depuis 1995, 14 des 25 pays dont les données sont publiées ont réformé leur système de droits de scolarité: la plupart de ces réformes ont donné lieu à un accroissement des droits de scolarité moyens dans les établissements d'enseignement tertiaire [les universités]», note l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son dernier rapport sur l'éducation.

Le financement public des universités a diminué dans la majorité des 34 pays membres de l'OCDE. Il est passé de 74 % en 1995 à 67 % en 2008. Une baisse comblée en bonne partie par la hausse des droits de scolarité, ce qui ne se fait pas sans heurts.

Voici un tour d'horizon.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Avec ses "500 euros", Sarkozy tente de diviser le corps enseignant

Avec ses "500 euros", Sarkozy tente de diviser le corps enseignant | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le chef de l'Etat propose une augmentation aux profs qui accepteraient de travailler huit heures supplémentaires.

 

Le candidat Nicolas Sarkozy précise enfin ses propositions pour l’école. Aux enseignants, il propose une hausse de traitement de 25% à tous ceux qui accepteront "26 heures de présence dans l’établissement". La proposition du candidat président est habile à plusieurs égards.

D’une part, elle touche un point sensible. En France, les salaires des professeurs restent inférieurs à la moyenne des pays de l’OCDE, comme l’a montré le dernier rapport "Regards sur l'Education 2011".....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Éducation: l'OCDE préconise de lutter contre l’échec scolaire pour renforcer l’équité et la croissance

Éducation: l'OCDE préconise de lutter contre l’échec scolaire pour renforcer l’équité et la croissance | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les pouvoirs publics devraient investir davantage dans les établissements et les élèves défavorisés afin de promouvoir l’égalité des chances, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

 

D’après Équité et qualité dans l’éducation – Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés, apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin permettrait de réduire l’échec scolaire, de stimuler la croissance économique et contribuerait à bâtir une société plus juste.

Aujourd’hui, de nombreux élèves ne maîtrisent pas les compétences élémentaires, et un élève sur cinq en moyenne dans l’OCDE abandonne l’école avant d’avoir fini ses études secondaires. Le taux d’abandon va de 2 % en Corée à 58 % en Turquie pour les 25-34 ans. En Espagne, en Grèce, en Italie, en Islande, au Mexique et au Portugal, il est de 25 % ou plus. L’OCDE estime qu’en abandonnant l’école aussi tôt, ces jeunes n’ont pas le temps d’acquérir les compétences dont ils auront besoin dans le monde du travail actuel...

more...
No comment yet.