L'enseignement da...
Follow
Find tag "Mexique"
17.8K views | +4 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une secte fanatique fait régner la terreur dans une petite ville mexicaine

Une secte fanatique fait régner la terreur dans une petite ville mexicaine | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Ses membres interdisent l'accès à l'école publique, dénonçant les «matières du diable» qui y sont enseignées.

 

Par CHLOÉ GUTIERREZ

Une secte religieuse fanatique mexicaine empêche depuis la semaine dernière l’accès à l'école laïque dans la petite ville de Nueva Jerusalen (Nouvelle Jérusalem), à l’ouest du Mexique.

Lundi dernier, jour de la rentrée scolaire au Mexique, ils ont provoqué une bousculade pour empêcher des parents de déposer leurs enfants à l'école élémentaire. Quelques coups ont même été échangés, et trois femmes ont été blessées.

Pour la même raison, en août 2011, ce groupe avait assailli les écoles maternelles et primaires, forçant les élèves à suivre les cours dans des maisons privées. Puis cette année, le 6 juin, les fanatiques ont résolu de démolir l'école élémentaire et ont mis le feu à la maternelle....

 

Le but: se sauver de l’Apocalypse qui a été annoncée en 1980, puis en 1988, puis en 2000. La nouvelle date de la fin du monde n’est pas encore claire. Les membres de la secte sont persuadés que la ville sera le seul endroit qui sera épargné par l’Apocalypse.

Pour plus d'infos: http://www.bbc.co.uk/mundo/noticias/2012/08/120824_nueva_jerusalen_educacion_michoacan_mexico_an.shtml

La secte impose à ceux qui veulent étudier dans cette petite ville de 13.000 habitants de le faire exclusivement dans leur école paroissiale, non reconnue par l’Eglise catholique. Ils s’opposent à l’enseignement laïque, et aux «matières du Diable» enseignées en classe selon eux. Leurs méthodes d'éducation sont uniquement à base de chants et de louanges....

 

Les habitants qui veulent que leurs enfants puissent aller dans les écoles publiques contruites en 2007 ont rejeté une offre des autorités de l’Etat du Michoacan de transporter leurs enfants dans des villages voisins pour pouvoir suivre une scolarité laïque. «Nous ne voulons pas que nos enfants aillent dans d’autres villages pour étudier, il y a des risques sur le chemin», a dit durant une réunion publique Priscila Dominguez, une des porte-parole des habitants qui réclament un enseignement laïc.

Juan Zeferino, 15 ans, a été élève pendant une courte période dans l'école paroissiale. «On n’apprend rien dans cette école, seulement la religion et à lire et à écrire», a-t-il dit à l’AFP. «Il n’y a pas de science. Ils disent que c’est de la pornographie. Quand les livres d'école arrivent, ils déchirent les pages sur la reproduction»....

more...
oliviersc's comment, August 29, 2012 1:40 AM
Les barbus version amérique du sud... https://plus.google.com/u/0/114108954249717412482/posts/Xu8HJpEkXMb
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Mexique : "apartites, mais pas apolitiques", les étudiants veulent un scrutin transparent

Mexique : "apartites, mais pas apolitiques", les étudiants veulent un scrutin transparent | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Né il y a six semaines après un incident de campagne, le mouvement #YoSoy132 est la surprise d'une campagne morne.

 

Comment pèsera le mouvement étudiant sur la présidentielle mexicaine du 1er juillet ? A quelques jours du scrutin, les sondages donnent toujours favori le candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), Enrique Peña Nieto (appelé "EPN" par les Mexicains), devant Andrés Manuel Lopez Obrador ("AMLO"). Mais l'avance de Peña Nieto s'est réduite ces dernières semaines, de 20 points d'écart début mai, à 13 points, selon le sondage publié mardi 26 juin par l'institut Consulta Mitofsky (donnant 38,4 % d'intentions de vote à EPN contre 25,4 % à AMLO). Dans cet intervalle, les étudiants du collectif #YoSoy132 ("Je suis le cent-trente-deuxième") se sont mobilisés pour demander plus de démocratie dans le pays et dénoncer la candidature de Peña Nieto, qui symbolise les dérives autoritaires et clientélistes du PRI – le parti historique qui a gouverné le pays sans interruption de 1928 à 2000. Un mouvement qui ne devrait pas remettre en cause le retour au pouvoir du PRI, mais qui a déstabilisé son candidat.

La contestation étudiante est la surprise de cette campagne électorale, un mouvement né spontanément, début mai, après une visite chahutée de Peña Nieto à l'université Iberoamericana de Mexico. En dénonçant les comptes rendus biaisés de cette visite faits par les principaux médias mexicains, les étudiants ont pointé du doigt un système de connivences politiques et médiatiques...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Mexique : le mouvement étudiant #YoSoy132

Mexique : le mouvement étudiant #YoSoy132 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les étudiants mexicains sont sur le pied de guerre à l’approche de l’élection présidentielle. Les réactions se multiplient en ligne après l’autorisation des contrôles au faciès en Arizona.

Et les internautes se mobilisent pour retrouver le propriétaire d’un appareil photo égaré.

 

Les Mexicains se rendent aux urnes dimanche notamment pour choisir leur président. Une élection dont la campagne aura été bousculée par l’irruption du mouvement étudiant « #YoSoy132 », qui conteste la victoire annoncée du parti révolutionnaire institutionnel, le PRI.

Le mouvement est en effet né spontanément après la visite d’Enrique Pena Nieto, le candidat de ce parti qui a gouverné le pays pendant plus de 70 ans, dans une université de la capitale. Le favori des sondages avait alors été chahuté par des étudiants, et son équipe avait accusé des partis rivaux d’avoir payé des personnes extérieures pour perturber le meeting.

Une version relayée par les grandes chaînes de télévisions locales qui a suscité la colère des jeunes présents ce jour-là. 131 d’entre eux ont donc décidé de se mettre en scène dans cette vidéo diffusée sur Internet, en montrant leurs cartes d’étudiants à la caméra pour démentir toute tentative de manipulation.

Puis rapidement, d’autres étudiants ont répondu avec les mots-clefs « #YoSoy132 », c’est-à-dire « je suis le 132e ». Et au fil des jours, le mouvement s’est structuré pour dénoncer le traitement médiatique de la campagne électorale, jugée trop favorable au PRI.

Le collectif d’étudiants a même réussi à organiser, le 19 juin, un débat diffusé sur Internet qui a réuni tous les candidats à l’exception de Pena Nieto. Un débat au cours duquel ils ont dû répondre, en direct, aux questions que leur ont posées des internautes.

Dans les sondages, cette mobilisation a surtout profité au candidat de gauche Andrés Manuel López Obrador même si les étudiants disent ne soutenir aucun parti politique. Ils ont d’ailleurs prévu une nouvelle journée d’action samedi, à la veille du scrutin, pour appeler à un vote libre et informé....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants sortent la présidentielle mexicaine de sa torpeur

Les étudiants sortent la présidentielle mexicaine de sa torpeur | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A deux mois de la présidentielle mexicaine, le mouvement "Yo soy 132" fédère depuis dix jours les étudiants de tout le pays pour exiger plus de transparence politique.

 

Les étudiants mexicains, dont beaucoup voteront pour la première fois lors de la présidentielle du 1er juillet, n'entendent pas se laisser voler leur scrutin. Alors que les sondages prédisent une large victoire du candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), Enrique Peña Nieto, un mouvement spontané étudiant ébranle depuis une dizaine de jours les prévisions médiatiques et sondagières. Pour de nombreux jeunes Mexicains, M. Nieto symbolise les dérives autoritaires et clientélistes du PRI - le parti historique qui a gouverné le pays sans interruption de 1928 à 2000.

Leur opposition se manifeste par des rassemblements spontanés dans les grandes villes mexicaines, convoqués sur les réseaux sociaux et qui attirent une foule de plus en plus fournie. De nouvelles manifestations doivent se tenir mercredi 23 mai.

 

A l'origine de leur colère, la visite chahutée du candidat Peña Nieto à l'université Iberoamericana de Mexico, une université privée jésuite, le 11 mai. De nombreux étudiants, exaspérés par le discours évasif du candidat, lui reprochent alors sa gestion en tant que gouverneur de l'Etat de Mexico et une campagne électorale menée dans une bulle, sans meetings et sans rencontre directe avec la population mexicaine....

more...
No comment yet.