La crise de l’université continue à Madagascar | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Syndicat national des enseignants chercheurs appelle à la grève dans toute l’île et demande la démission du ministre des Finances et du Budget.

 

En cause : des indemnités non payées, malgré des décrets ministériels et un accord passé avec le gouvernement en 2011. Les cours et toutes les activités pédagogiques sont suspendus depuis trois semaines dans la capitale. Cette prolongation risque de retarder encore le calendrier universitaire, alors que dans certains départements, les examens de fin d’année n’ont pas pu avoir lieu.

Depuis trois semaines la grève des enseignants se limitait à l’université de la capitale Antananarivo, mais elle devrait s’étendre aux cinq autres universités publiques de province. C’est ce qu’a décidé le Conseil national du Seces, syndicat des enseignants chercheurs de l'enseignement supérieur, présidé par Armand Rasoamiaramanana : « Le Seces a donc décidé de suspendre totalement toutes les activités pédagogiques et de recherches. Ca veut dire, cours, examens, soutenances, voyages d’études, publications, etc.»...