L'enseignement dans tous ses états.
21.6K views | +2 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Hongrie: quand l'Etat tranfère les écoles à l'Eglise

Hongrie: quand l'Etat tranfère les écoles à l'Eglise | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Sous couvert de bonne gestion, le Premier ministre ultraconservateur favorise le transfert des établissements scolaires aux institutions religieuses. Ce qui lui permet de remettre au goût du jour une morale traditionaliste.

 

Les vacances d'été se sont envolées, les résidences secondaires sont fermées. Avec l'automne, la petite commune d'Alsoörs a retrouvé son calme. Ce village cossu aux toits de tuiles, niché sur la rive nord du lac Balaton, au coeur de la Hongrie, ne compte que 1 850 habitants permanents. Et une seule école. Jusqu'à l'an dernier, elle relevait de l'enseignement public. A la rentrée de septembre, elle a été transférée à l'Eglise réformée qui la gère désormais aux frais de l'Etat. Chants religieux obligatoires, prière commune le lundi matin... Le catéchisme est facultatif mais il est remplacé, pour les enfants qui ne veulent ni de l'enseignement du pasteur ni de celui du curé, par des cours de morale.

"Au printemps dernier, raconte Monika Titscher, 37 ans, présidente de l'association des parents d'élèves, le maire et le proviseur ont convoqué toutes les familles. Ils nous ont expliqué qu'à partir du 1er janvier 2013, avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l'éducation, nous ne pourrions pas garder notre école, faute d'un nombre suffisant d'élèves par classe, à moins de l'offrir à une institution religieuse." La nouvelle législation impose, en effet, le regroupement des petites écoles, mais cette contrainte ne concerne pas les établissements scolaires gérés par les Eglises qui conservent leurs subventions quel que soit le nombre d'élèves. A Alsoörs, seules deux familles, sur 96, ont voté contre le transfert proposé par le maire. La mairie a contacté le curé et le pasteur. Le premier, après en avoir référé à sa hiérarchie, a décliné l'offre, le second l'a acceptée. "Nous n'avions pas le choix, c'était la seule solution pour sauver l'école", souligne Monika Titscher, catholique non pratiquante....

...

Les valeurs morales sont en berne. Nous voulons les réhabiliter, qu'il s'agisse de la protection de la vie humaine, du travail, du respect des lois, de l'honnêteté ou de l'amour de la patrie. L'école n'a pas seulement pour but l'acquisition des connaissances, elle doit aussi transmettre des valeurs", justifie la ministre. Au passage, en littérature, le programme officiel réhabilite un quatuor d'auteurs ultranationalistes et notoirement antisémites, dont Albert Wass (1908-1998) chantre de la "magyarité", et Jozsef Nyirö (1889-1953), partisan du parti pro-nazi des Croix fléchées. Il y a bien eu quelques protestations, mais la secrétaire d'Etat juge que ce sont de "très bons écrivains" et que la "controverse est exagérée". Universitaire, spécialiste des questions d'éducation, Peter Rado estime cependant que ces tentatives d'endoctrinement idéologique sont "vouées à l'échec". Il prédit plutôt, chez les professeurs, une résurgence de cette forme de résistance que fut, dans la Hongrie communiste, le double langage! Vent debout contre la réforme, les syndicats d'enseignants ont le sentiment d'avancer à reculons. "On renoue avec une approche idéologique et avec un enseignement fondé sur le bourrage de crâne, à contre-courant de ce qui se fait partout en Europe", déplore Laszlo Mendrey, le président de l'Union démocratique des enseignants de Hongrie.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ces profs démissionnaires

Ces profs démissionnaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'augmentation surprise des salaires en début de carrière, annoncée par Luc Chatel, n'y changera rien: de plus en plus d'enseignants choisissent de changer de métier.

 

Un mois avant Noël, Luc Chatel a déposé un cadeau au pied du sapin de quelque 107 000 enseignants débutants: dès le 1er février 2012, leur salaire d'embauche passera à 2 000 euros brut, au lieu de 1890 actuellement. 110 euros d'augmentation, dans le porte-monnaie, cela fait léger, mais, dans l'opinion publique, cela peut peser lourd. Le but inavoué de cette mesure, qui entrera opportunément en vigueur quelques mois avant la présidentielle, est simple: faire oublier un autre chiffre qui a marqué les esprits, celui des 60 000 profs "recrutés" par François Hollande. "Cette mesure surprise est purement électoraliste, s'énerve Bernadette Groison, secrétaire générale de la Fédération syndicale unitaire (FSU), un écran de fumée sur les véritables réformes qui s'imposent. Mais les jeunes n'ont plus envie d'être prof et ce n'est certainement pas ça qui résoudra le problème d'attractivité du métier."

Hier, l'enseignant était respecté, admiré, craint. Aujourd'hui, il est charrié ("Tous flemmards"), bousculé (40% des incidents graves dans les établissements concernent les personnels), ignoré ("Mais de quoi se plaignent-ils encore!"). Pourtant, chargé d'une mission valorisante, éduquer, et désormais recruté à bac +5, il devrait appartenir à une certaine élite. Las! le mot fait rire et le métier n'attire plus. En 2011, 18 734 candidats se sont présentés au concours des professeurs des écoles, pour 41 874 en 2009....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« Pourquoi j’ai démissionné de l’Education nationale » | Mammouth mon amour

« Pourquoi j’ai démissionné de l’Education nationale » | Mammouth mon amour | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

...« J’ai enseigné durant 11 ans en lycée et collège. Ancienne élève de l’école normale supérieure de Cachan, je croyais dur comme fer à la transmission des savoirs et de valeurs de la République. Je suis issue d’un milieu modeste, d’une famille de commerçants ; ma mère n’est pas allée au-delà du certificat d’études. Petite, j’ai toujours perçu la différence entre les diplômés et les autres. J’ai toujours bossé d’arrache-pied, j’ai intégré une bonne prépa, Henri IV, et finalement, j’ai eu le concours de Normale Sup. J’ai bénéficié de l’ascenseur social et je voulais permettre à d’autres d’en faire autant. J’avais la vocation, l’envie de transmettre, le désir de participer à quelque chose de plus grand que moi, d’œuvrer pour le bien collectif. Je suis entrée à l’Éducation nationale la fleur au fusil. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit facile. J’étais prête à me battre pour ce métier. Cela ne me dérangeait pas. Je voulais enseigner en ZEP – et j’y ai effectué toute ma carrière...

more...
No comment yet.