L'enseignement da...
Follow
Find tag "Europe"
19.0K views | +6 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quels coût pour étudier à l'étranger ?

Quels coût pour étudier à l'étranger ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lors de votre semestre à l'étranger, c'est à Madrid qu'il faudra aller. La capitale espagnole se présente comme la ville la plus abordable pour les étudiants, selon une étude réalisée par le site ecosocioconso.com portant sur onze capitales européennes, les plus visitées par les étudiants français. L'étude s'est basée sur les données d'eurostat (l'organisme statistique de la Commission européenne) concernant les niveaux des prix à la consommation et celles du baromètre Location-étudiant.fr pour établir la moyenne des loyers étudiants.

Si Londres reste la ville aux loyers les plus chers, c'est à Copenhague que le coût de la vie explose. Au Danemark, les prix des services et biens de consommation dépassent de 140 % la moyenne des vingt-huit Etats membres de l'Union européenne. A l'inverse, Madrid, Berlin ou Rome possèdent le coût de la vie le plus bas des onze pays sélectionnés.

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lor ...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UKRAINE • Les manifestations tournent à la révolution estudiantine

UKRAINE • Les manifestations tournent à la révolution estudiantine | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Suite à la mobilisation proeuropéenne de ces derniers jours, le mouvement de protestation contre le président Ianoukovitch s'organise et se renforce.

Le 29 novembre, deuxième jour du sommet de Vilnius, où le président d'Ukraine Viktor Ianoukovitch s'est rendu malgré sa décision de ne pas signer l'accord d'association avec l'Union européenne (UE), les Ukrainiens qui manifestent depuis une semaine contre cette volte-face ont l'intention de faire une chaîne humaine de 600 km ralliant Kiev à la frontière de l'UE.

"Mais, écrit depuis la capitale ukrainienne la correspondante du quotidien russe Nezavissimaïa Gazeta (NG), cette action symbolique ne mettra pas un point final au mouvement, qui prend progressivement la tournure d'une révolution estudiantine." La jeunesse adopte une position radicale et n'exclut pas que, à compter du 30 novembre, les manifestations réclament la démission du président.

Selon le journal, instituts supérieurs et universités, à travers tout le pays, ont décrété la grève et manifestent dans les rues en colonnes organisées. Des délégations d'étudiants convergent vers la capitale en provenance de toutes les régions. A l'ouest du pays, traditionnellement proeuropéen, les directions universitaires ferment les yeux sur l'absentéisme et la mobilisation des étudiants, tandis qu'à l'est, traditionnellement prorusse, des actions sont intentées pour faire obstacle au mouvement de protestation.
....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ROYAUME-UNI • La programmation informatique bientôt enseignée à l'école primaire

ROYAUME-UNI • La programmation informatique bientôt enseignée à l'école primaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La version finale du programme scolaire britannique a été publiée lundi 8 juillet, relate The Guardian. Il aura un penchant prononcé pour l'enseignement de l'informatique dans le primaire et le secondaire.
Elaboré par Michael Gove, ministre de l’Education, le nouveau programme est destiné à donner aux élèves les bases des compétences qui leur seront nécessaires "à l’université et dans les entreprises". Il prévoit ainsi que les élèves de 5 ans apprendront à "écrire et à tester des programmes informatiques simples, ainsi qu’à organiser et à stocker des données". De même, "la sécurité sur Internet, notamment comment protéger ses données personnelles", leur sera enseignée. A partir de 7 ans, ils seront initiés à "des techniques de design informatique". Ce programme, qui doit prendre effet en septembre 2014, demande, selon le quotidien britannique, un travail "plus exigeant des élèves de primaire". De leur côté, les syndicats d’enseignants dénoncent un calendrier "irréaliste, vu le besoin de réécrire les plans de cours et les manuels"...
more...
oliviersc's comment, July 10, 2013 12:32 PM
et que faisions-nous - au Centre Mondial avec le Logo ? https://plus.google.com/u/0/114108954249717412482/posts/Tys1F78yg4y
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation protège contre la crise, la fumée et l'obésité

Les titulaires de diplômes de l'enseignement supérieur sont moins touchés par le chômage en période de crise, selon un rapport de l'OCDE dévoilé mardi. Ce constat vaut aussi pour la Suisse.

 

Les diplômés du supérieur fument par ailleurs moins et sont moins susceptibles de devenir obèses.

De 2008 à 2011, "l'écart en termes d'emploi entre les jeunes, qui ont un bon niveau d'instruction, et ceux, qui ont abandonné tôt leurs études, n'a cessé de se creuser pendant la crise", souligne le 21e rapport "Regards sur l'éducation" de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le taux de chômage des diplômés du supérieur a progressé sur cette période de 0,8 % en Suisse, contre 1,5 % en moyenne dans l'OCDE. L'augmentation est plus importante pour les personnes qui n'ont pas atteint le secondaire supérieur. Elle atteint le double en Suisse (1,6 %) et plus de 2,5 fois dans l'OCDE (3,8 %).

 

La Suisse partage avec l'Islande, la Norvège et la Suède le plus fort taux d'activité de la population (83 %). Et sa population active est davantage diplômée du supérieur que dans la moyenne de l'OCDE (35 % des 25-64 ans contre 32 %).

L'organisation a passé au crible une trentaine d'indicateurs (salaires des professeurs ou encore taille des classes) dans les pays membres de l'organisation ainsi qu'en Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, au Brésil, en Chine, Inde, Indonésie et Russie.

"Aujourd'hui, il est plus important que jamais de quitter l'école avec un bon niveau de qualification", a déclaré le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria. Il enjoint les pouvoirs publics à "axer leurs efforts sur les mesures en faveur des jeunes", notamment "moins qualifiés, les plus exposés au risque de bas salaire".
....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grèce : dans les griffes d’Aube dorée

Grèce : dans les griffes d’Aube dorée | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Fragilisés par la crise et le chômage de leurs parents, les adolescents sont une cible privilégiée du parti d’extrême droite qui tente de recruter jusque dans les lycées.

 

Il est 8 h 30 ce matin-là, en janvier, et l’agression du garçon de 17 ans provoque immédiatement un mouvement de panique. Les hurlements des élèves alertent les responsables de l’établissement. «Les agresseurs se sont enfuis, Phivos était couvert de sang, je l’ai emmené à l’hôpital dans ma propre voiture. On a tous eu très peur», se souvient Lena Daminopoulou, la proviseure du lycée. Plusieurs mois après le drame, elle refuse pourtant de spéculer sur les motifs et l’identité des agresseurs : «L’un d’eux a été arrêté car Phivos l’avait reconnu. Pour le reste, l’enquête est en cours et c’est à la police de se prononcer.» Elle ne peut toutefois s’empêcher d’évoquer «un cercle habitué à la violence», «un climat politique un peu particulier» et «le besoin de protéger les enfants». Avant de lâcher : «C’est un incident regrettable, mais nous sommes vigilants. Dans d’autres banlieues voisines, à Kallithea, à Glyfada, les risques de dérapages sont bien plus nombreux. Il y a même des élèves qui font le salut nazi en entrant en classe ! Dans ces écoles, ils sont déjà bien présents.»...

 

...

Depuis quelque temps, Aube dorée s’intéresse ouvertement à cette jeunesse déstabilisée. Avec des succès divers. L’université, farouchement à gauche, reste une forteresse impénétrable pour elle. En revanche, les plus jeunes représentent une cible de choix. Comme le révèle une vidéo diffusée en février sur le site officiel d’Aube dorée : on y voit une vingtaine de gamins, âgés de 6 à 10 ans, invités au siège du parti pour un cours d’histoire célébrant les vertus des Grecs anciens.

Parallèlement, un député néonazi s’est insurgé contre l’«inacceptable» journée de commémoration de l’Holocauste dans les écoles grecques. Un mois plus tard, en mars, le même révélait le projet du parti d’ouvrir sa propre école privée.

Aube dorée tente surtout de séduire la jeunesse de façon plus subliminale en attisant la révolte contre la crise. «Beaucoup de jeunes se sentent humiliés par les difficultés de leurs parents. Ils peuvent se montrer sensibles à un discours qui flatte leur fierté bafouée», soupire Vagelis Marinis dans le hall du lycée dont il est le directeur, à Perama, au Pirée. A quelques mètres de lui, des lycéens piochent pommes et sandwichs dans de grands cartons. C’est l’heure de la distribution, comme chaque matin depuis la rentrée de septembre. «Nous savons que certains élèves ne mangent plus à leur faim. D’autres se contentent d’un plat de pâtes en guise de petit-déjeuner. Ils n’en parlent jamais ouvertement, ils ont trop honte. Alors nous avons décidé de faire appel à une ONG qui distribue des repas dans plus de 150 écoles», souligne ce quinquagénaire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'enseignement public dans la rue en Espagne

L'enseignement public dans la rue en Espagne | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Professeurs, élèves et parents ont protesté contre une réforme conçue sous l'emprise de la rigueur budgétaire.

 

De la crèche à l'université, parents, élèves et professeurs étaient appelés à participer à la grève générale de l'enseignement, jeudi 9 mai, en Espagne. Des milliers de personnes ont manifesté dans tout le pays contre le projet de réforme de la loi de l'enseignement que le gouvernement devait initialement présenter vendredi en conseil des ministres. Plus généralement, leur colère s'est déversée contre les mesures de rigueur et les coupes budgétaires qui ont réduit le budget de l'éducation de plus de 6 milliards d'euros en deux ans.

Selon les syndicats, la grève a été suivie par 70 % des enseignants et 90 % des étudiants universitaires. Ces taux de participation ont été abaissés à 20 % par le gouvernement. Mais dans les rues de Barcelone ou de Madrid, impossible de nier le succès de l'appel lancé par les syndicats et les associations réunis dans la plate-forme pour l'école publique.

Dans la capitale, une marée verte, la couleur des tee-shirts en faveur de "l'éducation publique pour tous", a inondé le paseo du Prado et la rue Alcala pour venir crier sa colère sous les fenêtres du ministère de l'éducation et demander la démission du ministre, José Ignacio Wert. ...

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

L’austérité sur les budgets de l’éducation en Europe, en quelques chiffres

L’austérité sur les budgets de l’éducation en Europe, en quelques chiffres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Depuis 2010, l’austérité a frappé durement les budgets des pays européens, selon le dogme de réduction des déficits imposé par la troïka.

 

Depuis 2010, l’austérité a frappé durement les budgets des pays européens, selon le dogme de réduction des déficits imposé par la troïka. Malheureusement, le budget de l'Education Nationale n'a pas forcément été épargné. 11 pays ont réduit ou gelés les salaires de leurs enseignants, et 10, dont la France, ont vu leurs effectifs fondre.

La commission européenne vient de publier une étude sur l’état des budgets consacrés à l’éducation en Europe depuis 2010. Des coupes de plus de 5 % ont été imposées en Grèce, en Hongrie, en Italie, en Lituanie et au Portugal, contre des baisses situées entre 1 et 5 % en Estonie, en Pologne, en Espagne et au Royaume-Uni. La courbe est changeante pour la France d’une année sur l’autre.

Les coupes budgétaires ont avant tout débouché sur des réductions des effectifs dans le corps enseignant de 10 États membres : Bulgarie, Chypre, Estonie, France, Italie, Lettonie, Lituanie, Portugal, Roumanie et Royaume-Uni.
Une baisse doublement inquiétante, car elle s’explique non seulement sur la suppression de poste, en primaire et secondaire, mais aussi dans certains pays par la baisse du nombre d’étudiant dans le supérieur. Les gouvernements communiquent peu de chiffre depuis 2008 à ce sujet, mais les tendances de l’OCDE semblent montrer une baisse dans plusieurs pays du nombre d’étudiants du supérieur par classe d’âge.
Une problématique que les gouvernements semblent avoir pris en compte, puisque le seul budget à être globalement (dans 18 pays) revu à la hausse en 2012, c’est celui de la formation des enseignants. La Commission Européenne insiste de ce fait sur le lien entre la qualité de l’enseignement et les résultats des étudiants, et donc les possibilités d’accès aux études supérieures.

Les salaires des enseignants en Europe : de grandes inégalités

En 2011 et 2012, les traitements et allocations des enseignants ont été réduits ou gelés dans 11 pays : Bulgarie, Croatie, Espagne, Estonie, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie et Portugal.
Une rigueur sur les salaires qui ne fait qu’accroitre les énormes inégalités de traitements des enseignants en Europe....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Aide alimentaire, difficultés de logement... enquête sur la précarité étudiante

Les Inrocks - Aide alimentaire, difficultés de logement... enquête sur la précarité étudiante | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
En 2011, 60 % des étudiants estimaient que leurs ressources ne leur permettaient pas de vivre dans de bonnes conditions. Reportage à Nantes dans la première banque alimentaire créée au profit des étudiants les plus modestes.

 

Chaque jeudi soir, ils sont au rendez-vous. Un sac de courses à la main, des dizaines d’étudiants font la queue derrière la cité universitaire Launay-Violette, à Nantes. L’objet de leur venue ? Une distribution alimentaire au profit des plus modestes, organisée à l’initiative de l’Association pour la solidarité étudiante en France (Asef). Moyennant un euro symbolique, chacun remplit son cabas de fruits, légumes, laitages, conserves, plats surgelés, viande… Des denrées fournies par la Banque alimentaire de Loire-Atlantique.


“Au début, on n’accueillait qu’une cinquantaine d’étudiants. Depuis deux ans, ils sont entre 200 et 250 selon les semaines“, estime Cécile Hellegouarch, vice-présidente de l’Asef, qui a fêté ses dix ans en 2012. Certains arrivent par le bouche à oreille, d’autres sont orientés par les assistantes sociales du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous). C’est le cas de Shérérazade, vingt ans, qui, en cette veille des vacances d’hiver, y fait ses courses pour la deuxième fois : “Mes parents ne peuvent pas trop subvenir à mes besoins, ils ne roulent pas sur l’or“, se justifie la jeune femme, en deuxième année de langues étrangères appliquées.

Un moyen pour elle comme pour tous les bénéficiaires d’alléger leur budget nourriture, de manger équilibré et de repartir avec des produits habituellement sacrifiés. “Surtout la viande, le poisson et les desserts“, précisent Cristina, Maria et Laura, originaires d’Espagne, venues accompagnées de Moira et Maria, d’Italie. “En Espagne et en Italie, ce genre d’initiatives existe mais pas pour les étudiants. C’est dommage car la situation est encore pire qu’ici“, déplorent les cinq étudiantes en échange Erasmus.


Sur le modèle nantais, première banque alimentaire étudiante créée en France, d’autres antennes ont vu le jour : Saint-Nazaire, Strasbourg, Pau et même Bruxelles. Lutter contre la précarité des jeunes, c’est l’un des chantiers prioritaires du Secours populaire (SP) pour les deux ans à venir. L’association tire le même constat : les étudiants sont de plus en plus nombreux à faire appel à ses services, tant pour une aide alimentaire, un soutien, une écoute, que pour l’accès à la culture et aux loisirs. A ce jour, sur les 8 500 personnes accueillies régulièrement par la Fédération de Loire-Atlantique du SP, 1 363 sont des étudiants, soit environ 16 %.

“Jusqu’en 2011-2012, cette proportion était de l’ordre de 10 %”, signale Nathalie Boyer, la directrice départementale. Là où l’on constate de façon la plus flagrante que la part des étudiants augmente parmi nos bénéficiaires, poursuit-elle, c’est au niveau de l’aide vestimentaire.”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

CROATIE • L'Eglise en croisade contre l'éducation sexuelle

CROATIE • L'Eglise en croisade contre l'éducation sexuelle | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'introduction d'un module sur la sexualité dans les programmes scolaires a provoqué une charge sans précédent de l'influente Eglise catholique contre le gouvernement social-démocrate de Zagreb. L'éditorial de Novi List.

 

"La sexualité est un énorme pouvoir, celui qui la contrôle, contrôle la société". C'est en ces termes qu'Ana Maria Grünfelder, la théologienne féministe a expliqué la "guerre" entre l'Eglise catholique et le gouvernement qui secoue actuellement la Croatie au sujet de l'éducation sexuelle à l'école.

Ces derniers jours, on a pu entendre tout et n'importe quoi à ce sujet. Un théologien de renom, Adalbert Rebic, a littéralement déclaré : "La Croatie est en train à rejoindre le complot mondial des pédés, des homosexuels et des gouines qui s'efforcent d'imposer les opinions d'une minorité à tous les autres en menaçant ainsi la société de sombrer dans la déchéance." Le cardinal Josip Bozanic a estimé que les cours d'éducation sexuelle, introduits dans l'enseignement scolaire par le ministre de l'Education Zoran Jovanovic, "menaient à l'anéantissement de l'homme". Le comble a été atteint lorsque l'adjoint à l'évêque de Zagreb, Valentin Pozaic, a comparé le pouvoir actuel à celui des nazis et des communistes.

"La révolution culturelle et anthropologique néocommuniste et néolibérale ne prend pas en considération l'homme tel qu'il est, mais elle le transforme en machine de satisfaction des besoins sexuels, qui ne connaît ni l'amour, ni la chasteté, ni la fidélité, ni le sacrifice ni la solidarité", a dit Pozaic...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Plusieurs choses que vous ignorez sûrement sur Erasmus - Rue89

Plusieurs choses que vous ignorez sûrement sur Erasmus - Rue89 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Erasmus est sauvé. La "success story" de l'Union européenne était menacée : "Erasmus est à court d’argent", reconnaissait début octobre le porte-parole du commissaire européen au Budget.

 

Le programme européen d’échange d’étudiants et de professeurs allait-il disparaître en raison des coupes budgétaires imposées par de nombreux pays de l’Union ?

Finalement non. Lors de sa plénière de décembre, le Parlement européen a soutenu l’accord de six milliards d’euros destiné à couvrir les factures en suspens ainsi que le budget 2013, sauvant ainsi un programme vieux de 25 ans. La première année, à peine plus de 3 000 étudiants en avaient profité ; ils sont 270 000 aujourd’hui. En 25 ans, plus de deux millions de jeunes issus de 33 pays ont ainsi pu étudier à l’étranger.

Un programme pour tous ? Qui favorise l’intégration européenne ? Et qui marche vraiment bien ? Pas si sûr...

 

1.L’anglais plus que la fiesta au soleil.L’Espagne est le premier pays d’accueil et d’origine des étudiants Erasmus. Soit. Mais la France et l’Allemagne suivent. L’Hexagone arrive en deuxième position : environ 30 000 étrangers y séjournent cette année, et le même nombre d’étudiants le quitte pour parfaire ses connaissances hors des frontières.... 2.Portugal, Danemark et Suède à la mode

 Erasmus stagne en France. Entre 2005 et 2009, les arrivées ont cru de 2,8% seulement, et les départs d’un petit 8,6%.

Le Portugal, le Danemark et la Suède deviennent en revanche des destinations de plus en plus prisées ; entre 2005 et 2009, le Portugal a vu ses séjours Erasmus augmenter de 45%.

Encore plus flagrant : le nombre d’étudiants turcs en mobilité Erasmus augmente très rapidement. Ils étaient moins de 3 000 en 2005, pour passer la barre des 8 000 en 2010 – une augmentation de 180%.

 

3.Trop cher pour plaire à tous

 Le programme devait concerner 10% des étudiants, rappellent les auteurs d’une étude du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) sur le sujet. L’objectif est loin d’être atteint...

 

4.L’étudiant Erasmus : une femme de 23,5 ans

Pour l’année académique 2009-2010, l’âge moyen des étudiants Erasmus était de 23,5 ans.

Et l’étudiant était une étudiante : 62% des Erasmus sont des femmes, soit une part légèrement supérieure à celle des femmes dans la population étudiante globale....

 

5.Pas très branchés sciences dures

Ce sont enfin les étudiants issus de l’enseignement supérieur universitaire qui se déplacent plus que ceux issus des filières professionnalisantes, selon les mêmes études. Et ils se penchent en priorité sur les sciences sociales, les affaires ou le droit, voire les sciences humaines ou les arts. Les disciplines scientifiques restent boudées....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Université et recherche : en attendant le changement. - Globe - France Culture

Université et recherche : en attendant le changement. - Globe - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
C'est l'un des problème de la LRU (loi instaurant l'autonomie des universités sous N. Sarkozy) : tel le carrosse de Cendrillon en citrouille, la LRU a transformé du jour au lendemain des enseignants-chercheurs Présidents et VP d'universités en cadres dirigeants de sociétés. Ils ne sont bien sûr pas élus sur leur goût pour le management, auquel ils sont d'ailleurs bien peu formés ; et ils ne peuvent s'appuyer sur un 'staff' correspondant. Cette inadéquation douloureuse a été rendue visible dans l'espace médiatique par la lettre des 14 présidents d'universités demandant à la Ministre de reprendre en direct la GRH et la paye de tous leurs personnels. Circonstance aggravante : l'Etat a profité de cette autonomie de gestion pour diminuer ses dotations budgétaires. Moralité : l'effet pervers de l'autonomie version Valérie Pécresse (ministre du secteur sous le quinquenat précédent) , c'est la casse des universités non accompagnées dans la mise en oeuvre de l'autonomie ('aide toi le ciel t'aidera, si tu dévisses, tant pis pour toi').


Quelle évaluation ?

En France, les enseignants-chercheurs sont confrontés à la pesanteur bureaucratique de l'évaluation et de la réponse aux appels d'offre distribuant le financement de la recherche. L'une et l'autre sont inspirés par le new public management (NPM). Les difficultés similaires au Royaume-Uni et en République Fédérale d'Allemagne indiquent que le NPM est problématique en soi. L'hybridation avec la bureaucratie typiquement française (celle des 'grands organismes de recherche', une quasi exclusivité hexagonale - comme les 'grandes écoles' d'ailleurs) génère cependant une forme problématique propre. Un certain nombre de chercheurs progressistes, ou modernistes, ou sociaux-démocrates, ou réformistes - selon l'angle - font le pari qu'il y a moyen de décliner dans le paysage sup-recherche français des pratiques d'évaluation socialement utiles et professionnellement réussies - à rebours de l'utilisation dite 'libérale' qui met les individus en concurrence, méprise la coopération, met l'intérêt au centre et les Centres (labos) à la périphérie.
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Slovaquie: grève illimitée dans l‘éducation

Slovaquie: grève illimitée dans l‘éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
monde - Les enseignants en Slovaquie ont entamé ce lundi une grève illimitée. Ils réclament une hausse des salaires de 10%.

Le gouvernement dit ne pas pouvoir se permettre une telle une augmentation en pleine période d’austérité. Selon le syndicat national des enseignants, les trois quart des écoles primaires et des collèges sont fermées. Le mouvement touche aussi quelques universités

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Turquie : Sevil Sevimli espère rentrer en France

Turquie : Sevil Sevimli espère rentrer en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
VIDÉO - La Française, étudiante en cycle Erasmus, risque 32 ans de prison pour «terrorisme».

 

Sevil Sevimli a déjà dû tirer un trait sur la rentrée universitaire en Master 1 à la faculté d'Information et de communication de Lyon-II, qui s'est déroulée sans elle. Lors de la première audience de son procès à Bursa, une ville de l'ouest de la Turquie, le 26 septembre, la justice lui a interdit de quitter le territoire turc. Elle espère que la cour d'assises fera preuve de davantage de clémence, lundi, à l'occasion de sa deuxième comparution. «Mon avocat va proposer que je puisse rentrer en France et en échange je m'engage à me présenter à chaque audience», explique l'étudiante originaire de Belleville-sur-Saône, dans le Rhône.

Depuis le 10 mai, jour où la police est venue l'arrêter à l'aube dans l'appartement qu'elle partageait en colocation, la jeune femme de 20 ans fait face à un cauchemar judiciaire. Accusée d'être membre «de la direction d'une organisation terroriste», le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), elle risque 32 ans et demi de prison. Ce groupe clandestin d'extrême gauche, fondé dans les années 1970, mène des actions violentes. L'attentat suicide devant un commissariat de la banlieue d'Istanbul le 11 septembre, au cours duquel un policier a été tué, lui a été attribué. «Je n'ai jamais eu de rapports avec le DHKP-C et je ne suis pas une dirigeante de cette organisation. Je suis venue en Turquie dans le seul but de connaître la culture de mes parents», a déclaré la jeune fille, qui est née et a grandi en France.

 

Les éléments dans le dossier de Sevil Sevimli pour prouver qu'elle était à la tête de la branche jeunesse du DHKP-C à Eskisehir, ville d'Anatolie où elle effectuait un semestre d'études dans le cadre du programme européen Erasmus, paraissent bien maigres. Il lui est reproché, entre autres, d'avoir participé au défilé syndical du 1er Mai, d'avoir collé des affiches et organisé un pique-nique sur le campus en faveur de l'enseignement supérieur gratuit, de s'être rendue à un concert du groupe de rock contestataire Yorum, où des drapeaux de groupes interdits ont été brandis… Toutes ces activités sont légales et Sevil Sevimli reconnaît y avoir pris part...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Si le programme Erasmus est connu dans toute l’Europe, le petit nouveau, "Erasmus+", a beaucoup moins fait parler de lui. Il devrait pourtant entrer en vigueur le 1er janvier 2014. Décryptage de ce nouveau programme en 5 chiffres.

 

On l’a cru un temps en danger, il est finalement renforcé. Le programme Erasmus continuera bien à aider des centaines de milliers d’étudiants à se former à l’étranger, parmi les 33 pays partenaires (les 28 Etats membres de l’Union européenne plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie).

Mais par souci de simplification, “Erasmus” va être regroupé avec d’autres programmes d’échange européens sous l’appellation “Erasmus+”. Si le Parlement européen a adopté la proposition le 19 novembre dernier, le Conseil (Etats membre) devrait donner son accord le 11 décembre prochain.

Décryptage du nouvel “Erasmus+” en 5 chiffres.

 

 

• 7 programmes réunis en un

Si le programme garde le nom du fameux philosophe humaniste, il regroupera tous les dispositifs mis en place par l’Union européenne en faveur de la formation des jeunes. “Comme nous ne voulions pas perdre l’étiquette d’Erasmus, nous avons nommé le nouveau programme Erasmus+“, confie Doris Pack, député Parti Populaire Européen (PPE) rapporteur du texte sur Erasmus+.

Sous ce label seront regroupés :

- Erasmus

- Erasmus Mundus, qui permet à des étudiants européens de partir dans des pays non-européens

- Leonardo da Vinci, qui permet à des étudiants d’aller se former professionnellement en tant qu’apprentis à l’étranger

- Comenius, destiné aux élèves de la primaire jusqu’au lycée

- Grundtvig, pour les adultes ayant décidé de reprendre leurs études

- Jeunesse en Action, pour les jeunes de 13 à 30 ans qui souhaitent faire du volontariat à l’étranger

- Un volet sportif (développé ci-dessous)

 

 

• 14,7 milliards d’euros

C’est le budget alloué au programme Erasmus+ pendant les sept prochaines années (2014-2020). Cela équivaut à une augmentation de 40% par rapport aux budgets cumulés alloués aux programmes pour la période précédente, de 2007 à 2013. Le programme Erasmus seul, par exemple, disposait de 3,1 milliards d’euros pour 2007-2013.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

BULGARIE • Pourquoi nous devons protester avec les étudiants

BULGARIE • Pourquoi nous devons protester avec les étudiants | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Depuis le 26 octobre, les étudiants ont rejoint le mouvement de protestation contre le Premier ministre Plamen Orecharski en occupant plusieurs bâtiments de l'université de Sofia.

Un de leurs enseignants, un ancien des grandes manifestations de 1997, leur rend hommage.

 

L'esprit de la révolte estudiantine vit toujours ! Pendant le rude hiver de 1997, se sont les étudiants de l'université de Sofia qui étaient à la pointe de la contestation contre le gouvernement socialiste [ex-communiste] de Jan Videnov qui avait conduit le pays au bord du précipice. Jour après jour, des cohortes de jeunes sillonnaient les rues de Sofia, recueillant les applaudissements des passants en criant : "Nous sommes les étudiants, nous n'avons pas peur !".

Ce sont bien eux, les étudiants, qui écrivaient alors l'ordre du jour moral de toute une société exactement comme ils le font de nouveau aujourd'hui. Ceux qui ont vingt ans aujourd'hui, jettent – sans peur et sans hésitation – leur pavé dans la mare de l'indifférence et du cynisme général. La génération de 1997 ce reconnaît dans ce mouvement. Et c’est pour cela que ceux qui, parmi les étudiants et leurs professeurs, ont fait la révolution de 1997 sont de nouveau là. Faites un petit tour dans la cour du rectorat de l'université et vous verrez pas mal de visages connus de cet mémorable hiver de 1997.



Aujourd'hui, je me retrouve dans les rangs des professeurs et je puise mon énergie dans le courage et la dignité civique de mes étudiants. L'autre soir, lors du meeting spontané devant l'université nous étions là nous aussi et nous nous sommes souvenus de cette soirée du 4 février 1997. Nous étions alors tous réunis sur les escaliers de la fac, enivrés par la nouvelle de la démission du gouvernement. Se rebellant contre la misère, l'absence de perspectives et la peur, nous avions obtenu une victoire. Nos dirigeants actuels n'ont peut-être pas ce courage, mais pour toute personne censée leur chute est inéluctable.

La plupart des arguments utilisés par les détracteurs des étudiants, relayés par des médias serviles au statu quo, aujourd'hui sont les mêmes qu'en 1997. "Vous êtes une infime minorité" ; "vous servez des intérêts de l'ombre" ; "vous faites de la politique, alors que vous êtes censés étudier"… Le pays entier sombrait dans l'hyperinflation et dans une crise abyssale, mais pour certains il était plus important de réussir ses examens !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ESPAGNE • Des étudiants et des professeurs à bout de souffle

ESPAGNE • Des étudiants et des professeurs à bout de souffle | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dans le cadre des mesures d’austérité, le ministère de l’Education prévoit de revoir à la baisse les bourses universitaires. Témoignages.
Pedro González, 23 ans, étudiant en cinquième année d’ingénierie civile à l’université polytechnique de Madrid, est plongé dans ses examens de fin d’année. Tout comme Carolina Plata, 22 ans, qui n’a plus qu’un an à faire pour terminer son double diplôme de journalisme et de communication audiovisuelle à l’université Carlos III [Madrid], et Isabel Blanco, 20 ans, étudiante en histoire de l’art à la Complutense [université madrilène]. Entre les piles de notes, les tasses de café et les nuits blanches, tous attendent avec impatience la fin des épreuves, l’arrivée des vacances… et la rentrée des classes. Oui, vous avez bien lu : leur principal souci, aujourd’hui, c’est de pouvoir se réinscrire sans problème à l’université en septembre. Pour cette année, ils ont bénéficié d’une aide, mais à l’heure où le ministère de l’Education prévoit de réduire le montant et le nombre des bourses [voir ci-dessous], ils craignent d’avoir de sérieux problèmes pour financer leurs études l’année prochaine. “Mon objectif premier est de ne pas rater mes examens pour ne pas avoir à payer une seconde inscription”, explique Pedro. Ces quatre ­dernières années, grâce à ses bons résultats universitaires et aux revenus modestes de ses parents (un père hôtelier, une mère à son compte), il a reçu environ 6 000 euros. L’an dernier, sa mère ayant gagné un peu plus, sa bourse a été réduite de moitié. “Je crains qu’ils me donnent encore moins d’argent maintenant. Je devrai donc chercher un stage par moi-même, mais à vrai dire, je me vois plutôt travailler comme garçon de café ou téléopérateur”, soupire-t-il, résigné. Pour l’instant, il paye 300 euros de loyer et cherche déjà un logement moins cher à Madrid. Pendant toute l’année, il a photocopié les livres de ses camarades ou de la bibliothèque pour ne pas avoir à les acheter. “Ils coûtent très cher”, s’excuse-t-il. ...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le programme Erasmus va être en partie financé par des prêts étudiants

Le programme Erasmus va être en partie financé par des prêts étudiants | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Plusieurs Etats, dont la France, redoutent que ce nouveau mécanisme menace les bourses d'études à l'étranger.

 

Tandis que le Conseil européen, sous présidence irlandaise, met la dernière main à son budget 2014-2020, les négociations achoppent sur un point mineur en apparence, mais symbolique : la création de prêts garantis par l'Europe pour financer les séjours d'étudiants à l'étranger. Certains craignent que de tels prêts menacent le système des bourses Erasmus, devenu un emblème de l'Europe universitaire.

Le programme permet chaque année à 230 000 jeunes de passer, grâce à de modestes bourses d'appoint, quelques mois dans l'un des 33 pays adhérents (les 27 Etats de l'Union européenne, la Suisse, la Norvège, l'Islande, le Lichtenstein, la Croatie et la Turquie).

Pour parvenir, d'ici à 2020, à l'objectif de 20 % d'étudiants voyageurs, contre 1,5 % aujourd'hui, l'Europe va modifier son système de financement. Et privilégier, face à l'assèchement des finances publiques, un système de prêts garantis. Le dispositif s'adresserait aux étudiants en master, qui pourraient emprunter jusqu'à 12 000 euros pour un an et 18 000 euros pour deux ans.

Le principe du prêt est acquis. Tout le débat porte sur l'ampleur du fonds de garantie, nécessairement prélevé sur des budgets existants : "Il existe un risque réel de voir ce mécanisme remplacer les systèmes de bourses dans certains Etats, comme en France, ou de déstabiliser des systèmes de garantie efficaces déjà mis en place dans d'autres, comme au Danemark ou en Finlande", alerte un groupe de députés européens socialistes et écologistes.

....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Athènes interdit une grève des enseignants du secondaire

Les autorités grecques ont menacé les enseignants du secondaire d'arrestation s'ils participent à la grève prévue dans la semaine, qui pourrait perturber les examens d'entrée dans les universités. C'est la troisième fois que le gouvernement d'Antonis Samaras recourt à des mesures d'exception pour ramener des grévistes au travail. La coalition gouvernementale emmenée par les conservateurs de Nouvelle démocratie souhaite augmenter de deux heures le temps de travail des enseignants du secondaire et en muter 4.000 dans les zones isolées où les effectifs sont insuffisants. Dix mille professeurs à temps partiel pourraient en outre être remerciés à l'expiration de leurs contrats, selon le syndicat OLME, qui appelle à la grève le 17 mai, date du début des examens, et à des arrêts de travail tournants la semaine suivante. L'OLME prévoit en outre un rassemblement lundi à Athènes et invite les autres syndicats du public et du privé à s'associer au mouvement du 17 pour en faire une grève nationale...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ÉDUCATION • Au Danemark, l'école ferme ses portes au profs

ÉDUCATION • Au Danemark, l'école ferme ses portes au profs | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un conflit entre les professeurs et les communes danoises cause la fermeture des écoles ; 69 000 enseignants n'ont donc pas le droit d'enseigner avant qu'un accord ne soit trouvé. La presse danoise reproche aux enseignants leur intransigeance.

 

De combien de temps les professeurs ont-ils besoin pour préparer leurs cours ? Telle est la question au centre du conflit entre, d'un côté, les enseignants, et de l'autre, les municipalités et l'Etat danois, explique le quotidien Politiken. 

Selon l'accord qui a expiré fin mars, les professeurs disposent d'un temps défini pour préparer chaque heure de cours. Ainsi, un enseignant donne actuellement au maximum 25 heures de cours par semaine. Or, pour les communes et l'Etat, il faut que les directeurs d'école puissent disposer plus librement de leurs professeurs — voire leur demander de donner plus de cours.

Comme les nombreuses négociations ont échoué, les autorités ont décidé un "lock-out", c'est-à-dire la fermeture des établissements scolaires pour cause de grève partielle. Aucun gréviste n'est alors remunéré. Dans ce pays connu mondialement pour son modèle de marché de travail, environ 69 000 professeurs n'ont désormais pas le droit de travailler, et 875 000 élèves, dont 566 660 enfants, sont privés cours.

La presse est divisée sur le sujet. Pour Politiken, quotidien de centre-gauche, le plus important est que ce conflit ne détruise pas les bons côtés de l'école danoise : "Trop souvent, quand nous critiquons l'école danoise, nous oublions à quel point cette institution fonctionne bien. Nous oublions que les enfants danois sont vraiment contents d'aller à l'école — contrairement aux enfants dans beaucoup d'autres pays. Nous oublions que l'école danoise crée des enfants innovateurs et forme à l'indépendance d'esprit. Et nous oublions que ce sont des professeurs motivés et engagés qui font marcher l'école."...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un bordel se niche dans une résidence universitaire genevoise

Un bordel se niche dans une résidence universitaire genevoise | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'immeuble, réservé «exclusivement» aux étudiants, abrite un salon de massage. Cris de jouissance et musique exaspèrent les résidents.

 

Les locataires de la résidence universitaires des Epinettes, aux Acacias, sont en colère. En cause, «des allées et venues incessantes d'hommes, de la musique à fond jusqu'à 2 heures du matin et des cris de jouissances d'hommes et de femmes», rapporte l'Hebdo.

Après enquête d'une étudiante, il s'avère que le bâtiment abrite un salon de massage. Ses hôtesses s'adonnent à la prostitution. Comment cela est-il possible? «Pour arrondir ses fins de mois et assurer des loyers bas aux étudiants, la Fondation universitaire pour le logement des étudiants (FULE) a pris l'habitude de louer une partie de ses locaux à des commerces», dévoile l'hebdomadaire. La fondation aurait été trompée sur la nature du commerce. A la base, le salon de massage aurait été à l'origine un salon de beauté avant de changer d'orientation en 2008.

Le Bureau des logements de l'Université de Genève a été alerté de la situation. Une pétition des locataires circule dans l'immeuble incriminé. Grâce à ce document écrit, la Fondation universitaire pour le logement des étudiants (FULE) pourra alors agir. Enfin, l'Université de Genève n'était pas au courant.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Enseignement des langues : l'allemand sauvé par l'anglais

Enseignement des langues : l'allemand sauvé par l'anglais | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le succès des classes de sixième «bilangues» a enrayé le déclin de l'apprentissage de l'allemand en France.

 

Que serait devenu l’allemand sans l’anglais? Paradoxalement, la langue de Shakespeare, longtemps perçue comme une rivale, est venue au secours de la langue de Goethe. Pour stopper son déclin, des sections anglais-allemand ont été créées dès la sixième. Le succès est tel que l’espagnol a suivi et demandé l’ouverture de telles classes. Et le but est atteint: l’allemand s’est stabilisé dans le secondaire.

Aujourd’hui 95% des élèves qui le choisissent en première langue le font dans le cadre de ces sections bilangues. Revers de la médaille: si les inscriptions en première langue font un bond, celles en seconde langue ont décliné au point que certains collèges ne le proposent même plus. Mais l’essentiel était de freiner la chute: l’allemand garde sa troisième place à l'école française, avec 15% des élèves du secondaire qui l'étudient, loin derrière l’espagnol (44%) – contre 25% pour la langue de Molière outre-Rhin.

«La langue du partenaire»

C’est en janvier 2005 que Français et Allemands décident de réagir. L’allemand est en chute libre. Or la connaissance de «la langue du partenaire» est considérée comme cruciale pour consolider le rapprochement entre les deux peuples. Un plan de relance est mis au place. Il inclue la multiplication de ces sections bilangues.

L’expérience a d’abord été tentée en Alsace. L’allemand est obligatoire en primaire dans cette région frontalière, mais la plupart des élèves prenait ensuite l’anglais en sixième. Les sections ont ensuite été introduites un peu partout en France, rencontrant un succès rapide auprès des élèves....

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

ALLEMAGNE • Bonnes résolutions : en 2013, levez le pied !

ALLEMAGNE  • Bonnes résolutions : en 2013, levez le pied ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un beau jour, certains en ont assez d'aligner les heures de travail et des tâches qui n'ont guère de sens à leurs yeux. Ils décident de changer de vie, de boulot, de projet, et de ralentir la cadence.

 

Lorsqu'il en a assez de ses prévisions budgétaires et de ses tableaux Excel, Peter Ferres s'installe dans une salle de son école et écoute le cours.

"Le fait de voir un petit de maternelle écrire son nom pour la première fois ou un collégien comprendre les fonctions linéaires me rend plus heureux que n'importe quelle bonne transaction financière dans mon ancien métier", explique le fondateur et directeur de la Metropolitan School Frankfurt, une école à but non lucratif.

Durant plus de vingt ans, Ferres a travaillé dans une banque d'investissement, conseillé des entreprises pour leurs plans de fusion et monté de grandes opérations boursières. Autant d'activités qui lui donnaient l'impression d'étouffer, d'être à l'écart de la vie réelle. "Je voulais faire quelque chose d'utile pour les gens autour de moi et qui me fasse plaisir", résume-t-il.

Il a toujours aimé enseigner. Enfant, il aidait déjà ses camarades de classe à l'école. A 48 ans, Ferres s'est risqué à prendre un nouveau départ. Il a quitté la banque et suivi une formation à Londres pendant un an, durant laquelle il a commencé à enseigner. Il voulait créer une école internationale en Allemagne. Il a préparé son projet et négocié des crédits auprès des banques.

A l'été 2007, Ferres ouvrait son école à Francfort avec 70 enfants. Aujourd'hui, ils sont 380, et la plupart suivent des cours en anglais.
Le directeur lui-même se charge des cours de physique et de sport. Ferres n'a pas fondamentalement changé de mode de vie, même s'il gagne beaucoup moins qu'auparavant. "Nous n'avions pas un train de vie luxueux donc ma famille n'a pas eu besoin de faire des sacrifices", explique-t-il...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

 

Faut-il y voir un effet de la crise ? Alors que les universités des pays européens secoués par la tempête économique subissent de sévères coupes budgétaires, les étudiants espagnols et italiens arrivent en masse dans les établissements d'enseignement supérieur français.Selon les chiffres donnés par Campus France, l'organisme public chargé de promouvoir l'enseignement supérieur français à l'étranger, en citant des statistiques publiques, le nombre d'Espagnols suivant leurs études en France a progressé de 17 % depuis le début de la crise, en 2009 (ils étaient 5 740 en 2011-2012 contre 4 904 en 2009-2010). Quant aux Italiens, la progression est de 13 % (à 7 954).

Ce sont les progressions les plus fortes sur la période. Même si ces deux communautés nationales ne sont pas les plus représentées en France. Ce sont les étudiants marocains qui restent les plus nombreux : 32 482 en 2011-2012 (+ 3 % depuis 2009), suivis de près par les Chinois (29 696, + 2 %). Le Maghreb demeure l'origine première des étrangers qui suivent leurs études en France. Après les Chinois, viennent en effet les Algériens (23 735, + 9 %) puis les Tunisiens dont le nombre est cependant en forte baisse (12 976, - 10 %). Autre progression intéressante : les étudiants allemands sont 5 % plus nombreux qu'en 2009 (à 8 800).

Globalement, la France reste demandée, figurant au quatrième rang des pays les plus attractifs. Le pays a accueilli 288 544 étudiants étrangers en 2011-2012, soit 4% de plus qu'en 2009 (et 1 % sur un an).

Les Espagnols et les Italiens affluent dans l’enseignement supérieur français...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Salaire des enseignants : où se situent les Français par rapport à leurs collègues européens ?

Infographie. Vincent Peillon se dit prêt à rouvrir le chantier de la revalorisation des salaires des enseignants. Aujourd'hui, ceux-ci se situent plutôt dans la fourchette basse au niveau européen.

 

Alors que le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, annonce l'embauche de 43 000 enseignants pour les années 2013 et 2014, et se déclare prêt à rouvrir le chantier des revalorisations salariales des professeurs, Le Monde.fr revient sur les salaires que touchent les enseignants dans le primaire et le secondaire dans différents pays européens, en regard du nombre d'heures annuelles travaillées.

Les trois graphiques ci-dessous (cliquez sue le lien) figurent la progression du salaire par pays du début à la fin de la carrière (en bleu) et le nombre d'heures de travail par an (en rose).

Toutes les données proviennent du rapport de l'OCDE, "Regards sur l'éducation 2012", qui reprend les données disponibles en 2010.

Pour les pays qui ont une devise autre que l'euro, nous avons pris le taux de change moyen entre l'euro et la devise nationale en janvier 2010.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'art cherche sa place à l'école

L'art cherche sa place à l'école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le gouvernement prépare un plan pour renforcer  des programmes qui reposent encore sur la bonne volonté des enseignants.

 

C'était une (petite) promesse de campagne de François Hollande, nichée dans le point n° 19 du projet socialiste pour 2012. En bons soldats, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, se sont donc attelés à la tâche: au Conseil des ministres de mercredi, ils présenteront un plan pour le développement de l'enseignement de l'histoire des arts à l'école. L'idée n'est pas d'annoncer une grande révolution, pour laquelle l'argent manquerait, même si 7 millions d'euros devraient être débloqués sur plusieurs années. Mais le gouvernement veut «instaurer un parcours artistique» tout au long de la vie scolaire, intégrant apprentissage de l'histoire des arts, rencontre avec des artistes, visite de musées, diffusion des bonnes pratiques locales et formation des enseignants à la création artistique. Avec un focus sur les zones rurales ou les zones d'éducation prioritaires (ZEP): les premières parce qu'elles sont éloignées des grands théâtres ou musées ; les secondes parce qu'elles ont d'autres priorités que l'apprentissage de la flûte à bec. «Nous ne recherchons pas seulement à provoquer chez les élèves le choc esthétique cher à André Malraux, mais aussi à pousser le principe d'égalité face à l'art et à la culture», explique-t-on au ministère de la Culture.

...

Actuellement, l'histoire des arts est l'objet d'un enseignement obligatoire, de l'école primaire au lycée, tandis que le brevet des collèges lui réserve une épreuve orale. Au collège, l'histoire des arts représente désormais un quart du programme d'histoire et la moitié des programmes d'éducation musicale et d'arts plastiques, même si aucun programme spécifique n'a été défini par le ministère. Les arts visuels, les arts plastiques et la musique sont au programme des écoliers - avec des professeurs spécialisés pour les petits Parisiens - et des collégiens. Au lycée, les «enseignements artistiques» (arts plastiques, arts appliqués, musique, mais aussi le cinéma et l'audiovisuel, la danse, le théâtre) sont facultatifs. Ils font l'objet, en classe de seconde, d'un enseignement dit «d'exploration» (1 h 30 hebdomadaire), à choisir parmi une dizaine d'autres thèmes. À l'issue de la seconde, au moment des choix, ces enseignements artistiques ne sont ensuite dispensés que dans la filière littéraire...

 

+ l'enseignement de l'histoire des arts en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Italie à partir de ce lien.

more...
No comment yet.