L'enseignement da...
Follow
Find tag "Culture"
20.3K views | +0 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Studio de Formation théâtrale de Vitry : «On accueille des élèves des quatre coins de la France»

Studio de Formation théâtrale de Vitry : «On accueille des élèves des quatre coins de la France» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Florian Sitbon est le fondateur de cette école, implantée aux pieds des HLM, qui offre aux élèves une formation intensive et du temps pour que la créativité dialogue.

 

Vitry-sur-Seine, 38 rue de la Fraternité. Un HLM et, une hésitation. Est-ce bien le Studio de Formation Théâtrale ? En 2005, Florian Sitbon, comédien metteur en scène, décide de fonder cette école de théâtre, implantée à Vitry-sur-Seine et préparant aux concours des trois écoles d’Etat (CNSAD, Ecole du TNS, ENSATT). Actuellement, une cinquantaine d’élèves, répartie sur trois cycles, y suivent une formation intensive. Pour les premier et deuxième cycles, des cours techniques (chant, danse, acrobatie théâtrale, diction), de culture théâtrale (histoire du théâtre et de la mise en scène, découverte des auteurs contemporains) et d’interprétation sont donnés dans le studio. Le troisième cycle, lui, privilégie l’insertion professionnelle.

Des livres, des costumes, des tréteaux... Au fond, une porte donne sur une salle plongée dans le noir. A gauche, deux rangées de gradins ; à droite, trois jeunes comédiens. Dans ce rez-de-chaussée de HLM, on joue du R.W. Fassbinder, on dénonce le fascisme quotidien avec la pièce Preparadise Sorry now.

Bien que la représentation ait lieu la semaine prochaine, ici, on prend le temps pour que les créativités dialoguent. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est la «journée laboratoire» explique Florian Sitbon. Les élèves proposent diverses interprétations du texte tandis que Florian, lui, regarde, conseille, interrompt, approuve, écoute, change d’avis. Et, entre deux scènes, répond à nos questions.

          Comment est né le Studio de Formation Théâtrale ?

             Ces lieux servaient de salle de répétition pour ma compagnie, la compagnie Florian Sitbon. Progressivement, avec mes camarades, on a eu envie de fournir des cours d’excellent niveau de manière intensive et à prix raisonnable. On ne savait pas si ça allait marcher ! On avait choisi Vitry-sur-Seine pour des raisons purement économiques : les locaux n’étaient pas chers. Mais ce qui était un détail pratique est devenu une réelle exigence...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pour la refondation de l'école : 31 - l'éducation artistique, culturelle et scientifique

Pour la refondation de l'école : 31 - l'éducation artistique, culturelle et scientifique | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L’éducation artistique, culturelle et scientifique doit être pleinement intégrée avec l’adaptation et l’utilisation des ressources locales et Internet.

La première des conditions est l’accessibilité de l’information à caractère culturel au plus grand nombre.

Il faut diffuser les liens concernant sites reconnus comme pédagogiquement intéressants.

Il faut créer un cahier des charges pour les musées, centre de vulgarisation scientifique, lieu historique et autre lieu d’exposition à la culture « Grand Public ».

Ce cahier des charges permet :

- vérifier que les informations sont compréhensibles pour tous les publics. Cela demande un effort particulier de pédagogie et de connaissance des techniques de vulgarisation,

- avoir une attention pour replacer les expositions dans le contexte (historique ou métiers nécessaires),

- vérifier le caractère non sexiste des informations.

Il y a des progrès à faire dans de nombreux établissement de culture artistique ou scientifique, pour que les informations données soient utiles et accessibles à tous ceux qui ont acquis ce que j’ai appelé les fondamentaux de niveau 1 du collège.

La deuxième condition est de voir les cours de Sciences ou Histoire y compris de l’art comme ayant deux buts :

- l’acquisition de points de repères (événements ou connaissances scientifiques) en nombres limités pour lesquels l’enseignant utilisera des techniques de mémorisation dans la durée (y compris répétition) et qui devra être acquis par tous y compris par ceux qui maîtrisent insuffisamment la lecture, l’écriture et le calcul....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Culture Lycée», un site web éducatif… et ludique - Éditions Weka

«Culture Lycée», un site web éducatif… et ludique - Éditions Weka | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le site internet « Culture Lycée », lancé par France Télévisions et le ministère de l’Education nationale, permet aux élèves d’accéder aux chefs-d’œuvre du répertoire artistique tout en s’amusant.

 

En octobre 2010, le groupe audiovisuel lançait « Ciné Lycée », une plateforme permettant aux lycéens d'organiser au sein même de leur établissement des projections de près de 200 chefs-d'œuvre du cinéma français et étranger. Forte de son succès, l’opération s’est étendue : les élèves disposent aujourd’hui d’un « catalogue de classiques du cinéma, de captations d'œuvres de théâtre, de musique, de danse et d'opéra, ainsi que de documentaires portant sur les arts visuels et le patrimoine ». En quelques clics, ils accèdent à des fiches explicatives, des dossiers pédagogiques et des articles, afin de mieux comprendre les œuvres présentées. A l'affiche en ce moment, l'histoire de la Nouvelle vague, L'Île des esclaves ou encore, La Traviata....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Aux-Etats-Unis, un Français fait entrer le hip-hop à l'université

Les Inrocks - Aux-Etats-Unis, un Français fait entrer le hip-hop à l'université | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'université d'Arizona est la première à ouvrir un parcours dédié à la culture hip-hop. Au programme : du rap, du street art, du cinéma, de la danse et des va-et-vient entre la France et les États-Unis.

 

Explications avec Alain-Philippe Durand, responsable du parcours.

Ça vous dirait d’étudier Jay-Z, NTM ou encore Grandmaster Flash à la fac ? C’est désormais possible à l’université d’Arizona, aux États-Unis, où le Français Alain-Philippe Durand, auteur de Black, Blanc, Beur. Rap Music and Hip-Hop Culture in the Francophone World (Scarecrow Press, 2002) et professeur de français à l’université, a ouvert avec l’aide de ses collègues un programme de six cours sur la culture hip-hop au sein d’un diplôme baptisé “Africana Studies”. Un projet universitaire qui fait saliver et qui constitue une grande première, mais qui en laisse plus d’un sceptique. Et il y a de quoi. Car comment  étudie-t-on le hip-hop à l’université ? Pour Alain-Philippe Durand, il faut tout d’abord définir ce qu’est le hip-hop, à savoir “une culture à l’intérieur de laquelle il y a plusieurs modes d’expression, comme le rap, la danse ou encore l’art de rue”. Le rap ne sera donc pas la seule forme étudiée. Loin de là. Seront aussi décortiqués, dans une logique d’inter-disciplinarité, les rapports entre le hip-hop et le cinéma, et le hip-hop et l’Amérique latine. Un beau programme en perspective.


De Grandmaster Flash à Public Enemy

Dans son cours, Alain-Philippe Durand se concentrera, lui, sur l’étude de morceaux de rap, d’un point de vue socio-historique plus que littéraire, avec pour référent la notion de paradoxe, sur laquelle repose selon lui la culture hip-hop :

“Le hip-hop a commencé avec des laissé-pour-compte qui prenaient le micro pour se faire entendre. Mais, pour être entendus, ils devaient rentrer un peu dans le système. Certains l’ont fait à 150%, d’autres ont essayé de maintenir une autonomie.”...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quand des collégiens apprennent à écouter la ville - Radio - Télérama.fr

Quand des collégiens apprennent à écouter la ville - Radio - Télérama.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Paris bruit-il ? Epier les tintements, traquer les grincements : micro en main, des élèves découvrent les murmures de la ville.

 

En jean, baskets et sweater, le smartphone non loin de la paume, ils sont affalés sur leur chaise au sous-sol d'un collège de Malakoff, en région parisienne. Déclarent écouter Fun radio ou Rire et chansons, avoir déjà entendu le trafic routier ou les résultats sportifs, et découvrent bouche bée qu'une matière sonore peut les interroger ou les faire voyager. Cette quinzaine d'élèves de troisième professionnelle suit un atelier d'initiation au son, organisé par Mathilde Guermonprez et Thomas Guillaud-Bataille. Deux réalisateurs de documentaires, qui participent au projet Identité et environnement sonore, mené par l'ensemble Les Cris de Paris en association avec Arte radio. Leur but ? Faire oublier à ces adolescents leurs habitudes de « consommation » sonore passive, les amener à écouter pleinement et à questionner ce qui les entoure.

« Notre ensemble a emprunté son nom à une pièce du compositeur Clément Janequin, qui reproduit les cris de différents marchands et artisans de la Renaissance, explique Olivier Michel, administrateur des Cris de Paris. Le cadre sonore revêt donc pour nous une importance particulière. » Initiée en 2009 et principalement financée par des conseils généraux, l'opération a pris de l'ampleur : l'Ircam (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) s'est embarqué dans l'aventure, et le nombre d'établissements concernés a crû – une demi-douzaine l'année prochaine, contre deux au démarrage....

more...
No comment yet.