L'enseignement da...
Follow
Find tag "Bilan"
19.0K views | +3 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rythmes scolaires: le stress comme matière principale

Rythmes scolaires: le stress comme matière principale | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Multiplication des intervenants, manque de locaux, horaires inadaptés... Loin de favoriser le « bien-être » des élèves, la désorganisation de la réforme a plutôt tendance à les épuiser.


«C’est la première fois que j’entends mon enfant me dire : ‘‘Maman, je ne veux pas aller à l’école.’’ » Sonia a beau être patiente, l’inquiétude la gagne de jour en jour. Un mois après la rentrée scolaire, cette mère d’élève partage le constat de nombreux parents et enseignants : loin d’améliorer le « bien-être » de l’enfant, la réforme des rythmes se révèle, pour l’instant, bien épuisante. Sur le papier, celle-ci devait desserrer l’étau scolaire en répartissant le même nombre d’heures de cours sur 4,5 jours au lieu de quatre. Le temps gagné, lui, devant être consacré à des « activités périscolaires », à la charge des communes. Mais voilà. À l’usage, ce bel ordonnancement bat de l’aile.

 

Un problème surtout pour les maternelles

Multiplication des intervenants, manque de locaux, horaires inadaptés... Ces reproches reviennent en boucle. « On constate une dégradation du climat scolaire », confirme Jérôme Lambert, responsable du SNUipp-FSU Paris, qui a publié hier les résultats d’une enquête dans 160 écoles de la capitale. Ici, la municipalité a décidé de réduire le temps de classe du mardi et du vendredi. Résultat ? Le lundi, les cours se terminent à 16 h 30, le mardi à 15 heures, le mercredi à 11 h 30, le jeudi à 16 h 30 et le vendredi à 15 heures...« Les enfants n’ont pas deux jours consécutifs semblables, s’agace un directeur d’école. C’est un problème surtout pour les maternelles qui ont besoin de régularité pour se structurer. » Jérôme Lambert confirme cette « perte des repères spatio-temporels » chez les plus petits qui voient se succéder dans leur classe la maîtresse, les Atsem, les animateurs de centre de loisirs, un intervenant de théâtre... « D’une manière générale, cette désorganisation provoque beaucoup de stress chez les adultes comme chez les enfants qui ne savent jamais ce qu’ils vont faire dans la journée. »

 

Chronobiologie

À regarder les organisations retenues par les 4 000 communes appliquant la réforme, on se dit que les préconisations des chronobiologistes ne sont également qu’un lointain souvenir. Souvent, le choix a été de placer les activités périscolaires après la classe, entre 15 h 30 et 16 h 30, au moment où « le pic de vigilance » des enfants est censé remonter... Mais pour beaucoup l’aberration suprême a été d’appliquer la même réforme en maternelle. ..



more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation, le parent pauvre de l'Egypte | Slate Afrique

L'éducation, le parent pauvre de l'Egypte | Slate Afrique | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les élèves des écoles gouvernementales égyptiennes attendent toujours leur révolution. L'avenir du pays est en jeu.

 

Des semaines et des semaines de débats, de violents accrochages et une Constitution adoptée, sans que le mot éducation n’apparaisse une seule  fois. Si ce n’est pour rappeler une fois de trop l’ignorance et la crédulité des Egyptiens.

Or, la déliquescence des services publics comme celui de l’éducation est un défi pour l’Egypte post-Moubarak.

L’ignorance pointée du doigt par les libéraux ne naît pas de nulle part. C’est le système éducatif égyptien qui en est le concepteur. Mohammed El-Baradei, alors président de l’Agence internationale de l’énergie atomique, disait déjà, en 2010:

«Nous pouvons transformer l'Egypte en un Etat moderne et en un Etat modéré, grâce à l'éducation.»

Selon l'Unicef, 95,4% de la population âgée entre six et 18 ans est inscrite à l'école. Malgré cela, l'agence onusienne observe que «la qualité de l'enseignement reste un défi majeur qui entrave la capacité des enfants à développer leur plein potentiel».


Près de deux ans après la révolution égyptienne, l’éducation demeure le parent pauvre du pays, au même titre que tous les services publics délaissés par l’Etat depuis la libéralisation de l’économie égyptienne, dans les années 1970, puis à plus grande échelle, dans les années 1990.  

Iman Farag, spécialiste de l’éducation en Egypte espérait pourtant, quelques mois après la révolte populaire qui a mis fin au règne d’Hosni Moubarak, que le thème de l’éducation fasse enfin son apparition dans les débats politiques. Elle était alors persuadée que tout changement viendrait d’une refonte du système éducatif égyptien.

Or, ce système ne semble pas être remis en question par le président islamiste Mohammed Morsi. Ce dernier ne cesse d’appeler à la nahda (renaissance) égyptienne dont les Frères musulmans seraient les grands instigateurs....


more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La double crise de l'éducation en Afrique affecte les économies et alimente l'instabilité - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain

La double crise de l'éducation en Afrique affecte les économies et alimente l'instabilité - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

GENÈVE, le 25 septembre 2012 – La double crise de l'éducation en Afrique renforce les inégalités et alimente l'instabilité politique, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Africa Progress Panel, qui porte à la fois sur les aspects qualitatifs et quantitatifs de l’éducation africaine.Entre 2000 et 2009 le nombre d’enfants en dehors du système scolaire est tombé de 42 à 30 millions. Malgré tout l’Afrique, dont la population connaît la plus forte croissance au monde, risque toujours de voir 17 millions d’enfants non scolarisés en 2025, une décennie après la date de 2015 choisie par la communauté internationale pour atteindre l’éducation primaire universelle.

Kofi Annan, Président de l’Africa Progress Panel a déclaré que « nombre d’enfants africains reçoivent une éducation d’une qualité déplorable. Loin de se préparer pour une économie mondialisée, des millions d’Africain sortent de l’école primaire sans les compétences de base en lecture et en calcul. Ils font face à un risque de marginalisation, de pauvreté, de précarité d’emploi et de chômage. »

À titre d’exemple, des 173 millions de jeunes Africains âgés entre 15 et 24 ans, on estime que 1 sur 5 est sans emploi, un taux de chômage des jeunes qui se situe juste derrière celui que l’on trouve au Moyen Orient, selon le rapport de l’Africa Progress Panel. Les mouvements sociaux au Moyen Orient, appelés collectivement le Printemps arabe, ont en effet mis en lumière les dangers de l’incapacité à créer assez d’emplois pour une population jeune en augmentation.

Selon Kofi Annan, « le dénominateur commun entre ces mouvements est le sentiment partagé de frustration et de colère concernant le manque d’implication des gouvernements et le manque d’emplois, de justice et d’équité »....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Éducation? Wooouuhhoouu!!*

L'Éducation? Wooouuhhoouu!!* | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

En ce début du dernier droit de la campagne électorale 2012, nous pouvons affirmer sans détour que si elle aura été marquée par certains événements et paroles mal placées, elle ne passera pas à l'Histoire comme l'une des plus enlevantes, loin s'en faut.

D'accord, François Legault reprend du poil de la bête dans les sondages à la suite de ses performances acceptables lors des débats, Québec Solidaire a eu une visibilité médiatique soudaine grâce à l'excellente et franche prestation de Françoise David au débat à quatre (Mme David, si seulement vous aviez acceptée de changer de comté...), Pauline Marois s'est fait « bardasser » au sujet du Référendum d'Initiative Populaire (comme si c'était facile de récolter 850 000 signatures!) et qui affirme que le Docteur Barrette pourrait avoir de meilleures habitudes de vie, Jean Charest fidèle à lui-même, arrogant et suffisant. Pas de quoi fouetter un chat, en somme.Ce dont ont parle beaucoup, mais uniquement de son absence, c'est l'éducation. Conflit étudiant ? Jamais entendu parler...Ah oui, les gens qui tapent sur des casseroles, plusieurs manifestations de plus de 100 000 personnes avec un 300 000 comme point culminant (le SPVM dirait plutôt 12 345), Gabriel Nadeau-Dubois, une Ministre de l'Éducation sacrifiée pour sauver la face, sa remplaçante empêtrée dans des scandales de permis de garderie, Léo Bureau-Blouin au PQ, des accusations malsaines envers la totalité de la jeunesse québécoise qui éventuellement paiera pour ces mêmes personnes qui l'ont traité de tous les noms, l'émeute de Victoriaville, les blagues de Jean Charest et pourquoi pas, le panda anarchiste contre le « Sergeant Pepper »!

Plus de 6 mois d'une contestation sans précédent jetée aux oubliettes, reléguée à l'arrière-plan d'une campagne où le référendum (qui n'est pas pour demain), le rapport Moisan (sérieusement, Jean, tu nous prends pour des valises!), l'embonpoint du Docteur Barrette (on s'en sacre!) et le ménage de Legault (j'espère qu'il songe à cloner Jacques Duchesneau) ont eu une place médiatique de choix....

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bac: La réussite est en hausse pour les filières général et techno, en recul pour le bac pro

Bac: La réussite est en hausse pour les filières général et techno, en recul pour le bac pro | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
ÉDUCATION - Les résultats ont été dévoilés aux élèves ce vendredi...

 

Les premiers résultats du bac 2012 sont en hausse pour les filières général et techno mais en recul pour le bac pro, par rapport à 2011, selon les chiffres provisoires du ministère publiés ce vendredi, à l'issue d'une journée qui a mis fin à un suspense pour des milliers de candidats.

Les 703.059 candidats au bac 2012 savent dorénavant s'ils sont reçus, recalés ou convoqués à l'oral de rattrapage. A l'issue du premier groupe d'épreuves écrites, et pour près de 90% des candidats présents, le taux de réussite au bac général est de 79,3% (+2,4 points par rapport à 2011), celui du bac technologique de 69,0% (+0,7 point) et celui du bac professionnel de 68,8% (-6,1 points).

Le taux de réussite du bac scientifique est de 82,6%, soit une progression de 2,6 points par rapport au bac 2011. Au bac littéraire, le taux de réussite est de 73,3% (+2,2 points). Il est de 77,3% au bac économique et social (+2,2 points), de 68,8% au bac pro (-6,1 points), de 73,4% aux bacs technologiques industriels (+3,4 points) et de 67,3% aux bacs technologiques tertiaires (-0,3 point).

Il s'agit de résultats provisoires, qui seront complétés par les épreuves de «rattrapage» organisées jusqu'à mercredi. En 2011, le taux de réussite au baccalauréat avait atteint les 86% (85,8% en 2010). Cette année, quatre millions de copies ont été corrigées et 175.390 correcteurs et examinateurs ont été mobilisés pour cet examen emblématique créé par Napoléon en 1808...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Billet de fin d'année scolaire: hommage aux professeurs

Billet de fin d'année scolaire: hommage aux professeurs | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Si on se fie uniquement aux médias, on peut avoir l'impression que tout va mal dans les écoles, que les professeurs ont perdu le contrôle et qu'ils sont incompétents.

 

C'est loin d'être le cas, bien sûr. Sauf que le même principe s'applique toujours, « Good news is no news »: les manchettes concernent des cas d'exception. Mais, bombardés que nous sommes par les histoires les plus désolantes, on finit parfois par l'oublier.Et c'est pourquoi, alors que l'année scolaire se termine, et que mes propres garçons terminent le primaire, je veux rendre hommage à ceux et celles qui les si bien accompagnés pendant toutes ces années. Et, en même temps, à tous ces professeurs du primaire et du secondaire au sujet desquels vous ne verrez jamais rien aux nouvelles, ou en première page des journaux. Parce qu'ils font remarquablement bien leur travail, et que personne ne songe à s'en plaindre.

On ne lit rien dans les médias au sujet de professeurs qui, par exemple, conçoivent une véritable « classe virtuelle » sur Internet, comme l'a fait le professeur de 5e année de mon garçon: un site où les élèves de la classe pouvaient échanger de la connaissance, des suggestions de lecture, et se poser mutuellement des questions. Un jeune professeur dont les notes aux parents, par ailleurs, étaient toujours rédigées dans un français impeccable, tout comme celles de la tout aussi jeune professeur de 6e année de mon garçon. Ce sont peut-être des exceptions, mais voilà au moins deux exemples contraires à la notion que les plus jeunes, en enseignement, ne savent plus écrire.

Alors, je prends un moment pour rappeler qu'il y a des gens comme ce professeur de musique, qui compose de remarquables chansons qui parlent de la réalité de l'école, pilote une chorale... le tout en débordant largement des heures de travail régulières....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education, Sarkozy n'a pas la moyenne

Education, Sarkozy n'a pas la moyenne | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
«Libération» regarde dans le rétro et décrypte les principales réformes lancées par Nicolas Sarkozy en tant que président. Aujourd'hui, l'éducation.

Par MARIE PIQUEMAL, VÉRONIQUE SOULÉ

 

Au début de son mandat, Nicolas Sarkozy avait promis une «refondation» de l’école dans sa «Lettre aux éducateurs», tirée à un million d’exemplaires. En cinq ans, il a multiplié les réformes controversées et supprimé 80 000 postes, et laisse des enseignants amers d’avoir été aussi mal traités.

 

La formation des enseignants : zéro pointé

A l’origine, «mieux payer les profs»

 

Dès avril 2008, Nicolas Sarkozy annonce une réforme de la formation des enseignants, appelée «masterisation» : désormais les profs, du primaire comme du secondaire, devront avoir un master (bac+5), au lieu d’une licence (bac +3) la plupart du temps, pour passer le concours. Il explique que la revalorisation des profs est une «priorité» et que la masterisation va permettre de «payer davantage les jeunes enseignants». Officiellement, il s’agit aussi de s’aligner sur le reste de l’Europe où, majoritairement, les profs ont un master....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

C'est classe !: Nicolas Sarkozy et l'école: paroles, paroles, et toujours des paroles....

C'est classe !: Nicolas Sarkozy et l'école: paroles, paroles, et toujours des paroles.... | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Si on avait écouté Nicolas Sarkozy, les élèves de CM2 parraineraient un enfant juif exterminé durant la Shoah, les lycéens liraient à chaque anniversaire de sa mort la lettre, poignante, du jeune communiste Guy Môquet peu avant son exécution par les Allemands en 1941, les parents choisiraient librement l'école de leur enfant, l'échec scolaire serait divisé par trois en fin de primaire, les collèges en difficultés auraient moins d'élèves et plein de moyens en plus, l'autorité et la discipline règneraient en maître en classe, les élèves sortiraient bilingues du lycée, etc, etc....

 

Nicolas Sarkozy est sans doute l'un des présidents qui a le plus parlé sur l'école. A peine élu, il a publié une "Lettre aux éducateurs", un fascicule de 32 pages publié à un million d'exemplaires et envoyé à tous les profs de France, où il développe sa vision de l'école. Puis il a enchaîné les discours, a annoncé des réformes, grandes et petites, a fait des promesses, chiffrées ou non...

Durant ces 5 ans, le président a ainsi beaucoup parlé et a beaucoup varié aussi. Il a tenu un certain nombre de promesses - comme la création des "internats d'excellence" pour les élèves "méritants", la réforme du lycée, celle des progammes du primaire, la "masterisation" (le fait de recruter les enseignants au niveau master et non plus au niveau licence, comme jusqu'ici dans la plupart des cas), le service minimum d'accueil en cas de grève dans le primaire, la revalorisation, limitée, des profs en début de carrière, etc -.Mais il en a aussi beaucoup oubliées en route et s'est aussi pas mal renié. Voici une sélection choisie, et donc forcément arbitraire, de ces "oublis" et de ces renoncements:...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le réquisitoire de la Cour des comptes contre la réforme de la formation des enseignants - LeMonde.fr

Le réquisitoire de la Cour des comptes contre la réforme de la formation des enseignants - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Selon la Cour des comptes, la réforme de la mastérisation, qui a fait passer le niveau de recrutement des enseignants de bac+3 à bac+5, n'a pas engendré toutes les économies attendues et n'a pas amélioré la qualité de l'enseignement.

 

La Cour a refait le calcul. La suppression de 9 567 équivalents temps plein aurait pu rapporter 707 millions d'euros en 2011. Mais, une fois enlevé le coût de mesures d'accompagnement, comme la revalorisation des débuts de carrière (38 millions d'euros), les bourses au mérite versées aux étudiants (25 millions) ou les indemnités de tutorat (27 millions), il ne reste plus que 370 millions d'économies. Les magistrats se sont arrêtés là dans leur calcul, suggérant qu'il faudrait aussi ôter le coût supplémentaire pour la nation des deux années d'études qui mènent de la licence au master – à 10 000 euros l'année par élève...

 

"Plus de 70% des enseignants recrutés au mois de juin précédent n'avaient aucune expérience de l'enseignement. Or les conditions de leur prise de fonctions à plein-temps n'ont pas fait l'objet d'une attention suffisante", relève la Cour, qui estime que "ce nouveau dispositif a été engagé pour pouvoir tirer parti le plus rapidement possible des économies d'emplois qu'il permettait"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Éducation : retour sur cinq ans de casse | Humanite

Éducation : retour sur cinq ans de casse | Humanite | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Les multiples réformes lancées par Nicolas Sarkozy dans l’enseignement primaire et secondaire ont débouché sur un accroissement des inégalités scolaires, au profit des milieux les plus favorisés. Florilège.

 

*Assouplissement de la carte scolaire: Grand débat de la précédente présidentielle, « l’assouplissement » de la carte scolaire a été mise en œuvre dès septembre 2007 par Xavier Darcos. Cette réforme devait améliorer « la mixité sociale » dans les collèges et lycées en permettant aux parents de quartiers défavorisés de mettre leur enfant dans l’établissement de leur choix. La mesure a produit l’effet exactement inverse......

 

*Réforme de la formation des maitres: Autre grand chantier du quinquennat, l’évolution de la formation des maîtres a bouleversé la profession. Obligation d’être titulaire d’un master 2 (bac+5) au lieu d’une licence (bac+3) et suppression de l’année de stage rémunéré en alternance : cette réforme a, paradoxalement, anéanti la professionnalisation de la formation qu’il s’agissait pourtant de renforcer... Les témoignages d’enseignants débutants, lâchés dans les classes à plein temps sans aucune expérience, se sont multipliés.....

 

*Politique d’éducation prioritaire:« Dans les quartiers où s’accumulent tous les problèmes de l’exclusion et du chômage, je propose de créer des classes de quinze élèves dans les collèges et les lycées », avait promis Nicolas Sarkozy en 2006. De ce point de vue, les établissements de l’éducation prioritaire n’ont rien vu venir. Au contraire.....

 

*Appauvrissement de l’éducation nationale:L’effort global de financement de l’éducation a reculé ces dernières années. La Dépense intérieure d'éducation (DIE) a baissé de près d'un point de PIB entre 2000 et 2009. Quant au budget du ministère de l'Education nationale, il ne représentait plus que 21% du budget de l'Etat en 2010 contre 28% en 2007.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un débat sur l'éducation passionné?

Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…

Lors de ses vœux à la presse, Luc Chatel n’a pas manqué – en toute modestie – de se féliciter des réformes « structurelles » et « fondamentales » de l’Ecole entreprises au cours du quinquennat : réforme du lycée, dispositif d’éducation prioritaire Eclair, expérimentation sur les rythmes scolaires, projets de réforme de l’évaluation des enseignants et de la gouvernance des établissements.
Et le ministre de l’Education n’a pas hésité à mettre en avant que la droite avait aujourd’hui « une vraie vision de l’éducation, ce qui n’a pas été toujours le cas ». In fine, Luc Chatel a promis une année 2012 passionnante, puisque l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » lors de la campagne des présidentielles.

Il semble qu’il ne sera pas déçu...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Monsieur le président, le monde de l'éducation n'attend pas vos vœux !

Monsieur le président, le monde de l'éducation n'attend pas vos vœux ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
 Monsieur le président de la République,

Venir aujourd'hui adresser ses vœux au monde de l'éducation sera certainement l'occasion pour vous de revenir sur vos cinq années de mandat et de légitimer votre action. Quoi de plus normal pour un président de la République ? Mais c'est oublier que vous avez méprisé durant tout votre mandat l’Éducation nationale et l'Enseignement supérieur !

Depuis votre arrivée, ce sont plus de 65.000 postes dans l’Éducation nationale qui auront été supprimés, alors que dans le même temps le nombre d'élèves augmente en primaire et au collège. La conséquence directe de ce choix est l'augmentation du nombre d'élèves par classe et donc une dégradation quasi systématique de la qualité de l'enseignement.

Cette politique est évidemment contre-productive, surtout si l'on y adosse le nombre d'élèves qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme. Alors que tous s’accordent à penser que l’éducation pour tous au plus haut niveau doit être une priorité dans une société qui fait le choix de l’avenir, vous menez une politique qui ne fait que renforcer l’exclusion du système éducatif. Pari surprenant de votre part lorsque l'on sait que le diplôme reste encore la meilleure arme contre le chômage.

Et pourtant, malgré de multiples interpellations par les acteurs du monde de l'éducation, vous avez fait le choix de persister ! Le constat est rude, l'Ecole de la République est aujourd'hui affaiblie. Alors qu'elle doit être le moteur de l’ascenseur social, elle est aujourd'hui, par votre faute, le lieu de la reproduction sociale....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ?

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Fonction régalienne par excellence, l’Education nationale n’en reste pas moins un des ministères qui ne trouve jamais ministre à son pied. Ainsi, fidèle à son habitude, à chaque changement de majorité, chaque gouvernement s’empresse de réformer, avec des projets souvent bien loin de la réalité du terrain.

Une n-ième réforme des rythmes scolaires

            Le projet d’une refonte totale des rythmes scolaires n’était pas une surprise, puisqu’annoncée de longue date par le candidat François Hollande au cours de sa campagne présidentielle. Pour autant, quelle ne fut pas la stupéfaction des Français suite à l’annonce du ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, quant à son projet de réduire la durée des vacances d’été : de huit semaines aujourd’hui, elles passeraient à six semaines, réparties en deux zones distinctes, à l’horizon 2015. A l’image de Xavier Darcos, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qui ne maîtrisait pas la « règle de trois », il semblerait que, là encore, notre ministre ne soit pas fidèle aux principes mêmes de la pensée philosophique, qui invite à s’interroger avant de prendre le risque de déclencher une nouvelle polémique.

Comment peut alors envisager la tenue d’un examen national comme le baccalauréat dans de telles conditions ? A moins que ce ne soit un indice supplémentaire en faveur de la mise en place d’un contrôle continu au lycée, plus favorable aux élèves mais surtout aux caisses de l’Etat : en effet, près de 50 millions d’euros1 par an sont consacrés à ces sacro-saintes épreuves.  La disparation du Baccalauréat entrera-t-elle dans un des prochains projets de loi de finances ?

 

Difficile de n’avoir pu le remarquer, ce bandeau publicitaire qui fleurissait un peu partout pour encourager les jeunes étudiants à s’inscrire au concours d’entrée dans l’enseignement. L’objectif était clairement affiché : recruter, pour la rentrée prochaine, près de 40 000 enseignants supplémentaires pour faire face à la politique de réduction du nombre de fonctionnaires du précédent gouvernement. S’il est un secteur dans lequel l’Etat se doit d’investir, c’est bien envers la jeunesse, mais à quel prix !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La révolution numérique de l'éducation a-t-elle eu lieu? - Sciences - France Culture

La révolution numérique de l'éducation a-t-elle eu lieu? - Sciences - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

A quelques encablures de la Maison de la radio, porte Dauphine les Assises du numérique viennent tout juste de fermer leur porte. Pour cette cinquième édition, l’un des thèmes abordés a été : « De la craie à la tablette numérique : la révolution éducative ». La formulation révèle, peut-être, le fond du problème. La révolution de l’éducation par le numérique est souvent abordée par le biais du matériel. Les ordinateurs, les logiciels, les écrans, Internet ou Twitter seraient les acteurs de cette révolution. Or, la publication, cette semaine du résultat du projet SynergyNet, une expérience sur 400 élèves coûtant 15 millions d’euros menée en Grande-Bretagne pour évaluer l’impact des bureaux-écrans multitouch sur l’apprentissage des maths, est essentiellement axée sur l’organisation de la salle de classe autour de ces outils. Plus interactif, l’équipement de la salle de classe baptisée Star Trek, a permis d’enregistrer des progrès de 46% des élèves contre 16%, dans le même temps, avec les traditionnelles feuilles de papier. 

La révolution éducative naîtrait ainsi des modes d’apprentissages que la technologie rend possible. Et au cœur de ces modes d’apprentissage,  on trouve, bien entendu, le professeur, l’enseignant sans lequel rien n’est vraiment possible. Lors des Assises du numérique, installées au milieu de l’université de Paris-Dauphine, on pouvait apercevoir, par les fenêtres, des salles de classe strictement identiques à celles des années 1970. Le professeur, devant un tableau maniait la craie face à des élèves. La révolution de l’éducation a-t-elle eu lieu ici ? On peut tenter de répondre à cette question mais également s’interroger sur son sens véritable et sur ses réelles implications sur le système éducatif dans son ensemble. 

Où en est le système éducatif français dans cette révolution si souvent annoncée ?

Comment la France peut-elle se retrouver distancée dans la plupart des classements internationaux d’évaluation du niveau scolaire des élèves ?

Pourquoi les multiples expérimentations concluantes de nouvelles pédagogies exploitant les nouvelles technologies ne parviennent-elles pas à la généralisation ?

Quels sont les points de blocage qui pénalisent la France ?

Qu’attendent les enseignants pour franchir le pas ?

 

Durée de l'émission: 57 minutes.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Europe comble son retard en matière d'enseignement en ligne

BRUXELLES, September 26, 2012 /PRNewswire/ --

Croissance rapide de l'offre, de la demande et des possibilités de financement - un nouveau portail internet sur l'enseignement à distance vient d'être lancé.

 

La disponibilité et la popularité de l'enseignement en ligne sont en hausse en Europe. Suite aux développements révolutionnaires dans l'enseignement en ligne aux États-Unis, l'Europe est en train de rattraper son retard, augmentant à la fois les possibilités de financement et les infrastructures. Pour mieux sensibiliser sur l'enseignement en ligne en Europe, un nouveau portail internet apporte éclairage et transparence aux multiples options disponibles qui sont en rapide croissance.

Durant la dernière décennie, les Etats-Unis ont fortement investi dans l'enseignement en ligne: il est déjà prévu que l'enseignement en ligne américain dépasse l'enseignement traditionnel en 2015. L'Europe se dirige maintenant vers la même direction. Dans son prochain programme " Erasmus Pour Tous ", la Commission Européenne met plus de financement à disposition pour soutenir l'enseignement à distance en Europe.

Traditionnellement, en Europe l'enseignement en ligne est associé à des établissements commerciaux, parfois de qualité douteuse. Toutefois, comme l'enseignement à distance rend l'enseignement supérieur plus accessible et abordable, il " est devenu une réponse importante aux défis éducatifs actuels et aura un impact significatif sur notre paysage éducatif ", comme le déclare Piet Henderikx, Secrétaire Général de l'Association Européenne des Universités d'Enseignement à Distance (EADTU). Aujourd'hui, environ 500 institutions européennes de l'enseignement supérieur offrent des formations à distance, et cela avec un succès croissant: en un an, le taux d'inscription a augmenté de 15-20% tandis que l'offre a progressé de 40%...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’éducation et la formation sur de bonnes notes -- Vietnam+ (VietnamPlus)

L’éducation et la formation sur de bonnes notes -- Vietnam+ (VietnamPlus) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le secteur de l’éducation et de la formation du Vietnam a terminé l’année scolaire 2011-2012 sur de bonnes notes, notamment le fort développement de la maternelle et l’éducation pour les élèves des ethnies minoritaires en situation difficile.

En juin dernier, les provinces de Bac Ninh et Hoà Binh (Nord) ont été les deux premières localités à avoir achevé la généralisation de l’ enseignement maternel pour les moins de cinq ans . Malgré les difficultés qu'elles ont rencontrées, notamment le manque de salles de classe et d’enseignants, 42% des communes ont accompli la généralisation de l’enseignement maternel.

Le réseau d’écoles avec internat a été continuellement développé en qualité comme en étendue. Les 294 écoles qui ont été créées dans 50 provinces et villes sous l'autorité centrale accueillent 80.832 élèves. Elles donnent une priorité à l’orientation professionnelle, à l’apprentissage professionnel... Grosso modo, la qualité de l’éducation des écoles avec internats s’améliore de plus en plus, raison pour laquelle la moitié de leurs élèves réussissent les concours d’entrée aux universités et aux IUT.

Point notable, 2011-2012 est la première année scolaire où le secteur de l’éducation et de la formation a appliqué la politique de sélection directe à l’université des élèves diplômés du baccalauréat de 61 des districts les plus démunis du pays...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Violence à l’école : plus de deux mille élèves exclus en 2011

Violence à l’école : plus de deux mille élèves exclus en 2011 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un total de 2.163 exclusions ont été constatées en 2011 dans l'enseignement fondamental et secondaire (ordinaire et spécialisé) en Wallonie et à Bruxelles.

 Ces chiffres, plutôt interpellant, sont issus des statistiques avancées par l’Observatoire de la violence à l’école. Quand on sait que 64% des motifs d’exclusiond’un élève sont dus à des faits de violence, peut se poser des questions… D’autant que septante-sept élèves ont été exclus plus d’une fois sur l’année scolaire.

Au final, entre le 30 juin et le 15 septembre, on a enregistré 588 refus d’inscription – ce qui correspond à une exclusion définitive – dont 81% concernaient des garçons. Mais où retrouve-t-on ces élèves chahuteurs et/ou difficiles? Principalement dans les classes de 3e année professionnelle (18%) – l’ado est en moyenne âgé de 15-16 ans – et de 1ère année complémentaire (11%).

Mais pour mieux comprendre l’ampleur du phénomène – et observer une baisse ou une hausse des exclusions et donc l’efficacité (ou non) des politiques mises en œuvre – il faudrait pouvoir comparer avec les chiffres de 2010… ou de 2009. Seulement voilà, il n’y en a pas! Les dernières statistiques disponibles remontent à… 2002-2003. Cette année-là, on avait enregistré 1.036 exclusions d’élèves. Ce qui signifie que dix ans plus tard, la situation ne s’est pas améliorée, au contraire....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Bilan décevant du soutien à l'école primaire

Bilan décevant du soutien à l'école primaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Interview de Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp (syndicat du primaire affilié à la FSU)...

 

Votre enquête révèle que huit enseignants sur dix ne sont pas ou peu satisfaits par l’aide personnalisée mise en place il y a trois ans sous Xavier Darcos. Quels sont leurs reproches ?

 

Selon les 18 625 enseignants qui ont répondu à notre consultation en ligne, l’aide personnalisée peut s’avérer utile pour les enfants présentant des difficultés légères. En revanche, ils la trouvent inadaptée pour les enfants ayant des problèmes plus lourds, qui devraient plutôt relever des Rased (réseaux d’aides spécialisés aux élèves en difficulté), mis à mal par la droite - 8000 postes d’enseignants Rased ont été supprimés et 250 000 élèves sont sortis du dispositif. Ensuite, comme l’aide personnalisée se déroule le matin avant 8h30, ou sur l’heure du midi, ou après la fin de la classe à 16h30, elle alourdit considérablement la journée scolaire d’enfants qui sont déjà fragiles. Enfin, le dispositif est le même, avec les mêmes ressources, quelle que soit l’école. Or dans les écoles de centres- villes, les plus favorisées, il n’y a que deux-trois élèves concernés, qui peuvent donc être suivis tous les jours. Tandis que, dans les zones d’éducation prioritaires, là où une vingtaine d’élèves ont besoin de soutien, les enseignants suivent cinq élèves le lundi, cinq autres le mardi et ainsi de suite. L’école fait bien réussir ceux qui réussissent déjà bien…

 

Quelle forme de soutien scolaire pourrait se montrer plus adaptée ?

Cette expérience de l’aide personnalisée a montré l’intérêt du travail en petits groupes d’élèves. Cela permet à l’enseignant de mieux observer l’écolier dans sa manière de travailler, donc d’adapter son enseignement. Cela instaure un climat de confiance avec l’enfant. Cela permet aussi à ce dernier de mieux prendre la parole, notamment en maternelle où le développement du langage est si important. Il faut stimuler les « petits parleurs ».....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

C'est classe !: Universités: la réforme en trompe l'oeil

C'est classe !: Universités: la réforme en trompe l'oeil | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
"Si l'école, c'était une question de moyens, alors on aurait l'école la plus performante du monde", va répétant le candidat Nicolas Sarkozy.

Paraphrasons-le: "si l'université, c'étaient des promesses de crédits, alors on aurait l'université la plus riche du monde"...A l'heure du bilan, la réforme des universités, présentée comme "la" réforme du quinquennat, apparaît de plus en plus pour ce qu'elle est: beaucoup de gesticulations, des annonces à foison, une litanie de promesses (d'argent), et à l'arrivée bien peu de concret. Une réforme largement en trompe l'oeil, que Nicolas Sarkozy va avoir plus de mal que prévu à "vendre" durant sa campagne.

Avec la réforme de l'autonomie (mise en place par la loi LRU d'août 2007), le milliard d'euros supplémentaire qui devait aller chaque année au budget du sup et la recherche, les plans annoncés à grands fracas comme l'Opération Campus - 5 milliards d'euros pour des "campus d'excellence" - et les Investissements d'avenir - 22 milliards officiellement pour le sup et la recherche - , on nous annonçait des universités qui allaient enfin briller dans le classement de Shanghai et des campus dont on n'aurait plus à rougir à côté des américains...

 

Que voit-on aujourd'hui ? On pourra brandir tous les chiffres de dotations en capital qu'on veut, la réalité est tenace: des universités dans le rouge, certaines obligées de "geler" des postes (c'est-à-dire ne pas les pourvoir), des étudiants toujours aussi nombreux dans les amphis, avec un lourd échec les premières années, des enseignants-chercheurs et des chercheurs toujours aussi mal payés par rapport à leurs collègues étrangers, des campus pas vraiment rénovés avec des BU fermées le week-end ou après 19 heures, etc. Pas grand-chose à voir avec "les meilleures universités du monde" promises...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'éducation prioritaire voulait partager la réussite - ouest-france.fr

L'éducation prioritaire voulait partager la réussite - ouest-france.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Elle est née en 1981. Ambition : aider les élèves les plus défavorisés à vaincre leurs difficultés scolaires. Trente ans plus tard, professeurs et élèves témoignent.

Entretien.

 

   Vous avez été prof dansune cité d'urgence. Était-ce là les prémices de l'éducation prioritaire ?

 

En 1961, j'enseignais à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Quand la cité a fermé, on a fait le point de l'efficacité scolaire. La catastrophe ! À 14 ans, un quart des élèves ne savait pas lire. Avec l'équipe pédagogique, on s'est dit : « On va rester ensemble et essayer de faire autrement. » C'est ce qu'on a fait à Gennevilliers. On a obtenu que les caractéristiques particulières de ce territoire soient reconnues. Et on a eu des conditions très favorisées : quinze élèves par classe, un an de formation pour chaque enseignant, des crédits... Le hic ? Pour bénéficier de ces conditions, il fallait que les enfants figurent, administrativement dans la catégorie « handicapés sociaux » !...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L’éducation, l’éternelle pomme de discorde « LeCourant.info, en prise directe avec l'info

L’éducation, l’éternelle pomme de discorde « LeCourant.info, en prise directe avec l'info | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

A moins de cent jours des élections présidentielles, l’heure est aux programmes et aux idées des candidats, même si certains courent encore après leurs 500 signatures. Tour d’horizon des propositions en matière d’éducation. En 2010, la France ne pointait qu’à la 21e place du classement Pisa (programme international pour le suivi des élèves) publié par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), soit deux crans derrière l’Allemagne. Le système éducatif français est-il moins performant que celui de ses voisins européens? Toujours est-il que l’éducation, plus gros budget de l’Etat, fait régulièrement l’objet de débats et les candidats aux élections présidentielles ont généralement chacun leur mot à dire sur le sujet...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Instruction publique et Education nationale : sur la place du Marché

Depuis une trentaine d'années, l'essor fracassant des techniques informatiques, le pouvoir de l'image, les médiations culturelles en tout genre ont remodelés les moules du savoir et accru potentiellement les moyens d'éducation. A la condition que ces nouveaux moyens soient eux-mêmes soumis à une conscience éclairée et non agis par les lois acéphales d'un marché mesuré par l'audimat du seul profit, ils pourraient être, plus et mieux qu'ils ne le sont, des auxiliaires précieux de l'instruction publique et de l'éducation nationale ( et universelle ). Le but ici n'est pas de disserter sur ces grandes idées, qui ont constitué l'un des " grands récits " de notre modernité, ni de débattre des bienfaits ou des méfaits des techniques modernes de la communication. La bibliographie sur ces thèmes est plus qu'abondante…

Il s'agit d'un simple rappel pour une mise en situation de la rupture voulue qui se dessine et s'annonce, insidieusement enveloppée dans la rhétorique du mensonge ou d'une pétulante incompétence, en tout cas, qui s'affirme comme volonté de gommer une philosophie éducative qui a fait ses preuves et à laquelle tous les humanistes sont viscéralement attachés, pour la remplacer par une dynamique managériale dans la logique du marché.

Monsieur le Président de la République Française, l'Ecole, le Collège, le Lycée, l'Université ne sont pas de simples entreprises, ils ne l'ont jamais été. Ils sont le cœur et le poumon du cerveau de la Nation : ils donnent le sang du présent et le souffle de l'avenir, le sens de la vie collective et le sens de l'humaine condition, chère à Montaigne....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education-Ferry : "il y a eu zéro réforme" (E1)

Education-Ferry : "il y a eu zéro réforme" (E1) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Invité d’Europe 1 samedi matin, le philosophe et ancien ministre de l’Education Luc Ferry, désormais président délégué du Conseil d’analyse de la société, s'est montré sévère envers les choix politiques en matière d'éducation : "dire que l’on a fait une réforme de l’école et du lycée et que l’on va passer à une réforme du collège, c’est quand même gonflé : on a fait zéro reforme de l’école et zéro réforme du lycée". "Sur l’école, la droite n’a pas été bonne", a encore jugé Luc Ferry.Luc Ferry ne s'est pas montré plus indulgent sur la piste de Sarkozy plaidant pour une hausse du salaire des enseignants en échange d’une refonte du métier : "le service des certifiés et des agrégés est de 18 heures et de 15 heures, le passer à 22 heures en échange d’une rétribution plus élevée sera une catastrophe parce que cela accentuera considérablement le problème numéro 1 qui est le recrutement des professeurs....
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Elève Sarkozy : sur l'éducation, peut mieux faire ! | Election Présidentielle 2012 - France Télévisions

Elève Sarkozy : sur l'éducation, peut mieux faire ! | Election Présidentielle 2012 - France Télévisions | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Quelle note donner au président Sarkozy qui a délivré jeudi 5 janvier ses voeux au monde de l'éducation ? Son quinquennat a été davantage marqué par les suppressions d'effectifs que par les progrès des élèves dans les classements internationaux.

 

Quel souvenir les Français garderont-ils du quinquennat Sarkozy sur l'éducation ? Probablement celui de la suppression de dizaines de milliers de postes dans l'Education nationale - 66 000 postes depuis 2007, 14 000 prévus en 2012. L'exécutif, lui, se glorifie de la réforme de l'enseignement supérieur, qui a donné davantage d'autonomie aux universités. Passage en revue.

 

Plus de 65 000 postes supprimés depuis le début du quinquennat, auxquels s'ajoutent 14 000 autres programmés en 2012. Au total, près de 80 000 suppressions d'effectifs dans l'Education nationale, qualifiés par Ségolène Royal de "plus grand plan social de toute l'histoire" du gouvernement, en août 2011, lors de la campagne des primaires.

Une politique qui a été largement désapprouvée par l'opinion : selon un sondage CSA publié en août 2011, 82% des Français (+ 2 points depuis 2010) pensent que "le principe du non-remplacement d'un enseignant sur deux" est "une mauvaise chose"...

more...
No comment yet.