Des cours organisés par les jeunesses péronistes de La Campora proches du pouvoir, dans des écoles publiques, provoquent une polémique en Argentine, la mairie de Buenos Aires ayant mis un

numéro gratuit à la disposition des familles pour les dénoncer."Il est extrêmement préoccupant que des cours d'endoctrinement puissent être dictés par La Campora dans les écoles de notre pays avec le soutien de la présidente" Cristina Kirchner, a déclaré à la presse le ministre de l'Education de la ville de Buenos Aires, Esteban Bullrich (Pro, droite, opposition).

La polémique a été déclenché par l'organisation dans une école de Tandil (360 km au sud-ouest de Buenos Aires) d'un cours appelé "Le Héros Collectif" par des militants de La Campora, mouvement fondé par le fils de la présidente Cristina Kirchner, Maximo, 34 ans.

D'autres cours similaires ont été organisés par La Campora dans des écoles publiques et même dans des écoles maternelles de plusieurs provinces, selon le quotidien argentin La Nacion, qui a publié l'information en première page.

Pendant ces cours, les militants remettent aux élèves des exemplaires de "L'Eternaute", une BD mythique de Hector G. Oesterheld, disparu sous la dictature (1976-1983).

Dans des affiches régulièrement placardées par La Campora, le visage du héros de "L'Eternaute" est remplacé par celui de l'ancien président Nestor Kirchner, décédé en octobre 2010, et accompagné du titre "Nestornauta".

M. Bullrich a invité les parents des élèves à "dénoncer toute intrusion de la politique" en utilisant un numéro vert destiné à la "protection de mineurs dans les écoles"....