L'enseignement da...
Follow
Find tag "Angleterre"
18.1K views | +8 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ROYAUME-UNI • Etudier, un pari financier risqué

ROYAUME-UNI • Etudier, un pari financier risqué | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Cet été, comme chaque année, une nouvelle génération d'étudiants se prépare à entrer à l'université. Mais de nouveaux frais de scolarité élevés confrontent les jeunes Britanniques à des dettes que beaucoup ne pourront jamais rembourser.

Cette année, sur un million de jeunes Britanniques de 18 ans, un tiers va se lancer dans un gigantesque pari financier. Et ils le feront dans une ignorance brumeuse, pleine de naïveté. Beaucoup n'auront d'ailleurs même pas conscience de faire un pari. Si certains en récolteront d'énormes profits, d'autres devront en assumer les conséquences pendant la majeure partie de leur vie professionnelle.

Depuis l'année dernière, les étudiants doivent prendre en charge la totalité des coûts de leurs études universitaires, depuis les droits d'inscription jusqu'aux frais quotidiens. Ce qui représente des sommes astronomiques. Dans la grande majorité des universités, les frais de scolarité s'élèvent à 9 000 livres [10 501 euros. Le triplement des frais de scolarité, voté par le gouvernement Cameron en 2010, a pris effet à la rentrée 2012]. Les étudiants peuvent en outre emprunter 5 500 livres [6 418 euros] à l'Etat pour vivre, mais ce prêt ne suffit pas à payer le coût d'un loyer, des livres, des transports et de la nourriture, qui peut représenter le double.

50 000 euros de dettes en sortant de l'université

Cette année, les étudiants de premier cycle sortiront de l'université en devant autour de 43 500 livres à l'Etat [soit 50 748 euros. Un système de prêts gouvernementaux est disponible pour tous les étudiants du Royaume-Uni]. A cela s'ajouteront pour certains des dettes privées considérables. Ceux que les parents ne peuvent aider et qui n'arrivent pas à gagner suffisamment d'argent avec des petits boulots devront s'adresser à des banques pour emprunter encore plus. Et cette armée de diplômés quittera l'université en croulant sous une dette bien plus lourde qu'aucune autre génération auparavant.

Les autorités répondent, avec une grande banalité, que les études universitaires ont toujours une grande valeur. Elles nous disent que ces coûts sont justifiés par le fait que les diplômés d'universités ont de meilleurs salaires que ceux qui ne possèdent qu'un diplôme de fin d'études secondaires ou a fortiori un brevet des collèges. Et le gouvernement répète à loisir ce chiffre : en moyenne sur une vie, ceux qui détiennent un diplôme universitaire gagnent 100 000 livres [116 776 euros] de plus que les autres. Le jeu en vaut donc la chandelle.

Mais l'étude en question a 11 ans, et elle repose sur des données datant d'une époque où les diplômés étaient plus rares et plus recherchés par les employeurs qu'aujourd'hui. Il y a trente ans, sur dix jeunes qui quittaient l'école, seul un allait à l'université. Aujourd'hui, ils sont près de la moitié à le faire...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le clone britannique de l’école russe

Le clone britannique de l’école russe | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La Grande Bretagne profitera de l’expérience russe dans le domaine de l’enseignement des mathématiques dans les écoles spécialisées.

L’idée vient du ministre britannique de l’éducation nationale Michael Gove qui est convaincu que le système britannique d’enseignement des sciences exactes y gagnera. Les experts estiment que les écoles mathématiques russes assurent une formation au plus haut niveau.

 

La première école britannique spécialisée en mathématiques sera créée en 2014 à Londres auprès du King’s College. C’est un des meilleurs établissements d’enseignement à l’échelle nationale qui peut concurrencer Cambridge et Oxford. L’école deviendra une pépinière des jeunes talents. Les experts s’accordent à l’appeler le clone britannique de l’école de physique et de mathématiques auprès de l’université Lomonossov de Moscou.

Cette célèbre école spécialisée a été créée dans les années 1960 par Andreï Kolmogorov, grand mathématicien du XXe siècle. Moscou compte également pas mal d’autres écoles du même gente auprès des facultés des sciences exactes. Un centre de formation existe, par exemple, auprès de l’Institut de physique et de technique et de l’Institut d’ingénieurs en physique de Moscou. L’enseignement y est assuré par les meilleurs universitaires. Les écoliers s’initient au travail scientifique dans des laboratoires. Le monde a déjà su apprécier à sa juste valeur l’enseignement des mathématiques en Russie, note la directrice de l’Institut de développement de l’enseignement du Haut Collège d’économie Irina Abankina....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La lycéenne anglaise fugueuse de retour chez elle, le prof «déçu» attend son extradition

La lycéenne anglaise fugueuse de retour chez elle, le prof «déçu» attend son extradition | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Ils avaient quitté l'Angleterre le 20 septembre. Un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui «pour enlèvement d’enfant».

 

La lycéenne anglaise qui avait fugué avec son professeur de mathématiques a regagné samedi le Royaume-Uni pour rejoindre sa famille et être entendue par la police. L’enseignant, «très déçu» du coup d’arrêt donné à son «histoire d’amour», attend son extradition en prison.

Megan Stammers a pris un vol pour Londres dans l’après-midi à Bordeaux où le couple a été arrêté vendredi, une semaine après sa disparition. Selon un porte-parole de la police du Sussex, le comté du sud de l’Angleterre où elle réside, elle devait rejoindre ses parents, à qui elle a parlé au téléphone après son arrestation, et «être entendue» par les enquêteurs britanniques.

Jeremy Forrest, l’enseignant de 30 ans dont elle suivait les cours, a été mis en prison dans la nuit de vendredi à samedi jusqu'à l’audience publique de mardi qui doit décider de son extradition vers la Grande Bretagne. Il a fait savoir, via son avocat, qu’il ne s’opposait pas à sa remise aux autorités britanniques.

Son avocat français, Me Daniel Lalanne, a décrit «un garçon charmant», paraissant «plus jeune que son âge» et «très discret» après l’avoir vu en prison. Il est «très déçu du coup de frein brutal donné à son histoire d’amour» avec Megan, a ajouté Me Lalanne, soulignant que l’enseignant «n’est pas dépressif»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

100 livres pour des cours d'éducation | ARTE Journal | Comprendre le monde | fr - ARTE

100 livres pour des cours d'éducation | ARTE Journal | Comprendre le monde | fr - ARTE | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Des familles vont recevoir 100 £ pour des cours d'éducation. Une initiative du gouvernement britannique après les émeutes de l'été dernier.

 

"Si nous voulons soigner cette société malade, c'est dans les familles et avec l'éducation des enfants qu'il faut commencer." C'est ainsi qu'avait réagi le Premier ministre britannique, David Cameron, peu après les émeutes qui avaient embrasé Londres en août 2011. Le gouvernement a mise en place, il y a quelques semaines, un programme d'éducation destiné aux parents. Ces derniers ont reçu des bons de 100 livres pour participer à des cours. Martin Herzog et Brian Masters ont enquêté à Londres pour savoir si cette initiative porte ses fruits.

 

Durée du reportage vidéo: 2'38''.

more...
Christina Drak's comment, August 14, 2012 6:59 AM
:) je vous remercie moi aussi...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

PRÉCARITÉ – Les écoliers anglais ont faim

PRÉCARITÉ – Les écoliers anglais ont faim | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Un groupe de professeurs et de médecins appelle l'éducation nationale britannique à distribuer des petits déjeuners aux enfants défavorisés. Ils réagissent à une étude publiée par The Guardian qui révèle que près de la moitié des professeurs anglais interrogés ont déjà apporté de la nourriture pour les enfants qui arrivent en classe l'estomac vide.

591 professeurs exerçant dans toute la Grande-Bretagne ont répondu à une enquête en ligne du Teacher Network (réseau de l'éducation nationale) du quotidien anglais de référence. Les chiffres sont préoccupants. 83 % d'entre eux estiment qu'ils ont déjà accueilli des enfants ayant faim. Plus de la moitié des enseignants estiment que le nombre d'enfants concernés augmente depuis un ou deux ans : les parents, qui souffrent de la récession, ont perdu leur emploi et ont vu leurs aides sociales diminuer. Près de 80 % des professeurs se sont déclarés favorables à la distribution gratuite de petits déjeuners pour les familles en difficulté.

Le Royal College of GP (l'équivalent anglais du Conseil national de l'ordre des médecins), et la Royal College of Pediatrics and Child Healh (l'association des pédiatres) demandent au gouvernement de réfléchir à la possibilité d'assurer un petit déjeuner au 1,3 million d'enfants qui reçoivent chaque jour un déjeuner gratuit. Le principe des repas gratuits pour les enfants défavorisés existe depuis 1945 en Grande-Bretagne mais les professeurs estiment que les critères sont trop stricts et que beaucoup d'enfants de familles qui n'y ont pas droit ne mangent pas suffisemment...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants québecois n'ont pas inventé les manifs casseroles

Les étudiants québecois n'ont pas inventé les manifs casseroles | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A Montréal, chaque soir, à vingt heures, les habitants opposés à la loi spéciale, qui porte atteinte au droit de grève alors que des centaines de milliers d’étudiants sont toujours mobilisés contre la hausse des droits de scolarité, font une manifestation de casseroles : ils tapent joyeusement leurs ustensiles de cuisine avec comme seul objectif de faire le plus de bruit possible. Cette manifestation, aussi sonore qu’originale contre le Parti libéral au pouvoir, n’est en fait pas une nouveauté…...

 

« Une fois la prière terminée, on fera pendant plusieurs minutes un joyeux tintamarre de tout ce qui peut crier, sonner et faire du bruit : sifflets de moulin, klaxons d'automobile, clochettes de bicyclettes, criards, jouets, etc. » Dès 1955, pour montrer leur vitalité et leur dynamisme, les Acadiens avaient décidé de faire du bruit à l’occasion des commémorations du 200ème anniversaire de leur Déportation par les Britanniques, alors désireux de bouter ces francophones hors de leurs colonies. « Ici à Moncton et dans toute l’Acadie, c’est l’heure du tintamarre ! », rapportait, enthousiaste, René Lévesque, alors reporter à Radio Canada.

Cette forme de manifestation a ensuite essaimé à travers le globe : en Algérie, c’étaient les partisans de l’Algérie française qui, à l’aube des années 1960, s’en allaient taper leurs casseroles une fois le soleil couché. « Cris dérisoires des casseroles, quête pathétique d’un impossible miracle », raconte l’écrivain Mouloud Feraoun en 1961, un an avant son assassinat par un commando de l’OAS.

Au Chili, dans les années 1970, l’extrême droite qui avait recours aux cacerolazos....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La mobilisation étudiante est mondiale | André Noël | Éducation

La mobilisation étudiante est mondiale | André Noël | Éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Loin de se limiter au Québec, la mobilisation étudiante contre la hausse des droits de scolarité est mondiale. Depuis plusieurs mois, le mouvement de protestation a donné lieu à des manifestations dans des pays aussi différents que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la République tchèque, Taïwan, les Philippines, la Corée du Sud, le Chili et l'Ukraine....

 

«Depuis 1995, 14 des 25 pays dont les données sont publiées ont réformé leur système de droits de scolarité: la plupart de ces réformes ont donné lieu à un accroissement des droits de scolarité moyens dans les établissements d'enseignement tertiaire [les universités]», note l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son dernier rapport sur l'éducation.

Le financement public des universités a diminué dans la majorité des 34 pays membres de l'OCDE. Il est passé de 74 % en 1995 à 67 % en 2008. Une baisse comblée en bonne partie par la hausse des droits de scolarité, ce qui ne se fait pas sans heurts.

Voici un tour d'horizon.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Grève générale en Grande-Bretagne pour sauver la retraite... et l'école ! | L'éducation à l'anglaise | Rue89 Les blogs

Grève générale en Grande-Bretagne pour sauver la retraite... et l'école ! | L'éducation à l'anglaise | Rue89 Les blogs | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Après les étudiants le 9 novembre, ce sont les fonctionnaires britanniques qui manifestent. Un an après l'annonce des coupes budgétaires, la fonction publique s'inquiète du plan de retraite mis en place par le gouvernement.

Travailler jusqu'à 67 ans pour gagner moins ? « No way », répondent les Britanniques. Selon les syndicats et le département de l'Education, 90% des écoles prévoient de fermer leurs portes ce mercredi.

...

La proviseur elle-même fera grève, suivant l'avis de son syndicat (National Association of Head Teachers, NAHT), qui, pour la première fois depuis sa création, a voté sa participation à un mouvement national.

Les professeurs en formation qui passent un jour par semaine à l'université et quatre jours à l'école, sont, quant à eux, tenus d'être présents. C'est leur université qui a contacté directement l'école, pour leur demander de veiller à ce que les futurs professeurs ne prennent pas part au mouvement.

N'étant pas syndiqués, ils ne sont pas autorisés à faire grève alors qu'ils se sentent tout aussi concernés que leur collègue...

 

Les enseignants s'inquiètent pour leur retraite, mais pas seulement. Alors qu'un plan d'austérité a été voté en novembre 2010, la rentrée scolaire a été l'occasion de revoir les budgets des écoles. Pour éviter les licenciements des professeurs, les proviseurs ont préféré réduire les dépenses en augmentant les effectifs dans les classes et en allongeant la liste des tâches réalisées par les professeurs.

Par exemple, dans mon établissement, pour ne plus contracter du personnel supplémentaire, les professeurs se sont vus proposer de surveiller la cantine, moyennant 7 livres la demi-heure et le déjeuner offert – d'une valeur de 2 livres. Idem pour l'accueil et la sortie de l'école : un planning permet le roulement des professeurs pour surveiller les enfants...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"L'éducation est un des meilleurs investissements qu'un Etat puisse faire" - LeMonde.fr

"L'éducation est un des meilleurs investissements qu'un Etat puisse faire" - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Archive du 10 décembre 2010 qui garde toute son actualité:

 

Le Monde.fr - Alors que les étudiants britanniques continuent de se mobiliser contre la hausse de leurs frais d'inscription, des étudiants de toute l'Europe témoignent de leur situation sur Le Monde.fr.

 

Alors que les étudiants britanniques manifestent contre la hausse programmée de leurs frais d'inscription, des étudiants de toute l'Europe témoignent de la situation dans leur pays sur Le Monde.fr. Les Britanniques et les Irlandais racontent à quel point le coût des études supérieures est devenu prohibitif depuis une décennie, alors que les ressortissants des pays scandinaves expliquent que leurs universités sont gratuites et de haute qualité.

"Dans un pays comme la Suède, on ne peut pas se donner d'excuses pour ne pas avoir fait des études", explique une internaute. En France se dessine une ligne entre ceux qui se félicitent du faible coût de l'inscription universitaire et ceux qui regrettent les conditions de travail qui en découlent. Témoignages d'étudiants anglais...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Nouvelle manifestation à Londres contre la hausse des frais d'université - LeMonde.fr

Nouvelle manifestation à Londres contre la hausse des frais d'université - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le Monde.fr - Le Comité national contre les frais et les coupes budgétaires dénonce la réforme des universités engagées par le gouvernement.

 

"C'est un cabinet de millionnaires qui nous dit que l'on va devoir payer trois fois plus de frais universitaires", s'insurge sur le site de la BBC Michael Chassum, le leader de la contestation. Depuis des mois, le gouvernement britannique tente de faire passer sa réforme des universités et de leur financement, inspirée du modèle américain. Cette réforme signifie un doublement voire un triplement des frais d'entrée : dès 2012 il en coûterait près de 10 000 euros par an à chaque étudiant.

Ce que réfute David Willetts le ministre des universités. "La plupart des nouveaux étudiants ne paieront pas d'avance, indique-t-il à la BBC. Il y a aura plus d'aide financières pour les familles défavorisées et tout le monde remboursera des crédits moindres, une fois entré dans la vie active"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

ROYAUME-UNI • La programmation informatique bientôt enseignée à l'école primaire

ROYAUME-UNI • La programmation informatique bientôt enseignée à l'école primaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La version finale du programme scolaire britannique a été publiée lundi 8 juillet, relate The Guardian. Il aura un penchant prononcé pour l'enseignement de l'informatique dans le primaire et le secondaire.
Elaboré par Michael Gove, ministre de l’Education, le nouveau programme est destiné à donner aux élèves les bases des compétences qui leur seront nécessaires "à l’université et dans les entreprises". Il prévoit ainsi que les élèves de 5 ans apprendront à "écrire et à tester des programmes informatiques simples, ainsi qu’à organiser et à stocker des données". De même, "la sécurité sur Internet, notamment comment protéger ses données personnelles", leur sera enseignée. A partir de 7 ans, ils seront initiés à "des techniques de design informatique". Ce programme, qui doit prendre effet en septembre 2014, demande, selon le quotidien britannique, un travail "plus exigeant des élèves de primaire". De leur côté, les syndicats d’enseignants dénoncent un calendrier "irréaliste, vu le besoin de réécrire les plans de cours et les manuels"...
more...
oliviersc's comment, July 10, 2013 12:32 PM
et que faisions-nous - au Centre Mondial avec le Logo ? https://plus.google.com/u/0/114108954249717412482/posts/Tys1F78yg4y
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'art cherche sa place à l'école

L'art cherche sa place à l'école | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le gouvernement prépare un plan pour renforcer  des programmes qui reposent encore sur la bonne volonté des enseignants.

 

C'était une (petite) promesse de campagne de François Hollande, nichée dans le point n° 19 du projet socialiste pour 2012. En bons soldats, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, se sont donc attelés à la tâche: au Conseil des ministres de mercredi, ils présenteront un plan pour le développement de l'enseignement de l'histoire des arts à l'école. L'idée n'est pas d'annoncer une grande révolution, pour laquelle l'argent manquerait, même si 7 millions d'euros devraient être débloqués sur plusieurs années. Mais le gouvernement veut «instaurer un parcours artistique» tout au long de la vie scolaire, intégrant apprentissage de l'histoire des arts, rencontre avec des artistes, visite de musées, diffusion des bonnes pratiques locales et formation des enseignants à la création artistique. Avec un focus sur les zones rurales ou les zones d'éducation prioritaires (ZEP): les premières parce qu'elles sont éloignées des grands théâtres ou musées ; les secondes parce qu'elles ont d'autres priorités que l'apprentissage de la flûte à bec. «Nous ne recherchons pas seulement à provoquer chez les élèves le choc esthétique cher à André Malraux, mais aussi à pousser le principe d'égalité face à l'art et à la culture», explique-t-on au ministère de la Culture.

...

Actuellement, l'histoire des arts est l'objet d'un enseignement obligatoire, de l'école primaire au lycée, tandis que le brevet des collèges lui réserve une épreuve orale. Au collège, l'histoire des arts représente désormais un quart du programme d'histoire et la moitié des programmes d'éducation musicale et d'arts plastiques, même si aucun programme spécifique n'a été défini par le ministère. Les arts visuels, les arts plastiques et la musique sont au programme des écoliers - avec des professeurs spécialisés pour les petits Parisiens - et des collégiens. Au lycée, les «enseignements artistiques» (arts plastiques, arts appliqués, musique, mais aussi le cinéma et l'audiovisuel, la danse, le théâtre) sont facultatifs. Ils font l'objet, en classe de seconde, d'un enseignement dit «d'exploration» (1 h 30 hebdomadaire), à choisir parmi une dizaine d'autres thèmes. À l'issue de la seconde, au moment des choix, ces enseignements artistiques ne sont ensuite dispensés que dans la filière littéraire...

 

+ l'enseignement de l'histoire des arts en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Italie à partir de ce lien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une université britannique interdite d'enseigner à des étudiants extra-communautaires

Une université britannique interdite d'enseigner à des étudiants extra-communautaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
D'après le secrétaire d'Etat à l'immigration, Damian Green, à l'antenne de la BBC, "un quart des étudiants pris au hasard [à la London Metropolitan University] étudiaient alors qu'ils n'avaient pas le droit de rester dans ce pays".

S'[ils] viennent ici pour échapper aux contrôles d'immigration, et bien ils ont tort", a-t-il ajouté.La révocation de la licence de la London Metropolitan University pourrait se traduire par l'expulsion de plus de 2 000 personnes dans les soixante jours à moins qu'ils ne trouvent un autre sponsor pour leur visa, affirme le syndicat étudiant britannique NUS. "Notre priorité absolue est nos étudiants, les étudiants actuels et les étudiants à venir, et l'université fera tout pour remplir ses obligations vis-à-vis d'eux", assure de son côté l'établissement.

Le secrétaire d'Etat chargé des universités, David Willetts, a lui annoncé la formation d'une équipe chargée de venir en aide aux étudiants concernés : "Il est important que les vrais étudiants qui sont affectés alors qu'ils n'ont rien commis de répréhensible reçoivent des conseils et une aide rapide, y compris si nécessaire pour trouver d'autres institutions où ils pourraient étudier." Quelque 298 000 étudiants extra-communautaires suivaient un enseignement au Royaume-Uni pendant la période 2010-2011, selon des chiffres officiels.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Oxford change les règles du code vestimentaire

Oxford change les règles du code vestimentaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'Université d'Oxford a changé son code vestimentaire académique rigoureux à la demande des étudiants transgenres.

A partir de la semaine prochaine, lors des examens et des événements officiels, les étudiants ne seront plus obligés de porter des vêtements formels, qui sont considérés traditionnels pour leur sexe biologique.Cela signifie que les hommes peuvent porter des jupes et des bas, et les femmes des costumes et le nœud papillon. Selon les anciennes règles, les étudiants de sexe masculin doivent porter un costume sombre, des chaussures noires, un nœud papillon blanc et une chemise blanche. Les femmes doivent s'habiller avec une jupe ou pantalon foncé, une chemise blanche, des bas noirs et un ruban noir au cou...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education: le bac, un héritage désuet et inutile

Education: le bac, un héritage désuet et inutile | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Hérité de la France, le baccalauréat est de plus en plus remis en cause dans ce pays. Au Bénin et dans toutes les anciennes colonies françaises, la question ne se pose pas tant le symbole est encore trop fort. Et pourtant, le Bac révêle de plus en plus sa réalité : une survivance désuète et inutile.
Les Etats-Unis et le Canada sont actuellement les destinations les plus prisées des parents africaines qui rêvent de voir leurs enfants poursuivre de bonnes études universitaires. Et pour cause. C’est dans ces pays que se trouvent les meilleures universités du monde. Selon certains classements, les Etats-Unis possèdent à eux-seuls les 13 universités les mieux classées. Dans le peloton de tête de l’excellence se trouvent aussi l’Angleterre avec ses deux icônes que sont Cambridge et Oxford, le Canada et même des pays émergents comme la Chine, l’Inde et le Brésil..

Le point commun de ces pays, c’est l’inexistence du baccalauréat comme condition pour entrer à l’université. Aux Etats-Unis, la fin des études secondaires est sanctionnée par un diplôme, le High School Diploma, délivré par les circonscriptions scolaires sur la base des résultats obtenus par les élèves tout au long de la dernière année académique. Ceux qui n’ont pas connu une scolarité ordinaire passent un simple test qui n’a rien à voir avec le baccalauréat du système francophone.

La France, qui a inventé le Bac, a certes un système d’éducation universitaire respectable, mais tout de même elle ne compte, dans les meilleurs classements, que deux universités parmi les 100 établissements d’enseignement supérieur plus prestigieux du monde.

Dans ces conditions, comment ne pas s’interroger sur l’utilité de ce parchemin qui, tous les ans mobilise d’énormes ressources humaines et financières?...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les casseroles dans les rues de Londres (VIDÉO)

Les casseroles dans les rues de Londres (VIDÉO) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le mouvement étudiant a dépassé les frontières du Québec mercredi, avec des rassemblements à Toronto, à Saint-Jean-de-Terre-Neuve, à Halifax et à Calgary.

 

Une poignée de villes étrangères ont aussi emboîté le pas, comme New York, Paris, Amsterdam, Bruxelles et San Jose, au Costa Rica.

À Londres, environ 150 personnes se sont rassemblées devant la Maison du Canada, près de Trafalgar Square, afin de protester contre la loi 78 adoptée au Québec. Ils ont marché jusqu'aux bureaux de la délégation du Québec, sur Heddon Street, puis jusqu'à l'ambassade du Canada à Grosvenor Square...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Et ailleurs, comment sont accueillis les étudiants étrangers ?

Et ailleurs, comment sont accueillis les étudiants étrangers ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Alors que la France met à la porte les diplômés étrangers, d'autres pays cherchent à les attirer et les garder. Etat des lieux à travers cinq exemples.

En 2009, 3,7 millions de jeunes ont fait leurs études dans un pays qui n'était pas le leur. Ils étaient 800 000 en 1975, rappelle l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dans une note publiée récemment (pdf ici) Où partent-ils étudier ? Pour la moitié d'entre eux, dans cinq pays: les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie, l’Allemagne et la France. Suivent le Canada, le Japon, la Russie et l’Espagne.

Au moment où la France ferme ses portes aux étudiants et diplômés étrangers – avec la circulaire du 31 mai et le relèvement des ressources demandées – d'autres pays, comme l'Allemagne, font le chemin inverse. «Dans de nombreux pays, les procédures d'octroi d'un permis de travail ou de séjour sont simplifiées pour les étudiants en mobilité internationale», relève l'OCDE. En moyenne, un quart des étudiants restent dans le pays où ils ont étudié après l'obtention de leur diplôme. Mais certains Etats, tels l'Australie ou le Royaume-Uni, ont récemment modifié leur système de manière à ne garder que les plus qualifiés. Comparatif à travers cinq exemples: l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Australie, les Etats-Unis et le Canada....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Manifestations à Londres : "La jeunesse britannique n’a plus les moyens d’étudier" | The Observers

Manifestations à Londres : "La jeunesse britannique n’a plus les moyens d’étudier" | The Observers | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Ils sont venus par milliers de toute la Grande-Bretagne pour manifester dans les rues de Londres. Objectif : forcer le gouvernement à abandonner la hausse des frais universitaires et les coupes budgétaires.

En novembre 2010, le gouvernement britannique décidait une première augmentation des frais universitaires provoquant une vague de violentes manifestations dans la capitale. Aujourd’hui, les étudiants s’insurgent une fois de plus contre la volonté du gouvernement d’ouvrir le financement des universités à des investissements privés. Un projet qui, selon eux, reviendrait à privatiser les universités et à en augmenter le coût d'entrée.

Les effectifs de police étaient deux fois plus importants que d’habitude ce mercredi dans les rues de Londres. Les manifestants étaient avertis que les forces de l'ordre avaient reçu l’ordre d’utiliser des balles en caoutchouc en cas de débordement. Mais l’appel des organisateurs à une "manifestation non violente" a été globalement respecté.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Archives: Manifestations étudiantes en Grande-Bretagne : "un mouvement inattendu et nouveau" - LeMonde.fr

Archives: Manifestations étudiantes en Grande-Bretagne : "un mouvement inattendu et nouveau" - LeMonde.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Petite archive du 10 décembre 2010 qui fait écho à l'actualité:

 

Le Monde.fr - Jeudi, des étudiants ont manifesté contre la hausse des frais de scolarité pour la quatrième fois en un mois. Pour la chercheuse Sarah Pickard, ce mouvement est amené à durer.

more...
No comment yet.