L'enseignement da...
Follow
Find tag "Algérie"
20.6K views | +1 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education algérienne et gestion des institutions : halte au silence !

Education algérienne et gestion des institutions : halte au silence ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L'Algérie connaît une situation des plus inédites depuis son indépendance, une situation qui illustre le volume de la corruption qui émaille la scène nationale, les dernières élections ont démontré d'ailleurs la dangerosité de ce phénomène au su et au vu de ceux qui occupent le pouvoir mais pour qui sonne le glas ? L'écrit qui suit est la synthèse qui montre les causes et les effets de l'idéologie de ceux qui ont confisqué l'avenir de ce grand pays et continuent de brader le sacrifice de ce peuple qui assiste à son destruction sans l'intervention de son élite, et de ses intellectuels qui ont accepté d'assumer le rôle de muets....

 

L’école, par la complicité du pouvoir, forme jusqu’à ce jour un troupeau dolent, éparpillé puis délaissé sans la moindre sollicitude, où les seules victimes sont nos petits enfants, naturellement innocents, qui affronteront par le crime des autres, une vie si rance, plus compliquée. Nous assistons sans révolte à un système d’enseignement adopté afin d’effacer toute trace d’algérianité en altérant notre authenticité par ses tendances tantôt extrémistes qui sèment une pernicieuse léthargie, cachant une constante torture héritée par les ennemis ancestraux de la civilisation et tantôt occidentales qui nous attribuent toutes les épithètes de la régression.

Les programmes enseignés sont, paradoxalement, une culture qui inflige à nos élèves le rabâchage et l’anachronisme  qui les incitent à penser en s’illusionnant et à marcher en reculant. Ce que reçoit notre enfant à l’école n’est qu’un greffage moribond de sa volonté et tout cela explique le factice amour des enfants vis-à-vis de l’école.

L’éducation a pris l’allure d’un cataclysme démontrant l’absence absolue du bon exemple et le vide permanent des principes. La langue primant dans nos établissements est l’arabe, langue pour laquelle nos enseignants ont un complexe d’incapacité, comme étant une langue moins développée, trop sinueuse, ne considérant ce moyen de communication que comme un passe-temps qui ne favorise point l’épanouissement spirituel, ce handicap remet l’école en question et l’enfant est pris en otage.

Ce secteur constitue encore des corps sans âmes, où le message moral s’est converti en une délinquance qu’on côtoie quotidiennement, en condamnant les écoles, ces usines d’esprits, d’être le fief de la dérive et source d’inanité. L’étalon de probité n’est guère suivi, voire contesté  par ceux qui considèrent cette noble fonction comme un gagne- pain, d’où une rupture s’impose entre le guide du comportement et le message de la connaissance, ce divorce clarifie formellement la faillite préméditée de l’enseignement algérien, et le lâche triomphe des machinations pour inhumer les cervelles créatrices des nôtres....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Algérie : rentrée des classes pour le nouveau ministre de l'Education - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain

Algérie : rentrée des classes pour le nouveau ministre de l'Education - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A peine débutée, l'année scolaire 2012-2013 est déjà confrontée à de nombreux problèmes, entre autres la surcharge des classes sur laquelle buttent enseignants et « quêteurs du savoir ».

La rentrée scolaire 2012-2013 apporte son lot de problèmes sur lesquels le ministère algérien de l’Education va se pencher. Parmi ceux-là, la surcharge des classes, qui reste le problème majeur, la vétusté des infrastructures, les revendications des professionnels de l’éducation sujet sur lequel Abdellatif Baba Ahmed, nouveau ministre de l’Education, s’est déclaré « ouvert au dialogue ».

Selon le nouveau ministre de l’Education nationale, le secteur de l’éducation concerne 9 millions de personnes et touche l’ensemble des familles algériennes. Les problèmes rencontrés par les travailleurs de ce secteur sensible sont loin de laisser indifférent le ministre qui se déclare entièrement disponible pour l’engagement d’un dialogue avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative. L’ensemble des composantes du secteur de l’Education seront associées aux débats en vue d’une réforme....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Algérie: éducation nationale : Plus de 57% des enseignants sont titulaires d’un diplôme universitaire depuis 2005

Université d’été du 7 au 12 juillet 2012 à Béjaïa : Sur “l’enseignement des mathématiques par la démarche d’investigation”...

 

Le taux d’enseignants titulaires d’un diplôme universitaire au niveau des deux cycles primaire et moyen, est passé de 13,62% de l’effectif total en 2005 à 57,12 % pour l’année 2011/12.
En effet, depuis le lancement de cette mise à niveau universitaire, en 2005, le secteur a bénéficié de l’apport bonifié de 122.236 enseignants. 91.764 autres sont en cours de formation sur trois ans pour les enseignants du primaire et quatre ans pour ceux du moyen.
A l’horizon 2015, la formation à distance assurera la formation de 214.000 enseignants non titulaires d’une licence. Elle entre dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif et la mise en place d’un système de formation et de perfectionnement de l’encadrement pédagogique et administratif. Selon les responsables de la tutelle, le secteur veut atteindre un niveau de réussite de 90% en la matière. Ce niveau de l’encadrement au niveau du primaire et du moyen passera de 25% à 90% de licenciés en 2015.
Les enseignants relevant du cycle primaire sont encadrés par les 8 IFPM implantés à travers le territoire national. Par contre, ceux du moyen sont encadrés par les ENS et les universités de la formation continue.
Le gouvernement a alloué une somme de 5 milliards de dinars au profit de la formation d’une manière générale, dont 2,4 milliards de dinars sont inscrits à l’indicatif du ministère de l’Enseignement supérieur pour le compte du ministère de l’Education nationale pour la formation des enseignants du cycle moyen...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants québecois n'ont pas inventé les manifs casseroles

Les étudiants québecois n'ont pas inventé les manifs casseroles | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A Montréal, chaque soir, à vingt heures, les habitants opposés à la loi spéciale, qui porte atteinte au droit de grève alors que des centaines de milliers d’étudiants sont toujours mobilisés contre la hausse des droits de scolarité, font une manifestation de casseroles : ils tapent joyeusement leurs ustensiles de cuisine avec comme seul objectif de faire le plus de bruit possible. Cette manifestation, aussi sonore qu’originale contre le Parti libéral au pouvoir, n’est en fait pas une nouveauté…...

 

« Une fois la prière terminée, on fera pendant plusieurs minutes un joyeux tintamarre de tout ce qui peut crier, sonner et faire du bruit : sifflets de moulin, klaxons d'automobile, clochettes de bicyclettes, criards, jouets, etc. » Dès 1955, pour montrer leur vitalité et leur dynamisme, les Acadiens avaient décidé de faire du bruit à l’occasion des commémorations du 200ème anniversaire de leur Déportation par les Britanniques, alors désireux de bouter ces francophones hors de leurs colonies. « Ici à Moncton et dans toute l’Acadie, c’est l’heure du tintamarre ! », rapportait, enthousiaste, René Lévesque, alors reporter à Radio Canada.

Cette forme de manifestation a ensuite essaimé à travers le globe : en Algérie, c’étaient les partisans de l’Algérie française qui, à l’aube des années 1960, s’en allaient taper leurs casseroles une fois le soleil couché. « Cris dérisoires des casseroles, quête pathétique d’un impossible miracle », raconte l’écrivain Mouloud Feraoun en 1961, un an avant son assassinat par un commando de l’OAS.

Au Chili, dans les années 1970, l’extrême droite qui avait recours aux cacerolazos....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les actions de protestation se multiplient Algérie , Quotidien national d'information

Les actions de protestation se multiplient  Algérie , Quotidien national d'information | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Les protestations des corps spécifiques du secteur de l’éducation nationale contre les amendements introduits par la tutelle dans leur statut particulier ne cessent de se multiplier. Les syndicats du secteur tentent chacun à sa manière et à son tour de faire pression sur le département de Benbouzid.

 

 

L’Unpef, qui chapeaute plusieurs syndicats de différents corps de l’éducation, s’est empressée de mettre en place la commission nationale des corps communs, des ouvriers professionnels et des agents de sécurité et de prévention. Fraîchement installée, la commission présidée par Ouzai Nabil compte frapper en force par deux jours de grève nationale les 3 et 4 janvier prochain. Un appel est également lancé pour des sit-in devant les Directions de l’éducation nationale “pour interpeller le président de la République sur notre situation et lui faire parvenir notre plate-forme de revendications pour qu’il intervienne en toute urgence”. Les revendications de ce corps de l’éducation sont connues : l’intégration de ce corps dans le secteur de l’éducation, révision du régime indemnitaire, octroi de nouvelles primes telles que la prime de risque, de permanence et de qualification...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

#Algérie: éducation nationale : “Le problème de surcharge doit être réglé dans les plus brefs délais”

Selon les normes de l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), le nombre d’élèves dans une classe ne doit pas dépasser 33, alors qu’il est entre 39 et 40 dans plus de dix wilayas du pays.

 

Pour faire face au déficit en matière de structures éducatives, le ministre de l’éducation nationale, M. Abdellatif Baba Ahmed lance un appel aux walis afin d’accélérer la réalisation des projets.
Lors de la conférence nationale des directeurs que M. Baba Ahmed a réunis jeudi au siège de son département à El Mouradia, celui-ci a mis l’accent sur la nécessité de dépasser le problème de surcharge dans les établissements scolaires. Ce problème, a expliqué M. Baba Ahmed, est dû notamment au non achèvement de projets de construction de nombreux lycées au niveau national et au passage de deux groupes d’élèves ceux ayant achevé le cycle moyen de l’ancien système et ceux du nouveau.
Le ministre de l’Education nationale, M. Abdelatif Baba Ahmed, avait annoncé auparavant que 8 lycées seront réceptionnés dans les trois prochains mois à travers 10 wilayas enregistrant une surcharge dans les classes, à savoir, Biskra, Blida, Tiaret, Alger est, Djelfa, Jijel, Ain Defla et Tébessa...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller - Actualité - El Watan

Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller - Actualité - El Watan | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller -...

L’année dernière, plusieurs mois de grève ont paralysé le système public, ce qui a poussé les autorités à accorder le bac avec une moyenne de 9,5/20. Si le ministère de l’Education, qui a rencontré les syndicats hier, a promis des améliorations, des défaillances structurelles persistent. A moins d’un miracle, l’année 2012-2013 est vouée à l’échec.

 

*Les classes seront surchargées

La réforme du primaire continue de perturber l’ensemble du système scolaire. En septembre 2008, deux promotions entraient en même temps au moyen. Quatre ans plus tard, elles entrent au lycée. On attend 150 000 élèves de plus que l’année dernière. La conséquence est que les classes de seconde pourraient dépasser 50 élèves par manque d’enseignants, selon les syndicats...

 

*Les infrastructures sont insuffisantes
Le nombre de bâtiments scolaires est inférieur aux effectifs. C’est aussi l’une des raisons de la surcharge des classes. «Le manque de planification de l’Etat est flagrant, interpelle Nouar Larbi du Cnapest. A Birtouta, dans la banlieue d’Alger, on a construit des dizaines de milliers de logements, mais il n’y a qu’un seul lycée !» Ce bâtiment, qui a une capacité d’accueil de 800 élèves, en accueille 2400...

 

*Les enseignants ne sont pas compétents
Le secteur de l’éducation recrute des diplômés de l’université, titulaires d’une licence, soit trois années d’études supérieures. Un concours plus tard, ces jeunes se retrouvent devant une classe. «Ils ne sont pas formés pour enseigner, regrette Idir Archour du CLA. Pour être enseignant, les connaissances scientifiques ne suffisent pas. Il faut maîtriser la pédagogie et avoir de bonnes notions de psychologie.»...

 

*Les programmes sont inadaptés
Conçus dans les ministères, les programmes scolaires sont en décalage par rapport à la réalité du quotidien des élèves. «Pour étudier les langues étrangères, les textes proposés ne répondent pas à l’actualité», critique Idir Archour du CLA. Les textes choisis pour les épreuves du baccalauréat en sont la preuve. La politique actuelle n’est pas, en effet, de veiller au bon apprentissage de l’élève, mais de remplir des objectifs bureaucratiques....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Retour sur une année scolaire mouvementée l’examen du bem prend fin aujourd’hui - Liberté Algérie , Quotidien national d'information

Retour sur une année scolaire mouvementée l’examen du bem prend fin aujourd’hui - Liberté Algérie , Quotidien national d'information | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
C’est la première fois dans l’histoire de l’éducation nationale que tous les corps confondus du secteur montent au créneau. Des directeurs d’établissement scolaire, aux enseignants, aux inspecteurs, aux conseillers d’orientation en passant par les censeurs, les corps communs jusqu’aux adjoints d’éducation et ouvriers professionnels… tous ont usé de leur droit de grève....

 

Les épreuves du BEM de la session 2012 se terminent aujourd’hui et commencera alors la longue attente des résultats prévus le 2 juillet prochain.
Programmée en dernier après l’examen de fin du cycle primaire et du baccalauréat, l’épreuve du BEM marque aussi l’achèvement de l’année scolaire 2011-2012. Plus que quelques semaines, le temps de la proclamation des résultats des trois examens et tous les établissements scolaires seront fermés pour trois mois de vacances.
Des vacances bien méritées notamment pour les élèves qui ont fourni beaucoup d’efforts durant l’année scolaire 2011-2012.
Une année scolaire qui n’aura pas été de tout repos pour toute la famille de l’éducation. Celle-ci aura été des plus mouvementée ! Même Dame nature aura fait des siennes provoquant la fermeture des établissements durant une longue période ! Il est vrai que durant ces dernières années la fronde sociale de l’éducation est devenue une tradition, mais la contestation qui a marqué le département de Benbouzid durant l’année scolaire 2011-2012 restera dans les annales.
La raison ? Jamais dans l’histoire du secteur qui collectionne pourtant d’innombrables mouvements de grève, la protestation n’a été aussi large et diversifiée. Elle a touché tous les corps confondus de l’éducation....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

“On risque de se tourner vers des activités illégales !” Des enseignants sans salaire à Tamanrasset - Liberté Algérie , Quotidien national d'information

“On risque de se tourner vers des activités illégales !” Des enseignants sans salaire à Tamanrasset - Liberté Algérie , Quotidien national d'information | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Après avoir adressé une correspondance au wali de Tamanrasset, sans aucune suite, ces enseignants se retrouvent contraints  de vivre dedes cotisations des amis et autres pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Le calvaire des enseignants du secteur de l’éducation dans la wilaya de Tamanrasset, qui n’ont pas perçu leurs salaires depuis janvier 2011 pour certains et mars 2011 pour d'autres, n’a pas encore connu son épilogue. En dépit des fermes instructions du ministère de la tutelle quant au règlement des salaires impayés, des enseignants qui, gavés de promesses non tenues, attendent désespérément le bout du tunnel. Nul besoin de dire qu’ils n’ont plus un sou en poche et que seul l’amour porté à leur métier les persuade de se résigner pour rester accomplir leur noble devoir. Malheureusement, cette situation montre l’ampleur de la brèche que les autorités concernées n’ont pas jugé bon de colmater. “Nous avons frappé à toutes les portes pour faire entendre notre cri de détresse, en vain. On a adressé une lettre au premier responsable de la wilaya, mais aucune suite favorable ne nous a été donnée. Nos doléances n’ont jusqu’à présent pas trouvé d’oreilles attentives puisqu’elles sont reléguées aux calendes grecques”, s’écrie Zeggar El-Hachemi, enseignant de langue française, qui se dit lésé car il n’est pas intégré dans son poste quoiqu’il remplisse toutes les conditions requises. “...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education nationale : le Cla menace - Actualité - El Watan

Education nationale : le Cla menace -

 

Non satisfait des P.V. cosignés par le ministre de l'Education nationale et certains syndicats du secteur, le Conseil des lycées d'Algérie (Cla) appelle les travailleurs du secteur à reprendre la protestation...

more...
No comment yet.