L'enseignement dans tous ses états.
21.8K views | +0 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une fac sur internet pour les réfugiés prépare son arrivée en France

Une fac sur internet pour les réfugiés prépare son arrivée en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
En Allemagne, 1.300 personnes ont commencé à prendre des cours grâce à Kiron, une université en ligne gratuite dédiée aux réfugiés. Des étudiants parisiens espèrent répéter ce succès en France.

 

Les deux étudiants espèrent réitérer en France le succès de Kiron University, un projet devenu réalité en Allemagne. Après avoir levé 500.000 euros grâce au financement participatif et noué des partenariats avec des universités et entreprises allemandes, Kiron a accueilli une première promotion de 1.300 réfugiés en octobre 2015. Au terme de deux ans de formation en ligne et d’une troisième année «physique» à l’université, ils obtiendront une licence de commerce, d’architecture, d’ingénierie ou encore d’informatique.

 

«Au début, le projet n’était pas centré sur les réfugiés», raconte Juan David Mendieta, l’un des fondateurs de Kiron en Allemagne. Fin 2014 , il rend visite à son ami Vincent Zimmer, un entrepreneur allemand qui passe quelques mois en Turquie. Ce dernier s’intéresse depuis un moment au «blended learning», ou apprentissage mixte, une méthode éducative basée sur un mélange de cours physiques et en ligne, dans laquelle il voit une chance de réduire drastiquement le coût de l’enseignement supérieur. «Mais à ce moment-là en Turquie la crise des réfugiés devenait alarmante, se souvient Juan David Mendieta, et c’était évident qu’elle allait toucher l’Europe.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Quels coût pour étudier à l'étranger ?

Quels coût pour étudier à l'étranger ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lors de votre semestre à l'étranger, c'est à Madrid qu'il faudra aller. La capitale espagnole se présente comme la ville la plus abordable pour les étudiants, selon une étude réalisée par le site ecosocioconso.com portant sur onze capitales européennes, les plus visitées par les étudiants français. L'étude s'est basée sur les données d'eurostat (l'organisme statistique de la Commission européenne) concernant les niveaux des prix à la consommation et celles du baromètre Location-étudiant.fr pour établir la moyenne des loyers étudiants.

Si Londres reste la ville aux loyers les plus chers, c'est à Copenhague que le coût de la vie explose. Au Danemark, les prix des services et biens de consommation dépassent de 140 % la moyenne des vingt-huit Etats membres de l'Union européenne. A l'inverse, Madrid, Berlin ou Rome possèdent le coût de la vie le plus bas des onze pays sélectionnés.

Si vous ne souhaitez pas dépenser trop de sous lor ...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres

Les Inrocks - Le nouveau programme Erasmus+ en 5 chiffres | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Si le programme Erasmus est connu dans toute l’Europe, le petit nouveau, "Erasmus+", a beaucoup moins fait parler de lui. Il devrait pourtant entrer en vigueur le 1er janvier 2014. Décryptage de ce nouveau programme en 5 chiffres.

 

On l’a cru un temps en danger, il est finalement renforcé. Le programme Erasmus continuera bien à aider des centaines de milliers d’étudiants à se former à l’étranger, parmi les 33 pays partenaires (les 28 Etats membres de l’Union européenne plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie).

Mais par souci de simplification, “Erasmus” va être regroupé avec d’autres programmes d’échange européens sous l’appellation “Erasmus+”. Si le Parlement européen a adopté la proposition le 19 novembre dernier, le Conseil (Etats membre) devrait donner son accord le 11 décembre prochain.

Décryptage du nouvel “Erasmus+” en 5 chiffres.

 

 

• 7 programmes réunis en un

Si le programme garde le nom du fameux philosophe humaniste, il regroupera tous les dispositifs mis en place par l’Union européenne en faveur de la formation des jeunes. “Comme nous ne voulions pas perdre l’étiquette d’Erasmus, nous avons nommé le nouveau programme Erasmus+“, confie Doris Pack, député Parti Populaire Européen (PPE) rapporteur du texte sur Erasmus+.

Sous ce label seront regroupés :

- Erasmus

- Erasmus Mundus, qui permet à des étudiants européens de partir dans des pays non-européens

- Leonardo da Vinci, qui permet à des étudiants d’aller se former professionnellement en tant qu’apprentis à l’étranger

- Comenius, destiné aux élèves de la primaire jusqu’au lycée

- Grundtvig, pour les adultes ayant décidé de reprendre leurs études

- Jeunesse en Action, pour les jeunes de 13 à 30 ans qui souhaitent faire du volontariat à l’étranger

- Un volet sportif (développé ci-dessous)

 

 

• 14,7 milliards d’euros

C’est le budget alloué au programme Erasmus+ pendant les sept prochaines années (2014-2020). Cela équivaut à une augmentation de 40% par rapport aux budgets cumulés alloués aux programmes pour la période précédente, de 2007 à 2013. Le programme Erasmus seul, par exemple, disposait de 3,1 milliards d’euros pour 2007-2013.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'accueil des étudiants étrangers, enjeu stratégique

L'accueil des étudiants étrangers, enjeu stratégique | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Editorial. Le gouvernement a annoncé plusieurs mesures pour améliorer l'accueil des étudiants étrangers non européens, qui sont déjà quelque 230 000 en France.

 

Décidément, il est grand temps que se termine l'examen du projet de loi sur le "mariage pour tous" ! Le changement du calendrier parlementaire pour permettre à l'Assemblée de procéder en urgence à une seconde lecture de cette réforme a fait, en effet, une victime collatérale : le débat sans vote, prévu mardi 16 avril, sur la politiqued'accueil des étudiants étrangers en France a été reporté.

En dépit de ce contretemps, le gouvernement a décidé d'avancer sur un dossier essentiel pour l'attractivité universitaire de la France, au coeur des défis de la mondialisation. Manuel Valls, ministre de l'intérieur, et Geneviève Fioraso, sa collègue de l'enseignement supérieur et de la recherche, ont annoncé plusieurs mesures pour améliorer l'accueil des étrangers non communautaires dans les universités et les grandes écoles de l'Hexagone.

Trois dispositions en particulier sont prévues. D'une part, le gouvernement propose d'accorder de plein droit – et non plus au cas par cas et au gré des préfectures – aux étudiants étrangers des visas de la durée de leurs études et de prolonger ces visas d'une année pour leur permettre de faire une première expérience professionnelle en France après l'obtention de leur diplôme.

D'autre part, les doctorants étrangers bénéficieront d'un visa permanent afin de mener leurs recherches dans des laboratoires français sans être suspendus à d'aléatoires renouvellements de titre de séjour. Enfin, un guichet unique sera ouvert dans la plupart des campus, regroupant des représentants des préfectures et des services sociaux, pour faciliter l'accueil pratique de ces étudiants.

Ces mesures sont bienvenues. Elles referment, on l'espère définitivement, le chapitre de la politique déplorable menée par l'ancien ministre de l'intérieur, Claude Guéant....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Campus France fait fuir les étudiants étrangers qu'elle est censée attirer

Campus France fait fuir les étudiants étrangers qu'elle est censée attirer | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Après deux mois d'activité, cette nouvelle agence, créée par le précédent gouvernement et dont l'objet est de promouvoir l'enseignement supérieur français dans le monde, multiplie les ratés.

 

Ses prétentions financières et la qualité discutée de ses prestations, auxquelles s'ajoutent la politique restrictive de visas et les tracasseries administratives faites aux étudiants étrangers non européens, ne sont-elles pas plutôt en train de les fairefuir ?Sur les 280 000 jeunes qui viennent suivre un cursus en France, près de 10 % perçoivent une bourse du gouvernement français, de leur pays d'origine ou de fondations et entreprises privées, comme Total ou Areva. A ces quelques 28 000 étudiants, Campus France propose, moyennant finance, des facilités : hébergement, couverture sociale et gestion de la bourse d'études, dont le montant est d'au minimum 600 euros par mois.

 

"L'ambassade de France à Tripoli ne délivre plus, depuis des mois, de visas à nos étudiants au motif que mon gouvernement refuse de traiter avec la nouvelle agence Campus France. C'est un chantage inacceptable pour un Etat souverain", tempête Abdallah Sassi, conseiller culturel de l'ambassade de Libye à Paris, dont le pays envoie, chaque année, 300 étudiants en France. Les tarifs de Campus France sont beaucoup plus chers : 1 000 euros par an et par étudiant, contre 600 euros en passant par le Cnous (Centre national des œuvres universitaires et sociales) pour des services en baisse.

L'accueil de Campus France est en effet "dématérialisé", avec une assistance à distance, par mail. A la descente d'avion, l'étudiant vietnamien, chinois ou kirghize est invité, par écrit, à se rendre au guichet de poste où l'attend un mandat de 600 euros, en liquide. A lui de se débrouiller !...

 

"Moi qui suis francophone, je suis consterné, confie M. Sassi. Les Américains, par exemple, délivrent, avant même le départ de Tripoli, un visa pour la durée de la bourse, trois ou cinq ans, qui n'a donc pas besoin, comme en France, d'être renouvelé chaque année ; les Anglais offrent des bourses d'études ; les Allemands sont aussi très ouverts et accueillent 1 000 de nos ressortissants, notamment en médecine... Pourquoi la France nous ferme-t-elle la porte au nez ?"

D'autres pays ou clients ne souhaitent pas ou plus passer par Campus France : le Chili, l'Arabie saoudite, l'Azerbaïdjan, le programme Cumex d'un consortium d'universités mexicaines, la Bolivie, l'Algérie pour les boursiers qu'elle finance. Certains hésitent, comme la Thaïlande ou l'Argentine, ou manifestent seulement leur mécontentement, comme l'Irak, le Burkina Faso, le ministère de l'éducation du Mexique, le Gabon....

more...
financiersassocies's comment, August 7, 2013 8:03 AM
campus france est un moyen pour prendre de l'argent aux etudiants étranger sans qu'il puisse avoir une admission . Je crois que c'est une arnaque
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : 2,24 millions de Chinois ont étudié à l'étranger en 34 ans - china radio international

Lors d'une conférence de presse tenue jeudi 6 septembre au Bureau d'information du Conseil des Affaires d'État, le ministre chinois de l'Education, Yuan Guiren, a annoncé qu'entre 1978 et 2011, un total de 2,24 millions d'étudiants chinois avaient fait leurs études à l'étranger, et que 2,2 millions d'étudiants étrangers avaient étudié en Chine.Avec l'approfondissement de l'internationalisation, le nombre total d'étudiants chinois à l'étranger et celui d'étudiants étrangers en Chine augmentent. En 2011, le nombre total d'étudiants chinois à l'étranger a augmenté de 20% par rapport à 2010. Les étudiants étrangers en Chine ont également augmenté à 300 000.

Yuan Guiren a, par ailleurs, déclaré que les universités étrangères renommées étaient les bienvenues en Chine pour y créer des établissements. En attirant des étudiants étrangers en Chine, la Chine a créé aussi des écoles à l'étranger. Fin 2011, quelques 358 Instituts Confucius et 500 Classes Confucius avaient déjà été ouverts, dans 105 pays et régions. De nombreux pays ont intégré l'enseignement du chinois dans l'éducation publique.

Yuan Guiren a prévu qu'en 2020, le nombre total d'étudiants étrangers en Chine atteindra les 500 000.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Erasmus Mundus : qualité et rayonnement de l'enseignement supérieur européen - Erasmus Mundus - Europe Education Formation France

Erasmus Mundus : qualité et rayonnement de l'enseignement supérieur européen - Erasmus Mundus - Europe Education Formation France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

L'Agence Europe Education Formation France (2E2F) a pour mission de promouvoir des projets européens innovants dans le secteur de l'éducation et de la formation professionnelle.

 

Le programme encourage et soutient la mobilité des personnes et la coopération entre établissements européens et non européens. L'objectif est de promouvoir l'Union européenne comme espace d'excellence académique à l'échelle mondiale, de contribuer au développement durable de l'enseignement supérieur des pays tiers et d'offrir aux étudiants les meilleures perspectives de carrière.

Le programme est doté d'une enveloppe financière de 950 millions d'euros pour 2009-2013.

Pour en savoir plus : consulter la décision du Parlement européen et du Conseil établissant la seconde phase du programme d'action Erasmus Mundus (2009-2013).... 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Eliza, 27 ans, dans le "purgatoire du visa" après l'abrogation de la circulaire Guéant

Eliza, 27 ans, dans le "purgatoire du visa" après l'abrogation de la circulaire Guéant | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Embauchée après ses études, la jeune Québécoise s'était pourtant vu refuser un titre de séjour.

 

Ses ancêtres, dit-elle, ont quitté la France pour l'Amérique en 1642. Et la circulaire Guéant a bien failli, quatre siècles plus tard, pousser Eliza Struthers-Jobin sur le même chemin d'exil... L'abrogation par le nouveau gouvernement de ce texte, signé le 31 mai 2011 par le précédent, permettra peut-être à la jeune Québécoise d'y échapper. Arrivée en France en 2010, diplômée en 2011 d'un master "Industries créatives, média, Web et arts" à l'université Paris-VIII, Eliza Struthers-Jobin avait trouvé un employeur qui l'avait déjà prise en stage et était prêt à lui signer un contrat à durée déterminée d'un an en tant qu'assistante de chargée de production. Mais, le 23 janvier, elle reçoit un courrier de la Préfecture de police de Paris. C'est la douche froide. Le changement de statut (d'étudiante à salariée) qu'elle demande est refusé.

"C'est l'expérience la plus surréaliste de ma vie !, raconte-t-elle. Je m'étais installée dans une ville à laquelle j'avais l'impression d'appartenir. Tout d'un coup, je me suis sentie rejetée. Je suis sortie pour me changer les idées. Les gens marchaient dans la rue ; ils donnaient l'impression d'être libres. Moi, je ne me sentais plus du tout pareille.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Etudiants étrangers, oui, mais étudiants à l'étranger aussi! | Slate

Etudiants étrangers, oui, mais étudiants à l'étranger aussi! | Slate | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La circulaire Guéant a été abrogée, c'est une bonne chose. Mais il faudrait également oeuvrer pour une meilleure mobilité des jeunes français.

 

La circulaire Guéant sur l’emploi des étudiants venus de l’étranger a vécu. C’est une bonne chose. Mais l’important battage médiatique qui a accompagné cette nouvelle tout au long de la journée de jeudi, très utile en période électorale pour qui en est à l’origine, m’a agacé.

Oui moralement et probablement économiquement, cette circulaire n’était pas adaptée. Certes, son abrogation va permettre aux étudiants concernés de retrouver agilité et sérénité dans la recherche d’un emploi en France. Mais derrière l’écume de l’actualité et au-delà de la satisfaction d’avoir renoué avec une certaine façon de faire s’épanouir la France, cet événement masque une réalité dont on parle bien peu: la France dépense infiniment plus pour accueillir des étudiants étrangers dans ses universités que pour aider ses propres étudiants à sortir du territoire, que ce soit pour des études ou pour des stages.

A l’heure où la France perd systématiquement –structurellement, pourrait-on dire, tant cela dure– des parts de marché à l’exportation, sensibilise-t-on la société au fait que nous sommes parmi les populations les moins mobiles du monde? Sait-on qu’en 2010, 45.000 étudiants français (dont 30.000 Erasmus) seulement sur un total de plus de 2 millions ont passé au moins un trimestre d’études à l’étranger? Sait-on que l’an dernier un peu plus de 17.000 étudiants français seulement ont eu l’opportunité de faire un stage à l’étranger alors que de très sérieuses études ont été faites qui montrent qu’un stage à l’étranger est une clé pour l’emploi? Comment croit-on que les entreprises françaises vont retrouver du dynamisme à l’exportation si leur recrutement ne leur permet pas d’embaucher des jeunes déjà entraînés à s’aventurer dans des pays et des cultures inconnus?

26.000 étudiants étrangers vont donc pouvoir dès maintenant chercher un travail en France. C’est très bien pour eux et c’est très bien pour notre économie. Mon propos n’est pas d’arrêter cet effort.

Mais pendant ce temps, réalisons que les entreprises ne voient passer en recrutement qu’un jeune candidat sur 50 en moyenne avec une première expérience internationale. L’Union européenne vise désespérément depuis l’an 2000 à atteindre une mobilité étudiante de 20% en Europe mais les chiffres européens sont têtus: ils restent coincés à 2%.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La circulaire Guéant sur les étudiants étrangers abrogée ce jeudi

La circulaire Guéant sur les étudiants étrangers abrogée ce jeudi | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La circulaire très controversée, qui restreignait la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés de travailler en France, va être abrogée et remplacée par un nouveau texte.

 

"Il y aura abrogation demain [jeudi] de la circulaire du 31 mai 2011 et du texte complémentaire du 12 janvier 2012", a affirmé mercredi soir le président de la FAGE, Philippe Loup, après une réunion place Beauvau entre les organisations étudiantes et des représentants des ministères de l'intérieur, de l'enseignement supérieur et des affaires sociales.

La circulaire contestée, y compris à l'étranger, demandait aux préfets d'instruire "avec rigueur" les demandes d'autorisation de travail des étudiants, et d'exercer un "contrôle approfondi" des demandes de changement de statut des étudiants étrangers.

Après sa publication, plusieurs centaines de diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, qui avaient été recrutés dans des entreprises françaises, n'ont pas pu obtenir un changement de statut d'étudiant à salarié. Les employeurs ont donc dû renoncer à les embaucher et plusieurs étudiants se sont retrouvés en situation irrégulière....

more...
Majda Maalal's comment, May 31, 2012 4:32 AM
Effectivement, il fallait prendre cette mesure qui n'allait pas du tout arranger les entreprises françaises, vus que très souvent, les profiles recrutés manquent sur le marché français.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Enseignement Supérieur et Recherche en France
Scoop.it!

Etudiants étrangers : une nomination ubuesque, mediapart.fr

Les nominations dans la haute fonction publique ou les organismes publics vont bon train ces jours-ci. A la veille d’un vraisemblable changement de majorité, il s’agit souvent, pour l’actuelle, de recaser in extremis quelques amis mais aussi de récompenser les plus fidèles soutiens. - Mediapart.fr via Sauvons l'Université !


Via Collectif PAPERA
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Diplômés étrangers : «Le plus terrible, c'est l'arbitraire des guichetiers»

Diplômés étrangers : «Le plus terrible, c'est l'arbitraire des guichetiers» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Une troisième cérémonie de parrainage était organisée, ce mardi soir, pour soutenir les diplômés étrangers empêchés de travailler en France depuis la circulaire Guéant.

 

Jihan Namrouch ne parvient pas à terminer sa phrase, trahie par l'émotion. «Je ne comprends pas. J'étais excellente, j'avais les bons diplômes, un bon emploi, mon entreprise était contente de mon travail...» Cette jeune Marocaine de 27 ans fait partie de ces diplômés étrangers très qualifiés empêchés de travailler en France et désormais menacés d'expulsion. Mardi, dans un amphi de la Sorbonne, à Paris, était organisée une troisième cérémonie de parrainage.Depuis décembre, des personnalités de tous bords s'engagent aux côtés de ces jeunes pour les aider dans leurs démarches et tenter de débloquer leur situation. Du piston, faute de mieux, se désole l'avocate Elise Schor, présente dans la salle et épaulant plusieurs jeunes. «C'est la seule voie qui marche malheureusement aujourd'hui. Sur le terrain juridique, rien ne bouge. C'est triste à dire mais nous n'avons aucun succès.»

A l'origine des blocages : la fameuse circulaire Guéant du 31 mai 2011 qui durcit les conditions pour les étrangers hors Union européenne souhaitant passer du statut d'étudiant à celui de salarié...

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Enseignement Supérieur et Recherche en France
Scoop.it!

« Mon salaire horaire est moins élevé qu’à McDo, mais je m’éclate » – Portrait de chercheur (1/3)

« Mon salaire horaire est moins élevé qu’à McDo, mais je m’éclate » – Portrait de chercheur (1/3) | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

"J'aurais été bien mieux payée si j'étais restée aux États-Unis, mais faire de la recherche en France a des avantages." Naomi Taylor est médecin et dirige un groupe de recherches sur le système immunitaire au CNRS de Montpellier. Américaine, elle est arrivée en France en 1996. Il y a six ans, on lui a proposé un pont d'or pour diriger une équipe outre-Atlantique. Elle a refusé.


Via Collectif PAPERA
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Pourquoi Paris attire les étudiants internationaux

Pourquoi Paris attire les étudiants internationaux | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

 

Paris est à nouveau distinguée pour son attractivité auprès des étudiants internationaux. Elle se classe en troisième position pour ce public clé, selon une vaste étude publiée jeudi 27 novembre, qui compare les performances de 44 métropoles du monde entier pour attirer et retenir les talents.

La qualité des universités, la qualité et le coût de la vie pour les étudiants ont été pris en compte, comme dans l'étude britannique QS parue deux jours auparavant, qui sacrait Paris meilleure ville étudiante au monde. Mais cette nouvelle étude réalisée par EY (Ernst & Young) et Paris Ile-de France capitale se distingue en comparant aussi les opportunités d'emploi offertes aux étudiants. 

Paris arrive deuxième, peu après Londres, pour le nombre d'universités distinguées par les classements internationaux (classement de Shanghaï et classement Times Higher Education) et le nombre d'étudiants internationaux : 96 782 recensés en 2013.

« Les écoles d'ingénieurs et l'enseignement scientifique sont très appréciés, et certaines se sont bien diversifiées, mais il y a une  difficulté à intégrer le management aux cursus dans les autres secteurs, ce que d'autres pays font très bien », relève Marc Lhermitte, associé chez EY et auteur de l'étude.


La capitale française se distingue aussi sur la vie étudiante, son rayonnement pour les étudiants francophones et le coût des études. En revanche, les perspectives de carrière pourraient y être meilleures. « Paris et l'Ile-de-France offrent une très grande concentration de sièges de grands groupes dans les secteurs économiques traditionnels. Moins sur les filières innovantes et émergentes, telles les nouvelles technologies et la santé, analyse Marc Lhermitte. La force de la métropole est donc plus historique que dynamique ».

L'auteur de l'étude balaie aussi le cliché souvent évoqué d'une « fuite des cerveaux » hors de France :

« Quand on analyse objectivement la situation, on constate que la fuite des cerveaux est largement fantasmée. ...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants français au Québec inquiets pour leur porte-monnaie

Les étudiants français au Québec inquiets pour leur porte-monnaie | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
2 440 personnes ont signé une pétition contre l'augmentation des frais de scolarité des étudiants français, qui passeraient de 1 500 à 4 200 euros annuels.

 

S’endetter plus ou rentrer en France sans diplôme ? Les étudiants français au Québec sont des centaines à se poser cette question depuis quelques semaines. A l’origine de leurs inquiétudes, l’une des propositions faite par le nouveau Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, durant sa campagne, ainsi que le budget présenté par l’ancien gouvernement, en février. Chacun prévoit une augmentation des frais de scolarité des étudiants français installés au Québec. Des frais qui pourraient tripler.

Depuis l’annonce de cette proposition dans le budget 2014-2015, une pétition a été lancée sur Internet. Ce vendredi, ils étaient 2 440 à y avoir apposé leur signature. Parmi eux, Margaud Castadère-Ayçoberry, étudiante en journalisme international à l’université de Laval. Comme pour la majorité des étudiants français de la Belle Province, son portefeuille ne pourra supporter une augmentation de plusieurs milliers d’euros par an. «Je compte rester au Québec, je compte y travailler. Mais je devrais arrêter ma scolarité si la loi passe», explique-t-elle. A 23 ans, elle a encore une année d’études à faire au Canada, où elle est arrivée il y a quatre ans. Comme elle, Camille Joyau, étudiante en première année de cinéma, ne compte pas quitter le Québec. Mais «si cette augmentation devient effective avant la fin de mon parcours, explique-t-elle, je serais sans doute obligée de rentrer.» A Montréal, ses études sont beaucoup moins chères qu’en France, où les écoles spécialisées sont souvent privées. Mais c’est surtout une culture et un mode de vie qu’elle est venue chercher au Québec, celles de l’Amérique du Nord.

C’est aussi le cas de Maxime Larnouhet, étudiant en Master à HEC Montréal. En décembre, ses études seront terminées. Il y a peu de chances que ses frais de scolarité augmentent d’ici là. Pourtant, il a lui aussi signé cette pétition. «Pour ceux qui se sont déjà engagés dans des études ici, c’est un coup dur. Certains ont fait des prêts. Si les frais augmentent, ils ne pourront pas continuer, et ne seront pas pour autant diplômés», explique ce jeune homme de 22 ans. «J’ai signé cette pétition jeudi parce que j’ai eu la chance de profiter de cet accord bilatéral, et je tiens à ce que les prochains étudiants aient la même chance que moi. Je ne serais pas venu si j’avais dû payer ce prix.»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Diplômés étrangers : «Il y a à nouveau une hausse des refus injustifiés»

Diplômés étrangers : «Il y a à nouveau une hausse des refus injustifiés» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Depuis la suppression de la circulaire Guéant, les refus de visas de travail aux motifs farfelus, s'étaient arrêtés. Voilà que ça repart, alerte Fatma Chouaieb, du «collectif du 31 mai».

 

Le téléphone a recommencé à sonner. Depuis quelques semaines, de jeunes diplômés étrangers, au parcours sans faute et sortant souvent de grandes écoles ou universités françaises, s’étonnent d’essuyer des refus de visas pour travailler en France.

 

La situation s’était pourtant bien arrangée depuis la suppression en mai 2012 de la fameuse circulaire Guéant du 31 mai 2011, qui avait laissé sur le carreau des centaines de jeunes talents, privés d’autorisation de travail. «Mais depuis quelques semaines, on constate une recrudescence des refus en préfecture, c’est très net», s’inquiète Fatma Chouaieb, la porte-parole du collectif du 31 mai, qui s’était créé à l’époque pour obtenir la suppression de la circulaire. Comment expliquer cette nouvelle vague de refus ? Le ministère de l’Intérieur a-t-il envoyé de nouvelles consignes aux préfectures ? Le collectif s’interroge, et s’apprête à interpeller le gouvernement.

 La situation est-elle semblable à l’automne 2011 quand les premiers effets de la circulaire Guéant commençaient à se faire sentir ?

Heureusement non, nous ne sommes pas du tout dans les mêmes proportions de refus. A l’automne 2011, on avait vraiment lancé l’alerte rouge, le nombre de visas refusés était vraiment très élevé. Et beaucoup de jeunes se retrouvaient pendant des mois et des mois sans réponse de la préfecture. Avec la suppression de la circulaire, les problèmes s’étaient vraiment bien résorbés. On ne recevait plus d’appels à l’aide. Jusqu’à ces dernières semaines. Là, ça recommence. Il y a une vague de refus, c’est net.

 Combien de cas de refus avez-vous enregistrés ?

Pour l’instant, on est encore dans la phase du recensement. Nous n’avons pas encore de chiffres précis, mais j'ai en tête 20 à 30 dossiers. On a ouvert une page Facebook [en septembre 2011, le collectif s’était constitué d’abord via Facebook, ndlr] pour essayer de voir combien de personnes sont concernées. Dès qu’on aura un peu plus de visibilité, on va interpeller les trois ministères concernés, Travail, Intérieur et Enseignement supérieur, pour demander des explications.

 Sur les 20 à 30 dossiers que vous citez, quels sont les motifs de refus ?

Dans la plupart des cas, comme à l’époque de la circulaire Guéant, les agents de préfecture ressortent l’argument du taux de tension dans un bassin d’emploi, en comparant un poste de junior avec un senior. Ça ne tient pas la route. 

 Du coup, vous réactivez le collectif ?

Non, nous n'avons pas cessé d'exister ! Nous avions juste quitté la rue mais nous avons continué à travailler...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Alsace attire les étudiants chinois - France 3 Alsace

L'Alsace attire les étudiants chinois  - France 3 Alsace | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Depuis le début des années 2000, le nombre d'étudiants chinois a considérablement augmenté. Ils sont près de 800 aujourd'hui à être inscrits dans une université alsacienne.

 

Depuis 2000, leur nombre a été multiplié par 10. Près de 30 000 chinois étudient aujourd'hui en France. Parmi eux, 800 ont choisi l'Alsace.Plus humaine, culturellement très attractive, moins chère, la région séduit l'étudiant chinois qui est prêt à quitté pays et famille pour tenter l'aventure française. Ils se dirigent principalement vers les sciences économiques, l'ingénierie et les Lettres. Et après leur cursus universitaire, beaucoup décident de rester là pour démarrer une vie professionnelle. Pour autant, tout n'est pas gagné d'avance.

 

Avec un reportage télévisé de 2'48.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les parents d'un étudiant en médecine de 14 ans ont obtenu un titre de séjour

Les parents d'un étudiant en médecine de 14 ans ont obtenu un titre de séjour | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

VERSAILLES, 04 oct 2012 (AFP) - Les parents d'un adolescent camerounais de 14 ans, étudiant en médecine après avoir réussi son bac avec trois ans d'avance, ont obtenu des titres de séjour, éloignant ainsi pour le père le spectre d'une expulsion, a-t-on appris auprès du réseau RESF et de la préfecture des Yvelines.Des titres de séjour au titre de "la vie privée et familiale" vont être délivrés au père du jeune Christian, qui était sous le coup d'une "obligation de quitter le territoire français" (OQTF), et à sa mère, qui était auparavant dans l'attente de l'examen de son dossier, selon ces mêmes sources.

"Leur situation a été clarifiée et stabilisée", a déclaré à l'AFP une source préfectorale, estimant qu'"au regard des éléments nouveaux" apportés par la famille, il a été constaté au cours d'un nouvel examen de leur dossier qu'ils avaient "établi leur vie en France".

Arrivé dans l'Hexagone il y a plus de dix ans et ayant travaillé six ans à un poste déclaré, le père de Christian, électricien camerounais résidant à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), était menacé d'expulsion après avoir reçu une OQTF en novembre 2011....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une université britannique interdite d'enseigner à des étudiants extra-communautaires

Une université britannique interdite d'enseigner à des étudiants extra-communautaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
D'après le secrétaire d'Etat à l'immigration, Damian Green, à l'antenne de la BBC, "un quart des étudiants pris au hasard [à la London Metropolitan University] étudiaient alors qu'ils n'avaient pas le droit de rester dans ce pays".

S'[ils] viennent ici pour échapper aux contrôles d'immigration, et bien ils ont tort", a-t-il ajouté.La révocation de la licence de la London Metropolitan University pourrait se traduire par l'expulsion de plus de 2 000 personnes dans les soixante jours à moins qu'ils ne trouvent un autre sponsor pour leur visa, affirme le syndicat étudiant britannique NUS. "Notre priorité absolue est nos étudiants, les étudiants actuels et les étudiants à venir, et l'université fera tout pour remplir ses obligations vis-à-vis d'eux", assure de son côté l'établissement.

Le secrétaire d'Etat chargé des universités, David Willetts, a lui annoncé la formation d'une équipe chargée de venir en aide aux étudiants concernés : "Il est important que les vrais étudiants qui sont affectés alors qu'ils n'ont rien commis de répréhensible reçoivent des conseils et une aide rapide, y compris si nécessaire pour trouver d'autres institutions où ils pourraient étudier." Quelque 298 000 étudiants extra-communautaires suivaient un enseignement au Royaume-Uni pendant la période 2010-2011, selon des chiffres officiels.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Belgique instaure des quotas d'étudiants étrangers en médecine et dentaire

La Belgique instaure des quotas d'étudiants étrangers en médecine et dentaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A partir de septembre, seuls 30 % d'étudiants ne résidant pas depuis trois ans en Belgique seront autorisés à s'inscrire en médecine ou dentaire.

 

Ils sont deux cents a avoir passé la nuit du mercredi 27 juin au jeudi sur le trottoir de l'Institut Marie Haps, à Bruxelles. Ces jeunes, Français pour la plupart, sont venus s'inscrire en orthophonie pour la rentrée, rapporte la télévision belge RTBF. L'engouement est fort pour ces filières médicales, quasi-gratuites et sans sélection à l'entrée. Outre-Quiévrain, le gouvernement cherche à endiguer cet afflux d'étudiants étrangers.

Dès septembre, les facultés de médecine et de dentaire francophones n'admettront plus en première année que 30 % d'étudiants "non-résidents", c'est-à-dire ceux ne pouvant pas justifier de trois années de résidence en Belgique. Le texte du décret a été adopté mardi en commission du parlement de la Communauté française Wallonie-Bruxelles.

Les heureux élus, à 90 % des Français, seront choisis par tirage au sort après l'ouverture des inscriptions le 20 août. "C'est la solution de facilité, mais il n'y a pas d'alternative", explique au Monde.fr le professeur Gustave Moonen, doyen de la faculté de médecine de Liège et président du collège des doyens des cinq facultés de médecine francophones de Belgique....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Etudiants étrangers : une nouvelle circulaire plus souple

Etudiants étrangers : une nouvelle circulaire plus souple | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Une semaine après l'abrogation de la circulaire Guéant, un nouveau texte sur l'accès des étudiants étrangers au marché du travail a été publié.

 

Une nouvelle circulaire sur "l'accès au marché du travail des diplômés étrangers", publiée mardi 5 juin, confirme l'abrogation de la très controversée circulaire Guéant, et assouplit légèrement les règles du séjour en France de ceux-ci à la fin de leurs études (voir au bas de l'article pour consulter cette circulaire).

La circulaire, qui a été rédigée à l'issue d'une collaboration entre les ministères de l'intérieur, du travail et de l'enseignement supérieur et de la recherche, abroge la circulaire Guéant du 31 mai 2011 et la circulaire complémentaire du 12 janvier 2012, "conformément aux engagements du président de la République", selon la nouvelle circulaire adressée aux préfets.

Il est notamment demandé aux préfets de "réexaminer prioritairement les dossiers déposés depuis le 1er juin 2011" et de "délivrer aux intéressés une autorisation provisoire de séjour de six mois, non renouvelable, avec autorisation de travail, ou, pour ceux qui ont une promesse d'embauche, un récépissé avec autorisation de travail durant l'instruction de leur dossier"....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants étrangers constituent 41 % des doctorants en France

Les étudiants étrangers constituent 41 % des doctorants en France | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La France, troisième pays au monde accueillant le plus d'étudiants étrangers en 2006, est passée en quatrième position en 2009.

 

Les quelque 285 000 étudiants étrangers accueillis en 2010-2011 par la France représentent une part non négligeable des doctorants - qui s'élève à plus de 40 %. Venant surtout de Chine et du Maroc, ils représentent en tout 12% des étudiants de l'Hexagone, selon une étude de Campus France.

La France, qui occupait la troisième place depuis 2006 des pays qui accueillent le plus d'étudiants étrangers, est passée en quatrième position en 2009. Après la publication de la controversée "circulaire Guéant", plusieurs centaines de diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, qui avaient été recrutés dans des entreprises françaises, n'ont pas pu obtenir un changement de statut d'étudiant à salarié.

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a confirmé jeudi que cette circulaire serait abrogée, un an jour pour jour après sa publication, et remplacée par un nouveau texte.

Le premier contingent des étudiants étrangers est celui des Marocains (11 % en 2009), mais leur nombre a diminué de plus de 9 % entre 2005 et 2009. En revanche, la part des Chinois, qui représentent près de 10% de ces étudiants étrangers, a progressé de presque 65 % en cinq ans. Arrivent ensuite les Algériens et les Tunisiens. La France est le septième pays d'accueil des étudiants asiatiques et c'est l'un de ceux où cette croissance est la plus forte - la part des Vietnamiens a notamment progressé de 55 % entre 2005 et 2009...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Printemps érable" : les étudiants expatriés solidaires

"Printemps érable" : les étudiants expatriés solidaires | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Alors que la jeunesse québécoise est dans la rue depuis plus de trois mois, les étudiants expatriés suivent de très près l'évolution de la situation. Nous avons rencontré Emile, étudiant à la Sorbonne, sur le point de rentrer à Montréal.

 

Durée du reportage vidéo: 1'18".

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le sort des diplômés étrangers est indigne

Le sort des diplômés étrangers est indigne | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les effets ravageurs de la "circulaire Guéant".

...

K. est de nationalité russe, X. de nationalité chinoise. Ils sont chercheurs postdoctorants dans mon équipe. C'est-à-dire qu'ils ont effectué une thèse de doctorat dans un autre institut (aux Etats-Unis pour K., dans un institut de l'Académie des sciences chinoises pour X.) et qu'ils sont actuellement en France dans le cadre d'un contrat à durée déterminée. Quant à P., également russe, il fut postdoctorant dans notre équipe pendant quelques années, puis y obtint un contrat à durée indéterminée en tant qu'ingénieur de recherche, contrat pour lequel il quitta un poste dans une université suédoise de renom. Qu'ont-ils en commun, outre un enthousiasme pour la recherche scientifique, une grande compétence et une formation de très haut niveau ? Ils ont chacun attendu de longs mois (parfois plus de six mois) leur carte (ou titre) de séjour, et même parfois la simple délivrance du récépissé attestant du dépôt de leur dossier de demande.

Pendant ce temps, leur visa d'entrée ayant expiré, pas question de quitter le territoire français pour pouvoir participer à une conférence scientifique à l'étranger, ou pour voir leur famille - il leur aurait été impossible de revenir en France à l'issue de leur voyage. K., quant à lui, n'a pu se rendre, pour cette raison, à un entretien d'embauche dans une université américaine. Pour chacun d'entre eux, délais et files d'attente interminables, pertes de documents, absence de réponse bien que de nombreuses relances aient émaillé leurs démarches. Finalement, contre 350 euros et après des mois d'attente, ils ont obtenu leur titre de séjour... et ont dû presque immédiatement entamer les démarches pour son renouvellement d'un an, dans les mêmes conditions.

Ces exemples ne sont pas des cas isolés. Ils sont le lot commun des étudiants et chercheurs étrangers aujourd'hui dans notre pays. Partout dans le monde, les communautés étudiantes et académiques savent désormais que venir étudier ou chercher en France, c'est s'exposer à de tels déboires...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Strasbourg, l'université se mobilise face aux expulsions d'étudiants étrangers | Humanite

A Strasbourg, l'université se mobilise face aux expulsions d'étudiants étrangers | Humanite | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Les expulsions d'étudiants étrangers provoquent un malaise croissant au sein de l'Université de Strasbourg (UDS), soucieuse de sa réputation d'ouverture internationale, où des enseignants qui ne veulent plus "fermer les yeux", s'organisent pour aider les jeunes concernés.

Le 13 février, dans la salle d'audience du tribunal administratif de la capitale alsacienne, les bancs ne suffisaient pas pour accueillir la centaine de personnes venues soutenir Ansoumane, un étudiant guinéen menacé d'expulsion après plus de huit années en France. Parmi elles, des amis, des étudiants, des militants associatifs, mais aussi des enseignants de l'UDS, parfois assis par terre pour suivre les débats. Pour l'avocate de la défense, une habituée des lieux, "c'est du jamais vu".

Cet étudiant guinéen de 30 ans fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF) depuis 2008, mais il avait poursuivi son cursus avant son interpellation début février....

more...
No comment yet.