L'enseignement da...
Follow
Find tag "échec scolaire"
19.0K views | +0 today
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un lycée en guerre contre l'échec scolaire - Information - France Culture

Un lycée en guerre contre l'échec scolaire - Information - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

A Gennevilliers, en région parisienne, le lycée Galilée vient de généraliser à toutes les classes de seconde un dispositif de lutte contre l'échec scolaire qui repose sur une nouvelle organisation des enseignements, de l'évaluation, de l'emploi du temps et, dans une moindre mesure, de la vie scolaire.
La réussite de cette expérimentation a été rendue possible grâce à l'implication et l'adhésion de l'équipe pédagogique qui a exceptionnellement reçu carte blanche pour améliorer les résultats scolaires dans un établissement classé en « ZEP »....

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

D'où vient le désir d'apprendre ? - Information - France Culture

D'où vient le désir d'apprendre ? - Information - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

i, pour modestement citer Aristote, "tous les hommes désirent naturellement savoir » … comment maintenir le savoir comme objet de désir ? Pourquoi l’élan vers la connaissance est-il contrarié, suspendu et parfois éteint chez certains enfants… Comment comprendre ces ruptures et comment renouer avec un désir qui conditionne largement le destin scolaire ? Deux invités pour en parler aujourd’hui :

 

Martine Menès, Psychanalyste et psychothérapeuthe auteur de L'enfant et le savoir : d'où vient le désir d'apprendre ? (Seuil, sept 2012) et Arnaud Houte, Maître de conférences en Histoire contemporaine au centre de recherches en Histoire du XIXème siècle, à propos du Colloque qui aura lieu le 4 décembre au Collège de France, organisé par les PUF sur le thème "Désirs de savoir".

Martine Menès nous explique comment apparaît et s'entretient le désir d'apprendre. Pour un enfant, le désir de savoir et le désir d'apprendre, est un désir de vie, grâce à l'écoute, le toucher, le regard...Rarement le problème de l'échec scolaire est pris d'où il naît : de ce qui, chez l'enfant, rend l'apprentissage possible : son désir de savoir.

 

 

Durée de l'émission: 29 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Journée de mobilisation contre le décrochage scolaire

Journée de mobilisation contre le décrochage scolaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Ce 19 septembre, l'AFEV consacre sa cinquième journée du refus de l'échec scolaire à ceux qui abandonnent l'école sans aucun diplôme.

...

l'Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (AFEV) consacre au décrochage sa 5e journée annuelle du refus de l’échec scolaire. "François Hollande a promis pendant sa campagne de le diminuer de moitié en cinq ans, explique le directeur de l’association Christophe Paris, et nous avons décidé d’apporter notre contribution à cet engagement". La journée du 19 septembre est organisée autour d’un grand débat public à Paris, à la Maison des Associations de Solidarité de 14h à 18h (http://www.refusechecscolaire.org).L’association, crée en 1991, s’emploie à rapprocher des jeunesses qui ne se croisent pas d’habitude, en proposant à des étudiants de faire du soutien scolaire dans les quartiers pauvres, partout en France. Cette année, 7.000 jeunes adultes prennent ainsi en charge 7.000 enfants en difficulté, à raison d’une heure ou deux par semaine. La démarche est validée par leurs universités.

L’AFEV tape dans le mille. La semaine dernière, déjà, dans "Regards sur l’éducation 2012", l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) avait pointé les mauvais résultats de la France en matière de taux de scolarisation des 15-19 ans, qui a baissé depuis 15 ans.Chaque année, environ 140 000 jeunes abandonnent l’école sans diplôme, et 71% de ces jeunes déscolarisés sont chômeurs ou inactifs, contre 57% en moyenne dans les pays de l’OCDE (chiffres de 2010).

 

L’AFEV, forte de son ancrage dans les cités, a enquêté auprès de ces décrocheurs (disponible aussi sur http://www.refusechecscolaire.org). D’où il ressort que la troisième et encore plus la seconde sont les classes de tous les dangers. Que ceux qui ont lâché l’école se sont sentis très seuls pendant cette période de rupture. Près de la moitié d'entre eux considèrent qu’ils n’ont reçu alors aucun soutien de l’institution. Ils racontent que leur motivation s’est progressivement effilochée, au gré des mauvaises notes, sans que rien ne vienne enrayer cette spirale de l’échec et du dégoût de soi. Et s’ils arrivent à reprendre pied, plus tard, c’est à cause d’une rencontre avec un adulte qui leur redonne confiance. Autant de pistes de travail pour François Hollande.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ecole malienne : Les vraies causes de l’échec de nos enfants !

Ecole malienne : Les vraies causes de l’échec de nos enfants ! | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

12,36% de taux d’admission, tel est le taux de réussite au baccalauréat malien cette année, l’un des plus mauvais de son existence. Que préconiser ? Sinon que de revoir nos rôles afin d’amener nos enfants à prendre conscience et à mieux se tenir, pour une meilleure performance de nos écoles.

 

Depuis plus de vingt ans, le niveau scolaire des élèves maliens est en baisse. Les parents sont les premiers responsables de l’éducation des enfants. L’école, même si elle est le lieu privilégié de socialisation, doit venir en complément de l’éducation reçue à la maison. Parce que l’enfant arrive déjà à l’école, quand il sait prononcer ses premiers mots. N’avons-nous pas l’habitude d’entendre qu’. « A trois ans, tout est joué ? ». A cet âge, la base de l’éducation est presqu’acquise.Si la déconfiture de l’école a commencé sous le régime du Général Moussa Traoré, il faut reconnaitre que les Présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré n’ont pas réussi à redonner à l’école malienne sa réputation d’antan....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

20 000 élèves handicapés déscolarisés : à quand l'école de la République pour tous ?

20 000 élèves handicapés déscolarisés : à quand l'école de la République pour tous ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Un constat s'impose : l'Education nationale est en échec lorsqu'il s'agit de la scolarisation des enfants handicapés. 20 000 enfants n'ont pas d'école et se retrouvent donc sans éducation.

Une situation à laquelle souhaite remédier le gouvernement dès l'automne : un chantier de taille.

 Par Jean-Marc Maillet-Contoz, créateur du magazine bimensuel spécialisé dans le monde du handicap : HANDIRECT, qui s'accompagne d'un site internet. En 2010, il créé avec 2 associés le salon URBACCESS, 1er salon professionnel européen dédié à l'accessibilité et la conception universelle. Entretien.

 

Atlantico : Pourquoi la scolarité des enfants handicapés est-elle en souffrance ?

        Jean Marc Maillet-Contoz : En France, il n'y a pas de politiques dans ce domaine, du moins aucune qui ne soit clairement affirmée et qui dégage les moyens nécessaires pour que les enfants accèdent aux écoles ordinaires. On embauche des auxiliaires de vie dans des conditions précaires sans aucun avenir, aucun contrat et donc pas de possibilité de se projeter. Pas de pérennité du système à cause du manque de moyens, bien entendu. Pour se rendre compte, en Italie, ils ont près de 70.000 auxiliaires, contre 6.000 en France. S'ajoute à cela une question de sensibilisation au sein de l’Éducation nationale. Le personnel des établissement estime qu’il n'a pas été préparé à l'accueil de ces enfants. Les professeurs et les directeurs sont pétris de certitudes et affirment trop souvent qu'ils n'ont pas le temps de s’en occuper, qu'ils ne savent pas comment réagir en cas de problème et que de toute façon, ils sont déjà débordés avec des élèves "ordinaires". Le vrai problème se sont aussi ces idées préconçues.

 

Quelles sont les difficultés des enfants handicapés à l'école?

       La première difficulté, c'est le manque d'adaptation des lieux, autant physique (permettre un accès aux fauteuils roulants) que technique. Quand l'enfant a une déficience visuelle ou mentale, il n'y a pas ou peu de structures pour l'accueillir. L'autre souci, c'est le manque de connaissances et de sensibilité des instituteurs sur les différents handicaps. Et, encore et toujours, ce manque considérable de moyens pour dégager à la fois des aides techniques, humaines ainsi que la mise en place de programmes pédagogiques plus adaptés. Qu'on soit au lycée ou à la maternelle, ce qui traine encore, c'est le regard sur le handicap qui n'est pas très favorable, de la part surtout des parents des enfants non-handicapés. Ces parents sont parfois contre la venue d'enfants handicapés dans les classes....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Des cas d'"hikikomori" en France

Au Japon, des centaines de milliers d'adolescents et de jeunes adultes vivent reclus à domicile, refusant toute vie sociale. Ce phénomène est désormais décrit dans d'autres pays.

 

Touchant essentiellement les garçons, l'"hikikomori" se manifeste, en l'absence de schizophrénie ou de retard mental, par un mode de vie centré sur le domicile, un intérêt ou un désir nuls pour l'école ou le travail, et la persistance des symptômes depuis plus de six mois....

 

Certains spécialistes n'hésitent d'ailleurs pas à qualifier ce phénomène d'épidémie. La situation est d'autant plus complexe qu'on ne compte que 169 pédopsychiatres dans l'Archipel, alors que les premiers signes d'absentéisme scolaire ou d'isolement peuvent parfois être repérés dès l'âge de 12-13 ans. En outre, certains parents, honteux d'avoir un enfant concerné, tardent à consulter. Il peut aussi exister de la part de l'entourage familial une tolérance, voire une indulgence vis-à-vis du jeune reclus, qui, lui, refuse souvent toute consultation médicale....

 

Serait également en cause l'intense pression du système scolaire, auquel peuvent s'ajouter les brimades que subissent certains élèves.

Le psychiatre et psychanalyste français Serge Tisseron émet quant à lui une hypothèse. "Le hikikomori, dit-il, pourrait représenter à l'adolescence un comportement de repli à l'intérieur de soi qui permettrait de manière inconsciente de gérer les émotions, les conflits, les inquiétudes relatives à l'avenir, en évitant l'entrée dans une pathologie psychiatrique, telle qu'un effondrement dépressif ou le développement d'une phobie."

Observé au Japon, l'hikikomori n'est pourtant pas lié à la seule culture japonaise, comme en témoigne la présence de cas à Oman, en Espagne, en Italie, en Corée du Sud et, depuis peu, en France. Le docteur Marie-Jeanne Guedj-Bourdiau, responsable du Centre psychiatrique d'orientation et d'accueil (CPOA) à l'hôpital Saint-Anne à Paris, a recensé, "au cours des quinze derniers mois, une trentaine de cas qui concernent des adolescents à partir de 16 ans mais aussi des jeunes gens de 25-30 ans qui ont une vie sociale des plus réduites après avoir eu des difficultés à terminer leurs études supérieures"...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Éducation: l'OCDE préconise de lutter contre l’échec scolaire pour renforcer l’équité et la croissance

Éducation: l'OCDE préconise de lutter contre l’échec scolaire pour renforcer l’équité et la croissance | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les pouvoirs publics devraient investir davantage dans les établissements et les élèves défavorisés afin de promouvoir l’égalité des chances, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

 

D’après Équité et qualité dans l’éducation – Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés, apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin permettrait de réduire l’échec scolaire, de stimuler la croissance économique et contribuerait à bâtir une société plus juste.

Aujourd’hui, de nombreux élèves ne maîtrisent pas les compétences élémentaires, et un élève sur cinq en moyenne dans l’OCDE abandonne l’école avant d’avoir fini ses études secondaires. Le taux d’abandon va de 2 % en Corée à 58 % en Turquie pour les 25-34 ans. En Espagne, en Grèce, en Italie, en Islande, au Mexique et au Portugal, il est de 25 % ou plus. L’OCDE estime qu’en abandonnant l’école aussi tôt, ces jeunes n’ont pas le temps d’acquérir les compétences dont ils auront besoin dans le monde du travail actuel...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le Haut Conseil de l'éducation s'inquiète d'un échec scolaire "croissant"

Le Haut Conseil de l'éducation s'inquiète d'un échec scolaire "croissant" | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Cet organisme consultatif pointe l'échec des redoublements et invite le gouvernement à renforcer les moyens de l'école primaire et à être courageux en matière de réforme des rythmes scolaires.

 

Un "niveau croissant d'échec scolaire" et des "performances en baisse" en France. Ce sont les mises en garde rédigées par le Haut Conseil de l'éducation dans son rapport annuel, transmis vendredi 7 décembre à François Hollande et dont l'AFP a eu copie.

"Le nombre élevé de sortants sans diplôme [environ un jeune sur six chaque année] et la proportion d'élèves ayant des acquis insuffisants (15 %) ou fragiles (25 %) tant en fin d'école primaire qu'en fin de collège en témoignent", selon le document. Pour le HCE, "l'évolution est même préoccupante puisqu'elle fait apparaître une dégradation des résultats, notamment pour les élèves les plus faibles".

 

Il convient également d'"accorder la priorité à l'école primaire, décisive pour la réussite ultérieure". Or, si "les dépenses par élève du secondaire sont 15 % plus élevées en France que la moyenne de l'OCDE", "celles du primaire sont inférieures de 17 %". "Même dans un contexte budgétaire contraint, il est pleinement justifié que l'école primaire bénéficie d'une priorité dans l'affectation des moyens", selon le rapport.

 

Pour l'organisme, il convient également de faire en sorte que les élèves français se sentent mieux. "Les actes de violence et les incivilités se sont multipliés, le harcèlement s'est développé", "l'évaluation est vécue comme un jugement souvent dépréciatif", l'orientation "tend à procéder par des exclusions successives vers des voies ou filières de moins en moins considérées", énumère le HCE, qui insiste sur l'importance de la formation des professeurs...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education: la troisième et la seconde, classes propices au décrochage scolaire

Education: la troisième et la seconde, classes propices au décrochage scolaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Les classes de troisième et de seconde constituent une période charnière propice au décrochage scolaire, selon une enquête Trajectoires/Afev publiée mercredi à l'occasion de la 5ème journée de refus de l'échec scolaire.Ces classes correspondent à la fin de la scolarité obligatoire pour une partie des élèves qui ont déjà seize ans ou s'en approchent, selon cette enquête, réalisée en mai et en juin 2012 auprès de 186 jeunes interrogés par questionnaire au sein de structures comme les micro-lycées et les missions locales.

 

Ces jeunes, qui avaient déjà initié un processus de "raccrochage", ne sont pas représentatifs de l'ensemble des décrocheurs, difficiles à approcher hors structures.

Parmi eux, 32% ont commencé à ne plus aller en cours régulièrement en seconde et 17% en troisième. La seconde est la première étape après l'orientation. C'est aussi le début du lycée, marqué par une plus forte exigence.

L'enquête note qu'avant de décrocher certains de ces jeunes étaient physiquement présents en classe sans "accrocher aux apprentissages".

Au moment de la rupture avec le système scolaire, 36% étaient angoissés, 29% plutôt soulagés et 28% estimaient que ça ne changeait pas grand-chose....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'ex-cancre qui veut réconcilier les élèves avec l'orthographe

L'ex-cancre qui veut réconcilier les élèves avec l'orthographe | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Anne-Marie Gaignard, 50 ans, évoque avec colère ses souvenirs d'école.

 

Petite, elle était celle qui se cache au fond de la classe pour ne pas qu'on la remarque. Celle qui fixe le bout de ses chaussures quand l'institutrice pose une question de français. Anne-Marie Gaignard était "nulle" en orthographe. "Egarée dans la forêt des mots", comme elle dit. Ses notes en dictée ne dépassaient pas le zéro. La pire de toutes fut - 85. Elle avait écrit : "Le générale Degole à sové la France. De puis langlètère, il a lencé un apelle au français." A ce niveau-là, "on n'explique plus, on constate", se désole-t-elle.

Aujourd'hui, à 50 ans, Anne-Marie Gaignard est réconciliée avec la langue française. Après un long combat pour dépasser ses blocages, elle a créé l'association Plus jamais zéro, pour transmettre ses solutions aux enfants en difficulté. Elle dirige un centre de formation continue pour adultes et publie, le 29 août, son sixième ouvrage : La Revanche des nuls en orthographe (Calmann-Lévy, 256 p., 16,90 €). Un message d'espoir pour tous les fâchés avec le français.

Mais ce livre, c'est d'abord sa revanche à elle. Quand Anne-Marie Gaignard évoque ses souvenirs d'école, il y a de la colère. A 6 ans, elle reçoit une gifle cinglante. "Anne-Marie a la tête comme une passoire, lâche son institutrice à ses parents. Si elle continue comme ça, elle ne sera même pas capable de balayer les couloirs d'un hôpital !" La fillette se catalogue cancre, nulle pour la vie. Elle invente alors toutes sortes de stratagèmes pour ne plus aller à l'école. Du thermomètre chauffé sous la lampe de chevet pour faire grimper le mercure à la tentative d'entrer au couvent...

 

Enseignante dans une maison familiale rurale, elle organise des séances de remédiation orthographique pour ses élèves, puis pour d'autres enfants qui lui arrivent par bouche-à-oreille. Pour leur expliquer la règle des accords, elle leur raconte que la grammaire est gouvernée par deux rois, Etre et Avoir. Le premier est gentil, prévisible, et aime se déguiser en "suis", en "furent" ou en "sommes". Le second est capricieux. Le héros, un petit garçon, déjoue les pièges de la langue avec l'aide d'une fée. De ce conte, Anne-Marie Gaignard fait un livre, Hugo et les rois, validé en 2002 par les spécialistes du dictionnaire Robert et écoulé aujourd'hui à plus de 200 000 exemplaires...

 

A chaque fois, sa colère la reprend. "Je suis atterrée en voyant ces enfants qu'on laisse passer dans la classe supérieure, alors qu'ils ont raté des moments fondamentaux du programme. Un CP raté, on le paye toute sa vie !" Les chiffres qu'elle avance font froid dans le dos : entre 30 % et 40 % des élèves de sixième seraient incapables d'écrire une phrase sans faute...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Baccalauréat 2013 : l'avant et l'après réforme

Baccalauréat 2013 : l'avant et l'après réforme | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les nouvelles clauses de réorientation et de redoublement...

Avec la réforme par l'éducation nationale du Baccalauréat 2013, annoncée en début d'année par l'ex-ministre, Luc Chatel, les conditions de réorientations d'une filière à une autre sont remaniées, ainsi que les modalités de redoublement. Réformer, c'est parfois bien, comprendre c'est encore mieux !

 

Les épreuves qu'il faut repasser lors d'un changement de filière :

Pour un changement de dernière minute de la Première à la Terminale, la seule note tout terrain est celle obtenue lors de l'épreuve anticipée de français. Pour l'épreuve de sciences, la note est conservée lors d'un passage en série économique et sociale (ES) ou en série littéraire (L). En ce qui concerne l'épreuve d'histoire-géographie, la note est conservée en terminale scientifique (S), en sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D) ou sciences et technologies de laboratoire (STL), mais pour une inscription en ES, L, STG et STG2S, il faudra repasser l'épreuve.

En histoire-géographie toujours, si l'élève part d'une Première dans laquelle l'épreuve est anticipée pour se diriger vers une série où l'épreuve d'histoire-géographie n'est passée qu'en Terminale (L,ES, STG, ST2S) il faut repasser l'épreuve. Si en revanche l'élève atterrit dans une série où cette épreuve doit être passée en Terminale et que l'inscription se fait dans une série où cette épreuve fut anticipée (S, STI2D, STD2A, STL.), deux options sont au choix, soit bénéficier d'une dispense d'épreuve soit préférer repasser l'épreuve pour être en phase avec le nouveau programme.

Changer de série en cas de redoublement :

Après un échec dans une série où l'épreuve d'histoire-géographie est anticipée, pour une seconde chance dans une série où l'histoire-géographie est également anticipée, en S, STI2D, STD2A ou en STL, deux possibilités sont offertes : soit conserver la note obtenue, soit envisager un repassage. Idem pour ceux qui échouent dans une série où l'épreuve a lieu en terminale L, ES, STG, STG2S, et que le bac sera repassé dans une série où elle se trouvait anticipée comme en S, STI2D, STD2A, STL....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Contre l'échec scolaire, Peillon prône une «journée plus courte»

Contre l'échec scolaire, Peillon prône une «journée plus courte» | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'Education estime que les élèves de primaire apprendraient mieux si les journées étaient «moins surchargées».

 

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a estimé dimanche qu’il fallait que la journée scolaire soit «plus courte» dans le primaire pour que les enfants apprennent mieux, lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

«Nous avons très peu de jours de classe, nous avons des journées surchargées. Pensez qu’un élève en cours préparatoire, il a six heures de cours, il n’y a pas un spécialiste qui dit qu'à plus de 4H30, il peut encore apprendre», a-t-il souligné. «Tous les pédagogues savent que c’est une des raisons majeures de l'échec scolaire», a-t-il insisté.

«La journée de classe, il faut qu’elle soit plus courte scolairement, ça ne veut pas dire qu’elle soit plus courte éducativement, je ne vais pas renvoyer l’enfant chez lui à 15 heures. Donc il faut organiser ce qu’on va faire avec l’enfant ou l'élève entre 15h et 16h ou 17H», a-t-il expliqué.

«Pour apprendre, il faut du temps, pour enseigner aussi, on a dérobé ce temps» en passant à la semaine de quatre jours en primaire, au lieu de quatre jours et demi, a-t-il regretté....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"A quoi sert l’échec scolaire?", par Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, mai 2012

"A quoi sert l’échec scolaire?", par Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, mai 2012 | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A quoi sert l’échec scolaire ?Bertrand Ogilvie, La Revue des Livres, 3 mai 2012 Ce texte, publié en accompagnement de la recension de L’Ecole des ouvriers de Paul Willis par Najate Zouggari (la RdL n° 5, mai-juin 2012), est la transcription abrégée...
more...
No comment yet.