L'Afrique
Follow
Find
1.0K views | +0 today
 
Scooped by Agenda Economique
onto L'Afrique
Scoop.it!

Mozambique: Les jeunes africains doivent devenir des entrepreneurs, dit un jeune mozambicain

Mozambique: Les jeunes africains doivent devenir des entrepreneurs, dit un jeune mozambicain | L'Afrique | Scoop.it
Pour Josemir Alcides Efraime Taimo, la réussite future du Mozambique dépendra étroitement du rôle que la jeunesse jouera aujourd'hui dans l'entrepreneuriat et dans les initiatives du développement.

 

C'est la raison pour laquelle eRevolution Partners, l'entreprise créée par M. Taimo, collabore avec le gouvernement mozambicain pour offrir aux jeunes de son pays, de plus en plus nombreux, des occasions de réussir dans le monde de l'entreprise ou à titre indépendant.

 

M. Taimo a parlé de ses activités le 12 juin à Washington où il se trouvait avec plus de 60 autres jeunes leaders africains pour prendre part au Sommet sur l'innovation organisé les 14 et 15 juin dans le cadre de l'Initiative du Président pour les jeunes leaders africains. À la clôture du sommet, M. Taimo et les autres participants se rendront dans différentes villes des États-Unis pour suivre un programme de mentorat de deux semaines dans des entreprises et des organisations sans but lucratif américaines.

 

Au Mozambique, a dit Taimo, plus de 45 % de la population a moins de 15 ans, et l'âge médian est d'environ 17 ans.

 

« Les questions qui touchent la jeunesse sont transversales », a-t-il déclaré, notant le vaste impact des jeunes et l'impératif de répondre à leurs besoins. « Ces questions s'étendent des soins de santé à l'éducation, à la science et à la technologie, à l'entrepreneuriat et au logement, (...) et s'inscrivent dans le cadre de l'économie générale. »

 

En tant que directeur d'expansion à eRevolution, M. Taimo repère les possibilités de financement, établit des réseaux de parrainage, de formation et de développement, et gère les relations de son entreprise avec le gouvernement. Notant que les jeunes Mozambicains deviendront les innovateurs de demain, son entreprise cherche à convaincre les investisseurs à voir en la jeunesse de son pays « un partenaire stratégique ». Elle veut faire en sorte que les jeunes possèdent des compétences monnayables sur le marché de l'emploi et offrir aux jeunes entrepreneurs un mécanisme qui leur permette de présenter leurs idées au monde des affaires.

 

Les nouvelles entreprises qui réussissent dans les pays en développement ont montré au monde que les jeunes sont tout à fait capables d'avoir des idées novatrices extraordinaires et de les mettre en oeuvre, a affirmé M. Taimo. Il est crucial d'aider les jeunes Mozambicains à réaliser leur potentiel novateur afin qu'ils puissent bâtir des entreprises réussies et prendre la tête d'initiatives visant à résoudre les problèmes socio-économiques difficiles de la société.

 

« Regardez Facebook, par exemple. Qui aurait pensé que Facebook serait une telle réussite ? », a-t-il demandé en parlant du géant des médias sociaux fondé par Mark Zuckerberg, qui avait abandonné ses études à l'université de Harvard.

 

« Prenez maintenant ce concept et appliquez-le à un problème traditionnel dans un contexte africain », a dit M. Taimom, qui espère que la jeunesse mozambicaine sera un agent effectif du changement social et économique dans ce pays du sud-est de l'Afrique australe, et fera des contributions puissantes à son développement.

 

L'Initiative du président pour les jeunes leaders africains est un programme de trois ans d'engagement durable du gouvernement des États-Unis avec les jeunes Africains qui souhaitent avoir un effet positif sur l'avenir de l'Afrique subsaharienne.

 

PAR ANASTASYA LLOYD-DAMNJANOVIC, 14 JUIN 2012

more...
No comment yet.
L'Afrique
Infrastructures, Projets, Développement,
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Agenda Economique from Emerging Economies1
Scoop.it!

South Africa needs to swiftly become a freer capitalist economy

South Africa needs to swiftly become a freer capitalist economy | L'Afrique | Scoop.it
Economic growth, not legislation, will deliver full employment,...

 

BY HERMAN MASHABA, OCTOBER 02 2012

 

IT IS widely known that I have become the chairman of the Free Market Foundation and that I describe myself as a strong believer in a capitalist economic system.

 

There are some people who believe that supporters of capitalism should be on the defensive. I disagree. Those who shout hardest that "capitalism has failed" are shouting so hard because their "noncapitalist" (socialist) policies have failed.

 

The root of the problem is that governments, through their central banks, have been printing money and debasing their countries’ currencies.

 

Through their excessive borrowing and spending, combined with the currency debasement, they created the financial crisis. And it is becoming increasingly clear that the crisis is not one of capitalism but one of government failure.

 

In fact, a study in the latest Economic Freedom of the World Report (co-published by the foundation ) "indicates that higher economic freedom is associated with a lower probability of a banking crisis".

 

Capitalism is about freely trading with one another, about co-operation, about not using fraud, or force, or the threat of force against anyone or their property.

 

I am talking about a free society and a just and moral way of interacting with one another. Important requirements of a free society, and a free economy, are respect for and the application of the rule of law.

 

Capitalism, simply defined, is a "voluntary exchange between individuals without interference from others".

 

There are some incorrect beliefs about the foundation that I would like to dispel. One of them is that, because big business funds us, we spend our time looking after their interests. That is not so. We do serve the interests of our supporters, but not so directly. We concentrate on trying to make South Africa a better place for everyone to live in. The fact that we promote capitalism, or free markets, or whatever you want to call a free economy, is in all of our funders’ interest as well as that of every person who lives in this country. There are few organisations whose work has as broad a reach as that of the foundation. We can rightly claim that we work for the benefit of all South Africans.

 

If you look at the work covered by the foundation’s staff, you will find that they are engaged in many activities intended to help low-income people.

 

They work with the unemployed to persuade the government to change the labour dispensation so that they can get jobs.

 

They appeal to the government to respect the constitutional property rights of those who have property and to give full freehold title to the people living in government-owned houses.

 

They also appeal for government-owned land to be used to give urban plots to the homeless so that they can build houses on their own land and for traditional communities to be given security of tenure over their land and their homes.

 

The foundation appeals to the local authorities to respect the rights of hawkers to earn a living for themselves and their families and for the authorities to stop the unwarranted confiscation of their goods.

 

The foundation has become involved in the energy-policy debate out of concern for the consequences for the country’s people if the electricity shortfall should lead to a large-scale loss of jobs and investment and a reduced quality of life.

 

Another concern is the effect on small businesses, especially those operating in the townships, of licensing, zoning and other regulatory issues.

 

We have to look to small firms to employ most of the 7.5-million people who are without jobs. For that to happen, small firms need to be regulated with a light hand, as they were in most countries, such as in Hong Kong in the 1960s, when there were large numbers of destitute people who needed jobs.

 

Unemployment worries me a great deal. It makes no sense that there are so many unemployed people. Common sense tells us that the only people who should be out of work are those who, for whatever reason, don’t want to or cannot work.

 

Why do we have this huge number of unemployed people?

 

Some academics tell us that it is because the people who have jobs have been given a high level of job security by the labour laws, such as laws against what is called "unjustified dismissal". Others tell us it is the minimum wage laws, or the red tape that goes with employing people, that are to blame. In casual conversation, the labour laws are regularly mentioned as being the primary cause of unemployment.

 

There are many studies and different views on the causes of unemployment.

 

I have not seen surveys or studies that have asked unemployed people what kind of jobs they would be prepared to take, at what wages, under what conditions, if the laws are changed to make it possible for them to have what they would accept.

 

I have also seen no surveys of employers to find out who would be prepared to employ the young, unskilled, old, long-time unemployed, and other jobless people who are turned down by other employers, and what kind of employment they would offer them.

 

It is the unemployed and their potential employers who need to be brought together to solve the unemployment problem.

 

Given our labour laws, how does an inexperienced, untrained person, without a matriculation certificate, and who will possibly take a year to become productive, get a job? Most matriculants struggle to get a job. Even with a university degree, they have no guarantee they will find work.

 

The latest statistics (for the strict definition of unemployment) show that 3.2-million (71%) of the unemployed people in this country are between 15 and 34 years old.

 

Besides doing something about the labour laws, the government needs to give careful consideration to the rest of the economic environment in the country.

 

The National Development Plan is a good start but it needs to give specific attention to the way South Africa has fallen on many indices that measure what is happening in the economy, and especially the fall in the country’s economic-freedom ranking.

 

Between 2000 and 2010, South Africa has slipped from 41st to 85th in the Economic Freedom of the World study of the levels of economic freedom in 141 countries.

 

This deterioration in our level of economic freedom is reflected in the uncertainty that prevails in the country, the dominant role being played by the government in the economy, in the huge number of unemployed people, in the persistently high crime rates, and in the growing number of reports about corruption and administrative failure.

 

Economic growth, not legislation, will deliver full employment, "decent" jobs and higher wages. For higher growth, we need large doses of capitalism — the voluntary-exchange variety of capitalism. South Africa urgently needs a swift change of direction towards a free economy.

 

• Mashaba is the chairman of the Free Market Foundation. Leon Louw, executive director of the foundation, begins a weekly column on these pages tomorrow.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Énergies renouvelables : les États-Unis veulent approvisionner l’Afrique du Sud

Énergies renouvelables : les États-Unis veulent approvisionner l’Afrique du Sud | L'Afrique | Scoop.it

Lundi, 06 Août 2012 | Par Jeune Afrique

 

La Banque d'import-export des États-Unis va signer un contrat de 2 milliards de dollars avec l'Afrique du Sud pour financer des projets d'énergie verte.

 

Alors que la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton est en Afrique du Sud depuis hier, dimanche 5 août, pour renforcer les liens économiques entre les deux pays, la Banque d'import-export des États-Unis (Ex-Im Bank) a signé un accord avec la Société de développement industriel de l'Afrique du Sud. Cet accord prévoit deux milliards de dollars d’exportations de produits liés aux énergies renouvelables des États-Unis vers l’Afrique du Sud.


3 725 MW d’énergies renouvelables


Ce contrat, qui doit être signé demain et entrer immédiatement en vigueur, doit aider la grande puissance d'Afrique subsaharienne à mener à bien sa politique énergétique, « l'une des plus ambitieuses en termes de diversité des sources d'approvisionnement », a souligné Fred Hochberg, le président d’Ex-Im Bank cité par l’AFP. Après des années de sous-investissement, les infrastructures électriques sud-africaines sont surchargées. Mais le pays prévoit de doubler sa capacité électrique en ajoutant plus de 50 000 MW. Au moins 3 725 MW devraient provenir des énergies renouvelables.

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

La Chine double, à 20 milliards de dollars, ses crédits à l'Afrique

La Chine double, à 20 milliards de dollars, ses crédits à l'Afrique | L'Afrique | Scoop.it
Le président chinois n'a pas précisé sur quelle durée ils s'étendaient...

 

Le président chinois Hu Jintao a annoncé jeudi que son pays allait doubler ses crédits au continent africain, pour un total de 20 milliards de dollars, afin de soutenir les infrastructures, l'agriculture, l'industrie manufacturière et le développement des PME.

 

Présence grandissante de la Chine en Afrique

Ces prêts, dont le président chinois n'a pas précisé sur quelle durée ils s'étendaient, traduisent la présence grandissante de la Chine en Afrique où elle multiplie les investissements, notamment dans les matières premières nécessaires à la poursuite de la croissance de la deuxième économie mondiale.

 

Pékin, qui accueille jusqu'à vendredi la 5e conférence ministérielle Chine-Afrique, avait annoncé des prêts au continent noir de 10 milliards de dollars lors de la dernière conférence Chine-Afrique, à Charm el-Cheikh en Egypte en 2009. Le président Hu a ouvert la conférence en présence du chef de l'Etat sud-africain Jacob Zuma, du président du Bénin et de l'Union africaine Boni Yayi ainsi que du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

 

166,3 milliards de dollars d'échanges

 

Les échanges commerciaux entre la Chine et le continent africain ont atteint l'an dernier 166,3 milliards de dollars, en hausse de 83% par rapport à 2009, d'après le ministère chinois du Commerce, selon lequel la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Afrique. Hu Jintao a également annoncé que son pays allait continuer à augmenter son aide à l'Afrique en assurant la formation de 30.000 personnes, en offrant des bourses à 18.000 étudiants et en envoyant 1.500 personnels médicaux sur place.

 

L'aide chinoise à l'Afrique a augmenté de 60% depuis 2009, avait indiqué mardi le porte-parole du ministère du Commerce Shen Danyang, mais sans fournir de montant.

 

Les investissements directs chinois en Afrique ont également progressé de 60% depuis 2009 pour atteindre 14,7 milliards de dollars à la fin 2011, selon la même source, qui a précisé que plus de 2.000 sociétés chinoises avaient des investissements sur le continent. Les conférences ministérielles Chine-Afrique (FOCAC) se déroulent tous les trois ans depuis l'an 2000.

 

Créé le 19/07/2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Les deux Soudans en guerre larvée pour le pétrole

Les deux Soudans en guerre larvée pour le pétrole | L'Afrique | Scoop.it
Des combats ont éclaté ces derniers jours dans plusieurs zones contestées où se concentrent d'importantes réserves de brut.

 

Les deux Soudans sont en guerre. Une guerre encore larvée mais une guerre tout de même. Les discours martiaux des dirigeants du Soudan du nord et ceux du Sud, indépendant de son frère ennemi seulement depuis juillet, ne trompent pas. Jeudi, à Khartoum, le président Omar el-Béchir a accusé son voisin d'avoir «choisi la voie de la guerre». Peu avant à Juba, devant un Parlement surchauffé, son homologue sudiste, Salva Kiir, avait affirmé qu'il tiendrait bon et «qu'il ne donnerait pas l'ordre à (ses) forces de se retirer» des zones contestées.

 

Les deux pays n'en sont pas restés aux mots. Depuis trois jours des combats opposent les deux armées, les plus violents des derniers mois, et impliquent l'artillerie lourde et l'aviation. Mardi, les troupes du Sud se sont emparées, pour la seconde fois en quinze jours, d'Heglig. Cette ville, officiellement située au nord, ouvre la porte des champs pétroliers du même nom. Une occupation pour le moins étonnante, les troupes du nord étant réputées être à la fois plus nombreuses et mieux équipées. L

 

'armée de Khartoum, active sur de nombreux fronts tant au sud qu'au Darfour, a peut-être besoin de temps pour contre-attaquer. En attendant, l'aviation, en guise de réponse, aurait bombardé jeudi Bentiu, la capitale de l'État sudiste de Unity. Ce raid, le premier de ce type depuis la fin de vingt ans de guerre civile en 2005, visait une zone pétrolière, sudiste cette fois.

 

Le partage de la manne pétrolière est le cœur de cette crise. En accédant à l'indépendance, le Sud est devenu maître d'environ 75 % des réserves de brut de l'ex-Soudan. Mais la frontière entre les deux pays n'a jamais été précisément tracée, pas plus que n'a été réglée la question des droits de passage. Pour exporter son pétrole, le Sud, État enclavé, doit en effet utiliser des oléoducs qui traversent le Nord. En dépit de cinq ans de négociations molles, ces deux dossiers, qui s'ajoutent à d'autres contentieux portant notamment sur la nationalité, n'ont jamais connu de début de solution.

 

Référendum à venir

 

Jeudi, la crise s'est envenimée en se déplaçant vers Abyei, une enclave hautement contestée. Ce territoire, riche en brut mais aussi en eau et en pâturage, fait théoriquement l'objet d'un sort à part. Un référendum doit y être organisé pour laisser le choix aux habitants de se lier à l'un ou à l'autre des Soudans. Or Khartoum et Juba s'opposent sur la constitution du corps électoral. Jeudi, la capitale du Sud a donc affirmé être prête à une intervention militaire à Abyei pour en chasser les troupes nordistes. Une menace bien pesée. Dans la foulée, Salva Kiir s'est dit prêt à retirer ses hommes d'Helgig si le nord fait de même à Abyei.

 

Cette proposition a peu de chances de se concrétiser. Les autres tentatives de médiations organisées par l'Union africaine (UA) pour renouer les discussions ont échoué, avant même d'avoir pu s'ouvrir. Les deux pays, qui n'ont aucun intérêt à une guerre, semblent en fait chercher à se placer en position de force pour de futurs pourparlers. Jeudi, la chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Catherine Ashton, s'est faite plus menaçante, jugeant «inacceptable» l'occupation d'Heglig après des appels similaires de l'ONU et de l'UA.

 

13/04/2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

SOUDAN DU SUD: Des forêts meurent dans les violences

Le Soudan du Sud perd ses forêts. Et sans aucune politique unifiée pour maîtriser la situation, le gouvernement est embrouillé, avec un ministère affirmant que la perte des forêts est une nécessité pour l'agriculture et un autre prévenant contre les conséquences environnementales désastreuses si cela continue sans contrôle.

 

Plusieurs décennies de guerre, au cours desquelles l'environnement du pays a été négligé, couplées avec les défis post-indépendance et les tensions avec le Soudan, ont entraîné la dégradation de l'environnement dans le pays. Et elle est en grande partie causée par une déforestation effrénée.

Isaac Woja, un agronome et expert de la gestion des ressources naturelles, a déclaré que le taux de déforestation était préoccupant.

 

"La vitesse avec laquelle les gens coupent les arbres est inquiétante. Si cette tendance se poursuit, les générations futures vont souffrir. Le Soudan du Sud peut devenir un désert comme ce que vous voyez au nord", a-t-il dit à IPS.

 

Bien qu'il n'existe aucune information sur le nombre exact de forêts dans le pays, selon les chiffres de 2009 du ministère de l'Agriculture et des Forêts, les terres boisées et les forêts couvrent environ 29 pour cent de la superficie du Soudan du Sud, soit 191.667 kilomètres carrés.

 

Une étude menée en 2010 par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), dénommée "Evaluation des ressources forestières", a estimé qu'une grande superficie atteignant jusqu'à 2.776 kilomètres carrés de forêts et autres terres boisées était détruite chaque année, au Soudan du Sud.

 

L’abattage des forêts en vue de défricher les terres pour la culture a commencé en 2005 après la signature de l'Accord de paix global, qui a officiellement mis fin à la récente guerre civile (1983-2005) entre le sud et le nord du Soudan d’alors.

 

Cependant, la déforestation s'est aggravée depuis l'indépendance comme les Sud-Soudanais, qui vivent en tant que Personnes déplacées à l'intérieur au Soudan, ont commencé à rentrer. Selon l'ONU, au cours des 18 derniers mois seulement, 350.000 personnes sont rentrées du Soudan. En outre, un nombre indéterminé de personnes sont également revenues des pays voisins suite à l'indépendance du Soudan du Sud, le 9 juillet 2011.

 

Le gouvernement du Soudan du Sud a alloué des terres aux personnes qui sont retournées pour s'y installer, y compris dans les zones situées à proximité des forêts. Beaucoup ont recouru à l'agriculture comme un moyen de gagner leur vie, et ont commencé à défricher les terres boisées à proximité pour la culture.

 

Cela se produit principalement dans les Etats d'Equatoria oriental, occidental et central, dans le sud du pays, et dans une moindre mesure dans les Etats de Bahr al Ghazal occidental et du nord, dans le nord du pays. Ces Etats renferment les terres arabes les plus fertiles au Soudan du Sud.

 

Dans une interview accordée à IPS, le directeur général du ministère de l'Environnement du Soudan du Sud, Victor Wurda Lotome, a averti que bien que l’investissement dans l'agriculture aide l'économie du pays, si les risques environnementaux associés à l'agriculture mécanisée et commerciale ne sont pas pris en compte, les dommages causés à l'environnement pourraient l'emporter sur les avantages financiers.

 

"Tout comme nous sommes impatients d'accroître la production alimentaire et d’assurer la sécurité alimentaire au Soudan du Sud, et que nous voulons promouvoir les investissements agricoles, il est important d'aborder carrément la durabilité environnementale. Il doit y avoir des filets de sécurité pour éviter aux personnes vulnérables les conséquences de la sécheresse découlant de la dégradation de l'environnement", a déclaré George Okech, directeur national de la FAO au Soudan du Sud.

 

Woja a expliqué comment une sécheresse pourrait provenir de la déforestation: "Les forêts aident également à faire tomber les pluies. La déforestation signifie que dans les années à venir, les zones touchées recevront moins ou pas de précipitations du tout".

 

Toutefois, la ministre sud-soudanaise de l'Agriculture et des Forêts, Betty Achan Ogwaro, a affirmé que c'était impossible pour les agriculteurs dans la grande région d'Equatoria, qui renferme un grand nombre de terres boisées et de forêts, de cultiver sans abattre aucun arbre.

 

"Nous sommes toujours aux prises avec nos partenaires comme l'USAID (Agence américaine pour le développement international) qui nous disent de ne pas couper les arbres, de juste planter entre les arbres. Mais cela est-il réellement vrai? Pouvons-nous accroître réellement la productivité si nous ne coupons pas certains des arbres?".

"Je pense que nous devrions avoir seulement 10 pour cent des arbres dans les zones agricoles afin que les agriculteurs aient plus d'espace pour les cultures".

 

Ogwaro a déclaré que le Soudan du Sud a besoin d'utiliser des tracteurs pour accroître la production alimentaire, ajoutant que les tracteurs ne peuvent être utilisés que si les terres agricoles sont déboisées. "Les gens demandent des tracteurs. C'est pourquoi nous disons que vous devez couper quelques arbres afin que vous puissiez utiliser un tracteur sur votre ferme", dit-elle.

 

Woja a indiqué que les petits fermiers au Soudan du Sud exploitent actuellement en moyenne entre 0,2 et 0,4 hectare de terres pour produire des cultures destinées à la consommation familiale, mais avec l'accroissement de la population du pays, cette superficie augmenterait.

 

"Bien que la superficie totale cultivée au Soudan du Sud soit toujours faible, elle est censée augmenter proportionnellement à l’accroissement de la population. Cela signifie que nous verrons plus de forêts qui seront défrichées", a ajouté Woja.

 

6 Juin 2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Seychelles : des cocotiers à la finance; LES ÎLES PARADISIAQUES CHANGENT (UN PEU) DE PROFIL

GUY LEGRAND, À VICTORIA

 

En attendant le pétrole, le gouvernement mise sur les services financiers pour diversifier une économie très largement axée sur le tourisme. Et pour consolider l'impressionnant redressement qui a suivi le krach de 2008.

 

Le FMI, mais avec un Seychellois ! Redressement express ! Mariages chinois, Or bleu et or noir, Tremplin vers l'Afrique

 

Quand, le 1er mars dernier, le Costa Allegra accoste à Victoria, capitale des Seychelles, c'est un couteau qu'on retourne dans la plaie : il a fallu une avarie pour que l'archipel fasse l'actualité dans le domaine des croisières, alors qu'il est exclu de ce type de voyages depuis que les pirates somaliens infestent l'océan Indien. Sauf par Costa, précisément. Ce n'est toutefois qu'une contrariété en regard des affres traversés par le pays en 2008-2009, quand il a frisé la banqueroute. La crise financière met alors en lumière sa situation désastreuse, lui coupant tout crédit. Pour en sortir, les Seychelles se sont imposé une véritable révolution. Adieu camarades, bonjour le capitalisme. Tournant le dos à une variante du communisme à la cubaine, avec large couverture sociale et enseignement pour tous, mais sans prisonniers politiques, Victoria a réformé, assaini, privatisé. Avec douleur mais sans tumulte ; et avec des résultats très rapidement probants.

 

«Les Seychelles avaient rencontré des difficultés et entamé des réformes bien avant la crise de 2008-2009, explique Pierre Laporte, gouverneur de la Banque centrale quand Trends-Tendances l'a rencontré et actuellement ministre des Finances. Le FMI était déjà intervenu en 2001, tandis que la privatisation des hôtels, naguère gérés par l'Etat, remonte à près de 15 ans.» A la fin 2008 cependant, la situation devient sans issue : «Aucun Etat ni aucune banque n'acceptait encore de nous prêter de l'argent».

 

Exacerbée par la crise financière mondiale, cette réticence ne saurait étonner : le pays s'est endetté à hauteur de 160 % de son PIB et les caisses sont vides. En 2006, le gouvernement s'était laissé convaincre par... Lehman Brothers d'émettre un emprunt colossal de 220 millions de dollars - il représentait quasiment la moitié du budget annuel de l'Etat ! - au taux de 11 %. «Et nous n'avons pu honorer le premier paiement d'intérêt, en juillet 2007», se souvient Danny Faure, vice-président des Seychelles.

Appel est lancé au Fonds monétaire international en été 2008. «J'ai envoyé une lettre à Dominique Strauss-Kahn car il connaissait bien les Seychelles, précise malicieusement le vice-président, pour y être venu en vacances.»

 

La mécanique est enclenchée. Le FMI prendra les choses en mains, y compris et surtout par la bande : Pierre Laporte, le Seychellois qui devient alors président de la Banque centrale, est un cadre du FMI ! La réforme est douloureuse, mais annoncée avec franchise. Le président James Michel prend en effet les devants en s'adressant à la population par voie télévisée : «On ne peut pas poursuivre dans cette voie. Ce sera dur, mais nous n'avons pas le choix».

 

La couverture sociale est maintenue (soins médicaux et enseignement sont gratuits), mais les subsides aux biens de consommation sont supprimés. Pas moins de 2.500 fonctionnaires sur 17.000 sont touchés par un départ dont le caractère «volontaire» est contesté par l'opposition politique. Cette dernière choisit toutefois d'éviter l'affrontement, consciente de l'impasse dont il faut sortir au plus vite. Il est vrai que si la roupie seychelloise s'effondre et que l'inflation s'envole, le chômage double... à 4 % seulement. Aujourd'hui encore, la question de l'emploi semble absente du débat. Une opposante politique notoire ne nous déclare-t-elle pas, exactement comme un partisan du parti au pouvoir, que «si quelqu'un est au chômage aux Seychelles, c'est vraiment qu'il ne veut pas travailler» ? Surprenant.

 

Les Seychelles redressent très rapidement la barre. Avec un coup de pouce appréciable des créanciers réunis au sein du Club de Paris, qui effacent 45 % de la dette en avril 2009. Les finances publiques retrouvent l'équilibre et la roupie remonte la pente. L'inflation, qui a fusé à 60 %, rentre dans le rang en trois mois à peine. Le pays limite donc les dégâts dès 2009, tout en souffrant durement : le PIB chute de 7,5 %. Les Seychelles redémarrent dès 2010, avec une croissance du PIB de 6,2 % en termes réels, bien supérieure aux 4 % prévus initialement ; elle sera à peine plus faible l'année suivante.

 

Comment pérenniser cette croissance ? En consolidant d'abord le tourisme, qui reste le pilier économique du pays. «Il représente en direct 25 % du PIB, mais en prenant en compte ses retombées indirectes, on arrive à 50, voire 60 %», précise Pierre Laporte. Deux défis pour l'avenir : la croissance et la formation du personnel. Au début des années 1970, les Seychelles visaient 100.000 touristes par an. Une décennie plus tard, on évoquait 200.000 à l'horizon 2010. Ce chiffre sera sans doute atteint cette année, après les 194.753 visiteurs de 2012. «Le nouvel objectif est d'accueillir 300.000 touristes en 2020, précise Maurice Loustau-Lalanne, premier secrétaire au ministère des Affaires étrangères. Plusieurs sites peuvent encore être développés sur Mahé, l'île principale, ainsi que sur diverses îles plus lointaines.»

 

L'autre volet du développement concerne les touristes eux-mêmes. L'image très «lune de miel» des Seychelles doit être élargie pour attirer davantage de visiteurs plus âgés. Un autre élargissement est en cours, géographique celui-là. La grande majorité des visiteurs sont traditionnellement européens, Français et Italiens en tête. Leur nombre plafonne toutefois, la crise du Vieux Continent n'améliorant pas la situation. Pas plus que l'abandon tout récent de ses destinations européennes par Air Seychelles. Les Russes ont pris le relais, mais ils ne suscitent pas l'enthousiasme. «Ceux qui arrivent en charter n'ont pas le standing voulu, confie un hôtelier. Quant à ceux qui débarquent de leur jet privé, on apprécie leurs dépenses mais beaucoup moins leur habitude de voyager avec des prostituées.»

 

Le jugement ne vaut pas qu'aux Seychelles... Victoria a en tout cas mené une offensive de charme en direction de l'Asie, en particulier vers Pékin. Le mois dernier, dans une action alliant marketing et romantisme, 50 couples chinois ont scellé leur union dans l'archipel.

 

La formation du personnel touristique est l'autre défi : «On affiche cinq étoiles, méritées pour la beauté du site, mais la qualité du service n'est pas toujours à la hauteur», juge sévèrement Maurice Loustau-Lalanne. En avance sur le plan du professionnalisme, les Mauriciens occupent de nombreux postes dans l'hôtellerie seychelloise, au niveau tant de la direction que du personnel subalterne. L'ambition de Victoria est donc clairement d'améliorer la formation des nationaux.

 

Même si le potentiel reste appréciable, le tourisme a toutefois ses limites et l'on n'imagine pas pouvoir dépasser les 350.000 visiteurs. D'abord, avec 79.000 habitants, la main-d'£uvre disponible est limitée. Ensuite, il n'est pas question pour les Seychelles de gâcher une image de «vacances au paradis». Que ce soit sur des îles exclusives et discrètes, telles que North Island, qui abrita en 2011 la lune de miel du prince William d'Angleterre et de Kate. Ou sur les sites plus classiques des îles principales, où les complexes hôteliers bénéficient d'espaces tels qu'ils semblent seuls au monde ( lire Trends-Tendances du 19 janvier dernier). Cette image a un prix : plus de 50 % du territoire est aujourd'hui protégé, un record mondial ! De sorte que toute extension sera quasiment impossible d'ici une dizaine d'années.

 

Sur quels relais de croissance le pays peut-il miser ? Avec un espace maritime couvrant près de 1,4 million de km2, les Seychelles ne manquent pas de ressources halieutiques.

 

Le port de Victoria traite l'essentiel du poisson pêché dans la partie sud de l'océan Indien, le thon surtout, et la conserverie locale, qui en conditionne un tiers, passe pour la deuxième du monde. Avec 4.600 emplois, la pêche est la seconde ressource du pays au niveau du PIB. Outre le fait que la piraterie a fait chuter les prises, le secteur ne remplit toutefois guère les caisses de l'Etat : la conserverie, qui a un statut off shore, y contribue pour 4,1 millions de dollars par an et les licences de pêche pour 2,1 millions à peine, précise Pierre Laporte.

 

Une autre ressource est évoquée avec insistance ces dernières années : après l'or bleu, le nom parfois donné au thon, le domaine maritime seychellois va-t-il arroser le pays d'or noir ? Plusieurs entreprises prospectent : Black Marlin Energy (Dubaï), Afren (Londres) et plus récemment Avana (Madagascar) et WHL Energy (Australie). Certains ont évoqué des réserves de 100 millions de barils, soit 10 jours à peine de production saoudienne, mais d'autres y ajoutent plusieurs zéros. Où est la vérité et pétrole y a-t-il vraiment ? «Si les banques américaines se proposent pour nous conseiller pour gérer nos revenus pétroliers, c'est qu'elles y croient», rétorque en souriant Peter Sinon, ministre de l'Industrie.

 

Avec ou sans manne pétrolière future, le gouvernement met à présent l'accent sur certains services financiers comme axe de croissance. Ils ont pour avantage de créer de la valeur et de générer des ressources pour l'Etat sans... nécessiter beaucoup d'emplois.

C'est le paradoxe des Seychelles, où le chômage est très faible et où un recours plus massif à l'immigration aurait un effet pervers sur les comptes externes, puisque le pays importe 90 % de ses biens de consommation. Autre contrainte : l'espace.

 

Mahé est une île montagneuse, où les plaines côtières sont déjà bien occupées. Seule une promotion immobilière de luxe comme Eden Island peut rentabiliser le coût de construction d'une île artificielle. Jouer sur sa position de tremplin vers l'Afrique en promouvant une logistique qui nécessite un imposant parc d'entrepôts n'est donc guère réaliste.

 

Par contre, cette position peut aisément être exploitée au niveau financier. Fondée en 1995, la Seychelles International Business Authority (SIBA), qui occupe quelque 75 personnes, promeut activement la création d'entreprises bénéficiant ici de prescriptions minimalistes. Des trusts et autres fondations, mais surtout l 'International business company, spécifiquement offshore. Les arguments de Victoria pour attirer le chaland ? Une création possible en moins de 24 heures et une redevance de 100 dollars à peine par an, qu'une récente étude a qualifiée de moins chère du monde. Le succès est au rendez-vous, souligne Melissa Adam, analyste au Siba, avec plus de 100.000 sociétés enregistrées, dont la moitié sont le fait de capitaux russes et chinois.

 

La création d'une Bourse à l'été prochain doit favoriser ce développement, tout comme le câble sous-marin qui, reliant le pays à la Tanzanie, permettra des télécommunications à haut débit. Reste un défi : la disponibilité de personnel hautement qualifié, souvent étranger actuellement. C'est pour y répondre que le pays a lancé sa propre université en 2009, avec des formations tant en droit qu'en tourisme, en informatique ou en économie. Les premiers diplômés sortiront en novembre prochain.

 

Une des personnalités rencontrées à Victoria évoque sa rencontre avec un gros investisseur étranger, habitué à l'Afrique, qui lui demandait son numéro de compte en banque. «Vous voulez faire un don au pays ? Très bien, je vais vous donner celui d'une fondation £uvrant pour la recherche». «Vous ne me donnez vraiment pas votre propre compte ?», demanda-t-il totalement incrédule. «Mais non ! Les Seychelles, c'est un bon tremplin vers l'Afrique, mais ce n'est pas l'Afrique». Avec sa population largement bilingue anglais-français, sa législation très britannique et son sens de l'organisation, c'est même un pays très occidental. Le charme exotique en plus.

 

10 Mai 2012
(c) TRENDS/TENDANCES 2012.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Seychelles: Les PDG de compagnies aériennes s'inscrivent pour assister à Routes Africa 2012

LAM - Linhas Aereas de Mozambique est aujourd'hui devenu le 25è transporteur à s'inscrire à l'évènement Routes Africa de cette année lorsque son PDG, Mme Marlene Mendes Manave, a confirmé qu'elle serait présente aux Seychelles le mois prochain.


Les autres représentants de compagnies aériennes de haut niveau présents cette année incluront M. Gebremaraim Tewolde, président-directeur général d'Ethiopian Airlines et M. Cramer Ball, président-directeur général d'Air Seychelles, qui se sont tous deux inscrits plus tôt cette année pour participer au Forum stratégique de Routes Africa.


Organisé par l'Office du tourisme des Seychelles en partenariat avec l'Autorité de l'aviation civile des Seychelles soutenue par l'Association des compagnies aériennes d'Afrique du Sud (AASA), l'AFRAA (Association des compagnies aériennes africaines) et ACI Africa, l'évènement se déroulera du 8 au 10 juillet et réunira davantage de professionnels du développement de routes que tous les précédents évènements Routes Africa.


Parmi les compagnies aériennes qui y seront représentées se trouvent Etihad, Qatar Airways, Mango, Kenya Airways, Comair, Iberia et, depuis plus récemment, Turkish Airlines Cargo, Air Mauritius et Vueling (qui cherchent à rencontrer des aéroports d'Afrique de l'Ouest souhaitant développer des routes vers l'Espagne).


Routes Africa atteint désormais sa septième édition annuelle et l'évènement de 2012 sera le plus grand à ce jour. La semaine dernière, United Airlines a aussi confirmé sa présence, qui marque non seulement son premier Routes Africa, mais également la première fois qu'un transporteur nord-américain participe à ce forum de réseautage pour la région africaine.


S'exprimant au moment où l'accord d'hébergement a été signé, Elsia Grandcourt, PDG de l'Office du tourisme des Seychelles, a déclaré : « L'équipe de l'Office du tourisme et de l'Autorité de l'aviation civile est totalement engagée et convaincue que cette conférence arrive au moment opportun, alors que les Seychelles se repositionnent comme plus accessibles que jamais auparavant et favorisent l'établissement de nouvelles opportunités d'accès aérien vers la destination. »


David Stroud, vice-président exécutif des aéroports chez UBM Aviation Routes, a récemment confirmé que les préparatifs pour cet évènement allaient bon train, commentant : « Nous représentons cette fois-ci davantage de compagnies aériennes et d'aéroports que lors de tous les précédents Routes Africa et il a été confirmé qu'un certain nombre d'intervenants hautement respectés s'exprimeraient lors du Forum stratégique qui aura lieu l'après-midi du dimanche 8 juillet - il s'agira d'une session d'ouverture percutante pour l'évènement. Nous sommes impatients de voir se dérouler ce qui s'apprête à être le plus grand Routes Africa de l'histoire ! »


À propos de Routes

 

Routes organise des événements de réseautage de renom mondial pour les compagnies aériennes et les aéroports par le biais de ses Forums de développement de routes régionaux et internationaux. Chaque année, un événement international et un autre régional sont organisés respectivement en Asie, en Afrique, en Europe, aux Amériques et dans la CEI. http://www.routesonline.com.


Routes a été fondée en 1995 comme partie intégrante d'ASM Ltd., une société de conseil basée à Manchester, au Royaume-Uni, spécialisée dans le domaine du développement de routes pour les aéroports. http://www.asm-global.com.


Routes et ASM ont été acquis par UBM Aviation Worldwide Ltd en août 2010. Routes est une marque d'UBM Aviation. 


Les précédents évènements Routes Africa incluaient : Casablanca, Maroc, du 5 au 7 mars 2006, organisé par ONDA ; Caire, égypte, du 27 au 29 mars 2007, organisé par Egyptian Holdings Airport Company ; Dakar, Sénégal, du 25 au 27 mai 2008, organisé par l'Aéroport international du Dakar ; Marrakech, Maroc, du 7 au 9 juin 2009, organisé par ONDA ; Ezulwini Valley, Swaziland, du 30 mai au 1er juin 2010, organisé par l'Aéroport international de Sikhuphe ; Bamako, Mali, du 3 au 5 juillet 2011, organisé par les Aéroports du Mali.


Source: PR Newswire (http://s.tt/1fSPB)

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Maurice: Le secteur bancaire dispose de son « Manuel du droit bancaire mauricien »

Maurice: Le secteur bancaire dispose de son « Manuel du droit bancaire mauricien » | L'Afrique | Scoop.it

L’initiative en revient à la Mauritius Commercial Bank (MCB). Le document est en trois parties : le cadre institutionnel, l’activité bancaire et la clientèle de la banque.

 

Fini le temps où le personnel du département juridique des banques doit ronger ses freins pour apporter des réponses appropriées et adaptées aux nombreuses interrogations sur le droit bancaire. Grâce à une collaboration entre la Mauritius Commercial Bank (MCB) et l’université de l’île de la Réunion, il trouvera la solution dans « Manuel du droit bancaire mauricien ». Le lancement de cet ouvrage, au coût de Rs 4 000, a eu lieu, mercredi 13 juin 2012, à l’auditorium de la MCB, à St-Jean.

 

Le prix en vaut la chandelle, car le manuel représente une somme considérable de travail avec la contribution du Pr Bruno Dondero et le Pr Jean-Baptiste Seube, deux références en matière juridique, et de Roselyne Lebrasse-Rivet, qui dirige la Legal Strategic Business Unit du groupe MCB.

Le premier est agrégé des Facultés de droit et professeur des Universités. Il a déjà enseigné à l’Université de la Réunion et à celle de Picardie-Jules-Verne. Il enseigne actuellement le droit du financement, le droit des procédures collectives, le droit des sociétés et le droit de contrats. Il est affecté à l’Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). Il dirige également le Centre audiovisuel d’études juridiques des Universités de Paris (CAVEJ).

Agrégé des Facultés de droit et professeur à l’Université de la Réunion, Jean-Baptiste Seube a été le doyen de l’Université de l’île de la Réunion jusqu’à 2010. Il exerce comme avocat au barreau de Saint-Denis et agit comme consultant pour différentes entreprises.

 

Depuis, 1990, Roselyne Lebrasse-Rivet exerce comme juriste de banque. Elle est détentrice d’une double maîtrise en droit et de diplômes en sciences criminelles et sciences criminologiques de l’Institut de Criminologie de l’Université de Paris 11 Panthéon Assas. Elle prépare une thèse sur le droit mauricien et français sur le cautionnement.

 

Le Manuel du droit bancaire mauricien est divisé en trois parties à savoir le cadre institutionnel, l’activité bancaire et la clientèle. Il est annoté d’annexes avec les textes principaux, un glossaire et des cas pratiques se rapportant à des situations juridiques les plus fréquentes dans le secteur bancaire.

 

14 Juin 2012.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Mozambique: Les travaux du terminal de l’aéroport de Maputo en finition

Les travaux de construction au niveau du terminal pour les vols intérieurs de l’aéroport international de Maputo sont entrés dans leur dernière phase et les équipements dont le terminal a besoin pour démarrer ses activités sont en train d’être installés en vue d’être livrés en octobre prochain, a-t-on appris jeudi.

 

Selon des informations retransmises à APA et citant le directeur du projet de rénovation de l’aéroport international de Maputo, Acacio Tuendue, des tests seront effectués en août prochain pour vérifier la fonctionnalité du terminal.

 

Selon M. Tuendue, ces tests au niveau du terminal dureront deux mois et le projet de réhabilitation pourra enfin être livré en octobre.

 

Ce terminal pour les vols intérieurs pourra prendre en charge 300 passagers au départ et 250 à l’arrivée par heure et pendant les heures de pointe. Il sera équipé de 14 bureaux de contrôle, de deux passerelles de départ, de cinq escaliers roulants et de deux tapis roulants dans la salle des départs. ''Ce terminal est équipé d’un système de sécurité et de contrôle, remplissant les conditions requises par l’OACI et l’IATA”, a déclaré M. Tuendue, ajoutant que les nouvelles installations du terminal avaient été réalisées en tenant compte des normes acceptées au plan international.

 

Les travaux qui ont été confiés à la firme chinoise Anhui Foreign Economics Construction Corporation (AFECC) se poursuivent sur une surface de 13.200 mètres carrés, avec un coût de 32 millions de dollars.

 

21 Juin 2012
Copyright 2012. APANEWS. All Rights Reserved.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

ENI fait une nouvelle découverte de gaz au large du Mozambique

ENI fait une nouvelle découverte de gaz au large du Mozambique | L'Afrique | Scoop.it

..../... Selon les estimations du groupe, ce nouveau puits "pourrait contenir entre 198 et 282 milliards de mètres cube de gaz", au large de Cabo Delgado.

 

"Cette nouvelle découverte augmente encore le potentiel global de la Zone 4 qui est évalué actuellement entre 1.330 et 1.471 milliards de mètres cube de gaz" contre 1.133 milliards estimés fin mars. Le nouveau puits, qui se situe à environ 65 kilomètres des côtes, a été foré à 2.261 mètres sous le niveau de la mer et a "atteint une profondeur totale de 4.869 mètres", a détaillé ENI..../...

 

Le groupe italien compte beaucoup sur le potentiel du Mozambique, qu'il qualifie de "nouveau pays des hydrocarbures", pour sa croissance future.

ENI est opérateur de cette zone d'exploration, avec une part de 70%. Ses partenaires sont le portugais Galp (10%), le coréen Kogas (10%) et le groupe mozambicain ENH (10%).../..

 

"La découverte de Golfinho, entièrement dans le bloc 1 de l'offshore mozambicain, vient ajouter une ressource potentiellement exploitable de 198 à 566 milliards de mètres cube de gaz", selon le communiqué du groupe américain qui enchaîne les découvertes depuis trois ans.

 

Le groupe américain travaille à un projet d'usine de liquéfaction pour 2018 avec le français Technip, selon des sources françaises.

 

Les premières découvertes d'hydrocarbures au Mozambique remontent aux années 1960. Le gaz des champs de Temane et Pande situés au sud du pays est exploité par le groupe sud-africain Sasol et acheminé par gazoduc en Afrique du Sud. Les nouvelles découvertes se font désormais surtout plus au nord, dans le bassin du fleuve Rovuma et dans le delta du fleuve Zambèze.

 

 18 Mai 2012 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Shell: bataille pour le gaz du Mozambique

Le marché s'attend à ce que Shell relève son offre d'achat sur la compagnie britannique d'exploration et de production Cove Energy. En avril, Shell avait offert 220 pences, mais la compagnie pétrolière nationale thaïlandaise PTTEP vient d'en offrir 240.

 

L'enjeu de cette bataille se trouve au Mozambique, où Cove détient une participation de 8,5% dans le champ Rovuma Area 1, qui recèle 30.000 milliards de pieds cubes de gaz naturel. Voire davantage: la semaine dernière, l'opérateur du champ a révélé que de nouvelles découvertes ajouteraient 7000 à 20.000 milliards de cubes pieds à ce total.

 

Le gisement mozambicain est également attractif pour son potentiel d'exportation vers l'Asie. Suite à l'offre thaïlandaise, le cours de Cove a atteint 250 pences, ce qui prouve que le marché s'attend à une contre-offre de la part de Shell. La compagnie pétrolière pourrait offrir jusqu'à 300 pences par action, soit une prime de 36% par rapport à sa dernière offre. Ce relèvement ne ferait que refléter la nouvelle découverte et reviendrait à offrir le même prix par pied cube de gaz, estime Sarasin. Mais Shell pourrait ne pas avoir besoin d'aller si haut.

 

Le gouvernement mozambicain pourrait choisir la compagnie hollandaise pour sa longue expérience en matière de gaz naturel (dont elle est le numéro un mondial). Même si la transaction ne devrait pas être bon marché (plus d'un milliard de livres sterling), elle ne représenterait qu'environ 1% de la capitalisation boursière de Shell. Sarasin conforme sa recommandation à l'achat.

 

25 Mai 2012
(c) 2012 L'AGEFI Le Quotidien Suisse des Affaires et de la Finance.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

MOZAMBIQUE - Le barrage de Boroma sur les rails

MOZAMBIQUE - Le barrage de Boroma sur les rails | L'Afrique | Scoop.it
Les partenaires du projet de construction d'un barrage hydroélectrique sur le fleuve Zambèze viennent de constituer leur société. Quatre ans après avoir obtenu ce contrat…

 

Le consortium de sociétés de trois pays (Angola, Mozambique et Brésil), qui avait gagné en 2008 un appel d'offres des autorités mozambicaines pour la construction d'ici 2016 des barrages hydroélectrique de Boroma (200 MW) et Lupata (600 MW) sur le fleuve Zambèze, va enfin de l'avant. Il vient ainsi d'enregistrer à Maputo la société Hidroélectrica de Boroma (HB) en vue de réaliser ce premier barrage à une centaine de kilomètres de celui géré par la Hidroeléctrica de Cahora Bassa (HCB). Dans la foulée, il a également créé, début mai, Hidroeléctrica de Lupata (HL) pour réaliser un second barrage sur le même fleuve.

 

Ces deux nouvelles compagnies sont des joint-ventures entre la firme mozambicaine Sonipal Lda appartenant à Prakash Ratilal, l'actuel président du conseil d'administration de la Moza Banco, la société brésilienne ATP Engenharia Lda et Energias de Angola (Enagol). .../...

 

26/05/2012

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Une centrale britannique va fournir de l'électricité au Mozambique et à l'Afrique du Sud

Une centrale britannique va fournir de l'électricité au Mozambique et à l'Afrique du Sud | L'Afrique | Scoop.it

La société britannique de location de groupes électrogènes Aggreko va construire au Mozambique une centrale thermique au gaz qui fournira 107 MW d'électricité au total à ce pays et à l'Afrique du Sud, a annoncé mercredi son partenaire local sud-africain Shanduka.

 

La centrale, d'un coût de 250 millions de dollars, sera construite à Ressano Garcia, à 90 km de Maputo, à la frontière entre les deux pays, et doit entrer en service au troisième trimestre 2012. Elle sera alimentée par le gaz naturel des champs gaziers de Temane (Mozambique).

 

La compagnie nationale d'électricité sud-africaine Eskom consommera 92 mégawatts et le mozambicain Electricidade de Mocambique (EDM) les 15 MW restants. "L'Afrique du Sud enregistre une croissance économique forte et soutenue, et les besoins énergétiques sont une question essentielle", a déclaré le pdg d'Aggreko, Rupert Soames, dans un communiqué.

 

De son côté, le directeur des opérations de marché d'EDM, Aderito da Sousa, s'est félicité d'une opération qui "bénéficiera au Mozambique", un pays qui attire de plus en plus d'investisseurs étrangers. Le contrat entre EDM et Aggreko a une durée de deux ans, ce qui laissera au Mozambique le temps d'élaborer des projets à long terme pour exploiter ses considérables ressources hydroliques, en charbon et en gaz naturel, a-t-il ajouté.

 

En dépit d'une croissance économique rapide, le Mozambique reste l'un des pays les plus pauvres du monde. Seulement 22% des Mozambicains ont accès à l'électricité, a rappelé M. Sousa.

 

6 Juin 2012 

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Economic Statecraft: Embracing Africa's Market Potential

Economic Statecraft: Embracing Africa's Market Potential | L'Afrique | Scoop.it

WASHINGTON, July 2, 2012/African Press Organization (APO)/ -- Testimony

Johnnie Carson

Assistant Secretary, Bureau of African Affairs

Washington, DC

June 28, 2012

 

Mr. Chairman and Members of the Committee:

Thank you for providing me with the opportunity to address the committee on what I feel is an important and timely topic. The U.S. Government is committed to expanding trade and investment in sub-Saharan Africa and the numbers show our commitment. U.S. trade to and from Africa has grown significantly in the past ten years. U.S. exports to sub-Saharan Africa tripled from just under $7 billion U.S. dollars in 2001 to over $21 billion dollars in 2011.

 

As Secretary of State Clinton said at the annual AGOA Forum two weeks ago: "twelve years ago, the United States passed the Africa Growth and Opportunity act because we believed that the countries of Africa had tremendous untapped economic potential that could and should be developed. We shared a vision with many of you of a future in which economic growth in Africa would fuel growth and prosperity worldwide…trade and investment would multiply…and people across the continent would have new opportunities to start their own businesses, earn higher salaries, improve their lives, and lift the fortunes of their families and communities."

 

In large part, this vision is becoming reality. It is my firm belief that Africa represents the next global economic frontier. Sub-Saharan Africa continues to weather the global economic crisis more successfully than other regions, and is home to six – and soon to be seven – of the ten fastest growing economies in the world. A recent McKinsey study documented that Africa offers the highest rate of return on foreign investment of any developing region and has for some years now. Consumer spending continues to rise, and 43 percent of Africans currently have discretionary income or could be considered middle class consumers. And a growing middle class is a market for American products – from ipads to Pampers to Caterpillar tractors which increase crop yields to GE turbines which create additional hours of on-grid electricity to Boeing airliners which facilitate African countries' growing links with each other and with other continents.

 

However, we can do more. Africa's recent economic growth is impressive but the region still only accounts for approximately two percent of global trade. The second pillar of President Obama's recently announced U.S. Strategy Toward Sub-Saharan Africa directs the Administration to "spur economic growth, trade, and investment in sub-Saharan Africa." This new approach recognizes that it is in the interest of both the United States and our African partners to improve the region's trade competitiveness, encourage the diversification of exports beyond natural resources, and ensure sustained economic growth which benefits all sectors of society.

This new strategy elevates economic growth, trade, and investment issues by calling for increased U.S. focus to (1) promote an enabling environment for trade and investment ; (2) improve economic governance; (3) promote regional integration; (4) expand African capacity to effectively access and benefit from global markets; and (5) encourage U.S. companies to trade with and invest in Africa.

 

In addition to the President's new U.S. Strategy Toward Sub-Saharan Africa, our efforts to increase our commercial engagement in Africa are firmly in line with Secretary Clinton's global focus on Economic Statecraft. The State Department's economic statecraft policy harnesses the forces of global economics to advance our diplomatic agenda and puts the tools of our diplomacy to work to meet our economic goals. We are committed to using every opportunity available to advance not only diplomatic and political priorities but our economic and commercial goals as well. I would like to highlight a few of the programs that the Bureau of African Affairs has been working on as we shift our economic orientation towards Africa from focusing almost exclusively on development assistance to promoting sustained economic growth through private sector, commercial, trade, and investment activities.

 

The African Growth and Opportunity Act continues to be the centerpiece of our trade policy with sub-Saharan Africa. It is Africa's most important vehicle for market access and its unilateral trade preferences have created enormous goodwill for the United States on the continent. As you know, many African countries are not taking full advantage of the benefits of AGOA. However, some AGOA beneficiary countries take good advantage of the provisions for fabric and apparel product lines. The third country fabric provision component of AGOA was designed to provide an opportunity for AGOA-qualified countries to be more competitive in labor intensive textile processes such as sewing, stitching, and cutting fabric.

 

It was widely recognized that most African countries were not able to compete in the more capital intensive process of producing fabric from raw cotton. African manufacturers have successfully used the AGOA third country fabric provision to create jobs, not just in the manufacturing countries but have used this provision to create cross-border pan-African supply chains. These supply chains also encourage regional integration – one of our key goals for the continent. Fabric and apparel exports are the second largest AGOA export after extractive industry products. However, these imports still account for less than two percent of U.S. imports.

 

I'd like to say a few words about what is likely to happen if third country fabric legislation is not renewed. In our globally linked world, American buyers place orders six to nine to twelve months ahead. 95 percent of AGOA apparel and textile exports enter under the third country provision. And the AGOA third country fabric provision is the only way that African textile and apparel companies can remain competitive with larger producers such as China, Vietnam, and Bangladesh.

 

Without our help, jobs will continue to disappear in some of Africa's most vulnerable economies, affecting primarily women and the families they support. Eighty-five percent of these imports come from just four countries: Lesotho, Kenya, Mauritius, and Swaziland. I know that diplomats from these countries have come to see you to emphasize the disproportionate effect that lack of renewal of this provision will have on their economies.

 

The effects of the loss of orders are troubling. At the AGOA Forum, the Swazi Minister for Trade told AGOA delegates that the loss of the provision will "shut the country down". The textile and apparel sector is the largest formal sector employer with over 15,000 jobs and employment is already 41 percent in this small, landlocked country. Loss of just one of these jobs means that ten people lose their livelihood, since Swazi officials calculate that each textile job directly supports ten people. Lack of orders have already led to plants closures in Namibia, robbing people of their legitimate livelihoods and governments of much needed tax revenues. The Mauritians report that their orders are down 30 percent since January due to the uncertainty whether this provision will be renewed in a timely fashion.

 

Madagascar's loss of AGOA eligibility in 2009 is a possible model of what could happen if this provision were to expire. Prior to its loss of AGOA eligibility, Madagascar was one of the top textile producing countries in Africa, exporting over $2050 million in textiles in 2007. Due to 2009 coup, the Government of Madagascar lost all AGOA benefits, including the textile provision. Apparel exports plummeted by $150 million in 2010. This more than $150 million drop in textile exports resulted in the loss of 50,000 jobs which will more than likely never return.

 

We continue to actively educate, inform and encourage U.S. companies to be more active in Africa. This is a continent on the move and there are enormous opportunities for U.S. companies to enter the market, make money, and create jobs for Americans here at home.

 

In February, I led a trade mission to Mozambique, Tanzania, Nigeria, and Ghana with 10 U.S. energy companies ready to do business. A lack of reasonably priced reliable power remains one of the most binding constraints to economic growth throughout Africa.

 

Governments across the continent are working to attract new trade and foreign investment that will sustain their rapid economic growth and build their middle class. The goal of this mission was to highlight opportunities for U.S. companies and help address a glaring need for increased power sector infrastructure in Africa. The mission was a success and a number of these U.S. companies concluded partnership agreements with African companies to jointly develop power projects. Ex-Im Bank and USTDA representatives also participated in the mission to ensure that both the U.S. participants and our Africa partners are fully aware of U.S. financing options. We are in the process of putting together a trade mission to accompany the Secretary to South Africa for the U.S.-South Africa Strategic Dialogue. In addition, I plan to lead similar trade missions in the future and continue to help and encourage U.S. companies to be a part of the growing economic dynamism of Africa.

 

In our continuing efforts to inform, educate and encourage U.S. companies to pursue commercial opportunities on the continent, just last week, the State Department, in collaboration with the Department of Commerce's U.S. Export Assistance Center in Cincinnati, the Department of Transportion, the Ex-Im Bank, USTDA, USAID, USTR, and several other U.S. Government agencies, hosted a U.S.-Africa Business Conference in Cincinnati, Ohio. This conference attracted well over 400 participants, including African government officials, and representatives from the U.S. and African private sectors and civil society. The U.S.-Africa Business Conference expanded on the AGOA Forum infrastructure theme by focusing on infrastructure development, including energy, transportation, and water and sanitation. It showcased U.S. business expertise to potential African clients and highlighted trade and investment opportunities in Africa to U.S. exporters and investors through structured networking opportunities for African government officials and business leaders with U.S. state and local government officials and business leaders; informational sessions on U.S. Government opportunities and services from various federal agencies; and site visits to companies and research facilities highlighting potential technologies for Africa.

 

Cincinnati was selected as the conference location for its potential to increase commercial partnerships with Africa at local, state, and regional levels given its concentration of Fortune 500 and 1000 companies. I am pleased that the Cincinnati conference built on the successes of the 2010 Kansas City, Missouri business conference. Bringing African government officials and private sector representatives outside of the beltway allows us to more effectively focus on business-to-business linkages.

 

We also have two very popular programs which develop business capacity in Africa, the African Women's Entrepreneurship Program (AWEP) and the President's Young African Leaders Initiative. This year delegates from both programs participated in both our AGOA Forum and U.S.-Africa Business Conference events. AWEP is an outreach, education, and engagement initiative that targets African women entrepreneurs to promote business growth, increase trade both regionally and to the United States using AGOA, create better business environments, and empower African women entrepreneurs to become voices of change in their communities.

 

The State Department organizes an annual AWEP professional exchange program for these women to improve their skills and has created a series of public-private partnerships with ExxonMobil, Intel, Vital Voices, and the Cherie Blair Foundation for Women.

This year's President's Young African Leaders Initiative included the Innovation Youth Summit and Mentoring Partnership with Young African Leaders and brought more than 60 participants to the U.S. for three weeks of professional exchange and entrepreneurial hands-on training. This initiative encourages U.S.-Africa collaboration to promote business innovation, investment, and corporate social responsibility activities in Africa.

 

However, there are still many barriers that stand in the way of companies that hope to do business there. In many places, corruption is too common. The cost of finance, including investment finance, is too high. Infrastructure is lacking or inadequate. Regulatory systems are often inconsistent and inefficient. Also, many U.S. businesses see African markets as too risky. The perception of Africa as poverty filled and strife ridden persists. We work closely with African governments so that they will continue to enact the kinds of reforms to support improved investment climates which will attract both domestic and foreign investment. In addition, we continue to highlight opportunities for trade and investment in the region for U.S. companies and to work with them to conclude deals. Our work with GE Transportation in Ghana on a locomotive tender where GE was ultimately able to win a deal worth $200 million in U.S. content is but one example. We are confident that the U.S. can compete effectively in Africa, but we have to continue to encourage American companies to go to Africa and we have to encourage African countries to continue to make their regulatory and business environment more conducive for American business. Greater U.S.-Africa trade is in the interest of both America and Africa.

 

Mr. Chairman and Members of the Committee, I want to thank you for the opportunity to appear before you today. I will be happy to answer any questions you have.

 

© 2012 African Press Organization, All Rights Reserved

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Hillary Clinton critique les investissements chinois en Afrique. La réponse fuse

Hillary Clinton critique les investissements chinois en Afrique. La réponse fuse | L'Afrique | Scoop.it

04 août 2012

 

Les investissements chinois en Afrique ne visent qu'à profiter des ressources naturelles et les entreprises chinoises négligent la protection de l'environnement et le développement local», a déclaré Hillary Clinton, secrétaire d'Etat américaine, dans un discours au Sénégal à l’occasion de sa tournée diplomatique africaine, ajoutant que les USA préfèrent un partenariat qui «ajoute de la valeur plutôt qu’un partenariat qui la soustrait».


Chine Nouvelle (agence Xinhua) a vivement réagit à ce qu’elle qualifie de «complot américain pour semer la discorde entre la Chine et l’Afrique».


«Ces insinuations selon lesquelles la Chine s’accapare les richesses africaines pour elle-même sont très loin de la vérité.(…) Ce sont les puissances coloniales occidentales qui sont venues extraire les richesses africaines pour elles mêmes, ne laissant rien ou pas grand-chose derrière elles» a répliqué l’agence de presse chinoise.


Le mois dernier, la Chine a annoncé un programme de prêts de 20 milliards de dollars en faveur des pays africains, afin de développer les infrastructures et l'agriculture, la transformation et le développement des PME.

 

Clinton in Afrika: USA wollen China in die Schranken weisen – „Kommersant“

http://de.rian.ru/politics/20120803/264118215.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

La Tunisie a levé 485 M$ garantis par les US

La Tunisie a levé 485 M$ garantis par les US | L'Afrique | Scoop.it

publié le 16/07/2012 

 

Les Etats-Unis ont annoncé aujourd'hui que la Tunisie avait levé 485 millions de dollars sur les marchés par le biais d'une émission obligataire ayant reçu la garantie des Etats-Unis.

 

Cet emprunt à sept ans, qui marque la première émission de la Tunisie sur "le marché obligataire mondial depuis 2007", bénéficie d'une garantie de remboursement de l'Etat américain de 100% sur le principal et les intérêts, indique le département du Trésor dans un communiqué.

 

L'utilisation de cette garantie de prêt "marque la conclusion d'un processus accéléré" lancé en avril par la signature d'une déclaration d'intention entre les deux parties pour permettre à la Tunisie d'accéder le plus vite possible à un financement sur les marchés financiers internationaux.

 

Le Trésor américain précise que le taux d'intérêt nominal de l'émission de mardi s'est établi à 1,686%. Ce taux très avantageux a été rendu possible par la garantie des Etats-Unis, qui bénéficient de la note de solvabilité maximale ("AAA") auprès de deux des trois grandes agences de notation, et dont les taux d'emprunt sont parmi les plus bas du monde.

 

Pour le gouvernement américain, le retour de la Tunisie sur les marchés de financement internationaux doit permettre au pays "de fournir à ses citoyens des services essentiels parmi lesquelles des formations développant les compétences professionnelles, l'instruction, et des projets aidant les banques à accorder des financements aux petites entreprises.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Le Soudan du Sud, un jeune État ruiné par ses dirigeants

Le Soudan du Sud, un jeune État ruiné par ses dirigeants | L'Afrique | Scoop.it

Le président Salva Kiir appelle les responsables du pays à rendre les 4 milliards de dollars qu'ils ont détournés. «Environ 4 milliards de dollars ont disparu ou, pour le dire simplement, ont été volés par des responsables, d'anciens responsables et des individus corrompus ayant des liens étroits avec des responsables gouvernementaux.»

 

Au Soudan du Sud, une telle déclaration n'aurait guère soulevé d'intérêts si elle n'émanait du président lui-même, Salva Kiir, dans une lettre des plus officielles. Datée du 3 mai dernier et révélée lundi, la missive a été adressée à 75 ministres ou ex-ministres, accusés d'être les auteurs de ces détournements.

 

Et le chef du plus jeune État du monde, indépendant depuis juillet dernier, se fait précis. «La plupart des fonds ont été sortis du pays et déposés sur des comptes étrangers», poursuit-il. Les sommes en jeu, monstrueuses, correspondent à un tiers des aides internationales versées depuis 2005, date de la signature du traité de paix qui devait mettre fin à vingt ans de guerre civile et ouvrir la voie à la partition du Soudan.

 

Gros 4×4 clinquants


Un simple tour à Juba, capitale champignon du nouveau pays, suffit à le comprendre. Les gros 4×4 clinquants passent devant les gamins en loques et les pancartes délavées annonçant des projets de construction, financés mais jamais conduits à terme. La liste des entreprises connues pour leurs pratiques frauduleuses dans toute l'Afrique, mais opérant tranquillement à Juba est aussi longue que celle des scandales. Le plus connu reste celui de Dura, plusieurs milliards de dollars de céréales achetées en 2008 mais en grande partie jamais distribuées.

 

La brusque sortie du président, qui n'ignore rien de ce constat, démontre que les autorités sud-soudanaises ont réalisé que les malversations menacent désormais la paix et les finances du pays. «La lutte contre la corruption sera le principal défi du gouvernement peut-être avant même celui des relations avec Khartoum», soulignait un fonctionnaire de l'ONU au lendemain de l'indépendance.

 

Une menace pour la paix


La nouvelle liberté a en effet soulevé de vastes espoirs parmi les petites gens et les anciens combattants, dont une immense majorité végètent sous le seuil de pauvreté sans accès aux soins ou à l'éducation. Mais ils ont été déçus et le peuple menace. «La population sud-soudanaise et la communauté internationale s'alarment du niveau de corruption au Soudan du Sud (…) Nous nous sommes battus pour la liberté, la justice et l'égalité (…) Une fois arrivés au pouvoir, nous avons oublié ce pour quoi nous avons combattu», écrit le président comme pour calmer la colère populaire.

 

Quant aux finances, au plus mal après l'arrêt des exportations de pétrole qui représentaient 98% du budget, Salva Kiir semble compter sur le civisme pour les redresser. Il exhorte les responsables à «rendre les fonds volés» en échange d'une amnistie. Un compte a même été ouvert pour cela au Kenya.

Si l'argent ne devait pas rentrer, cette lettre polie pourrait laisser place à des mesures plus musclées. La publication de la missive est sans doute une première étape.

 

07/06/2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Accord de coopération technique avec le Soudan du Sud

Accord de coopération technique avec le Soudan du Sud | L'Afrique | Scoop.it
Le secteur de l'eau du Nil et l'organisme arabe de l'industrie ont signé lundi un accord pour exporter un générateur électrique charge de fournir l'énergie électrique pour le laboratoire central afin de connaitre la nature de l'eau à la région de Juba au Soudan du sud.

 

Cet accord a pour objectif de réaliser la coopération technique entre l'Egypte et les pays du Bassin du Nil. L'accord a été signé en présence du ministre des ressources hydrauliques et de l'irrigation Hicham Kandil et son homologue sud-soudanais Paul Mayom.

 

L'Egypte avait donné un don au Soudan du sud de 26,6 millions de dollar afin d'exécuter un nombre des projets du développement au domaine des ressources hydrauliques et de l'irrigation.

 

12 JUIN 2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

SEYCHELLES : DEVELOPPER LA COOPERATION AVEC LA RUSSIE

Le ministre des Affaires étrangères des Seychelles, Jean-Paul Adam, a déclaré dans une interview à ITAR-TASS qu’il espérait développer le partenariat stratégique entre son pays et la Russie.

 

Il a notamment souligné que le pays espérait passer de « relations traditionnellement excellentes » au « partenariat stratégique » compte tenu de la nécessité de garantir la sécurité des Seychelles. Il a précisé qu’il avait en vue avant tout la lutte contre les pirates, la Russie se trouvant en première ligne de cette lutte. « Nous sommes reconnaissants aux Russes pour les visites de leurs bâtiments qui nous aident à patrouiller notre large zone économique », a-t-il indiqué, en constant que les deux pays avaient établi un échange de vues constructif sur ce dossier.

 

Jean-Paul Adam a rappelé que les relations enter Victoria et Moscou étaient des relations de longue date : en plus de trente ans de coopération fructueuse, nombre de Seychellois ont fait des études supérieures en Russie et sont devenus de vrais professionnels dans leurs domaines respectifs. Il a constaté qu’une amitié étroite et cordiale s’était instaurée entre les deux pays.

 

Il s’est félicité également de l’accroissement des investissements russes aux Seychelles. « Les touristes russes viennent aussi de plus en plus nombreux », a-t-il poursuivi. Il estime que les deux pays doivent se concentrer notamment sur l’amplification des échanges commerciaux bilatéraux. L’intensification des activités dans le domaine des investissements doit aller de pair avec la formation de structures planchant sur le développement des relations commerciales et économiques, a affirmé Jean-Paul Adam.

 

Les Seychelles proposent notamment aux investisseurs russes d’engager la coopération dans le secteur énergétique : « nous avons des données sur la présence de gisements de pétrole » sur le plateau continental des îles, a-t-il fait remarquer. « Les Seychelles sont un petit pays, mais nous avons établi d’admirables rapports commerciaux avec toute l’Afrique », a-t-il noté. Il a rappelé que son pays était membre de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et de la Commission de l'océan Indien (COI). « Nous ferons bientôt partie de la nouvelle zone de libre-échange qui regroupera la SADC, Le COMESA et la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) », a-t-il ajouté.

 

Jean-Paul Adam a rappelé que la situation politique aux Seychelles était très stable. « Pour les hommes d’affaires russes qui ont l’intention d’investir en Afrique, nous pouvons proposer notre pays en qualité de point de départ pour la progression sur le continent », a-t-il indiqué. Il a dit que les investisseurs russes profiteraient de tous les avantages dont bénéficient les Seychelles dans le cadre de leur partenariat avec les autres pays africains et se verraient proposer un régime fiscal intéressant. « L’Afrique connaît la Russie comme un ami et une partenaire fiable depuis la période de lutte pour l’indépendance, a-t-il fait remarquer. Nous espérons coopérer énergiquement avec la Russie dans le cadre de l’Union africaine, avant tout sur le dossier de la Somalie où la situation suscite la préoccupation non seulement dans la région, mais dans le monde entier. »

 

La piraterie au large des côtes somaliennes fait perdre tous les ans des milliards de dollars au commerce international, car les deux tiers des livraisons mondiales de pétrole passent par l’ouest de l’océan Indien. La situation criminogène dans le secteur influence les prix du brut, a expliqué Jean-Paul Adam.

 

31 Mai 2012
(c) ITAR-TASS 2012.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Le Rwanda, pays du miracle en trompe-l’œil

PAR FRANÇOIS JANNE D’OTHÉE KIGALI


Le Rwanda, pays du miracle en trompe-l’œil Cinquante ans après son indépendance, le Rwanda se projette en «Singapour africain». Mais le développement du pays profite surtout à une élite. Sécurité partout, mutuelle pour tous, lutte contre la corruption, fibre optique, électrification, boom des services, le Rwanda réussit à vendre à l’étranger une image et des réalisations qui séduisent les bailleurs de fonds.

 

Depuis le génocide de 1994, l’aide est déversée à flots sur ce petit pays qui tente de remonter la pente en intégrant les recettes néolibérales et les «critères de performance». La croissance est aujourd’hui de 8%. En Afrique, il est classé troisième dans le classement Doing Business 2012 de la Banque mondiale, après l’île Maurice et l’Afrique du Sud. D’après le Rwanda Development Board (RDB), il suffit de deux procédures et de six heures pour lancer une entreprise.

 

Mais cela suffit-il pour faire du Rwanda un futur Singapour africain? L’ambition est en tout cas présente. Avec priorité sur la «vitrine» de Kigali: avenues élargies et propres, feux de signalisation avec décompte, immeubles flambant neufs, publicités géantes.

 

Un coup d’œil sur le «masterplan» donne une idée percutante des vastes projets du régime: lacs, zones vertes avec plaines de jeux, grandes tours, réseaux de bus, centres commerciaux… Aura-t-il les moyens de ses ambitions? Le principe de réalité (financière) pourrait s’imposer ici ou là. Les pays donateurs étant en pleine crise, le Rwanda devra peut-être réduire la voilure. La construction de l’imposant Convention Center n’a ainsi guère avancé depuis 2010.

 

D’autres projets sont sortis de terre: la Kigali City Tower et le Grand Pension Plaza sont à présent opérationnels, mais ils peinent à trouver des locataires. Le contraste est saisissant entre les quartiers commerçants de Kigali, très animés, et ces galeries commerçantes aseptisées, désertes et sécurisées jusqu’à l’excès. Le boom immobilier reste une réalité: on achète le matériel de construction à Dubaï et on fait travailler une armée de maçons à 1000 francs rwandais (1,60 franc suisse) par jour. Revers de la médaille, Kigali est devenue inabordable pour le commun des Rwandais. Des milliers d’habitants ont été expropriés de leurs maisons rudimentaires, et relogés loin du centre-ville.

 

Les campagnes, elles, restent à la traîne. «Le sentiment de frustration grandit sur les collines», constate An Ansoms, chargée de cours à l’Université catholique de Louvain (Belgique), qui a mené en 2011 une enquête dans six villages rwandais. Selon elle, «les paysans ont l’impression d’être des «loosers» car ils ne se retrouvent pas dans le modèle de développement présenté dans le monde entier comme une réussite». On leur impose par exemple des monocultures de café, de thé ou de maïs. «Mais le paysan a précisément besoin de diversifier ses cultures pour limiter ses risques et pouvoir se nourrir», souligne An Ansoms. Obligés de passer par des coopératives, ces travailleurs de la terre doivent parfois payer plus que ce qu’ils perçoivent. «Les bailleurs de fonds sont aveugles. Ils ne voient que les chiffres, mais parlent rarement avec les gens.»

 

La pauvreté n’aurait-elle donc pas décru de 12% entre 2006 et 2012, comme l’indique le RDB? «Dans les six villages, je n’ai rien constaté, objecte An Ansoms. Au contraire, les gens se retrouvent dans des difficultés financières insurmontables, liées notamment au prix de la mutuelle de santé, passée de 1000 à 3000 francs rwandais (de 1,60 à 4,80 francs suisses), et aux normes imposées pour l’habitat.»

 

Sur les collines, le prix des terrains constructibles grimpe en flèche, et les maisons doivent respecter une taille minimale. Quant aux tuiles, elles coûtent beaucoup plus cher depuis que les fours artisanaux ont été bannis, car trop polluants. Résultat, «les jeunes n’ont plus de lieu pour fonder une famille, et l’exaspération grandit».  Mais comment l’exprimer face à un régime qui ne supporte guère la critique?

 

Cette politique «top down», imposée à la base depuis les hautes sphères, commence à faire grincer des dents. «Ce sont des apprentis sorciers, lâche un diplomate européen désabusé. Ils veulent aller beaucoup trop vite, ils brûlent les étapes. Cela confine à l’atteinte aux droits de l’homme.

 

Le Rwanda est gouverné par une oligarchie qui phagocyte toute l’économie. Si elle sonde parfois la population, elle ne prend jamais en compte ses souhaits ni ses griefs. C’est la meilleure façon de foncer droit dans le mur. Et puis, tous ces diplômés, que vont-ils devenir? Des universités s’ouvrent à tout bout de champ, mais il n’y a pas de débouché. Qu’on se rappelle le Printemps arabe…»

 

Les supporters du «miracle rwandais» ne se laissent pas démonter. «Ici au moins, ça marche, pas comme au Congo voisin!» rétorquent-ils. Or, certains accusent le Rwanda de tirer profit de l’insécurité au Congo pour importer discrètement des minerais qui sont ensuite «blanchis» pour l’exportation, ou pour drainer chez lui le tourisme très lucratif autour des gorilles de montagne. Le droit d’entrée dans le parc de la Virunga vient ainsi de passer de 500 à 750 dollars. «La conviction des Rwandais qu’ils sont les meilleurs les rend peu attentifs aux autres points de vue, conclut l’attaché de coopération d’un pays européen. Cela peut constituer un danger important à moyen terme. Personne n’a raison tout seul. Et personne n’aime un voisin trop fier au point d’en devenir méprisant.»

 

Lundi 2 juillet 2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

La Réunion: Air Austral bénéficiera d'une augmentation de capital de 70M€

La Réunion: Air Austral bénéficiera d'une augmentation de capital de 70M€ | L'Afrique | Scoop.it

Air Austral va effectuer une augmentation de capital pour mener à bien son plan stratégique, grâce à des fonds provenant pour moitié de sa région.

 

Didier Robert, président du conseil de surveillance de la compagnie aérienne réunionnaise, semble soulagé : "Nous sommes sortis de la zone d'extrêmes turbulences et Air Austral peut envisager l'avenir sous des meilleurs auspices", a-t-il annoncé.

 

Une augmentation de capital de 70M€ sera officialisée à l'occasion de l'assemblée générale mixte d'Air Austral, qui est prévue le 6 juillet". Egalement président du conseil régional de La Réunion, Didier Robert a indiqué qu’elle se ferait avec "un certain nombre d'autres partenaires", sans préciser lesquels. Elle permet à la compagnie "d'avoir une assise financière suffisamment solide pour envisager un nouveau programme de vol" récemment présenté par le directoire.

 

La région apporte la moitié de la somme

 

La région a récemment voté une augmentation de capital de 34 millions d'euros de la Sematra (qui détient 46% de la compagnie), dont elle est l'actionnaire majoritaire. "Air Austral est une compagnie réunionnaise, il est donc normal que des capitaux publics réunionnais y soient injectés".

 

La compagnie, qui a nommé comme nouveau PDG Marie-Joseph Malé, a enregistré une perte de 50 millions d'euros en 2011-2012, pour un chiffre d'affaires de 417 millions d'euros, selon le directoire. Des discussions sont en cours avec des établissements bancaires concernant un "protocole financier" pour l'accompagner au cours des prochaines années.

 

Le 18 juin 2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Le Mozambique aura un centre de recherche pour la noix de cajou

Le Mozambique aura un centre de recherche pour la noix de cajou | L'Afrique | Scoop.it

Le Mozambique va établir un centre de recherche spécialisé pour la noix de cajou, visant à stimuler la production de noix de cajou et a améliorer davantage le commerce dans ce secteur, ont rapporté vendredi les médias locaux.

 

La directrice nationale de l'Institut national de noix de cajou (INCAJU), Filomena Maiopué, a été cité par l'agence de presse mozambicaine (AIM) comme disant que le centre va faire de la recherche sur la production et le commerce des noix de cajou, et vérifier aussi les anacardiers et les noix.

 

Selon le responsable, le centre serait installé dans la province septentrionale de Nampula, la région qui produit plus de noix de cajou au Mozambique. L' Institut agraire mozambicain (IAM), du ministère de l'Agriculture, serait chargé de coordonner les activités du centre.

 

Mme Maiopué a dit a AIM qu'un consultant tanzanien s'est rendue au Mozambique il ya quelques jours pour concevoir le projet du centre. Selon elle, le centre va également étudier les marchés, de sorte que le pays ne peut pas dépendre sur le marché indien pour son produit.

 

Le Mozambique a connu une baisse de la production de noix de cajou lors de la campagne agricole 2011/2012 pour diverses raisons.

 

Vendredi 22 juin 2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

La Grande Bretagne va poursuivre son aide au Mozambique

Le gouvernement britannique s’est engagé à poursuivre son appui au Mozambique par le canal de l’aide au développement, malgré les coupes sombres effectuées dans les dépenses publiques par la coalition libéralo-conservatrice au pouvoir en Grande Bretagne, ont annoncé ici les médias locaux, citant le Premier ministre britannique, David Cameron.

 

La décision des autorités britanniques fait suite à la récente visite du chef de l’Etat mozambicain, Armando Guebuza au Royaume Uni.

 

Selon les mêmes médias locaux, le Haut commissaire mozambicain (ambassadeur) au Royaume Uni, Carlos dos Santos, a fait savoir que “le gouvernement britannique continue d’accorder une priorité à l’aide au Mozambique et a déclaré qu’il allait poursuivre et même accroître cette aide”.  La promesse actuelle faite par Londres est d’accorder chaque année au Mozambique, une aide au développement de près de 83 millions de livres (134 millions de dollars américains), jusqu’en 2015.

 

La Grande Bretagne est l’un des 19 bailleurs et agences de financements qui apportent une aide budgétaire directe au gouvernement mozambicain.

A ce jour, la Grande Bretagne a décaissé 48 millions de livres sur le total des engagements pris pour l’année 2012.

 

21 Mai 2012
Copyright 2012. APANEWS. All Rights Reserved.

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Mozambique/Tanzanie - Du gaz offshore en Afrique

Mozambique/Tanzanie - Du gaz offshore en Afrique | L'Afrique | Scoop.it

Fin mars dernier, la compagnie pétrolière italienne Eni venait à peine d’annoncer l’existence d’un nouveau gisement géant de 1900 m de fond, à 50 km des côtes de la province de Cabo Delgado, au Mozambique, que la société pétrolière britannique BG Group révélait sa propre découverte au large du pays voisin, la Tanzanie.

 

Le bassin offshore de Rovuma qui s’étend dans les eaux territoriales des deux pays semble receler encore plus de gaz qu’on ne l’imaginait. Des ressources – c’est-à-dire pas forcément les quantités récupérables – qui se monteraient à ce jour, pour les deux pays, à 1 500 milliards de m3 ; soit la moitié des ressources de gaz non conventionnel de l’Australie.

 

Jusqu’à présent, le gaz offshore est-africain n’était pas considéré comme rentable. Le gaz en eau très profonde demande une technologie et des infrastructures encore plus coûteuses que le pétrole. Il ne suffit pas d’extraire du brut d’une plate-forme et de remplir en mer la soute d’un tanker : il faut construire des conduites sous-marines qui mèneront le gaz jusqu’à la côte, où il sera ensuite liquéfié pour être enfin chargé à bord des navires gaziers, les méthaniers. Car, c’est de cela qu’il s’agit, explique Armelle Le Carpentier, expert chez Cedigaz : créer en Afrique orientale un terminal majeur d’exportation de gaz naturel liquéfié vers l’Asie.

 

«Le» marché d’avenir pour le GNL, puisque la demande de la Chine, de l’Inde et du Japon devrait croître tous les ans de 5% dans les vingt ans qui viennent. Les prix du gaz destiné à l’Asie sont les plus élevés au monde, des revenus potentiels d’exportation majeurs pour le Mozambique et la Tanzanie, mis de fait en position de rivaux pour accueillir les futures installations de liquéfaction du gaz.

 

Au Mozambique, l’italien Eni s’est dit prêt à investir jusqu’à dix milliards de dollars, il est en concurrence avec la compagnie américaine, Anadarco.

 

En Tanzanie, le britannique BG Group a son propre projet. Mais l’entrée en lice des autres majors pourrait changer la donne : après le norvégien Statoil et l’anglo-néerlandais Shell, le français Total et le britannique BP manifestent à leur tour leur intérêt pour le gaz africain, dont BP a estimé qu’il contribuerait pour la moitié à la croissance de la production de GNL dans les huit ans à venir.

 

08-04-2012

more...
No comment yet.
Scooped by Agenda Economique
Scoop.it!

Mozambique : plus de 20.000 hectares de forêt rasés par des feux de buisson

Les autorités Mozambicaines ont déclaré mercredi que près de 23.000 hectares de forêt avaient été détruits par des feux incontrôlés dans le pays.

La radio publique, citant le ministère de l'agriculture, a annoncé mercredi que 13.000 hectares avaient été ravagés dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays.

 

La télévision mozambicaine a également rapporté mercredi que 10. 000 autres hectares de forêts avaient été détruits dans la province de Maputo dans le sud du pays. Des agriculteurs ont éliminé les buissons à des fins agricoles.

 

D'autres personnes ont détruits des forêts de manière incontrôlée pour en puiser du bois pour leur utilisation domestique. Les autorités estiment que d'autres forêts ont également été détruits par des feux de forêts dans d'autres parties du pays, car les chasseurs traditionnels utilisent des feux pour pister les animaux.

 

Plus de 70% des Mozambicains dépendent d'une agriculture rudimentaire dans ce pays d'Afrique australe qui compte 23 millions d'habitants. Face à ce problème, le gouvernement a lancé une campagne dans de nombreuses parties du pays pour traquer les auteurs de ces crimes.

 

MAPUTO, 6 juin 2012

more...
No comment yet.