L'actualité de la...
Follow
Find
12.0K views | +5 today
 
Rescooped by Olivier Cauchois from We are numerique [W.A.N]
onto L'actualité de la filière Musique
Scoop.it!

Google in talks to build a streaming music service with subscription and free tiers

Google in talks to build a streaming music service with subscription and free tiers | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Google is reportedly in talks with big music labels in an attempt to launch a music streaming service. According to a report by the Financial Times (paywall), the search engine company ...
Olivier Cauchois's insight:

Google se calquerait sur Spotify et Deezer en proposant différentes offres d’abonnements et un accès gratuit et illimité à son catalogue musical.

more...
Olivier Cauchois's curator insight, February 24, 2013 6:42 PM

Google prepare 1 service, qui nous permettrait d’accéder à un vaste catalogue négocié directement auprès des maisons de disque. Un catalogue qui serait directement disponible en ligne sur nos terminaux nomades au travers d’applications dédiées... sans aucun doute liées directement à l'offre à Google Music

Nicolas Moulard - Actuonda's curator insight, February 25, 2013 4:38 PM

add your insight...

From around the web

L'actualité de la filière Musique
Coursier Numérique. Service B to B d'envoi digital. Plateforme d'échange de contenus culturels. Livraison Digi-promos aux médias pour le compte des producteurs et labels de Music
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Olivier Cauchois from Média des Médias: Radio, TV, Presse & Digital. Actualités Pluri médias.
Scoop.it!

Poplife by Olivier Cauchois - playlist de music fraiche

Poplife by Olivier Cauchois - playlist de music fraiche | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

The place for music lovers. https://whyd.com/u/50bd17c07e91c862b2a921cf/playlist/0

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Streaming Isn't Saving the Music Industry - Digital Music News

Streaming Isn't Saving the Music Industry - Digital Music News | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
(source: RIAA) Yes, streaming is reversing recording industry declines… in countries like Sweden and Norway.  But it’s still not happening in the largest music markets,...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Amazon Launches Editorial Outlet 'Music Notes'

Amazon Launches Editorial Outlet 'Music Notes' | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Amazon.com has introduced Amazon Music Notes, an editorially-driven Web offering int
Olivier Cauchois's insight:

Amazon.com a présenté Amazon/music note, un éditorial axé sur l'offre Web destiné à stimuler les ventes de musique,

 

1 effort de rebranding avec Amazon Music note, c'est des applications mobiles, du streaming, et un magasin de MP3 intégré sous un seul nom.

 
Amazon utilise Tumblr comme  plate-forme de publication pour  music note, ce qui permet aux utilisateurs d'avoir acces a de la curation nouvelles musiques quotidiennes , il y a des entrevues avec des personnalités de la musique, des clips vidéo et d'autres contenus interactifs. Le site propose également la rétrospective "Amazon Essentials», une série d'histoires sur les albums emblématiques du passé tels que Bruce Springsteen "Born In The USA" et "Purple Rain" de Prince--

 

En outre, music note inclut la fonction "Amazon Book Club", dans lequel un artiste traite son livre préféré. La plupart, sinon la totalité, des articles comportent des liens pour acheter ou diffuser du contenu en affinité avec la musique ou l'artiste.

more...
No comment yet.
Rescooped by Olivier Cauchois from MusIndustries
Scoop.it!

Les métadonnées comme outil de promotion de la musique en ligne

Les métadonnées comme outil de promotion de la musique en ligne | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

L’objectif de cet atelier est de mieux cerner les enjeux liés aux métadonnées associées aux œuvres musicales et à valoriser les initiatives qui visent à les enrichir, les ré-utiliser ou les diffuser plus largement. Des labels et des diffuseurs expliqueront...


Via GilCasta
more...
Jean-Luc Biaulet's curator insight, June 26, 5:24 AM

We'll be there !

Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Effets de la dominance de Google: YouTube en guerre avec les producteurs des labels indépendants

Effets de la dominance de Google:  YouTube en guerre avec les producteurs des labels indépendants | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Olivier Cauchois's insight:
La plate-forme de vidéo prépare en effet une offre de streaming musical payant, destinée à concurrencer Spotify ou Deezer. Selon les producteurs indépendants, non seulement YouTube leur propose des conditions de rémunération inacceptables dans le cadre du lancement de cette offre, mais il les menace de retirer leur catalogue de son offre actuelle, gratuite, afin de faire pression sur eux. « Selon un très grand nombre de labels indépendants, tant français qu'européens ou américains, YouTube menacerait de procéder au blocage voire au retrait immédiat de leur catalogue en cas de refus du contrat qui leur est imposé par cet opérateur », indique l'Upfi, qui regroupe les producteurs indépendants français. Selon plusieurs sources, les conditions tarifaires proposées par YouTube pour sa nouvelle offre via un contrat standard non négociable seraient inférieures d'un tiers à celles proposées par Deezer ou Spotify. « YouTube propose des rémunérations inférieures de 10 % à celles proposées par Spotify, qui sont déjà parmi les plus basses du marché. En plus, les producteurs indépendants n'ont aucune avance, contrairement aux majors », déclare un producteur. Jamais confirmée officiellement, l'offre payante de YouTube est bel et bien dans les cartons depuis des mois. Selon le « New York Post », elle sera lancée cet été et disponible sous Android, le système d'exploitation mobile de Google. Elle sera baptisée « Music Pass » et facturée 5 dollars (avec publicité) ou 10 dollars (sans publicité) par mois. Les grands projets de YouTube dans le domaine du streaming confirment que ce mode d'écoute devient de plus en plus incontournable, alors que le téléchargement, qui a dominé sans partage le marché de la musique en ligne depuis le début des années 2000, marque le pas. Pour la première fois, les revenus du téléchargement ont décliné au niveau mondial l'an dernier, selon l'Ifpi (International Federation of Phonographic Industry). Outre l'Upfi, plusieurs organisations de producteurs indépendants sont montées au créneau pour dénoncer la situation. L'association WIN (Worldwide Independant Network), qui les regroupe au niveau mondial, a qualifié la situation « d'indéfendable » Les labels indépendants discutent via une structure appelée Merlin, alors que les trois majors du disque, Universal Music, Sony Music et Warner Music négocient chacune de leur côté avec YouTube. Leur poids sur le marché de la musique (entre 60 et 70 % de part de marché dans les principaux pays) les rend incontournables, ce qui leur permet de négocier de meilleures conditions. Selon certaines sources, elles auraient négocié des avances de plusieurs centaines de millions de dollars pour la mise à disposition de leur catalogue.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Qui est le consommateur de musique numérique ?

Qui est le consommateur de musique numérique ? | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
D’après un récent rapport de Mark Mulligan (pour ceux qui ne suivent pas Mark Mulligan, c’est certainement l’expert le plus pointu mondialement des évolutions tech/musique et le plus fin connaisseur du streaming...
Olivier Cauchois's insight:
le consommateur de musique numérique d’aujourd’hui ressemble beaucoup au consommateur de la musique numérique d’hier...
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

La Fnac lance son "jukebox", un service de streaming payant

La Fnac lance son "jukebox", un service de streaming payant | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
L'enseigne de distribution culturelle prend le train de la musique en ligne. La Fnac se positionne au même niveau de tarifs que les acteurs majeurs du secteur de la musique en streaming en France, Deezer et Spotify, qui proposent également des offres gratuites, mais associées à la diffusion de publicités
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Focus : Au cœur de l'économie du streaming

Focus :  Au cœur de l'économie du streaming | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

Le streaming, un mode de consommation de la musique en pleine montée en puissance. Mais que représente-t-il vraiment, quel est son marché, quels sont la stratégie et le modèle économique des plateformes ? 

Olivier Cauchois's insight:

La rémunération des artistes par les producteurs en matière de streaming doit être entièrement repensée sur de nouvelles bases, qui n’ont plus rien à voir avec celles de la vente de disques ou en téléchargement.

 

Assainir le marché Aucun de ces rééquilibrages n’aurait d’effet, cependant, sur les déséquilibres du marché imputables à certaines pratiques des majors de la musique aux limites de l’abus de position dominante. « La détention d’un fonds de catalogue considérable [leur] assure une rente de situation extrêmement profitable », reconnaît l’Upfi. Et « l’effet de prédominance économique des majors est encore aggravé par la position conjointe qu’occupent les mêmes groupes internationaux à travers leurs filiales d’édition musicale ».

 

C’est ce qui leur permet de peser de tout leur poids dans les négociations et d’imposer leurs conditions aux plateformes, qui ne peuvent que faire subir une inégalité de traitement aux producteurs indépendants. Il y aurait ainsi, selon le rapport Phéline, « d’importantes disparités dans les conditions que les différentes catégories de producteurs obtiendraient […], notamment du fait des clauses inégalement favorables d’avances ou de minima garantis ».

 

L’organisme Merlin, qui représente 20 000 labels indépendants dans le monde lors des négociations avec les opérateurs de service, dénonce une généralisation des pratiques jugées déloyales des majors à l’échelle internationale.

 

Exemple , la signature d’accords de licence en cours de négociation avec des opérateurs de nouveaux services, comme Beats ou Samsung, les avances non recouvrables imposées par les majors aux plateformes de streaming, et les prises de participation qu’elles obtiennent dans le capital de ces dernières, faussent le jeu de la concurrence et organisent une captation abusive de la valeur ajoutée du marché.

 

C’est pour assainir le marché français de ce point de vue que producteurs et plateformes de streaming sont sommés de s’entendre sur un minimum de bonnes pratiques et de transparence de leurs relations en France, ce qu’ils n’ont pas réussi à faire jusque là, malgré les efforts menés en ce sens par la mission Hoog en 2011. En cas d’échec de la voie négociée, les producteurs pourraient se voir imposer, comme solution ultime, une gestion collective obligatoire des revenus du numérique. La perspective de devoir renoncer à leur droit d’autoriser, si cette proposition de la mission Lescure reprise par la mission Phéline était suivie d’effet, a déclenché une levée de bouclier de la part des producteurs, au SNEP comme à l’UPFI, Une telle mesure risquerait par ailleurs de provoquer, préviennent-ils, une fuite organisée des répertoires internationaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Musique/ Financement du CNV: Les propos de Aurelie Filippetti sur l'élargissement de l’assiette de taxes existantes

Musique/ Financement du CNV: Les propos de Aurelie Filippetti sur l'élargissement de l’assiette de taxes existantes | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Mme Filippetti: « Ce qu'il faut qu'on arrive à montrer, c'est qu'il y a un intérêt conjoint de l'ensemble des secteurs culturels à mettre en place un financement nouveau et innovant sur les nouveaux acteurs du numérique notamment, sur ceux qui ne sont pas encore soumis à l'assiette ou à travers un élargissement de cette assiette aux nouveaux usages » « Il y a des contributions existantes dont le rendement peut être plus ou moins dynamique et dont l'assiette peut intégrer les nouveaux acteurs de l'économie du numérique ou les nouveaux usages » « Ca n'est pas du tout contradictoire avec l'idée générale d'une baisse de la pression fiscale. Ce sont des taxes affectées, ce ne sont pas de nouveaux impôts, ça fait partie de l'exception culturelle que le président de la République a défendue à Bruxelles » « Je ne m'engagerais pas dans cette réforme, si je n'étais pas convaincue d'avoir de nouveaux financements »
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

How can #indie #music labels turn followers into fans in 2014? (#midem)

How can #indie #music labels turn followers into fans in 2014? (#midem) | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Le vrai problème est que l'engagement véritable ne peut venir que de l'artiste. Elle ne peut jamais être fait par du petsonnel d'un label. Si un artiste n'est pas en interaction avec ses fans, et laisse son label le faire, c'est une perte de temps"... Engagement. It's a word we'll be hearing again and again at the Midem music industry conference this week....
more...
Pierre Creff's curator insight, February 2, 8:00 AM

Les likes facebook, les followers twitter et soundcloud siginifient-ils vraiment quelquechose ? Ne serviraient-ils pas qu'aux bookers et organisateurs d'événements ? 

Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

La SPPF et la Scpp juge le projet RF8 de Radio France hors gestion collective.

Le Conseil d’administration de la SPPF (société civile des producteurs de phonogrammes en France) a examiné, le projet RF8, dans le cadre d’une demande d’obtention d’une licence collective faite par la radio Le Mouv. A l’instar de la SCPP (équivalent chez les majors du disque), La demande a été rejetée. Les membres de la SPPF ont jugé que les caractéristiques de ce projet pourraient avoir pour effet de « cannibaliser le marché des compilations en permettant aux auditeurs de constituer leur propres compilations de titres a streamer à partir des Playlists proposées par Radio France et aussi de porter atteinte au modèle du stream par voie d’abonnement« . Cependant, la SPPF s’est prononcée en faveur d’un accord sur une offre de type « smartradio »... Radio France va revenir vers les deux sociétés civiles avec un nouveau projet qui devrait entrer dans le champ de la gestion collective et donc. Concrètement, RF8 fera appel à des plates-formes extérieures, type YouTube, Deezer ou Spotify, pour diffuser ses play list... comme streamus ou whyd.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Music to your heart beat // Synchroniser votre musique à votre rythme cardiaque

Music to your heart beat // Synchroniser votre musique à votre rythme cardiaque | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
A motion sensor and heart rate monitor could be used to select tracks and playlists that suit your mood and your movement. By Samuel Gibbs
Olivier Cauchois's insight:

Des capteurs permettraient au service de streaming Spotify de synchroniser votre musique... à votre rythme cardiaque. 

more...
No comment yet.
Rescooped by Olivier Cauchois from Radio 2.0 (En & Fr)
Scoop.it!

Le streaming modifie-t-il les goûts musicaux ? De l'écoute à l'expérience musicale | Dossier IRMA

Le streaming modifie-t-il les goûts musicaux ? De l'écoute à l'expérience musicale | Dossier IRMA | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
La généralisation des outils numériques a contribué à changer les constructions culturelles. Écrans, réseaux, appropriation, prescription, l'individu n'a plus ni le même accès, ni le même rapport à la musique. À l'heure du streaming, de l'écoute au titre et de l'échange de playlists, comment le numérique impacte-t-il la découverte, la recommandation et la consommation de musique ? Comment l'éclectisme des goûts, des supports et des modes d'écoute transforme-t-il l'offre des industriels ?

 

....

 

« Augmenter l’expérience utilisateur : un enjeu économique majeur et un enjeu de diversité culturelle »

Amener la bonne musique à la bonne personne au bon moment, c’est l’ambition de toutes les plateformes et services de découverte et de recommandation (l’exigence déborde largement le secteur musical). Augmenter l’expérience utilisateur est un enjeu économique majeur. Le but : capter le consommateur, le garder sur le service et le faire consommer, de la publicité ou de l’abonnement. C’est aussi un enjeu de diversité. Comme le rappelle Hugo Bon, « aujourd’hui, 1% des artistes génèrent 70% des revenus. Sur Spotify, 20% du catalogue n’a jamais été écouté. Et la part des titres écoutés moins de 100 fois est colossale. L’enjeu d’une meilleure exploitation des catalogues est très important, tant du point de vue économique que culturel. » Pour arriver à cela, les technologies s’affinent, les algorithmes se complexifient. Pour cela, Sounditycs, comme les ingénieurs de Spotify, mettent en place des procédures demachine learning (Consistant à entraîner un algorithme pour qu’il s’adapte à différentes situations) pour atteindre un objectif de deep learning (Une connaissance profonde et précise d’un contenu). Il s’agit d’augmenter la description du contenu pour le matcher avec les données utilisateurs : profil, recherches effectuées, contexte… En clair, augmenter les paramètres descripteurs sur un volume énorme de données hétérogènes. Soundytics le fait en ajoutant à l’équation les propriétés acoustiques des morceaux, permettant d’ouvrir de nouveaux champs de similarité :« des genres musicaux différents peuvent très bien avoir des propriétés acoustiques proches. Là cela devient intéressant, et permet de proposer des musiques nouvelles, potentiellement différentes des habitudes de l’utilisateur, et qui peuvent lui plaire », détaille Hugo Bon. L’intérêt est aussi d’exploiter ces données pour créer de nouvelles expériences utilisateurs, en conceptualisant la recommandation. Le concept devient alors une porte d’entrée pour la découverte avec des associations par humeurs ("moods"), activités, météo, modes, etc.

Si ces changements et ces stratégies nouvelles dans l’offre de services musicaux répondent, le mieux possible, à l’éclectisme et à la dimension expérientielle des pratiques des consommateurs de musique, ces dernières, foisonnantes et en perpétuel mouvement, ne manqueront pas d’influencer les futures évolutions. Comme l’explique François Ribac, « ce n’est pas la numérisation seule qui a produit des effets, c’est l’alliance (voire les batailles) entre les technologies et ce que les gens et les entreprises en font, le balancier entre les usages individuels et collectifs et les stratégies industrielles ». Nous n’assisterons peut-être pas à des révolutions, ni à de grands remplacements, mais verrons coexister toujours plus de modalités de découverte, de prescription et de recommandation musicales. L’avenir est à l’agencement de ces modalités…


Via Nicolas Moulard - Actuonda
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Independent Music Labels and Young Artists Offer Streaming, on Their Terms - NYTimes.com

Independent Music Labels and Young Artists Offer Streaming, on Their Terms - NYTimes.com | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Renaud present pour le concert d'Indochine

Renaud present pour le concert d'Indochine | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Le chanteur a fait une apparition remarquée au Stade de France pour la première date du groupe de Nicola Sirkis.
Olivier Cauchois's insight:

Il est de notoriété publique que Nicola Sirkis admire l'interprète de Mistral gagnant. Nicolas Sirkis lui a d'ailleurs récemment rendu hommage en reprenant son titre Hexagone sur l'album La Bande à Renaud. Visiblement fatigué, le visage marqué et encerclé d'un collier de barbe, Renaud a semblé ému d'entendre un Stade acquis aux paroles de sa chanson "hexagone", écrite en 1975.


Présent sur les gradins du Stade, Renaud a assisté au concert du groupe de Nicola Sirkis qui n'as manqué de le cité. «Il y a un chanteur qui est assis là-bas, Quand j'avais quinze ans, j'ai volé pour aller le voir en concert - Je voudrais juste lui faire un petit clin d'œil». 

C'est en entonnant quelques phrases de la chanson "Hexagone" que Sirkis a remercié Renaud de sa présence. «Être né sous l'signe de l'hexagone, c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment / Et l'roi des cons, sur son trône, j'parierais pas qu'il est all'mand» a repris la foule après lui... 

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

IFPI - The Evolution of Music in Europe - SNEP

IFPI - The Evolution of Music in Europe - SNEP | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
L’évolution de la musique en Europe La filière musicale a conclu des accords avec un nombre sans précédent de services numériques tout en développant de nombreux modèles économiques...
Olivier Cauchois's insight:
A mesure que le numérique continue sa croissance, le streaming devient extrêmement populaire dans de nombreux pays. Il représente désormais 37% des revenus numériques en Europe. A l’échelle mondiale, ce sont 28 millions d’abonnés payants, dont 11 millions en Europe (estimations). En Suède, le streaming représente 94% du marché numérique, tandis qu’il atteint désormais 70% aux Pays-Bas, 57% en Slovaquie, 67% en Espagne et 71% en Pologne. L’Angleterre a vu son nombre d’utilisateurs exploser, représentant désormais 41% du marché numérique. Ce chiffre s’élève à 43% pour le marché français. En revanche, l’Allemagne ou l’Irlande sont restés des marchés essentiellement axés sur le téléchargement, ce qui reflète des attentes différentes de la part des consommateurs. Les pays européens ont une forte proportion de répertoire national et ce sont les artistes locaux qui tirent leur croissance. Sur les dix albums les plus vendus en 2013, 9 était locaux en Italie et Suède, 8 au Danemark, en France et aux Pays-Bas, 7 en Allemagne et 6 en Espagne. Cette production locale représente une part de marché essentielle. Par exemple, 70% du chiffre d’affaires du marché total provient d’artistes locaux en Finlande et en Grèce, 64% en France, 50% en Allemagne et 58% en Slovaquie. A cette prédominance de la production locale vient s’ajouter le reste de l’offre des divers pays européens mais n’étant pas du répertoire national. Ces productions européenne représentent une part de marché importante et contribuent à la santé et à la diversité culturelle du marché européen.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Dr. Dre confirme le rachat de Beats par Apple, Universal se frotte les mains

Dr. Dre confirme le rachat de Beats par Apple, Universal se frotte les mains | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

Le PDG d'Apple Tim Cook l'avait annoncé : en 2014, les acquisitions de start-ups et entreprises seront placées sous le signe de la pomme. Selon le Financial Times, le fabricant de casques hi-tech Beats Electronics serait en ligne de mire pour un montant de 2,3 milliards d'euros. 

Olivier Cauchois's insight:

3,2 milliards de dollars

 

Le rachat de Beats est la plus grosse acquisition du groupe Apple.

L'affaire pourrait, au passage, va rapporter tres gros à Vivendi , actionnaire de Beats via sa filiale Universal Music.

 

De son côté, la firme à la Pomme a de l’argent a depenser

 

Apple a généré un chiffre d’affaires dans ses magasins de 20,22 milliards de dollars en 2013, en hausse de 7,4 % sur un an.

9,3 milliards de dollars de chiffre d’affaire a été généré sur son site Internet soit une hausse de +23,5 %,

 

Beats donne dans la hi-tech de luxe, et c’est exactement ce que cherche Apple : un objet et une clientèle pécuniairement compatibles avec sa gamme. C’est le cœur de l’identité d’Apple depuis ses débuts : vendre, en même temps que ses produits, l’appartenance au club des gens dans le coup.

 

Mais la raison essentielle du rachat de la Société Beats par Apple, c’est l’acquisition de la plate-forme de streaming récemment créée par Beats ,  un service d’écoute de musique en ligne par abonnement , riche de contrats de droits passés avec les majors de la musique dont Universal…. N’oublions pas que les 2 membres fondateurs de Beats sont 2 producteurs issue de la galaxie Universal.  

 

C’est une façon pour Apple de rattraper son retard sur le modèle qui monte dans la musique. Progressivement, le streaming et l’abonnement remplacent l’achat à l’acte et le téléchargement, qui a longtemps fait le succès d’iTunes. 

 

Apple avait déjà lancé un signal en ce sens lors du lancement d’iTunes Radio à l’été 2013, un service gratuit d’écoute de musique et de playlists. Ne jouant pas tout à fait sur le même créneau, on peut donc s’attendre à voir les deux modèles cohabiter au sein du même écosystème.

 

Dr. Dre confirme le rachat de Beats par Apple en vidéo ;) 

 

Une vidéo de soirée où Dr. Dre, le cofondateur de Beats annonce être  « le premier milliardaire du hip-hop, en direct de la putain de côte ouest ».


Vidéo tournée la nuit où son deal à 3,2 MILLIARDS avec Apple a été scellé  « Il va falloir mettre à jour la liste de Forbes  


http://sco.lt/7sVFKr

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Warner va utiliser le data de Shazam pour découvrir ses nouveaux poulains

Warner va utiliser le data de Shazam pour découvrir ses nouveaux poulains | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Olivier Cauchois's insight:

La major du disque Warner Music Group a révélé avoir établi un partenariat avec Shazam, démontrant une volonté louable de moderniser ses pratiques. L'objectif ? En partant du principe que l'on "shazamme" ce que l'on apprécie, le label aura désormais accès à certaines des données des utilisateurs de Shazam. Histoire de connaître les goûts dans toute leur diversité des utilisateurs de l'application, mais surtout d'anticiper l'émergence d'artistes potentiellement intéressants.

Ce qui permettrait donc, dans le meilleur des mondes, à des artistes "hors-normes" d'apparaître enfin un peu plus sur les radars de l'industrie musicale.

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

L' exposition médiatique pour la filière musicale équivaut à la recherche-développement pour les industries technologiques : L'avenir

L' exposition médiatique pour la filière musicale équivaut à la recherche-développement pour les industries technologiques : L'avenir | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
En relançant l'idée d'un Centre national de la musique bis, Aurélie Filippetti semble avoir pris acte à la fois de l'effondrement du disque,...
Olivier Cauchois's insight:

Le CNV, dont les 26 millions de recettes réunies en 2013 proviennent d'une taxe prélevée sur les tickets d'entrée des concerts, apporte ses aides au développement et à la diversité de la scène musicale ; si la ministre obtient les financements souhaités, cet établissement sera réformé en profondeur, dans sa gouvernance, mais aussi dans ses finalités, pour représenter dorénavant l'ensemble de la filière musique.

 

Le chemin est toutefois semé d'embûches puisque, récemment, la loi de Finances pour 2014 abaissait au contraire de 27 à 24 millions d'euros la taxe affectée au CNV, les excédents de perception devant être reversés au budget de l'Etat. Pas vraiment de bonne augure… C'est peu dire que le secteur s'interroge sur la possible mise en orbite de ce « nouveau » CNV et sur sa capacité à faire de la « french touch » musicale un pôle d'excellence, à l'instar du jeu vidéo ou du cinéma…

Aujourd'hui, la musique enregistrée dans son acception large (disque, numérique, droits voisins, musique à l'image) ne pèse plus que 950 millions d'euros de chiffre d'affaires en France, contre 1,4 milliard pour le spectacle musical et de variété. Longtemps, les producteurs de spectacles se sont développés en tant que prestataires de services de l'industrie phonographique. Les tournées, outils promotionnels destinés à renforcer les liens entre l'artiste et son public, constituaient un investissement marketing pour les maisons de disques. Ce modèle économique a été balayé par la crise, avec un effet domino désastreux pour le développement de nouveaux talents et les producteurs de spectacles.

Pour ces derniers, confrontés au désinvestissement de l'industrie phonographique, la dépense nécessaire au lancement d'un artiste a plus que doublé en six ans, selon le Prodiss,(Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacle). Or ces producteurs sont à 90 % des PME indépendantes, reposant sur leur dirigeant fondateur, et seulement 7 % d'entre eux affichent un chiffre d'affaires supérieur à 5 millions d'euros. Cette taille modeste n'empêche pas la concentration de l'activité : 6 % des acteurs représentent les deux tiers de la billetterie. Sachant qu'un spectacle donné dans une salle de moins de 1.000 places est rarement bénéficiaire, que trois à cinq ans sont nécessaires pour « installer » un artiste, on comprend que la question du renouvellement des talents français se pose avec acuité.

 

La crise accélère la concentration vers les grosses têtes d'affiche, des artistes étrangers ou des stars françaises en fin de carrière, capables de générer une billetterie chère et massive. Des signes inquiétants de fragilité apparaissent pour les artistes en développement alors que le Top 10 des tournées représente 50 % des recettes.

 

A cela s'ajoute le fait qu'un nombre très limité d'artistes bénéficient d'une exposition médiatique . Seul le Web peut apporter une visibilité aux jeunes pousses, mais avec des résultats très aléatoires.

L' exposition médiatique pour la filière musicale équivaut à la recherche-développement pour les industries technologiques : c'est l'avenir du secteur.

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Music Ally’s Midem Recap: The Music Industry’s YouTube Problem

Music Ally’s Midem Recap: The Music Industry’s YouTube Problem | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
«Je suis préoccupé par YouTube sur le marché parce que pour YouTube, tout est une question de domination du marché. Et la domination est relié à la destruction..."
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Midem : 810 millions d'euros de droits pour la Sacem en 2013. Chaque jour, les Français écoutent en moyenne 2 h 25 de musique.

Midem : 810 millions d'euros de droits pour la Sacem en 2013. Chaque jour, les Français écoutent en moyenne 2 h 25 de musique. | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique a rendu publics, dimanche 2 février à Cannes, les résultats de son activité pour l'année écoulée, marqués par une progression dans plusieurs secteurs. La Sacem a réalisé deux études complémentaires sur les habitudes des Français et l'impact de la musique dans les points de vente, rendus plus agréables et plus abordables par le biais de la musique qui y est diffusée. Chaque jour, les Français écoutent en moyenne 2 h 25 de musique, en voiture pour plus de 65 % d'entre eux ou à la maison pour 60 %. L'autoradio occupe ainsi la première place, suivi de l'ordinateur, de la radio et de la chaîne hi-fi. De plus, 70 % des Français écoutent de la musique en ligne au moins une fois par semaine, notamment sur YouTube, Deezer et les sites des radios. Enfin, 6 Français sur 10 vont au concert et à un festival au moins une fois par an.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

La carte monde des droits d'auteurs: 120 pays/220 sociétés d'auteur. bilan CISAC.

La carte monde des droits d'auteurs: 120 pays/220 sociétés d'auteur. bilan CISAC. | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
(Cisac) a dévoilé, vendredi 31 janvier à la veille de l'ouverture du Midem, les résultats de son rapport économique annuel, portant sur les montants perçus en 2012 par 227 sociétés d'auteurs regroupant les créateurs dans 120 pays. Elles ont perçu 7,8 milliards d'euros, en augmentation de 2 % par rapport à 2011. « L'augmentation du montant des perceptions a légèrement dépassé la croissance du PIB dans 68 pays », a souligné Olivier Hinnewinkel, directeur général de la Cisac, présidée par Jean-Michel Jarre. 58,8 % des perceptions mondiales ont été générées en Europe (4,6 milliards d'euros), suivie par la région Asie-Pacifique (18,6 %) qui dépasse pour la première fois la région Canada – Etats-Unis (16,4 %, en baise de 1,5 %). 87 % des sommes récoltées proviennent du répertoire musical, signe de « la confiance que le secteur musical place en la gestion collective », la plupart des utilisations des œuvres d'autres secteurs artistiques étant négociées et autorisées directement par le créateur, le producteur ou l'éditeur. 75 % des droits d'auteurs recueillis par la Cisac proviennent de l'exécution publique des œuvres, soit 5,9 milliards d'euros, en hausse de 3,3 %, tirés par les très bonnes performances de l'Asie-Pacifique (+ 11,4 %) et de l'Amérique Latine (+ 7 %) dans ce secteur. Les droits de reproduction mécanique continuent de reculer (1,37 milliard d'euros, en baisse de 5 %) essentiellement à cause de la baisse des ventes des supports physiques, CD, DVD. En Amérique du Nord, notamment, ces droits ne représentent plus que 3 % des perceptions. S'ils continuent de progresser (d'un petit + 7 %), les droits liés aux usages numériques ne constituent que 4 % (301 millions d'euros) des perceptions. Ces chiffres sont à regarder avec attention : si le secteur est en hausse en Europe (+ 17 %), il s'effondre en Amérique du Nord. En effet, certains grands éditeurs américains et canadiens ont abandonné la gestion collective des droits, comme le pratiquent la Sacem en France ou la Gemma en Allemagne, pour passer des accords de licences individuels avec les principaux services de diffusion en ligne. Fervent partisan du principe de la gestion collective, Jean-Michel Jarre interviendra lundi 3 février au Midem de Cannes.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Aurélie Filippetti relance le centre national de la musique CNM

Aurélie Filippetti relance le centre national de la musique CNM | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

 Alors que s’ouvre samedi à Cannes le Midem , la ministre de la Culture et de la Communication adresse un message fort à la filière musicale.

 

Aurélie Filippetti relance le projet de création d’un Centre national de la musique (CNM). Elle projette de le façonner sur les bases d’un établissement public qui existe déjà, le Centre national des variétés (CNV), aujourd’hui dédié au spectacle vivant.L’annonce assure à la ministre une ecoute attentive du marché au Midem.

 

 

Regrouper l’ensemble de la filière (spectacle, disque, export...) sous une bannière unique était l’idée maîtresse du CNM tel qu’il avait été imaginé en 2011. Validé par François Hollande pendant la campagne électorale, le projet n’en avait pas moins été enterré par Aurélie Filippetti dès son arrivée rue de Valois, faute notamment d’un financement sécurisé. Elle laisse entendre que la principale taxe affectée au financement du Centre national du cinéma (CNC), payée par les distributeurs de chaînes de télévision, pourra aussi servir à financer la musique. 


Le marché du disque en France s’est stabilisé en 2013 , affichant une hausse pour la 1ere fois depuis plus de 10 ans de marasme busté par les perfs de Stromae (1,1 million d’albums vendus) et Daft Punk (600.000), mais en general la production française n'est pas au mieux...Le centre national de la musique ne peut etre que benefique pour la filiere de la musique.  

more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Indie Labels Now Control 34.6% Of U.S. Market - hypebot

Indie Labels Now Control 34.6% Of U.S. Market - hypebot | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
According to a Billboard Magazine analysis of 2013 SoundScan statistics shared by A2IM, independent labels grabbed 34.6% U.S. of the overall recorded music market.
more...
No comment yet.
Scooped by Olivier Cauchois
Scoop.it!

Next Big Sound – 2013: Year in Rewind

Next Big Sound – 2013: Year in Rewind | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it
Switching up marketing methods, changing the album experience, leveraging social: this was the year that artists really began to adjust to the modern music industry.
more...
No comment yet.