INTERVIEW - Jean-Bernard Lévy, président du directoire du groupe Vivendi«Le groupe Vivendi ne ressent pas la crise» | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

INTERVIEW - Jean-Bernard Lévy, président du directoire du groupe Vivendi.

Après les rachats de l'intégralité du capital de SFR, de la major du disque EMI et des chaînes de la TNT Direct 8 et Direct Star, le groupe Vivendi estime qu'il va faire une pause dans les acquisitions.

 

Pourquoi avoir racheté EMI ?

Dans la production musicale, Universal se renforce grâce au rachat d'EMI Music qui est très complémentaire. Universal réalise les deux tiers de ses ventes avec des nouveautés et un tiers avec son catalogue. EMI Music, c'est l'inverse, et nous allons lui redonner une véritable ambition dans la recherche de nouveaux artistes. Nous allons aussi mettre en œuvre des synergies entre Universal Music et EMI Music qui permettront d'économiser 115 millions d'euros par an.

Ce rachat pose-t-il un problème de concurrence ?

Nous allons déposer un dossier devant les autorités de la concurrence des pays concernés. Notre part de marché mondiale oscille autour de 25%, celle d'EMI Music est de 10%. Je suis confiant dans le fait que le rachat d'EMI Music sera approuvé.

 

Projetez-vous d'autres acquisitions ?

Nous venons de nous renforcer dans la télévision et la musique au travers de trois opérations. Nous disposons de six actifs: deux en France (SFR, Canal+), deux basés aux États-Unis, qui sont numéro un mondial dans leurs domaines respectifs (UMG, Activision Blizzard), et deux dans des pays émergents (GVT au Brésil, Maroc Telecom). Mon ambition est de renforcer ces actifs qui sont tous tournés vers le consommateur numérique. Après les rachats de Direct 8, Direct Star et d'EMI Music, la dette du groupe se situera entre 14 et 14,5 milliards d'euros. Nous ne l'augmenterons pas davantage,

 

Redoutez-vous la crise annoncée ?

 

Nous ne ressentons pas la crise ni même un ralentissement. Pour nous, la manifestation de la crise, c'est, à cause des déficits publics, l'accumulation des nouvelles taxes en France : 600 millions d'euros supplémentaires cette année. La France est un pays difficile pour les entreprises. Mais, si nous avons des marges de manœuvre, les pays en forte croissance restent notre priorité. La contribution des pays émergents est de 17% de notre chiffre d'affaires 2011 ; à terme, nous visons 25%.

 

Pourquoi Canal+ a-t-il opéré un virage stratégique vers la télé gratuite ?

La consommation des images évolue parce que nos clients sont connectés de façon quasi permanente à Internet et qu'ils peuvent en plus y trouver des contenus piratés. Notre force, ce sont nos contenus exclusifs et différenciés. Nous devons donc investir dans des programmes originaux de qualité qui coûtent cher. Pour les rentabiliser, nous devons les exploiter sur tous les modes de diffusion: télé payante, télé gratuite et vidéo sur abonnement. 

 

Quelle place Vincent Bolloré pourrait-il tenir au sein du capital et des instances de Vivendi ?

Vincent Bolloré a demandé que la moitié du rachat de Direct 8 et Direct Star soit payée en titres Vivendi. L'autre moitié sera payée en cash. Il n'est pas prévu que Vincent Bolloré entre au conseil de Vivendi.

 

Allez-vous racheter les 20% de Lagardère dans Canal+ France ?

Le dossier n'est plus à l'ordre du jour.