PDM (monde) de la music et PDM (monde) des droits d'auteurs. Indés VS Majors. | L'actualité de la filière Musique | Scoop.it

Les labels indépendants pressent la Commission européenne de s'intéresser de près aux grandes manoeuvres entamées autour d'EMI.

Pourquoi ce debat? Un producteur indés rappelle que lors de la fusion Sony- BMG, les indépendants ont gagné 5% de PDM. Chaque artiste est libre de cautionner ou non les mouvements de son label. 
L'industrie du disque est elle trop concentrée?

Le choix demeure, les indépendants qui signent de bons artistes avec de bonnes compos se portent bien et figurent dans les tops de ventes numeriques.

La concentration n'est elle pas la réaction face au dictact des géants de la techno?
La concentration permet de faire bloc face aux poids lourds comme Google, Apple et autre Amazon, notamnent sur le sujet des clouds musicaux. Les producteurs de musique considèrent la « musique dans le nuage » comme du piratage (violation du copyright), alors que les services de clouding comme Amazon se déclarent comme hébergeur et revendiquent donc le régime de la copie privée. Un casse-tête juridique qui demande de la force du coté de la fillière musique.
Dans ce type de combats, il vaut mieux etre fort et ne pas être seuls...

Enfin, face à la concentration des médias, il est logique que la music emboite le pas.