Koter Info - La G...
Follow
Find
230.0K views | +117 today
 
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Carnaval d'Alost - Char "SS-VA"

Carnaval d'Alost - Char "SS-VA" | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Au carnaval d’Alost, le groupe "Eftepie" a conduit un char baptisé "char de la déportation des francophones" accompagné de neuf figurants en uniformes de la "SS-VA".

 

Les têtes de turc sont Bart De Wever, Karim Van Overmeire, ancien membre du Vlaams Belang et échevin de la N-VA, ainsi que le bourgmestre de la ville, Christophe D’Haese.

 

Nous voulons démontrer à quel point la politique de "flamandisation" d'Alost menée par la N-VA est risible et plus de notre époque, a expliqué Jacques Jacquemin, un responsable de la société carnavalesque.

 

Depuis sa victoire aux élections municipales d'octobre à Alost, la N-VA a multiplié les initiatives pour renforcer le "caractère flamand" de la ville, faisant par exemple retirer les portraits du couple royal belge de la salle du conseil municipal.

 

--------------------------

 

Il faut savoir que c'est une tradition au carnaval d'Alost de pousser la caricature politique à l'extrême.  Selon l'avis général des spectateurs locaux flamands, ils trouvent cela normal de voir ce char en particulier, puisqu'il est complètement dans l'esprit critique du carnaval local.

 

Par contre, "nos" politiciens wallons se disent officiellement choqués !  Mais de quoi se mêlent-il ?  Cela se passe chez les Flamands, là où les politiciens affirment eux-mêmes en rire (même si c'est jaune comme leur drapeau).

 

Je vais finir par croire que "nos" politiciens wallons ont la trouille de la réaction nordique et des communautés juives au point qu'ils se mettent à genoux en critiquant ledit char !!!

 

Ce char n'est-il pas le juste rendu humoristique de la monnaie due par les Wallons à la NV-A ?   Cette NV-A qui a même été retirer les portraits du couple royal de la salle du conseil municipal de cette même ville d'Alost, ce, afin de mieux affirmer son rejet vis-à-vis de la Belgique actuelle, pour ne pas dire : sa volonté de diviser le pays et de créer une Flandre totalement indépendante !

 

Dans un passé récent, des politiciens wallons ont fait remarquer des points commun entre les célèbres Bart et Adolf !   Alors, comment expliquer les critiques actuelles des politiciens wallons qui feraient mieux de se taire ?

 

D'autre part et comme d'"habitude, les représentations juives s'offusquent également, mais de quel droit ?  Ce char ne remet pas en question la Shoah et ne s'en moque pas !!!!

 

Mais peut-être les représentations juives sont-elles vexées parce que ce char ne vise que la brimade flamande vis-à-vis des francophones de Belgique, sans faire allusion à la communauté juive ?

 

Appelons un chat : un chat !

 

Faut-il leur rappeler qu'il n'y a pas que des juifs qui furent brimés, déportés et massacrés par les nazis ?  Que nous ne sommes plus au siècle dernier et que, aujourd'hui, ils jouissent de la tranquillité partout dans notre pays alors que les Wallons sont rejetés par les Flamands !

 

A chacun son tour et, pour l'instant, ce sont les Wallons qui ont la vedette de la brimade en tant que minorité non respectée.  La Flandre est en train de tout nous prendre, sous notre nez, avec l'aval ou sans réaction de nos politiciens wallons et, quand nous serons au stade de la scission du pays, il ne nous restera plus rien comme patrimoine intéressant.

 

Mais qui sont les véritables ennemis des Wallons, ceux qui les volent ou ceux qui les laissent voler ?

 

Il faut suivre les actualités, mais c'est plus facile de ne rien voir et de ne rien dire !  Regardez quand même ce que la Flandre a fait avec l'armée du côté francophone, regardez où vont les investissement de la SNCB et tout le reste.

 

Par exemple, pour ceux qui prennent le train jusque Bruxelles, regardez à quoi ressemblent les trains en direction de la Flandre et ceux en direction de la Wallonie !   Il y a autant de différence entre une vieille 2CV et une Mercedes moderne, la Mercedes se dirigeant naturellement vers la Flandre, comme tout navetteur vous le confirmera !  

 

Mais là, il n'y a plus de "grandes gueules" politiques francophones au profit d'un silence mortel, contrairement à ce qui concerne ce fameux char de carnaval...

 

Autre exemple : un wallon ne peut acheter un immeuble ou travailler en Flandre que s'il "prouve" sa connaissance parfaite du flamand et, malgré cela, il restera toujours étiqueté comme francophone.  En clair, pour faire référence au passé, il ne lui manque que le port de l'étoile ou du coq obligatoire !

 

You are shocked ?  Alors, vous en recevrez un peu plus !  

 

Faut-il rappeler qu'il est INTERDIT de parler "officiellement" français sur le territoire flamand ?  OUI, aussi bien sur un lieu de travail que dans une administration "dite" publique !  

 

Il est aussi INTERDIT d'afficher quoi que ce soit en français !   Un restaurateur et n'importe quels commerces ne peuvent afficher quoi que ce soit en français !

Alors et franchement, le wallon en Flandre n'est-il pas traité quasiment comme le juif allemand avant la déportation vers les camps.  Je souligne que j'ai bien précisé "avant" la déportation vers les camps.

 

Tout cela est bon à rappeler aux wallons si dociles et à envoyer comme information aux habitants des autres pays de l'UE qui ignorent totalement notre situation wallonne si périlleuse.

 

Quant à moi, je suis offusqué de toutes ces réactions de chochottes, trouillards et autres "bien-pensants" de salon qui n'ont aucun vécu de terrain et je félicite les auteurs du char tant controversé pour leur audace humoristique.

 

Duc

 

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Etudiant(e)

Si vous êtes à la recherche d'un KOT (chambre) de qualité à louer auprès d'un "bon" propriétaire, alors, cliquez directement  ICI .


- - - - - - - - - - - - - - - - - -


Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 95.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 103.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


198.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


198.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UCL, médecine, contingentement

UCL, médecine, contingentement | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Contingentement à la sortie des études de médecine et médecine dentaire : les réponses aux questions que vous vous posez

 

Le changement de majorité politique au niveau fédéral a complètement modifié la logique d’application de la législation relative à la planification de l’offre médicale et l’offre de l’art dentaire, rendant la situation actuelle humainement inacceptable pour les étudiants en médecine et en médecine dentaire.



Contexte du contingentement


  • En 1997, le gouvernement fédéral décidait de limiter le nombre de médecins en Belgique via l’instauration d’un contingentement de l’accès à la formation des médecins généralistes et des médecins spécialistes en Communauté flamande et en Communauté française (CFB). Cette mesure avait entrainé la mise en place d’un concours ou numerus clausus à l’entrée des études de médecine. En 2008, le numerus clausus est suspendu suite à une décision du Conseil d’Etat en CFB. Résultat, le nombre d’étudiants en médecine a aujourd’hui doublé : il y a donc aujourd’hui plus d’étudiants diplômés en médecine que d‘attestations universitaires disponibles permettant l’accès au master complémentaire en médecine.


  • Fortes de signaux positifs des politiques et vu l’absence de limitation à l’entrée des études, les universités ont appliqué la législation en vigueur qui prévoit une technique dite de « lissage ». Cette technique permet de compenser les éventuels déficits de délivrance d’attestations universitaires et de répartir les éventuels surplus dans un certain délai.


  • Il y a une totale inadéquation entre le nombre d’étudiants en formation, trop nombreux par rapport au nombre d’attestations universitaires disponibles en fin de master 4, pour débuter un master complémentaire et recevoir au terme de cette formation le numéro INAMI de la spécialité suivie.


  • Cette inadéquation est dénoncée avec force, depuis plusieurs années, par le collège des doyens des Facultés de médecine de la Communauté française. Une piste a souvent été proposée par les doyens, mais toujours rejetée, par les associations étudiantes et le ministère de l’Enseignement supérieur (CFB), celle d’un examen d’entrée pouvant conduire à une année de propédeutique en cas d’échec. Ce filtre permettrait de mieux réguler le nombre d’étudiants entrant, et ainsi, d’être plus en adéquation avec le contingentement.


  • Si la situation actuelle perdure, sans changement du côté politique, c’est l’ensemble d’une cohorte étudiante qui n’aura pas accès à la formation de médecin spécialiste et donc au numéro INAMI correspondant à cette spécialité.



 En résumé, les universités francophones sont coincées, car :

  • Elles ne peuvent réguler le nombre d’étudiants par un examen d’entrée, suite à un décret de la CFB


  • Elles ne peuvent accorder l’accès au master complémentaire en médecine à l’ensemble des étudiants formés par leurs soins pendant 7 années, suite à un arrêté royal émanant du Fédéral.

 

 

Par Dominique Vanpee – UCL – le 28 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

BE - Étudiants en grève

BE - Étudiants  en grève | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Numéro Inami : après le succès de la grève,

place aux actions à long terme

 

« Environ 600 étudiants ont participé à la manifestation à Alma », rapporte Merlin Gevers, coprésident de l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL). Les futurs diplômés, qui protestent contre le manque de numéros Inami, réfléchissent à présent à des actions sur le long terme.


Les étudiants de l’ULB ont décidé de maintenir la grève et de ne pas se rendre sur leur lieu de stage vendredi. Aucune manifestation n’est prévue, mais « nous travaillerons dans l’ombre pour préparer la suite des opérations », explique Gilles Dosin, le coordinateur des Master 4 en médecine de l’ULB. « Nous voulons mettre en place des actions au niveau de l’ensemble de l’université, avec beaucoup plus de moyens », indique-t-il. Une assemblée générale est en cours pour planifier ces actions et une autre aura lieu vendredi soir pour décider de la reconduction ou non de la grève ces prochains jours.


Les étudiants de l’UCL tiennent eux aussi une assemblée générale. Mais ils n’ont pas encore décidé s’ils poursuivront la grève vendredi, souligne Merlin Gevers. « Il y a deux options. Soit les étudiants reconduisent la grève, soit ils se concentrent sur la rencontre prévue avec la ministre Maggie De Block le 6 novembre. Ils pourraient décider de ne pas griller toutes leurs cartouches et reporter leurs actions à ce jour-là ». Leur choix devrait être connu en début de soirée.


Quoi qu’il en soit, les deux représentants se réjouissent du succès de la journée écoulée. « Les contacts avec la population ont été très positifs. Une large majorité est derrière nous. Les médecins rencontrés devant les hôpitaux ont aussi montré leur soutien, ce qui est très important pour nous », témoigne ainsi le délégué de l’ULB.


Jeudi, les étudiants en médecine et dentisterie de l’UCL, de l’ULB et de l’ULg ont manifesté à Bruxelles et à Liège. La clinique de médecine dentaire de l’UCL est restée fermée pour l’occasion. Seuls les soins d’urgence y ont été assurés. À Namur et à Mons, où les deuxièmes cycles universitaires ne sont pas dispensés, les étudiants ont organisé des assemblées générales d’information.


Les grévistes réclament un numéro Inami pour tous, un cadastre évaluant la pénurie de professionnels de la santé, le comblement de cette pénurie et un refinancement des structures de stages pour augmenter le nombre de places disponibles. « Restreindre l’accès à la médecine curative est une absurdité. Alors qu’une pénurie significative de médecins dans plusieurs branches frappe la Belgique (obligeant ainsi les hôpitaux à engager des médecins d’autres pays d’Europe), on refuserait pourtant aux étudiants d’accéder à la profession à laquelle ils se préparent durant 6 ou 7 ans. Au-delà de la situation catastrophique des étudiants de médecine, c’est la qualité et l’accessibilité des soins de santé qui sont en péril », dénonce la plate-forme qui coordonne le mouvement de protestation.


Dans son accord de gouvernement, la nouvelle majorité prévoit un « cadastre détaillé et fiable de toutes les professions de soins de santé », mais ne propose pas de solution à court terme aux étudiants concernés par le manque de numéros Inami. Une rencontre avec la ministre de la Santé Maggie De Block est prévue le 6 novembre.



Par la Rédaction de levif.be - le 30 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Vladivostok & auteurs de Maidan

Vladivostok & auteurs de Maidan | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source de la carte : rationalpreparedness.blogspot.com



Des auteurs de « Maidan » à Vladivostok

 

Trois responsables américains de haut rang, y compris l’assistante devenue célèbre pour la distribution de biscuits à l’euromaidan, Victoria Nuland, se rendront à Vladivostok avant la fin d’octobre. Les politiciens locaux croient que le véritable but de la visite des étrangers est de sonder l’humeur du public dans la région.


Pendant 5 jours, du 23 au 28 octobre à Vladivostok viendra un analyste de la Russie et de l’Eurasie du Département d’Etat, Beverly de Wald. Sur la liste de ses travaux, il y a l’Irak et le Kosovo. En 2008, De Wald était en mission en Afghanistan, où il a étudié les tribus locales, leur apprenait comment correctement gouverner localement, et préparait également les instructions pour le ministère de la Défense, expliquant à l’armée américaine les spécificités du déroulement de l’intervention dans les différentes régions du pays. 

 

Les 24 et 25 octobre à Vladivostok viendra travailler le sous-secrétaire adjoint pour les affaires européennes et eurasiennes, Paul Jones. L’assistant de Victoria Nuland, représentante officielle du Département d’État américain, qui est devenue largement célèbre par des faits prouvés de participation active à la préparation de coup d’État illégal en Ukraine : « qui a eu personnellement des entretiens avec les dirigeants de l’opposition, y compris des représentants du « secteur droit » ; à plusieurs reprises a visité l’euromaidan, en compagnie de Catherine Ashton, a parlé avec les militants et leur offrit des « cookies ». 


En ce qui concerne Paul Jones — travail dans le centre opérationnel du Département d’État des États-Unis au cours de la chute des régimes communistes en Europe de l’Est, l’invasion américaine du Panama, le coup d’État aux Philippines ; deux ans de travail à l’ambassade américaine à Moscou ; a travaillé dans les Balkans au cours de l’agression des États-Unis et de l’OTAN (Bosnie-Herzégovine, Macédoine). Jones est aussi ancien directeur pour les affaires des Balkans au bureau du département d’État américain pour l’Europe et l’Eurasie. 


En parallèle avec le premier visiteur, Beverly de Wald, il a travaillé en Afghanistan et au Pakistan, adjoint du représentant spécial du Département d’État. Avec Nuland à plusieurs reprises il s’est rendu en Ukraine pendant le coup d’État afin de soutenir toute l’opposition. Paul Jones est considéré comme un partisan de l’idée de la propagation de l’hégémonie américaine dans le monde entier grâce à la révolution « orange ». En Primorié, il a revendiqué sa rencontre avec des représentants de l’opposition libérale, des ONG environnementales, des hommes d’affaires qui opèrent dans l’activité économique étrangère des USA, et avec certains scientifiques.

 

Dans la période du 29 au 31 octobre dans la capitale de Primorié arrive l’ambassadeur américain adjoint à la Fédération de Russie Tracy Lynne, qui elle a de l’expérience en Géorgie, le Kazakhstan, le Pakistan, le Kirghizistan, l’Afghanistan, le Turkménistan. « Leur but est la connaissance de la région et une mission diplomatique américaine en Russie. Donc, Tracy Lynne a été nommé adjoint de l’ambassadeur il y a plusieurs mois et elle n’a pas encore visité le consulat à Vladivostok dans ce poste. Par conséquent, dans ces programmes il y a une brève visite et des rencontres avec les employés du consulat général, ainsi qu’avec un certain nombre de responsables russes »  nous dit IA PrimaMedia selon les explications du représentant du département des relations publiques au Consulat général à Vladivostok Dmitry Motovilov.

 

Les politiciens locaux estiment que cette attention à Vladivostok est causée par l’intention d’influencer l’opinion publique et de la politique interne de la Fédération de Russie.

 

« Récemment, nous avons un nouvel ambassadeur américain en Russie, qui avait eu une relation directe avec l’organisation des « révolutions de couleur » et l’action militaire en Yougoslavie, en Géorgie et en Ukraine. Je pense que cette position signifie que les États-Unis commencent activement à prendre racine dans nos politiques nationales et de la société », pense le député de l’Assemblée législative de Primorié Vladimir Bespalov. « Le fait que voici venir les représentants de ces organisations, et peut-être des services spéciaux — ils sont venus pour étudier l’opinion publique, les attitudes, évaluer la situation « US-Russie-Ukraine » et peut-être obtenir des réseaux, créer des contacts pour inviter à faire une éducation spéciale. En définitive, influencer les cerveaux ».

 

Le représentant du parti non parlementaire « Velikoe Otetchestvo » Victor Slepishev croit que les Américains vont secouer l’opposition dans le Primorié.


« Beaucoup de ces réunions se tiennent à huis clos, sont effectuées avec des hommes d’affaires, des représentants d’organismes publics. Comment ça se termine, nous avons vu pour l’euromaidan, au marais. Donc, je ne voudrais pas que le débat ait lieu secrètement, derrière notre dos » dit Slepishev.


Dans le Consulat général des États-Unis à Vladivostok, ces visites sont appelées visites d’études ordinaires.




Par Vladimir Kurnosovridus.ru - quandcafaithouille.blogspot.fr - traduction Gigi Houille

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Moreau sur les élections


Entretien avec Xavier Moreau sur

les élections législatives en Ukraine

 

Xavier Moreau, analyste politique et homme d’affaires français résident en Russie, nous livre son analyse des élections législatives en Ukraine.


À propos de Xavier Moreau :

Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d’un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d’une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 14 ans, travaillant également sur l’Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

 

 

Par fr.novorossia.today – le 30 octobre 2014 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Disque de Phaistos/Signification

 

Le secret du mystérieux

disque de Phaistos enfin percé ?

 

 

Un chercheur de l’Institut d’Enseignement Technologique de Crète affirme avoir percé les secrets de la signification du disque de Phaistos, une mystérieuse tablette d’argile cuite circulaire datant du second millénaire avant notre ère.


Des milliers d’années avant l’avènement du CD-ROM, l’homme utilisait déjà des disques pour stocker des informations. C’est du moins ce qu’on suppose en voyant le disque de Phaistos. Cette mystérieuse tablette d’argile cuite circulaire de 15 centimètres de diamètre est remplie sur ses deux faces de hiéroglyphes en spirale.


Le disque a été découvert en Crête en 1908 sur le site archéologique du palais minoen de Phaistos. L’objet étant exempt de matière organique, les analyses de datation au carbone 14 ont été rendues impossibles. Les paléontologues estiment toutefois que celui-ci remonte au second millénaire avant notre ère, dans la deuxième partie de l’âge de bronze minoen.



Signification mystérieuse


Depuis sa mise au jour, le disque de Phaistos ne cesse d’interroger les experts quant à sa signification et son utilité. Des observations ont permis de conclure que la face B avait été gravée après la face A, suggérant que la fin de l’éventuel message se trouverait donc sur la face B. Toutefois, même le sens de lectures des symboles reste sujet à débat.  


De nombreux spécialistes ont tenté durant un siècle de décoder la signification cachée derrière l’ensemble de symboles. Gareth Owens, chercheur à l’Institut d’Enseignement Technologique de Crète fait partie de ceux-là. Or, le scientifique aurait aujourd’hui franchi un pas majeur. Dans un communiqué, il affirme être parvenu en quelque sorte à « cracker » le CD-ROM antique en identifiant certains mots clés et le message général véhiculé.


Selon lui, la séquence imprimée à l’aide de poinçons sur les deux faces contiendrait une prière à la déesse mère de la religion minoenne.



Une prière à la déesse mère


Pour en arriver à une telle conclusion, Gareth Owens a passé six ans à étudier et déchiffrer le sens de lecture des 241 signes de la séquence dont 45 différents. Il explique au journal Archaeology News Network : « Le mot et valeur la plus stable est « mère », et en particulier la déesse mère de l’ère minoenne ».


En identifiant des groupes de symboles spécifiques, le chercheur aurait réussi à déchiffrer la dénomination « grande dame d’importance » sur une partie du disque et « femme enceinte » sur l’autre. Ainsi, un côté serait dédié à la femme enceinte et l’autre à la femme qui accouche. Selon Gareth Owens, environ 90 % d’une face du disque pourrait désormais être déchiffré.


Si la découverte reste à confirmer, elle ferait partie des hypothèses les plus convaincantes au sujet de la signification du message gravé. Elle confirme notamment que le disque a bien été utilisé pour véhiculer un message comme les spécialistes le pensaient. Néanmoins, le disque garde encore bien des secrets que ces derniers comptent bien percer.

 


Texte publié par Maxime Lambertmaxisciences.com — le 30 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Jon Gomm - Passionflower

Vidéo mise en ligne le 25 sept. 2011 sur YouTube et vue 7.154.502 fois à ce jour (30 octobre 2014)


Jon Gomm est un chanteur-compositeur et interprète anglais.


En utilisant une guitare acoustique pour créer des sons de batterie, des lignes de basse et des mélodies à la fois, ses chansons font appel à un éventail d’influences et de styles, y compris blues, soul, rock et même de métal.


Source :  Wikipédia

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

VW - Eyes on the road


Bravo Volkswagen , mais vous ?


Quelle excellente manière de communiquer la façon dont il est risqué d’utiliser des téléphones portables au volant !


On a envie de crier : " mais en quelle langue faut-il vous le dire pour que ce soit compris et appliqué ? " quand on voit en pratique ce qui se passe couramment sur nos routes ?


Duc



Vidéo ajoutée le 6 juin 2014 sur YouTube et vue 29.279.990  fois  à ce jour. (30.10.2014)


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Suisse : capitale de l'Espagne ?

Suisse : capitale de l'Espagne ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


« La capitale de l’Espagne est la Suisse »

 

La police espagnole vient de réaliser un grand coup de filet dans le cadre d’une vaste affaire de corruption. Pas moins de 37 suspects ont été arrêtés, y compris des maires et d’autres hauts responsables du Parti populaire au pouvoir et du PSOE de l’opposition. Au total, 51 personnes sont soupçonnées de faire partie de ce réseau de corruption. Toutes sont accusées d’avoir accepté des pots-de-vin en échange de faveurs politiques. Les entreprises impliquées dans ce réseau ont signé des contrats pour une valeur de 250 millions d’euros. Le réseau s’est également rendu coupable de blanchiment d’argent et d’usage de faux.


« La capitale de l’Espagne est la Suisse », titre le journal catalan El Periodico, dont la une a fait le tour des médias sociaux mardi :


Il a publié les photos d’un éventail de personnalités politiques et d’autres célébrités qui se sont rendues coupables de corruption et de détention de comptes cachés en Suisse. Parmi elles, on trouve Francisco Granados, l’ex-numéro 2 du Parti Populaire de Madrid, l’ancien président de la Catalogne Jordi Pujol, ses deux fils, et Iñaki Urdangarin (photo), le frère du roi Felipe et fils de l’ancien roi Juan Carlos. « Patriotas suizos » (Les patriotes suisses), ironise le sous-titre.

.

Le journal voit de nombreuses similitudes avec l’Italie d’il y a 20 ans, celle de l’époque du célèbre scandale Tangentopoli, qui est à l’origine de l’« opération mains propres », et qui a fini par renverser la Première République italienne au début des années 1990 :


« Le nombre croissant de scandales de corruption impliquant des partis qui sont dans le gouvernement ou qui y ont été, et la prolifération du nombre de poursuites évoquent les événements de Tangentopoli en Italie (...)


Nous devons nous réjouir de la régénération du système, qui est inévitable et doit être totale, sans concession.


Mais nous devons aussi faire attention à ne pas revivre ce qui s’est passé en Italie, où on a démonté un système corrompu avant de confier le pouvoir à l’un des politiciens les plus corrompus : Silvio Berlusconi. »


PAR MYLÈNE VANDECASTEELE – express.be – le 28 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Japon - Nestlé & ses robots...

Japon - Nestlé & ses robots... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ça y est ! Nestlé vient d’embaucher 1 000 robots...

pour des postes de vendeurs au Japon

 

Le conglomérat alimentaire suisse Nestlé se prépare à embaucher un millier de robots humanoïdes pour aider à vendre ses machines à café Nescafé dans les magasins d’électronique du Japon. Pour cette mission, il a choisi le sympathique robot dévoilé en juin par la société de technologie japonaise Softbank Corp.


Malgré la crise qui a affecté une grande partie de ses marchés les plus importants, et la stagnation qui sévit au pays du Soleil levant, Nestlé est parvenu à maintenir une solide croissance et une bonne rentabilité au Japon. Ce pays est donc logiquement devenu un terrain d’essai de choix pour les stratégies marketing innovantes du groupe.


Le robot, appelé Pepper, a en fait été développé en France par la société Aldebaran, et il est fabriqué par Foxconn à Taiwan. Il peut apprendre et exprimer des émotions humaines et servir de compagnon ou de guide dans les pays frappés par des pénuries de main-d’œuvre.


Nestlé a indiqué qu’une vingtaine de ces robots seraient testés dans un premier temps en décembre pour interagir avec les clients et faire la promotion des machines à café. Ce ne serait qu’à la fin 2015 que l’expérience serait étendue sur le millier de points de vente de Nestlé.


Nestlé n’a pas précisé à combien se montait cet investissement, mais Softbank avait indiqué que son robot coûtait environ 198,000 ¥ euros). L’humanoïde accueille déjà les clients des 70 boutiques de téléphonie mobile de Softbank au Japon.


Les expériences réussies de Nestlé au Japon incluent le système Nescafé Ambassador. Avec ce système, Nestlé met une machine à café gratuitement à disposition des entreprises. La marge bénéficiaire est réalisée avec la vente des capsules de café qui sont vendues séparément. Nestlé veut quadrupler le nombre des Ambassadors dans le pays d’ici 2020, pour le porter à un demi-million. Le système a commencé à faire son entrée dans les musées, les salons de beauté et même certains temples. C’est aussi la filiale japonaise de Nestlé qui a développé des centaines de saveurs différentes pour sa barre chocolatée KitKat, y compris un KitKat au wasabi, et un autre au thé vert…



PAR MYLÈNE VANDECASTEELE — express.be – le 30 octobre 2014

more...
Philippe Roussel's curator insight, Today, 5:19 AM

En complément, ce matin sur BFM Business, Bruno Maisonnier, le créateur de la société Française Aldebaran Robotics qui a conçu le robot Pepper regrettait que son entreprise soit désormais détenue à 78% par des capitaux Japonnais alors que toute la richesse générée par son fantastique projet aurait pu rester 100% Français si en France il y avait des investisseurs, des vrais ! C'est d'autant plus rageant quand quelques minutes après, toujours sur BFM, on apprend que 1600 Milliards d'Euros sont gentiment placés pépère en assurance vie ... Ce n'est pas comme ça que la France s'en sortira.

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Maïdan, massacre des snipers

Maïdan, massacre des snipers | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : aflame: protesters were set on fire as they ran through burning barricades to avoid the sniper fire - dailymail.co.uk


Ukraine - Le massacre des snipers à Maïdan : 

les preuves du médiamensonge

 Par Ivan Katchanovski (*)

 

Nos médias ont « justifié » le coup d’État ukrainien par l’affirmation que le président Ianoukovitch aurait fait tirer sur la foule.


Mais cette étude scientifique d’un chercheur d’Ottawa analyse les coupures opérées dans les vidéos des médias, les données balistiques sur base de Google Earth, les types de munitions et les impacts de balles, les communications radio des services de sécurité, les témoignages sur les mouvements des snipers, les positions occupées par l’opposition, les tirs déclenchés contre des journalistes.


Conclusion : on nous a menti !


Les snipers provenaient des rangs de l’opposition, ils ont tué des policiers et des militants de base de l’opposition, mais ont soigneusement épargné les dirigeants de l’opposition.


Cette technique de provocation n’est pas nouvelle, elle fut employée à Caracas le 11 avril 2002 par la CIA pour « justifier » le coup d’État contre Chavez. (analyse dans mon livre Les 7 Péchés d’Hugo Chavez) MICHEL COLLON


 Voir l'étude en question ici :

Snipers Massacre on the Maidan in Ukraine Paper-libre 

(étude en anglais, traduction bénévole bienvenue, merci d’écrire à secretariat@michelcollon.info)

 

Source : Paper presented at the Chair of Ukrainian Studies Seminar at the University of Ottawa, Ottawa, October 1, 2014.

 

 

(*) Ivan Katchanovski enseigne à l’École d’études politiques à l’Université d’Ottawa. Il a été chercheur invité au Centre d’études russes Davis et Eurasiennes de l’Université de Harvard, professeur adjoint invité au département de sciences politiques à l’Université d’État de New York à Potsdam, un chercheur postdoctoral au département de science politique de l’Université de Toronto et au Centre Kluge à la Bibliothèque du Congrès… — source :

http://www.amazon.com/Ivan-Katchanovski/e/B001K1GK2A


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Stress tests bancaires erronés ?

Stress tests bancaires erronés ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


85,7 milliards d’euros de subventions implicites

pour les banques européennes en 2013

 

Au lendemain de la publication des stress tests bancaires par la Banque centrale européenne, les Verts européens ont publié leurs propres tests. Ils n’obtiennent pas du tout le même résultat. Pour eux, le système bancaire européen est toujours aussi risqué.

 

Pour les Verts européens, la situation des banques en Europe n’a pas du tout été assainie depuis la crise financière de 2008. « Le système bancaire n’a pas été réformé en profondeur. Il reste une source réelle de danger pour la zone euro », disent-ils.

 

Le groupe européen des Verts juge que le message envoyé par la BCE à l’occasion de ces tests de résistance est un très mauvais signal. La banque centrale européenne laisse penser qu’« une réforme structurelle du secteur bancaire européen ne serait plus nécessaire », que les problèmes bancaires sont résolus. Or, il n’en est rien, soutiennent les Verts.


D’abord, notent-ils, les méthodes d’évaluation qui ont été utilisées pour évaluer la solidité des bilans bancaires sont biaisées : ce sont les modèles internes des banques qui ont servi pour estimer les risques encourus. « Les banques peuvent ainsi respecter les exigences de fonds propres réglementaires sans nécessairement réduire l’effet de levier », insiste leur étude. Même la banque d’Angleterre s’est montrée plus sévère en ce moment, soulignent-ils, puisqu’elle a inclus ce ratio dans ses évaluations, en ne se contentant pas d’un simple ratio de capital.


Ensuite, les tests ont été faits banque par banque, en niant totalement les interconnexions bancaires, soulignent-ils. Or ces liens constituent les plus grands risques, mais aussi les plus opaques du système bancaire international. Si la faillite de Lehman Brothers avait été limitée à ce seul établissement, elle n’aurait jamais provoqué la crise financière de 2008. Mais c’est parce que la banque américaine avait des engagements et était contrepartie pour des montants représentants des milliers de milliards que la panique a saisi tout le système. Personne ne connaissait l’étendue des risques et des désastres possibles. Après des mois de travail, les liquidateurs ont eu une meilleure vision : 5 milliards de dollars environ auraient suffi pour sauver Lehman Brothers.

 

Les risques pour les banques européennes sont encore plus élevés, insistent les Verts, car elles continuent de dépendre étroitement des marchés interbancaires et des marchés de financement de gros pour assurer leurs financements à court terme. Elles se retrouvent donc à la merci du moindre choc.

 

Enfin, les tests de la BCE n’incluent pas du tout la question de la finalité de l’activité bancaire. Les banques servent-elles à financer l’économie ? Ou participent-elles essentiellement au grand casino financier et aux jeux de la spéculation ?


Les Verts ont décidé de faire leur propre évaluation des principales banques dans six pays européens (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Espagne, Belgique et Pays-Bas). Six indicateurs ont été retenus, les uns pour estimer le profil de risque de la banque (niveau d’endettement, nature du financement des activités), d’autres pour peser son utilité sociale (part respective des activités spéculatives et de financement de l’économie réelle, degré de dépendance aux montages financiers offshore, et montant des subventions implicites).


Résultat ? Rien n’a changé. « À l’image de Deutsche Bank, BNP Paribas, ou Barclays, les mégabanques européennes ne répondent toujours pas aux exigences de base en matière de gestion des risques financiers et d’utilité sociale », constate leur étude. Elles sont toujours aussi gigantesques et opaques. Elles ont toujours des effets de levier importants et dépendent toujours des financements à court terme pour leur activité. Elles consacrent toujours autant d’énergie et de moyens aux activités spéculatives.


Tout cela serait impossible si ces grandes banques, au nom du too big to fail, ne bénéficiaient pas de la garantie implicite, voire explicite, des États. Celle-ci leur permet de lever de l’argent sur les marchés à un coût bien inférieur à celui de leurs concurrentes plus petites. Ces subventions implicites se sont élevées à 85,7 milliards d’euros pour les 57 plus grandes banques européennes en 2013, selon leurs calculs.


Les Verts ont établi un critère de nuisance sociale, rapprochant d’un côté les activités spéculatives, et de l’autre les subventions implicites. Un classement a été établi à partir de ce critère. Les noms des dix premières banques est sans surprise : toutes les grandes banques européennes s’y retrouvent. Les banques françaises y figurent en très bonne place.

 

Alors que le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, se félicitait dimanche des excellents résultats des stress tests pour les banques françaises, y voyant la pertinence du modèle français de la banque universelle, les parlementaires écologistes européens insistent au contraire sur la situation « caricaturale » des banques françaises. Elles travaillent avec des effets de levier toujours plus importants et dans des activités spéculatives. La loi sur la séparation des activités bancaires était pourtant censée mettre un terme à ces pratiques. « En 2013, l’effet de levier est de 24,3 pour le groupe BCPE, de 27,3 pour BNP, de 32,7 pour la Société Générale et de 67 pour le Crédit Agricole. En d’autres termes, cette dernière, pour 1 euro de fonds propres, emprunte 67 euros, à peu près autant que Dexia avant que cette dernière ne fasse faillite ! », note l’étude.

 

Un tableau reprenant les principaux critères a été construit pour les principales banques dans chaque pays. Ils sont consultables sur le site pechesbancaires. eu

 

 

Par Mickael /News360x – le 28 octobre 2014

 

Source : Médiapart

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UE : réformes, gagnants...

UE : réformes, gagnants... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Union : les grands États prennent du poids


Au fur et à mesure de l’élargissement de l’Union, les grands États, en particulier l’Allemagne et la France, ont été marginalisés par l’afflux de petits pays. Que ce soit au sein de la Commission, du Conseil des ministres, mais aussi de la Banque centrale européenne. D’où leur méfiance grandissante à l’égard des institutions communautaires dans lesquelles ils se sentent mal représentés, seul le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement leur redonnant leur lustre passé, le poids politique de chaque pays jouant pleinement en dépit de la règle de l’unanimité. Le traité de Lisbonne de 2009 a voulu remédier à cet engrenage peu démocratique et il y est parvenu partiellement, au moins pour le Conseil des ministres, l’instance où siège les États.


Ainsi, dès ce 1er novembre, le vote à la majorité qualifiée va connaître sa première révolution depuis qu’il a été introduit (en pratique, en 1985) : désormais, un acte sera adopté s’il réunit 55 % des États (soit 16 pays) représentant 65 % de la population (soit 328,622 millions de personnes). Avec ce nouveau système, qui remplace l’incompréhensible « pondération des voix » (chaque pays a droit à un certain nombre de voix – les quatre grands 29, l’Espagne et la Pologne 27 jusqu’à Malte, 3, et il faut obtenir 260 voix sur 352 pour réunir une majorité qualifiée), la prise de décision est fortement facilitée en cas de vote : 10 % de « coalitions gagnantes » contre 2 % dans le système précédent.


Si les États avaient accepté le système proposé par la Convention européenne présidée par Valéry Giscard d’Estaing (50 % des États représentant 60 % de la population), la proportion serait passée à 22 %...  En outre, le poids des grands s’accroit sensiblement : Berlin passe ainsi de 8,4 % des voix à 15,93 % de la population, Paris de 8,4 % à 12,98 %, Londres, de 8,4 % à 12,61 % et Rome de 8,4 % à 11,81 %. Le gain espagnol est minime (+0,84 %) et tous les autres pays perdent en influence.



Berlin et Paris, grands gagnants


Ce système bénéficie surtout à l’Allemagne et à la France, mais aussi curieusement aux États les moins peuplés que sont Malte, la Lettonie, la Slovénie, l’Estonie, le Luxembourg et Chypre. Selon l’indice de Banzhaf, en effet, ils sont les plus susceptibles d’être dans une position pivot qui leur permettra de déterminer la coalition gagnante. Merveille du calcul des probabilités ! En revanche, les vrais grands perdants sont l’Espagne et la Pologne qui perdent la surreprésentation obtenue dans le traité de Nice (2 voix de moins que les quatre grands avec 25 millions d’habitants en moins…).


C’est d’ailleurs pourquoi cette dernière s’est battue, lors du sommet de Lisbonne de 2007, pour que le Conseil puisse voter à la pondération des voix jusqu’au 31 mars 2017 lorsqu’un État le demande. C’est seulement après cette date que ce système sera définitivement abandonné. Cela étant, il faut savoir que l’on vote très peu au Conseil, la présidence tournante de l’Union essayant en général de trouver un compromis acceptable par tous, compromis qui est accepté quand les États s’aperçoivent qu’ils sont en minorité virtuelle


Mais, comme rien n’est simple en Europe, la Pologne des jumeaux Kaczynski a aussi obtenu que le « compromis de Ioannina » continue à s’appliquer pour l’éternité : 34 % des États (soit 9) ou des pays représentant 36 % de la population européenne pourront demander que le vote soit différé pendant « un délai raisonnable »…


Dernière subtilité : la minorité de blocage qui permet de s’opposer à une décision en réunissant soit plus de 45 % des États, soit plus de 35 % de la population devra en tout état de cause réunir au moins 4 États afin d’éviter que le seuil de 35 % de la population soit atteint avec seulement 3 pays. En clair, il s’agit d’éviter de donner un trop grand poids à l’Allemagne.



La Banque centrale européenne (BCE) se réforme aussi


L’institut d’émission de Francfort a pris ses précautions dès 2002 afin d’éviter que l’élargissement de la zone euro se traduise par une trop forte domination des petits pays. En effet, les gouverneurs des banques centrales de la zone qui siègent au sein du Conseil des gouverneurs disposent chacun d’une voix, quelle que soit la taille de son pays. Au fur et à mesure des nouvelles adhésions (18 États membres aujourd’hui, 19 à partir du 1er janvier, avec la Lituanie), il est devenu possible qu’une coalition de petits pays représentant moins de 5 % du PIB de la zone puisse imposer sa volonté aux autres et notamment aux trois grands (Allemagne, France et Italie, qui pèsent 75 % du PIB). Inimaginable, quand on sait que le système actuel d’égalité parfaite est déjà fortement contesté outre-Rhin.


Sur proposition de la BCE, le Conseil des ministres a donc adopté, le 21 mars 2003, un règlement modifiant le protocole relatif au statut de la BCE afin d’instaurer un système de vote par rotation applicable dès que la zone euro dépassera 15 membres. Mais, en décembre 2008, à la veille de l’adhésion du seizième État membre, la Slovaquie, la BCE, comme l’y autorisait le protocole, a décidé de reporter l’entrée en vigueur de ce système à l’adhésion du dix-neuvième pays : un chiffre qui sera atteint le 1er janvier avec la Lituanie.


À partir de cette date, donc, le nombre de voix total du Conseil des gouverneurs sera limité à 21. Les six membres du directoire garderont chacun leur droit de vote. Les gouverneurs, eux, devront se partager les 15 voix restantes. Ils seront divisés en deux groupes : le premier, qui comprendra ceux qui représentent les cinq premières économies de la zone (PIB et importance du secteur financier), soit l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas, disposera de 4 voix. Le second, qui regroupera les 14 gouverneurs restants, se partagera 11 voix. Les gouverneurs qui ne pourront pas voter seront tirés au sort. Le 18 septembre, la BCE a fait savoir qu’en janvier, ce sera le cas du gouverneur espagnol, puis en février du gouverneur français.


Le président de la Bundesbank, lui, sera privé de son droit de vote en mai et en octobre 2015. Dans le second groupe, l’Estonie, l’Irlande et la Grèce ne participeront pas aux votes en janvier. Ce système de rotation est adouci pour les très grands États, car il est désormais acquis que l’Allemagne, la France et l’Italie disposeront toujours, en plus de leur gouverneur de banque centrale, d’un siège au directoire, devenu de facto le « conseil de sécurité » de la zone euro.


À partir du vingt-deuxième État membre, le système se compliquera encore : il y aura alors trois groupes (grands, moyens, petits). Le premier gardera ses quatre voix, le second n’aura plus que huit voix, le troisième, trois. En présentant cette réforme au Parlement européen en 2003, Wim Duisenberg, le président de la BCE de l’époque, avait été franc : c’est « quelque chose qui ne mérite pas un prix de beauté, mais c’est une solution satisfaisante à un dilemme auquel nous n’aurions pas dû être confrontés ». En clair, les États auraient dû régler ce problème en amont...


Autre changement important qui entrera en vigueur le 1er janvier : les procès verbaux des délibérations de la BCE seront rendus publics. Ces deux réformes vont rapprocher l’Institut de Francfort du mode de fonctionnement de son homologue américaine, la Réserve fédérale.



La réforme manquée de la Commission


Le traité de Lisbonne avait prévu une réforme aussi importante que celle du système de vote à la majorité qualifiée et qui, elle aussi, aurait dû entrer en vigueur en 2014 : la réduction de la taille de l’exécutif européen. En théorie, le nombre de commissaires aurait dû être limité à un nombre ne dépassant pas les deux tiers des États membres, soit 18 dans la configuration actuelle (article 17 du Traité sur l’Union européenne).


Mais voilà : à la suite du référendum irlandais du 12 juin 2008 rejetant le traité de Lisbonne, les chefs d’État et de gouvernement ont profité de cette opportunité pour enterrer une réforme que la majorité d’entre eux n’aimait guère. Afin de faire des « concessions » au peuple irlandais et le convaincre d’adopter le traité de Lisbonne, ce qu’il fera fin 2 009, ils ont décidé, comme les y autorisait le traité de Lisbonne de ne pas appliquer cet article du traité de Lisbonne (décision formalisée le 22 mai 2013 par le Conseil européen).


Résultat : la nouvelle Commission compte encore 28 commissaires. Pour contourner l’obstacle, Jean-Claude Juncker, le président élu a décidé de nommer sept vice-présidents chapeautant des groupes de commissaires, ce qui évite de créer des portefeuilles totalement artificiels. La seule bonne nouvelle dans cette affaire est que le Conseil européen pourra revenir sur l’abandon de cette réforme sans passer par une réforme des traités. Le chantier européen permanent n’est pas près de se terminer.



Par Jean Quatremer — bruxelles.blogs.liberation.fr – le 31 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Kim Jong-Un

Kim Jong-Un | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


En Corée du Nord dirigée par Kim Jong-Un, regarder une série télévisée autre que nord-coréenne peut vous coûter la vie.


Au moins 50 personnes, dont des membres officiels du parti, ont été exécutées cette année, rapporte The Independent. Des informations difficilement vérifiables vu qu'il s'agit d'une dictature. Mais l'année dernière déjà, des informations faisaient état d'exécutions publiques massives pour les mêmes raisons. On parlait alors de quelque 80 personnes exécutées publiquement au début du mois de novembre.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Être vieux, c’est quoi ?

LLN - Être vieux, c’est quoi ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


«Je n'ai plus 20 ans. Et alors ?»


Être vieux, c’est quoi ?

À partir de quand est-on vieux ?

Les vieux sont-ils utiles à notre société ?, etc., etc.


Voilà deux ans qu’Enéo, le mouvement social des aînés de la Mutualité chrétienne, travaille sur le sujet. Hier, Geneviève D’Haenen, animatrice, était dans les rues de la cité universitaire pour faire de la sensibilisation sur le sujet, en abordant des jeunes et des moins jeunes. La distribution d’un échantillon baptisé «sérum anti-âgisme» est surtout pour elle le prétexte à entamer une conversation avec les passants sur la question de la place et de l’image des personnes âgées dans notre société.


«C’est la 5e ville du Brabant wallon dans laquelle nous faisons campagne, explique l’animatrice du mouvement d’éducation permanente.


Pendant deux ans, un groupe d’une dizaine de personnes s’est réuni pour réfléchir à l’image que l’on renvoie des aînés dans la pub, les médias, le cinéma… La conclusion, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de représentation juste des vieux dans les médias et les pubs, et il y a une révolte par rapport à ça.»


Entre les représentations idéalisées genre vieux-beaux-hyper reliftés du type Jane Fonda, et les images alarmantes de vieux grabataires parqués en rang d’oignons dans des maisons de repos, les «vrais aînés» se trouvent bien mal représentés.


Notre groupe de travail a développé ce visuel, clin d’œil par rapport aux crèmes de beauté miracle. Avec ce slogan qui résume : l’âge c’est dans la tête… Surtout dans celle des autres !


À la question de base: c’est quand qu’on est vieux ?, 99% des gens répondent que c’est quand on n’a plus de projets. On va essayer d’avancer avec ces réponses


De nombreuses personnes ont assisté à nos animations et débats sur le sujet. Et ça donne des idées intéressantes pour poursuivre la sensibilisation.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

N.Finkelstein - État palestinien


LA RECONNAISSANCE DE L’ÉTAT PALESTINIEN PAR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE,

PAR NORMAN FINKELSTEIN (*)

 

Dans un débat publié le 20 octobre 2014 par Russia Today dans le cadre de son émission Cross Talk, Norman Finkelstein s’exprime sur la reconnaissance de l’État palestinien par la communauté internationale.


Il rappelle qu’Israël n’a jamais accepté de conclure la paix avec les Palestiniens, même aux termes les plus favorables, ayant toujours privilégié l’expansion au détriment de la sécurité. Selon lui, si de plus en plus de pays reconnaissent unilatéralement l’État palestinien, c’est parce que la communauté internationale a compris qu’Israël ne reconnaîtra jamais la Palestine et s’opposera toujours à ce qu’un État palestinien viable voie le jour.

 

Extrait vidéo de ce Cross Talk entre Norman Finkelstein et Amir Oren, animé par Peter Lavelle - sous-titrage en français – source du texte : vineyardsaker.fr - le 30 octobre 2014

 

(*) Norman Gary Finkelstein, né le 8 décembre 1953 à Brooklyn, est un politologue américain. Études à Binghamton University à New York, puis à l’École pratique des hautes études à Paris, doctorat en science politique de l’Université de Princeton. Il a été successivement enseignant à Brooklyn College, au Hunter College (en), à l’Université de New York puis à Université DePaul jusqu’en septembre 2007. Il est connu pour son essai L’Industrie de l’Holocauste publié en 2000… Fils de juifs survivants du ghetto de Varsovie, il se fait connaître par ses écrits sur le conflit israélo-palestinien et par les polémiques suscitées par sa critique de ce qu’il a appelé « l’Industrie de l’Holocauste », terme par lequel il désigne les organisations et les personnalités juives (notamment le Congrès juif mondial ou Élie Wiesel) qui selon lui instrumentaliseraient la Shoah dans un but politique (soutenir la politique israélienne) ou mercantile (obtenir des réparations financières de la part de l’Allemagne et de la Suisse)... (Source Wikipédia)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. /Donbass : ça se réchauffe

Ukr. /Donbass : ça se réchauffe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : engins des forces ukrainiennes détruits du côté de Volnovakha au sud de Donetsk, lors des combats de ces derniers jours : on distingue deux camions Ural et un BTR-60 1V18 « Klyon-1″ pour l’observation et le commandement des batteries d’artillerie et des batteries BM-21 Grad

 

 

Ukraine/Donbass : ça se réchauffe de plus en plus


L’automne sera chaud, écrivions-nous il y a quelques semaines : nous y sommes. L’activité du front nord de la poche du Donbass semble s’être propagée sur l’ensemble du front. Outre les combats au nord-ouest de Lugansk sur la T1303, on note un regain d’activité aux abords du saillant de Debaltsevo, y compris contre son artère logistique vitale. À l’ouest de Gorlovka, de même que sur Avdeievka, les combats ont repris, appuyés par des tirs d’artillerie. Quant au secteur ouest de Donetsk, il a été l’objet d’échanges de tirs d’artillerie et de reconnaissances offensives de la part des forces de Kiev. Plus au sud, le secteur de Volnovakha de même que le nord-ouest de Mariupol connaissent des affrontements à l’intensité croissante, alors que les forces ukrainiennes retranchées dans le port se préparent à des combats en zone urbaine.


On remarque un regain d’activité depuis 48 à 72 heures au niveau des aérodromes et des aéroports militaires et civils à proximité du Donbass ou dans le Donbass même (Kramatorsk…) : s’agit-il de transports aériens qui achemineraient rapidement des moyens sur zone ou s’agit-il de prépositionnements de l’aviation tactique ? Dans cette seconde hypothèse, on peut s’interroger sur la nature de ces avions (nationalité, type…) dans la mesure où l’armée ukrainienne ne possède presque plus de Su-25. Certaines sources affirment avoir vu à l’aéroport de Nikolaev des Su-25 et Su-27. Cet après-midi, 4 hélicoptères d’assaut Mi-24 ont été aperçus à l’aéroport de Melitopol (environ 100 km à l’ouest de Mariupol).


Comme le soulignait hier un observateur du conflit, il est aussi nécessaire de prendre en compte la météo parmi l’ensemble des paramètres qui interviennent dans les événements qui se déroulent sous nos yeux. La semaine prochaine, la météo signale une période de températures très douces (pour la région) : ce sera un avantage pour le camp ukrainien, qui est très mal équipé pour l’hiver, avant les très grands froids de novembre décembre. Il est possible, mais pas certain que l’attaque attendue débute à ce moment-là.



Nord-ouest de Lugansk : un autre poste de contrôle encerclé


Au nord-ouest de Lugansk, les FAN continuent de reconquérir le terrain perdu il y a quelques semaines sur la T1303 au sud-ouest de la rivière Seversky Donets. Après l’éradication du point de contrôle 32 avant-hier, voilà que la suivant en direction du nord-ouest est l’objet de toutes les attentions : escarmouches, tirs de mortiers et d’AGS-17, salves d’artillerie se succèdent. Plusieurs véhicules de transport et de logistique auraient été touchés, il y aurait aussi des blessés du côté des forces ukrainiennes. Cette nuit, peu avant minuit, une colonne de renforts ukrainiens a été prise pour cible sur cette unique voix d’accès, un autre a reçu le même accueil vers 7 h ce matin. Le poste de contrôle n° 31 face au village de Frunze est, à son tour, encerclé.

 

 

Le poste de contrôle n° 27 présenterait en ce moment une grande concentration de troupes et de moyens mécanisés. C’est pourquoi un détachement cosaque a harcelé au moyen de Grad-P une partie de la journée cette position retranchée.


Une frappe d’artillerie des troupes ukrainiennes, sans doute visant des moyens logistiques des forces républicaines, a été constatée en milieu d’après-midi à quelques kilomètres au sud de Smeloe, sur une voie secondaire perpendiculaire à la T1303.


Plus au nord, la route Permovajsk-Severodonetsk est régulièrement la cible de l’artillerie républicaine qui vise des colonnes de ravitaillement des forces de Kiev en direction de Debaltsevo ou des positions ukrainiennes qui font face à celles des FAN dans le secteur de Permovajsk.


Une autre frappe a été signalée en fin d’après-midi vers l’ouest immédiat du village de Zolotoe, au nord de Permovajsk.



Debaltsevo et Gorlovka : combats sectorisés


La nuit dernière, dans le secteur nord, essentiellement au niveau des zones de Gorlovka et Debalstevo, a été ponctuée de tirs sporadiques de l’artillerie ukrainienne.


Les forces de Nouvelle Russie continuent de sonder méthodiquement l’ensemble du saillant fortifié de Debalstevo.


Les reconnaissances offensives des DRG républicains ces derniers jours, associés aux frappes de l’artillerie des FAN sur des cibles précises semblent commencer par porter leurs fruits. On notait ce matin une nette avancée dans le flanc sud-ouest du saillant fortifié avec la prise de contrôle du village de Maloorlovka par un détachement de la milice, et des affrontements durant toute la matinée sur ce secteur.


Vers midi, plusieurs explosions ont été signalées sur l’agglomération de Debaltsevo : apparemment des salves de roquettes Grad en provenance des deux côtés.


Plus au nord-ouest, en début de matinée, sur le centre-ville de Gorlovka ont notait plusieurs tirs de mortiers lourds. Vraisemblablement une riposte suite à l’échec, hier, de la reconnaissance offensive sur l’ouest du dispositif indépendantiste qui aurait coûté au moins deux blindés aux forces de Kiev, quelques tués et un bon nombre de blessés. Mais les affrontements ont repris ce matin au nord-ouest de Gorlovka sur la route menant à Dzerzinsk, au niveau de l’importante gare de triage de Majorsk, la milice tenant la gare et les forces de Kiev le village 200 m plus au nord. La route qui mène à Dzerzinsk a connu des combats durant toute la journée. Ce soir, les affrontements continuent.


À noter le mouvement, vers 19 h 25 heure locale hier soir, d’une importante colonne motorisée comprenant des BTR, en provenance de Kramatorsk et en direction du nord-ouest de Gorlivka, via le secteur fortifié de Konstyantinovka. Il est possible qu’il y ait un lien direct avec cette recrudescence des combats sur l’ouest de Gorlovka.


En parallèle, cet après-midi, plusieurs reconnaissances par le feu des FAN, à partir de Gorlovka, ont visé des positions ukrainiennes sur Uglegorsk (5 km à l’ouest de Debaltsevo) et Svetlodarsk, plus au nord-est près de la M04 qui est l’artère logistique vitale des forces de Kiev regroupées au sein du saillant fortifié.



Nouvel assaut sur l’aéroport de Donetsk


À environ 15 km à l’ouest de Donetsk, en milieu de nuit les positions ukrainiennes sur Karlovka ont essuyé plusieurs salves de l’artillerie républicaine. Kiev a décidé de remettre la pression sur l’ouest de Donetsk et sur l’aéroport. Aujourd’hui, et surtout cet après-midi, les combats ont repris sur le secteur du nouveau terminal, les assaillants attaquant avec des blindés, dont des chars lourds qui ont dû être stoppés au moyen de missiles antichars. Les FAN ont utilisé au moins une fois de petits drones de reconnaissance aérienne pour régler leurs tirs et surveiller les déplacements des assaillants.


Vers 16 h (heure locale), l’artillerie républicaine a riposté par des tirs de contre-batterie contre une ou plusieurs positions ukrainiennes vers Pesky, au sud-ouest immédiat de la zone aéroportuaire. Même riposte, une heure plus tard environ, sur le sud-ouest d’Avdeievka où se situent des positions ukrainiennes de mortiers de 120. En milieu d’après-midi, plusieurs informations faisaient état d’affrontements au sud-est d’Avdeievka.


Puis ce fut au tour de positions retranchées des forces de Kiev (stocks de réserve de 2e échelon) sur Sjeverne (environ 6 km au nord-ouest de l’aéroport) de recevoir, vers 17 h 30 (heure locale), des salves de l’artillerie indépendantiste. Toute la journée, les FAN ont rendu coup pour coup, ce soir la zone est toujours entre leurs mains.



Le secteur sud en mouvement



 

 

Plus au sud de Donetsk, à 2 km à l’ouest de Dokuchajevsk, sur la N20, un poste de contrôle des forces de Kiev semble encerclé depuis 48 heures. La progression des DRG de la milice au-delà de la voie rapide Mariupol-Donetsk dans cette zone l’a, semble-t-il, totalement isolé.


Le front nord-est de Mariupol continue de bouger sensiblement : on note une avancée au niveau de Talakovka. Cette poussée forme désormais une sorte de mini-saillant en direction de Sartana, 2 km plus à l’ouest. En dépit d’une concentration d’artillerie ukrainienne très importante sur ce secteur, la milice se rapproche toujours plus de la ville. De son côté, le commandement ukrainien de la zone aurait pris des dispositions pour l’évacuation de tout ou d’une partie de la ville : nombre d’installations de la gare maritime, de même que certaines grandes entreprises et autres installations stratégiques auraient été minées. Certains ponts du fleuve Kalmius qui passe en ville seraient aussi piégés, afin de couvrir une éventuelle retraite vers des quartiers résidentiels et le centre-ville qui semblent en ce moment être aménagés pour des combats urbains.



Par Jacques Frère - NationsPresse.info - le 30 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'imposture de l'Europe sociale

L'imposture de l'Europe sociale | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : Renato Soru


 L’imposture

de l’Europe sociale

Le cas de Renato Soru,

eurodéputé milliardaire



À l’instar de nos députés nationaux, les députés européens perçoivent aussi différentes indemnités.


Ces dernières visent à couvrir les frais qu’ils encourent dans l’exercice de leurs fonctions parlementaires. Ils touchent ainsi une indemnité de frais généraux de 4.299 euros par mois ; cette indemnité vise à couvrir les frais encourus dans l’État membre électeur (comme les frais de gestion du bureau de député, les frais de téléphone et postaux ainsi que l’achat, l’utilisation et la maintenance d’équipements informatiques et télématiques).


Ce n’est pas tout. Les députés doivent souvent voyager à l’extérieur ou à l’intérieur de leur État membre d’élection dans l’exercice de leurs fonctions, mais à d’autres fins que des réunions officielles (par exemple, pour assister à une conférence ou à une visite de travail). À cet effet, pour les activités en dehors de leur État membre d’élection, les députés peuvent bénéficier du remboursement des frais de voyage, de leur hébergement et des dépenses jusqu’à un maximum annuel de 4.243 euros.


Enfin, le Parlement verse une indemnité forfaitaire de 304 euros par jour pour couvrir l’ensemble des autres frais auxquels font face les députés lors des périodes d’activités parlementaires... à la seule condition qu’ils attestent de leur présence en signant un des registres officiels ouverts à cet effet.


Renato Soru est d’autant plus un eurodéputé comblé qu’il rentre en 2000 dans le classement des milliardaires établi chaque année par le magazine Forbes grâce au boom que connaît Internet. Ses indemnités parlementaires font figure d’argent de poche à côté des bénéfices engendrés par Tiscali. Il n’est pourtant pas le seul dans ce cas-là. Et comme lui, près de la moitié des eurodéputés ont en dehors de leurs activités parlementaires des activités qui pourraient influer sur le cours de leur mandat ce qui, bien que n’étant pas illégal, soulève des questions sur d’éventuels conflits d’intérêts. C’est d’ailleurs ce qu’a révélé le 13 octobre Transparency International, une organisation qui se consacre à la transparence et à l’intégrité de la vie publique et économique. Pour l’occasion, l’ONG s’est appuyée sur les déclarations d’intérêts financiers que tout eurodéputé doit déposer.


Les nouvelles règles d’éthique imposent ainsi de déclarer leurs activités professionnelles durant les trois années ayant précédé leur entrée en fonction au Parlement, ainsi que leur participation pendant cette même période aux comités ou conseils d’administration d’entreprises, d’organisations non gouvernementales, d’associations ou de tout autre organisme ayant une existence juridique.


Les cas comme celui de Renato Soru ne manquent pas. Le député européen Guy Verhofstadt est simultanément administrateur indépendant du holding Sofina, administrateur du fonds de pension néerlandais APG et administrateur de l’armateur APX. Ces trois mandats lui ont rapporté en 2013 des revenus bruts respectifs de 130.000, 42.840 et 60.000 euros.


Saluons la situation particulière de Nathalie Griesbeck qui gagnerait quelque 33.000 euros par mois dans le cadre des soixante-huit mandats qu’elle exerce. Son assistante parlementaire a rapidement déclaré que Mme Griesbeck avait été désignée par le conseil général de Moselle dans cinquante-cinq organismes en tant que titulaire pour le remplacer, et dans treize organismes en tant que suppléante. « Toutes ces activités sont en outre strictement non rémunérées et exercées au titre du conseil général de Moselle », a souligné l’assistante parlementaire de l’eurodéputée. On est rassurés.


Sur les 751 membres du Parlement européen, 398 (53 %) disposent de revenus en plus de leur traitement de député. Ils gonflent leur salaire annuel d’un montant qui varie entre 5,8 et 18,3 millions d’euros. Transparency International a également constaté des violations au code de conduite des députés en matière d’intérêts financiers et de conflits d’intérêts : sept déclarations sont restées entièrement vierges, un eurodéputé a fourni sa déclaration trois mois après l’échéance et quarante-six déclarations indiquent un revenu durant les trois dernières années inférieur à 1.000 euros par mois.


Cet été, la Britannique Sharon Bowles était embauchée par le London Stock Exchange quelques jours à peine après avoir quitté la présidence de la commission parlementaire des affaires économiques et financières. « Elle avait su tisser pendant ses cinq dernières années un réseau impressionnant parmi les dirigeants des grandes institutions financières, et elle ne cachait pas vouloir le faire fructifier par la suite », persifle un ancien collègue de Parlement.


Depuis le début de la crise, les citoyens sont toujours plus attentifs aux scandales liés à la corruption et aux relations entre politiciens et entreprises privées, dans lesquelles ceux-ci occupent souvent des postes importants. On nous assure que la recommandation d’interdire pendant trois ans toute reconversion d’anciens commissaires dans le lobbying figurait dans une étude diligentée par le Parlement européen en 2008. C’était d’ailleurs l’un des engagements de José Manuel Barroso au début de son second mandat. « Le Président et l’ensemble de la Commission sont parfaitement conscients de leurs responsabilités et promeuvent l’intérêt général au sein de l’Union européenne sans n’autoriser aucune pression extérieure ou intérêt personnel afin d’exercer une influence indue sur le principe de décision », assurait la Commission en février 2010.


Force est de constater que ces déclarations n’ont pas beaucoup fait bouger les lignes. Honnêtement, l’Europe sociale, vous y croyez toujours ?



Par Capitaine Martin - legrandsoir.info - le 28 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Je suis à l'heure !

« Je suis à l’heure » : désolé, la vidéo n'est plus disponible sur YouTube, mais le texte ci-dessous n'en reste pas moins intéressant et les autres liens sont fonctionnels.


L’indifférence face à un viol

Par Lucile Quillet

 


Présenté au Nikon Film Festival, ce court-métrage dénonce l’inaction des personnes témoins de harcèlement et de viol dans les transports publics.

 

On ne voit rien et pourtant le malaise est grand. Présenté à l’occasion du Nikon Film Festival, le court-métrage Je suis à l’heure place le spectateur du point de vue d’un jeune cadre en partance pour un entretien d’embauche. Confiant, déterminé, mais attendri au téléphone avec sa copine. Une fois dans le RER, il assiste, comme d’autres Franciliens, au harcèlement, puis au viol d’une jeune fille, sans bouger. On ne voit pas les visages de la victime ni de son agresseur, mais les bruits et cris suggestifs ne laissent aucun doute sur l’agression en train de se dérouler dans l’indifférence générale. Arrivé à son arrêt, le jeune cadre descend, mortifié. Il est à l’heure pour son rendez-vous.


La vidéo, réalisée par Isabelle Quintard et Fabien Motte du collectif Filmakers, fait écho aux violences dont les témoins restent passifs dans la vie réelle. De quoi soutenir la théorie de certains chercheurs selon laquelle l’espace public urbain, pensé par des hommes, est hostile aux femmes.

 

Si tout le monde n’a pas le courage d’intervenir directement face à un agresseur, il est en revanche possible d’aider la victime en appelant les secours ou en déclenchant la sonnette d’alarme dans la rame de métro. En restant passive, la personne est coupable de non-assistance à personne en danger. En avril dernier, le procureur de la République de Lille avait ouvert une enquête pour poursuivre les témoins de l’agression sexuelle d’une jeune femme dans le métro, livrée à elle-même.

 

 

Par Lucile Quilletmadame.lefigaro.fr – le 28 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le drone ambulance belge


Créer un réseau d’urgence à très haute vitesse, c’est le but de cet étudiant belge qui a monté un prototype de drone-défibrillateur pour sa thèse à l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas.


«Drones for good» (les drones pour le bien), c’est le titre de la thèse d’Alec Momont, 23 ans. Persuadé que ces aéronefs peuvent avoir une utilisation autre que «liée à la destruction [à laquelle ils sont associés] à cause de leur usage clandestin par les États-Unis», le jeune étudiant belge de la faculté de Génie industriel de l’université de technologie de Delft s’est attelé, il y a six mois, à la conception d’un drone-défibrillateur dans le cadre de sa thèse.


«Mon but est de créer un réseau d’urgence à très haute vitesse» explique le jeune homme au Figaro.


Le robot volant, baptisé «drone-ambulance», doit «pouvoir arriver sur le lieu de l’accident vasculaire-cérébral en moins d’une minute.» Le protocole d’action est simple: une fois l’appel d’urgence passé au 112 , le drone vole automatiquement vers la localisation de l’appel.


Une fois arrivé, il atterrit, replie ses ailes, et on peut utiliser le défibrillateur qu’il transporte. «Bien sûr, cela ne supplante pas les secours, il s’agit d’un complément à leur action» précise Alec Momont.


Avec une vitesse de 120 km/h, un drone peut agir en moins d’une minute sur une aire de 12 km², selon son jeune concepteur: «Il en faudrait environ 3.000 pour équiper les Pays-Bas», a-t-il calculé.


C’est l’incubateur de start-up Living Tomorrow qui a aidé l’étudiant à monter son projet onéreux, puisqu’il a déjà coûté 5.000 euros.


Avec son maître de thèse, ce dernier souhaite à présent développer son projet pour parvenir à des vitesses plus élevées, «de l’ordre de 200 km/h», et surtout continuer d’essayer de «sauver des vies.»


Appuyer les secours lors d’avalanches fait partie des pistes envisagées par l’étudiant, qui a étudié un temps à Strate École de design, basée à Sèvres.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Combien gagnent les + fortunés ?

Combien gagnent les + fortunés ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Voici combien gagnent les 85 plus

grosses fortunes à la minute...

 

Entre mars 2013 et mars 2014, le patrimoine cumulé des 85 personnes les plus riches du monde a augmenté de 668 millions de dollars par jour, ou de près d’un demi-million par minute, indique l’organisation Oxfam.


Par ailleurs, ces mêmes 85 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale rappelle l’ONG dans son rapport consacré aux inégalités économiques à l’échelle de la planète, intitulé « À égalité ! Il est temps de mettre fin aux inégalités extrêmes ».


Les constats issus du rapport, à paraître jeudi, sont alarmants. Le nombre de milliardaires dans le monde a plus que doublé depuis la crise financière : ils étaient 793 en mars 2009, ils sont 1.645 aujourd’hui, selon Forbes. Parallèlement, le fossé entre ces riches et les plus pauvres s’est toutefois creusé dans la plupart des États du monde, atteignant un niveau sans précédent, estime Oxfam. « Sept personnes sur dix vivent dans un pays où le fossé entre riches et pauvres s’est creusé au cours des trente dernières années », indique l’organisation.


Celle-ci pointe, chiffres à l’appui, que ces inégalités économiques sont également, au-delà de l’aspect financier, le point de départ d’un cercle vicieux. Elles vont directement à l’encontre des efforts et réduisent considérablement les acquis de la lutte mondiale contre la pauvreté. Elles aggravent les inégalités hommes femmes. Elles ont une influence directe sur les perspectives d’avenir des citoyens et les différences en cette matière. Elles sont finalement associées « à un éventail de problèmes sanitaires et sociaux, notamment les maladies mentales et les crimes violents ». « Le taux d’homicides est près de quatre fois plus élevé dans les pays dans lesquels sévissent des inégalités économiques extrêmes que dans les nations plus égalitaires », rapporte Oxfam.



Par la Rédaction du levif.be – le 30 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

ONU - Blocus contre Cuba

ONU - Blocus contre Cuba | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Vote à l’ONU : 188 pays pour la fin du blocus contre Cuba, 2 pays contre (États-Unis et Israël)

 

L’assemblée Générale de l’ONU a approuvé ce mardi 28 octobre 2014 presque unanimement et pour la 23° année consécutive, une résolution qui demande la fin du blocus étasunien contre Cuba, une mesure unilatérale imposée par Washington depuis 1962.


L’assemblée plénière des 193 membres des Nations Unies a soutenu par 188 voix pour, 2 contre (États-Unis et Israël) et 3 abstentions (Palau, la Micronésie et les Iles Marshall) le projet intitulé « Nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba ».


Depuis 1992, l’assemblée générale approuve la demande de Cuba d’éliminer cette politique hostile qui survécut à 11 administrations de la Maison-Blanche, dont les conséquences économiques sont estimées à 1 billion 112 534 millions de dollars et dont les dommages humains sont incalculables.


« La politique du blocus viole le principe de non-intervention. Les États-Unis perdent toute autorité. Le blocus viole systématiquement les droits de l’homme de tous les Cubains », a dit Samuel Moncada lors de la session.


Alors, le représentant de l’Égypte a affirmé que malheureusement, avec le blocus, nous continuons « à écouter les échos du passé ». Ce blocus a duré plus que n’importe quel autre blocus dans l’ère moderne. Il persiste en violation totale du Droit International.

« L’Égypte continuera à transmettre un message clair aux États-Unis », à propos de cette politique.


« Nous appelons instamment tous les pays à appliquer la Charte de l’ONU… Malheureusement, ces résolutions ne sont pas appliquées efficacement et le blocus contre Cuba n’est pas levé ». Cela a causé des pertes économiques énormes pour l’Ile, a assuré la délégation de la Chine.


« Que les États-Unis appliquent pleinement la résolution de l’Assemblée de mettre fin aux sanctions contre Cuba… » Le Vietnam fera tout son possible pour aider Cuba pour qu’elle surmonte les limitations que lui a imposées le blocus.


« Malgré les circonstances adverses affrontées depuis plus de 50 ans, Cuba a élevé ses indices de développement humain… Nous soulignons qu’historiquement, elle a transformé la solidarité en axe central de sa politique extérieure », a dit le représentant du Mexique. Et la Russie a demandé aux États-Unis d’avoir la ferme volonté politique de mettre fin au blocus contre Cuba.


Au nom du MERCOSUR et des États associés, la délégation de l’Argentine a déclaré que « les coûts humanitaires et économiques pour le peuple cubain, en plus de l’anachronisme de cette politique, sont évidents pour tous, a-t-elle dit. Le blocus viole les principes de la Charte de l’ONU et du droit international », a affirmé son représentant. Et aussi « les principes de la justice et des droits de l’homme ».



Par granma.cu - traduction Françoise Lopez - le 29 octobre 2014



Source :

http://www.granma.cu/mundo/2014-10-28/victoria-cubana-en-la-onu

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/10/cuba-le-monde-reclame-a-nouveau-aux-etats-unis-la-levee-du-blocus-de-cuba.html 

http://voiebolivarienne.wordpress.com/2014/10/28/votation-a-lonu-188-pays-pour-la-fin-du-blocus-contre-cuba-2-pays-contre-etats-unis-et-israel/.



***


L’ONU, le « machin » à réformer

 

Le vote écrasant intervenu à l’ONU condamnant l’embargo US contre Cuba confirme le total isolement nord-américain sur cette question. Mais à part cette satisfaction intellectuelle chaque année renouvelée, quoi de nouveau ? Rien. Alors ? Proposition. 


La prétendue « communauté » internationale n’existant pas, le temps est venu de réorganiser le monde et les structures de concertation internationale en procédant, en premier lieu, au démantèlement des alliances militaires telle l’OTAN, en remettant sur le chantier de nouveaux traités de désarmement et surtout en refondant l’ONU.


L’Organisation des Nations Unies ne peut plus être verrouillée par cinq puissances dans un Conseil de sécurité décidant pour tous. Le monde a changé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’Assemblée générale de l’ONU doit être le véritable lieu de décision, le Conseil de sécurité, élargi, chargé de l’exécution. Un organisme de mise en œuvre et de suivi doit être instauré afin d’en finir avec l’inaction et la politique du deux poids, deux mesures.



Par José Fort (journaliste à l’Humanité)josefort.over-blog.com – le 28 octobre 2014

more...
opei2014_mkrause's curator insight, October 30, 4:36 AM

L'assemblee a voté pour enlever le blocus économique, commercial et  financier contre Cuba établi en 1962 malgré quelques abstentions et deux votes contre. En effet le blocus viole le principe de non intervention . 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Affrontements à Lugansk

Ukr. - Affrontements à Lugansk | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : Allah Akbar pour l’Ukraine « proeuropéenne » ! Isa Munaev, ancien colonel de la police, est l’ancien général de brigade des unités islamo-terroristes à Grozny, début 1999 sous les ordres d’Aslan Maskhadov le commandant militaire de la Tchétchénie islamiste (Itchkérie) en guerre contre la Russie. Devenu « président » du mouvement subversif « Caucase libre », il a intensifié ses activités en 2010 avec l’aide de réseaux occidentaux. Au printemps 2014, il est devenu le chef du « bataillon international de maintien de la paix (sic) Johar Doudaïev » intégré aux forces de Kiev. Il opère désormais contre les troupes de Nouvelle Russie. Les terroristes islamo-tchétchènes ont le soutien plein et entier de l’ensemble de l’extrême droite « ukrainienne » ; à l’hiver dernier Dmytro Yaroch, le « Führer » de Praviy Sektor, ayant même appelé à des attentats sur le territoire russe de la part des islamistes du Caucase du Nord.



Ukraine/Donbass : affrontements au nord de Lugansk sur la Seversky Donets


Kiev vient de renier ce qu’il a signé à Minsk. Pour le régime « proeuropéen », l’accord de septembre est nul et non avenu. Voilà une nouvelle pirouette pour justifier le non-respect du cessez-le-feu par les forces de la junte et préparer une attaque massive pour très bientôt. Mais pour le moment, surtout sur les secteurs nord et sud du front du Donbass, l’initiative revient aux Forces armées de Nouvelle Russie. Au nord de Lugansk, une nouvelle bataille de la Seversky Donets semble débuter et au nord-est de Mariupol, c’est l’ensemble de la zone de front qui se réveille depuis quelques jours.


Les corps des combattants ukrainiens tués sur le poste n° 32 ont été transférés à Lisichansk, puis à Artemivsk. Les médias ukrainiens se sont empressés de ne surtout pas rapporter la situation réelle sur le terrain tout en minimisant les pertes des forces de Kiev sur ce secteur (comme sur d’autres), ce qui a provoqué un mécontentement évident au sein de familles de combattants impliqués dans ces affrontements. La page Facebook du 24e « bataillon Aydar » de la garde nationale est édifiante à ce sujet. Par exemple, on peut y lire : « Je suis une femme d’Alexander Piskižova. Vous avez écrit que mon mari a été tué. Pourquoi personne ne me l’a dit. Et où est la preuve que c’est mon mari ? » (source) Intéressante question à laquelle MM. Porochenko, Yatseniuk ou encore Avakov seraient bienvenus d’y répondre. À noter que cette unité paramilitaire est idéologiquement proche de Svoboda, qui fait preuve d’un silence assourdissant…



Évolution de la situation tactique au nord

 

 

 

 

La position fortifiée n° 31 des forces de Kiev à l’ouest de l’ancienne position n° 32 risque bien de subir le sort de sa consœur : les forces républicaines continuent de s’en prendre aux barrages routiers qui se trouvent sur la T1303 au sud de la Seversky Donets. L’artillerie lourde (152 D-20) du corps des cosaques du Don de l’ataman Pavel Dremov pilonne en permanence ces positions et les convois qui cherchent à les ravitailler.

 

Plus à l’est, Schastye est désormais pratiquement encerclée par les DRG de l’armée de Nouvelle Russie. Hier soir, une tentative de désenclaver l’agglomération qui verrouille le passage sur la rivière a encore échoué. Précédemment, une reconnaissance offensive importante, quelques kilomètres plus à l’ouest, avait coûté la vie à quelque 40 combattants ukrainiens et 8 d’entre eux, du « bataillon Aydar », avaient même été faits prisonniers (voir nos précédentes chroniques).


À Stanitsa Luganskaya, à 7 km au sud-est, toujours dans la vallée de la Seversky Donets, un poste de contrôle associé à une importante base logistique des forces ukrainiennes a dernièrement été totalement décimé par une action des DRG conjointe avec l’artillerie des FAN.


Au sud et à l’est de Debaltsevo, les reconnaissances offensives des DRG républicains se poursuivent, de même que les frappes d’artillerie ciblées sur des objectifs défensifs ukrainiens. Il y a quelques jours, un poste de commandement et de logistique avait été touché de plein fouet, hier et ce matin ce sont des positions retranchées d’une unité mécanisée qui ont été visées : au moins un T-64BM Bulat et deux autres T-64BV de la 17e brigade indépendante de chars ont été détruits.


Vers Nikishine (environ 10 km au sud-est de Debaltsevo) si ce matin le calme était revenu, ces derniers jours les coups de force et les tirs de mortiers et de BM-21 se sont succédé. Dans le centre-ville de Debaltsevo, les unités de Kiev ont commencé à construire des positions défensives, transformant certaines habitations en Fortin et camouflant dans des zones habitées leurs batteries d’obusiers, de mortiers et de BM-21. Les forces gouvernementales kiéviennes cherchent à utiliser ce qui reste de civils comme des boucliers humains. Le commandement ukrainien sait qu’il devra défendre rue par rue sa position retranchée… à moins que ses troupes ne se rendent, comme précédemment dans d’autres secteurs encerclés.



Échec d’une reconnaissance offensive sur Gorlovka


Au nord de Gorlovka, le 11e « bataillon » de défense territoriale « Kyivan Rus » spécialisé dans la reconnaissance aurait été mis en retrait sur Artemovsk dans des positions préparées. Ainsi, sur le point de contrôle à la sortie sud-ouest de l’agglomération (en direction de Krasne), plusieurs BRDM-2 ont été repérés récemment. Cette formation compterait environ 300 combattants politisés sur un effectif théorique de 570. Cette unité, qui se revendique des cosaques ukrainiens, dispose notamment d’au moins une section antichars mobile sur BRDM-2 « Konkurs » (missiles « Fagot ») – photo —. Cette ville aurait en plus son propre « bataillon » de défense territoriale.


Avec la position fortifiée de Konstantinovka, plus au sud-ouest (voir un de nos précédents comptes-rendus), se dessine nettement au nord-ouest de Donetsk-Gorlovka une ligne de défense destinée à donner un coup d’arrêt, sinon freiner, toute éventuelle contre-attaque massive des forces blindées républicaines.


Attaque blindée en force ce matin sur les lignes républicaines fortifiées de Gorlovka, par l’ouest en provenance de Dzerzinsk : des éléments mécanisés ont poussé une reconnaissance offensive. L’attaque a été stoppée net, 2 chars lourds auraient été détruits (nous attendons les confirmations photos et/ou vidéo), les forces de Kiev se sont retirées avec des pertes significatives. D’autres sources évoquent, une attaque au nord de l’agglomération, contre une position républicaine d’une dizaine de miliciens sur le quartier de Zaitsevsky, ce matin vers 6 h (heure locale) : environ 70 combattants ukrainiens (34e « bataillon » de défense territoriale) armés de roquettes RShG et RPG-26, appuyés par 2 BTR et un BMP, ont fini par être repoussés en laissant sur place deux tués et le BMP immobilisé. S’agit-il de la même attaque ou d’une autre ?



Stagnation sur Donetsk et front mouvant au sud


L’aéroport de Donetsk a encore été l’objet de tirs d’artillerie dans la journée, de même que le secteur Avdeïevka. La compagnie de choc « Sparta » de la brigade « Motorolla » semble avoir été relevée, comme l’unité « Somali » de Mikhail Tolstykh, 34 ans, dit « Givi ». Le groupe de combattants venu d’Abkhazie serait actuellement engagé avec les volontaires ossètes dans le secteur de l’exploitation minière.


La nuit dernière, vers environ 2 heures du matin (heure locale) Dokuchaevsk a encore une fois été la cible des batteries Grad kiéviennes. Le front est élastique vers Volnovakha et peu évoluer dans un sens comme dans l’autre de deux à trois kilomètres chaque jour.


Plus au sud, au niveau du secteur nord-est de Mariupol, les salves de BM-21 continuent de s’abattre de façon régulière sur Pavlopol et Talakovka.

 

Vers Slaviansk, plusieurs témoins ont pu observer hier le passage d’une colonne de renforts ukrainiens d’environ 70 véhicules, essentiellement des camions, au moins une batterie d’artillerie tractée, 8 bus bourrés à craquer de combattants (garde nationale ?) et des véhicules d’accompagnement. Une autre colonne a été vue cet après-midi dans le même secteur.


Vers Odessa, les forces ukrainiennes viennent de déployer au moins une batterie sol-air S-300PMU-1. Kiev s’attendrait-il à ce que l’aviation russe intervienne ?



Chassez le naturel…


Yatseniuk ne perd pas de temps et n’attend même pas la composition d’une majorité à la Rada pour impliquer encore un peu plus Washington dans l’assujettissement de son pays. Hier, le Premier ministre ukrainien a rencontré le très belliciste sénateur néocon américain, responsable adjoint de l’Armed Services Committee, James Inhofe, afin de mettre au point la « sécurité énergétique » et le renforcement de la « coopération militaire et technique » de ce qui reste de l’Ukraine avec les USA.


Déjà, le « Russian Aggression Prevention Act » prévoit, dans son article 309, d’octroyer $7,5 millions par an pour la période 2014-2017, dans le but de développer un travail de propagande antirusse. Le Département d’Etat américain est donc chargé de superviser cette activité subversive ouvertement russophobe, et notamment sur le territoire contrôlé par le régime de Kiev. Et il n’est pas bien difficile d’identifier vers quels types de structures et de mouvements cette manne étatsunienne va bien pouvoir aller.


Aujourd’hui c’est Washington, durant la Seconde Guerre mondiale, c’était Berlin qui était choisi pour lutter contre la Russie et le peuple russe en général, car nous dépassons là très largement la problématique anticommuniste qui est, aujourd’hui comme hier, l’excuse invoquée afin de justifier tous les fanatismes idéologiques criminogènes qui sont la sève d’un certain nombre de mouvements prétendument « nationalistes ».


La première session du nouveau Parlement ukrainien sera inaugurée par le Galicien Yuriy Chukhevytch, fils du frère de Roman Chukhevytch (agent de l’Abwehr, officier dans la Légion ukrainienne de la Wehrmacht – Bataillon Nachtigall —, chef de compagnie en 1941-1942 au Schuma-Bataillon 201, unité ukrainienne d’auxiliaires des SS impliquée dans la Shoah par balles, puis chef de l’UPA de Stepan Bandera, l’Armée insurrectionnelle ukrainienne). Ce nouvel élu de la Rada est le chef de l’UNA–UNSO (un des deux plus importants mouvements néonazis en Ukraine) et il s’est présenté aux élections sous l’étiquette du parti radical d’Oleg Lyachko (7 %). Il est le député le plus âgé du parlement et c’est à ce titre qui présidera la première session de la Rada.


C’est clairement un crachat lancé à la face de toutes les victimes de la politique délibérément criminelle de Bandera et de ses semblables durant les années 30 et 40. Gloire à l’Ukraine !

 

 

Par Jacques Frère – NationsPresse.info – le 29 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le Gardasil obligatoire ?

Le Gardasil obligatoire ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : letelegramme.fr



Le Haut Conseil de Santé Publique du Pr Salamon veut rendre le Gardasil obligatoire (et comme par hasard, les profits de Merck sont en baisse)

 

Hasard ou pas (les lecteurs seront seuls juges), le Haut Conseil de Santé Publique préconise la vaccination OBLIGATOIRE dès 9 ans, dans le cadre de la médecine scolaire, contre le HPV.

 

C’est le journal Sud Ouest qui le signale. Une véritable provocation en somme, compte tenu de la dangerosité exceptionnelle de ces vaccins (encore plus pourvoyeurs d’effets secondaires que les autres, ce qui n’est déjà pas peu dire !), mais seulement voilà, les vaccins sont raison d’État.


Vous pouvez être ou rester sceptique, mais, en attendant, des indices sérieux et convergents le montrent et notamment :


— Le contenu d’un rapport du Sénat français de 2007 qui qualifie les firmes pharmaceutiques de « partenaires naturels » de l’État.


— La note du Ministère de l’Intérieur aux Renseignements généraux (RG) dans les années 90' en vue de dresser le portrait de « tous les contestataires au vaccin hépatite B » (reproduite à la fin du livre de Lucienne Foucras sur le [nouveau] Dossier noir du vaccin contre l’hépatite B)


— Les aides et subventions étatiques fréquentes des États aux grands groupes (qui n’en ont financièrement pas vraiment besoin, même au prétexte de « l’emploi » qui a vraiment bon dos) : en Belgique, il y a le Plan Marshall qui arrose déjà bien GSK, mais dans d’autres pays, ça porte d’autres noms. Si on tient compte par exemple de l’annonce récente selon laquelle « Merck est pénalisée par la chute des ventes du vaccin Gardasil » (— 11 % à 590 millions de dollars au troisième trimestre) et que Sanofi Pasteur, filiale de Sanofi, exploite ses produits en Europe par le biais de la coentreprise Sanofi Pasteur MSD, codétenue avec le laboratoire Merck, on conçoit qu’une vaccination obligatoire serait aussi un généreux geste commercial...


Nous vous conseillons de lire en attendant la très bonne réaction du Dr Philippe de Chazournes, médecin généraliste à la Réunion et président de Med'Océan, qui suit tout ce dossier des vaccins HPV avec grande attention :



Gardasil : « Ces Gens-là »

 

11 octobre 2014.  Par Philippe de Chazournes

 

Aux membres du Comité Technique de Vaccination (intégré au Haut Conseil de Santé Publique), je souhaite vous demander plusieurs choses :


— Qui êtes-vous donc pour dicter ainsi contre toute sagesse, principes de précaution et preuves scientifiques, vos diktats vaccinaux qui ne répondent à aucune contrainte ou urgence de Santé publique ? Revoir ce premier billet

 

— Qui êtes-vous donc, vous qui semblez inamovibles et tellement convaincus de votre science et de votre pouvoir ?   Après avoir échappé aux mailles du filet suite aux affaires Médiator et H1N1, vous continuez à décider de la pluie et le beau temps des injections préventives ?

 

— Comment avez-vous été nommés, par qui, pour quoi ?  Qu’avez-vous tant dans vos CV respectifs pour que votre supposée légitimité puisse nous imposer de suivre religieusement vos paroles et vos recommandations ?

 

— Sur quel cahier des charges avez-vous été recrutés ? Y a-t-il eu pour vos nominations un appel à candidatures ?

 

Vous n’avez pas souhaité débattre à l’Assemblée Nationale avec nous, qui représentons une parole différente, alors que vous y étiez invités en 2011 : cf. Le Gardasil à l’Assemblée Nationale.

 

Vous avez fui vos responsabilités et la discussion publique, en refusant d’argumenter sur vos prises de position en juin dernier à Paris : cf. Le Gardasil à la Représentation européenne.

 

Vous ne cessez de mettre en difficulté nos autorités de santé en leur délivrant des informations incomplètes et ne reflétant pas la réalité des preuves scientifiques.

 

À cause de vous et par vos décisions, des centaines de milliers de jeunes filles et garçons sont promis à une vaccination dans leurs établissements. En lisant le paragraphe 13.1 du plan cancer 2009-2013, tout laisse penser que cela va se faire et sans avoir besoin de l’autorisation de leurs parents, sauf s’ils expriment leurs « refus éclairés » :

 

« Améliorer les taux de couverture vaccinale contre le HPV des jeunes filles de 14 ans. »

 

« Étudier les conditions d’amélioration de l’accès à la vaccination pour les mineures dont les parents n’acceptent pas la vaccination. »

 

Par le biais du nouveau plan cancer 2014 qu’il a présenté le 4 février dernier, vous avez induit en erreur le Président de la République, l’entrainant à affirmer des choses inexactes et volontairement (?) incomplètes (cf. ce discours du Président Hollande)

 

« Le cancer du col de l’utérus est le seul — je dis bien le seul — pour lequel il existe un vaccin, et pourtant, en France, ce vaccin n’est administré qu’à 30 % des jeunes filles. C’est une source nouvelle d’inégalités. Certes, je connais les réserves que suscitent des campagnes mal conçues de vaccination, mais ce vaccin a fait la preuve de son efficacité. Aussi, d’ici cinq ans, nous doublerons la couverture vaccinale contre le cancer du col de l’utérus, ce qui permettra son éradication à terme. »

 

Messieurs et mesdames du comité technique de vaccination, au vu de ces éléments, nous vous demandons de partir et de laisser votre place à d’autres. Nous demandons en effet, enfin plus de transparence au sein de votre Comité Technique de Vaccination, pour que les enjeux de santé publique et d’intérêt général soient véritablement pris en compte.

 

Pour cela, nous avons besoin désormais d’une pluralité d’opinions, de parcours, de générations. Les décisions médicales doivent davantage être en prise avec les nouvelles réalités de la médecine basée sur des preuves scientifiques, débarrassées des conflits d’intérêts, et soucieuses uniquement de la santé du patient.   

 

Par votre retrait, vous rendriez service à des millions de Français, exaspérés par le « tout économique », qui veulent encore croire à l’éthique et au bon sens dans la médecine d’aujourd’hui.

 

Comme disait Brel :

 

« On ne vit pas Monsieur, On ne vit pas on triche »


« On ne cause pas Monsieur, On ne cause pas on compte »

 


Dr Philippe de Chazournes

Paru sur : blog de Mediapart.fr

 

 

NB : Comme publié le 17 septembre dernier dans le British Medical Journal, un test urinaire permettrait de constituer une alternative intéressante au frottis de façon à permettre ainsi un meilleur dépistage. Quand on sait que le dépistage ne fait encourir en lui-même aucun effet secondaire et qu’il a permis à lui seul (sans vaccin) une réduction de 80 % de la mortalité par ce type de cancer, on comprend qu’aucune vaccination n’arrivera jamais à apporter le moindre bienfait au regard des risques exorbitants qu’elle fait par ailleurs toujours au moins encourir.

 

 

Voir aussi : Pétition contre la vaccination HPV scolaire en France

L’obligation vaccinale suscite de plus en plus de remous en Belgique et en France



Par initiativecitoyenne.be - le 28 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Les USA instrumentalisent Ebola

Les USA instrumentalisent Ebola | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : Abayomi Azikiwe, editor of the Pan-African News Wire, appearing on the Press TV News Analysis program on November 23, 2012. Azikiwe discussed the political situation in the North African state of Egypt. – flickr.com 



Selon Azikiwe, les États-Unis instrumentalisent l’Ebola afin d’étendre leur intervention en Afrique (Press TV)

 

  

Selon un journaliste et militant des droits de l’homme de Detroit aux USA, les États-Unis utilisent le prétexte de l’épidémie du virus Ebola pour étendre leur intervention en Afrique.

 

Abayomi Azikiwe, éditeur de Pan-African News Wire, a fait ces remarques lors d’une interview téléphonique avec Press TV, mardi, en commentant la décision du Pentagone d’isoler et de mettre en quarantaine les soldats étatsuniens revenant d’Afrique de l’Ouest.

Deux États étatsuniens — le New Jersey et New York — ont déjà ordonné une quarantaine obligatoire de 21 jours pour des médecins qui ont traité des patients Ebola en Afrique de l’Ouest, où l’épidémie a déjà tué environ 5.000 personnes.


« Je crois fermement que les États-Unis devraient fournir davantage d’assistance aux trois pays qui ont été frappés par l’épidémie de la maladie à virus Ebola », a déclaré Azikiwe.


« Néanmoins, je crois qu’il y a eu une réaction excessive à l’intérieur des États-Unis, en grande partie alimentée par les forces politiques de droite pour stigmatiser et isoler et mettre en quarantaine ceux qui ont participé aux soins de santé en faveur des personnes qui ont été touchées par la maladie d’Ebola en Sierra Leone, en Guinée et au Libéria », a-t-il ajouté.

Azikiwe a déclaré que l’US Africa Command (AFRICOM) est « conçu pour prolonger l’intervention militaire des États-Unis sur le continent africain. »


« Ils utilisent l’AFRICOM afin de conquérir l’Afrique sous prétexte de traiter ou de répondre à l’épidémie du virus Ebola, » a-t-il souligné.


Le président Barack Obama a autorisé le Pentagone à déployer des troupes en Afrique de l’Ouest pour lutter contre la propagation de cette maladie mortelle. Sous les ordres du président, quelque 3.600 soldats pourraient être envoyés en Afrique de l’Ouest. Des centaines de soldats étatsuniens ont déjà été déployés au Libéria.


Azikiwe a poursuivi en déclarant « qu’il est important pour les soldats, qui ont été postés au Libéria, apparemment en réponse à l’épidémie de fièvre à virus Ebola, qu’ils soient protégés. »


« Le gouvernement des États-Unis n’a pas une culture de protection de ses propres soldats. Nous savons qu’en Irak ils ont été exposés à des armes à l’uranium appauvri ; nous savons aussi que des États-Unis ont des armes chimiques, qui ont été utilisées par le gouvernement irakien dans les années 1980 dans leur guerre contre l’Iran, ces armes étaient en Irak. Ces armes ont été découvertes, pourtant les renseignements ont été cachés par le gouvernement des États-Unis et les grands médias » a poursuivi le journaliste vétéran.

 

« Nous souhaitons que ceux qui sont en Afrique de l’Ouest en ce moment, en particulier au Libéria, soient protégés, et que leur santé et leur vie reçoivent la priorité absolue », a-t-il souligné.


Il n’y a pas de remède connu contre le virus Ebola, qui est une forme de fièvre hémorragique associée à des symptômes de diarrhée, de vomissements et de saignements.


Le virus Ebola se transmet par contact direct avec du sang infecté, les excréments ou la sueur. Il peut aussi se propager par contact sexuel non protégé ou la manipulation de cadavres contaminés.


Récemment, plusieurs experts ont dit que le virus Ebola est un organisme génétiquement modifié et a été développé dans les laboratoires US de guerre biologique en Afrique de l’Ouest.


Dans une récente interview, le Dr Francis Boyle, de l’Université de l’Illinois a déclaré : « Mon opinion est que les origines de la pandémie actuelle proviennent des laboratoires USA de guerre biologique en Afrique de l’Ouest. »


Il a ajouté que les États-Unis ont « utilisé l’Afrique de l’Ouest comme région off-shore pour contourner la Convention sur les armes biologiques et de procéder à un travail de guerre biologique. »

 

 


Par le-blog-sam-la-touch.over-blog.com — Traduction SLT – le 28 octobre 2014


Source de l’article : US using Ebola to expand its intervention in Africa : Azikiwe - Press TV

 

more...
No comment yet.