Koter Info - La G...
Follow
Find
227.0K views | +329 today
 
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Votre conseiller bancaire

Votre conseiller bancaire | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Connaissiez-vous le vrai visage de votre conseiller bancaire ?

 

Sous couvert de l'anonymat, les salariés des banques témoignent.

Ils délivrent rarement un conseil désintéressé, car ils sont payés pour vendre, avec des dérives dont leurs clients font les frais.

 

Tous les moyens sont bons !

 

La méthode du recyclage est notamment l'une des plus utilisées.

La technique ?  Retirer une partie des sommes investies sur un produit financier, pour les placer sur un autre.  "Ça fait tourner les compteurs", admet un conseiller.

 

Un autre explique avoir fait ouvrir un livret à un client, pour le clore un mois plus tard, afin de placer les fonds sur un nouveau placement quelques jours après.  "Une astuce pour comptabiliser deux ouvertures de livrets dans mes objectifs", précise-t-il.

 

La vente confine parfois au chantage !

 

Profitant de la faiblesse financière de certains épargnants, un conseiller admet avoir fait souscrire des assurances décès à des clients contre le remboursement de leurs agios.  "Bien souvent, ce sont les plus démunis qui trinquent", concède-t-il.

 

Dans cette course aux objectifs, l'information objective du client passe donc au second plan quand son intérêt n'est pas purement et simplement oublié.  "Il m'est déjà arrivé de vendre des cartes bancaires permettant de payer en trois fois sans frais, sans préciser au client que ces cartes étaient associées à un crédit renouvelable", confesse un chargé de clientèle.

 

Un représentant syndical raconte qu'un conseiller inexpérimenté a vendu une assurance automobile à un client ne possédant pas de véhicule.  Une dérive liée à la pression quotidienne exercée par sa hiérarchie, car derrière le guichet, les salariés des banques craquent. 

 

Pour motiver leurs troupes, les banques octroient également des rémunérations complémentaires, modulées en fonction de la réalisation des chiffres de vente.  Dans certaines banques, la carotte financière peut être conséquente : de 10 à 20 % de la rémunération du conseiller.

 

Au point d'influer sur le conseil délivré au client ?

 

 

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Etudiant(e)

Si vous êtes à la recherche d'un KOT (chambre) de qualité à louer auprès d'un "bon" propriétaire, alors, cliquez directement  ICI .


- - - - - - - - - - - - - - - - - -


Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 95.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 101.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


196.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


196.000 lecteurs

 

Rescooped by Koter Info from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Histoire du 11 septembre


Très intéressant à voir ou à revoir !!!!


Dans cette vidéo, le journaliste américain James Corbett résume en 5 minutes, et non sans humour, la version officielle des attentats du 11 septembre 2001.


Les défenseurs des explications du gouvernement Bush sur les attentats du 11-Septembre usent et abusent des termes "conspirationniste" et "complotiste" pour qualifier, et tenter de discréditer a priori, le travail de recherche effectué par le Mouvement pour la Vérité sur le 11/9.


Or, s'il est un récit conspirationniste, c'est bien celui livré par l'administration américaine, un récit qui à ce jour n'est soutenu par aucun élément de preuve et qui comporte de nombreuses zones d'ombre et coïncidences troublantes.


Libre à chacun de juger, mais regardez cette vidéo pour vous ouvrir l'esprit, ensuite, vous jugerez !


Duc

Koter Info's insight:


Conspirationniste et complotiste !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

C'est si "normal" !


C'est tellement facile d'évoluer dans votre environnement "normal", n'est-ce pas ?


Et si vous étiez différent, c'est-à-dire une exception par rapport à ce que la société "normale" qui vous entoure à l'habitude de faire ?  Hé bien, ces gens d'exception existent !


Regardez la vidéo, elle est suffisamment explicite pour n'émettre aucun autre commentaire.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Pas toucher un chien !

Pas toucher un chien ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les autorités malaisiennes ont ouvert une enquête après l'organisation d'un événement intitulé "je veux toucher un chien", visant à lutter contre la stigmatisation dont fait l'objet cet animal dans ce pays d'Asie du Sud-Est à majorité musulmane.


Organisé dimanche dans un parc à la périphérie de la capitale Kuala Lumpur, cet événement dont le but était d'encourager les visiteurs à venir caresser des chiens - un animal considéré impur dans l'islam - a attiré des centaines de musulmans, provoquant la colère de certains responsables religieux. 


"Culture opposée à l'islam"
"N'essayez pas de créer une culture opposée à l'islam", s'est emporté Nooh Gadut, un leader musulman cité par des médias locaux, affirmant qu'un tel événement était une tentative d'insulter des religieux. 

Enquête
Face aux protestations dans un pays où l'islam conservateur n'a cessé de gagner du terrain ces dernières années, les autorités ont décidé d'ouvrir une enquête. L'organisateur de l'événement, Syed Azmi Alhabshi, un musulman âgé de 30 ans, a expliqué que son intention était de vaincre la peur des chiens dans la population et mettre en avant la compassion pour cet animal. 

Réaction positive
De nombreux Malaisiens, très actifs sur les réseaux sociaux, ont réagi de manière positive à l'événement. "Cela fait tellement chaud au coeur de voir un changement positif dans mon pays", a écrit un utilisateur de Facebook. "J'étais très content de voir autant de chiens heureux mais avant tout la foule majoritairement musulmane d'adhérer à tout cela", a renchéri un autre. Les musulmans qui ont caressé des chiens ont participé à un rituel de lavage à la fin de l'événement. 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Abribus en réalité augmentée


À Londres, la vitre d'un abribus a été remplacée par un écran.


Ce dernier diffuse l'image de la rue en temps réel, comme si il s'agissait d'une vitre transparente, mais quelques événements vont s'ajouter à l'image en réalité augmentée et faire réagir les personnes à l'arrêt de bus.


En caméra cachée, les personnes piégées vont par exemple découvrir des soucoupes extraterrestres, une météorite tombant du ciel, un robot géant ou encore un tigre en pleine ville. Il s'agit d'une publicité virale pour un soda tournée sur l'avenue New Oxford Street.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Shakes - Life is a Fiction


Voici le clip de Shakes en avant première sur "La Gazette", car il ne sortira officiellement que demain.

"Life is a Fiction", c'est un morceau pop nerveux, mais étonnamment mélodique.

On y perçoit les influences de la mouvance électro-pop belge qui officie avec succès ces dernières années de Ghinzu à Soulwax, en passant par les Vismets ou encore Goose.

Le trio de Shakes impose un électro-rock puissant teinté de sonorités synthétiques et novatrices, mais ambitieux et résolu, Shakes nous réservera encore d'autres surprises dans le futur.

Pour ceux qui ont l'esprit de clocher, un des membres de Shakes, "Bee", habite à Louvain-La-Neuve.

Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Carte d’identité + Mediamarkt

Carte d’identité + Mediamarkt | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Mediamarkt, magasin spécialisé dans la vente d’audio-hifi et d’électroménager, a décidé d’équiper tous ses magasins de lecteurs de cartes d’identité.


Une dizaine de magasins ont ainsi été équipés de lecteurs spéciaux. À la caisse, l’hôtesse vous explique que ce système permet de conserver tous vos tickets de caisse en ligne pour ne plus avoir de soucis de garantie.


Cette pratique étonne, questionne et inquiète certains clients. 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Prof de l'UCL primé

LLN - Prof de l'UCL primé | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Eric Lambin, professeur à l'UCL et à Stanford, est le lauréat 2014 du Prix Volvo de l'Environnement, l'un des prix scientifiques internationaux les plus prestigieux en environnement et développement durable, fait savoir l'Université catholique de Louvain.


Eric Lambin a été primé pour ses études pionnières sur les interactions entre l'activité humaine et l'environnement, grâce à l'utilisation des satellites d'observation de la terre et la combinaison de données de sources multiples.


Pendant des décennies, il a développé des méthodes originales pour analyser ces images satellitaires en les combinant avec des données socio-économiques. Grâce à ce travail, lui et son équipe de recherche peuvent désormais suivre les changements à la surface de la terre qui sont associés au commerce international de produits forestiers et agricoles ainsi qu'à la demande de denrées alimentaires et de biocarburants, précise l'UCL.


"Eric Lambin a établi avec succès des ponts entre des disciplines des sciences humaines, géographiques et biophysiques afin de faire progresser la compréhension à l'échelle mondiale des changements d'utilisation du sol et leurs implications pour le bien-être humain", souligne de son côté le jury du prix Volvo pour l'environnement.


Fondé en 1988, ce prix s'accompagne d'une somme de 1,5 million de couronnes suédoises (environ 165.000 euros). Il sera remis à Eric Lambin lors d'une cérémonie organisée à Stockholm le 26 novembre.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Fin de la pauvreté ?

Fin de la pauvreté ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L'écart entre les riches et les pauvres se creuse de plus en plus chaque jour, mais il existe un moyen de s'en sortir : il s'agit du revenu de base inconditionnel, une idée simple et radicale dont certains experts disent qu'elle pourrait éradiquer complètement la pauvreté.


Au fil des années, de nombreux économistes ont proposé cette forme de sécurité sociale comme une réponse à la pauvreté et aux problèmes sociétaux.


L'idée d'un revenu de base est souvent mal comprise, mais des citoyens européens ont décidé de relever le défi en lançant un appel à plus de recherches sur cette solution prometteuse, unique et audacieuse.


Quand 1.000.000 de gens auront manifesté leur soutien, cette pétition sera remise à la Commission européenne.


Signez ici et partagez l'info avec tous vos amis et votre famille pour faire en sorte que nos politiciens ne puissent plus ignorer cette possibilité de solution à la pauvreté.


Qui sait ? Vous serez peut-être personnellement concerné dans le futur et heureux qu'il existe de bonnes solutions.


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Sur le dos des épargnants...

Sur le dos des épargnants... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source dessin : fortune.fdesouche.com


Les régulateurs et les banques s’entendent

sur le dos des épargnants

Par Philippe Herlin (*) 


C’est souvent le week-end que les choses importantes se passent en finance, quand les marchés sont fermés, quand les négociations et les bruits de couloirs ne peuvent pas avoir de répercussions ou profiter à des initiés, et quand les médias tournent sur les faits divers et la météo. Un accord important a été signé samedi, 11 octobre, entre les grandes banques mondiales, « sous la pression des régulateurs », précise la dépêche AFP, et il concerne les produits dérivés et, plus spécifiquement, les CDS (Credit default swap). Ces derniers sont des assurances permettant de se couvrir contre le défaut d’un pays sur sa dette ou la faillite d’une entreprise.


L’idée de départ est séduisante, puisqu’il s’agit d’une protection contre la faillite d’un actif que l’on détient ; qui trouverait à y redire ? Le problème est que ces produits ont été vendus en grande quantité par les banques et qu’elles ne possèdent pas forcément les fonds propres nécessaires en cas de défaut, ce qui les mettrait elles-mêmes en faillite, provoquant un effet domino catastrophique. On a pu le voir, lors de la crise de septembre 2008, avec la faillite de Lehman Brothers, gros trader sur le marché de ces produits dérivés, qui avait donné lieu à un débouclage massif de contrats dérivés avec la banque, ce qui avait provoqué le chaos sur les marchés financiers.


Les régulateurs des grands pays font valoir qu’un délai, aussi minime soit-il, pourrait permettre à une banque défaillante de pouvoir se recapitaliser et éviter un effet de panique sur les marchés financiers. L’Association internationale des swaps et dérivés (ISDA), l’organisme représentant le secteur bancaire, a ainsi accepté d’abandonner le principe du débouclage automatique (« close out ») des contrats, si une institution financière se trouve en difficulté. En cas de défaillance d’une grande banque « too big to fail », les régulateurs auront le temps de mettre au point une solution pour éviter une faillite « désordonnée » aux conséquences potentiellement explosives.


On peut penser que la signature de cet accord traduit le fait que le risque de faillite de grandes banques existe bel et bien, ce qui n’est pas rassurant. Néanmoins, cet accord constitue objectivement une bonne chose, puisqu’il éloigne un risque d’effet domino catastrophique. Mais attention ! On sait désormais comment les régulateurs s’y prennent pour résoudre les crises bancaires… la méthode a été inaugurée à Chypre, au printemps 2013, et écrite dans une directive européenne qui entrera bientôt en vigueur (le 1er janvier 2016). Ce sont les comptes des épargnants qui servent à renflouer les pertes bancaires ; une ponction est directement opérée sur leur épargne afin de restaurer la solvabilité de la banque. À Chypre comme dans la directive, seuls les comptes de plus de 100.000 euros sont concernés, mais cela ne suffira évidemment pas en cas de crise grave, et on peut être certain que tous les comptes seront touchés.


Cet accord arrange les régulateurs et les banques, qui éloignent ainsi un risque destructeur et très difficile à maîtriser, mais il faut bien comprendre qu’il se fait sur le dos de l’épargnant qui a placé ses économies dans le circuit bancaire et qui, lui, n’a pas son mot à dire.

 

 

Par Philippe Herlin (*) - goldbroker.fr – le 16 octobre 2014

 

 

(*) Philippe Herlin : chercheur en finance et docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Retour du drone spatial US

Vidéo : atterrissage du X-37B sur une des pistes de la base de Vandenberg de l'US Air Force. 


En vidéo : le retour sur Terre du très mystérieux X-37B de l’US Air Force


Le retour sur Terre du drone spatial X-37B, comme nous l’avions annoncé, a bien eu lieu, à l’écart des curieux, sur une piste de la base militaire de Vandenberg, en Californie. Surprise, l’engin a atterri de jour et l’US Air Force, qui gère ce programme confidentiel, a rendu publique une vidéo de l’atterrissage. Très courte, et un peu frustrante, elle montre pourtant ce que l’on n’avait jamais vu : cette mini-navette se poser à grande vitesse…

 

Après 674 jours à tourner autour de la Terre, pour sa troisième mission, le X-37B est rentré, comme nous vous l’avions annoncé ce week-end. La deuxième mission l’avait fait voler 224 jours en 2010. Un second exemplaire du drone avait accompli un voyage de 469 jours après son lancement, le 5 mars 2011. Long de 8,9 m pour une envergure de 4,5 m et une masse au lancement de 5,5 tonnes, cet engin est doté d’une paire d’ailes, d’ailerons et d’une soute qui peut s’ouvrir dans l’espace. L’appareil a un air de famille avec l’ancienne navette spatiale, en plus petit.


Lancé le 11 décembre 2012, à bord d’une fusée Atlas V, le drone X-37B (OTV-3) est retourné sur Terre vendredi 17 octobre après un voyage dans l’espace de 674 jours. Il a atterri sur une des pistes de la base militaire de Vandenberg, en Californie. Même si, cette fois, le retour a eu lieu de jour, le montage de la vidéo réalisé par l’US Air Force, aussi rapide que celui d’un film d’action ne permet pas de distinguer grand-chose de l’appareil...


Ce que l’engin a accompli, on n’en sait rien. On a tout juste appris qu’il était réutilisable puisque c’est la deuxième fois qu’il voyageait dans l’espace. Cela dit, on ignore si des modifications ont été apportées ou si des réparations ont été nécessaires. La dernière rumeur veut qu’il possède la capacité de déployer des satellites dans l’espace. Peut-être a-t-il été envoyé pour cela et, éventuellement, récupéré le satellite avant son retour sur Terre.


Le retour sur Terre de l’appareil intervient alors que l’Agence spatiale européenne prépare le lancement de l’IXV ou véhicule expérimental intermédiaire, son démonstrateur de véhicule de rentrée atmosphérique. Construit par Thales Alenia Space, cet engin doit tester les technologies nécessaires aux futurs véhicules spatiaux autonomes de l’ESA qui devront revenir intacts sur Terre. Le lancement est prévu pour le 18 novembre. Cela permettra de mesurer l’écart technologique des Européens par rapport aux Américains, aux Russes et aux Chinois qui se chiffrerait en une petite dizaine d’années.



Par Rémy Decourt - Futura-Sciences - le 20/10/2014 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Du pain pour pêcher


Un Héron vert utilise une tranche de pain

pour pêcher !


Avec un peu d’obstination, c'est le succès. Un petit malin et un fin pêcheur, cet oiseau ! Essayez-donc d’en faire autant !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Gènes de plantes dans le sang

Gènes de plantes dans le sang | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Des gènes de plantes alimentaires dans notre sang


Une nouvelle étude scientifique montre que l’ADN de plantes alimentaires peut passer la paroi intestinale et se retrouver dans notre sang.


Avec la question en suspens : cet ADN étranger peut-il modifier notre physiologie ?


Dans une étude publiée dans la revue « Public Library of Science », une équipe de chercheurs hongrois a analysé 1 000 échantillons de sang humain provenant de quatre études indépendantes. Résultat : contrairement à ce que l’on peut penser, la digestion ne dégrade pas totalement les aliments avant que le corps les absorbe. De très nombreux fragments d’ADN étranger (qu’on appelle « cell free ADN » — cfADN), assez grands pour contenir des gènes complets, arrivent ainsi à se frayer un chemin jusqu’au sang. Dans l’un des échantillons de sang analysé, la concentration de cfADN de la plante ingérée était même supérieure à celle du cfADN humain.


En 2011 déjà, une équipe chinoise était parvenue à la même conclusion, avec cette précision : une fois ingérés, les micro-ARN* issus de l’alimentation peuvent se lier aux micro-ARN endogènes de l’organisme et modifier son fonctionnement biochimique en inhibant certains gènes chromosomiques (hépatiques notamment, se soldant par une augmentation du taux de cholestérol de l’hôte).

En clair : notre alimentation modifie en profondeur notre fonctionnement physiologique.


Si cela venait à être vérifié, il s’agirait d’un nouveau développement scientifique capital :
    


— Nous ne faisons pas que manger des nutriments inertes (glucides, protéines, vitamines...), nous becquetons aussi de l’information.
    


— Ce nouveau mécanisme physiologique pourrait favoriser ou inhiber l’apparition de maladies.
  


— Les interactions plantes-animaux seraient bien plus évoluées que nous le pensions, laissant la porte grande ouverte aux théories de « coévolutions ».
    


— Les micro-ARN feraient maintenant partie des nutriments essentiels, au même titre que l’eau, les vitamines et les acides aminés.


(*Micro-ARN : petites séquences génétiques d’ADN qui se promènent en liberté dans l’organisme, au contraire de l’ADN des chromosomes qui restent sagement cloitrés dans le noyau des cellules.)



Par lesmotsontunsens.com - le 16 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Incroyable talent ...


Agée de 11 ans, Adilyn Malcolm possède déjà le talent d'une danseuse expérimentée. Constatez-le en regardant cette vidéo, vous serez très vite envoûté.  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Vous avez dit retraite ?

Vous avez dit retraite ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L'âge légal de la retraite continue à inspirer les humoristes, mais ce sont les seuls !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

ZEN, oui, mais quand ?


ZEN, soyons zen ...  Facile à dire, mais pas forcément facile à réaliser !  Qu'en pensez-vous mesdames ?


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Iran : attaques à l’acide

Iran : attaques à l’acide | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les habitantes d'Ispahan ( Iran ) vivent depuis quelques jours dans la terreur : une jeune femme de 27 ans, au volant de sa voiture, a été attaquée à l'acide par des motards en plein centre-ville, le 15 octobre.


Alors que la raison de cette attaque n'a pas été pour le moment élucidée, quelques jours auparavant, des messages menaçant les femmes "mal voilées" d'Ispahan avaient commencé à circuler sur les réseaux sociaux.


Selon l'agence officielle iranienne ISNA, qui cite un témoin présent sur les lieux d'attaque, la femme touchée avait pourtant une apparence anodine et un hidjab"normal". L'Iranienne, gravement brûlée aux mains et au visage, a été transférée à l’hôpital.


Les autorités de la ville d'Ispahan ont, de leur côté, confirmé que ce cas n'était pas isolé, car une autre femme a également été récemment attaquée à l'acide dans cette ville. Aucun détail n'a pourtant été donné quant aux raisons de ces agressions. Certains sites en persan soutiennent que le nombre de victime s'élève à huit.


Ces attaques ont eu lieu alors que le Parlement iranien a validé le premier brouillon d'une loi qui prévoit une plus grande marge de manœuvre et une protection juridique pour les organisations et les individus qui sont chargés d'« ordonner le bien » et d'« interdire le mal ».


Si cette loi est votée, « toute résistance, menace, insulte » contre les gens chargés de veiller à la chasteté et de lutter contre « la débauche » dans la société serait passible d'une condamnation à la prison ferme et à une amende. Quant aux femmes "mal voilées", elles seraient d'abord obligées à assister à des cours sur les bonnes mœurs, et en cas de récidive, elles seraient condamnées à un million de tomans d'amende (250 euros).


Le groupe islamiste Ansar-e-Hezbollah a annoncé, en septembre, qu'il envisageait de reprendre ces campagnes destinées à « ordonner le bien et interdire le mal ». Ceci alors que le président Hassan Rohani n'a eu de cesse de critiquer la police des mœurs et de promettre davantage de libertés.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Dans le collimateur des USA

Dans le collimateur des USA | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : Dilma Rousseff et Aecio Neves


TOLÉRANCE ÉTATSUNIENNE POUR LE MEXIQUE, ACHARNEMENT SUR L’ARGENTINE ET LE BRÉSIL

 

Dans un article d’Antiwar [1], cité et commenté par Philippe Grasset sur son site Dedefensa [2], Justin Raimondo ne comprend pas pourquoi le gouvernement américain, si engagé pour un (soi-disant) retour à l’ordre au Moyen-Orient ou en Ukraine, laisse survivre à sa frontière sud, non seulement les gangs et maffias mexicains, mais aussi un gouvernement lui-même profondément corrompu. Il avoue ne pas s’expliquer cette mansuétude.


Pour Philippe Grasset, la tolérance des États-Unis à l’égard de ce qu’il faut bien appeler le chancre mexicain, tient non pas à une volonté politique bien définie, mais à l’immense désordre caractérisant désormais les centres de pouvoirs et d’influence de l’Amérique.


L’explication n’est pas à rejeter, mais nous pensons qu’il faut y en ajouter une autre. Depuis des temps immémoriaux, Washington a combattu (à Cuba), un Fidel Castro réputé bras armé de Moscou, puis, plus tard, un Hugo Chavez (au Venezuela) presque aussi suspect. La peur suprême de la diplomatie et de la défense américaines a toujours été de voir s’installer en Amérique latine, considérée depuis Monroë comme faisant partie de leur zone d’influence, des États relativement honnêtes, relativement indépendants des groupes de pression américains, et relativement soutenus par une opinion publique relativement démocratique.


Aujourd’hui, pour recouvrer un peu d’indépendance vis-à-vis de la superpuissance dominante et colonisatrice, de tels États seront inévitablement conduits à se rapprocher de la Russie et du Brésil voisin, et sûrement des autres pays du BRICS, à savoir de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud.


L’exemple serait contagieux, non seulement pour d’autres États satellites des États-Unis dans le monde, mais pour l’opposition interne au sein de la fédération américaine elle-même. Cette opposition, au moins dans certains États fédérés tentés par plus d’indépendance à l’égard de Washington, pourrait envisager de définir des voies propres de développement.



Cristina et Dilma dans le collimateur des États-Unis


Nous avons relaté précédemment les difficultés innombrables que la diplomatie et le business américains (notamment, les fonds vautours) suscitaient à l’encontre de la pourtant très modérée présidente de l’Argentine Cristina Krichner [3]. Celle-ci avait le tort de vouloir échapper un tant soit peu à l’influence économique et politique des États-Unis, tout en signalant son intérêt pour une participation de son pays au BRICS. Son avenir est loin d’être assuré, y compris dans le domaine de sa sécurité personnelle. Inutile de développer.


Quant au Brésil, nous avons également à plusieurs reprises relaté les manœuvres tortueuses par lesquelles la CIA, le banquier Soros et les Églises évangéliques brésiliennes d’inspiration américaine, pour ne pas citer les autres, ont tenté d’opposer la docile Marina Silva à Dilma Roussef dans les élections à la présidence du Brésil [4]. L’opération a échoué momentanément, puisqu’au premier tour, Rousseff l’a largement emporté, soutenue par un courant populaire dont nul n’avait, même pas elle, soupçonné l’ampleur.


Mais il reste un second tour, le 26 octobre. La présidente se verra opposer un certain Aecio Nevers, directement issu des milieux financiers et politiques brésiliens, sous influence sonnante et trébuchante de Washington. Un article bien informé, provenant du site alternatif Strategic Culture [5] montre comment, de nouveau, la CIA, Soros, et plus généralement l’Administration américaine, mettent toutes leurs forces dans la balance, pour faire élire Neves.


L’affaire n’est évidemment pas jouée. Dilma Rousseff conserve de nombreux appuis. Mais, comme l’article de Strategic Culture l’indique, connaissant bien les modes d’intervention de la CIA et des autres agences américaines, elle devra prendre extrêmement garde à sa vie, soit avant les élections, soit après (en cas de succès). Un accident est si vite arrivé, accident d’avion comme celui qui emporta par hasard il y a quelques mois une personnalité politique brésilienne insuffisamment alignée sur Wall Street, ou des cancers soudains, du type de ceux qui ont frappé divers dirigeants latino-américains non conformistes aux yeux de Washington.



Par Jean-Paul Baquiast - vineyardsaker.fr - le 21 octobre 2014



Notes

[1] Is Mexico a Failed State ? (antiwar.com, anglais, 20-10-2014)

[2] Le Mexique et le fatalisme américaniste (dedefensa.org, français et anglais, 21-10-2014)

[2] Victime des fonds « vautours », l’Argentine est menacée d’un défaut de paiement (vineyardsaker, français, 02-08-2014)

[3] Les États-Unis veulent à tout prix imposer un changement de régime au Brésil (vineyardsaker, français, 23-09-2014)

[5] Soros and the CIA Now Banking on Neves to Defeat Rousseff (trategic-culture.org, anglais, 21-10-2014) 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Sous peu une offensive ?

Ukr. - Sous peu une offensive ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : en plus des Strela-10M (SA-13b Gopher), les FAN disposent désormais de quelques lanceurs sol-air Osa-M (SA-8b Gecko). L’aviation de Kiev est attendue de pied ferme.


Ukraine/Donbass : une offensive contre Donetsk

est en préparation


L’offensive tant attendue, depuis la débâcle de l’été dernier des forces de Kiev, serait en cours de préparation. L’activité des fortes concentrations de troupes, ces dernières heures, aux abords de Donetsk, en plus du saillant de Debaltseve qui ne cesse de se renforcer, semblent signifier que dans les prochains jours l’attaque aura lieu. Déjà, les artilleurs ukrainiens redoublent d’activité en concentrant leurs tirs nourris contre les positions des forces républicaines et les populations civiles. Comme nous n’avons cessé de l’écrire, la trêve signée à Minsk aura donc permis à la fois de sauver un régime immoral, illégitime et criminel, et de préparer une contre-offensive destinée à éradiquer ceux qui sont considérés par ce même régime comme des « sous-hommes ». Mais le peuple de Nouvelle Russie n’a pas encore rendu son dernier souffle.

 

.

.

Les ordres son tombés comme un couperet : Amnesty International qui avait dénoncé, il y a quelques semaines, un certain nombre de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité commis par des troupes régulières et des paramilitaires des forces de Kiev dans le Donbass, vient de revenir sur ses déclarations. Le régime de Kiev ne serait pas responsable de crimes !


Quid alors des charniers découverts qui sont pourtant bien réels ? L’ONG mondialiste botte en touche et parle désormais de « désinformation ». Soit Amnesty International ment délibérément, soit cette ONG est d’une incompétence crasse… On se souvient que, dans les années 1990, la même ONG bien-pensante avait fait le même coup avec les victimes serbes en Croatie, en Bosnie et au Kosovo. Des victimes qui, déjà, étaient pourtant bien réelles. Ces crimes contre le peuple serbe ont été considérés par l’ONU depuis comme une réalité incontournable des guerres balkaniques. Pour Amnesty international, comme la plupart des ONG stipendiées par des fonds occidentaux, la vérité, c’est le mensonge.


Les drones allemands Luna chargés de surveiller le champ de bataille pour le compte de l’OSCE seraient cloués au sol par le froid (source). Dernièrement, les forces républicaines avaient menacé d’abattre ces drones si leur plan de vol n’avait pas été communiqué aux autorités de Nouvelle Russie préalablement.


Les prémices d’une offensive à grande échelle contre Donetsk sont désormais évidentes : cette offensive serait prévue immédiatement après les élections à la Rada, le parlement de l’Ukraine, qui se tiendront le 26 octobre.


Trois fortes concentrations de troupes avec des chars lourds, de l’artillerie et des blindés sont prépositionnées au nord, à l’ouest et au sud de Donetsk, en plus des forces considérables positionnées dans le saillant de Debaltseve. Les troupes de Kiev entendent concentrer leur effort sur Donetsk, dans l’objectif de s’emparer d’une grande partie de l’agglomération par trois vagues simultanées. Pour que la Russie n’ait pas le temps de réagir et de venir en aide à la Nouvelle Russie, cette offensive devrait être à la fois très brève dans le temps et massive.



Assauts sur l’aéroport de Donetsk


Depuis hier, plusieurs attaques massives sur l’aéroport ont eu lieu, à chaque fois elles étaient appuyées par des tirs des batteries de la 26e brigade. En une seule fois, pas moins de 20 blindés ont été engagés par les Ukrainiens et repoussés non sans mal par les défenseurs républicains. Cette pression constante sur la zone aéroportuaire oblige à ce que d’importantes forces républicaines restent fixées à l’ouest et au nord de Donetsk.


Une nouvelle attaque des positions indépendantistes a eu lieu cette nuit. Pas moins de 6 soldats ukrainiens ont été blessés et 12 ont été tués lors de cet assaut qui a, une nouvelle fois, échoué.


Les défenseurs ont mis en place des systèmes défensifs, y compris des retranchements, afin de rendre plus difficile toute progression des forces adverses en cas d’avancée au-delà du tarmac, sur la zone de l’aérogare en ruines.


Les attaques et les tirs de batteries partent à partir de trois secteurs : au sud-ouest, à l’ouest et au nord-ouest, alors que le secteur face à Pisky semble avoir été dernièrement particulièrement renforcé par un bataillon de la brigade « Vostok ». Il semblerait même que les forces de Kiev aient perdu un peu de terrain sur la petite agglomération de Pisky. Hier soir, dans ce secteur, une salve de contre-batterie a touché un convoi de ravitaillement des forces ukrainiennes, plusieurs camions dont un Ural rempli de munitions ont été touchés. Ce matin, plusieurs tirs de batteries kiéviennes de 122 D-30, utilisant des obus incendiaires, ont été constatés sur des positions retranchées de la brigade « Vostok ». Ce soir, même scenario : des tirs nourris de l’artillerie ukrainienne sont constatés contre les positions des FAN sur Pisky.


Plusieurs unités de reconnaissance ukrainiennes ont été aperçues dans les faubourgs nord et ouest de la ville, sans doute en mission de renseignement à destination des batteries d’artillerie. La milice a mobilisé plusieurs équipes pour leur faire la chasse.



Offensive ukrainienne par le sud


Les forces de Kiev tentent depuis 48 à 72 heures de contourner Donetsk par le sud tout en cherchant à repousser le plus à l’est de la N20 (axe Mariupol-Donetsk) les forces républicaines.

.


.

Légèrement plus au sud-ouest de Donetsk, une attaque combinée infanterie – chars a débuté ce matin en direction de Marinka, sur la N15, à environ 15 km à l’ouest de Donetsk. Si Marinka résiste, plus au sud-est Olenivka est sérieusement menacée depuis cet après-midi et donc tout le secteur nord de Dokuchajevsk.


Depuis le week-end dernier, le secteur de Volnovakha, verrou sur la N20 qui relie Donetsk à Mariupol, s’est échauffé très sérieusement. Depuis hier, on note à l’ouest de cette agglomération, une importante concentration de batteries Grad (au moins deux) et d’artillerie lourde avec des tirs quasi continus et intensifs à Dokuchajevsk, qui est un verrou sur la N20 en direction du sud de Donetsk. Des tirs de mortiers de 120 ont été constatés ce matin contre des positions républicaines sur Dokuchajevsk.


.


.

Plus au sud, sur Mykolaivka, à environ 6 km à l’est de la N20, une reconnaissance offensive ukrainienne d’une compagnie mécanisée de la 72e brigade s’est heurtée ce matin à la milice, les forces de Kiev tentant vraisemblablement de contourner Dokuchaevsk par le sud. À la mi-journée, les troupes ukrainiennes avaient réussi à établir un saillant d’environ 5 km en profondeur dans les lignes républicaines tout en se heurtant à Novohnativka, village voisin de Mykolaivka. À 6 km au nord-ouest, des éléments du « bataillon Tcherkassy » tiennent Novotroitske sur la N20.



Combats au nord et au nord-est


Au nord du dispositif défensif de Nouvelle Russie, les combats au nord de Gorlivka se poursuivent : le gain de terrain de la semaine dernière en direction d’Artemivsk doit être âprement défendu. Le nord de la bourgade de Zaitseve, à un peu plus de 10 km d’Artemivsk semble tenir bon. Les forces républicaines y ont établi un périmètre défensif avec des retranchements et des champs de mines. Ce soir, plusieurs DRG sont en opération sur cette zone.


Au sud-ouest de Gorlivka, une reconnaissance offensive ukrainienne a permis de pénétrer d’environ 3 km dans le dispositif défensif républicain et d’atteindre les localités de Shyroka Balka et d’Ozeryanivka. Les troupes du général Igor Bezler ont freiné cette avance par des tirs de mortiers de 120. L’objectif des forces kiéviennes étant d’isoler Gorlivka de Donetsk par le sud.


Dans la soirée, la compagnie renforcée du « bataillon Kiev-2 » signalée hier sur l’ouest de Pisky, a été déplacée au nord-ouest de Gorlivka sur Dzerzhynsk.


Plus à l’est, il semblerait que le chaudron de Smile se précise au nord-ouest de Lugansk : la progression du groupe de combat ukrainien sur la voie secondaire au sud de la Siverskiy Donets, parallèle à la vallée de la rivière, en direction de Lugansk, est bel et bien stoppée. Il semblerait même que le 32e détachement de l’armée des cosaques du Don appuyé par des éléments de la brigade « Prizrak » de Mozgovoi aient réussi à isoler ces éléments motorisés ukrainiens. La journée a été ponctuée de tirs d’artillerie concentrés contre cette poche. Les FAN semblent même avoir réussi à poser un verrou sur la T1303, bloquant toute retraite et même toute possibilité de recevoir des renforts et du ravitaillement pour la colonne tactique ukrainienne prise au piège.


Le commandement ukrainien avait sans doute l’intention de transformer cette poussée en un mini saillant, ce qui semble pour l’heure assez compromis.


La situation est d’autant plus difficile pour les forces de Kiev que les équipements promis n’arrivent toujours pas en première ligne. L’hiver approche à grands pas et il est particulièrement rude dans le Donbass. Même la presse kiévienne, pourtant sous contrôle politique stricte, commence à s’en émouvoir : sur la chaîne de télévision « 112 Ukraine », un porte-parole du « bataillon Aydar », Sergiy Zilov, a expliqué qu’« à ce jour son unité n’avait pas encore reçu de vêtements chauds ! » À l’hiver 1941-1942, il faisait moins 40 devant Moscou et les « vaillantes » troupes du caporal autrichien, tant admiré par les paramilitaires des « bataillons » politisés du Banderistan, n’avaient pas non plus de vêtements chauds. On connaît la suite.



Par Jacques Frère - NationsPresse.info - le 21 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Poutine disloque l'UE

Poutine disloque l'UE | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Avec le conflit ukrainien, Poutine est

en train de disloquer l’UE


J’ai repris ici le commentaire d’une lectrice que j’ai trouvé particulièrement intéressant. Il décrit, en quelques lignes, la situation actuelle dans la confrontation Est-Ouest voulue, et finalement obtenue, par les États-Unis et l’Union Européenne, et que ces derniers sont en train de payer très cher. Il semble que tout retour en arrière soit exclu dans l’immédiat, d’une part parce les États-Unis, ayant enclenché un processus qu’ils ne maitrisent plus depuis bien longtemps, n’ont plus le choix et, d’autre part, parce que la Russie est ses alliés sont déterminés à redéfinir les rapports internationaux qui ne peuvent plus être qu’au détriment d’une UE structurellement incapable d’avoir une pensée autonome.


***


Avec ce conflit ukrainien, Poutine a mis en lumière la grande faiblesse de l’OTAN. Ça avait déjà commencé en Afghanistan, puis continué avec la Syrie où Obama avait dû faire marche arrière ; et ça se poursuit avec l’Irak et la Syrie où l’EI gagne du terrain, faute de pouvoir envoyer des troupes au sol en nombre suffisant.


Quant à attaquer la Russie dans une guerre conventionnelle, le premier général qui va dire à ses soldats « Demain on attaque la Russie » se retrouvera seul dans la cour en moins de 5 minutes. Les gens ne sont pas fous, même les militaires les plus anti Poutine.


La défense de la patrie, ça marchait avant que l’UE affaiblisse l’idée de nation. On est devenus des « consommateurs », égoïstes, individualistes, c’est moche, mais ça a quelques avantages, personne ne voudra mourir, ni pour la France, ni pour l’UE, encore moins pour les USA, surtout que Poutine ne nous a jamais menacés (même pas avec le prétexte qu’il aurait envahi l’Ukraine et qu’il viserait la Pologne).


Enfin, il suffit de regarder les difficultés qu’ont eues nos armées pour mater une bande de rebelles, nettement sous armée, pour comprendre qu’il serait suicidaire de s’attaquer à la Russie.


Guerre nucléaire, je n’y crois pas non plus. Les USA ont englouti des fortunes pour leur guerre des étoiles, ils ont dû revoir leurs ambitions à la baisse, leur bouclier antimissile se limite aux missiles de courte portée et n’est pas efficace à 100 % (il suffit qu’un seul passe…) et ils n’ont aucun missile supersonique opérationnel (deux échecs sur celui qu’ils essayent de mettre au point).


Ils menacent de frappe préventive, c’est la roulette russe avec le barillet plein. Ils auront pris la réplique sur la tronche avant de l’avoir « accrochée », et leur première frappe à la vitesse d’un autobus a toutes les chances d’être interceptée en altitude avant d’atteindre sa cible.


Ils ont vingt ans de retard à rattraper et les succès de l’ingénierie militaire OTANesque ne sont pas au rendez-vous : Les F35 (encore un gouffre financier) et l’Eurofighter sont cloués au sol. La Pologne a acheté des F16 d’occasion, personne n’a voulu de nos Rafale ; tant mieux !


Quant à la Chine, elle brûle les étapes, et sera bientôt mieux équipée que les Américains. La Russie a gagné la guerre électronique en mer Noire en aveuglant les radars d’un bateau américain, devenu incapable de lancer le moindre missile, ce qui en faisait une cible de choix… Avertissement sans frais ! Et suffisamment dissuasif.


Autre victoire de Poutine. Avec ce conflit, il est en train de disloquer l’UE. Il y a six mois Emmanuel Todd écrivait : « l’Europe est venue chercher sa mort en Ukraine ». Aujourd’hui, c’est de plus en plus vrai et on a pas encore abordé le sujet : qui payera les dégâts commis par les Ukrainiens eux-mêmes, qui payera leurs factures de gaz ?


Aujourd’hui, et j’en ai honte, c’est seulement une minorité de la population européenne qui est pro Poutine et contre le gouvernement fasciste de Kiev. Mais les médias et le gouvernement ne sont pas le reflet de la population.


Les gens en ont ras le bol de l’austérité, du chômage qui augmente. On a payé pour sauver les créanciers des Grecs et d’autres. On a engraissé les Polonais qui soutiennent activement les fachos. Avec l’OTAN on a été mettre le Bronx en Libye, il va falloir y retourner (avec des troupes à pied cette fois, et sur le budget OPEX de 2015 déjà entamé pour l’Irak), pendant que les autres pays de l’UE restent bien à l’abri chez eux, ne dépensent pas un kopeck pour lutter contre le terrorisme, mais aident les fachos de l’armée ukrainienne à bombarder leur propre population, à détruire les villes et villages ainsi que les industries et infrastructures…


Mieux, ils s’opposent à la vente des Mistral, un contrat qui date de bien avant la crise ukrainienne et devrait donc être respecté. Nous Français nous devrions perdre des milliards et d’autres marchés, pour faire plaisir à nos soi-disant alliés qui fournissent à d’autres pays de quoi faire un arsenal de bombes chimiques…


Qu’on ne nous demande pas de payer pour l’Ukraine de Kiev ! Tout le monde dans l’UE, sauf les oligarques euroatlantistes de Bruxelles, se fout de l’Ukraine, et le pire malheur qu’on pouvait souhaiter aux Ukrainiens, c’était de se faire avaler par l’UE qui, sur le plan démocratique, est une copie du Soviet Suprême du temps des bolchéviques. Je pense que Poutine et les pays amis, aideront la Novorussie à reconstruire, l’ONU aussi, et qu’il y aura des souscriptions.


Autre question : à quel jeu joue Merkel ? (entre UE, USA, Ukraine et Russie). Sur le plan économique, elle joue à fond la carte de l’Allemagne. Heureusement sur le plan militaire elle est à la tête d’un parc de ferraille. Sur les photos à Milan, elle affichait une mine déconfite.


Monsieur Poutine encore un petit effort et l’UE éclate en morceaux. Seule chance de reprendre des relations normales avec chaque pays.



Par reseauinternational.net - le 21 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Retour de la crise systémique

Retour de la crise systémique | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Chute des marchés : le retour de la crise systémique


Le quotidien londonien The Daily Telegraph rapporte le duel entre deux chroniqueurs économiques influents sur la réponse à apporter à la menace imminente d’un nouveau krach financier bien pire que celui de 2008.


Le premier, Ambrose Evans-Pritchard, fidèle porte-parole des intérêts de la City, a publié sa troisième chronique de la semaine sur la décision de la Réserve fédérale américaine de mettre fin à sa politique d’assouplissement quantitatif, à un moment où la banque centrale chinoise s’apprête elle aussi à retirer une importante quantité de liquidités de la circulation.


Evans Pritchard exprime son regret :

« Il n’y a aucun mystère sur la raison pour laquelle les liquidités s’évaporent. Les banques centrales ont fermé le robinet. Elles ont réduit leur stimulus d’environ 97 milliards d’euros par mois depuis la fin de l’année dernière, ou de 1 171 milliards d’euros sur une base annuelle. Ceci est un choc pour le système financier. L’effet d’entraînement a été graduel, mais non moins impitoyable. Nous observons en fin de compte les conséquences, après l’habituel délai dû aux phénomènes monétaires.»


Evans Pritchard conclut que nous nous dirigeons vers une baisse massive des indices tels que le S&P 500, le FTSE-100, et le DAX, « à moins que les indicateurs ne se mettent à clignoter chez la Fed et la Banque populaire de Chine. L’assouplissement quantitatif est déjà en train de revenir sur la table », applaudit-il.


Evans Pritchard devrait se rassurer, puisque la Banque centrale européenne a débuté la semaine dernière ses propres opérations d’assouplissement quantitatif, sous la forme du rachat d’obligations « garanties » auprès des banques tout en demandant, outrepassant son rôle, que des réformes structurelles soient engagées dans toute l’Europe.


Le représentant allemand à la BCE Jens Weidmann, a prétendu dans un récent discours à Riga, en Lettonie, que « le plus grand goulot d’étranglement empêchant la croissance dans la zone euro n’est pas la politique monétaire ni le manque de stimulus (…), mais les barrières structurelles qui font obstacle à la compétition, à l’innovation et à la productivité. »


Un discours repris quelques jours plus tard à Rome par le représentant français à la BCE, Benoit Coeuré. Confronté peu après par un journaliste de la revue Executive Intelligence Review lors d’une conférence à Washington, sur l’idée que le véritable moteur de la productivité n’est pas de démanteler le Code du travail et de ramener des conditions de travail dignes du XIX siècle, mais d’investir dans des infrastructures modernes comme l’ont fait Franklin Roosevelt et John F. Kennedy, Coeuré a répondu qu’il n’est pas dans le mandat de la BCE d’investir dans l’infrastructure.


Bien sûr il n’est pas non plus dans le mandat de la BCE de décider quel type de réformes sont nécessaires en matière de droit du travail ni d’acheter des dettes souveraines auprès des banques, des dettes qui ont d’ailleurs servi en premier lieu à renflouer un système bancaire gangrené par la spéculation.


Comme le rapportent l’agence de presse Bloomberg et Jacques Attali, la Cour européenne de justice (CEJ) doit se prononcer prochainement sur la légalité de son programme d’Opérations monétaires sur titres de 2012, par lequel la BCE avait acheté des obligations des États de la zone euro en difficulté. Dans le pire des cas, si la CEJ devait déclarer le programme illégal, Draghi se verrait obligé de démissionner, provoquant un effondrement de l’euro. Une décision plus mitigée pourrait également avoir les mêmes effets.



Sortir de l’Euro


Plutôt que d’attendre passivement un effondrement de l’euro, il vaudrait mieux toutefois prendre les devants et procéder à son démantèlement de manière active et ordonnée. C’est ce que propose le deuxième interlocuteur, Liam Halligan, un des principaux eurosceptiques britanniques et partisans d’un retour à une séparation bancaire de type Glass-Steagall.


Dans une chronique intitulée « Imprimer de l’argent dans un mouvement de panique ne va pas sauver la zone euro », Halligan écrit qu’un « assouplissement quantitatif massif dans la zone euro n’est pas la réponse appropriée ». Il appelle à un démantèlement de l’euro, attendu de longue date, une mesure qu’il avait déjà proposée en décembre 2007 lorsqu’il avait déclaré : « Cela peut sembler tiré par les cheveux, je sais, mais la victime ultime de la crise des subprimes pourrait n’être rien de moins que l’existence de la monnaie unique. »


Dans sa chronique de dimanche dernier, Halligan reprend le même thème, soulignant que « bien avant 2007, il était évident pour quiconque possédant une connaissance raisonnable des unions monétaires qui se sont mal terminées à travers les âges, que la zone euro souffrait des mêmes faiblesses fondamentales ». Au final, écrivait-il, soit la zone euro se transformait en un seul pays ou bien elle finirait par être un échec.


Halligan rappelle que dans tous les pays de la méditerranée, le chômage dépasse les 25 % et même la barre des 50 % chez les jeunes. « Je sais, conclut-il, que la réponse traditionnelle est l’assouplissement quantitatif. Mais comme nous l’avons souvent observé, en particulier aux premiers jours de la crise, les réponses traditionnelles sont souvent erronées. »


Comme ne cesse de le rappeler S&P, la seule réponse valable est une sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN, et une coopération avec les BRICS pour reconstruire l’économie mondiale.

 

 

 

Par la Rédaction de Solidarité & Progrès – le 21 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Salon jobs 2014 à l'Axisparc

Salon jobs 2014 à l'Axisparc | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : agora-resort.net



Salon jobs 2014 à l’Axisparc (*) : le plus grand salon de l’emploi du Brabant wallon


Vous êtes à la recherche du job de vos rêves ? Vous souhaitez réorienter votre carrière, saisir une opportunité professionnelle ? Le salon Jobs 2014 est fait pour vous !

La troisième édition du salon de l’emploi et de la création d’activités Jobs 2014 se déroule le mardi 21 octobre à l’Axisparc (*). Rencontrez plus de 40 entreprises et une dizaine de structures d’accompagnement à la création d’activités.

 

***

 

Munissez-vous de votre C.V. et rendez-vous à l’Axisparc pour rencontrer les nombreuses entreprises participantes.


Cette année, plus de 40 sociétés seront présentes pour recruter de nouveaux collaborateurs. C’est 25 % de plus qu’en 2013, ce qui démontre l’intérêt des recruteurs envers les visiteurs du salon Jobs 2014 et en fait le plus grand salon du Brabant wallon. N’attendez plus, franchissez les portes du Business Center de l’Axisparc



ce mardi 21 octobre, de 9 h 30 à 18 h

(infos pratiques et accès)



Création d’activités


Une carrière de salarié ne vous convient pas et vous aspirez plutôt à créer votre propre emploi ? Vous êtes à la recherche de financement pour lancer votre entreprise ? Vous souhaitez connaître les aides financières disponibles, les différentes formules d’accompagnement pour développer votre activité ? Le salon Jobs 2014 vous propose de rencontrer les différentes structures d’accompagnement locales (voir les participants).


Démarches en matière de création, de financement, de développement, plan d’affaires, couveuse d’entreprise… faites-vous épauler pour démarrer votre activité du bon pied… ou pour la développer !



Ateliers et conférences


Le salon Jobs 2014, c’est aussi un programme complet d’ateliers et de conférences. Vous souhaitez obtenir des conseils sur la rédaction de votre C.V. ou sur la préparation d’un entretien d’embauche ? Vous vous demandez comment mettre en avant vos atouts pour sortir du lot face à un recruteur ? Vous avec plutôt l’âme d’un entrepreneur et vous interrogez sur les démarches à réaliser pour vous installer comme indépendant ? Vous souhaitez en savoir plus sur les sources de financement pour créer votre entreprise ? Découvrez le programme des ateliers et conférences proposés dans le cadre du salon Jobs 2014 (accès libre, sans inscription préalable).



Infos pratiques


L’entrée au salon Jobs 2014 est entièrement gratuite et ne nécessite aucune inscription préalable : il suffit de vous présenter au Business Center de l’Axisparc, le mardi 21 octobre entre 9 h 30 et 18 h. À l’entrée du salon, vous recevrez la liste complète des exposants et leur emplacement précis, ainsi que le programme des ateliers et conférences (accès libre sans inscription – nombre de places limité).

 

N’oubliez pas de vous munir de plusieurs exemplaires de votre C.V.

Pour toute question pratique relative à Jobs 2014, contactez-nous !

UCM Brabant wallon

Rue de Clairvaux, 40 • 1348 Louvain-La-Neuve

Tél. 010 48 99 60 • ucm-bw@ucm.be • www.ucm-bw.be



Adresse du salon


Axisparc (*) – Business Center :

Rue Fond Cattelain, 2 • 1435 Mont-Saint-Guibert

 

 

***

 

(*) À ce jour, l’Axisparc compte plus de 130 sociétés réparties dans 22 bâtiments (+ 55.000 m²) avec plus de 1.700 personnes qui y travaillent. Dépassant les 97 % d’occupation des bâtiments, l’Axisparc démontre un des taux de remplissage les plus élevés du pays. À 5 minutes de la ville universitaire de Louvain-la-Neuve, l’Axisparc bénéficie de la proximité immédiate de trois axes routiers importants, l’autoroute E411, la Nationale 4 et la Nationale 25. Bruxelles, Charleroi, Namur, Luxembourg, Paris, ainsi que leurs gares et aéroports respectifs, sont aisément accessibles. De plus, les bus du TEC relient l’Axisparc aux deux gares les plus proches : Mont-Saint-Guibert et Louvain-La-Neuve.  (Source : http://www.axisparc.com)

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'individualisme

L'individualisme | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L'individualisme est beaucoup plus courant que l'on ne l'imaginerait !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Rosetta & atterrissage J

Rosetta & atterrissage J | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : le site d'atterrissage J est situé sur le petit lobe de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Crédits: ESA/Rosetta/NavCam.


Rosetta : à propos du site d’atterrissage J

 

La zone de 1 km2 sur 67P/Churyumov-Gerasimenko, centrée sur le site J, montre une majorité de terrains avec des pentes de moins de 30° ce qui est indispensable pour que Philae ne se renverse pas lors de l’atterrissage. De plus, les scientifiques qui ont compté les blocs de toutes dimensions visibles sur les différents sites estiment qu’il y en a plutôt moins sur le site J. La période jour/nuit et l’ensoleillement sont corrects et permettront de recharger la batterie.


Par ailleurs, les calculs de navigations montrent que la descente de Philae devrait durer 7 h environ : le SONC (basé au CNES de Toulouse) a pu montrer que cette descente n’empiétera pas trop sur le temps de fonctionnement de sa batterie principale une fois au sol et que l’ensemble des instruments devrait pouvoir fonctionner au moins une fois. Enfin, dans ce cas de figure, Philae se posera à 0,95 m/s (3,4 km/h) donc dans les limites de la résistance mécanique de sa structure.


C’est donc sur le petit lobe du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, que le module européen tentera de se poser le 12 novembre prochain. Il sera largué à 8 h 35 (UTC) et devra franchir une vingtaine de km pour atteindre la surface de la comète. Une opération extrêmement périlleuse !


Rosetta est une mission de l’ESA avec des contributions de ses États membres et de la NASA. Philae, l’atterrisseur de Rosetta, est fourni par un consortium dirigé par le DLR, le MPS, le CNES et l’ASI. Rosetta est en passe de devenir la 1ere mission de l’histoire à se mettre en orbite autour d’une comète, à l’escorter autour du Soleil, et à déployer un atterrisseur à sa surface.



Par techno-science.net - le 20 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Océans & réchauffement

Océans & réchauffement | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les eaux profondes des océans

ne se réchauffent plus depuis 2005


La température moyenne des eaux froides profondes des océans a cessé d’augmenter depuis 2005, révèle la Nasa, ce qui suscite de nouvelles interrogations chez les chercheurs : pourquoi le réchauffement climatique semble se ralentir ces dernières années malgré l’accroissement des gaz à effet de serre ?


Une des principales hypothèses avancées jusqu’à présent pour expliquer ce paradoxe était que la chaleur accumulée par les océans descendait dans les grandes profondeurs. Mais les scientifiques de la Nasa, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, en Californie (ouest), ont analysé les relevés de température des océans de 2005 à 2013.


Ces mesures ont été faites par des satellites, et directement dans les eaux océaniques à l’aide de 3.000 bouées réparties partout dans le monde.


« Ils ont découvert qu’au-dessous de 1.995 mètres il n’y a eu quasiment aucun changement de température durant cette période », ont-ils noté dans leurs travaux publiés dans la revue britannique Nature.


Au XXIe siècle, les gaz à effet de serre, dont notamment le dioxyde de carbone (CO2) produit par la combustion des sources d’énergie fossile, ont continué à s’accumuler dans l’atmosphère, tout comme ce fut le cas au XXe siècle. La température de l’eau des océans plus près de la surface (jusqu’à 700 mètres de profondeur) continue-t-elle à augmenter, mais pas très rapidement ?


Comme le note ce papier de la Nasa, il s’agit d’un renversement du réchauffement de l’océan profond des années 1990 à 2005, qui a conduit à une élévation du niveau de la mer de 0,11 mm/an au cours de cette période, puis s’est inversée depuis 2005 à un refroidissement de l’océan profond et une contribution négative du niveau des mers. Ainsi, il n’existe aucune preuve de cette « chaleur manquante » qui pouvait se cacher dans les profondeurs des océans comme de nombreux partisans du réchauffement l’ont réclamé.


Depuis que le GIEC a reconnu que le réchauffement s’est arrêté depuis 17 ans, il y a une conclusion inéluctable : La « chaleur manquante » est introuvable dans l’atmosphère ou bien même dans les océans de la Terre, elle s’est échappée dans l’espace, ou n’a simplement jamais existé en premier lieu [sauf dans des modèles informatiques].


En effet, les mesures du rayonnement à ondes longues sortant vers l’espace [infrarouge de l’effet de serre] ont augmenté au cours des 62 dernières années, et n’ont pas diminué comme c’était prévu par les modèles favorables à la hausse des émissions de GES (Gaz à effet de Serre).


Tout a été vu en 2007, lors de l’effet d’Iris découvert par des chercheurs de l’Université d’Alabama à Huntsville : L’Effet d’Iris

source initiale de la recherche faite par la NASA

.

adaptation et traduction de la Terre du Futur - le 20 octobre 2014

sources : http://www.levif.be/ THE HOCKEY SCHTIC

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Fini les problèmes d’autonomie

Fini les problèmes d’autonomie | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Fini les problèmes d’autonomie : cette batterie futuriste se charge de 0 à 70 % en 2 minutes seulement !


Vous trouvez que votre téléphone ne se charge pas assez vite à votre goût ? Vos ennuis pourraient bientôt prendre fin. Des chercheurs ont mis au point une nouvelle batterie qui peut être rechargée de 0 à 70 % en seulement deux minutes ! DGS vous présente le dispositif du futur que vos smartphones se feront un plaisir d’adopter.


L’autonomie des smartphones, tablettes et autres PC portables pose souvent problème passé la journée d’utilisation, et ces appareils nécessitent régulièrement une longue et fastidieuse recharge.


Les utilisateurs peuvent cependant voir l’avenir avec optimisme. En effet, le magazine Advanced Materials révèle que des scientifiques de l’Université technologique de Nanyang (Singapour) ont mis au point une batterie capable d’être rechargée de 0 à 70 % en deux minutes seulement. En outre, sa durée de vie passe de 3 ans à 20 ans !


Dans la majorité des appareils électroniques, les batteries lithium-ion sont devenues la norme depuis les années 1990. Traditionnellement, l’anode (électrode négative) est en graphite tandis que la cathode (électrode positive) est elle en oxyde de métal. La nouvelle batterie mise au point par les chercheurs diffère en un point seulement : l’anode est désormais constituée d’un gel de dioxyde de titane composé de plusieurs nanotubes. Le dioxyde de titane est naturellement sphérique, mais sa conversion en nanotubes permet de le charger beaucoup plus rapidement.


Le gain de place engendré par cette modification n’est pas inutile. Il y a plus de place libre pour le gel, ce qui permet à la batterie d’effectuer 10 000 cycles de charge pendant sa durée de vie, au lieu des 500 habituels. Au rayon des bonnes nouvelles, ce sont les voitures électriques qui pourront aussi en profiter, elles requerront désormais seulement 5 minutes de charge. L’écologie sortira aussi grand vainqueur de cette innovation. En effet, avec des batteries qui durent 20 ans au lieu de 3, la quantité de déchets toxiques recyclés va diminuer drastiquement.


Les scientifiques de l’Université technologique de Nanyang ont en tout cas d’ores et déjà breveté leur projet, et mettent actuellement au point un prototype de plus grande taille. Les chercheurs pensent que leur produit pourrait être disponible au grand public à l’horizon 2016.


Ces nouvelles batteries risquent de révolutionner la manière dont nous utilisons les objets électroniques. 



Par Nassim Rahmani — ailygeekshow.com – le 21 octobre 2014

more...
No comment yet.