Koter Info - La G...
Follow
Find
190.9K views | +1 today
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Go to Belgium !

Go to Belgium ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Notre pays est si beau et agréable... 

 

En fait, il faut savoir qu'un français a remporté la fabuleuse somme de 169.837.010 d'euros à Euro Millions. - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 88.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 87.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


175.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


175.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Il faut sanctionner la Russie !

Il faut sanctionner la Russie ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Il faut sanctionner la Russie ! par Neil Clark (*)


Israël bombarde une école de l’ONU à Gaza tuant 15 personnes. C’est la sixième fois qu’une école de l’ONU est frappée. « Des enfants, des femmes et des hommes ont été tués ou blessés pendant qu’ils dormaient dans un lieu où ils auraient dû être en sécurité. Ce n’était pas le cas. C’est inacceptable », a déclaré Pierre Krahenbuhl, Commissaire Général de l’UNRWA (L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). Mais surtout (au total), environ 1 400 personnes ont été tuées dans Gaza par les forces israéliennes avec des missiles et du matériel militaire fournis par les États-Unis. À la suite de la dernière attaque contre l’école des Nations Unies, l’annonce a été faite que les États-Unis enverront davantage de munitions à Israël. Conclusion : « Il faut sanctionner la Russie ! »


Plus de 1 000 personnes ont été tuées dans l’Est de l’Ukraine, et près de 3 500 ont été blessées depuis la brutale offensive militaire commencée en avril par le gouvernement ukrainien et soutenue par les États-Unis. Près de 100 000 personnes ont été déplacées de force. Dimanche, au moins 13 civils ont été tués par un bombardement ukrainien, dont une petite fille âgée d’un an, tuée devant ses parents.
 Qu’est ce que nous entendons ? « Il faut sanctionner la Russie ! »


Les États-Unis et l’Union Européenne ont approuvé le coup d’État contre un président et un gouvernement élus démocratiquement en Ukraine, à un an des élections suivantes, créant la crise actuelle dans le pays. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Les ultranationalistes ont incendié La Maison des Syndicats à Odessa, tuant environ 40 personnes. Ceux qui tentaient de s’échapper ont été matraqués à coups de battes de baseball.
« Il faut sanctionner la Russie ! »


Après le coup d’État anticonstitutionnel à Kiev, amenant au pouvoir des ultras nationalistes d’extrême droite anti-Russie, le peuple de Crimée a choisi, lors d’un référendum pacifique et démocratique, de rejoindre la Russie. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Un avion civil s’écrase pendant qu’il traversait le ciel ukrainien ; c’est le second avion de la compagnie Malaysia Airlines qui disparaît dans d’étranges circonstances en l’espace de quelques mois.

On ne connait pas encore les responsables, ni même ce qu’il est arrivé au premier avion de Malaysia Airlines. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Quatre enfants palestiniens jouent au football sur une plage de Gaza. Ils sont assassinés sous le feu israélien. « Il s’agit d’un crime lâche », dit le porte-parole du ministre de la Santé de Gaza. La Russie était l’un des 29 pays ayant voté pour que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU enquête sur ces potentiels crimes de guerre. Les pays de l’Union Européenne se sont abstenus, les États-Unis ont voté contre. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Depuis 2008, on estime que les frappes de drones américains sont responsables de la mort de plus de 2.400 personnes. Le Bureau for Investigative Journalism (organisation non gouvernementale britannique consacrée à la production d’articles d’investigation) affirme qu’au Pakistan seul, les frappes de drones ont tué entre 416 et 957 civils sur la période 2004-2014. Entre 168 et 202 enfants auraient été tués au Pakistan par les drones américains. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Les États-Unis se lancent dans une guerre illégale en Irak durant laquelle plus d’un million de personnes sont mortes. La justification de cette attaque était que l’Irak possédait des armes de destruction massive, qui n’ont en fait jamais existé. Une grande partie de l’Irak est désormais dirigée par l’EIIL (État Islamique en Irak et au Levant). La Russie s’était fortement opposée à la guerre en Irak. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Libye : comme l’Irak, un pays détruit par une intervention militaire occidentale à laquelle la Russie n’a pas participé. À cause de l’agression occidentale, ce pays qui avait le niveau de vie le plus élevé d’Afrique est maintenant un état en faillite. « Il faut sanctionner la Russie ! »


L‘Arabie Saoudite, alliée des États-Unis, est l’un des quelques pays dans le monde où l’homosexualité est illégale et où les personnes gays peuvent être exécutées. La Russie ne possède pas ce genre de lois, mais elle n’est pas un de ses alliés. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Les pays occidentaux soutiennent financièrement des rebelles pour qu’ils renversent par la force le gouvernement syrien, augmentant leur contribution à chaque fois que le conflit semble sur le point de se terminer. « Il faut sanctionner la Russie ! »


Le 15 juillet, il a été annoncé que les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) créaient une banque de développement disposant de 100 milliards de dollars et un panier de devises d’une valeur de plus de 100 milliards de dollars. « Le grand lancement de la banque des BRICS a été vu comme une première étape pour casser l’omniprésence du dollar dans les échanges internationaux étant donné qu’il est supporté par le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque mondiale (BM), deux institutions établies aux États-Unis et dans lesquelles les BRICS n’ont que peu d’influence » selon RT.


« La banque des BRICS sera l’une des plus grandes institutions financières multilatérales de développement dans le monde », a annoncé le président Poutine.


Les élites occidentales savent que la Russie renaissante freine leur ambition d’atteindre une hégémonie totale sur le monde, et que les BRICS et leur Nouvelle Banque de Développement menacent leur puissance économique. La Russie « se met en travers de leur chemin » dans d’autres domaines également. Les néoconservateurs et la fausse gauche occidentale pro-Israëlienne souhaitaient la guerre contre la Syrie l’été dernier pour renverser son gouvernement et briser l’alliance entre la Syrie, le Hezbollah et l’Iran – un objectif stratégique à long terme d’Israël.


La Russie, ainsi que l’opinion publique des pays occidentaux, ont contribué à empêcher cette guerre et à la grande frustration du Groupe de pression pour la Guerre permanente, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. En un mot, la Russie doit être affaiblie, et rapidement. « Il faut sanctionner la Russie ! »



Par Neil Clark (*) – RT.com – les-crises.fr – le 1er août 2014



Le blog de Neil Clark, déjà récompensé, se trouve à l’adresse http://neilclark66.blogspot.be. Vous pouvez le suivre aussi sur Twitter


Source de l’article en anglais sur RT.com

Traduction collective pour www.les-crises.fr



(*) Neil Clark est un journaliste britannique, chroniqueur pour The Guardian, le Morning Star, le Daily Express et plusieurs autres journaux. Il est aussi écrivain et animateur.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Inégalités à l'école

Inégalités à l'école | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Unicef Belgique pointe dans son rapport annuel pour l'année 2013 "la fracture sociale que connaît l'enseignement belge et qui demande une réponse urgente".


L'ONG se félicite toutefois de l'augmentation des fonds collectés tout au long de l'année et ayant atteint près de 21 millions d'euros en Belgique, et ce "malgré la crise"."


La Belgique a un des taux de pauvreté infantile les plus hauts en Europe, selon un précédent rapport de l'ONG publié en mai dernier. A Bruxelles, 4 enfants sur 10 grandissent dans la pauvreté, 1 sur 4 en Wallonie et 1 sur 10 en Flandre.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Propagande de guerre 

Propagande de guerre  | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Irak, Syrie, Ukraine : démasquons la propagande de guerre !

 

Aujourd’hui, on ne peut que constater qu’une partie de la presse participe activement à ce qu’elle sait être de la propagande de guerre. Après l’Irak et la Syrie, la voilà à l’œuvre sur l’Ukraine !



« Armes de destruction de masse » en Irak


Bien rare, et oh combien de temps après, ont été ceux qui ont reconnu que le « dossier » sur les armes de destruction de masse, supposées capables de frapper n’importe quelle ville d’Europe en moins de quelques heures, fut un faux.


Alors que les nazis furent pendus à Nuremberg pour avoir fomenté des guerres d’agression, Tony Blair, dont les spin doctors avaient cuisiné le document pour entrainer les États-Unis dans une guerre d’auto-destruction en Irak, n’a pas encore été inculpé pour crimes de guerre. Pire encore, il cumule sa fonction de président du Quartet chargé d’organiser la paix au Proche-Orient avec son poste de conseiller international de la banque new-yorkaise JP Morgan, ennemi historique de Franklin Roosevelt et de sa loi coupant les métiers de banque en deux. Voilà la dernière personne que Netanyahou a rencontrée avant de transformer Gaza en nouvelle Numance.



« Attaque à l’arme chimique » en Syrie


Encore plus rare, ceux dans le camp occidental remettant en cause la responsabilité du régime syrien de Bachar el Assad dans l’attaque aux armes chimiques à Ghouta, dans la banlieue de Damas. Pourtant, dans un rapport publié par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’ancien inspecteur de l’armement Richard Lloyd et le professeur Thedore Postor ont conclu que l’attaque au gaz sarin « n’avait pas pu » partir du secteur sous contrôle gouvernemental indiqué par la carte publiée par la Maison-Blanche le 30 août 2013. Des sources françaises bien renseignées pointent du doigt le rôle britannique dans le montage de cette opération visant à provoquer une intervention étrangère qui aurait été financée par l’Arabie Saoudite.



Le vol MH 17 « abattu par Poutine » en Ukraine


Si les États-Unis et l’UE passent aux sanctions, c’est parce que la Russie est responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines. L’UE s’est fidèlement alignée sur les États-Unis, puisque le secrétaire d’État américain a affirmé dès le 20 juillet disposer de « preuves éclatantes » et déclamé sur CNN qu’il « est assez clair qu’il s’agit d’un système qui a été transféré de Russie et remis aux mains des séparatistes » prorusses en Ukraine et que ces derniers bloquaient l’accès au site et refusaient de livrer les corps aux enquêteurs.


Pourtant, y compris aux États-Unis, l’agence Reuters précisait le 22 juillet : « Selon les estimations de responsables du renseignement américain, les séparatistes prorusses ont probablement abattu accidentellement l’avion de ligne malaisien à l’est de l’Ukraine. Cependant, les États-Unis ne savent pas exactement qui a tiré le missile sol-air. »


Doute partagé par Associated Press qui écrivait qu’« il n’y a pas de lien entre le gouvernement russe et la chute de l’avion.


Si vous nous demandez qui a tiré le missile : nous ne connaissons pas le nom, nous ne connaissons pas le rang, nous ne sommes pas encore à cent pour cent sûrs de l’origine du tir.


Pour sa part, le journal Politis rappelle que les corps des victimes ont été dûment rendus par les insurgés ukrainiens aux autorités néerlandaises. « Entreposés dans de bonnes conditions », comme l’a reconnu Peter Van Vliet, expert médico-légal hollandais présent sur place. Bien loin des accusations de saccage lancées par le camp occidental. Ajoutons que les boîtes noires de l’avion du vol MH17 ont bien été remises par les mêmes insurgés à la Malaisie. Suffisamment « intactes et en bon état » pour que le colonel Mohamed Sakri, du Conseil de la sécurité nationale malaisienne, les en félicite. Bien loin des soupçons de manipulations abondamment répercutés par les médias.


Enfin, le 23 juillet, le Conseil néerlandais de sécurité (DSB) annonçait qu’il prenait le contrôle de l’enquête sur le crash avec un groupe de 24 experts internationaux, dont des Ukrainiens et des Russes. Bien loin des insinuations d’entrave à toute investigation qu’auraient exercée les rebelles.


Comme le précise Politis :


En attendant d’en savoir un peu plus sur les tenants et aboutissants de cette tragique histoire, des premiers enseignements peuvent en être tirés. Et ils ne sont guère glorieux pour le camp occidental. Les autorités occidentales ont confirmé une propension à l’amateurisme et à l’infantilisme qui est le propre des puissances acculées (cf. aussi les fiascos syrien, libyen, irakien, afghan...).


Les « preuves accablantes » du secrétaire d’État Kerry — où sont-elles ? — ne firent guère que rappeler le lamentable épisode des armes de destruction massive irakienne, qui fit la honte du général Colin Powell en février 2003.


Les médias dits « mainstream » ont achevé de se ridiculiser et de se discréditer en relayant sans la moindre nuance tous les éléments de langage que leur distillaient les autorités. Entre insinuations grotesques et documents à charge bidonnés (entre autres, la vidéo diffusée par France 2 où l’on voit un camion lance-missiles « Buk » attribué aux insurgés... mais, comme cela s’est vérifié ensuite, filmé en territoire contrôlé par les forces régulières de Kiev).



Que disent les professionnels du renseignement américain ?


Cette désinformation sur l’Ukraine, promu par des occidentaux et l’OTAN qui ont décidé d’aller en guerre contre le monde des BRICS pour sauver un système financier à l’agonie, vient d’être confirmée par une lettre ouverte au Président Barack Obama signée par plusieurs officiers du renseignement américain à la retraite regroupés dans Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS). Ils écrivent :


« En tant qu’analystes du renseignement à la retraite habitués à attendre, sauf dans des cas d’urgence, des preuves concluantes avant de se précipiter dans un jugement, nous estimons que les accusations contre la Russie doivent être fondées sur des preuves plus convaincantes. Plus encore lorsqu’il s’agit d’incidents sensibles comme le crash d’un avion de ligne. Par conséquent, nous sommes fortement troublés par l’amateurisme qui à pu conduire à présenter des preuves floues et peu sûres, notamment par la voie des « réseaux sociaux ».


En tant que professionnels, l’usage non professionnel ou partiel de renseignements nous met dans l’embarras. Et tant qu’Américains, nous cultivons l’espoir que, si vous disposez en effet de preuves plus concluantes, vous allez trouver le moyen de les rendre publiques au plus vite. En accusant la Russie d’être directement ou indirectement responsable, le secrétaire d’Etat John Kerry a été particulièrement affirmatif. Les preuves ne le sont pas. Ses déclarations sont prématurées et portent la marqua d’une tentative d’intoxiquer les membres du jury.


Si les renseignements sur le crash de l’avion sont aussi faibles que laissent apparaitre les bribes qui sont entrées dans le domaine public, nous vous suggérons fortement d’annuler la guerre de propagande et d’attendre les conclusions de ceux chargés de l’enquête (…)


Nous vous renouvelons également nos recommandations du 4 mai, visant à enlever les causes de cet affrontement, en affirmant publiquement qu’il est hors question que l’Ukraine puisse faire partie de l’OTAN et que vous êtes personnellement disposé à rencontrer le Président Poutine afin de discuter comment déminer la situation et reconnaitre les intérêts légitimes des parties engagées dans le conflit.


La suggestion d’une rencontre au sommet a eu un écho retentissant dans les médias russes indépendants. Pas dans la presse américaine. Nous n’avons d’ailleurs pas eu de réponse non plus de votre part. La courtoisie d’une réponse s’impose.»



Par Karel Vereycken pour Solidarité & Progrès - le 31 juillet 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'ONU pleure, mais ...


Après le bombardement de l’école de l’ONU à Gaza par l’armée israélienne, ayant vu les corps des enfants Palestiniens déchiquetés, un représentant de l’ONU s’effondre en larmes en direct.


C’est émouvant, mais c'est malheureusement peu de la part de la communauté internationale pour lutter contre une poignée de criminels.


Alors, il n'y a aucun espoir à propos des crimes similaires qui se passent au Donbass tous les jours, avec le soutien de l'UE et des USA, le tout dans le silence complice des médias ... !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Hypocrisie des USA

Hypocrisie des USA | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les États-Unis ont confirmé mercredi avoir réapprovisionné Israël en munitions, quelques heures après avoir fermement condamné l'attaque d'une école de l'ONU à Gaza.


----------------


Belle démocratie défunte des USA !


Hypocrisie quand tu nous tiens, mais les affaires sont les affaires, surtout pour les marchands de mort et la grosse finance.


Et alors, en Ukraine, c'est le top !


Pas de quoi s'étonner, souvenez-vous : Interrogée par la chaine américaine "CBS News" le 12 Mai 1996, sur le nombre ahurissant de 500.000 enfants irakiens morts lors de la guerre menée par les États-Unis contre Saddam Hussein, Madeleine Albright, Secrétaire d’État américaine de l’époque déclarait sans sourciller que "Le prix en valait le coup"...


Au moins, nous savons à qui nous avons affaire.


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Hollande n'est pas Jaures

Hollande n'est pas Jaures | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Cette photo vient d'être diffusée par l'agence américaine Associated Press.

 

On y voit François Hollande, l'air savamment méditatif, à l'intérieur du Café du Croissant ce 31 juillet 2014, près des Grands-Boulevards à Paris,  à l'emplacement où Jean Jaurès a été assassiné il y a 100 ans jour pour jour.

 

Tout avait été préparé à l'avance : une photo en noir et blanc de Jaurès a été disposée en devanture, de façon à ce que le photographe puisse saisir à la fois Jaurès et Hollande, comme si le second était le digne héritier du premier.


L'objectif du service ce communication de l'Élysée est de diffuser ensuite cette photo dans un but de propagande éhontée, en jouant sur l'assimilation mentale à laquelle invite la juxtaposition des portraits.

 

 

  • Les dernières heures d'un honnête homme

 

Le 31 juillet 1914 au matin, Jaurès se rendit à la Chambre des députés. Il y prit connaissance de la mobilisation autrichienne et de la déclaration de l’état de menace de guerre en Allemagne.

 

Il décida alors d'aller voir le président du Conseil, par ailleurs ministre des Affaires étrangères, pour tenter une dernière fois de s'opposer à l'engrenage fatal.

 

Mais il ne fut pas reçu. Il ne vit que le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Abel Ferry, neveu de Jules Ferry. Selon un témoin, Jaurès aurait déclaré à Abel Ferry que si le gouvernement persistait à aller vers la guerre, il « dénoncerait les ministres à tête folle ».

 

Abel Ferry se serait contenté de répondre : « Mais mon pauvre Jaurès, on vous tuera au premier coin de rue ! … ».

 

En fin de journée, Jaurès sortit dîner au café du Croissant, rue Montmartre, avec ses collaborateurs. Il faisait extrêmement chaud à Paris ce 31 juillet 1014 et les fenêtres du café du Croissant étaient grandes ouvertes, seulement occultées partiellement par un léger tissu. Jaurès s'assit le dos à la fenêtre ouverte, séparé de la rue par ce simple morceau de tissu appelé "brise-bise".

 

 Observant depuis la rue la salle du café où il avait repéré que Jaurès dînait habituellement, caché par le rideau, l’assassin Raoul Villain, un Rémois de 29 ans, tira deux coups de feu : la première balle se logea dans sa nuque, la seconde manqua sa cible et alla se perdre dans une boiserie entourant une glace.

 

Jaurès fut pratiquement tué sur le coup d'une hémorragie cérébrale.

 

 Source : Wikipedia

 

 

  • La récupération sans vergogne d'un charlatan

 

En regardant attentivement la photo diffusée aujourd'hui par l'agence de presse américaine, on note que François Hollande, s'il tente de récupérer à son profit l'image de Jaurès, a néanmoins pris bien soin qu'il ne lui arrive pas la même mésaventure.

  • D'une part, les fenêtres de l'établissement sont fermées. On ne sait jamais.
  • D'autre part, un large cordon de sécurité a été établi. Comme le révèle le reflet de la vitrine du café, un certain nombre de badauds et de journalistes regardent la scène... Mais ils ne peuvent le faire qu'à distance, seulement depuis l'autre côté de la rue. Des barrières de sécurité leur interdisent de s'approcher plus près de l'actuel locataire de l'Élysée. On ne sait jamais.

 

Ces différences entre le socialiste de 1914 et le fake de 2014 sont plus révélatrices que de longs discours.

 

Le socialiste Jaurès fut assassiné le 31 juillet 1914 à 21h40 parce qu'il s'opposait à la folie guerrière des « ministres à tête folle » et parce qu'il ne prenait aucune protection pour sa personne.  Élu du peuple, défendant le peuple, il ne se coupait pas du peuple. C'était un homme franc, honnête et sincère.

 

Le pseudo-socialiste Hollande, quant à lui, est un Chef de l'État « à tête folle ». Se moquant comme d'une guigne de ce que pensent et veulent les Français, se moquant encore plus du rôle de la France et de la dignité de sa fonction, il obéit comme un larbin, avec une veulerie sans égale, au moindre claquement de doigt venu de Washington et répercuté par Bruxelles.

 

Le pseudo-socialiste Hollande soutient le carnage quotidien mené par Israël à Gaza, où l'on vient de dépasser ce soir les 1400 morts Palestiniens, dont plus de 220 enfants. À la différence de ce qu'ont décidé les présidents de la République du Brésil, du Chili, d'Argentine, d'Équateur, le pseudo-socialiste Hollande refuse de prendre la moindre sanction, la plus infime soit-elle, à l'encontre d'Israël. Et cela, alors même que le Secrétaire général de l'ONU en personne, M. Ban Ki Moon, et la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Mme Navi Pillay, ont dénoncé aujourd'hui de la façon la plus solennelle les attaques israéliennes sur des maisons, des écoles, des hôpitaux et des centres de réfugiés protégés par l'ONU, en précisant qu'il s'agissait d'une violation du droit international, qui devait être sanctionnée.

 

Le pseudo-socialiste Hollande, obéissant au doigt et à l'œil au président Obama, à l'UE, à la BCE et à l'OTAN, ne cesse en revanche de durcir les sanctions à l'encontre de la Russie, "coupable" d'avoir organisé un référendum pacifique sur la Crimée, approuvé par 95,5% des électeurs et 81% de participation. Une Russie "coupable" aussi d'avoir prétendument abattu un avion de ligne et commis des atrocités, alors qu'aucune preuve tangible n'a été apportée  par ses accusateurs de la Maison Blanche.

 

 

  • Conclusion

 

Le pseudo-socialiste Hollande n'a pas été assassiné le 31 juillet 2014.

Mais il est le complice d'assassinats de masse.

 

Et il lance la France, sans demander l'autorisation de quiconque, dans une partie de bras de fer de plus en plus dangereuse avec la Russie, 2ème puissance nucléaire mondiale. Au risque de provoquer un nouveau conflit en Europe, ou même un conflit planétaire !

 

La photo qu'il a fait réaliser aujourd'hui, pour se livrer à la captation d'héritage de Jaurès, est d'autant plus révoltante de cynisme, de médiocrité et d'immoralité que François Hollande représente exactement la quintessence de ce contre quoi se battait Jaurés.

 

François ASSELINEAU

31 juillet 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Norman Finkelstein sur Gaza


Interview de Norman Finkelstein sur "Democracy Now", en date du 15 juillet 2014.


Juif, Norman Finkelstein est le co-auteur, avec Mouin Rabbani, de "Comment résoudre le conflit israélo-palestinien".

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Discours juif exemplaire


Monsieur Finkelstein met les points sur les "i" concernant la réalité du massacre en Palestine.


Si vous aviez un cœur, vous n'accepteriez pas le massacre en Palestine en utilisant le prétexte de la seconde guerre mondiale, donc la shoah.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

TAFTA, un paradis ?


En 2015, l'Union Européenne prévoit de conclure avec les Etats-Unis un accord multilatéral nommé le TAFTA.


Ce traité s'avère très dangereux pour les citoyens de tous les pays européens comme pour les Américains.


Après une rétrospective historique du capitalisme européen, ce documentaire décrit les tenants et aboutissants de ce grand marché transatlantique.


C'est long, mais important pour ceux qui ne connaissent pas le sujet, mais qui vont en subir les conséquences.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Conjuguez le verbe mentir


Selon Bush et les hauts-responsables de son Administration, l’utilisation d’avions comme bombes volantes n’avait jamais été envisagée avant le 11-Septembre. Le rapport final de la Commission d'enquête soutient également que la Défense américaine n’était pas préparée pour contrer des attaques terroristes utilisant des avions de ligne.


Mais la réalité est autre, comme vous le prouve cette vidéo.


Rien de neuf, sinon vous rappeler qu' "ils" mentaient, qu' "ils" mentent et qu' "ils" mentirons encore !


Donc, essayez d'écouter d'autres sources d'infos que les seules infos officielles !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

De la déflation à la précarité

De la déflation à la précarité | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

« De la déflation à la précarité… »


Ces deux informations sur lesquelles je souhaitais revenir montrent bien à quel point il est nécessaire de se préparer pour la grande majorité d’entre nous à un avenir de précarité et de difficultés financières. Encore une fois, un médecin arrivera toujours à manger et à « gagner » sa vie en sauvant celle des autres, car il dispose d’un véritable savoir-faire. Mais ceux qui sont légion et sans compétences rares ou particulières, ceux qui sont abonnés au SMIC et aux petits salaires, ceux-là sont les plus fragiles d’autant plus qu’ils disposent rarement d’une épargne pléthorique.



Entre pressions déflationnistes et risques géopolitiques, le Bund inscrit un record


La première information donnée par l’AFP revient sur le fait que « dans à un environnement assombri par les pressions déflationnistes en zone euro et les tensions géopolitiques la dette allemande a bénéficié à plein de son statut de valeur refuge inscrivant mardi un record historique ».


Il s’agit dans le cas des obligations, c’est-à-dire des dettes d’État, d’un record à la « baisse ». Plus le taux d’intérêt est bas, plus les investisseurs souhaitent acheter la dette du pays concerné. Dans le cas de l’Allemagne, le taux d’emprunt à dix ans (appelé « Bund ») a atteint un nouveau point bas historique en s’établissant à 1,19 %.


En clair, vous faites un crédit d’une durée de 10 ans à l’Allemagne en échange d’une rémunération, c’est-à-dire d’un taux d’intérêt, de 1,19 % ! Autant dire que cette rémunération est plus symbolique qu’autre chose et dieu sait qu’il peut en arriver des choses en 10 ans !!


La France n’est pas en reste puisque notre pays s’endette à un taux de 1,51 %, ce qui n’est vraiment pas cher pour un pays en faillite !!


La question qui doit être posée est donc combien de temps les taux d’intérêt pourront rester aussi bas avant qu’ils ne remontent. Et lorsque ce sera le cas, quelle sera l’ampleur des krachs boursiers et obligataires qu’une telle remontée ne manquera pas d’entraîner ?



Plus de 8 embauches sur 10 ont été faites en CDD, un record


D’un côté, des taux qui s’effondrent tant l’inflation de long terme semble absente avec un risque de déflation réel dans une Europe qui s’enfonce dans un marasme économique rarement vu depuis la dernière guerre mondiale, de l’autre côté un endettement qui n’a jamais été aussi élevé le tout sans perspective de croissance forte permettant d’anticiper un remboursement peu douloureux.


C’est dans ce contexte que logiquement l’emploi se porte mal, très mal même. Cet article de Challenges démontre sans ambiguïté qu’au « 1er trimestre 2014, 84 % des embauches hors intérim se sont faites en contrat à durée déterminée (CDD), un nouveau record, selon des données du ministère du Travail publiées mardi 29 juillet».


Vous avez exactement le même phénomène aux USA où plus de 75 % des nouveaux jobs « créés » le sont à temps partiel non volontaire… La formulation en dit long sur la réalité de la reprise économique à laquelle on souhaite nous faire croire de force même si nos yeux, nos oreilles et la réalité que nous voyons nous disent l’exact contraire.


Il faut comprendre que, dans un environnement sans visibilité et sans croissance, les entreprises ne recruteront pas ou très peu en CDI et pour le long terme préférant les contrats les plus flexibles. Comme elles font toutes cela, elles empêchent également le marché de l’emploi de repartir et ce faisant une éventuelle croissance de revenir. Ce n’est pas une critique, mais la simple constatation des faits. N’oubliez pas que dans le capitalisme, les sommes des intérêts individuels ne sont pas forcément égales à l’intérêt collectif.


Évidemment, ce n’est pas la seule raison, loin, très loin de là d’ailleurs. Il est à noter par exemple que dans les grandes entreprises, il n’y a pas de recrutement en CDD. Pourquoi ? Parce que les grandes entreprises ne recrutent même pas !! Elles laissent partir les baby-boomers massivement à la retraite et évitent ainsi pour la majorité d’entre elles de faire un plan de licenciement. Mais le résultat est le même. L’emploi connaît une hémorragie et lorsqu’il y a un recrutement, ce sera dans 84 % des cas un emploi précaire.


Préparez-vous et restez à l’écoute.

 À demain… si vous le voulez bien  !

 

 

Par Charles SANNAT, directeur des études économiques – lecontrarien/matin – le 30 juillet 2014


« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

 

Source 1- dépêche AFP taux d’intérêt allemands ici

Source 2 - 84 % de recrutement en CDD… Challenges.com ici

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Les vaccins en cause


Erreur, aberration, escroquerie ou ... ?


Ecoutez d'abord, puis complétez votre information et, ensuite, jugez !  Moi, je l'ai fait depuis longtemps et je sais comment prendre mes décisions.  -  Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Culte islamique

LLN - Culte islamique | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Dons et collectes au sein de la communauté musulmane ont permis de financer la construction de la mosquée de Louvain-la-Neuve. Son ouverture est espérée avant la fin de cette année. On pourra boire le thé en dessous des salles de prière, et se documenter sur l’islam, pour améliorer sa connaissance de l’autre.


La mosquée en construction le long de l’avenue Georges Lemaître accueillera en priorité les membres de la communauté musulmane de Louvain-la-Neuve (une cinquantaine de familles).

« Nous devons être un millier de musulmans, dans la commune. Ceux d’Ottignies et de Mousty fréquentent la mosquée de Court-Saint-Etienne ; ceux de Limelette, celle de Wavre. Peut-être que les musulmans du Bauloy viendront aussi à Louvain-la-Neuve. »

Abdellah Taybi habite la cité universitaire depuis 1983.Technicien chez Glaxosmithkline, il fait partie de la commission technique en charge du suivi de la construction de la mosquée.

« Jusqu’à présent, les cinq prières quotidiennes et le prêche du vendredi midi se déroulent dans le local du Cercle des étudiants musulmans, près du Centre sportif de Blocry. C’est souvent un étudiant qui fait office d’imam.Nous espérons que - comme les quatre autres mosquées du Brabant wallon - notre mosquée sera reconnue par l’Etat belge.»

Il faut savoir que c’est la communauté musulmane qui a payé la construction de la mosquée (500.000€ pour le gros oeuvre, effectué par la Société Générale de Travaux de Bâtiment (SGTB) de Waterloo), sans bénéficier d’aucun subside.

« Les finitions (électricité, chauffage, sanitaires, plafonnage, carrelage et menuiseries intérieures) viendront petit à petit, car nous n’avons pas encore l’entièreté du budget pour celles-ci (400.000€). Nous comptons sur du bénévolat : plusieurs membres de la communauté sont d’excellents ouvriers, électriciens… L’ascenseur sera placé plus tard, vu la hauteur de l’investissement (25.000€).»

L’ouverture de la mosquée est espérée pour cet automne.



Le dossier aura mis plusieurs années avant d’aboutir.


« Nos premières démarches datent de 1999 », rappelle Youcef Bouterfa, président de l’ASBL « Centre culturel islamique d’Ottignies-Louvain-la-Neuve » et professeur d’électronique à l’Ephec, qui habite Louvain-la-Neuve depuis 1978. « L’UCL nous a d’abord octroyé un terrain à côté de la place Polyvalente. Les plans de la mosquée étaient presque finalisés quand l’Université a revu sa localisation. »

Au final, même si le nouveau terrain est moins bien positionné que le précédent, par rapport à la Mecque, la communauté musulmane est plutôt satisfaite de sa situation, à proximité de la gare, du centre commercial, de l’antenne administrative, de la maison des jeunes…

« On ne voulait pas que la mosquée soit trop proche des habitations, car pendant le mois de ramadan, les prières « nocturnes » peuvent parfois durer jusqu’à minuit, en été. La mosquée n’est pas une discothèque – nous l’avons expliqué aux habitants de La Baraque – mais nous comprenons que ce ne soit pas agréable de se faire réveiller par une portière de voiture qui claque. »

Youcef Bouterfa se réjouit des contacts qu’il a eu notamment avec l’Association des Habitants (AH), pour défendre le projet auprès de ceux qui y étaient opposés au départ.

« C’est la méconnaissance de notre religion, laquelle n’a pas bonne presse pour le moment, qui causait cette appréhension. Il n’y a pas énormément de personnes qui assistent aux cinq prières quotidiennes : tout le monde travaille ! Le prêche du vendredi est plus fréquenté, mais il se déroule entre 12h30 et 13h30 en hiver, entre 13 et 14h en été : cela ne dérangera pas les voisins. »

Le permis de bâtir a été délivré au printemps 2009 et les travaux ont débuté en mars 2011, le temps de signer le bail emphytéotique avec l’UCL.

L’architecte bruxellois Miloud Bouzahzah, spécialisé dans la construction et la rénovation de mosquées, a imaginé un édifice de forme circulaire pour la partie consacrée à la prière (pour que l’imam puisse se placer au Sud-Est et le public en oblique, face à lui). On accèdera au hall d’accueil, rectangulaire, par un large escalier.

« Nous voulions que le bâtiment s’intègre parfaitement dans son environnement et ne soit donc pas trop « exotique ». Nous avons une culture occidentale : la plupart d’entre nous sont nés et ont grandi ici », insiste Abdellah Taybi.

Quelques éléments font néanmoins référence à l’Orient : la couleur des briques et des joints (rouge « Marrakech »), la coupole (en bois à l’intérieur, couverte de cuivre à l’extérieur), la corniche surplombant les deux entrées (dont une pour les personnes à mobilité réduite), les arcades au dessus des fenêtres…

« Il y a un côté moderne aussi, de par le nombre de fenêtres, leurs châssis en aluminium, les murs rideaux en verre qui donneront beaucoup de lumière à l’intérieur. Nous ferons appel à un décorateur pour le choix des calligraphies arabes et des formes géométriques qui seront reproduites dans les différentes pièces. »

La mosquée comportera une salle de prière pour les hommes (136m²) et une salle de prière pour les femmes en mezzanine (100m²). En dessous de la première, une salle polyvalente (136m²) accueillera des expositions, une bibliothèque, un salon où boire un verre de thé… 


« C’est un espace social auquel nous tenons particulièrement, pour travailler sur l’échange, la connaissance de l’autre, la fraternité… pour améliorer le vivre ensemble, en partenariat avec la Ville et l’Université », insistent nos deux interlocuteurs. « La mosquée sera ouverte à tout le monde, musulmans ou non. La bibliothèque  permettra de se documenter sur ce que l’islam enseigne en matière de spiritualité, économie, sociologie, environnement, écologie… Les expositions feront découvrir ce que les scientifiques musulmans ont apporté à la science, par exemple. »


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Donetsk, génocide annoncé !


Les forces du régime Ukrainien se préparent à asphyxier des dizaines de milliers de citoyens avec des centaines de tonnes de chlore toxique. 


Le colonel Strelkov, ministre de la Défense et commandant en chef des armées, dénonce ce projet horrible du régime de Poroshenko.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Plainte de la Palestine


Le vendredi 25 juillet 2014, une plainte du Ministre de la Justice de PALESTINE et du Procureur Général de la Cour de GAZA a été déposée auprès de la Cour Pénale Internationale par Maître Gilles DEVERS, avocat au barreau de Lyon, qui en a reçu mandat.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Armée américano-ukrainienne

Armée américano-ukrainienne | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Malgré l’intensification de la présence de l’OTAN pour l’entrainement des forces ukrainiennes avec un financement des Etats-Unis de 33 millions de dollars, l’armée de Kiev prend des coups de plus en plus meurtriers.


Vus les dégâts qu’ils subissent quotidiennement, il est évident qu’ils ont en face d’eux des hommes plus que déterminés et de mieux en mieux organisés. Cela explique aussi pourquoi tant de soldats ukrainiens préfèrent se rendre ou fuir vers la Russie où ils sont reçus à bras ouverts.


Les américains, conseillers actifs dans les combats, commencent à goûter à ce qu’est une vraie guerre et doivent revivre de vieux souvenirs leur rappelant les rizières du Vietnam.


En effet, une colonne dans laquelle il y avait des instructeurs de l’armée américaine a été attaquée le 29 juillet par les forces d’autodéfense du Donbass. 3 officiers-instructeurs ont été tués et, parmi les blessés, il y avait le général américain Randy Alan Key qui dirigeait l’opération punitive dans le Sud-Est de l’Ukraine.


Ils faisaient partie des 180 Rangers débarqués récemment à Kiev.  En une semaine, 10 des 180 instructeurs US sont déjà morts, le dernier en date ayant été abattu à Marioupol dans la journée du 30 juillet.


On comprend mieux pourquoi  le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a demandé une trêve.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Kiev maintient la pression

Kiev maintient la pression | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende photo : dans Shakhtersk, aujourd’hui, un BMD de la 25e brigade de parachutistes a été touché de plein fouet par un projectile antichar et a explosé, tuant ses occupants qui gisent à même le sol. Lors des combats, un autre BMD a été capturé par la milice du Donbass.


Ukraine/Donbass : Kiev maintient la pression sur Donetsk


Réunion du groupe tripartite à Minsk en Biélorussie, aujourd’hui, afin de discuter de la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine. Des représentants de l’Ukraine (ex-président Leonid Kutchma), de l’OSCE et de la Russie (l’ambassadeur russe en Ukraine Mikhaïl Zurabov) et des indépendantistes du Donbass ont entamé des pourparlers en vue d’un éventuel cessez-le-feu souhaité par Petro Porochenko, le président désigné de l’Ukraine. La réunion devrait se poursuivre demain. Sur le terrain, la pression sur Donetsk ne diminue pas, même si la tentative de percer par le sud est visiblement un échec cuisant pour Kiev. Les forces ukrainiennes tentent depuis 24 heures de percer par le nord de Donetsk, sans succès pour le moment. Et d’aucuns affirment à Kiev, désormais, qu’il y aurait nécessité de « tuer 1,5 million de personnes dans le Donbass ». Gloire à l’Ukraine !



Comme il fallait s’y attendre, depuis le revirement de Yatseniuk sur ordre de Washington, le parlement ukrainien a rejeté, une semaine après, la démission du Premier ministre, seuls 16 députés ayant soutenu son départ. Et dans la foulée, la Rada suprême a approuvé la mise en place d’une taxe supplémentaire de 1,5 % en faveur des forces armées du pays. Le pays est déjà pauvre, il s’appauvrira un peu plus… avant de couler corps et âme.

.


.

Les forces de Kiev en difficultés


Une information d’importance et qui nous avait échappée : le général des gardes-frontières ukrainiens, Igor Momot, 48 ans, est décédé le 11 juillet dans la région de Lugansk pendant un tir de lance-roquettes multiples Grad (source). Officiellement, c’est le deuxième officier général qui décède lors de cette opération dite « antiterroriste ».


Entretien intéressant avec Yuri Biryukov, le responsable des Ailes du Phoenix, une ONG qui soutient les forces ukrainiennes en opération (source).


Il prétend que la corruption serait endémique à tous les niveaux de l’armée, même les plus élevés, ce qui compromet la situation des soldats engagés sur le terrain. Ainsi, il cite le manque de professionnalisme de nombre d’officiers, le manque de reconnaissance préalable et de sécurisation des colonnes de ravitaillement, et évoque même plusieurs cas où les routes n’ont été sécurisées concernant les mines et les IED posés la nuit par la milice.


Beaucoup de généraux se moqueraient de leurs subordonnés et remettraient en cause par leur comportement l’opération dans son ensemble. Il y aurait aussi de la corruption concernant le versement des soldes ; sans oublier le fait que nombre de soldats seraient en ce moment complètement épuisés mentalement. D’aucuns seraient en train de se préparer à mourir…


Pour avoir dévoilé tous ces problèmes, Yuri Biryukov aurait reçu des menaces de responsables du gouvernement actuel, y compris des menaces de mort. Et de conclure : « Personnellement, je préfère faire 5 ans de prison que d’aller servir un gouvernement comme celui-ci. Si le gouvernement ne peut pas détruire les séparatistes rapidement, je vous garantis que nous allons avoir un mouvement massif de désertions et des manifestations tout au long de l’Ukraine concernant l’opération antiterroriste. »



Donetsk toujours sous pression


Comme la manœuvre en tenaille de la semaine dernière a fait long feu, on en tente une autre, moins audacieuse et avec beaucoup moins de moyens. Les seuls moyens d’envergure qui sont maintenus, ce sont les tirs d’artillerie concentrés sur les zones résidentielles, jour et nuit. Au nord de Donetsk, à Adiivka, les combats de rue se poursuivent. Les habitants ont soit fui la ville, soit sont cachés dans leurs caves et autres abris de fortune. Un bataillon ukrainien de la 73e brigade mécanisée, de même qu’une compagnie de la garde nationale tentent de se rendre maître de l’agglomération afin de verrouiller Donetsk par le nord. Les assaillants ont tenté de contourner Adiivka par l’est en essayant de prendre Yasynuvata, sans succès et avec de très grosses pertes.


Au sud-est de Donetsk, vers Pavlohradske (ouest de Mospyne), une compagnie du « bataillon Azov », soutenue par des chars et des forces éléments de l’armée ukrainienne, tente de progresser vers les faubourgs de l’agglomération.

.


.

.

L’offensive sur l’axe Shakhtarsk – Torez – Snizhne a échoué, mais on maintient quand même la pression.
 Hier soir, vers 19 h 30, heure locale, les 1er et 2e bataillons indépendantistes ont été accrochés par une compagnie du « Bataillon Dnepr ».
 De violents combats se poursuivent entre Shakhtarsk et Thorez. Et même dans le centre-ville de Shakhtarsk, puisqu’un BMD de la 25e brigade et son équipage de parachutistes ukrainiens ont été anéantis près de la mairie. Dans la journée, un T-64BV ukrainien a été détruit et 2 BMP-2 ont été capturés, l’un d’eux est en bon état. Un convoi de ravitaillement des forces de Kiev a été la cible de tirs de mortiers de 120, 3 camions Ural transportant des munitions ont été touchés. Plus de trente véhicules de tous types semblent avoir été détruits aujourd’hui dans ce secteur à l’occasion de très violents combats de rues.

.


.

Des éléments appartenant à une compagnie de la 25e brigade de parachutistes (et non pas de la 95e comme nous le supposions préalablement) sont bien encerclés dans une poche, près de Shakhtarsk (source).
 Hier, dans ce même secteur, plusieurs dizaines de soldats ukrainiens se sont rendus aux indépendantistes avec un drapeau blanc. La politique d’Igor Strelkov en faveur des prisonniers de guerre commence à se faire comprendre dans les rangs des troupes de Kiev : puisqu’ils savent qu’ils seront bien traités, les soldats ukrainiens préfèrent se rendre que de se faire tuer sur place quand ils se trouvent en fâcheuse posture sur le terrain.


Au sud-est de la poche du Donbass, les forces ukrainiennes tentent toujours de prendre Saur-Mogila et de faire la jonction avec les restes épars des unités coincées dans le chaudron. L’objectif est de prendre Stepanivka et Marynivka en plus de Saur Mogila. La 72e brigade mécanisée n’a plus que 30 % de ses effectifs initialement engagés, et la plupart de ses survivants ont le moral à zéro.


Encore un « instructeur » des forces US abattu en Ukraine. Ce coup-ci, c’est près de Mariupol. Il s’agit de la troisième victime, sur les quelque 180 « conseillers » récemment arrivés des États-Unis. À noter que ces derniers jours à l’aéroport de Kharkov on a aperçu par deux fois un gros porteur américain C-17 Globemaster et des C-130 Hercules de nationalité non identifiée. Du fret très important ou des « conseillers » spéciaux semblent arriver en Ukraine. Et ce n’est pas fini…


Hier, 4 missiles lancés par une batterie Tochka-U (SS-21) ukrainienne ont été abattus au moyen d’un système Tor-M1 russe alors qu’ils allaient atteindre le territoire de la Russie. Officiellement ces 4 missiles visaient la hauteur de Saur-Mogila, à quelques kilomètres seulement du territoire russe. Nous sommes bien entrés dans une guerre qui n’a plus rien de froide.




Par Jacques Frère pour NationsPresse.info – le 31 juillet 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Pureté des enfants


Sadie embrasse son petit frère, le sert dans ses bras et dit dans un sanglot : « je ne veux pas qu’il grandisse ». « Il est si mignon ! », ajoute-t-elle. « Et je ne veux pas mourir quand j’aurai 100 ans ! »


Le petit frère esquisse alors un sourire, comme pour la rassurer et lui promettre qu’ils ont encore de belles années devant eux. « Oh tu es si mignon ! », dit alors sa grande sœur, « j’adore tes jolis petits sourires. Oh mon Dieu ! Je veux qu’il reste petit ! », implore-t-elle avant de renifler bruyamment.


C'est mignon a regarder, n'est-ce pas ?


Alors essayez d'imaginer ces mêmes petits sous les bombes du Donbass, de Gaza, de Syrie, d'Irak et de bien trop d'autres lieux.


Maintenant, essayez de les imaginer morts, déchiquetés ou simplement blessés et handicapés à vie.


C'est un peu moins mignon, non ?


Malheureusement, c'est une triste réalité, mais vous pouvez la dénoncer en partageant sur les pages Facebook, Twitter, etc toutes les horreurs du Donbass, de Gaza, de Syrie, d'Irak et d'autres enfers.


Si tout le monde s'y met, les lobbys et les politiciens seront obligés de tenir compte de vos réactions. Ensemble, nous pouvons rendre ce monde un peu meilleur.


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UE vs Afrique : pire que TAFTA

UE vs Afrique : pire que TAFTA | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L’Europe impose à l’Afrique un traité pire que le TAFTA


L’Union européenne a signé avec seize pays d’Afrique de l’Ouest un accord dit de partenariat économique. Pire que le Traité transatlantique avec les États-Unis, l’APE est un blanc-seing donné par la Commission européenne aux multinationales pour piller les ressources et le marché africains. Un appel est lancé pour appeler les élus européens à ne pas ratifier cet accord.


Nous avons pris à quelques-uns (Jacques Berthelot, Jean Gadrey, Susan George et Majdouline Sbaï) l’initiative d’un appel dont l’ambition est de bloquer l’adoption par le Parlement européen d’un projet très avancé, qui a exigé des années de négociations souterraines, à l’abri du regard et des exigences de la société civile : un APE, accord dit de partenariat économique avec seize pays de l’Afrique de l’Ouest, sous la pression de l’UE.


C’est pour nous un TAFTA (le grand marché transatlantique entre l’UE et les États-Unis) en pire. En pire en tout cas pour les peuples d’Afrique de l’Ouest. J’ai déjà consacré un billet à ce projet funeste et deux billets au projet TAFTA ou GMT, dont celui-ci.


Cet appel est assez court. J’aurai l’occasion, avec les trois personnes qui l’ont initié, d’expliciter certains aspects de cet APE, dont un mécanisme de règlement des différends entre les États et les firmes multinationales qui serait à coup sûr bien plus désastreux encore pour des pays pauvres que celui qui figure dans le projet TAFTA.


Nous espérons également que notre appel confortera la société civile africaine, mobilisée depuis quatorze ans contre ces projets d’APE, et qui va encore mener des mobilisations dans les pays concernés, dont il semble que les Parlements doivent se prononcer.


ATTENTION : n’envoyez pas de signatures individuelles à ce stade. Notre intention est de réunir au cours de l’été des signatures d’une part d’ONG et associations en Europe et en Afrique, d’autre part d’élu-e-s ou anciens élu-e-s aux Parlements nationaux et au Parlement européen.


Nous en avons déjà recueilli plusieurs en quelques jours, et non des moindres. Beaucoup d’autres vont arriver. Nous en rendrons la liste publique probablement vers la fin août et nous déciderons alors, en relation avec les organisations signataires, de lancer ou non une pétition « grand public » hébergée par un site approprié.


 

TEXTE DE L’APPEL :


Le Parlement européen ne doit pas ratifier l’accord « de partenariat » entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest


Le 10 juillet 2014, à Accra, capitale du Ghana, les seize chefs d’État d’Afrique de l’Ouest ont signé un projet d’accord dit de partenariat économique entre l’Union européenne (UE) et les quinze États de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) plus la Mauritanie. Il s’agit en fait d’un accord de « libre-échange » visant à supprimer 75 % des droits de douane sur les importations venant de l’UE et à limiter leur politique commerciale au-delà des exigences de l’OMC (1).


Cet accord, s’il est ratifié par le Parlement européen, sera un désastre pour les peuples d’Afrique de l’Ouest, mais aussi pour ceux de l’Europe.


Il résulte de pressions exercées par les firmes multinationales européennes, au service desquelles s’est mise la Commission européenne, parvenant à entrainer des chefs d’État africains qui sont restés insensibles devant les mises en garde répétées de leurs sociétés civiles, mobilisées depuis quatorze ans.


Les peuples européens n’ont rien à y gagner, au contraire. Cet accord va favoriser leur agriculture la plus productiviste, pollueuse, destructrice d’emplois, ainsi que certains secteurs industriels non moins productivistes, exportateurs de biens de médiocre qualité, au détriment de politiques d’agriculture durable, de souveraineté alimentaire et de transition industrielle écologique.


Il va encourager l’importation par l’UE de matières premières brutes plutôt que la réduction des bilans matières de la production européenne.


Les peuples d’Afrique de l’Ouest et des autres pays d’Afrique subsaharienne et des quatorze petites îles du Pacifique sous la menace de semblables accords ont tout à y perdre. L’APE SADC de six États de l’Afrique australe a aussi été paraphé le 22 juillet. Les douze Etats sur seize d’Afrique de l’Ouest ayant le statut de PMA (pays les moins avancés) ne pourront plus taxer les 10,6 milliards d’euros de produits qu’ils importent de l’UE, d’où des pertes budgétaires considérables.


Ce que l’UE promet de leur verser comme contrepartie est un mirage : il n’y a rien de plus que les sommes habituelles du Fonds européen de développement – 4 euros par habitant et par an ! –, qui est un financement des États membres hors budget communautaire, plus le « recyclage » marginal d’autres fonds communautaires déjà programmés. C’est lâcher la proie pour l’ombre.


Mais surtout, pour tous les pays concernés, c’est l’ensemble de leur agriculture paysanne et vivrière, leur sécurité alimentaire et tous les projets actuels de transformation sur place et de développement de l’industrie régionale, qui seront frappés de plein fouet par une concurrence européenne déloyale, destructrice d’emplois, et par une dépendance accrue vis-à-vis des cours des marchés mondiaux.


C’est le pillage programmé de leurs ressources naturelles, du sol et du sous-sol. Le développement endogène de la région et les projets d’intégration régionale seront sacrifiés au bénéfice d’une économie tournée vers l’exportation et fortement carbonée, avec des peuples réduits à importer des produits subventionnés et de qualité douteuse venant concurrencer leurs propres productions.


L’une des conséquences prévisibles sera une migration massive de populations privées d’avenir dans leur pays, dans une situation où la population d’Afrique de l’Ouest devrait passer de 302 millions d’habitants en 2010 à 510 millions en 2030 – autant que dans l’UE aujourd’hui comme en 2030 ! – et 807 millions en 2050, et dans un contexte de réchauffement climatique particulièrement accentué dans cette région.


Nous, citoyens, citoyennes, organisations de la société civile en Europe et en Afrique, nous demandons aux élus européens et en particulier à ceux du Parlement européen :


 DE REFUSER de ratifier cet accord humainement et économiquement scandaleux ;
 de ne pas sacrifier les peuples sur l’autel des profits d’une poignée de multinationales prédatrices ;
 d’exiger des études d’impact indépendantes ;
 de s’engager en faveur d’Accords de Coopération et de Solidarité (ACS) qui ne soient pas basés, comme le sont les APE, sur un « libre-échange » qui menace les libertés et l’émancipation humaines.



Par JEAN GADREY pour reporterre.net - le 30 juillet 2014


Note

(1) Voir « Les principales raisons de ne pas ratifier l’APE UE-Afrique de l’Ouest « .

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Argentine/Espagne - Vautours

Argentine/Espagne - Vautours | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo :  diariochaco.com


 

Elliott Management a racheté des crédits défaillants à Bankia et Santander

Les fonds vautours qui dépècent l’Argentine se jettent sur l’Espagne


Le fonds vautour NML Capital, qui avec d’autres, maintient l’Argentine au bord de la suspension de paiement, est déjà en train de dévorer la charogne sur le marché espagnol. Elliott Management, fonds opportuniste du multispéculateur étatsunien Paul Singer, a déjà récupéré un milliard d’euros en crédits défaillants de Bankia et 300 millions d’euros de Santander. Selon Auraree.com, il aurait payé à peine 50 millions pour les deux portefeuilles.


En mars 2013, la presse économique signalait qu’Elliott avait acquis 300 millions d’euros de crédits à la consommation en souffrance de Santander Consumer Finance, avec un rabais d’environ 96 %. Le prix payé laisse songeur : près de 12 millions d’euros, selon la presse (Cinco Días). 



En août de la même année 2013, Bankia, l’entité nationalisée qui a le plus profité du sauvetage bancaire espagnol, ce qui a considérablement élevé la dette publique, informait qu’elle avait vendu 3 portefeuilles de crédits défaillants pour un volume total de 1,35 milliard d’euros de dette.


Dans l’information communiquée à l’organisme chargé de la supervision des marchés financiers, la CNMV (Comisión Nacional del Mercado de Valores), Bankia n’indiquait ni à qui les prêts avaient été vendus ni à quel prix. Malgré un manque flagrant de transparence, la presse économique a donné des détails de l’opération, pour laquelle elle estime que les acheteurs peuvent avoir bénéficié d’un rabais de 95 % : parmi ceux-ci figureraient le vautour Cerberus (conseillé par José María Aznar Jr., fils de l’ex-président du gouvernement), Elliott et l’entreprise de recouvrement norvégienne Lindorff.


Selon l’information publiée par Finanzas.com, « le portefeuille est estimé à 1,35 milliard, mais ils ont seulement payé 68 millions ». Bankia, que nous avons contactée pour confirmer ces données, nous a répondu : « Pour des raisons de confidentialité, nous ne donnons jamais les chiffres et les acheteurs ne veulent pas être identifiés. »



Quelques mois plus tard, on apprenait qu’Eliott achetait l’agence de gestion de dettes espagnole Gesif pour en faire sa base d’opérations sur le marché espagnol. Sa directrice générale, Melania Sebastián est l’ancienne responsable de Gestion de l’Information de la Banque Commerciale Caja Madrid. C’est ainsi qu’une ex-directrice de Caja Madrid sert d’intermédiaire entre Bankia déjà nationalisée et le fonds vautour Elliott.


Que s’est-il passé en Argentine ?


Les fonds vautours se font de l’argent en spéculant sur les pays en difficultés, comme en Argentine durant la crise de 2001. Ils achètent alors des bons de la dette à bon prix avant d’en exiger, le moment opportun, le remboursement à un prix élevé par voie judiciaire, en y incluant des intérêts de retard et des frais de justice.


Ils spéculent ainsi sur la dette publique, en compromettant les dépenses sociales pour la grande majorité de la population. Ces fonds vautours ont choisi le litige après avoir refusé de faire partie des 93 % des créanciers qui avaient négocié avec le gouvernement argentin.


Et maintenant le juge du district de New-York Thomas Griesa, donne la priorité au paiement aux fonds vautours. Ce qui ouvre la porte à une avalanche de demandes en justice qui pourrait déboucher sur le défaut de paiement de l’Argentine le 30 juillet.



Comme le dit bien Julio C. Gambina, « Personne ne sait avec exactitude à combien peut s’élever la demande des créanciers de la dette impayable » |1|, mais nous savons que le prix pour le peuple argentin peut être catastrophique.



Qui se cache derrière ces fonds vautours ?


NML Capital est une filiale du fonds d’investissement Elliott Management Corporation enregistré dans le paradis fiscal des îles Caïman. C’est l’empire du millionnaire Paul Singer, ferme défenseur du parti Républicain aux USA et proche de l’ultraconservateur Tea Party.


Elliott spécule, entre autres, sur les dettes publiques, en violant toute souveraineté des États et de leurs peuples. Mais il spécule aussi sur les dettes privées et était entré en possession de 2 millions de dollars de celle de Lehman Brothers en 2011.



Singer a été le plus important bailleur de fonds pour la campagne présidentielle de George W. Bush en 2004, il finance aussi celle de Mitt Romney en 2012, et celle du maire de New-York, Rudolph Giulani. En tant que principal fournisseur de fonds pour le parti Républicain, il joue un rôle important dans la politique nord-américaine et, vu la prédominance du pays au-delà des frontières, influe sur la politique internationale.



La fondation qui porte son nom, The Paul E.Singer Foundation, fait l’éloge de sa philanthropie, de son rôle dominant pour l’expansion du libre-échange, sa gestion en faveur de la sécurité nationale des États-Unis et pour le « futur d’Israël ».


Singer est aussi le président de la boîte à idées conservatrice Manhattan Institute for Policy Research. 
En ce qui concerne l’Argentine, NML est le principal bailleur de fonds de l’organisation American Task Force Argentina (AFTA), lobby qui influe sur la justice et le Congrès US afin de porter préjudice à l’Argentine. Pour se faire une idée du pouvoir de ces vautours, NML est même allé jusqu’à faire saisir le navire-école de la marine argentine, la frégate Libertad, au Ghana en octobre 2012, en exigeant de l’État argentin environ 370 millions de dollars pour des bons impayés.


Ce qui se passe en Argentine est emblématique de ce que commence à vivre la Grèce, où opèrent des fonds vautours comme Dart Management, dont le siège se trouve aux îles Caïman et qui opère aussi en Argentine.


Déjà en 1999, NML a obtenu, grâce à un jugement aux USA, le paiement de 58 millions de dollars du Pérou pour une dette que le fonds avait achetée 11 millions. Il a aussi fait des affaires avec la RDC.



Vague de solidarité internationale face à un capitalisme vautour dévastateur


L’agissement des vautours en Argentine a déclenché une vague d’indignation partout dans le monde contre la spéculation qui joue avec la souveraineté et la vie d’une grande majorité des peuples endettés. Depuis la Plateforme d’Audit Citoyen de la Dette en Espagne (PACD) dont nous faisons partie, nous lançons un communiqué de solidarité avec le peuple argentin, et affirmons que « l’Argentine devrait désobéir à la sentence du juge Griesa, (…) puisque, en accord avec le droit international, elle a l’obligation de satisfaire les besoins de sa population avant le paiement d’une dette. » Comme le stipule bien le communiqué, ce qui se passe n’est pas seulement un problème argentin, mais plutôt un conflit mettant en jeu la suprématie du pouvoir financier au détriment de la souveraineté des peuples.



Par Fatima Fafatale, Jérome Duval pour CADTM le 30 juillet 2014



Source : http://www.tlaxcala-int.org/article...

 

Voir en ligne : https://www.diagonalperiodico.net/g...


Notes

|1| “Nadie sabe en rigor a cuánto puede llegar la demanda de acreedores de la impagable deuda”

 

 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Vivez, prospérez, consommez !


Dans la société de consommation moderne, le neuf et le beau ne suffisent plus : il faut posséder (parfois en plusieurs exemplaires) les produits dernier cri les plus performants. Les achats ne sont plus destinés à répondre à des besoins fondamentaux, mais à satisfaire nos désirs, à être enviés, à épater.


Conséquence : le bonheur que procure l'acquisition d'un nouvel objet est toujours plus éphémère ; nous sommes en proie à un sentiment d'insatisfaction permanente.


De plus, la durée de vie des produits ne cesse de diminuer, conduisant à l'épuisement des ressources et à l'accumulation des déchets.


Derrière l'attitude de ces acheteurs boulimiques se profile un véritable scénario catastrophe. Est-il trop tard pour arrêter la machine que nous avons lancée ?


Sociologues, psychologues, philosophes, spécialistes du marketing et de la publicité reviennent dans ce documentaire de Gene Brockhoff sur les limites du consumérisme et notre recherche effrénée du bonheur.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Microdrones de l'US AIR FORCE

Traduction : hussardelamort


MAV, les microdrones de l’US AIR FORCE


L’armée états-unienne mettrait au point des microdrones qui devraient jouer un rôle important dans de futurs conflits.


Effrayant, car cela peut être utilisé contre les peuples par des dictateurs ou des Etats non démocrates.


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Folie, cécité… nouvelle guerre ?

Folie, cécité… nouvelle guerre ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source du dessin : cerclenonconforme.hautetfort.com



Folie et cécité pour une nouvelle grande guerre ?


30/07/2014 — Washington vient de concocter un projet de loi (loi S.2277/« The Russian Aggression Prevention Act ») qui prépare ni plus ni moins le terrain à une guerre contre la Russie.
 Alors j’aimerais comprendre.



Résumons :



Ces vingt dernières années, les USA ont provoqué la mort d’un million et demi de personnes en Irak, et sont responsables de la guerre qui ravage maintenant ce pays, sans parler du sanglant bourbier afghan ;



Avec le soutien de leurs laquais européens, ils ont encore largement participé à la destruction de la Syrie en soutenant à coup de pétrodollars les djihadistes les plus sanguinaires ;



Ensemble, ce petit Bloc occidental a ensuite provoqué la destruction de la Libye ;



Aujourd’hui, aux pires heures des massacres à Gaza, ce même Bloc soutient sans réserve le terrorisme d’État israélien, comme il le fait depuis 50 ans ;



Par calcul stratégique, il s’est aussi allié à des néonazis pour provoquer un putsch en Ukraine, putsch qui a abouti à la relance d’une guerre froide avec, désormais, la possibilité d’un conflit militaire entre puissances nucléaires.


Washington vient en effet de concocter un projet de loi (« The Russian Aggression Prevention Act») qui prépare ni plus ni moins le terrain à une guerre contre la Russie.



Et pourtant, on reste les gentils.



L’UE considère toujours les États-Unis comme ce grand frère cool bien qu’un peu turbulent, dont il faut juste ne pas trop regarder les morceaux de cervelles d’enfants accrochés à son parka.





Honte et misère



Alors j’aimerais comprendre.



Comprendre comment, malgré ce bilan puant le massacre de masse passé et à venir, les so called journalistes de la Presse-Système réussissent encore à soutenir le bellicisme dévastateur de notre vertueux Occident.


À se croire du bon côté de l’Histoire. 
Sont-ils aveugles parce qu’endoctrinés jusqu’au slip, incultes ou simplement crétins ?



Sont-ils aveugles par choix, c’est-à-dire par paresse, par lâcheté, juste pour toucher leur petit chèque sans faire de vagues en se donnant l’illusion de tenir enfin leur Guerre d’Espagne ?



Il y a forcément un peu de tout cela.



Le prix à payer pour eux ?



Un océan de honte et de misère intérieure sans fond qu’il faut sans cesse se cacher à soi-même pour pouvoir durer dans le confort de la cécité.



Pour les autres, tous les Palestiniens de la terre, la double souffrance d’être victimes et coupables à la fois.



Et pour nous, peuples d’Europe trahis par des élites imbéciles, désormais le risque d’une guerre, la dernière peut-être, désirée par des fous à Washington, et soutenue ici par des aveugles.



Bravo l’artiste.


 

Par entrefilets.com le 30 juillet 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Crime (Israël)-Châtiment (Russie)

Crime (Israël)-Châtiment (Russie) | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : news.yahoo.com



Crime (Israël) et Châtiment (Russie) — (Asia Times)



L’horrible, dans ces Deux Minutes de la Haine, était, non qu’on fût obligé d’y jouer un rôle, mais que l’on ne pouvait, au contraire, éviter de s’y joindre. Au bout de trente secondes, toute feinte, toute dérobade devenait inutile. Une hideuse extase, faite de frayeur et de rancune, un désir de tuer, de torturer, d’écraser des visages sous un marteau, semblait se répandre dans l’assistance comme un courant électrique et transformer chacun, même contre sa volonté, en un fou vociférant et grimaçant.George Orwell, 1984




Donc, Obama, Merkel, Cameron, Hollande et le Premier ministre italien Matteo Renzi — appelons-les le Club des Cinq – s’organisent une petite conférence pour rassembler leur courage et « augmenter la pression » pour demander un cessez-le-feu à Gaza. Plus tard dans la journée, Benjamin « Bibi » Netanyahu expédie sa réponse, dans un langage clair : il reste inflexible sur son projet d’achever sa version d’une solution finale à Gaza. [1] Avec ou sans « pression ».


Alors, que fait le Club des Cinq après avoir eu leurs illustres fesses collectives occidentales bottées avec application ? Ils décident de laisser tomber Gaza et de sanctionner la Russie — encore ! Quelle brillante stratégie de sortie.


Le spectaculairement fade Tony Blinken, qui sert aussi de conseiller adjoint à la sécurité nationale de Barack Obama, a tenu à souligner dans les grands médias occidentaux que la meute indisciplinée de Europoubelle est désormais « déterminée à agir ». Non, pas contre Israël à cause de Gaza, mais contre la Russie à cause de l’Ukraine.


Quelle belle symétrie orwellienne : les Deux Minutes prolongées de Haine d’Israël envers les habitants de Gaza se transforment en Deux Minutes prolongées de Haine de « l’Occident » vers la Russie, à l’image des Deux Minutes de Haine de Kiev envers les Ukrainiens de l’Est.


Même Hollywood n’aurait pu pondre un tel scénario ; Israël s’en tire pour un assassinat en masse avec préméditation contre des civils, alors que la Russie tombe victime d’un coup monté autour d’un assassinat en masse (de moindre envergure) aérien de civils qui a tous les ingrédients d’avoir été organisé par les vassaux à Kiev des « partenaires » occidentaux de la Russie.


J’ai déjà exposé ici comment les sanctions, sanctions et sanctions sont la seule et unique « politique » officielle de l’administration Obama envers la Russie. En plus des prochaines sanctions de l’Union européenne, à venir, les États-Unis vont y ajouter – devinez quoi – encore plus de sanctions. Après tout, Washington est lui « préoccupé » du fait que Moscou envahisse tôt ou tard l’Ukraine ; ce qui serait sûrement la réponse enfin à toutes leurs prières.



Où nous en sommes.


Voyons les faits. Dès le début Washington a dit que c’était un missile du président russe Vladimir Poutine qui avait abattu le vol MH17. Ils ont juré qu’ils avaient les preuves. Vous savez, comme dans « Nous savons. Faites-nous confiance ». Mais si l’histoire des 60 dernières années nous enseigne quelque chose c’est qu’on ne peut justement par leur faire confiance. Il n’y a jamais eu de preuves. Juste des opérations de communication.


Moscou, par l’intermédiaire du ministère de la Défense, a présenté des preuves tangibles. Et a réclamé une enquête internationale impartiale. Washington a tout ignoré — l’appel et les preuves.


La Marine US, bourrée de systèmes de radars antimissiles les plus sophistiqués qui soient, est stationnée dans la mer Noire depuis des semaines. À l’instar des Russes, ils suivent chaque particule qui survole l’Ukraine. La NSA traque les communications ; la National Geospatial-Intelligence Agency traque les images ; la Defense Intelligence Agency complète le tout avec du renseignement humain ; il y a la CIA ; et il y a le directeur du renseignement national qui entend et voit tout. Pourquoi un système de surveillance complet valant plusieurs milliards de dollars est-il incapable de fournir le moindre élément de preuve ?


La seule « preuve » dérisoire présentée jusqu’à présent donne une idée de ce micmac d’agences de renseignements américains qui passent leur temps à lire des blogs et à twitter. Comme le chef du Département d’État à Kiev qui a twitté une image satellite que le New York Times a aussitôt répercutée comme une « preuve » que la Russie bombarde l’Ukraine par-dessus la frontière.


Les fameux « hauts responsables américains » ont même dû admettre laconiquement et officiellement qu’ils n’avaient aucune preuve à propos du « missile de Poutine ». S’ils en avaient, l’OTAN serait déjà en train de se préparer à servir des hamburgers sur la Place Rouge.


Sur la base des informations désormais accessibles à tous, la probabilité la plus forte et que la tragédie du vol MH17 fut provoquée par le tir d’un missile air-air R-60M depuis un avion de combat ukrainien SU-25 — et non d’un (missile sol-air) BUK (il y a aussi la possibilité d’un double tir, d’abord d’un R-60M, puis d’un BUK). Le R-60M est très rapide, avec une distance d’engagement idéal qui peut atteindre cinq kilomètres. C’est à cette distance que le SU-25 détecté par les Russes (ils ont montré les images) se trouvait du vol MH17.


Le SBU — le service de renseignement ukrainien – a pour sa part confisqué les enregistrements de la tour de contrôle de Kiev qui parlaient du vol MH17. Et qui expliqueraient certainement pourquoi le vol MH17 survolait une zone de guerre (Malaysian Airlines a révélé que l’avion a été contraint de changer de route). Il y a fort à parier que les enregistrements sont en train d’être « trafiqués ».


Puis il y a les boîtes noires, qui ne seront décodées ni par les Malaisiens ni par les Hollandais, mais par les Britanniques — qui agissent sous les ordres de Washington. Le blogueur Le Saker a résumé le point de vue des meilleurs spécialistes russes, « les Britanniques vont maintenant laisser la NSA falsifier les données et la falsification sera coordonnée avec le SBU à Kiev qui finira par communiquer les enregistrements et qui « confirmera » l’« authenticité » des enregistrements truqués par la NSA au Royaume-Uni ». Pour rendre le tout plus crédible, et effacer les soupçons sur un acte criminel anglo-américain, ce sont les Néerlandais qui feront l’annonce. Nous voilà tous prévenus.


Quant aux chefs de l’OTAN, ils en bavent déjà. Les forces/milices de Kiev tiendront des « exercices conjoints » avec l’OTAN dans un peu plus d’un mois, le 1er Septembre ; l’alerte rouge est de rigueur, parce que c’est justement à cette date que le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré que le lent mouvement de nettoyage ethnique à Donbass sera terminé.


Quant à invoquer la R2P (« responsabilité de protéger »), cela semble tout à fait improbable. Certes, Moscou peut toujours dire que si le mouvement lent de nettoyage ethnique à Donbass ne s’arrête pas, ils reconnaîtront les républiques de Donetsk et Luhansk. Dans ce cas, Moscou rejouerait l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud ; une R2P de facto appuyée par la force militaire.


Selon le droit international — que Washington ne respecte jamais, soit dit en passant — ce ne serait pas la même chose qu’une « invasion » de l’Ukraine. La franchement effrayante Samantha Power, ambassadrice américaine aux Nations Unies, paniquerait à coup sûr — mais ce ne serait que lui rendre la monnaie de sa pièce. Ce serait en effet comparable à ce que font les Américains pour ces salafistes-djihadistes en Syrie ; et mieux encore, ce que les États-Unis ont fait au Kosovo.



Les vautours à 50 milliards de dollars


Et maintenant, en plus des sanctions, Moscou doit également composer avec une énorme tentative de vol de 50 milliards de dollars. La Cour d’arbitrage internationale de La Haye a conclu que les poursuites du Kremlin contre Ioukos et son principal actionnaire, Mikhaïl Khodorkovski, il y a dix ans étaient politiquement motivées. Moscou ne peut pas faire appel — mais poursuivra toutes les voies légales pour tenter de « neutraliser » cette décision.


En réalité, c’est la décision de La Haye elle-même qui est politique. Khodorkovski a été reconnu coupable non seulement par le système judiciaire russe, mais aussi par la Cour européenne des droits de l’homme. Les actionnaires de Ioukos et Menotep étaient et sont toujours une bande de gangsters oligarques — et c’est un euphémisme.


Alors, voici l’Empire du Chaos de nouveau en action, en train de manipuler un tribunal néerlandais après avoir littéralement volé l’or de l’Allemagne et collé une amende à la France pour la vente de navires de guerre à la Russie. Dans ce cas, cependant, « l’Occident » a plus d’investissements en Russie que le gouvernement russe n’a en Occident. Les représailles pourraient faire mal — à Moscou, par exemple, en gelant tous les investissements américains et européens dans le domaine de l’énergie en particulier dans la nouvelle frontière ultra-rentable, les champs pétroliers de l’Arctique. Ce que les Grandes Compagnies Pétrolières Occidentales ne permettront jamais.


Tout ceci pourrait durer éternellement. Le résultat final est que l’État russe ne se laissera tout simplement pas voler par une décision douteuse au nom d’un groupe d’oligarques. En parallèle, on pourrait parler du Retour des Morts-Vivants (les néoconservateurs), mais aussi de sections importantes de l’État profond à Washington DC et de ses environs — ainsi que la ploutocratie « occidentale » — qui veulent provoquer une sorte de guerre de l’OTAN contre la Russie, le plus tôt étant le mieux.


Et encore parallèlement à cela, la rumeur à Moscou dit que le Kremlin estime que cette longue bataille post-Ioukos n’est qu’un avant-goût de la guerre économique qui est sur le point de bouleverser l’Europe et éventuellement opposer l’Europe à la Russie : exactement ce pour quoi l’Empire du Chaos prie – et ce à quoi il œuvre. Deux Minutes de Haine ? Disons plutôt heures, jours, semaines et années.



Par Pepe Escobar - Asiatimes - Le Grand Soir - le 30 juillet 2014


Source : 

http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-02-300714.html

(1) Netanyahu :. Nous sommes prêts pour une opération prolongée dans la bande de Gaza, le Jerusalem Post, 28 juillet 2014.


Traduction « en parallèle aussi, tous les trolls qui ne comprennent rien ou font semblant de ne rien comprendre » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Bachar el-Assad métamorphosé

Bachar el-Assad métamorphosé | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende photo : dès sa première rencontre avec Bachar el-Assad, Hugo Chávez affirmait que le Syrien deviendrait un jour le principal leader révolutionnaire dans le monde.


La métamorphose de Bachar el-Assad


Depuis la retraite de Fidel Castro, la mort d’Hugo Chávez et l’interdiction faite à Mahmoud Ahmadinejad de présenter un candidat à l’élection présidentielle iranienne, le mouvement révolutionnaire n’a plus de leader mondial. Ou plutôt, n’en avait plus. Cependant, l’incroyable ténacité et sang-froid de Bachar el-Assad a fait de lui le seul chef d’Exécutif au monde qui ait survécu à une attaque concertée d’une vaste coalition coloniale conduite par Washington et qui ait été largement réélu par son peuple.


Bachar el-Assad ne souhaitait pas entrer en politique. Il se destinait à être ophtalmologue. Cependant, à la mort de son frère Bassel, il rentra du Royaume-Uni où il poursuivait ses études et accepta de servir sa patrie et son père. À la mort de celui-ci, il consentit à lui succéder pour maintenir l’unité du pays. Ses premières années de gouvernement furent une tentative de modifier la composition des classes sociales de manière à rendre possible un système démocratique que personne ne lui réclamait. Patiemment, il démantela le système autoritaire du passé et commença à associer la population à la vie publique.


Cependant, à peine arrivé au pouvoir, il fut informé que les États-Unis avaient décidé de détruire la Syrie. Aussi sa présidence fut-elle principalement tournée vers le renforcement de l’Armée arabe syrienne, l’élaboration d’alliances extérieures, et des tentatives de déjouer le complot. Dès 2005, avec la commission Mehlis, il dut affronter l’opposition du monde entier qui l’accusait de l’assassinat de Rafic Hariri. Mais ce n’est qu’en 2011, que les puissances coloniales s’unirent à la fois contre lui personnellement et contre la Syrie.


Quelle ne fut pas sa surprise, au début des événements, en recevant une délégation de la bourgade syrienne où s’était tenue la plus importante manifestation, d’entendre celle-ci lui réclamer pour toute revendication l’expulsion des alaouites de la ville. Révolté, il mit fin à l’entretien et décida de défendre jusqu’au bout la civilisation syrienne du « vivre ensemble ».


Durant trois ans, le timide médecin se transforma en chef de guerre. D’abord soutenu presque exclusivement par son armée, puis progressivement rejoint par son peuple, il fut élu en pleine guerre pour un troisième mandat par 88,7 % des suffrages exprimés, soit 65 % du corps électoral. Son discours d’investiture exprime à quel point il a changé au cours des événements [1].


L’idéal qu’il y exprima est d’abord celui du service de la Patrie républicaine. Il s’est battu pour défendre ces hommes et ces femmes que l’on destinait à vivre sous la férule d’une dictature religieuse au service de l’impérialisme. Et parfois, il s’est battu pour eux, et contre leur volonté. Il s’est battu pour eux en doutant de parvenir à la victoire, préférant mourir pour la Justice que d’accepter l’exil doré, mais honteux que lui proposaient les « Occidentaux ».


Pourtant, peu avant, les dictateurs Zine el -Abidine Ben Ali et Hosni Moubarak avaient cédé dès les premières injonctions de Washington, et laissé leur pays aux mains des Frères musulmans. Pis, l’autocrate Hamad ben Khalifa Al Thani avait abdiqué, comme un enfant docile, au premier froncement de sourcils de Barack Obama, préférant jouir de sa fortune volée que de combattre.


Il s’agissait au départ pour Bachar el-Assad de résister aux coups de l’impérialisme. Mais alors que s’approche la victoire, la volonté lui est venue d’aller plus loin, de remettre en cause le désordre mondial.


Il s’est découvert comme un vrai leader révolutionnaire, exactement comme Hugo Chávez l’avait perçu alors que le monde le prenait encore pour un simple fils à papa. Et à ce titre, et quelle que soit la félonie de certains politiciens, il ne peut pas ne pas prendre la défense du peuple palestinien que les colons israéliens massacrent à Gaza.


La Révolution de Bachar el-Assad est d’abord un combat de libération contre l’obscurantisme religieux, que les monarchies wahhabites d’Arabie saoudite et du Qatar incarnent dans le monde arabe. Elle entend garantir le libre épanouissement de chacun quelle que soit sa religion et s’affirme donc comme laïque, c’est-à-dire qu’elle s’oppose au conformisme religieux. Elle pose que Dieu ne soutient aucune religion en particulier, mais la Justice commune à tous. De fait, elle renvoie la croyance en Dieu dans la sphère privée, pour en faire la source de la force qui permet à chacun de lutter contre un ennemi supérieur en force et de le vaincre collectivement.


Comme tous ceux qui ont traversé une guerre, Bachar el-Assad n’a pu admettre l’idée que les horreurs commises l’aient été par des hommes mauvais plantant « leurs crocs dans le corps syrien, semant mort et destruction, dévorant cœurs et foies humains, égorgeant et décapitant ». L’accepter aurait été perdre tout espoir en l’espèce humaine. Aussi a-t-il vu derrière leurs agissements l’influence du Diable, les manipulant à travers les soi-disant « Frères musulmans ».


Le nom du « Diable » fait étymologiquement référence au double discours qu’il tient. Le président el-Assad a donc démonté le slogan des « printemps arabes », imaginés par le département d’État pour placer les Frères musulmans partout au pouvoir au Maghreb, au Levant et dans le Golfe. Partout l’asservissement à l’impérialisme suivait les drapeaux coloniaux, celui de la monarchie wahhabite des Sénoussi en Libye, celui du mandat français en Syrie, tout en se réclamant paradoxalement de « la Révolution » aux côtés des tyrans de Riyad et de Doha.


La guerre fut pour lui un long cheminement personnel. Il l’a vécue guidé par sa morale : le « service de l’intérêt public », ce que les Romains appelaient « la République », mais que les Britanniques considèrent comme une chimère masquant des ambitions autoritaires. Comme Robespierre « l’Incorruptible », il a compris que ce service ne souffrait aucune trahison, donc aucune corruption.


À l’instar de son père Hafez el-Assad, il vit sobrement et se méfie du luxe ostentatoire de certains capitaines du commerce et de l’industrie, fussent-ils de ses proches.


Il est devenu un leader révolutionnaire ; le seul chef d’Exécutif au monde qui ait survécu à une attaque concertée d’une vaste coalition coloniale conduite par Washington. Ce faisant, il entre dans l’Histoire.



Par Thierry Meyssan (*) — Réseau Voltaire — le 16 juillet 2014.

Source 
Al-Watan (Syrie)



[1] « Discours inaugural du président Bachar el-Assad », par Bachar el-Assad,

(*) Thierry Meyssan est consultant politique, président fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace.

 


more...
No comment yet.