Koter Info - La G...
Follow
Find
289.1K views | +8.2K today
 
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

José Mujica, Président

 

Le Président de l’Uruguay se préoccupe plus du bien-être de ses concitoyens que du reste.  Son discours est un exemple que devraient suivre "nos" politiciens. - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).  -  Duc
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Etudiant(e)

Si vous êtes à la recherche d'un KOT (chambre) de qualité à louer auprès d'un "bon" propriétaire, alors, cliquez directement  ICI .


- - - - - - - - - - - - - - - - - -


Koter Info 

Le Site "Koter Info" UCL


=  plus de 108.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 126.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


234.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 2014 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


234.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Un chat sans foyer sauve un bébé abandonné près d’une poubelle, en se blottissant contre lui pour le protéger du froid…

Un chat sans foyer sauve un bébé abandonné près d’une poubelle, en se blottissant contre lui pour le protéger du froid… | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Un chat sans foyer sauve un bébé abandonné

près d’une poubelle, en se blottissant contre lui

pour le protéger du froid…

 

Un bébé abandonné à Obninsk, en Russie, doit la vie à un chat sans foyer. Le chaleureux félin c’est en effet blotti contre le petit garçon, le protégeant des températures négatives qui ont sévi samedi dernier. (source : huffingtonpost)

 

Selon l’Agence France-Presse, les résidents de ce complexe d’habitation ont découvert le bébé de 12 semaines déposé sur le sol de leur entrée. Ils ont été attirés par les miaulements de « Masha », une chatte vivant dans un carton du hall d’entrée, et par les pleurs du petit.


« [Masha] est calme et très sociable, alors quand je l’ai entendue miauler, j’ai pensé qu’elle s’était peut-être blessée », explique Irina Lavrova, une habitante d’Obninsk, à Central European News. « En temps normal, elle serait venue me dire bonjour. Vous imaginez mon choc quand je l’ai vue couchée dans un carton à côté d’un bébé. »

 

Grâce à Masha, qui s’est blottie contre le petit pendant plusieurs heures pour le maintenir au chaud, celui-ci a pu échapper à ce qui aurait été une mort certaine.

 

Comme l’a expliqué un présentateur de la chaîne russe Zvezda jeudi, « les habitants sont persuadés que si le chat n’avait pas pris soin de lui, le petit n’aurait eu aucune chance ».

 

Un autre habitant a raconté à l’agence de presse télévisée russe Ruptly que le garçon a été trouvé dans un sac contenant de la nourriture pour bébés et des couches, et semble avoir été bien soigné avant son abandon.

 

Le temps que les équipes médicales arrivent pour amener l’enfant à l’hôpital, Masha avait développé un instinct protecteur et a couru après lui, essayant de grimper dans l’ambulance, ajoute le site Russia Today. Des voisins ont également rapporté au site que Masha était restée sur la route pendant plusieurs heures après ça, attendant apparemment que quelqu’un vienne ramener le bébé.

 

Le Moscow Times rapporte que le petit a été emmené en urgence dans un hôpital voisin, où les docteurs ont estimé qu’il était en parfaite santé. Quant à Masha, elle reçoit encore plus d’affection, d’attention, et de biscuits pour chats.

 

 

Par bridoz.com - janvier 2015

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

La France suspecte les USA d’avoir menti en accusant la Corée du Nord

La France suspecte les USA d’avoir menti en accusant la Corée du Nord | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La France suspecte les USA d’avoir menti

en accusant la Corée du Nord

 

Selon une note confidentielle dont L’Express a pris connaissance, les services secrets français auraient de sérieux doutes sur l’attribution du piratage de Sony Pictures à la Corée du Nord, et se demandent si l’intention des États-Unis n’était pas de démontrer sa capacité de nuisance à travers des représailles d’un nouveau genre.

 

Nous ne sommes pas les seuls à douter fortement de l’implication de la Corée du Nord dans le piratage de Sony Pictures, malgré les affirmations de Barack Obama et les jurés crachés des officiels américains. Visiblement, les services secrets français aussi. Ainsi selon L’Express, une note confidentielle a été adressée le 29 décembre dernier à l’Élysée, à Matignon et à plusieurs ministères, pour expliquer qu’il n’y avait pas assez d’éléments concordants pour établir avec certitude que la Corée du Nord est bien derrière l’attaque, ce dont doutaient déjà de nombreux observateurs et experts de la sécurité informatique.

 

Mais le plus intéressant est ailleurs. Il semble en effet que les services français, comme d’autres dans le monde, suspectent les États-Unis d’avoir désigné un adversaire de paille, ce que Numerama avait dit dès le 20 décembre, pour montrer ses muscles sans aucune crainte de représailles. La Corée du Nord n’a aucun allié disposé à brouiller ses relations diplomatiques avec les USA pour la défendre, ce qui fait d’elle un punching-ball idéal.

 

Outre les sanctions officielles, l’administration de Barack Obama a peut-être profité de l’occasion pour démontrer sa capacité de nuisance au monde entier, au risque étrange de nuire à ses exportations futures.


« Comme par hasard, la dictature nord-coréenne a été privée d’Internet à deux reprises à la fin de décembre », rappelle ainsi L’Express. Or, selon le magazine, « les services techniques de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) mènent toujours l’enquête, afin de savoir si les pouvoirs publics américains ont pris à distance le contrôle de matériel informatique, comme celui du leader mondial des routeurs, Cisco, pour réaliser cette opération ».

 

On entrerait alors dans un nouveau genre de guerre froide, que l’on avait déjà perçu lorsque des responsables français ou européens demandaient à bannir les routeurs chinois sans s’intéresser aux risques équivalents des routeurs américains (allié oblige).

 

 

Par Guillaume Champeau - numerama.com

le 27 janvier 2015

Koter Info's insight:


Aucune limite au machiavélisme


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Guerre de l’ombre au Sahara (Arte)… ou les conflits qui cachent la boulimie de matières premières

Guerre de l’ombre au Sahara (Arte)… ou les conflits qui cachent la boulimie de matières premières | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


 

Guerre de l’ombre au Sahara (Arte)… ou les conflits qui cachent la boulimie de matières premières

 

Documentaire pour le moins édifiant du 27/01/2015 sur ARTE : « Guerre de l’ombre au Sahara ».

 

Son contenu ? La guerre menée par les grandes puissances de ce monde pour contrôler les ressources du XXIe siècle… avec au cœur : l’Afrique. Et tout particulièrement le Sahel… et le Mali.

 

Avec en prime, notamment, des informations que je vous ai transmises au fil des jours sur ce blog… ce qui m’a valu d’être contactée par Bob Cohen, coréalisateur de ce film avec Éric Nadler. Moment inoubliable…


À présent, tirons-lui notre chapeau pour avoir eu le courage d’affronter la réalité du terrain en face, et de conforter certains éléments ainsi mis en commun, par des enquêtes menées directement sur place, avec les risques encourus !

 

« Depuis des décennies, la France n’est plus la seule à avoir des vues sur le continent », précise la bande-annonce. Indiquant que « dès les années 1960, la découverte d’immenses gisements de pétrole dans le golfe de Guinée attire un nouvel acteur aux besoins inextinguibles : les États-Unis ».

 

Le 11 septembre 2001 semble « marquer un tournant » selon les réalisateurs. Lesquels ajoutent que Washington met un pied au Sahara dans le cadre officiel de sa « lutte contre le terrorisme ». Nous sommes bien en phase…

 

« En 2007, l’administration Bush renforce son instrument politico-militaire, à travers Africom, visant notamment à quadriller la région. Mais derrière ce combat se cachent d’autres batailles : la zone saharienne contient les plus grandes réserves pétrolières d’Afrique, mais aussi de l’uranium, du fer, de l’or… Parallèlement, « la France renforce sa présence militaire sur le continent » poursuit la bande-annonce.

 

Alors que le pays intéresse fortement les majors pétrolières telles que Total pour les immenses ressources énergétiques du bassin de Taoudeni, situé à cheval sur les territoires du Mali donc, mais également de la Mauritanie, du Niger et de l’Algérie, ce sont également des réserves de gaz situées à la proximité de la capitale Bamako et ses mines d’or qui pourraient également attirer les convoitises, indiquais-je pour ma part dès janvier 2013. Ajoutant qu’il fallait également compter sur le coltan, matière première fort recherchée rentrant dans la fabrication des téléphones portables.

 

Parallèlement, j’indiquais que la carte d’implantation d’AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique) au Sahel ressemblait « étrangement » à celle de l’implantation des ressources pétrolières de la région, l’un pouvant même se superposer à l’autre…


Toujours en janvier 2013, j’ajoutais que le New York Times avait indiqué que trois des quatre unités d’élite maliennes à commandement touareg formées par les États-Unis dans les années 2000 étaient passées dans le camp des rebelles lors du conflit de 2012.

 

Tout était dit en une simple petite phrase… ou presque. Puisque nous apprenions ainsi tout d’abord que les États-Unis ont « investi » dans la formation de militaires maliens, lesquels – ironie de l’histoire ou ultime étape d’un plan proche d’une stratégie du chaos – ont par la suite retourné leurs treillis pour désormais affronter les forces militaires du Mali. Pas étonnant en sorte, que l’armée française trouve les rebelles fort bien entraînés… tirant ainsi – sans le vouloir ou dans un message de « reconnaissance » à peine voilée ? - un formidable coup de chapeau aux instructeurs américains.

 

Quant au documentaire diffusé sur Arte, il inscrit les dernières opérations militaires dirigées par les États-Unis et la France dans « ce contexte de contrôle des ressources africaines » : « la Libye est un producteur majeur de pétrole, le Mali abrite d’importantes quantités d’uranium, alors que la Centrafrique occupe une place stratégique dans la région ».

 

Les réalisateurs Bob Coen et Éric Nadler donnent la parole à de nombreux intervenants en vue montrer comment les grandes puissances industrielles se positionnent.

 

 

 

Par Élisabeth Studerwww.leblogfinance.com – 27 janvier 2015

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Jus de carotte & Guérison d’un cancer en 8 mois

Jus de carotte & Guérison d’un cancer en 8 mois | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : chrisbeatcancer.com



Jus de carotte & Guérison d’un cancer en 8 mois

 

Ann Cameron a traité avec succès son cancer de stade 4, en utilisant seulement du jus de carottes, sans chimiothérapie et sans changement de régime. Elle a été diagnostiquée d’un cancer du côlon, stade 3. Après la chirurgie, son état de santé a empiré et le cancer s’est étendu aux poumons. Le cancer en était alors au stade4.

 

Les médecins ont recommandé la chimiothérapie afin de lui prolonger la vie de plusieurs mois, mais elle a refusé et a commencé à rechercher des méthodes alternatives. Elle a trouvé des données sur la façon dont certaines personnes avaient réussi à traiter leur cancer avec succès en utilisant seulement du jus de carottes. Elle a donc commencé son propre traitement en buvant deux litres de jus de carottes quotidiennement. Ann n’a rien changé à son alimentation quotidienne. Au bout de deux mois, il a été établi que les tumeurs d’Ann avaient cessé de croître et que les ganglions lymphatiques avaient également diminué de volume.

 

L’examen médical suivant a eu lieu au bout de trois mois et il a révélé qu’il n’y avait pas de nouvelles tumeurs ni de ganglions lymphatiques enflés, et ils avaient même diminué de volume. La visite médicale suivante, et la dernière a été faite trois mois plus tard. Cette fois, il a été constaté qu’il n’y avait plus de tumeur et que ses ganglions lymphatiques étaient redevenus tout à fait normaux.

 

Au bout de 8 mois de thérapie par le jus de carottes, le cancer avait complètement disparu. Elle a raconté son expérience dans de nombreux médias pour aider ainsi de nombreuses personnes qui se trouvaient dans le même combat.

 

 

Par sante-nutrition.org – le 24 janvier 2015

 

Sources :

www.alive.com

www.chrisbeatcancer.com

www.express.co.uk

www.naturalnews.com

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le Canada se prépare-t-il à envoyer son armée en Ukraine ?

Le Canada se prépare-t-il à envoyer son armée en Ukraine ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

 

Le Canada se prépare-t-il à envoyer

son armée en Ukraine ?

 

Ce n’est plus un secret pour personne que le Canada est bien actif dans cette guerre que l’Occident a provoquée et alimentée en Ukraine. Depuis le coup d’État de février 2014 qui a rendu possible la mise en place, en mars, d’un gouvernement entièrement soumis aux intérêts de l’OTAN et de Washington, les initiatives ne manquent pas pour que la partie prorusse de l’Ukraine soit entièrement soumise aux nouvelles autorités.

 

Or, cette dernière ne l’entend pas ainsi. Ce fut d’abord les habitants de la Crimée qui firent un référendum pour décider de leur indépendance. Le OUI l’emporta avec une très grande majorité et donna lieu à la déclaration d’indépendance de la Crimée que la Russie reconnut aussitôt. Les autres parties du sud-est de l’Ukraine, Donetsk et Lougansk, réalisèrent également un référendum. Dans les deux cas, le OUI l’emporta pour en faire la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk.

 

En septembre 2014, une entente entre les parties, rendue possible grâce à l’intervention de la Russie, a été signée.

 

« Les représentants de Kiev et les séparatistes de l’est de l’Ukraine ont signé samedi à Minsk un mémorandum instaurant un cessez-le-feu et la création d’une zone démilitarisée de 30 km au terme de négociations de paix, la trêve restant fragile dans la région. » 

 

En dépit de cette entente, le gouvernement de Kiev profita de la trêve pour se réarmer et poursuivre, par des groupes mercenaires, les attaques sur le Donbass, secteur sud-est de l’Ukraine. On compte à ce jour plus de 5 000 morts dont la grande majorité sont des civils et plus de 10 000 blessés. À cela s’ajoutent des milliers de personnes qui ont trouvé refuge en Russie. 


Tout récemment, les dirigeants de Républiques populaires, appelés également les séparatistes, voyant que les objectifs de Kiev et de l’OTAN demeuraient les mêmes et qu’ils poursuivaient leurs attaques, ont décidé de passer à l’offensive en misant sur la récupération de Marioupol, dernière grande ville du sud-est encore aux mains de Kiev. 

 

Depuis que le gouvernement de Kiev a tenté, la semaine dernière, de reprendre le contrôle de l’aéroport de Donetsk, les hostilités ont repris de plus belle et la guerre de l’information et de la désinformation renvoie la responsabilité de ces attaques à l’une ou l’autre des parties. 

 

Dans ce contexte, il n’est pas superflu de prendre bonne note des dernières déclarations du président Poutine. 

 

« Nous disons souvent : l’armée ukrainienne. Mais qui comprend-elle en réalité ? On y trouve un certain nombre d’unités militaires officielles, mais la plupart de ses combattants forment les prétendus +bataillons de volontaires nationalistes+ », a affirmé Vladimir Poutine.


Selon lui, « il ne s’agit plus, de facto, d’une armée, mais d’une Légion étrangère, en l’occurrence d’une Légion étrangère de l’OTAN, qui ne cherche pas à défendre les intérêts nationaux de l’Ukraine »

 

« Ses objectifs sont tout à fait différents », a poursuivi le président russe. Il s’agit d’objectifs géopolitiques qui consistent à « endiguer la Russie, ce qui n’a rien à voir avec les intérêts nationaux du peuple ukrainien », a conclu le chef de l’État. »

 

Concernant les tentatives occidentales de diminuer le rôle historique déterminant de la Russie dans la chute du nazisme, il avait ceci à dire  :

 

« Nous devons comprendre que les tentatives de réécrire l’histoire, de revoir le rôle de notre pays dans la Grande Victoire, permettent de justifier les crimes nazis et de faire renaître l’idéologie mortelle du nazisme. Nous devons défendre la vérité sur la Seconde Guerre mondiale, l’exploit, la dignité et l’honneur des survivants et des morts ».

 

Si nous comprenons bien le message de Poutine, ce dernier comprend que Washington et l’OTAN, laquelle lui est entièrement soumise, n’ont en rien modifié leur objectif, à savoir celui de prendre le contrôle du territoire ukrainien et d’y installer, à la frontière de la Fédération de Russie, leur arsenal militaire. Pour M. Poutine, en aucun moment la Russie ne saurait tolérer, au nom même de sa sécurité nationale, que l’Ukraine devienne un territoire occupé par Washington et l’OTAN.

 

Tous ces appels au cessez-le-feu et aux négociations politiques seront à l’avance condamnés à l’échec tant et aussi longtemps que l’Occident (Washington et l’OTAN) n’acceptera pas de laisser tomber cet objectif d’une Ukraine militarisée et soumise au commandement de Washington et de l’OTAN. Cet objectif va au-delà de la ligne rouge, tracée par la Russie. 

 

C’est dans le contexte de cette offensive de Washington et de l’OTAN que le gouvernement canadien apporte sa contribution en millions de dollars et en déploiement des cf-18 et, éventuellement, par l’envoi de soldats entraînés au combat en situation hivernale. Déjà, en novembre dernier, des exercices militaires se sont réalisés dans la région de Portneuf, à Québec. Au moment d’écrire ces lignes, de nouveaux entraînements militaires se réalisent, du 19 au 27 janvier, dans la même région. Cette fois, des soldats polonais et français y participent. 

 

Sachant ce qui se passe en Ukraine dont le climat est semblable au nôtre, nous pouvons raisonnablement penser que l’OTAN prépare une participation armée de nos soldats pour aller combattre les Ukrainiens et Ukrainiennes qui ne sont pas d’accord avec les nouveaux dirigeants qui leur furent imposés de l’extérieur. Pour qui douterait de cette intervention extérieure (Washington et OTAN) dans ce changement de gouvernement, je recommande cet article.


Qui, au Parlement canadien, a suffisamment d’indépendance et de liberté, pour interpeller les autorités gouvernementales sur le rôle que joue le Canada dans cette opération de prise de contrôle d’un territoire étranger ? Combien de millions de dollars y investit le gouvernement et combien de soldats de tous les niveaux y sont impliqués ? Le CF-18 canadiens a été aussitôt mis à la disposition de l’OTAN. 

 

Harper dirige le pays comme un subalterne de Washington. Ce dernier a priorité sur ce que les Canadiens voudraient s’ils étaient informés de tout ce qui s’y passe. Trop de secrets et de silences entourent ces opérations qui nous sont toujours présentées comme des missions humanitaires. Regardons ce que nous avons laissé en Libye, en Afghanistan et même en Irak où nous apprenons que l’armée canadienne y joue un rôle. 

 

Je ne suis pas certain que le Peuple canadien souhaite s’identifier aux intérêts de l’Empire dans le monde et y sacrifier vies et argent. On nous enferme dans une bulle où la pensée unique est reprise par nos médias officiels de manière à ce que nous pensions tous et toutes que tout ce qui s’y fait est pour le plus grand bien de l’humanité. 

 

Il est important de rappeler que ni Washington, ni l’OSCE n’ont pu, à ce jour, donner des preuves indépendantes à l’effet que l’État de Russie et son armée étaient en Ukraine. Ce n’est pas la Russie, comme le répète Harper et les médias officiels, qui a envahi l’Ukraine, mais bel et bien Washington et l’OTAN. Même Le Devoir, le journal de référence des intellectuels, ne se soucie guère de vérifier ces affirmations.

 

Le gouvernement de Russie apporte de l’aide humanitaire aux populations du sud-est de l’Ukraine, victimes des attaques venant des soldats et de l’artillerie de Kiev. De cette aide humanitaire nos médias n’en parlent pratiquement pas. Qu’il y ait des Russes qui décident par eux-mêmes de se joindre aux Russes ukrainiens, c’est bien possible. Il en va sûrement de même pour les conseillers militaires russes qui vont conseiller les indépendantistes russes de l’Ukraine. Le Canada n’envoie-t-il pas ses conseillers militaires tout comme le fait Washington alors qu’aucun Canadien et Étasunien ne sont mis en danger en Ukraine. 

 

Vite, il faut qu’on se réveille avant que la troisième Grande Guerre vienne nous sortir de notre amnésie. 

 

 

 

Par Oscar Fortin - agoravox.fr - le 26 janvier 2015 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Oradour-sur-Glane en 1944, c’était les SS ukrainiens

Oradour-sur-Glane en 1944, c’était les SS ukrainiens | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it



Oradour-sur-Glane en 1944,

c’était les SS ukrainiens !

 De la SS Galicie au Praviy Sector.


L’histoire se répète, mais avec l'aval de la France !


Il est simplement terrifiant de voir comment, 70 ans plus tard, le nazisme renait en pleine Europe, mais cette fois avec l’aval de l’UE qui manipule à des fins purement économiques les idéologies les plus sombres en dénaturant le Bien et le Mal.

 

L’histoire ne se répète pas, elle bafouille. Ce constat avait été formulé par Bruno Gollnisch, député FN, à l’occasion du retour de la Crimée dans le giron russe. Si juste soit-il, je pense ceci dit qu’il est des exceptions qui confirment la règle. Ce que l’on appelle aujourd’hui le Praviy Sector est un remake parfait de la Division SS Galicie dont la création fut annoncée le 28 avril 1943.


L’histoire, hélas, se répète.

 

Voici quelques faits que je me permets de reprendre, un article rigoureusement documenté publié sur le site les-crises.fr d’Olivier Berruyer à l’appui (cf. L’UPA en action et les massacres de la Volhynie). L’année 1942 fut marquée par la création de l’UPA bandériste qui se garantit très vite le soutien de milliers de paysans ukrainiens. C’est à partir de cette date que commencèrent les purges anti-polonaises entreprises dans « l’ancienne partie orientale de la Deuxième République de Pologne ». Celles-ci suivirent les déportations d’intellectuels et d’ecclésiastiques organisées par la NKVD et le fameux massacre de Katyn (1940) perpétré contre près de 4 000 officiers polonais.

 

Quoiqu’injustifiables et particulièrement révélateurs de la cruauté que fut celle de la NKVD, ces déportations et ce massacre ne sauraient être comparés aux traitements indicibles que subirent TOUS les Polonais de la Galicie et de la Volhynie entre 1942 et 1944.

 

Aux horreurs commises par l’UPA bandériste s’ajoutèrent, dès avril 1943, celles de la Division SS Galicie (25.000 hommes recrutés). Le bref conflit d’influences qui opposa ces deux courants fut vite dépassé par l’envoi des UPI dans les rangs de la SS Galicie qui dispensa leur formation. Il faut rappeler et souligner que cette dernière était directement issue de la Waffen-SS et s’inspira par conséquent et de son idéologie, et de son expérience militaire. Comme l’alter ego a parfois tendance à en faire plus que l’ego, la barbarie qui caractérisa l’UPA et la SS Galicie faisait pâlir les Allemands. En voici une illustration exhaustive tirée du même document : « Un autre problème est la spécificité des massacres des couples mixtes. En effet les bourreaux obligeaient le conjoint ukrainien à assassiner son propre conjoint polonais. Ce type de barbarie n’a jamais été relevé dans le cas des couples polono-russes ni celui de couples germano-juifs ».

 

Notons qu’après la guerre, les collabos ukrainiens jouirent du soutien (indirect) du Vatican qui obtint l’envoi des prisonniers de guerre galiciens dans des camps italiens. Le Saint-Siège motiva sa décision de la façon suivante : ces gens-là (les SS Galicie et leurs auxiliaires de l’UPA) étaient de « bons catholiques de tradition anticommuniste ». Cette prise de position est en réalité assez peu étonnante si l’on connait l’épisode de la « route des rats » tracée par l’évêque autrichien Alois Hudal avec l’aval (quoique jamais reconnu officiellement) de Rome.

 

70 ans plus tard, le nazisme d’inspiration galicienne redresse l’échine. Je vous renvoie à l’interview de Bogdan Boutkevitch, journaliste ukrainien, qui sur hromadske.tv tint un discours pour le peu inimaginable. J’ai moi-même pris la peine de visualiser cette intervention dans sa version originale, en ukrainien. En voici un extrait : « Le Donbass est une région dépressive (…). En ce qui concerne la région de Donetsk dans son ensemble, il y a 4 millions de personnes dont une bonne partie est inutile (Boutkevitch emploie bien le terme « nepotrebe » qui se traduit strictement par « inutile »). De manière générale, le Donbass doit être utilisé comme une ressource (…), car il convient avant tout de songer aux intérêts nationaux ukrainiens. Comment le faire… (petite pause) Si cruel que cela puisse paraitre, il faudrait tuer 1,5 million de personnes (…). »

 

Ces propos repris, je préciserai cependant que Boutkevitch est ultérieurement revenu sur son intervention en affirmant avoir appelé à tuer les « terroristes » à l’œuvre dans la région et simplement estimé qu’il y avait 1,5 million de personnes « inutiles »… parce qu’elles ne pourraient jamais trouver de travail (or, même à supposer que l’original avait été coupé, le passage portant sur les éléments dits « inutiles » se concrétise dans l’original par un autre argument : « ces gens-là ne veulent pas travailler »). Qu’aurait-on dit d’un journaliste français ou russe si celui-ci avait dit, dans le meilleur des cas, que « les habitants de telle région sont inutiles parce que ce sont des chômeurs professionnels » ?

 

Qui plus est, si Boutkevitch a quand même tenté de se justifier, il n’y a eu aucune réaction de la part de ses collègues de la chaîne hromodske.tv, à savoir de la journaliste qui avait réalisé l’interview.

 

On peut bien entendu considérer que le cas de ce journaliste est un cas isolé. Formellement, oui. En revanche, la tactique adoptée par la junte de Kiev vont dans le sens de son intervention : pilonnage absolument inutile des maisons, recours à l’utilisation de gaz toxique dans le Donbass (fait notamment avéré lors de la prise du mont Saour-Mogila), recours aux bombes à phosphore blanc (des échantillons de terre seront prochainement envoyés aux experts occidentaux), tentatives récurrentes de faire obstacle aux convois humanitaires.

 

Et maintenant, je vous laisse apprécier un détail particulièrement croustillant : le mont Saour-Mogila a été pris par le bataillon Azov. Ses insignes sont exactement ceux du Wolfsangel (littéralement, la rune du loup) qui appartenait au Das Reich.


Le même Das Reich qui mit à feu et à sang Oradour-sur-Glane, le même qui orchestra le carnage de Montpezat-de-Quercy.


Du reste, faut-il s’en étonner sachant que le drapeau rouge et noir du Praviy Sector reprend les couleurs de l’UPA précédemment mentionnée, c’est-à-dire de l’armée insurrectionnelle ukrainienne à l’origine des purges ethniques de 1943 ?

 

Faut-il également s’étonner du fait que même selon Human Rights Watch, une ONG dont le siège se trouve à New York, rien qu’en juillet près de 1.150 civils ont été tués dans les régions de Lougansk et Donetsk ?

 

Et après tout cela, on nous rabâche les oreilles en parlant d’agression russe et de démocratie (embryonnaire) à Kiev, obligé de faire face aux « terroristes prorusses ».


Le Parlement européen condamne Svoboda en 2012 comme extrémiste (judéophobe avant tout) pour deux ans plus tard en faire un parti démocratique allié de l’UE.


On parle de la Shoah pour justifier, parallèlement, les agissements du Praviy Sector.


On passe sous silence le massacre d’Odessa tout comme on passe sous silence les conclusions tirées suite à l’analyse des boîtes noires du Boeing 777 et qui ont été publiées sur globalresearch, un site canadien et non pas russe.

 

Il est simplement terrifiant de voir comment, 70 ans plus tard, le nazisme renait en pleine Europe, mais cette fois avec l’aval de l’UE qui manipule à des fins purement économiques les idéologies les plus sombres en dénaturant le Bien et le Mal.

 

 

 

Par Françoise Compoint (professeur de philosophie) - La Voix de la Russie – le 14 août 2014

Koter Info's insight:


C'étaient les "mêmes" et, au Donbass,

c'est "Oradour" tous les jours !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Syrie. Alep encerclé, l’Occident cherche une autorisation spéciale pour sauver ses hordes de terroristes (NEO)

Syrie. Alep encerclé, l’Occident cherche une autorisation spéciale pour sauver ses hordes de terroristes (NEO) | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Syrie. Alep encerclé, l’Occident cherche une

autorisation spéciale pour sauver

ses hordes de terroristes (NEO)

Par Tony Cartalucci (*)


 

L’armée arabe syrienne serait proche d’encercler complètement les miliciens qui ont occupé la ville du nord d’Alep depuis qu’ils ont envahi la Syrie à partir des territoires de l’OTAN en 2012. Une fois que l’encerclement sera complet, les analystes estiment que la ville sera finalement libérée, dans un processus similaire à la reprise de Homs, plus au sud.

 

Le désespoir des miliciens face à cette phase finale de la bataille d’Alep se révèle au travers des tentatives de leurs sponsors occidentaux pour négocier un cessez-le-feu et organiser une « aide » pour les atteindre. Des tentatives similaires ont été faites en vain pendant les dernières phases de la bataille d’Homs à la mi-2014 — la ville de Homs ayant été l’épicentre de l’activité terroriste à partir de 2011 est maintenant sous le contrôle du gouvernement syrien. De petites poches de miliciens ont été isolées au sein d’Homs, permettant ainsi de rétablir l’ordre dans la majorité de la ville et de la région environnante.

 

Alors que le gouvernement syrien retrouve systématiquement le contrôle de la nation jusque là contrôlée en partie par des terroristes soutenus par l’Occident qui inonde le pays par des torrents d’argent, d’armes et d’équipements, le désespoir des Occidentaux au regard de leurs intérêts a visiblement augmenté.

 

Le journal The Guardian, un des leaders parmi les nombreux médias propagandistes qui déforment le récit du conflit depuis ses débuts en 2011, tente maintenant de former un récit de la situation en affirmant que seule l’OTAN pourra garantir la sécurité en établissant un « no-fly zone » sur Alep qui permettra d’aider les « rebelles modérés » à repousser les forces gouvernementales syriennes, et repousser les forces de « l’État Islamique (EI) ».

 

Dans un article intitulé « les rebelles syriens se préparent à défendre Alep ruiné alors que les troupes et les milices sont en passe de s’affronter », The Guardian déclare :

 

Depuis, les gains supplémentaires du régime ont été âprement disputés, la plupart des percées ont été repoussées par les combattants rebelles et les habitants, tous deux encore sous le choc de la diminution de leurs forces dans la guerre avec l’EI. Pendant ce temps, l’EI rôdait à plus de 30 kilomètres, narguant le Front islamique avec une station de radio, qui joue régulièrement des chants islamiques insultant les membres du groupe.

 

« Il s’agissait de pertes stratégiques pour nous », a déclaré le commandant d’Alep suite aux gains effectués par l’EI. « Et même [encore] maintenant les Étatsuniens doutent de notre engagement à les combattre ? Lorsque [les États-Unis] sont revenus en Syrie, nous pensions que le moins qu’ils pouvaient faire était de neutraliser la flotte aérienne d’Assad. Mais elle a bombardé la ville plus qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant, et cela avant l’arrivée des Étatsuniens. Bien sûr, nous pensons qu’ils ont un accord avec le régime. C’est évident ».

 

Bien sûr, la réalité est tout autre : les États-Unis ont simplement utilisé l’EI comme prétexte pour violer l’espace aérien syrien, l’étape suivante étant d’établir des zones interdites de survol (« no-fly zone ») qui ont en fait été prévues de longue date, pour contrecarrer l’armée arabe syrienne. Tout comme en Libye, le no-fly zone permettrait tout simplement de donner le reste de la Syrie à l’EI (et à d’autres entités affiliées à Al-Qaïda) — qui est clairement la force milicienne la plus engagée dans la lutte contre le gouvernement syrien, et clairement les bénéficiaires de la grande majorité du matériel de soutien fourni par l’OTAN et leurs partenaires régionaux, notamment l’Arabie saoudite, le Qatar et Israël.

 

Il convient de noter que, tandis que The Guardian affirme que les miliciens restants encerclés à Alep s’opposent à l’EI, le même article admet que ces mêmes miliciens en coordination avec le Département d’État US sont en lien avec l’organisation terroriste étrangère, Al Nosra. The Guardian admet ainsi :

 

La lutte pour Zahraa, une des rares enclaves chiites dans le nord de la Syrie, est dirigée par l’organisation Jabhat al-Nusra affiliée à al-Qaida, avec qui le Front islamique a une entente, mais aucune alliance formelle. Après avoir tenu difficilement ce territoire pendant une grande partie de l’année écoulée, al-Nosra a récemment saisi de grandes parties de territoire près de la frontière turque, se réaffirmant comme une force déterminante au détriment des groupes non djihadistes. L’évolution rapide de la situation sur le terrain oblige à de nouveaux arrangements avec le Front islamique, qui déclare qu’il a attendu en vain l’aide promise par les pays arabes, mais qui n’a jamais été livrée.

 

Ces mêmes forces de l’EI qui sont présumées être opposées aux « rebelles modérés » ont vu des milliers de soi-disant « modérés » faire défection pour rejoindre récemment leurs rangs apportant avec eux de grosses sommes d’argent et des armes fournies par l’Occident. Cet Al Qaïda — à la fois Al Nusra et l’EI — semble prospérer le long de la frontière turque indiquant que le soutien de l’OTAN ne va pas uniquement aux « rebelles modérés », mais va aussi intentionnellement à Al-Qaïda, ou à des groupes modérés dont l’OTAN sait, qu’ils collaborent avec, ou vont se joindre prochainement à Al-Qaïda.

 

Avec la menace des propres groupes qu’il a créés — perpétués jusqu’à ce jour et prospérant le long des frontières de l’OTAN, cherchant refuge sur le territoire de l’OTAN et recevant en toute impunité un approvisionnement ininterrompu provenant des territoires de l’OTANl’Occident cherche à influencer les opinions publiques en instrumentalisant la crainte de propagation de l’EI et en faisant accepter au monde, une plus grande intervention militaire directe, jusqu’à la création de zones de survol interdites, et peut-être de politiques plus agressives, y compris la constitution de « zones de sécurité » dans lequel l’EI pourrait organiser des opérations militaires de plus grande envergure et plus efficaces à l’intérieur de la Syrie.

 

Comme exposé en 2007 par Seymour Hersh, journaliste qui a gagné à deux reprises le Prix Pulitzer, dans son article du New Yorker intitulé « The Redirection », l’Occident a conspiré pour former et disséminer dans le monde arabe des terroristes mercenaires affiliés à Al-Qaïda afin de débuter une guerre (par procuration) contre l’Iran et affaiblir son influence grandissante. Le soutien étatsunien devait transiter par l’Arabie Saoudite de façon à maintenir un semblant de déni plausible et une compartimentation opérationnelle. De toute évidence, ce qui se déroule aujourd’hui en Syrie, est la manifestation in extenso, de l’article méticuleux de neuf pages de Hersh.

 

Pour lutter contre cette conspiration criminelle, la Syrie et ses alliés doivent assurer que le conflit en cours est une invasion terroriste, et non une « guerre civile » et que toute stratégie formulée pour lutter contre ce fléau du terrorisme doit inclure le gouvernement syrien — manifestement le plus capable d’affronter Al-Qaïda et l’EI depuis 2011. Ainsi, plus l’Occident et ses alliés régionaux aident ce front terroriste, plus grand sera le soutien en Syrie et sur la scène mondiale pour le combattre — et acculer la politique étrangère occidentale permettant aux Syriens de finalement rétablir l’ordre dans leur nation assiégée.

 

 

Par Tony Cartalucci (*) (journal-neo.org) — le-blog-sam-la-touch.over-blog – le 25 janvier 2015

 

Tony Cartalucci, est un écrivain et un chercheur en géopolitique basé à Bangkok géopolitique, écrivant en particulier pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Vidéo - La dette grecque vue par Syriza

Vidéo - La dette grecque vue par Syriza | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Vidéo - La dette grecque vue par Syriza Paris

 

Voici une courte allocution de Nestor Nestoridis, économiste et membre de Syriza Paris, qui parle de la dette grecque et des solutions envisagées par le parti Syriza.

 


>>> Voir la vidéo ici

 

Par l’agenceinfolibreTV - Vidéo ajoutée le 25 janvier 2015 sur YouTube


more...
No comment yet.
Rescooped by Koter Info from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

LLN - Quid des kots en 2015 ?

LLN - Quid des kots en 2015 ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Voici quelques précisions utiles suite à divers commentaires reçus après une première publication.


Comme je l'écrivais clairement en réponse ouverte à Monsieur Olivier Maroy, je souhaitais seulement que l'on cesse de généraliser des exceptions et de ternir la réputation générale des kots à LLN.


Je connais beaucoup de bons propriétaires responsables dont les kots sont irréprochables, même eux ont eu difficile de louer tous leurs kots à la rentrée 2014-2015, parce que la pénurie des kots est terminée et que les étudiants avaient le choix, mais ils l'ignoraient ! Nuance importante !


Fin octobre 2014, il restait encore beaucoup de kots non loués répartis tant dans (toutes) les agences de LLN qu'à l'UCL (aussi et beaucoup) ou que chez les particuliers.


A cela, j'ajoute qu'il y avait même des endroits complètement remis à neuf et présentés au prix de location moyen de 300 euros tous frais compris. Donc, il n'est pas question de ruines, de prix exorbitants ou de mauvaise qualité.


Généralement les charges mensuelles sont effectivement très élevées, alors que les propriétaires louent les kots au prix moyen de 300 euros par mois tous frais compris. Je réitère donc que c'est cela la généralité et que la majorité des agences sont très honnêtes et correctes.


Je rappelle également qu'il existe déjà un permis de location légal, obligatoire et renouvelable, ce qui exclut automatiquement des délabrements constatés dans le passé.


D'autre part, si vous reconnaissez que les étudiants peuvent faire un usage musclé du kot et des guindailles sans limites, je rappellerai que cela s'appelle un non-respect des locaux, ce qui relève d'une déficience éducative ou d'une démission des parents dans le suivi de leurs rejetons.


Depuis une dizaine d'année, les adultes du campus se plaignent en constatant que c'est toujours plus grave d'une année à l'autre au niveau du "je-m'en-foutisme" massif des jeunes. A peine quelques jours après la rentrée 2014-2015, les beuveries engendraient déjà des bagarres générales, de nombreux blessés et des dégâts collatéraux. Tout cela se répercute aussi dans les communautaires !


Toutefois, des accidents surviennent aussi, par exemple des dégâts des eaux, ce qui engendre des dégâts dans les étages inférieurs et oblige à attendre que tout soit parfaitement sec avant de pouvoir réparer et repeindre. Naturellement, entre-temps, il y a des taches au plafond et sur les murs, mais cela n'a rien à voir avec de la mauvaise qualité initiale !


Le dernier cas qui m'a été rapporté était dû à un étudiant ivre (très ivre) ayant décidé de prendre une douche en rentrant au commu en pleine nuit. Malheureusement, il s'est endormi dans la douche en bouchant l'évacuation d'eau avec son corps affalé. Conséquence, la douche a débordé et tous les étages inférieurs ont eu droit à des séquelles que vous imaginerez facilement tout en souriant à propos de la cause.


Un autre avait décidé de faire des frites, mais après avoir mis l'huile à chauffer, il s'est aussi endormi dans un fauteuil et cela a coûté un incendie dans la cuisine, fort heureusement sans faire de victime, mais beaucoup de dégâts.


Je peux vous écrire un livre d'anecdotes du genre, naturellement lorsque la RTBF (ou autre) a l'occasion de passer dans un endroit non encore restauré, la presse se régale et entretient une mauvaise réputation injustifiée ou erronée, celle que je critique, sans plus.


Je concède que des exceptions existent, mais elles disparaîtront par la force des choses. En conclusion : s'il pouvait y avoir autant de bons locataires que de bons propriétaires à Louvain-La-Neuve, les locaux seraient irréprochables !


Si vous en avez l'occasion, visitez un communautaire remis à neuf au 15 septembre et retournez le visiter à l'improviste un mois plus tard, alors, vous comprendrez ce qu'est la vie des étudiants durant l'année académique et tout ce qui en découle.

Duc




-----------------------------------------------------


Pour mémoire : sujet initial


Olivier Maroy s'inquiète des kots à Louvain-La-Neuve

"La situation est préoccupante"


C’est connu, la recherche d’un kot à Louvain-la-Neuve s’avère souvent fort compliquée. Olivier Maroy (MR), député wallon, s’est inquiété de la situation. Il dénonce les pratiques de certaines agences immobilières actives sur le campus et soumet trois propositions pour « mettre de l’ordre » dans tout cela.


« Il y a urgence à mettre de l’ordre dans certaines pratiques où l’on profite de l’inexpérience de l’étudiant ». Tel est l’objectif visé par le député wallon Olivier Maroy (MR) dans sa question orale au ministre du Logement Paul Furlan (PS).


Le constat du député orp-jauchois est limpide : « à Louvain-la-Neuve, il y a les kots loués par l’UCL et ceux loués par des privés. Souvent, ces derniers confient la gestion à des agences. Certaines d’entre elles, je ne dis pas toutes mais bien certaines, ont des pratiques douteuses. »


Olivier Maroy pointe l’exemple des remises de kot à la fin du bail.


« Lors de l’état des lieux, il peut y avoir de l’abus. C’est-à-dire que l’usure normale ou les dégâts, car ça peut arriver aussi, sont parfois facturés à la tête du client. C’est pourquoi je propose l’idée d’une grille objectivée des dégâts. Par exemple, dire un cordon de douche, c’est autant. On éviterait ainsi d’avoir parfois des montants exorbitants. Le recours à des méthodes proches de l’intimidation au moment de l’état des lieux de sortie a également été dénoncé par différents intervenants. »


Davide Cacciatore

Source : La Capitale.be


-----------------------------


Réponse ouverte à Monsieur Maroy


Monsieur Maroy s'inquiète à tort, car, actuellement, il y a suffisamment de kots sur le campus de LLN, les étudiants ont donc le choix et peuvent faire la fine bouche. En clair, il y a trop de kots et certains restent non loués après la rentrée académique !


En ce qui concerne le constat des dégâts locatifs, ils sont majoritairement établis par des experts agréés qui pratiquent légalement la politique de valeur à attribuer aux dégâts. Généralement, les dégâts sont bien inférieurs à 50 euros après une année de guindaille, chercher l'excès.


Quant aux agences en place, elles sont majoritairement très sérieuses.


J'invite donc Monsieur Maroy à ne pas généraliser ce qui relève peut-être de l'exception, car c'est trop facile de jeter le discrédit engendrant une mauvaise réputation dont LLN se passerait volontiers.


Je précise également que la majorité des propriétaires ne cesse d'investir de grosses sommes pour moderniser, améliorer et entretenir les bâtiments.


Croyez-moi ou non, mais après ces investissements, les frais normaux annuels, les taxes (PrI) et les impôts (IPP), il ne reste pas grand chose en net dans la poche des propriétaires trop souvent désignés à tort comme de vulgaires capitalistes sans foi ni loi.


Pour ceux qui l'ignoreraient, les loyers des kots à Louvain-La-Neuve comprennent tous les frais (chauffage, électricité, nettoyage, gestion, syndic, etc), alors quand vous entendez le prix du loyer brut, dites-vous bien qu'en net, le propriétaire n'en perçoit que le tiers avant d'envisager d'investir en rénovations.


Je pense qu'il est nécessaire de remettre les pendules à l'heure et de parler franchement pour faire cesser les ragots une fois pour toute.


Aujourd'hui, les pratiques dans Louvain-La-Neuve ne sont plus celles que Monsieur Maroy aurait pu connaître durant ses études. Une nouvelle génération de propriétaires responsables a remplacé l'ancienne qui se reposait effectivement sur les agences et les agences ont également changé de génération de gestionnaires.


Nous sommes en 2015 et plus au siècle dernier !


Duc


Koter Info's insight:


Louer un kot à Louvain-La-Neuve, c'est s'y prendre à temps (avril-mai) et passer par de bonnes agences et de bons propriétaires, simple, non ?


more...
Koter Info's curator insight, January 25, 9:02 PM


La vérité sur les kots à LLN


Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Comprendre l’esprit russe

Comprendre l’esprit russe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Comprendre l’esprit russe

 

De récents événements comme le renversement du gouvernement de l’Ukraine, la sécession de la Crimée et sa décision de rejoindre la Fédération de Russie, la campagne militaire qui en a résulté contre les civils d’Ukraine de l’Est, les sanctions occidentales contre la Russie, et plus récemment l’attaque contre le rouble, ont provoqué une phase de transition au sein de la société russe, qui est à mon avis très peu comprise, voire tout à fait incomprise en Occident. Ce manque de compréhension induit pour l’Europe un net désavantage en ce qui concerne sa capacité à négocier efficacement pour résoudre cette crise.

 

Bien qu’avant cette crise les Russes se satisfaisaient de se considérer comme un pays européen comme les autres, ils se sont maintenant souvenus qu’ils forment une civilisation particulière, avec des racines culturelles différentes (Byzance plutôt que Rome), une civilisation qui a fait l’objet d’efforts de destruction coordonnés de la part de l’Occident une à deux fois par siècle, que ce soit de la part de la Suède, la Pologne, la France ou l’Allemagne, ou de n’importe quelle combinaison des pays cités ci-dessus. Ceci a formé dans le caractère russe un modèle d’attitudes particulières, qui est susceptible de conduire l’Europe et le reste du monde au désastre s’il n’est pas bien compris.

 

A contrario de ce que vous pourriez penser, à savoir que l’influence culturelle de Byzance sur la Russie a été assez insignifiante, celle-ci est en fait assez fondamentale. Cette influence culturelle, qui apparut à l’avènement de la chrétienté orthodoxe, d’abord en Crimée (berceau du christianisme en Russie), puis à Kiev, capitale de la Russie (la même Kiev qui est aujourd’hui la capitale de l’Ukraine), permit à la Russie de faire un bond de géant de plus ou moins mille ans dans son développement culturel. Ces influences expliquent la nature opaque et lourdement bureaucratique de la gouvernance russe, que les Occidentaux, qui adorent la transparence (même si c’est seulement pour les autres), trouvent profondément agaçante, et bien d’autres choses encore.

Les Russes aiment assez nommer Moscou la Troisième Rome — troisième après Rome et Constantinople — et ceci n’est pas vide de sens. Mais cela ne signifie pas que la civilisation russe est un produit dérivé ; certes, elle a réussi à absorber la totalité de l’héritage classique, perçu au travers d’une lunette typiquement orientale, mais son immense territoire nordique a transformé cet héritage en quelque chose de radicalement différent.

 

Ce sujet étant d’une immense complexité, je me concentrerai sur quatre facteurs que j’estime essentiels pour comprendre le changement dont nous sommes aujourd’hui témoins. 

 

1 — Gestion des offenses

2 — Comment traiter les envahisseurs

3 — Comment traiter avec les puissances étrangères

4 — Merci, nous avons les nôtres


 >>> Voir le développement de ces quatre points ici

 


Conclusions

 

Ce chapitre s’écrit presque tout seul. C’est une recette de désastre, je vais donc le rédiger comme une recette.

 

1.— Prenez une nation habituée à répondre aux offenses en vous envoyant au diable, et en refusant d’avoir le moindre rapport avec vous, plutôt que par la bagarre. Assurez-vous que les ressources naturelles de cette nation vous sont indispensables pour éclairer et chauffer votre maison, pour construire vos avions de ligne et vos avions de chasse, et pour tout un tas d’autres choses. Gardez à l’esprit qu’un quart des ampoules électriques aux États-Unis ne s’allument que grâce au combustible nucléaire russe, et aussi que la rupture d’approvisionnement du gaz russe à l’Europe serait un cataclysme de première grandeur.

 

2.— Donnez-leur le sentiment d’être envahis en installant dans un territoire qu’ils considèrent comme une partie historique de leur patrie un gouvernement qui leur soit hostile. La seule partie de l’Ukraine qui ne soit pas vraiment pas russe est la Galicie, qui s’est séparée il y a des siècles, et donc les Russes vous diront « emmène-la au diable avec toi » Si vous aimez vos néonazis, vous pouvez les garder. Et rappelez-vous aussi comment les Russes traitent les envahisseurs : ils les font geler jusqu’à extinction.

 

3.— Imposez à la Russie des sanctions financières et économiques. Découvrez avec horreur que vos exportateurs perdent de l’argent lorsqu’en rétorsion instantanée la Russie bloque vos exportations agricoles. Gardez à l’esprit que ce pays, à cause d’une longue histoire d’invasions, a l’habitude de faire financer sa défense par les États mêmes qui lui sont potentiellement hostiles. Si ça ne marche pas, il utilisera d’autres moyens pour vous persuader, comme vous faire geler à mort. Plus de gaz pour les états de l’OTAN est une devise qui parle bien. Espérez, et priez pour qu’ils ne l’adoptent pas à Moscou.

 

4.— Montez une attaque contre leur monnaie nationale, de façon à ce qu’elle perde une partie de sa valeur, en équivalence avec la baisse du prix du pétrole. Observez avec horreur que les officiels russes sont hilares parce que la baisse du rouble a fait que les revenus de l’État n’ont pas changé malgré la baisse du prix du pétrole, car cette baisse du rouble a annulé une partie du déficit budgétaire potentiel. Regardez avec horreur vos exportateurs faire faillite, car leurs produits sont devenus trop chers pour le marché russe. Gardez à l’esprit que la Russie n’a pas une dette nationale digne d’être mentionnée, a un déficit budgétaire négligeable, a beaucoup de devises étrangères en réserve et un important stock d’or. Gardez aussi à l’esprit que vos banques ont prêté des centaines de milliards aux sociétés russes (que vous venez juste d’exclure, par vos sanctions, de votre système bancaire). Espérez et priez pour que la Russie n’impose pas un moratoire au remboursement de ces dettes aux banques occidentales tant que les sanctions ne sont pas levées, car cela détruirait vos banques.

 

5.— Regardez avec horreur la Russie signer des contrats de fourniture de gaz avec tout le monde, sauf avec vous. Est-ce qu’il restera encore du gaz pour vous quand ils auront fini ? En fait, il semble que ce ne soit plus un souci pour les Russes, car vous les avez offensés, et étant les gens qu’ils sont, ils vous ont dit d’aller au diable (n’oubliez pas d’emmener la Galicie avec vous), et ils traitent maintenant avec d’autres nations plus amicales.

 

6.— Continuez à observer avec horreur la Russie qui s’emploie à rompre tous les liens commerciaux avec vous, à trouver des fournisseurs dans d’autres coins du monde, et à organiser sa production de façon à remplacer les importations.

 

Et c’est alors que vient la surprise, dont on n’a d’ailleurs pas assez parlé. La Russie vient d’offrir un marché à l’UE. Si l’UE refuse d’adhérer au Partenariat Transatlantique pour le Commerce et l’Investissement avec les États-Unis (traité qui, de plus, est économiquement néfaste pour l’Europe), elle peut alors rejoindre l’Union Douanière avec la Russie. Pourquoi vous infliger de vous geler alors qu’on pourrait geler Washington à la place ? Ceci est le dédommagement que la Russie accepterait pour le comportement hostile de l’Europe en ce qui concerne l’Ukraine et les sanctions.


De la part d’un État douanier, c’est une offre extrêmement généreuse. Elle sous-entend beaucoup de choses : la reconnaissance que l’Europe n’est pas une menace militaire pour la Russie, ni même économiquement d’ailleurs ; le fait que les États européens sont tous mignons, petits et gentils, et qu’ils fabriquent d’excellentes saucisses et du bon fromage ; la reconnaissance du fait que la mouture actuelle de politiciens est incapable et inféodée à Washington, et qu’ils ont besoin d’une grande claque pour comprendre où se situent les véritables intérêts de leurs nations. L’Europe acceptera-t-elle cette offre, ou acceptera-t-elle la Galicie comme nouveau membre, pour geler avec elle ?

 

 

Par le Club Orlov - fr.sott.net - le 13 janvier 2015

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Vidéo - Ce sans-abri est tombé. Et lorsque vous verrez qui l’a aidé à se relever, cela vous brisera le cœur

Vidéo - Ce sans-abri est tombé. Et lorsque vous verrez qui l’a aidé à se relever, cela vous brisera le cœur | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ce sans-abri est tombé. Et lorsque vous verrez qui l’a aidé à se relever, cela vous brisera le cœur

 

Que feriez-vous si un homme avec des béquilles s’écroulait dans la rue, devant vous ? Et si cet homme était un sans-abri ? Cela changerait-il quelque chose à votre réaction ? Cette vidéo explore justement cette question : est-ce que l’apparence et le physique influent sur la manière dont on traite les gens ?

 

Et les résultats de cette expérience sont surprenants. Tout d’abord, on a « fait tomber » un homme d’affaires aisé. De nombreuses personnes se sont ruées à son aide, ce qui réchauffe le cœur.

 

Mais que se passe-t-il lorsque c’est un sans-abri qui s’écroule ?


>>> Regardez cette vidéo pour le découvrir…

 


Par bridoz.com – janvier 2015

Koter Info's insight:


Les "BCBG" ne vous aident que si vous portez un costard, moi, j'ai honte pour eux ! Et vous, dans quelle catégorie vous situez-vous ? Notez qu'il n'est jamais trop tard pour changer !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Dans quelques années, vos livres préférés auront peut-être été écrits par des robots

Dans quelques années, vos livres préférés auront peut-être été écrits par des robots | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Dans quelques années, vos livres préférés auront

peut-être été écrits par des robots

 

Les robots pourront-ils bientôt remplacer les écrivains ? C’est sur cette question que se sont penchés plusieurs chercheurs depuis quelques années. DGS vous propose de découvrir quelques projets fascinants, qui pourraient bientôt révolutionner la littérature traditionnelle.


L’intelligence artificielle est un thème qui passionne depuis longtemps les auteurs de science-fiction. Aujourd’hui, les visions futuristes de ces écrivains deviennent réalité. Le spécialiste en intelligence artificielle Ray Kurzwell, qui travaille chez Google, a prédit qu’en 2029 les ordinateurs seront plus intelligents que le plus intelligent des humains. Le scientifique Stephen Hawking et l’entrepreneur Elon Musk, fondateur d’entreprises comme PayPal et Tesla, pensent que l’humanité est à l’aube d’une nouvelle ère. Ils ont tous les deux signé une lettre ouverte appelant au développement responsable de l’intelligence artificielle, afin d’éviter toutes menaces liées à cette dernière.


Les romanciers doivent-ils s’inquiéter de la montée en puissance des intelligences artificielles et prendront-elles un jour leur place ? Dans le célèbre roman d’anticipation « 1984 » de George Orwell, le peuple lit des livres générés automatiquement par une machine.


Seulement voilà, une machine remplacera difficilement Victor Hugo. La littérature est en effet remplie d’émotions humaines, l’auteur puisant son inspiration dans son expérience personnelle, qu’elle soit sensorielle ou émotionnelle. Si un jour une intelligence artificielle évolue au point de savoir ce que représentent les souvenirs liés aux plats de notre enfance ou la satisfaction de découvrir le premier rayon de soleil du printemps après un long hiver, l’algorithme ne sera pas en mesure de véritablement « connaitre » de telles expériences. Pour toutes ces raisons, il est assez peu raisonnable, de prime abord, de penser qu’un robot puisse rivaliser avec un romancier fait de chair, d’os et de pensées. Mais certains chercheurs pensent l’inverse…


Selon le futurologue (spécialiste de l’observation des changements qui s’amorcent et de la prédiction des évènements à venir) Kevin Warwick, un robot pourrait écrire aussi bien qu’un homme dans un futur proche. Pour tous ceux qui sont sceptiques, ce spécialiste avait prédit l’avènement des drones plusieurs années avant leur apparition. Nous vous en parlions il y a quelque temps, des intelligences artificielles sont déjà capables de rire et de faire rire. Elles peuvent composer de la musique, créer des œuvres visuelles et écrire de la poésie (depuis 1983 et la sortie du livre « The Policeman’s Beard is Half Constructed » écrit par un programme du nom de Racter). Les machines sont aussi capables d’écrire des romans, mais ces derniers sont encore d’une piètre qualité, comme le roman True Love, écrit par un algorithme créé par Alexander Prokopovich en 2008.


Des programmes informatiques permettent déjà de nous aider dans la rédaction de textes grâce à des outils de correction orthographique ou stylistique. Mais les machines apprennent aussi de nous. « Take the What If Machine » est une création d’un groupe international d’experts en apprentissage. Voici comment se présente ce projet : un homme choisit le genre littéraire ainsi que plusieurs autres détails à partir d’une liste, puis la machine réfléchit et recrache un court texte. Pour l’instant, le résultat est encore un peu chaotique. Si vous choisissez l’option Kafka, le résultat sera… très kafkaïen ! Ainsi, voici le genre de phrases écrites par cette machine : « Et si un vieux chien, qui ne pouvait plus marcher, décidait de monter sur un cheval ? » Le travail le plus difficile pour les chercheurs est d’apprendre à la machine à comprendre ce qui est intéressant du point de vue de la fiction.


Darius Kazemi, ancien développeur de jeux vidéo, a lancé le projet National Novel Generation Month (ou NaNoGenMo), un concours littéraire avec une seule contrainte :  les textes doivent être entièrement générés grâce à un code informatique.


Bien sûr, cela impliqu