Koter Info - La G...
Follow
Find
199.2K views | +435 today
 
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

José Mujica, Président

 

Le Président de l’Uruguay se préoccupe plus du bien-être de ses concitoyens que du reste.  Son discours est un exemple que devraient suivre "nos" politiciens. - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 91.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 90.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


181.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 3:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


181.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Crash du vol MH17

Crash du vol MH17 | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le crach de l'avion Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans la zone de conflit de l'Ukraine a conduit à une crise diplomatique majeure entre la Russie et l'Occident.


L'Occident, sans un début de commencement de preuve, a immédiatement accusé la Russie. L'ours a réagi (hier) à l'ONU de façon magistrale.


La Russie a accusé l'Ukraine de refuser de livrer au monde entier tous les enregistrements des communications de ses contrôleurs du trafic aérien, avant et après la catastrophe.  Ce qui est vrai et ce qui empêche de procéder à une vraie enquête internationale. 

Au lieu d'accuser les combattants russophones d'avoir abattu cet avion, il faut commencer par le début.


Pourquoi cet avion a survolé cet espace-là ?


Du coup, Kiev se défile, une fuite en avant qui en dit long sur ses réelles intentions. 

En demandant à Kiev de livrer ses "secrets", l'ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l'ONU, Vitaly Tchourkine, a visé juste.


Les transcriptions des conversations des contrôleurs aériens avec l'équipage du vol MH17 montreront certainement que Kiev ment.

En accusant les indépendantistes russophones d'avoir abattu l'avion avec un système de missiles BUK, l'Occident et Kiev mettent la charrue avant les boeufs.


Il y a quand même 298 personnes mortes dans ce crash et, selon nos informations, l'une des boites noires disculpe les russophones.


Pourquoi les éléments pertinents ne sont-ils pas rendus publics ?

Koter Info's insight:


Vol MH17 Malaysia Airlines,

vérité cachée et mensonges

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Les USA et leurs conquêtes


Pour comprendre correctement les actualités mondiales, voici un excellent documentaire :


" Les États-Unis à la conquête de l'Est "


 
La plupart des révolutions sont le fruit de manipulations américaines, cette enquête le démontre clairement, mais à vous de la découvrir pour comprendre le mécanisme.  -  Duc
more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Se mobiliser pour YOURTCHENKO !

Se mobiliser pour YOURTCHENKO ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


AVIS DE MOBILISATION AUTOUR DE YOURI YOURTCHENKO ! 

 

Un nouveau correspondant de guerre, après Andrew Stenin, disparu le 5 août vient d’être arrêté dans le Donbass par l’armée de Kiev. Il s’agit de Youri Yourchenko, 59 ans poète et dramaturge né à Odessa et vivant en France depuis 1992. Il a rejoint le front comme pigiste pour briser le blocus médiatique et témoigner sur le front des souffrances vécues par le peuple du Donbass.


Youri a été arrêté le 19 août, à Ilovaïsk à 20 km à l’Est de Donetsk, alors qu’il couvrait les bombardements et les combats entre les rebelles et l’armée ukrainienne...


Adrew Stenin, et Youri Yourtchenko ne doivent pas être abandonnés, ce sont des soldats de la Vérité armés de leur seul courage, véritables héros inconnus témoins de l’Histoire et éveilleurs de conscience...


S’il vous plaît partagez cette information, elle est vitale et urgente !

 

Merci de votre participation

 

Par Erwan Castel  - SOUTIEN A LA RÉBELLION DU DONBASS - le 20 août 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Justice ... ??? ... irlandaise

Justice ... ??? ... irlandaise | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Son cas n'est pas isolé, mais il choque !


Huit semaines après être tombée enceinte, la jeune femme avait demandé de recourir à une interruption volontaire de grossesse, affirmant avoir été victime d'un viol.


En République d'Irlande, l'avortement est interdit depuis un référendum de 1983, y compris en cas de viol. Le Parlement a toutefois légèrement assoupli cette règle en 2013, autorisant l'avortement dans le cas où la vie de la mère est en danger, après l'avis d'un collège de sept médecins. 


Face au refus des autorités irlandaises de lui accorder le droit à l'avortement, la jeune mère, dont les tendances suicidaires ont été soulignées par les experts, a alors menacé de faire une grève de la faim.


En vain. La justice a finalement émis une ordonnance pour obliger la jeune femme à accoucher par césarienne au bout de vingt-cinq semaines de grossesse. L'enfant a été immédiatement pris en charge et placé en soins.

Koter Info's insight:


La tyrannie d'une minorité


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Prof + Homosexualité = Tabou

Prof + Homosexualité = Tabou | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


David Degreef, un néerlandophone de 31 ans, s’est vu signifier lors de son entretien d’embauche avec une directrice d’une école primaire de la Ville de Bruxelles qu’il était préférable qu’il ne dévoile pas son homosexualité à ses élèves.


Le 14 août dernier, David renonce à son poste car il ne peut nier ce qu’il est. "Mon intention n’était pas de venir à l’école avec un drapeau arc-en-ciel ou des roses. Seulement, si mes élèves me demandent, et ils demanderont toujours, ce que j’ai fait pendant le week-end, je ne veux pas m’inventer une vie et une femme que je n’ai pas. Je suis marié avec un homme fantastique et j’en suis fier !", insiste-t-il.


Les déclarations de David n’ont pas manqué de faire réagir. Charles Huygens, directeur général du département de l’Instruction publique de la Ville de Bruxelles, a fait part de son vif étonnement quant à la réaction du candidat enseignant qui aurait apparemment mal interprété les propos qui lui ont été tenus.


"Aucune discrimination, quelle qu’elle soit, n’est tolérée à la Ville de Bruxelles. Le chef d’établissement a simplement rappelé au candidat son devoir de réserve et sa neutralité. Celle-ci concerne autant l’orientation sexuelle, conviction politique ou religieuse", explique-t-il, dans un communiqué.


Tel n’est pas l’avis de Bianca Debaets, la secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de l’Egalité des Chances (CD&V) pour laquelle "la neutralité ne peut être un argument derrière lequel on se réfugie".

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

De Gaulle - L'UE est une arnaque


Le général De Gaulle avait compris avant tout le monde que l'UE était une "arnaque" et il l'avait bien exprimé à sa manière lors de nombreux discours.  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Un antibiotique cause de décès

Un antibiotique cause de décès | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La clarithromycine, un antibiotique largement prescrit pour traiter des infections bactériennes courantes comme des angines ou des bronchites pourrait augmenter le risque de décès cardiaque, selon une étude publiée mercredi sur le site internet de la revue médicale British Medical journal.


Les chercheurs danois qui ont mené l’étude soulignent toutefois que le risque absolu reste faible et que les prescriptions médicales ne doivent pas être modifiées tant que leurs résultats n’auront pas été confirmés par une autre étude.


La clarithromycine (Biaxin ou Zeclar du laboratoire américain Abbott et génériques) est un antibiotique de la famille des macrolides, dérivé de l’érythromycine, notamment utilisé pour traiter des infections respiratoires ou cutanées et pour éradiquer l’Helicobacter pylori, responsable des ulcères gastriques.


Les chercheurs ont également étudié la roxithromycine (Rulid de Sanofi-Aventis et génériques), un autre antibiotique de la famille des macrolides utilisé dans le traitement des infections respiratoires et cutanées.


Ils ont passé en revue près de 5 millions de traitements antibiotiques administrés entre 1997 et 2011 à des adultes danois âgés de 40 à 74 ans, soit 4,3 millions avec de la pénicilline V, 588.000 avec la roxithromycine et 160.000 avec la clarithromycine.


En comparant les 285 décès cardiaques survenus lors de l’administration de ces traitements, les chercheurs ont montré que la prise de clarithromycine était liée à un risque accru de décès cardiaque de 76% par rapport à l’utilisation de la pénicilline V. Mais ce sur-risque disparait dès que le traitement prend fin.


Pour la roxithromycine en revanche, aucune différence n’a été observée ni pendant, ni après le traitement.


Les chercheurs danois soulignent qu’il s’agit de la première étude de grande ampleur sur la sécurité cardiaque des macrolides. Ils ajoutent que même si le risque absolu est «très faible», le nombre total de décès cardiaques potentiellement évitables «n’est pas négligeable» dans la mesure où la clarithromycine est l’un des antibiotiques «les plus couramment utilisés dans de nombreux pays».


D’autres chercheurs se sont pour leur part montrés très prudents quant à l’interprétation des résultats. «Dans la mesure où le taux de décès est très faible, je ne pense pas qu’il faille s’en inquiéter», a indiqué Kevin McConway, un professeur de statistiques appliquées.


Mike Knapton de la Fondation britannique du coeur a pour sa part indiqué que les risques de la clarithromycine pour des patients présentant certains problèmes cardiaques étaient déjà connus et rappelé aux médecins la nécessité de faire preuve de prudence avant de prescrire un antibiotique.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr./Donbass - Situation : 19/08

Ukr./Donbass - Situation : 19/08 | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Drapeau de la République populaire de Donetsk - source : goodfon.su



République populaire de Donetsk (Novorossia), Ministère de la Défense. État-major. 
Compte-rendu des opérations au 19/08/2014



République populaire de Lougansk


1. L’assaut de Lougansk n’a pas vraiment eu lieu. Après la tentative manquée de prendre Khriaschevatoé, où les combats de rue se sont déroulés, une partie des forces attaquantes ont commencé à contourner le village et ont pénétré dans les banlieues sud de Lougansk, où se sont déroulés des combats sporadiques, puisqu’aucune des parties n’avait suffisamment de forces pour prendre le contrôle sur les banlieues sud. La junte a déclaré avoir pris une partie de Lougansk, tandis que la milice populaire a déclaré être en train de « nettoyer » l’infanterie de la junte qui s’est infiltrée dans la ville. En réalité, on a affaire aux combats de ville de moyenne intensité, aucune des parties ne possédant que peu d’armes lourdes. Globalement, Lougansk n’est pas directement menacé.


2. La route nationale aux environs de Novosvetlovka n’est pas encore complètement débloquée. L’armée populaire continue les attaques, mais n’a pas encore réussi à déloger l’ennemi complètement. L’espoir de repousser l’ennemi de la route nationale en deux jours ne s’est pas concrétisé, il va falloir entreprendre des efforts plus importants. Le convoi humanitaire est bloqué essentiellement du fait que la route jusqu’à Lougansk n’est pas dégagée. D’où les attaques violentes de la milice sur Novosvetlovka. La nécessité du déblocage complet de la route est importante non seulement du point de vue militaire, mais également politique.


3. Des combats de rue se sont déroulés hier à Stanotsa Louganskaia. La junte comme d’habitude a hissé quelque part son drapeau annonçant la prise de la ville, mais les combats de rue se déroulaient encore. La milice populaire s’est repliée sur la hauteur dominante près de l’agglomération, puis était revenue dans la ville et les combats avaient repris. On ne peut pas encore parler de prise de contrôle totale par une des parties. En principe, Stanitsa Louganskaïa compte tenu de la configuration du front influence faiblement la question de l’encerclement de Lougansk ou le combat pour le contrôle de la frontière. Mais la junte, après les revers subis, a désespérément besoin d’une quelconque victoire, mais elle n’y arrive pas. Selon toute apparence, il y a ici une tentative de changer la tactique de l’opération « punitive » à LNR (République populaire de Lougansk) selon les déclarations de Porochenko, à savoir — reprendre les combats en vue de l’établissement du contrôle sur la frontière. À moyen terme, en cas de la prise de la Stanitsa Louganskaia, la junte peut essayer de lancer une offensive sur Izvarino.
 Les perspectives ici pour la junte sont très vagues, vu l’échec catastrophique de la dernière tentative.


4. Aux environs de Altchevsk et Stakhanov, les milices populaires retiennent solidement les positions-clefs. Pervomaïsk, contrairement aux bobards de la junte, se trouve toujours sous le contrôle de l’armée populaire. La ville est bombardée constamment, mais les attaques directes contre elle sont difficilement compréhensibles. Probablement la junte n’y dispose pas de suffisamment de forces pour mener des actions plus soutenues. À en juger par la reprise des opérations en cours à proximité de la Stanitsa Luganskaia, une partie des forces libéré après Lisichansk a été transférée au front nord de la LNR, pour créer une force de choc qui fait actuellement l’offensive sur Stanitsa Luganskaïa.


5. Aux environs de Debal'tsevo se déroulent des combats de faible ampleur, qui bloquent une partie des forces de la junte et viennent en appui pour les opérations dont l’objectif est la destruction de la 30-ème brigade mécanisée encerclée. L’armée populaire ne possède pas de forces suffisantes pour un assaut sur Debal'tsevo, l’ennemi a ici un sérieux avantage en matière de blindés et d’artillerie.


6. L’aéroport de Lougansk est toujours bloqué, ce qui est confirmé par les deux parties. L’intensification des opérations sur d’autres terrains a permis à la junte d’y tourner quelques vidéos, puisque l’artillerie de la milice populaire est engagée sur d’autres terrains — on n’a pas l’esprit à s’occuper de l’aéroport.
 Le fait qu’il n’a pas encore été « nettoyé », tout comme le « Chaudron Sud », démontre très clairement les erreurs de commandement près de Lougansk, et indique une certaine insuffisance de force nécessaire à la liquidation du chaudron » qui existe depuis bientôt 2 mois.


Globalement, la crise opérationnelle au sud-est de Lougansk est toujours d’actualité, l’issue tactique des combats sous Novosvetlovka, Khriaschevatoé et dans les banlieues sud de Lougansk définiront les conséquences opérationnelles, stratégiques et politiques à long terme.




République populaire de Donetsk


1. L’offensive continue au sud de Donetsk, mais la junte n’arrive pas à prendre Ilovaïsk et Mospino. Et cela malgré le fait que les forces principales de l’armée populaire dégagées après la victoire sous Miousinsky et Krasnyi Loutch ont été transférées sur l’encerclement du « Chaudron Sud 2.0 » et pour repousser l’offensive de la junte sur Yasinovataïa et Yénakievo. S’appuyant sur la supériorité générale des forces, la junte tente de contourner Ilovaisk et Mospino, qui depuis 2 jours se trouvent semi-encerclés. Dans les banlieues il y a des combats, l’ennemi utilise activement l’artillerie classique et l’artillerie à roquettes. La situation est difficile, puisque la milice populaire dispose de peu de réserves, ces derniers étant engagés sur d’autres fronts, bien que l’intervention dans la bataille de quelques batteries des obusiers ou RSЗО + 10-15 tanks est très urgente.


2. L’offensive de la junte sur Yasinovatouju s’est honteusement étouffée une fois de plus, la junte a été « chassée » de la ville et un autre « drapeau de la victoire » a été brûlé devant la caméra. Ce point clé nécessaire à l’offensive du nord sur Donetsk est toujours aux mains de l’armée populaire. L’aide considérable à la garnison de Yasinovataïa a été fournie par les subdivisions transférées de Krasnyi Loutch et Miousinsk, où l’ennemi avait été arrêté et repoussé. Ici on s’attend à un redéploiement des forces ennemies et une nouvelle offensive.


3. Ayant sécurisé les environs de Miousinska et de Krasnyi Loutch, l’armée populaire utilisent maintenant cette région pour la manœuvre par les réserves peu nombreuses à l’intérieur. L’aggravation de la crise aux environs de Jdanovka, ainsi que les bombardements renforcés de Makeevka et Khartsyzsk, demandera ici une concentration des forces supplémentaires, pour l’arrêt de l’offensive de la junte sur ce front. La junte n’a pas assez de forces ici pour continuer la progression, mais le renforcement de l’artillerie indique que d’ici 2-3 jours un nouvel assaut en direction de la nationale traversant Torez vers Donetsk est possible. Il n’est pas exclu que la junte après l’échec sous Chakhtersk et Krasnyi Loutch, fera la troisième tentative de couper la DNR de la LNR. Néanmoins, pour le moment la liaison par la route principale existe toujours entre les républiques. Pas de changements essentiels au niveau du « Chaudron Sud » deuxième édition. La reprise des combats aux approches de la Saour-Moguila indique que l’armée populaire tente d’empêcher le contrôle total de la junte sur cette hauteur et bloque ici les réserves, que la junte peut utiliser pour débloquer le « Chaudron Sud 2.0 »


4. L’ennemi n’arrive pas à encercler Gorlovka ni à prendre Yénakievo, mais le couloir reliant Donetsk à Gorlovka est maintenant assez étroit, de sorte que la junte entreprend des actions évidentes pour couper Gorlovka. L’effort principal est porté du côté d’Ouglegorsk et vers le nord de Panteleïmonovka, qui selon certaines sources se trouve sous le contrôle de la junte, selon d’autres — sous le contrôle de la milice populaire. Globalement, c’est précisément dans ce secteur du front qu’existent les risques maximaux pour la milice de DNR, car si Gorlovka est coupé, des forces importantes se trouveraient encerclées, tandis que la junte obtiendrait une victoire locale tellement désirée, qui pourrait argumenter la suite de la folie meurtrière.


5. Donetsk lui-même est contrôlé par les milices populaires, l’assaut frontal de l’ouest est peu probable, tandis qu’au nord et au sud la junte s’est embourbée dans les combats pour Ilovaïsk et Yasinovataïa. En gros, la ville subit des pluies d’obus et de roquettes, les bombardements ont un caractère ouvertement terroriste et visent la destruction des populations civiles et l’aggravation de la catastrophe humanitaire.


Globalement, en tenant compte des pertes et la rotation des subdivisions, aujourd’hui dans le Donbass la junte dispose de : 48-52 mille de personnel, près de 550-600 unités blindées, jusqu’à 270 systèmes d’artillerie et LRM, jusqu’à 15 avions et 5-10 hélicoptères. L’armée populaire dispose de : environ 19-23 mille de personnel, jusqu’à 130 diverses unités blindées et près de 50 divers systèmes d’artillerie et LRM.
 Malgré la supériorité générale de la junte en hommes et en matériel, le rapport de forces se redresse petit à petit et n’est plus aussi flagrant comme c’était en juin ou juillet. 
Notamment, ce changement dans le rapport des forces explique l’obstination et l’augmentation de la violence des combats pratiquement sur toutes les directions. La ligne du front s’est rétrécie pour l’armée populaire, tandis que la densité des troupes a augmenté, de sorte que la junte a moins de possibilités de frapper les secteurs non protégés et de se soustraire à des attaques frontales.


Il est intéressant de noter que, malgré l’hystérie de Kurginyan, qui disait que puisque l’armée populaire avait abandonné Slovyansk et Kramatorsk, elle abandonnerait très vite Donetsk également, Donetsk repousse assurément depuis plus d’un mois l’offensive de la junte de Kiev, offensive menée avec une concentration maximale de forces. C’est sans aucun doute le mérite de Strelkova, dont le départ opportun vers Donetsk a permis de sauver la capitale de la DNR de la prise par la junte et qui, dans un court laps de temps, a organisé une défense aux abords de la ville, que la junte ne peut toujours pas rompre.


En fait, le fait que depuis plus d’un mois Donetsk accroche d’énormes forces de la junte montre une fois de plus à quel point la décision de Strelkova était judicieuse. Elle a non seulement permis de conserver la DNR, que certains étaient prêts à trahir, mais aussi d’organiser le premier « chaudron-Sud », qui est aujourd’hui l’un des principaux fournisseurs de véhicules blindés pour la milice.
En général, actuellement l’armée populaire doit déloger la junte de Novosvetlovka, garder Yasinovataia, Ilovajsk et le couloir jusqu’à Gorlovka, et déloger l’ennemi de Jdanovka.
De plus il faut trouver les forces pour liquider les 2 brigades encerclées au sud de Krasnyi Loutch.


Et l’essentiel, avec chaque jour qui passe de plus en plus de gens comprennent que la guerre ne s’achèvera pas en été 2014 (sauf si quelques décisions politiques interviennent soudainement) et se prolongera en automne. Même s’il y a eu tellement de « hurlements » que tout s’achèverait en mai, juin, juillet, août. Cela ne s’achèvera pas vite, cette horreur, comme en Yougoslavie, durera encore. 
Et c’est ainsi, préparez-vous à collecter les vêtements chauds pour équiper la milice. Elle en aura bientôt besoin. 



Parle  SOUTIEN A LA RÉBELLION DU DONBASSTrad. Yelena Delville

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

"Le mal que nous avons fait"


Alain Marsaud : « le mal que nous avons fait »

 

Le député des Français de l’étranger (UMP), Alain Marsaud, n’a pas sa langue dans sa poche.


La France a annoncé la livraison d’armes aux combattants kurdes en Irak. « J’espère que nous n’allons pas les décevoir », explique le représentant des Français qui vivent dans cette région. Il pointe le manque de moyens de l’armée française et se demande quel type de matériel va pouvoir livrer l’armée française.


Il évoque aussi les interventions occidentales au Proche-Orient et dresse un constat d’échec. « Il faudra regarder, lance-t-il, le mal que nous avons fait dans cette région ».



Par Mickael — Fondateur de News360x – le 20 août 2014

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

SDF - Sans solutions ?

SDF - Sans solutions ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Puisque je ne tolère pas l'idée que l'on puisse laisser "nos" gens à la rue, voici une information à ce propos.


En Europe, il y a 4.000.000 de SDF pour 11.000.000 de logements libres.  Si l'Europe menait une politique sociale au lieu de coloniale va-t-en-guerre, il y aurait probablement des solutions à trouver.


Aider les gens à vivre honorablement coûterait certainement moins cher que de faire la guerre par-ci ou par-là (directement ou indirectement).


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA - Hedy Epstein, dangereuse ?

USA - Hedy Epstein, dangereuse ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


A 90 ans, Hedy Epstein, figure du militantisme pour ses nombreuses actions notamment au sein du "Free Gaza Movement", a fait partie des 8 personnes arrêtées lundi 18 août à Saint-Louis, au cœur des tensions entre policiers et manifestants, après la mort de Michael Brown, jeune adolescent noir abattu le 9 août dernier par un policier.


La manifestation à laquelle Mme Epstein participait, avec quelque 125 autres personnes, réclamait au gouverneur du Missouri, Jay Nixon, de retirer les troupes de la garde nationale de Ferguson, à l'heure où les méthodes de la police sont plus que jamais contestées.


La vieille dame a été aperçue scandant "Hey hey, ho ho, la garde nationale doit partir" et "Les mains en l'air, ne tirez pas", rapporte The Nation. La police de Saint Louis a confirmé qu'elle faisait partie des huit personnes interpellées pour "refus d'obéir à la consigner de dispersion".


La photo de son arrestation et notamment le message inscrit sur son tee-shirt - "Restez Humains" - fait le tour du web.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Le nouveau musée

LLN - Le nouveau musée | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L’avis sur la conception de la scénographie du nouveau musée de LLN a été publié. Il ne faudra pas que les collections se fassent écraser par l’architecture.


Petit à petit, le musée de Louvain-la-Neuve prépare son déménagement vers le bâtiment emblématique de la bibliothèque des Sciences et Technologie, installée place des Sciences.


Le musée vient de publier l’avis de marché portant sur la conception scénographique du nouveau musée ainsi que sur le suivi de la réalisation et de l’installation de l’exposition permanente de ses collections sur 2 100 m2.


Le musée est donc à la recherche de la société qui va imaginer la mise en valeur de son patrimoine hétéroclite issu de dons de professeurs de l’UCL, de savants collectionneurs ou encore d’amateurs passionnés.


La mission comporte notamment un travail de conception en vue du lancement d’un marché public pour la réalisation de la scénographie du musée ainsi que la coordination et le suivi des travaux d’installation.



Qu’apprend-on à la lecture du document?


Les responsables du musée rappellent que la rencontre et le dialogue sont ce qui définit le musée dans son ensemble. Il faudra donc en tenir compte, car l’institution ne compte pas perdre son âme avec ce déménagement.


Les responsables du musée pointent aussi divers défis qu’il faudra relever. Parmi ceux-ci, le musée entend sortir de l’académisme froid et la contemplation sacralisante ainsi que toucher émotionnellement ses visiteurs.


Autre défi: ne pas laisser le bâtiment à l’architecture caractéristique prendre le dessus sur les collections. Au contraire, il faudra intégrer de manière équilibrée les contenus des collections dans ce bâtiment monumental. «L’option est prise de ne pas masquer l’architecture, de valoriser son écriture, d’en faire un atout (système d’accrochage à même les parois de béton) et de ne pas se laisser “écraser” par l’architecture». Il est également demandé que le parcours du visiteur soit ponctué d’espaces «propices à la contemplation de la beauté architecturale».


Défi supplémentaire: introduire de la musique, de la pensée philosophique et de la poésie pour élargir les perceptions et susciter des dialogues, des convergences et des rencontres. Enfin, le musée espère que cela permettra d’augmenter la fréquentation des publics et des jeunes en particulier.


Une enveloppe de 1,460 million euros hors TVA est prévue pour le déménagement dans son ensemble dont un maximum de 175 000 euros hors TVA pour le présent marché.


La mission débutera en février 2015 et se terminera au plus tard en septembre 2016, date espérée pour l’ouverture du nouveau musée de Louvain-la-Neuve.


Les candidatures sont à remettre pour le 21 août 2014 à 10.00 hr par courrier au musée : 1, place Blaise Pascal, 1348 Louvain-la-Neuve.

Koter Info's insight:


Septembre 2016, ouverture du nouveau

musée de Louvain-la-Neuve ?


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Danger : vaccination antigrippale

Danger : vaccination antigrippale | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le vaccin antigrippal ou le mépris total du système immunitaire des seniors

 


La propagande en faveur de l’inutile et dangereuse vaccination antigrippale commence désormais de plus en plus tôt : Vers l’Avenir y consacrait encore un article en plein mois d’août. Mais ce qui change encore la donne, c’est qu’il s’agit ici d’insister sur la fausse bonne idée d’administrer aux seniors un vaccin « renforcé », entendez donc un vaccin surdosé... quand on voit déjà que même à dose normale, le vaccin antigrippal est l’un des plus dangereux (avec le vaccin HB, le Prevenar et les vaccins HPV), voilà qui fait vraiment froid dans le dos.


L’article "Un vaccin antigrippe à haute dose plus efficace chez les personnes âgées" claironne que le vaccin à haute dose permettrait d’éviter 24 %, soit une grippe sur 4 chez les personnes âgées. Les pigeons de la vaccination garderont quand même 3 chances sur 4 de faire la grippe en étant vaccinés et il faudra encore y ajouter les "chances" des divers effets secondaires additionnés les unes aux autres, quelle "aubaine" !


On peut notamment lire dans cet article de Vers l’Avenir : « Les chercheurs ont comparé un vaccin trivalent à haute dose contre la grippe à un vaccin normal chez des personnes de plus de 65 ans. Ils ont conclu que le vaccin à haute dose était sûr et générait une réponse des anticorps nettement plus élevée, protégeant ainsi davantage cette population, plus vulnérable. »


Bien que l’étude en question ait été publiée dans une revue ayant pignon sur rue, à savoir le New England Journal of Medicine, il y a pourtant deux biais majeurs qui rendent ses conclusions ridicules aux yeux de toute personne encore capable de réfléchir de façon critique :


1°) En comparant un vaccin à un vaccin, vous ne pouvez obtenir aucune donnée honnête et sérieuse en matière de sécurité et de tolérance, tout simplement, car même "un vaccin normal" est déjà en lui-même pourvoyeur d’effets secondaires, y compris graves, qui sont constamment sous-estimés et qui relèvent d’un tabou. Par conséquent, comparez quelque chose à un tabou et vous aurez... un autre tabou, car il s’agit d’un même type de produit et d’une même idéologie. Notre article sur le vrai scandale des faux placebos vous renseignera sur cette façon commode, mais ô combien dangereuse et fallacieuse de prétendre à tort qu’un vaccin est sûr !



2°) Déduire de la seule présence d’anticorps et de simples comparaisons quantitatives d’anticorps l’efficacité accrue ou même l’efficacité tout court d’un vaccin constitue une extrapolation abusive que tout scientifique digne de ce nom doit être en mesure de débusquer !


D’ailleurs, même la notice de vaccins antigrippaux (de GSK ou autres) mentionne qu’il n’y a PAS de corrélation entre le taux d’anticorps produits et le degré de protection effective dans la réalité ! Ensuite, il faut aussi rappeler les résultats obtenus par d’autres chercheurs, selon lesquels la présence d’anticorps n’est même pas strictement nécessaire pour la défense du corps contre certains virus. Voilà donc qui relativise fameusement la valeur d’une telle étude parue dans le NEJM, mais à laquelle nos bons infectiologues s’abreuveront avec un délice sans doute non dissimulé !


En conclusion, il convient une fois encore de ne pas être dupe et de ne pas laisser son plus élémentaire bon sens au vestiaire : si la Nature a prévu que le système immunitaire des seniors soit moins puissant, c’est qu’il y a des raisons et des subtils équilibres internes dont ces grands savants, semblent tout ignorer (d’ailleurs, le Dr Saluzzo, directeur de la production des vaccins viraux chez Sanofi Pasteur et aussi consultant pour l’OMS, n’a-t-il pas avoué en ligne dans un cours de vaccinologie aux médecins qu’ils ne comprennent pas comment marchent les vaccins et que si on veut produire à l’avenir d’autres vaccins, il faudra d’abord commencer par étudier le système immunitaire ??).


Forcer leur système immunitaire comme on veut forcer une serrure ne pourra qu’accroître les risques neurologiques et auto-immuns de ces populations plus vulnérables et il faut dire que la santé globale des seniors n’est déjà pas au beau fixe après des décennies de vaccination antigrippale annuelle : 80 % des 65 ans et plus ont une maladie chronique et 85 % des 75 ans et plus en ont au moins 3 ! (cf p. 5/41 du document des Mutualités Libres sur "l’Avenir des soins de santé en Belgique")


Déjà avec le vaccin dit "normal", des personnels soignants et des directrices de maisons de retraite avaient décelé des gros problèmes et des décès suspects et avaient par conséquent décidé de cesser de vacciner eux-mêmes :


"Contrairement aux apparences, ce n’est pas une pension de famille, mais une maison de repos bruxelloise, la Résidence Augustin. « Je m’occupe d’un lieu de vie, pas d’un hôpital : les résidents et le personnel sont autonomes. Ils décident librement s’ils veulent se faire vacciner contre la grippe. Pour ma part, je n’en vois aucunement l’utilité. Bien au contraire », assure Catherine Goor, la directrice.


Catherine Goor a travaillé quatorze ans comme infirmière, en salle d’opération. Elle a ensuite géré une maison de repos qui abritait de nombreuses personnes démentes. « Les médecins devaient souvent décider, à leur place, de les faire vacciner contre la grippe. Or, il s’avère qu’à plusieurs reprises, après des vaccinations pratiquées systématiquement, l’état de ces personnes fragiles s’est considérablement détérioré. Nous avons eu des décès.


En toute conscience, avec les infirmières, nous avons préféré arrêter de pratiquer les injections nous-mêmes », raconte-t-elle."  (source : Communauté française qui a supprimé son document, heureusement sauvegardé ici sur ce site, car c’est sans doute le seul document qu’ils avaient essayé, et encore, de rendre un peu plus objectif que les autres, voir en page 7/8 !)


Prévenir et traiter la grippe de façon sécurisée est possible, quantité de remèdes naturels peuvent y aider : huiles essentielles (achetez-vous un bon guide via Amazon.fr ou une bonne librairie), homéopathie, plantes et composés immunostimulants (echinacéa, astragale, propolis, etc.), formules phytothérapeutiques (Sambucol par exemple), oligo-éléments, vitamines et minéraux (vitamine D, vitamine C, chlorure de magnésium).


Demandez conseil à un thérapeute qualifié et informé — surtout en cas de maladie auto-immune préexistante — plutôt qu’aux "dérapeutes" du vaccin et n’oubliez surtout pas de faire doser votre taux sanguin de vitamine D, cette vitamine ayant même un effet protecteur contre des poussées de scléroses en plaques, maladie que tout vaccin peut d’ailleurs provoquer.



Par initiativecitoyenne.be - le 18 août 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UE & Canada - La justice privée

UE & Canada - La justice privée | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende photo : pour ses opposants, l’accord Europe-Canada est un cheval de Troie des multinationales dans l’enceinte démocratique. | REUTERS/© Mark Blinch /Reuters

 


L’Europe et le Canada disent « oui » à la justice privée



C’est un document aride de 519 pages qui, en temps normal, n’aurait jamais attiré l’attention de quiconque en dehors du cénacle des multinationales et des spécialistes du commerce international. « Fuité » le 13 août par le journal télévisé allemand « Tagesschau » sur son site, le texte confidentiel de CETA, l’accord de libre-échange conclu entre l’Union européenne et le Canada, a pourtant été accueilli avec grand intérêt. Et pour cause : il montre que l’Europe a accepté de déléguer une partie de sa justice à des tribunaux arbitraux privés. Une répétition générale avant d’appliquer cette logique à grande échelle avec le traité transatlantique Europe–Etats-Unis ?



1. De quoi s’agit-il ?


Comme de nombreux traités commerciaux signés ces vingt dernières années (mais c’est une première pour l’Europe), le CETA (« Comprehensive Economic and Trade Agreement ») installe un tribunal privé au nom barbare : le mécanisme de règlement des différends investisseurs-Etats, appelé ISDS en anglais.


Si elles s’estiment lésées par les décisions des États dans lesquels elles exercent leurs activités, les entreprises canadiennes et européennes pourront porter plainte devant cette instance composée non pas des juges professionnels, mais d’arbitres triés sur le volet, le plus souvent issus de grands cabinets d’avocats d’affaires.


Ce mécanisme fait également partie des dispositions les plus critiquées du traité transatlantique en cours de négociation.



Lire : Le traité Tafta va-t-il délocaliser notre justice à Washington ?



2. Quel intérêt ?


A l’origine, l’ISDS était intégré aux accords commerciaux pour pallier les carences des systèmes judiciaires des pays en développement et rassurer les multinationales occidentales : garanties contre le risque d’expropriation arbitraire, elles étaient censées investir davantage. Pourquoi donc l’intégrer à un traité entre deux économies modernes comme l’Europe et le Canada ?


« Les multinationales n’ont pas confiance dans la justice des pays de l’Est, comme la Roumanie ou la Bulgarie », souffle un vieux routard de l’arbitrage international. Elles pourront donc réclamer des dommages et intérêts devant l’ISDS, au nom du respect des principes de libre-échange inscrits dans le CETA.


Délocaliser le règlement des conflits vers un tribunal arbitral permettra également, selon les entreprises, une plus grande neutralité dans les décisions, les juridictions nationales étant susceptibles d’être influencées par les États attaqués.



3. Quels sont les risques ?


Pour ses (nombreux) opposants, l’ISDS pourrait coûter très cher aux États qui ne se soumettent pas aux desiderata des multinationales. Attaqué 35 fois en vingt ans dans le cadre de l’ISDS de son accord commercial avec les États-Unis, le Canada a ainsi été condamné à six reprises et forcé de verser au total 170 millions de dollars (130 millions d’euros) de compensations à des entreprises américaines (sans compter les frais de procédure), selon un rapport récent du Canadian Centre for Policy Alternatives. Les arbitres ont jugé que les règles de non-discrimination et de non-expropriation fixées par l’accord avaient été enfreintes.


Un cas récent, encore en cours d’instruction, fait grand bruit au Canada : estimant que la justice canadienne a invalidé injustement deux de ses brevets, le laboratoire pharmaceutique américain Eli Lilly réclame 100 millions de dollars (75 millions d’euros) de compensation pour ses profits gâchés. Pour l’ONG américaine Public Citizen, Eli Lilly tente d’utiliser l’ISDS pour détruire le système canadien de validation des brevets, au mépris des choix démocratiques opérés par les Canadiens.


Dans la négociation du CETA, les Européens ont refusé de prendre en compte cette crainte, en déclinant la proposition canadienne d’exclure clairement les questions de propriété intellectuelle du champ de l’ISDS.


Plus généralement, les craintes se focalisent sur l’absence de garde-fous dans l’ISDS : les arbitres sont libres de livrer leur propre interprétation de notions juridiquement floues comme « l’utilité » d’un investissement, ou « l’expropriation indirecte d’un investissement ». Il n’existe aucun mécanisme d’appel ou de responsabilisation des arbitres.



Pour connaître tous les détails, lire notre analyse de la version fuitée de l’accord de CETA


.

Tout juste les négociateurs ont-ils introduit la possibilité pour l’Union européenne et le Canada d’adopter des déclarations contraignantes fixant l’interprétation de points problématiques, auxquels les arbitres devront se conformer.

 

Campagne du Conseil des Canadiens contre la plainte de Lone Pine sur le gaz de schiste. 


Cela suffira-t-il à empêcher les multinationales de contester les choix politiques des gouvernements, comme le pétrolier américain Lone Pine, qui réclame 250 millions de dollars (190 millions d’euros) au Québec pour avoir imposé un moratoire sur la fracturation hydraulique et l’exploration du gaz de schiste, annulant « arbitrairement » des permis déjà accordés ? Le texte du CETA reste flou à ce sujet : il précise que les mesures servant des « objectifs légitimes d’intérêt public, tels que la santé, la sécurité ou l’environnement » ne sauraient être contestés, « sauf dans les rares circonstances où l’impact de la mesure [...] apparaît manifestement excessif ».



4. Le texte va-t-il entrer en vigueur ?


Nous en sommes encore loin. Le CETA doit être officiellement dévoilé et signé le 25 septembre prochain, mais devra passer par de nombreuses étapes de validation avant d’entrer en vigueur – pas avant 2016. Côté européen, il devra être approuvé par les 28 chefs d’État et de gouvernement, puis par le Parlement européen, avant de faire le tour des 28 parlements nationaux.


C’est là que les choses pourraient se compliquer. Dans le cadre des discussions sur le traité transatlantique, la France et l’Allemagne ont exprimé publiquement leurs réticences sur l’ISDS, jugé inutile, comme le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et un nombre croissant de parlementaires européens. On imagine mal comment ils pourraient le soutenir dans le CETA.

 

La société civile fait également monter la pression, en préparant une « initiative citoyenne européenne » rassemblant un million de citoyens pour interpeller la Commission européenne sur les dangers du CETA et du traité transatlantique.


Les négociateurs se retrouvent donc face à un dilemme : soit ils retirent in extremis le chapitre de l’accord consacré à l’ISDS, comme le demandent certains opposants, pour faciliter son adoption ; soit ils tentent de passer en force, prenant le risque d’un échec cuisant comme lors du rejet de l’accord ACTA, en 2012.


Le texte de l’accord « fuité » étant présenté comme définitif (avant « toilettage juridique » et traduction), il semble y avoir peu de chance qu’il soit profondément modifié d’ici sa signature.



Pour approfondir : Ce que révèle la version fuitée de l’accord de libre-échange Europe-Canada




Par Maxime Vaudano - Le Monde - le 16 août 2014

Koter Info's insight:


La Gazette de Koter Info dit

« non » à la justice privée


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le burn-out et les étudiants

Le burn-out et les étudiants | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Pratiquement galvaudé dans le milieu professionnel, voilà que le terme de burn-out apparaît désormais dans la sphère étudiante.


Psychologue au Service d’Aide aux étudiants de l’UCL, Françoise Voglaire côtoie régulièrement des étudiants stressés ou anxieux.


Jusqu’à il y a peu, je pensais que les étudiants ne pouvaient pas connaître le burn-out, réservé à la sphère professionnelle. Et puis, cette année, j’ai reçu pour la première fois deux étudiants qui en présentaient tous les symptômes.


Les deux jeunes ont été diagnostiqués tels par leurs médecins respectifs puis ils ont été pris en charge par leur généraliste et par une psychologue. Bien qu’on manque de statistiques en la matière, le phénomène reste encore marginal dans le monde étudiant.


En juin dernier, Françoise Voglaire a participé à un colloque portant sur l’épuisement et le burn-out. Les conférences lui ont permis d’avoir les idées beaucoup plus claires sur le sujet.


Il est dans un premier temps important de préciser qu’un état de fatigue avancé voire de dépression n’équivaut pas à celui de burn-out.


Le phénomène de la dépression existe depuis longtemps, bien avant que le terme de burn-out n’apparaisse. Pour autant, tous les étudiants épuisés ou déprimés ne sont pas susceptibles de vivre un burn-out, loin s’en faut !


Les profils les plus à risque sont ceux qui sont très perfectionnistes, qui ont un idéal extrêmement exigeant pour eux-mêmes, au point de s’investir au maximum dans leurs études, et ressentent ensuite un sentiment d’échec car les résultats obtenus ne sont pas aussi bons qu’espéré.


Si le jeune reste dans sa logique d’idéal inaccessible, il risque de s’enfoncer dans une spirale négative et sent que plus rien ne va pour lui. Un état duquel il pourrait mettre un an à sortir, s’il accepte de se remettre en question et de se faire aider.


Des symptômes physiques, tels que des maux de dos, de tête, de ventre, de l’hypertension ou une baisse générale d’énergie, ne sont pas non plus à exclure. “En parallèle, on constate que l’étudiant perd le sens de l’humour, ne sait plus pourquoi il fait les choses, manque de confiance en lui et devient indécis, le tout dans un sentiment d’anxiété flottante, d’impuissance et de vulnérabilité.


A ne pas confondre avec la dépression dont les symptômes peuvent être parfois très proches du burn-out, mais où l’on observe un ralentissement général du psychomoteur, une auto-dévaluation, des idées morbides, des troubles du sommeil et de l’appétit, ainsi qu’un manque d’envie généralisé. Le burn-out, lui, donne la sensation d’être consumé de l’intérieur mais pas au point de se négliger. Il rend irritable, mais laisse encore la place à des moments où tout va bien.


La personne se (re) donne parfois à fond, avant de s’effondrer par moments, et a une mauvaise image d’elle-même, mais pas de la vie en général. En cas d’hésitation entre les deux troubles, il peut être bon d’avoir l’avis d’un médecin, préconise Mme Voglaire.


Que le diagnostic ait déjà été posé ou pas, comment se prémunir efficacement du burn-out ?


“Le Dr Michel Delbrouck a beaucoup traité la question et conseille de mettre des limites au quotidien et de savoir dire non.


Prendre conscience de ses capacités, savoir se reposer et se savoir imparfait est l’attitude la plus sûre à adopter, tout comme celle de trouver du sens à ses activités. De nos jours, les étudiants peuvent subir des pressions sociales, familiales et financières, en plus de celles liées à l’emploi qu’ils rencontreront sur le marché du travail.


Un tel contexte peut créer du stress ou des angoisses gênantes, d’où l’existence de services comme le nôtre pour apprendre aux jeunes à acquérir de bonnes méthodes de travail, à sortir de leur isolement et à avoir des points de repère fiables.


Annabelle Duaut


Lecture recommandée : Michel Delbrouck, “ Comment traiter le burn-out ”, Editions De Boeck, 37,50 euros.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

De Kiev à Fergusson

De Kiev à Fergusson | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo :  les émeutes à Ferguson ne faiblissent pas, plus d'une semaine après la mort de Michael Brown, abattu par la police. La Garde nationale s'apprête à intervenir sur ordre du gouverneur du Missouri. Crédit: KEYSTONE - lenouvelliste.ch.



De Kiev à Fergusson, ou la crise terminale du Système


L’année 2014 pourrait bien marquer le début de la phase finale d’effondrement du Système. À chaque fois que sa capitainerie atlantiste agit pour conjurer les crises qu’il a d’ailleurs lui-même provoquées en amont, elle ne fait désormais qu’aggraver la situation, ajouter davantage de chaos au chaos, davantage de désordre au désordre.


De l’Irak à la Syrie, de la Libye à l’Ukraine et jusqu’à Fergusson, toutes ses initiatives, toutes ses ripostes sont autant de bombes à sous-munitions d’où jaillissent systématiquement, c’est le mot, de nouvelles crises, de nouvelles catastrophes générant à leurs tours d’autres crises, d’autres catastrophes.


Une véritable mécanique d’autodestruction s’est enclenchée, qui échappe à tout contrôle.



Le chaos destructeur



Le cas de l’Irak est symptomatique. L’intervention américaine, qui s’est d’abord soldée par le massacre de plus d’un million de civils, a conduit le pays à la guerre civile, puis désormais à l’éclatement. Aujourd’hui, le Système essaie désespérément d’éteindre le nouvel incendie de « l’État islamique » qui s’y propage, et son action ne manquera pas d’en allumer de nouveaux, c’est certain, c’est logique.


En Syrie, l’instrumentalisation du printemps arabe et la militarisation de la rébellion, avec importation par cargos de cannibales djihadistes recyclés en « Freedom fighters » pour l’occasion, ont conduit à la destruction quasi totale du pays, avec bientôt 200’000 morts, et à l’émergence de l’État islamique et de ses bouchers justement.



En Libye, le renversement et l’assassinat sordide de Kadhafi ont provoqué l’éclatement du pays, désormais en proie à une guerre civile qui ne va pas manquer de s’étendre, avec la promesse de fournir troupes et armement à tous les tordus salafistes d’Afrique et du Moyen-Orient pour leurs rapines et leur jihad blasphématoire.



En Europe de l’Est, l’encerclement de la Russie par l’OTAN puis le coup d’État de Kiev ont provoqué une « Guerre Froide 2.0» qui, au mieux, va conduire à l’édification d’un nouveau rideau de fer et, au pire, à une guerre nucléaire. Dans tous les cas, l’Europe paiera le prix fort pour les manigances américaines et la soumission de ses élites à Washington.



À Fergusson — Missouri, mini-laboratoire de ce que pourrait être dans n’importe quelle ville occidentale l’inévitable révolte à venir des laissés-pour-compte du néolibéralisme, la militarisation hallucinante des forces de police, avec no-fly zone et répression maximum, n’a fait qu’aggraver les troubles et révélé la fracture grandissante des Américains d’en-bas d’avec le pouvoir washingtonien du corporate power et des lobbies.



Sous l’action du Système, toutes ces crises ne font que s’amplifier, se nourrir d’elles-mêmes pour accoucher d’autres crises, plus profondes, plus meurtrières, plus dévastatrices.



Face à la narrative américaniste délirante du «chaos créateur», la réalité rappelle ainsi à tous que le chaos ne peut être que destructeur.





«Anne, ma sœur Anne…»



Et pendant ce temps-là, la mise en place du «goulag électronique globalisé» avance à marche forcée dans les pays dits «civilisés», avec la complicité passive de populations shootées à l’obsolescence programmée et aux désirs perpétuellement inassouvis du consumérisme.
Tout cela avec, en toile de fond, la nocivité intrinsèque d’un Système néolibéral retranché dans ses extrêmes et qui conduit à l’épuisement accélérer des ressources, au meurtre industrialisé de l’environnement et à un productivisme délirant où l’on nourrit des hervibores avec des cadavres, des poulets avec leurs propres fientes, et où l'on broie vivant des poussins par souci de rentabilité dans un mépris de la vie qui mérite véritablement d'être qualifié de sataniste


.
D’où notre question du jour : «Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?»



PS : Pour le plaisir, à consommer et à diffuser sans modération, ce moment rarissime sur Itélé où la vérité surgit de façon totalement imprévisible, au beau milieu de la grand-messe propagandiste.


Observez attentivement l'effarement des journalistes saisis de panique face à cette vérité qui fait exploser leur narrative comme les parasites faisaient sauter l'image des vieux téléviseurs. Observez la tentative désespérée de rattrapage de l'incontournable « spécialiste des questions internationales » assermenté « Système ». Ce moment de vérité dit tout ou presque. Rarissime !



Par entrefilets.com — le 20 août 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le monde musulman "normal"

Le monde musulman "normal" | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Contrairement à ce qu’on entend ici et là, le monde musulman a massivement condamné les actions de l’Etat islamique (EI) en Irak, et cela avant même que les chrétiens ne soient chassés de leur ville de Qaraqosh au début août.


La dernière condamnation en date émane du grand Mufti d’Arabie, Abdel Aziz Al-Cheikh, qui a déclaré mardi dans un communiqué que l’organisation jihadiste, dans laquelle combattent des dizaines de ressortissants belges, est "l’ennemi numéro un de l’islam".


Le plus haut responsable religieux saoudien estime que "les idées d’extrémisme, de radicalisme et de terrorisme n’ont rien à voir avec l’islam" et que les musulmans sont "les principales victimes de cet extrémisme". Avant de s’attaquer aux chrétiens, le groupe sunnite radical a en effet massacré et mutilé des chiites ainsi que des rebelles syriens faisant partie d’autres mouvances, comme le Front Al-Nosra.


L’Arabie saoudite, qui abrite deux villes saintes de l’islam, a donné 500 millions de dollars à l’Onu pour les réfugiés irakiens chassés par l’Etat islamique, soit 187 fois plus que les deux millions d’euros promis par la Belgique.


La condamnation par le Hezbollah chiite n’étonne guère, son leader Hassan Nasrallah parlant du "monstre qui ne cesse de grossir". En revanche, il faut noter les mots sans équivoque de l’Union internationale des savants musulmans (IUMS) qui a condamné, dès le 23 juillet, "l’expulsion forcée des frères chrétiens d’Irak de leurs maisons, villes et provinces".


Le chef de l’IUMS est le cheikh Yusuf Al-Qaradawi, qui vit au Qatar et est considéré comme proche des Frères musulmans. Cet Egyptien, viscéralement antisioniste, tient des prêches sur Al Jazeera et avait tenté d’empêcher la destruction des Bouddhas de Bamiyan par les talibans afghans. Les actes de l’Etat islamique "violent la loi islamique, la conscience islamique et ne laissent rien d’autre qu’une image négative de l’islam et des musulmans", affirment les savants musulmans.


Le 21 juillet, c’est l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), basée à Djeddah en Arabie saoudite, qui considérait "le déplacement forcé" des chrétiens d’Irak comme "un crime intolérable".


En Turquie, en Indonésie, au Maghreb, en France, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, les réactions ont été similaires. Une fatwa a notamment été déclarée en Indonésie pour déclarer illégal l’enrôlement dans les rangs du groupe jihadiste, selon le site Saphirnews.


L’OCI (qui regroupe 57 pays musulmans) et bien d’autres organisations, se sont davantage préoccupées de l’intervention israélienne dans la bande de Gaza au cours de l’été, car on a assisté à un télescopage entre les deux actualités en Palestine, puis en Irak.


En Belgique, où l’islam "turc" est sous le contrôle d’Ankara et où l’islam "marocain" est éclaté en de multiples associations, les voix ont été rares. L’Exécutif des Musulmans se définit sensu stricto comme un organisme religieux et n’a publié aucun communiqué depuis sa condamnation de l’attentat du Musée juif à Bruxelles, sinon des indications pour le début et la fin du Ramadan.


La mobilisation des associations a été plus grande pour Gaza, une septantaine d’associations se sont jointes à la plateforme "Urgence Gaza".


Quelques élus de confession musulmane, l’ancien président de l’Exécutif Mohamed Boulif et une seule organisation belge, le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie, ont signé la pétition "Solidaires avec les chrétiens d’Irak" regroupant des personnalités issues du Maghreb. Cette pétition affirme que les chrétiens d’Irak "font l’objet d’une extermination ethnique et religieuse déclarée, au nom de l’islam".

Koter Info's insight:


Évitez de mettre tout le monde

dans le même panier


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Célibataires laissés-pour-compte

Célibataires laissés-pour-compte | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


D’après les chiffres relayés par le quotidien De Morgen, environ un tiers des ménages belges ne comptent qu’une seule personne.


En 1980, ce nombre s’élevait à 23 pour cent, alors qu’en 1950, seuls 16 pour cent des ménages étaient constitués d’une personne seule. À l’heure actuelle, 1,7 million de Belges vivent seuls.


Pourtant, les personnes seules sont négligées par la politique.


D’après l’OCDE, comme le système est conçu en fonction des familles et des couples, les Belges célibataires sans enfants paient plus d’impôts que quiconque en Europe Occidentale.


Les Belges seuls sont également désavantagés en matière de droits de succession étant donné que ceux-ci sont beaucoup plus élevés (80 pour cent à Bruxelles et en Wallonie) quand on lègue son héritage à un ami ou ses frères et sœurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Enfin une vérité à la télé


En pleine émission sur les sanctions russes, Xavier MOREAU entrepreneur et rédacteur pour Realpolitik TV balance un secret de polichinelle que très peu de médias ont osé dévoiler au grand public : la construction européenne a été officiellement financée par... les Etats-Unis pour les servir en plaçant les pays d'Europe sous un empire dictatorial.

Koter Info's insight:


Enorme !


Un intervenant balance tout sur les

USA et l'UE en plein direct de France24

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Cambriolages de masse

Cambriolages de masse | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La Belgique compte 660 bandes itinérantes spécialisées dans les cambriolages, selon les statistiques de la direction criminalité contre les biens de la police fédérale.


Ces bandes itinérantes, comptant au minimum trois membres, sont originaires des pays de l’Est et ont commis un nombre substantiel de vols dans des habitations sur une grande partie du territoire.


Les services de police ont identifié 2.003 personnes sur les 2.444 membres de ces groupes. Selon les données de l’année 2013, ces bandes itinérantes comptent principalement des hommes de moins de 30 ans et un cambrioleur sur cinq est mineur d’âge.


D’après les données de la police fédérale, les arrondissements de Liège, Charleroi,Huy, Asse et Mons sont les plus touchés par les cambriolages. Ils devancent Namur, Nivelles, Bruxelles, Verviers et Tournai.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

INTERVIEW DE SERGEÏ GLAZIEV


INTERVIEW DE SERGEÏ GLAZIEV, CONSEILLER DU PRÉSIDENT POUTINE


Le 24 juillet 2014, l’économiste et philosophe Sergeï Glaziev, conseiller de Vladimir Poutine, était interviewé par Konstantin Semin sur la crise ukrainienne et plus généralement sur le rôle des USA vis-à-vis de l’Europe. À noter qu’il est originaire d’Ukraine.



Voici la retranscription intégrale en français

 

Le monde d’aujourd’hui vit une série de crises cycliques
 qui se superposent. La plus sérieuse est la crise technologique qui se combine
 avec des changements dans le domaine du développement économique. On est à une période où l’économie change de structure. La structure économique qui a produit la croissance économique
 de ces 30 dernières années s’est épuisée.
 Nous devons passer à un nouveau système technologique.
 Ce type de transition s’est malheureusement toujours fait 
par la guerre.


Ça a été le cas dans les années 30 où la Grande Dépression
 a provoqué une course aux armements et conduit à la Seconde Guerre mondiale.


Ça a été le cas pendant la Guerre froide où la course
 aux armements spatiaux a engendré les technologies 
d’information et de communication complexes qui servent de base à la structure de l’économie mondiale
 depuis 30 ans.


Aujourd’hui nous sommes confrontés à une crise similaire.
 Le monde évolue vers un nouveau système technologique. Le nouveau système est de nature humanitaire et on pourra
 peut-être éviter la guerre parce que les principaux facteurs
 de croissance dans ce domaine sont les technologies humanitaires. Elles incluent la santé et les industries pharmaceutiques
 basées sur les biotechnologies.


Elles incluent aussi les technologies de la communication
 basées sur les nanotechnologies qui font une percée
 spectaculaire actuellement. 
Et elles incluent les technologies cognitives
 qui modifient la quantité des connaissances accessibles.


Si, comme le président Poutine l’a constamment suggéré,
 nous mettions en place un programme de développement mutuel, 
une zone de développement général
 avec un régime commercial préférentiel de Lisbonne à Vladivostok ;

si nous nous entendions avec Bruxelles pour créer un espace
 économique commun, un espace commun de développement, nous pourrions développer un nombre suffisant de projets d’avenir,
 de la santé à la défense spatiale, qui permettraient de réaliser notre potentiel scientifique
 et technique et de générer une demande régulière de l’État qui stimulerait le nouveau système technologique.



Mais les Américains font comme habitude. 
Pour maintenir leur hégémonie sur la planète,
 ils provoquent une autre guerre en Europe. Une guerre en Europe est toujours bonne pour les Américains.


Ils ont même qualifié de bonne guerre la Seconde Guerre mondiale
 qui a fait 50 millions de morts en Europe et en Russie.
 Elle a été bonne pour les Américains,
 parce qu’elle en a fait les maîtres du monde. La Guerre froide, qui s’est soldée par l’effondrement
 de l’Union soviétique, a aussi été bonne pour eux. 
Aujourd’hui, les États-Unis veulent maintenir leur hégémonie
 à nouveau aux dépens de l’Europe.


Leur domination est menacée par la croissance rapide de la Chine. Le monde d’aujourd’hui commence un nouveau cycle cette fois politique. 
Ce cycle dure des siècles et se combine avec des changements
 dans les institutions mondiales de régulation économique. Nous sommes en train de passer du cycle américain
 d’accumulation capitaliste à un cycle asiatique.
 C’est un nouveau défi à l’hégémonie américaine.


Pour pallier la menace que fait courir à leur hégémonie 
la montée de la Chine et d’autres pays asiatiques, 
les Américains provoquent une guerre en Europe. Ils veulent
 affaiblir l’Europe, briser la Russie et soumettre
 tout le continent eurasien.


Pour résumer, au lieu de la zone de développement de Lisbonne
 à Vladivostok qu’offre le président Poutine, les États-Unis
 veulent déclencher une guerre chaotique dans toute l’Europe, déprécier 
le capital européen, effacer toutes les dettes qui écrasent les États-Unis, 
effacer leurs dettes à la Russie et à l’Europe, soumettre leur espace
 économique et prendre le contrôle des ressources
 du gigantesque territoire eurasien.


Ils croient qu’ils n’ont pas d’autre moyen de maintenir
 leur hégémonie mondiale et de supplanter la Chine.


Hélas pour eux, cette stratégie géopolitique a un siècle de retard. Elle date de l’époque de l’Empire britannique
 où la géopolitique se résumait à « diviser pour régner » : 
c’est-à-dire à monter les pays les uns contre les autres,
 à générer des conflits et provoquer une guerre mondiale.


Les Américains, malheureusement, croient
 que ces vieilles méthodes vont résoudre leurs problèmes. 
La Russie est la dernière victime de cette politique
 et l’arme choisie contre elle est l’Ukraine
 dont le peuple sert de chair à canon dans cette nouvelle guerre.


À vrai dire, les Américains n’ont jamais cessé d’essayer
 de séparer l’Ukraine de la Russie.
 Cette stratégie remonte à l’époque de Bismarck. 
C’est une tradition européenne antirusse de vouloir séparer 
l’Ukraine de la Russie, de les impliquer dans un conflit
 pour prendre le contrôle de tout l’espace eurasien.


C’est Bismarck qui en a eu l’idée ; elle a été reprise par les Anglais
 et finalement par le grand politologue étasunien Zbigniew Brzezinski qui a souvent dit que la Russie ne pouvait pas être une
 superpuissance sans l’Ukraine et que semer la discorde
 entre la Russie et l’Ukraine profiterait à l’Amérique
 et à l’Occident.


Depuis 20 ans, les Étatsuniens nourrissent le nazisme ukrainien
  pour faire du tort à la Russie. 
Comme vous le savez, ils ont recueilli ce qui restait des troupes
 de Bandera après la Seconde Guerre mondiale. 
Ils ont emmené en Amérique des dizaines de milliers
 de nazis ukrainiens et en ont pris grand soin
 pendant toute la période qui a suivi la guerre. 
Ces nazis ukrainiens sont revenus en masse en Ukraine
 après l’effondrement de l’Union soviétique. 
Leur but est toujours le même : séparer l’Ukraine de la Russie.


La proposition de partenariat oriental a servi d’appât.
 Elle est d’abord venue des Polonais puis les Américains l’ont reprise.
 Le but de ce partenariat oriental,
 dont la Géorgie a été la première victime,
 maintenant c’est l’Ukraine et bientôt ce sera la Moldavie,
 est de couper les liens de ces pays avec la Russie.


Comme vous le savez, nous construisons l’Union Douanière
 et un espace économique commun 
avec la Biélorussie et le Kazakhstan, que le Kirghizstan
 et l’Arménie vont bientôt rejoindre. 
L’Ukraine a toujours été notre partenaire. L’Ukraine est toujours dans le processus de ratification de cet accord
 avec la Russie et personne en Ukraine ne l’a encore annulé.



L’Ukraine est importante pour nous, car elle fait partie
 de notre espace économique depuis des siècles. 
Notre complexe scientifique et industriel a été conçu comme un tout ;
 par conséquent la participation de l’Ukraine à l’intégration
 eurasienne est aussi naturelle que vitale.



Le partenariat oriental a été inventé pour empêcher l’Ukraine
 de participer au projet d’intégration eurasienne. 
Le but du partenariat oriental est de faire signer à l’Ukraine
 un accord d’association avec l’Union Européenne.



En quoi consiste cet accord que Poroshenko a signé
 avec les dirigeants européens ?


Cela fait de l’Ukraine une colonie. 
En signant cet accord, l’Ukraine perd sa souveraineté. 
Elle transfère le contrôle de son commerce, de ses douanes,
 de sa régulation technique et financière
 et de ses marchés publics à Bruxelles. 
L’Ukraine cesse d’être un État souverain
 économiquement et politiquement.



Il est clairement stipulé dans l’accord d’association
 que l’Ukraine est un partenaire de second rang de l’Union Européenne. L’Ukraine doit suivre la politique de défense
 et la politique étrangère de l’Union Européenne. 
L’Ukraine est obligée de participer à la résolution
 de conflits régionaux sous l’égide de l’Union Européenne.


Poroshenko  fait de l’Ukraine une colonie de l’Union Européenne
 et conduit l’Ukraine dans une guerre contre 
la Russie où son peuple sert de chair à canon,
 dans le but ultime de mettre l’Europe à feu et à sang. Grâce à l’accord d’association, l’Union Européenne pourra imposer
 sa volonté à l’Ukraine dans le règlement des conflits régionaux. 
Ce qui se passe dans le Donbass est un conflit régional armé.


Le but des États-Unis est d’y faire autant de victimes que possible. La junte des nazis ukrainiens n’est que leur instrument. 
Ils commettent des atrocités et des crimes épouvantables,
 bombardent des villes, tuent des civils, des femmes et des enfants 
et les forcent à s’enfuir dans le seul but de provoquer la Russie
 et d’attirer toute l’Europe dans la guerre. 
C’est la mission de Poroshenko.


C’est la raison pour laquelle Poroshenko rejette
 toutes les propositions de négociation et bloque
 tous les traités de paix. 
Il interprète toutes les déclarations de Washington
 sur la désescalade comme un ordre d’escalade.
 Tous les pourparlers de paix au plan international
 se sont soldés par un nouveau cycle de violence.



Il faut savoir que nous avons affaire à un état nazi qui
 a décidé d’entrer en guerre avec la Russie et a déclaré
 une mobilisation générale. 
Toute la population mâle de 18 à 55 ans est sous les armes.
 Ceux qui refusent de se battre écoperont de 15 ans de prison.
 Ce régime nazi transforme toute la population ukrainienne
 en criminels.


Nous avons calculé que l’Union Européenne
 allait perdre mille milliards d’euros à cause des sanctions à la Russie
 imposées par les Américains. 
C’est énorme. Les Européens commencent déjà à sentir les pertes. 
Il y a déjà une baisse des ventes de marchandises à la Russie.


L’Allemagne perd environ 200 milliards d’euros.


Nos amis des pays Baltes, les plus fanatiques adeptes des sanctions,
 vont subir les plus grosses pertes.


L’Estonie va perdre plus que son PIB total.


Et la Lettonie environ la moitié de son PIB.
 Mais cela ne les arrête pas.


Les politiciens européens suivent les Américains
 sans se poser de questions. 
Ils font du tort à leurs propres pays
 en soutenant le nazisme et la guerre.


J’ai déjà dit que la Russie et l’Ukraine sont les victimes
 d’une guerre qui est fomentée par les Américains. Mais l’Europe est aussi une victime parce que la guerre a pour but
 de déstabiliser l’Europe et de détruire son niveau de vie. Les Américains espèrent continuer à ponctionner le capital
 et les cerveaux européens. 
C’est pourquoi ils veulent enflammer toute l’Europe. 
C’est très étrange que les leaders européens suivent les États-Unis.




Parlons maintenant des pressions de l’OTAN et de la vieille Europe.
 Les États-Unis exercent de fortes pressions sur les pays de l’OTAN.
 La banque française a souffert. 
La Russie espère-t-elle que l’Europe occidentale va résister
 à la pression et mener une politique indépendante ?


Il ne faut pas se contenter de l’espérer, nous devons travailler
 avec les dirigeants européens de la nouvelle génération
 qui ne sont pas soumis au diktat étatsunien.


Le fait est qu’une élite politique antisoviétique s’est constituée
 pendant les années de Guerre froide qui ont suivi la guerre en Europe.
 Elle est ensuite devenue antirusse.


En dépit de l’accroissement exponentiel des liens et
 des intérêts économiques mutuels entre l’Europe et la Russie, 
cette russophobie issue de l’antisoviétisme continue à polluer
 l’esprit de nombreux politiciens européens.


Il faudrait qu’une nouvelle génération de politiciens européens
 pragmatiques et plus conscients des intérêts de leur pays 
arrive au pouvoir. Ce que nous voyons, aujourd’hui, ce sont des politiciens
 qui prennent des décisions contraires à leurs intérêts nationaux.


C’est largement dû au fait que l’Allemagne, qui est le moteur
 de la croissance européenne, est encore un pays occupé. 
L’armée étatsunienne est toujours stationnée en Allemagne
 et tous les chanceliers allemands font allégeance 
aux Américains et promettent de suivre leur politique. 
Cette génération de politiciens européens n’a pas réussi
 à se libérer du joug de l’occupation étatsunienne.


Bien que l’Union soviétique n’existe plus, ils continuent
 d’obéir servilement à Washington
 qui se sert de l’OTAN pour mettre toujours plus de territoires
 sous son contrôle.


Bien que l’Union Européenne soit déjà « allergique »
 aux nouveaux pays membres de l’est de l’Europe, 
et qu’elle soit au bord de l’implosion,
 cela ne l’empêche pas de continuer 
son expansion agressive dans le territoire postsoviétique. 
Il faut espérer que la nouvelle génération sera plus pragmatique.


Les dernières élections du Parlement Européen ont montré
 que tous les citoyens européens ne sont pas dupes
 de la cynique propagande proaméricaine et antirusse 
ni du flot continu de mensonges qui sont déversés sur la tête
 des malheureux Européens.



Les partis européens traditionnels ont perdu 
les dernières élections européennes. 
Il faut dire la vérité encore et encore
 pour faire bouger les lignes. 
Parce que ce qui se passe en Ukraine c’est la renaissance du nazisme.


La Seconde Guerre mondiale a appris à l’Europe
 à reconnaître les signes de la renaissance du nazisme. 
Il faut raviver cette mémoire historique pour que
 les Européens se rendent comptent que les nazis ukrainiens
 qui sont au pouvoir à Kiev, 
sont les successeurs de Bandera, de Shukhevych
 et d’autres collaborateurs nazis.
 L’idéologie des autorités ukrainiennes actuelles
 s’enracine dans l’idéologie des complices d’Hitler
 qui ont tué des Juifs à Babi Yar, brûlé des Ukrainiens et des Biélorusses à Katyn,
 et assassiné tout le monde sans distinction de race. 
Ce nazisme renaît aujourd’hui.


Les Européens doivent comprendre que leur propre vie est en jeu
 dans cette terrible confrontation. 
J’espère qu’à force de dire la vérité avec constance
 et de la diffuser le plus largement possible,
 nous parviendrons à éloigner la menace de guerre de l’Europe. 
Le plus important est de nous libérer des dépendances
 qui nous emprisonnent.


Malheureusement, le système financier russe est aujourd’hui
 très dépendant du capital étranger. 
Pas étranger sur le fond, mais dans la forme. 
Comme notre économie est ouverte, nous nous sommes reposés,
 au départ, sur des capitaux étrangers. 
Et nos investisseurs ont fini par partir à l’étranger. 
Nous avons pratiquement 100 milliards de dollars
 de perte d’impôts par an à cause des paradis fiscaux. Seulement une petite partie de l’argent qui sort de Russie
 soi-disant pour s’investir à l’étranger revient dans le pays.



Nous devons créer notre propre système financier et monétaire
 pour pouvoir nous reposer sur nos propres forces 
et disposer des ressources nécessaires
 à la croissance de notre économie.


Nous devons interrompre la fuite des capitaux et renforcer
 le contrôle bancaire et monétaire pour mettre fin aux dommages
 causés à l’économie par les paradis fiscaux.



Nous devons restaurer nos capacités de planning stratégique
 et de projection sur le long terme et, surtout promouvoir
 un nouveau système technologique. Il faut prendre des mesures spécifiques pour stimuler l’innovation
 et les investissements dans la nouvelle structure économique.


Le plus important est de créer le mécanisme financier
 de croissance économique dont j’ai parlé plus haut. Nos hommes d’affaires pourraient lever des emprunts à long terme 
à des taux abordables en utilisant nos ressources nationales
 au lieu d’aller chercher l’argent à l’étranger
 en hypothéquant leurs biens.


Les banques étrangères révisent les conditions des prêts
 et à chaque étape de la crise la menace de confiscation
 des avoirs russes par des créditeurs étrangers augmente. 
Afin d’éviter cela, nous devons bâtir une politique monétaire 
macro-économique souveraine.

 



Par Le Saker - vineyardsaker.fr – le 20 août 2014

Transcription originale depuis le russe par Marina, puis sous-titrage en anglais par Augmented Ether et sous-titrage en français par Dominique Muselet pour vineyardsaker.fr

 

La retranscription intégrale en français avec les codes temporels : ici

Pour approfondir


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Intervention en Irak : hypocrisie

Intervention en Irak : hypocrisie | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : la dépeche.fr


Intervention en Irak : assez d’hypocrisie


Pour Hussein Askary, responsable du Moyen-Orient pour la revue Executive Intelligence Review, les appels de dirigeants occidentaux à une intervention militaire en Irak sont « non seulement hypocrites, mais criminels ». Si les hommes politiques occidentaux cherchent à « tirer profit de cette situation sans indiquer ou reconnaître les véritables causes de la crise humanitaire et sans modifier la politique qui en est responsable, nous ne pourrons jamais sortir de l’enfer d’un nouvel âge de ténèbres ».


L’existence de l’EIIS et son expansion sont le résultat de leur soutien et du soutien d’autres pays membres de l’UE et de l’OTAN, ainsi que de leurs amis en Arabie saoudite, au Qatar et au Koweït, à la politique anglo-américaine de « changement de régime » qui a sévi en Irak (2003), en Libye (2011) et en Syrie (depuis 2011). Cette même politique avait été prononcée dès 1999 par Tony Blair et défendue par lui en 2004 comme la fin du système d’États-nations souverains inauguré par les traités de Westphalie.


C’est l’assaut contre la souveraineté et l’indépendance des États-nations et la destruction de leurs institutions d’État relativement modernes, comme l’armée, la police et les forces de sécurité, et contre l’infrastructure de santé, d’éducation et de transport plus généralement, qui a créé le chaos et le vide dont devaient profiter ultérieurement des groupes terroristes comme al-Qaïda, Ansar Al-Sharia, Jabhat Al-Nousra et l’État islamique, une métamorphose de l’EIIS.


Les États-Unis et la Grande-Bretagne « ont sciemment suivi une politique bien définie visant à permettre à ces groupes d’obtenir du pouvoir, des armes et du soutien financier et médiatique soit directement par le biais de la CIA, du MI6 et des Forces spéciales (SAS) britanniques, soit indirectement en passant par les agents des États-Unis et de la Grande-Bretagne dans la région, dont l’Arabie saoudite, le Qatar, d’autres pays du Golfe, la Jordanie et la Turquie, qui est membre de l’OTAN. » Il n’est pas possible, estime Askary, d’éliminer l’EIIS en Irak tout en soutenant ses alliés en Syrie.


Askary rejette d’office l’argument des Anglo-américains selon lequel c’est « le refus de la communauté occidentale d’intervenir à temps en Syrie pour empêcher le carnage qui a amené l’Irak dans le bourbier », la même pirouette de style utilisée par François Hollande dans un entretien au quotidien Le Monde du 20 août : « Si, il y a deux ans, il y avait eu une action [de la communauté internationale] pour installer une transition, nous n’aurions pas eu l’État islamique. Si, il y a un an, il y avait eu une réaction des grandes puissances à la hauteur de l’utilisation (par Bachar Al-Assad) des armes chimiques, nous n’aurions pas été face à ce choix terrible entre un dictateur et un groupe terroriste, alors que les rebelles méritent tout notre soutien ». En effet, en Libye, l’Ouest a réagi « à temps » en éloignant Kadhafi du pouvoir. Et le résultat ? « Les frères d’armes d’al-Qaida et les jumeaux idéologiques de l’EIIS sont en passe de créer le chaos à Tripoli et à Benghazi. »


Il est temps de mettre fin à l’hypocrisie, s’écrie Askary. Le tribunal de Nuremberg a établi une nouvelle norme destinée à empêcher le génocide par des entités puissantes : « savait ou aurait dû savoir ».


La même norme doit être appliquée aujourd’hui à l’égard des puissances et des personnes qui ont créé les conditions d’un génocide en Syrie, en Irak et en Ukraine orientale, si nous voulons vivre dans une communauté mondiale humaine digne de ce nom.




Par la Rédaction de Solidarité & Progrès - le 20 août 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Serbie - Marche pour le Donbass

Serbie - Marche pour le Donbass | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Voici la photo d'une marche impressionnante organisée pour soutenir le Donbass.


Au moins, en Serbie, des citoyens réagissent contre l'injustice ukrainienne en cours.


A quand la même expression en Belgique ? -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Inquiétant : tsunami annoncé ?

Inquiétant : tsunami annoncé ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Une île volcanique en éruption prenant de l'envergure au large du Japon pourrait être à l'origine d'un tsunami si ses pans de lave s'effondraient soudainement, ont averti mardi des scientifiques nippons.

 
Cette île, située dans le Pacifique à un millier de kilomètres au sud de Tokyo, se présentait dans les premiers jours sous une forme à peu près ovale de 400 mètres de long sur 200 de large. Mais elle a fini par rejoindre celle inhabitée de Nishinoshima appartenant au petit archipel Ogasawara, et l'ensemble, qui continue de s'étendre, couvre désormais 1,26 kilomètre carrés.
 
Les cratères de l'île crachent actuellement   200.000 mètres cubes de lave chaque jour - assez pour remplir 80 piscines olympiques - matière qui s'accumulent sur son flanc Est.
 
"Si la lave continuait à monter ainsi, une partie des pentes pourrait s'effondrer et provoquer un tsunami", a prévenu Fukashi Maeno, professeur adjoint de l'Institut de sismologie de l'Université de Tokyo.
 
Selon lui, un affaissement de 12 millions de mètres cubes de lave générerait un tsunami d'un mètre qui pourrait atteindre en environ 18 minutes l'île de Chichijima à 130 kilomètres de distance.
 
Chichijima, où vivent quelque 2.000 personnes, est la plus grande île de l'archipel d'Ogasawara, un groupe d'îles administré par Tokyo.


Le Japon, situé au confluent de quatre plaques tectoniques, enregistre chaque année plus de 20% des séismes les plus violents recensés sur Terre. Plusieurs volcans y sont actifs et les risques de tsunami redoutés sur une bonne partie des côtes de l'archipel.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Le Kidzik

LLN - Le Kidzik | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le Kidzik est un festival de musique pour jeune public. Il se déroule durant trois jours, du 23 au 25 août, sur les différentes scènes de la ferme du Biéreau et dans les rues de la ville.


Une quinzaine de concerts aux sonorités jazz, classique, rock/pop et chanson figurent au programme.


Les artistes en herbe ont également l’occasion de participer à de nombreux ateliers musicaux, ainsi que de s’amuser grâce aux animations proposées dans la cour de la ferme.


On retrouvera au cours des trois jours Léon l’accordéon, André Borbé, Toine Thys, Pierre Chemin et son laboratoire sonore.

more...
No comment yet.