Koter Info - La G...
Follow
Find
226.9K views | +223 today
 
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

José Mujica, Président

 

Le Président de l’Uruguay se préoccupe plus du bien-être de ses concitoyens que du reste.  Son discours est un exemple que devraient suivre "nos" politiciens. - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Etudiant(e)

Si vous êtes à la recherche d'un KOT (chambre) de qualité à louer auprès d'un "bon" propriétaire, alors, cliquez directement  ICI .


- - - - - - - - - - - - - - - - - -


Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 95.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 101.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


196.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


196.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Sur le dos des épargnants...

Sur le dos des épargnants... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source dessin : fortune.fdesouche.com


Les régulateurs et les banques s’entendent

sur le dos des épargnants

Par Philippe Herlin (*) 


C’est souvent le week-end que les choses importantes se passent en finance, quand les marchés sont fermés, quand les négociations et les bruits de couloirs ne peuvent pas avoir de répercussions ou profiter à des initiés, et quand les médias tournent sur les faits divers et la météo. Un accord important a été signé samedi, 11 octobre, entre les grandes banques mondiales, « sous la pression des régulateurs », précise la dépêche AFP, et il concerne les produits dérivés et, plus spécifiquement, les CDS (Credit default swap). Ces derniers sont des assurances permettant de se couvrir contre le défaut d’un pays sur sa dette ou la faillite d’une entreprise.


L’idée de départ est séduisante, puisqu’il s’agit d’une protection contre la faillite d’un actif que l’on détient ; qui trouverait à y redire ? Le problème est que ces produits ont été vendus en grande quantité par les banques et qu’elles ne possèdent pas forcément les fonds propres nécessaires en cas de défaut, ce qui les mettrait elles-mêmes en faillite, provoquant un effet domino catastrophique. On a pu le voir, lors de la crise de septembre 2008, avec la faillite de Lehman Brothers, gros trader sur le marché de ces produits dérivés, qui avait donné lieu à un débouclage massif de contrats dérivés avec la banque, ce qui avait provoqué le chaos sur les marchés financiers.


Les régulateurs des grands pays font valoir qu’un délai, aussi minime soit-il, pourrait permettre à une banque défaillante de pouvoir se recapitaliser et éviter un effet de panique sur les marchés financiers. L’Association internationale des swaps et dérivés (ISDA), l’organisme représentant le secteur bancaire, a ainsi accepté d’abandonner le principe du débouclage automatique (« close out ») des contrats, si une institution financière se trouve en difficulté. En cas de défaillance d’une grande banque « too big to fail », les régulateurs auront le temps de mettre au point une solution pour éviter une faillite « désordonnée » aux conséquences potentiellement explosives.


On peut penser que la signature de cet accord traduit le fait que le risque de faillite de grandes banques existe bel et bien, ce qui n’est pas rassurant. Néanmoins, cet accord constitue objectivement une bonne chose, puisqu’il éloigne un risque d’effet domino catastrophique. Mais attention ! On sait désormais comment les régulateurs s’y prennent pour résoudre les crises bancaires… la méthode a été inaugurée à Chypre, au printemps 2013, et écrite dans une directive européenne qui entrera bientôt en vigueur (le 1er janvier 2016). Ce sont les comptes des épargnants qui servent à renflouer les pertes bancaires ; une ponction est directement opérée sur leur épargne afin de restaurer la solvabilité de la banque. À Chypre comme dans la directive, seuls les comptes de plus de 100.000 euros sont concernés, mais cela ne suffira évidemment pas en cas de crise grave, et on peut être certain que tous les comptes seront touchés.


Cet accord arrange les régulateurs et les banques, qui éloignent ainsi un risque destructeur et très difficile à maîtriser, mais il faut bien comprendre qu’il se fait sur le dos de l’épargnant qui a placé ses économies dans le circuit bancaire et qui, lui, n’a pas son mot à dire.

 

 

Par Philippe Herlin (*) - goldbroker.fr – le 16 octobre 2014

 

 

(*) Philippe Herlin : chercheur en finance et docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Retour du drone spatial US

Vidéo : atterrissage du X-37B sur une des pistes de la base de Vandenberg de l'US Air Force. 


En vidéo : le retour sur Terre du très mystérieux X-37B de l’US Air Force


Le retour sur Terre du drone spatial X-37B, comme nous l’avions annoncé, a bien eu lieu, à l’écart des curieux, sur une piste de la base militaire de Vandenberg, en Californie. Surprise, l’engin a atterri de jour et l’US Air Force, qui gère ce programme confidentiel, a rendu publique une vidéo de l’atterrissage. Très courte, et un peu frustrante, elle montre pourtant ce que l’on n’avait jamais vu : cette mini-navette se poser à grande vitesse…

 

Après 674 jours à tourner autour de la Terre, pour sa troisième mission, le X-37B est rentré, comme nous vous l’avions annoncé ce week-end. La deuxième mission l’avait fait voler 224 jours en 2010. Un second exemplaire du drone avait accompli un voyage de 469 jours après son lancement, le 5 mars 2011. Long de 8,9 m pour une envergure de 4,5 m et une masse au lancement de 5,5 tonnes, cet engin est doté d’une paire d’ailes, d’ailerons et d’une soute qui peut s’ouvrir dans l’espace. L’appareil a un air de famille avec l’ancienne navette spatiale, en plus petit.


Lancé le 11 décembre 2012, à bord d’une fusée Atlas V, le drone X-37B (OTV-3) est retourné sur Terre vendredi 17 octobre après un voyage dans l’espace de 674 jours. Il a atterri sur une des pistes de la base militaire de Vandenberg, en Californie. Même si, cette fois, le retour a eu lieu de jour, le montage de la vidéo réalisé par l’US Air Force, aussi rapide que celui d’un film d’action ne permet pas de distinguer grand-chose de l’appareil...


Ce que l’engin a accompli, on n’en sait rien. On a tout juste appris qu’il était réutilisable puisque c’est la deuxième fois qu’il voyageait dans l’espace. Cela dit, on ignore si des modifications ont été apportées ou si des réparations ont été nécessaires. La dernière rumeur veut qu’il possède la capacité de déployer des satellites dans l’espace. Peut-être a-t-il été envoyé pour cela et, éventuellement, récupéré le satellite avant son retour sur Terre.


Le retour sur Terre de l’appareil intervient alors que l’Agence spatiale européenne prépare le lancement de l’IXV ou véhicule expérimental intermédiaire, son démonstrateur de véhicule de rentrée atmosphérique. Construit par Thales Alenia Space, cet engin doit tester les technologies nécessaires aux futurs véhicules spatiaux autonomes de l’ESA qui devront revenir intacts sur Terre. Le lancement est prévu pour le 18 novembre. Cela permettra de mesurer l’écart technologique des Européens par rapport aux Américains, aux Russes et aux Chinois qui se chiffrerait en une petite dizaine d’années.



Par Rémy Decourt - Futura-Sciences - le 20/10/2014 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Du pain pour pêcher


Un Héron vert utilise une tranche de pain

pour pêcher !


Avec un peu d’obstination, c'est le succès. Un petit malin et un fin pêcheur, cet oiseau ! Essayez-donc d’en faire autant !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Gènes de plantes dans le sang

Gènes de plantes dans le sang | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Des gènes de plantes alimentaires dans notre sang


Une nouvelle étude scientifique montre que l’ADN de plantes alimentaires peut passer la paroi intestinale et se retrouver dans notre sang.


Avec la question en suspens : cet ADN étranger peut-il modifier notre physiologie ?


Dans une étude publiée dans la revue « Public Library of Science », une équipe de chercheurs hongrois a analysé 1 000 échantillons de sang humain provenant de quatre études indépendantes. Résultat : contrairement à ce que l’on peut penser, la digestion ne dégrade pas totalement les aliments avant que le corps les absorbe. De très nombreux fragments d’ADN étranger (qu’on appelle « cell free ADN » — cfADN), assez grands pour contenir des gènes complets, arrivent ainsi à se frayer un chemin jusqu’au sang. Dans l’un des échantillons de sang analysé, la concentration de cfADN de la plante ingérée était même supérieure à celle du cfADN humain.


En 2011 déjà, une équipe chinoise était parvenue à la même conclusion, avec cette précision : une fois ingérés, les micro-ARN* issus de l’alimentation peuvent se lier aux micro-ARN endogènes de l’organisme et modifier son fonctionnement biochimique en inhibant certains gènes chromosomiques (hépatiques notamment, se soldant par une augmentation du taux de cholestérol de l’hôte).

En clair : notre alimentation modifie en profondeur notre fonctionnement physiologique.


Si cela venait à être vérifié, il s’agirait d’un nouveau développement scientifique capital :
    


— Nous ne faisons pas que manger des nutriments inertes (glucides, protéines, vitamines...), nous becquetons aussi de l’information.
    


— Ce nouveau mécanisme physiologique pourrait favoriser ou inhiber l’apparition de maladies.
  


— Les interactions plantes-animaux seraient bien plus évoluées que nous le pensions, laissant la porte grande ouverte aux théories de « coévolutions ».
    


— Les micro-ARN feraient maintenant partie des nutriments essentiels, au même titre que l’eau, les vitamines et les acides aminés.


(*Micro-ARN : petites séquences génétiques d’ADN qui se promènent en liberté dans l’organisme, au contraire de l’ADN des chromosomes qui restent sagement cloitrés dans le noyau des cellules.)



Par lesmotsontunsens.com - le 16 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Journal de Syrie 20/10/2014


VIDÉO - Journal de Syrie du 20/10/2014


Lavrov : « La Russie soutient la Syrie sans faille »

L’information déjantée, au Kärcher, et la liberté d’expression dans sa quintessence : « Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux » de Emiliano Zapata

 

- Lavrov : « Le refus de certains pays occidentaux de coopérer avec la Syrie a permis à « l’EI » de contrôler plusieurs zones en Irak et en Syrie »


- Des terroristes abattus dans les banlieues de Quneitra, de Homs, de Damas et de Daraa


- Les citoyens d’Ayn al-Arab continuent leur confrontation contre les terroristes de Daesh


- Ministre de l’Économie : Reprise d’octroi du crédit bancaire productif


- Irak : 16 tués et 30 blessés dans un attentat suicide terroriste à Bagdad


- Députée à la Knesset israélienne : « Les forces israéliennes et le réseau terroriste de l’EI tuent les innocents »



Par allainjules.com - le 20 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Étrange créature des mers


Cette créature des mers très étrange pêchée à Singapour ressemble à un Kraken (*)

 

Heureusement que ce pécheur singapourien a filmé sa pêche (visible dans la vidéo ci-dessus), car peu de gens ont dû le croire quand il a expliqué avoir découvert une créature bizarre.


« Je sais que dans cette zone, il y a beaucoup d’algues, donc je pensais que c’était ça que j’avais attrapé », a précisé le pêcheur de 53 ans au journal Straits Times. « Mais quand je l’ai mis sur mon bateau, ça a commencé à bouger comme un alien ». Effectivement...

 

Rassurez-vous, ce n’est pas un alien, ni un kraken des profondeurs. Selon Discovery News, il ne s’agit pas d’une nouvelle espèce, mais d’un « panier d’étoiles » (basket star), dont le petit nom scientifique est euryalina, un parent de la plus classique étoile de mer. Le site précise que le pêcheur a ensuite remis à l’eau cette sorte d’étoile de mer peu ragoutante.


Ces créatures invertébrées sont capables d’atteindre près d’un mètre de long. N’ayez pas peur d’en croiser lors d’une baignade : les euryalinas vivent en général dans les eaux profondes. De toute façon, elles ne mangent que du plancton.



Par Le HuffPost – le 19 octobre 2014


(*) Le kraken  est une créature fantastique issue des légendes scandinaves médiévales. Il s'agit d'un monstre de très grande taille et doté de nombreux tentacules. (Source Wikipédia)

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UCL - Louvain Bionics

UCL - Louvain Bionics | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Louvain Bionics 


Inauguration le 12 novembre 2014


Auditoire central Maisin, Faculté de médecine, site de Louvain-en-Woluwe
Avenue Mounier, Woluwé-Saint-Lambert
Parking Mounier

[informations et inscription…]

 

Le Louvain Bionics est un centre d’expertises interdisciplinaires créé en 2014 grâce au legs de Monsieur Pierre De Merre via la Fondation Louvain. L’objectif du Louvain Bionics est de fédérer les talents des chercheurs de l’UCL issus des trois secteurs – sciences et technologies, sciences de la santé et sciences humaines – qui s’intéressent aux questions du mouvement et de l’assistance robotisée au geste, afin de renforcer les connaissances et les compétences dans des domaines tels que l’assistance chirurgicale, et l’aide au diagnostic et à la rééducation.


L’ambition du Louvain Bionics est de permettre au patient de bénéficier au mieux des progrès de la recherche dans les sciences et techniques de la robotique et, plus généralement, de la bionique. Pour cela, le rôle du Louvain Bionics est d’identifier, encourager et développer des projets de collaboration innovants qui répondent à un ensemble de problématiques touchant à la santé des personnes, tels que :

.

  • Conception et développement de robots de rééducation pour les membres supérieurs,
  • Conception et développement de prothèses robotisées pour les membres inférieurs,
  • Conception et optimalisation de procédures chirurgicales assistées,
  • Conception et fabrication d’instruments de chirurgie personnalisés au patient,
  • Développement d’une interface-écran-objet dans les processus de rééducation intensive (enfants et adultes),
  • Identification et analyse des questions éthiques relevant de l’interaction homme/robot.

 

Le Louvain Bionics regroupe des équipes de recherche pluridisciplinaires (ingénieurs, médecins, kinésithérapeutes, psychologues, éthiciens, etc.) chargées de la conception et la validation de prototypes. Par ailleurs, il ambitionne de fournir un laboratoire d’initiation et de formation tant pour les concepteurs (ingénieurs) que pour les utilisateurs (cliniciens, académiques, scientifiques), en vue de développer des savoir-faire innovants dans la pratique médicale, à l’aide des dispositifs disponibles.


L’atout majeur apporté par le Louvain Bionics au sein d’une université complète telle que l’UCL est de pouvoir expérimenter et valider les dispositifs médicaux évoqués « from bench to bedside », c’est-à-dire du laboratoire jusqu’au lit du patient, par un processus de recherche translationnelle et multidisciplinaire basé sur une interaction constante entre concepteurs et utilisateurs. Les dispositifs peuvent dès lors être améliorés sur base d’une pratique de terrain et personnalisés en tenant compte des besoins spécifiques des patients et des cliniciens.



Par Benoît Herman – UCL – octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'UE, l'Ukraine et le gaz russe

L'UE, l'Ukraine et le gaz russe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


MINI-SOMMET ASIE-EUROPE À MILAN : LES POURPARLERS SUR LE GAZ SONT DANS L’IMPASSE

 

Les informations concernant le mini-sommet Asie-Europe (ASEM), qui s’est tenu à Milan les 16 et 17 octobre, continuent à arriver au compte-gouttes. Toutefois, il est clair qu’il n’y a pas eu de percée et que la crise ukrainienne est restée dans l’impasse. Porochenko a déclaré que les « paramètres » d’un accord sur le gaz avaient été trouvés, mais il semble que rien de tel ne se soit produit.


Le commentaire le plus insipide de la journée a été formulé par Van Rompuy, avec son constat de « progrès » du seul fait que Poutine aurait dit ne pas vouloir un conflit gelé en Ukraine et que l’est de ce pays ne devienne une autre Transnistrie. Pour saisir l’absurdité de ce commentaire, il faut juste imaginer Poutine dire solennellement le contraire aux Européens : « Nous voulons que un conflit gelé en Ukraine, et que l’est de ce pays devienne une autre Transnistrie ! »


Ce n’est pas la première fois que Poutine apparait comme un homme entouré de nains.


Si j’ai bien compris, l’idée d’un petit déjeuner de travail entre Poutine et les dirigeants européens vient d’Angela Merkel. Avec les économies allemandes et européennes en difficulté, en partie à cause de la politique de sanctions qu’elle a elle-même imposée, Merkel a besoin que cette crise prenne fin. Mais en même temps, elle n’ose pas tenir tête aux États-Unis et à leurs alliés européens, non plus qu’aux atlantistes allemands. Elle voudrait que Poutine cède devant toutes leurs demandes, et qu’il la sorte ainsi du pétrin dans lequel elle s’est mise elle-même. Elle pensait arriver à ses fins en mettant la « pression » sur Poutine (c’était l’objet de cette réunion petit déjeuner), mais déconcertée devant son échec, elle a pris un air renfrogné de colère.


Habituée à intimider d’autres dirigeants européens et à obtenir ce qu’elle veut, Merkel, face à un adversaire de son niveau, est restée sans réaction. Elle me rappelle Obama, il y a deux ans, qui est également reparti déconcerté et en colère après un tête-à-tête avec Poutine lors d’un sommet sur la crise syrienne.


En attendant, alors que les économies européenne et allemande ralentissent, l’économie russe s’accélère, malgré la baisse du prix du pétrole ; dans le même temps, la désintégration de l’Ukraine prend de l’élan. En politique et en diplomatie, comme à la guerre, il est nécessaire de savoir quand se replier avant que la situation ne se transforme en déroute complète. Les Européens ne font montre ni de cette capacité ni de cette compréhension, et c’est pourquoi nous sommes les témoins d’une déroute.



Les pourparlers sur le gaz à Milan


Davantage d’informations nous arrivent des pourparlers sur le gaz à Milan, et l’image qui s’en dessine est laide.


Depuis le mois de juin, les Russes n’ont cessé de dire que le prix contractuel du gaz fourni à l’Ukraine est de 485 $ les 1.000 mètres cubes, mais qu’ils sont prêts à offrir, sur une base temporaire, une réduction de $100/1.000 m3, portant ainsi le prix du gaz à l’Ukraine cet hiver à $385/1.000 m3. Cela à condition que l’Ukraine règle ses énormes arriérés et paye à l’avance les livraisons de gaz.


Les Russes n’ont jamais dévié de cette position. Les Ukrainiens n’ont pas cessé de la rejeter.


D’après ce que j’ai compris, la position ukrainienne est que, pour eux, le prix « correct » pour le gaz russe serait les $269/1.000 m3 que Ianoukovitch avait obtenus grâce aux réductions qu’il avait négociées avec Poutine en décembre dernier. Les Ukrainiens insistent pour que tous les arriérés soient recalculés sur la base de ce prix et font savoir que ce n’est qu’après qu’ils envisageront de les payer. Entretemps, et sous la pression européenne, ils ont dit accepter de payer un prix plus élevé (apparemment $320/1.000 m3) à titre temporaire, jusqu’à ce que le différend soit réglé. Cependant, ils insistent pour que les versements qu’ils feront au cours de cette période soient pour de la fourniture de gaz et non pas pour le règlement des arriérés.


Je ne vais pas détailler l’absurdité de la position ukrainienne qui considère le prix auparavant proposé à Ianoukovitch, sous des conditions que l’Ukraine n’a jamais remplies, comme le prix « correct » à substituer au prix contractuel convenu. Hormis les Ukrainiens, personne, pas même les Européens, n’y croit.


Revenons sur ce qui s’est passé à Milan. Pour moi, l’attitude des hommes politiques ukrainiens demeure mystérieuse. Alors que publiquement, c’est la surenchère entre eux à celui qui se montrera le plus dur avec la Russie, dès qu’ils se trouvent face à face avec Poutine pour négocier sur les questions de gaz, ils se décomposent, se révélant de spectaculairement mauvais négociateurs. Nous avons vu cela se produire avec Timochenko en 2009, et nous venons de le voir se reproduire avec Porochenko à Milan.


En bref, plus tôt dans la journée, Porochenko avait déclaré qu’un accord était intervenu sur l’établissement des « paramètres » d’un accord gazier avec la Russie. Cette annonce a provoqué une brève agitation donnant lieu à des expressions d’espoir, y compris dans les titres des journaux, et même dans la déclaration de Hollande affirmant que les deux parties avaient presque surmonté leurs différences.


Il s’est avéré, alors que la journée avançait, que les « paramètres » dont Porochenko disait avoir convenu avec la Russie n’étaient autres que ceux de l’offre initiale russe. En d’autres termes, Porochenko avait cédé, peut-être sans s’en rendre compte, aux demandes de M. Poutine.


Poutine a même dit que la question qui restait en suspens était de savoir comment l’Ukraine allait trouver l’argent pour s’acquitter des obligations dans lesquelles elle venait de s’engager. Il a avancé à titre de suggestion que les Européens paient pour le gaz et les arriérés, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un nouveau prêt du FMI à l’Ukraine. Quelque chose que les Européens ont toujours refusé de faire.


Quoi qu’il en soit, quand finalement Porochenko s’est aperçu que les « paramètres » auxquels il avait consenti n’étaient autres que ceux que les Russes exigeaient depuis le début, sa réaction a été de quitter, énervé de façon théâtrale, ce qui ressemblait à une réunion organisée à la hâte avec Poutine, et d’annoncer que tout compte fait il n’y avait pas eu d’accord du tout.


Poutine a pour sa part maintenu la position de la Russie et déclaré publiquement que celle-ci ne fournirait pas à crédit du gaz à l’Ukraine (à quoi revenait la contre-proposition ukrainienne) et que « c’était là son dernier mot ».


Il semble donc que nous soyons dans une impasse, et qu’en dépit de certains titres de journaux parus plus tôt dans la journée, on n’ait fait aucun progrès. Tout du long, Porochenko s’est ridiculisé face à tous les dirigeants d’Europe et d’Asie. Les discussions sur le gaz qui auront lieu le 21 octobre 2014 viennent d’en être rendues plus difficiles.


Poutine, juste avant d’aller à Milan, avait déclaré que la Russie se réservait le droit de réduire la quantité de gaz acheminée vers l’Europe par l’Ukraine, si cette dernière devait recommencer à voler le gaz destiné à d’autres clients. C’est d’ailleurs ce que la Russie avait fait en 2009, et il ne fait aucun doute que c’est ce qu’elle fera à nouveau. À moins que les Européens n’adressent un ultimatum à Porochenko pour qu’il accepte l’offre russe, une coupure totale de gaz se profile.



Par Alexander Mercouris
 - Traduit par Alexandre Moumbaris, corrigé par Marie José Moumbaris, pour vineyardsaker.fr


Source : Alexander Mercouris: Deadlock and Gas Talks in Milan (vineyardsaker, anglais, 18-10-2014)

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Un virus sous le parapluie

Un virus sous le parapluie | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Hong Kong : un virus sous le parapluie

Par Ahmed Bensaada (*)

 

Le 3 février 2011, entre la chute de Ben Ali et l’imminence de celle de Moubarak, le sénateur américain John McCain fit une étonnante déclaration en pleine ébullition de la rue arabe : « Ce virus se répand à travers le Moyen-Orient » [1]. Il ne parlait pas du virus d’Ebola, ni d’une quelconque autre maladie hautement contagieuse, mais plutôt du fameux « printemps » arabe. Cette comparaison « épidémiologique » n’est, à vrai dire, aucunement fortuite de la part de ce spécialiste de l’« exportation » de la démocratie.



Le virus selon McCain


Son rôle dans les révolutions colorées [2] et le printemps arabe [3] a été clairement établi. En effet, en plus de son poste au Sénat américain, McCain est le plus haut responsable de l’International Republican Institute (IRI) qui, avec le National Democratic Institute (NDI), est un des quatre organismes satellites de la National Endowment for Democracy (NED). Rappelons que la NED est financée par un budget voté par le Congrès et que ses fonds sont gérés par un conseil d’administration où sont représentés le Parti républicain, le Parti démocrate, la Chambre de commerce des États-Unis et le syndicat American Federation of Labor-Congress of Industrial Organization (AFL-CIO). La NED, via ses organismes (en particulier l’IRI et le NDI), forme, réseaute, supporte et finance les activistes prodémocratie (et surtout pro-occidentaux) à travers le monde, dans des pays ciblés par l’administration américaine. Il en a été ainsi lors des révolutions colorées (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizstan), mais aussi lors de la révolution « verte » (Iran) [4] ou du « printemps » arabe [5]. La connexion entre la NED et le gouvernement américain a été mise en évidence, et ce depuis bien longtemps, par Allen Weinstein (un des fondateurs de cet organisme), qui a déclaré en 1991 que la NED faisait aujourd’hui ce que la CIA faisait secrètement il y a 25 ans [6].

.

 .

Mais revenons à la notion de « virus » de la contestation « identifié » par McCain. Le sénateur, qui s’était contenté d’en circonscrire la zone « endémique » au Moyen-Orient, l’a rapidement élargi à d’autres pays de haute importance stratégique pour les États-Unis : la Russie et la Chine. En effet, il déclara en novembre 2011 : « Ce printemps arabe est un virus qui attaquera Moscou et Pékin » [7].

 .

.

Quelques jours plus tard, McCain précisa son point de vue envers la Russie en s’en prenant directement à Vladimir Poutine. Il twitta : « Cher Vlad, le printemps arabe s’en vient dans un quartier près de chez vous » [8]. Il faut dire que McCain aurait pu dire la même chose quelques années auparavant en remplaçant l’expression « printemps arabe » par « révolution colorée ». N’avait-il pas en vain tenté d’« exporter » la démocratie en Russie postsoviétique avec son soutien au mouvement « Oborona » [9] ?


D’ailleurs, il faut se rendre à l’évidence que les évènements qui ont secoué il y a quelques mois l’Ukraine — communément appelés Euromaïdan — s’insèrent dans ce continuum d’actions visant à discréditer Poutine, déstabiliser la Russie et limiter son champ d’influence géopolitique. Ce qui n’a pas pu se faire directement en Russie pourrait se réaliser en utilisant l’Ukraine comme Cheval de Troie.


C’est dans ce cadre que McCain s’est déplacé en personne à Kiev pour s’adresser directement aux révoltés du Maïdan le 14 décembre 2013. « Nous sommes ici pour soutenir votre juste cause, le droit souverain de l’Ukraine à choisir son propre destin librement et en toute indépendance. Et le destin que vous souhaitez se trouve en Europe », a-t-il claironné [10]. Rappelons que le sénateur américain est en terrain connu lorsqu’il déambule dans la capitale ukrainienne. Effectivement, il s’était déjà rendu en Ukraine en février 2005 [11] pour y rencontrer ses « poulains » de la révolution « orange » qu’il avait largement financés. Mais, cette fois-ci, la différence était de taille : il n’a pas été gêné de s’afficher avec le leader de Svoboda, un parti ukrainien ouvertement ultranationaliste, xénophobe et prônant des valeurs néonazies.

 .

 .

La seconde contrée visée par le « virus » printanier de McCain est la Chine. Et tout comme la Russie, ce pays possède lui aussi un Cheval de Troie : Hong Kong.

Comme l’explique si bien Xiao Chen, un journaliste chinois basé à Hong Kong, « Dans la rivalité entre les États-Unis et la Chine, Hong Kong est une importante pièce d’échec […]. Ce n’est pas facile pour les États-Unis de créer des troubles en Chine, mais c’est super facile de jouer les trouble-fêtes à Hong Kong » [12].



Le virus à Hong Kong


Les manifestations qui ont secoué cette région administrative chinoise sont une campagne de désobéissance civile très bien orchestrée, destinée à faire pression sur le gouvernement chinois pour la mise en place d’un réel suffrage universel pour les prochaines élections. Ces évènements ont, à bien des égards, tous les attributs d’un mouvement de contestation du type « révolution colorée ».


Quatre ingrédients sont nécessaires pour mettre en branle ce type de « révolution » : de jeunes activistes motivés et mobilisés, une idéologie non violente d’opposition au pouvoir en place, de la formation adaptée à l’idéologie et du financement.

Dans le cas de cette ancienne colonie britannique, les principaux acteurs de ce mouvement de protestation initialement baptisé « Occupy Central with Love and Peace » (OCLP) sont essentiellement de jeunes étudiants hongkongais affiliés à la Fédération des étudiants de Hong Kong (HKFS) ainsi qu’un certain nombre de politiciens dissidents de la vieille garde hongkongaise. Le nom du mouvement fait référence au mouvement « Occupy Wall Street » avec une touche locale, « Central » étant le principal quartier des affaires de Hong Kong [13].


Le modus operandi adopté lors des manifestations correspond fidèlement à celui déjà observé dans les pays touchés par les révolutions colorées (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizstan) et par le « printemps » arabe (en particulier la Tunisie et l’Égypte). Il est actuellement de notoriété publique que des activistes de ces différents pays ont été formés par le Centre d’action et de stratégies non violentes appliquées (Center for Applied Non Violent Action and Strategies – CANVAS).


Domicilié dans la capitale serbe, CANVAS est un centre de formation des activistes en herbe qui est dirigé par Srdja Popovic, lui-même ancien leader du mouvement Otpor qui a joué un rôle majeur dans la chute de Slobodan Milosevic en 2000. Ce centre est financé par l’IRI de McCain, mais aussi par d’autres organismes américains d’exportation de la démocratie comme Freedom House ou l’Open Society Institute (OSI) du milliardaire George Soros, illustre spéculateur financier américain [14]. CANVAS dispense des formations conformes à l’idéologie de résistance individuelle non violente théorisée par le philosophe et politologue américain Gene Sharp. Le centre a publié un manuel intitulé « La lutte non violente en 50 points » [15] dans lequel sont énumérées des méthodes d’action non violente telles que l’utilisation de slogans et de symboles, la fraternisation avec l’ennemi, les actes de prière et cérémonie religieuse, les veillées et les chants, etc.


Toutes ces techniques (et bien d’autres) ont été utilisées par les dissidents de différents pays formés par CANVAS. « La fraternisation avec l’ennemi » a été certainement la plus frappante. Par « ennemi », on entend les forces de l’ordre à qui sont confrontés les dissidents. Ainsi a-t-on vu à Kiev, Bichkek, Le Caire ou Tunis, des activistes distribuant des fleurs ou des victuailles aux policiers ou aux militaires tout en fraternisant avec eux. De la même manière, à Hong Kong, on a aperçu des étudiants tendre des fleurs ou des victuailles aux bureaucrates de la ville, dès le petit matin [16].



Fraternisation avec « l’ennemi » selon CANVAS

 

Plusieurs jours avant le début de leur mobilisation, les activistes de l’OCLP ont publié sur leur site un « manuel de la désobéissance », où ils expliquent, entre autres, la philosophie de la désobéissance civile et les règles de la protestation non violente et émettent des recommandations en matière de nourriture et d’habillement ainsi que de judicieux conseils en cas d’arrestation [17]. Cette liste d’instructions du « parfait manifestant » est assez complète mais loin d’être originale. On se souvient que les activistes égyptiens du « Mouvement du 6 avril » (qui ont été des acteurs majeurs dans la chute de Moubarak) en avaient publié une similaire sur leur site. Elle était intitulée « Que vas-tu faire si tu es arrêté ? » [18]. Est-il nécessaire de rappeler que de nombreux militants du Mouvement du 6 avril ont été formés par CANVAS [19] ?

 

Chose rare dans un tel contexte : Srdja Popovic en personne a encensé le mouvement OCLP dans un article publié sur Slate, qualifiant ses membres de « manifestants les plus polis du monde » [20]. « Ce ne sont pas des jeunes idéalistes ; ce sont des opérateurs politiques avertis qui comprennent les secrets de la réussite de la résistance non violente » affirme-t-il. Avant d’ajouter : « Avec son adhésion fidèle à la non-violence « Occupy central » a montré de la préparation, de la formation et de la discipline, une combinaison qui est très rare chez beaucoup de mouvements ».


Serait-il possible que Popovic soit impliqué dans cette formation ? Cela semble très plausible à en en croire son soutien inconditionnel à l’OCLP et la très large couverture des activités de ce mouvement sur sa page Facebook [22] ou sur celle de CANVAS [22]. Cela paraît encore plus évident si on en juge par la méticuleuse organisation des manifestations et leur mode opératoire. Même le changement du nom du mouvement de OCLP à une dénomination plus « canvassienne » comme « révolution des parapluies » n’est pas fortuit.


Le quatrième et primordial ingrédient dans ce type de « révolution » relève du volet financier. En effet, malgré leurs apparences, ces protestations de masse ne sont ni spontanées, ni intrinsèquement autochtones. Elles sont le fruit d’une longue et minutieuse préparation et bénéficient d’un généreux financement d’organisations spécialisées dans l’« exportation » de la démocratie ainsi que d’une dithyrambique couverture médiatique d’envergure planétaire. Nul ne peut être contre la vertu, n’est-ce pas ? Des jeunes, pour la plupart étudiants, qui manifestent « pacifiquement » et « amoureusement » contre la « dictature » afin de réclamer de la justice et de la démocratie. Quoi de plus noble ?

Mais, comme dit le proverbe, « la vertu, c’est comme les dents : plus c’est blanc, plus c’est faux ».



Le financement du virus


Intéressons-nous donc au financement des différents organismes qui gravitent autour de la dissidence hongkongaise ainsi que de leurs leaders.


Lorsqu’un groupe contestataire prodémocratie prônant de surcroît la non-violence est en confrontation directe avec un gouvernement autoritaire, il y a inévitablement apparition d’un organisme « droitdelhomiste » dans le décor. À Hong Kong, ce rôle incombe au « Hong Kong Human Rights Monitor » (HKHRM). Dirigé par Yuk-kai Law, le HKHRM est régulièrement subventionné par la NED. En effet, les rapports annuels de la NED montrent qu’entre 2007 et 2013, cet organisme de défense des droits de l’Homme a reçu environ un million de dollars en financement direct [23].


En plus de son étroite relation avec la NED, le directeur du HKHRM est en contact avec Freedom House comme en témoigne son séjour aux États-Unis, tous frais payés par cet organisme [24]. La présence active de Freedom House à Hong Kong a aussi été observée par des spécialistes des relations sino-américaines [25].


Les rapports de la NED dont il a été question précédemment mentionnent également des montants octroyés au NDI en 2009 et 2012 « pour favoriser la sensibilisation à l’égard des institutions politiques de Hong Kong et le processus de réforme constitutionnelle et de développer la capacité des citoyens — en particulier les étudiants universitaires — de participer plus efficacement dans le débat public sur les réformes politiques […] ». Les montants cumulatifs pour ces deux années dépassent les 700 000 $ [26].


Sur le site du NDI, on peut lire à ce propos : « Entre 1997 et 2011, le NDI a organisé une série de missions à Hong Kong afin d’envisager l’élaboration du cadre des élections à Hong Kong, le statut d’autonomie, l’État de droit et les libertés civiles ainsi que les perspectives et les défis de la démocratisation » [27].


Benny Tai est cofondateur du mouvement OCLP et un de ses leaders. Professeur agrégé de Droit à l’université de Hong Kong, il est aussi membre du Conseil de gestion du « Centre for Comparative and Public Law » (CCPL) de la même université. Selon le rapport d’activités 2011-2013, le CCPL est un centre qui a pour but de « faire progresser les connaissances sur le droit public et les questions des droits de l’homme » [28]. La relation entre ce centre et le NDI est mentionnée dans le même rapport : « Le CCPL a reçu un financement de la National Democratic Institute (NDI) pour concevoir et mettre en œuvre un portail en ligne sur les modèles du suffrage universel où le grand public peut discuter et fournir des commentaires et des idées sur la méthode du suffrage universel qui est la plus appropriée pour Hong Kong ».

 .

 .

Cette information est corroborée sur le site du NDI : « Le CCPL de l’Université de Hong Kong, avec l’appui du NDI, travaille à amplifier la voix des citoyens dans ce processus de consultation en créant « Design Democracy Hong Kong » (www.designdemocracy.hk), un site unique et neutre qui donne aux citoyens un endroit pour discuter de l’avenir du système électoral de Hong Kong » [29].


Présenté comme un « surdoué de la révolution » [30], Joshua Wong, un étudiant de 17 ans, est sans conteste la figure la plus médiatisée du mouvement OLCP. Son activisme précoce a fait les choux gras des médias « mainstream » qui rapportent son combat « épique » contre l’implantation dans les écoles de Hong Kong d’un nouveau programme scolaire visant à développer le sentiment patriotique chinois. Pour s’opposer à ce projet, il cofonde un mouvement étudiant nommé « Scholarism » et mobilise des milliers de manifestants. Le projet est finalement retiré en 2012 : il n’avait que 15 ans.

.

 

.

Mais ce portrait a été récemment écorché dans un article publié par Wen Wei Po, un journal hongkongais qualifié (pour certainement le discréditer) de prochinois par les médias occidentaux. On pouvait y lire que « des forces étasuniennes ont identifié M. Wong trois ans auparavant et ont travaillé avec lui pour le transformer en superstar politique » [31]. Selon l’article, Joshua Wong aurait eu d’étroites relations avec le personnel du consulat américain à Hong Kong et reçu d’importants montants d’argent [32].


Il faut dire que tout ce que rapporte ce journal n’est pas du tout nouveau. Les ambassades américaines dans les différents pays touchés par les révolutions colorées ou par le « printemps » arabe ont toujours procédé de la sorte. D’abord ils identifient les activistes avec un leadership potentiel ; ensuite ils établissent d’étroites relations avec eux et les financent : voyages tous frais payés, formations aux États-Unis ou à l’étranger, participations à des conférences ou symposiums, rencontres avec des personnalités américaines de haut rang, etc. C’est le cas de nombreux activistes comme, par exemple, le Serbe Srdja Popovic [33], la Yéménite (et Prix Nobel de la Paix) Tawakkol Karman [34], les Égyptiens Adel Mohamed ou Bassem Samir [35], les Tunisiens Slim Amamou ou Emna Ben Jemaa [36].


L’article du Wen Wei Po mentionne aussi la volonté de l’administration américaine d’infiltrer les écoles de Hong Kong. De prime abord, cette accusation semble relever de la théorie du complot. Néanmoins, cette assertion n’est pas si fausse que cela si on en croit le Dr Shen Benqiu de l’université de Guangzhou (Chine). Dans un très intéressant article sur les relations entre les États-Unis et Hong Kong, publié en janvier 2012 (soit plus de deux ans et demi avant OCLP), il note que « Les États-Unis attachent une grande importance à la jeune génération de Hong Kong, car il espère profiter de leur identification affaiblie avec la Chine continentale » [37]. Plus encore, il précise que « deux nouveaux développements ont eu lieu depuis 2007. D’abord, les ONG américaines ont élargi leurs partenaires de coopération à Hong Kong pour y inclure non seulement les factions politiques, mais aussi les établissements d’enseignement supérieur […]. La seconde nouveauté est que les objectifs des activités des ONG américaines ont été progressivement étendus pour inclure les jeunes, les femmes et le travail, en mettant l’accent sur la jeunesse ». Pour illustrer ses propos, Shen Benqiu cite plusieurs activités de la NDI et d’autres organismes satellites de la NED.


Contacté par CNN, le jeune Wong déclara : « Le peuple ne devrait pas craindre le gouvernement. C’est le gouvernement qui devrait craindre le peuple ». Une phrase inspirée par les idées contenues dans le best-seller de Gene Sharp « From Dictatorship to Democracy » (De la dictature à la démocratie) et un principe enseigné par CANVAS.


Les activités de Yuk-kai Law, Benny Tai et Joshua Wong, trois figures emblématiques de la dissidence hongkongaise, illustrent de manière pédagogique l’ingérence des organisations américaines d’« exportation » de la démocratie. Les deux premiers représentent la vieille garde alors que le troisième est issu des mouvements de la jeunesse hongkongaise qui, selon le Dr Shen Benqiu, est prioritairement ciblée par l’administration américaine.


Dans un article très détaillé, Tony Cartalucci cite d’autres activistes de l’OCLP en précisant leurs relations avec la NED, le NDI ou le département d’État américain [38]. Citons, à titre d’exemple, Martin Lee, le président fondateur du Parti démocratique de Hong Kong, Audrey Eu Yuet-mee, la présidente du Parti civique ou le cardinal Jospeh Zen.


Petite précision à propos de Martin Lee : le 4 avril 2014, il a été reçu à la Maison-Blanche par le Vice-président américain Joe Biden et, la veille, par Nancy Pelosi, la chef de file du parti démocrate à la Chambre des représentants américaine.


À propos d’Anson Chan :

En 1980, elle devient la première directrice d’origine chinoise au sein de l’administration coloniale, en charge des services de sécurité sociale. De 1987 à 1993, elle occupe le poste de Ministre de l’Économie avant de devenir en 1993 Secrétaire en Chef de l’Administration, soit le numéro deux du gouvernement. Ce poste était jusque là occupé exclusivement par un Britannique. Elle devient la 30e et dernière Chief Secretary sous gouvernement anglais. Après la rétrocession, elle continue à exercer en tant que Chief Secretary jusqu’en 1998.


Cette évidente ingérence américaine dans le dossier de Hong Kong via ses organisations d’« exportation » de la démocratie a fait dire à Wang Haiyun, vice-président de l’Institut chinois de recherche en histoire des relations sino-russes, que son pays devrait suivre l’exemple de la Russie qui oblige les ONG financées par l’étranger de s’inscrire comme « agents de l’étranger ». « Nous pouvons apprendre de la Russie en introduisant une « loi d’agent étranger » de manière à bloquer la voie à l’infiltration de forces externes et d’éliminer les possibilités d’une révolution colorée », a-t-il conclu son article datant de juillet 2014 [39].


Comme on pouvait s’y attendre, les États-Unis ont apporté leur soutien aux manifestants : « Nous suivons de près la situation à Hong Kong. Partout dans le monde, les États-Unis soutiennent les libertés fondamentales, comme la liberté de réunion pacifique et la liberté d’expression reconnue internationalement. Nous exhortons les autorités de Hong Kong à faire preuve de retenue, et pour les manifestants d’exprimer leurs opinions pacifiquement. Les États-Unis soutiennent le suffrage universel à Hong Kong en conformité avec la Loi fondamentale, et nous appuyons les aspirations du peuple de Hong Kong » [40].


La réponse à cette déclaration revient très certainement à John Ross, de l’université Renmin de Chine qui a écrit sur son compte Sina Weibo : « La couverture des médias occidentaux sur Hong Kong est tout simplement trop hypocrite. Pendant les 150 ans que les colons britanniques ont régné sur Hong Kong, la Grande-Bretagne n’a jamais permis à la population de Hong Kong d’élire son propre gouverneur. Et les États-Unis n’ont jamais eu de problème avec cela. La Chine a maintenant un système plus démocratique pour Hong Kong que la Grande-Bretagne, mais les États-Unis ont vivement protesté contre le gouvernement chinois » [41].

Le virus concocté par le sénateur McCain dans son laboratoire d’« exportation » de la démocratie réussira-t-il à « infecter » le « Port aux Parfums » [42] pour, ensuite, contaminer la Chine ?

Rien n’est moins sûr. Cela dépendra certes de la virulence de la souche virale, mais aussi de la disponibilité d’un vaccin efficace.

 


Par Ahmed Bensaada (*)  - michelcollon.info - le 17 octobre 2014


(*) Ahmed Bensaada : titulaire d’un doctorat en physique de l’Université de Montréal (Canada), Ahmed Bensaada a une vie professionnelle et intellectuelle très diversifiée. Durant sa carrière, il a été, tour à tour, enseignant à l’université d’Oran (Algérie), chercheur à l’École polytechnique de Montréal, enseignant à la commission scolaire de Montréal, conseiller pédagogique pour la formation des enseignants à la Faculté des sciences de l’éducation (Université de Montréal), conseiller pédagogique pour l’enseignement de la physique à l’AUF (Agence universitaire de la francophonie) en poste à Hanoï (Vietnam), essayiste, auteur et consultant scientifique pour des maisons d’édition québécoises… (Source : usthb.dz)

 

 

>>> NDLGazette : pour accéder aux références dont il est question dans cet article, veuillez cliquer sur le titre de celui-ci ou sur la photo reprise ci-dessus. 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Intensification des combats

Ukr. - Intensification des combats | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : Donetsk sous les tirs des missiles de Kiev

 

Ukraine/Donbass : intensification des combats au nord de Lugansk, à Donetsk et sur Volnovakha


La tentative de contre-attaque des forces ukrainiennes au nord-ouest de Lugansk est en passe d’échouer, l’initiative reste toujours entre les mains des forces armées de Nouvelle Russie. Même à Donetsk, qui subit ces dernières heures de nombreux tirs de missiles balistiques et d’artillerie occasionnant des destructions et des pertes humaines considérables parmi les civils, on note une nette augmentation de l’intensité des affrontements. Plus au sud, le secteur de Volnovakha bouge lui aussi, même si, là encore, l’initiative reste aux mains des républicains. Aussi les tirs de missiles Tochka-U sur Donetsk sont destinés, une nouvelle fois, à se venger sur les civils qui sont encore présents dans la capitale du Donbass.

.


« La Russie doit devenir un cimetière », affirment les affiches électorales de Svoboda pour les élections législatives en Ukraine. Outre le message qui révèle un sens politique du niveau d’un enfant de 4 ans, on notera qu’aucun des dirigeants de cette formation amie de McCain et de Fabius, n’a mis sa peau au bout de ses idées… Comme BHL, ils sont toujours généreux avec le sang et l’argent des autres.


C’est bien dommage, car les combats sur Donetsk, Volnovakha et au nord de Lugansk s’intensifient en ce début de semaine.



Encerclement au nord-ouest de Lugansk


Alors qu’au nord de Donetsk, au-delà de la Siverskiy Donets, les DRG républicains poursuivent leurs actions offensives sur Bahmutivka (situé sur l’axe routier stratégique nord-sud entre Shchastya et Novoaidar), l’axe secondaire T1303, qui relie Lysychansk au nord-ouest à Lugansk au sud-ouest parallèlement au sud de la vallée de la rivière, est l’objet de toutes les attentions depuis 48 heures.


Kiev a tenté de contre-attaquer avec pour objectif d’atteindre les lignes de départ de l’offensive cosaque de jeudi par une manœuvre de contournement ; mais les forces ukrainiennes, qui n’ont pas pu être engagées d’un seul coup, se sont retrouvées partiellement encerclées à l’est de Permovaisk. Le groupe de combat ukrainien semble avoir perdu dans l’affrontement de ces deux jours derniers pas moins de 8 à 10 blindés et un nombre important de véhicules divers, ses pertes en hommes ne sont pas encore connues.


En ce moment, les combats se concentrent sur le point de contrôle n° 32 juste au sud-ouest de Smile (Smeloe) sur la T1303. Des éléments mécanisés de la 92e brigade, une compagnie de ce qui reste du « bataillon Aydar » et plusieurs éléments de la 95e brigade aéromobile de Zhytomyr, une ou deux compagnies du 9e « bataillon » de défense territoriale de Vinnytsia tentent de manœuvrer sur cette T1303 en dépit des attaques des cosaques et de l’artillerie de Nouvelle Russie qui concentre ses tirs sur ce tronçon routier.


Plusieurs tirs d’artillerie républicains sur Nyzhnie et Toshkivka (au sud-est de Lysychansk) ont été effectués dans l’après-midi, afin de bloquer toute retraite adverse et toute possibilité de ravitaillement et de communication terrestre du groupe de combat encerclé plus au sud-est vers Smile. Après avoir tenté une contre-attaque, ce groupe est en ce moment en position défensive dite du hérisson au sud-ouest de Smile (village tenu par les cosaques) sur la route et 2 km plus au sud sur le village de Khoroshe.


Cet axe de pénétration risque bien pour les forces de Kiev de devenir très rapidement un chaudron tant les flancs-gardes ne semblent pas avoir été sécurisés au nord comme au sud. Les heures qui viennent seront décisives.


Déjà, depuis hier, la 4e compagnie du 80e régiment aéromobile de Lviv est prise au piège, les soldats sont épuisés, à court de munitions, de nourriture et d’eau. Ils affirment, via la presse ukrainienne, que leur commandement ne répond pas à leurs appels au secours et ont dû faire appel aux médias ukrainiens pour faire connaitre leur situation. Ces forces qu’ils espéraient libérer de l’encerclement, les éléments du « bataillon » territorial de Vinnytsia, sont presque à court de tout et ont reçu un ultimatum des FAN : se rendre ou d’être détruits (source). Plus au nord-Ouest, le secteur de Shchastya a subi plusieurs reconnaissances offensives de DRG appuyées par l’artillerie républicaine, un poste de contrôle tenu par une section des restes de la 1re brigade de chars a même été pris, un T-64BM Bulat y a été détruit (photo).



Donetsk sous le feu roulant

 .

 .

De plus, l’intensité des tirs des batteries d’artillerie de Kiev a augmenté de façon significative depuis le début de la nuit dernière. On a même noté des tirs d’artillerie avec des munitions au phosphore dans le secteur ouest de l’aéroport de Donetsk.


Ce matin à Donetsk, la journée a commencé comme d’habitude : pilonnages d’artillerie kiévienne, riposte républicaine et reconnaissances par le feu sur l’aéroport. Plusieurs batteries de la 26e brigade d’artillerie mécanisée de Berdychiv se sont approchées de l’ouest de Marinka, afin de tirer plusieurs salves au plus près du centre-ville de Donetsk, avant de s’en retirer par crainte de tirs de contre-batterie des FAN.


On note, dans le village de Pisky à l’ouest de Donetsk et aux abords immédiats de l’aéroport, l’arrivée des renforts : une compagnie renforcée d’au moins 205 paramilitaires du « bataillon Kiiv-2 », composé pour l’essentiel de jeunes recrues issues des rangs de l’extrême droite, voire des néonazis. Ce soir, un affrontement particulièrement violent est signalé aux abords de Pisky.


Plus au Sud, sur la voie N20 reliant Donetsk à Mariupol, la progression des forces républicaines a été stoppée au-delà de Volnovakha et la milice a même dû revenir sur ses bases de départ plus au nord-est. L’agglomération de Volnovakha a, une fois de plus, été reprise dans la nuit et les forces ukrainiennes qui ont concentré à l’ouest une importante artillerie. Ces batteries de la 26e brigade ont pilonné dans la journée les positions républicaines sur Dokuchajevsk d’où venait l’offensive de ces derniers jours.

.


.


Par Jacques Frère - NationsPresse.info - le 20 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Calins chat - dauphin


Des dauphins en liberté s’approche d'un bateau, à bord un matou en manque de papouilles ...


L'un n'aime pas l'eau, l'autre ne peut pas vivre sans, pourtant cette différence de taille n'empêche pas le chat et le dauphin d'être copains.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Chaises musicales & corruption

Chaises musicales & corruption | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Chaises musicales et corruption

Par Jérôme Duval


Alors que l’Espagne vit une crise humanitaire sans précédent, le mouvement social subit une répression constante d’un régime qui a peur du changement et protège ses intérêts. Le bipartisme qui s’alterne au pouvoir depuis la fin de la dictature est fort affaibli par une succession de luttes sociales victorieuses et l’irruption de nouvelles initiatives populaires qui mettent en pratique de nouvelles façons de faire de la politique. À n’en pas douter, l’Espagne entre dans une nouvelle phase de mobilisation qui augure de possibles changements politiques importants.



Injustice et corruption


Pour l’année 2013, le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) relève 1 661 affaires en cours dans différents tribunaux espagnols pour des crimes liés à la corruption. |1| Dans un contexte d’enchaînement ininterrompu de scandales, le PP croule sous les affaires de corruption.


En établir la liste ici serait fastidieux. Mentionnons toutefois le cas de l’ex-député du PP, Rafael Blasco, condamné en mai dernier à 8 ans de prison pour malversation, délits de corruption, trafic d’influence, contrefaçon et détournement de fonds publics. Entre 6 et 9 millions d’euros de l’Aide publique au développement, initialement destinés à des projets de développement parmi lesquels un hôpital en Haïti après le tremblement de terre de 2010 |2| où des projets d’extraction d’eau au Nicaragua, ont été détournés. Par exemple, sur 1,8 million d’euros de projets au Nicaragua, seulement 43 000 euros sont arrivés à destination. Le reste a entre autres servi à l’achat d’appartements à Valencia pour une valeur d’environ 1 million d’euros. Citons, par ailleurs, l’affaire de l’architecte valencien Calatrava qui a surfacturé des projets urbanistiques, tel le projet avorté de trois gratte-ciel pour lequel Calatrava a tout de même reçu 15 millions d’euros.


Enfin, on ne peut éviter la macro affaire Gurtel de financement occulte du PP dans laquelle plus de 150 personnes sont accusées et dont seul l’ex-trésorier du PP Luis Bárcenas est en prison. L’organisation de la visite du Pape en 2006 à Valence qui a été l’occasion de détournement de fonds publics importants est directement liée à l’affaire Gurtel et l’Opus Dei.


Le 9 septembre, le député PP au Parlement valencien David Serra, accusé dans l’affaire Gurtel, sera le neuvième parlementaire impliqué dans des cas de corruption à quitter son poste. Il en reste encore deux exerçant leur fonction dans les rangs du PP à Valence. |3| Capitale de la corruption, Valence n’est pas seule et sans toutefois atteindre le niveau de délabrement du PP, certes difficile à rivaliser, les autres partis ne sont pas épargnés.


Citons par exemple, le cas emblématique de l’ex-président de Catalogne entre 1980 y 2003, Jordi Pujol i Soley du parti Convergencia y Unión (CiU) qui a confessé avoir dissimulé au Trésor Public durant 34 ans ses comptes dans les paradis fiscaux en Andorre et en Suisse. Enfin, l’affaire en cours des cartes bancaires de Caja Madrid devrait occasionner des dégâts importants auprès de banquiers et politiques : 86 administrateurs et dirigeants de Caja Madrid, dont l’ancien dirigeant du FMI Rodrigo Rato, sont sous le coup d’une enquête pour avoir ainsi dépensé plus de 15 millions d’euros non déclarés, à des fins personnelles. Le chef de cabinet du ministère du Budget, José Maria Buenaventura, un des bénéficiaires, a déjà démissionné début octobre après avoir pris connaissance du scandale... à suivre.



Chaises musicales. Les banquiers et PDG sont nos ministres et vice-versa


Partout en Europe, la connivence entre le pouvoir et le secteur bancaire capitaliste est omniprésente.


Mario Draghi, ancien responsable de Goldman Sachs et consacré « personnalité de l’année » par le Financial Times en 2012 |4|, préside la Banque centrale européenne (BCE).


En France, le nouveau ministre de l’Économie et l’un des inspirateurs des coupes budgétaires de 50 milliards d’euros, Emmanuel Macron, est un ancien gérant à la Banque Rotschild. Il était ainsi devenu millionnaire en menant à bien en 2012 le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer avant de devenir quelques semaines plus tard le Secrétaire général adjoint de l’Élysée et conseiller du président de la République sur les questions économiques et financières. |5|


Dans le même registre en Espagne, avant de devenir ministre de l’Économie, De Guindos a été conseiller de Lehman Brothers jusqu’à sa faillite. Miguel Arias Cañete, ancien ministre (PP) de l’Agriculture sous les gouvernements d’Aznar et Rajoy, fervent défenseur du fracking et en lien étroit avec l’industrie pétrolière, a été désigné au poste de commissaire européen en charge de l’Action pour le Climat et la Politique énergétique au sein de la Commission européenne pilotée par le très libéral Jean-Claude Juncker.

Sous pression et largement soupçonné de conflit d’intérêt, il s’est alors décidé à vendre les actions qu’il détenait de deux entreprises qu’il présidait, Petrolífera Dúcar SL et Petrologis Canaris SL pour une valeur qu’il estimait lui-même en 2011 à plus de 320 000 euros. |6| Mais les affaires restent entre de bonnes mains puisque son fils, Miguel Arias Domecq, siège toujours au Conseil d’administration de Ducar depuis le 7 octobre 2013.


Certains regretteront le décès du réactionnaire Emilio Botín de la banque Santander survenue le 10 septembre sous les hommages larmoyants des médias. Quoi de plus naturel quand on sait, par exemple, que Santander est actionnaire du groupe Prisa, lui-même propriétaire du journal El País – et du quotidien français Le Monde. Mais nous sommes beaucoup plus nombreux à regretter l’arrivée de sa fille Ana Patricia Botín pour lui succéder. Cet épisode constitue un nouvel exemple du travail de désinformation effectué par les médias commerciaux qui, sans le vouloir, alimentent l’audience de médias alternatifs vers lesquels se tournent de plus en plus de citoyens en quête d’impartialité dans le traitement de l’information.


Même l’ex-président de l’organe de supervision des marchés boursiers (la Comisión Nacional del Mercado de Valores, CNMV) Manuel Conthe, a reconnu une presse aux ordres : « ... la presse espagnole a réalisé une couverture informative et élogieuse sur le banquier décédé tant excessive et servile que cela m’a paru « bananier » et incompatible avec l’idée d’une presse libre ». Il précise : « À quelques honorables exceptions près, la presse est dominée par de grands groupes d’entreprises et leurs bureaux de communication. Je l’avais déjà senti et manifesté quand j’étais président de la CNMV et, alors même que certains professionnels le niaient avec colère, cela reste une vérité incontournable. » |7|



Par Jérôme Duval – CADTM – le 19 octobre 2014

 

Notes

|1| Radiografía de la corrupción en España : cerca de 1.700 causas, más de 500 imputados y sólo una veintena en prisión, Europa Press, 20 avril 2014. http://www.europapress.es/nacional/...

|2| Voir la vidéo de promotion de l’hôpital : http://vimeo.com/25776663

|3| Ignacio Zafra, Dimite David Serra, diputado autonómico del PP procesado en el ‘caso Gürtel’, El País, 09.09.14. http://ccaa.elpais.com/ccaa/2014/09...

|4| Le président de la BCE encourage les Etats à poursuivre leurs efforts, Le Monde, 14.12.2012. http://www.lemonde.fr/europe/articl...

|5| Grégory Raymond, Emmanuel Macron, l’hémisphère droit de Hollande, nouveau ministre de l’Économie, 26/08/2014. http://www.huffingtonpost.fr/2014/0...

|6| Information about Miguel Arias Cañate, 10 septembre 2014, Ecologistas en Acción. http://www.ecologistasenaccion.org/... ; Déclaration de Cañete, 29 novembre 2011. http://www.congreso.es/docbienes/le...

|7| « ...la prensa española ha hecho un despliegue informativo y encomiástico sobre el banquero fallecido tan desmesurado y servil que me ha parecido "bananero" e incompatible con la idea de una prensa libre. (…) Con honrosas excepciones, la prensa está dominada por los grandes grupos empresariales y sus gabinetes de comunicación. Ya lo percibí y manifesté cuando era presidente de la CNMV y aunque entonces algunos profesionales del sector lo negaron airados, sigue siendo una verdad como un templo. » Blog de Manuel Conthe, Reflexiones a la muerte del Sr.Botín, 17/09/2014. http://www.expansion.com/blogs/cont...

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Salon jobs 2014 à l'Axisparc

Salon jobs 2014 à l'Axisparc | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : agora-resort.net



Salon jobs 2014 à l’Axisparc (*) : le plus grand salon de l’emploi du Brabant wallon


Vous êtes à la recherche du job de vos rêves ? Vous souhaitez réorienter votre carrière, saisir une opportunité professionnelle ? Le salon Jobs 2014 est fait pour vous !

La troisième édition du salon de l’emploi et de la création d’activités Jobs 2014 se déroule le mardi 21 octobre à l’Axisparc (*). Rencontrez plus de 40 entreprises et une dizaine de structures d’accompagnement à la création d’activités.

 

***

 

Munissez-vous de votre C.V. et rendez-vous à l’Axisparc pour rencontrer les nombreuses entreprises participantes.


Cette année, plus de 40 sociétés seront présentes pour recruter de nouveaux collaborateurs. C’est 25 % de plus qu’en 2013, ce qui démontre l’intérêt des recruteurs envers les visiteurs du salon Jobs 2014 et en fait le plus grand salon du Brabant wallon. N’attendez plus, franchissez les portes du Business Center de l’Axisparc



ce mardi 21 octobre, de 9 h 30 à 18 h

(infos pratiques et accès)



Création d’activités


Une carrière de salarié ne vous convient pas et vous aspirez plutôt à créer votre propre emploi ? Vous êtes à la recherche de financement pour lancer votre entreprise ? Vous souhaitez connaître les aides financières disponibles, les différentes formules d’accompagnement pour développer votre activité ? Le salon Jobs 2014 vous propose de rencontrer les différentes structures d’accompagnement locales (voir les participants).


Démarches en matière de création, de financement, de développement, plan d’affaires, couveuse d’entreprise… faites-vous épauler pour démarrer votre activité du bon pied… ou pour la développer !



Ateliers et conférences


Le salon Jobs 2014, c’est aussi un programme complet d’ateliers et de conférences. Vous souhaitez obtenir des conseils sur la rédaction de votre C.V. ou sur la préparation d’un entretien d’embauche ? Vous vous demandez comment mettre en avant vos atouts pour sortir du lot face à un recruteur ? Vous avec plutôt l’âme d’un entrepreneur et vous interrogez sur les démarches à réaliser pour vous installer comme indépendant ? Vous souhaitez en savoir plus sur les sources de financement pour créer votre entreprise ? Découvrez le programme des ateliers et conférences proposés dans le cadre du salon Jobs 2014 (accès libre, sans inscription préalable).



Infos pratiques


L’entrée au salon Jobs 2014 est entièrement gratuite et ne nécessite aucune inscription préalable : il suffit de vous présenter au Business Center de l’Axisparc, le mardi 21 octobre entre 9 h 30 et 18 h. À l’entrée du salon, vous recevrez la liste complète des exposants et leur emplacement précis, ainsi que le programme des ateliers et conférences (accès libre sans inscription – nombre de places limité).

 

N’oubliez pas de vous munir de plusieurs exemplaires de votre C.V.

Pour toute question pratique relative à Jobs 2014, contactez-nous !

UCM Brabant wallon

Rue de Clairvaux, 40 • 1348 Louvain-La-Neuve

Tél. 010 48 99 60 • ucm-bw@ucm.be • www.ucm-bw.be



Adresse du salon


Axisparc (*) – Business Center :

Rue Fond Cattelain, 2 • 1435 Mont-Saint-Guibert

 

 

***

 

(*) À ce jour, l’Axisparc compte plus de 130 sociétés réparties dans 22 bâtiments (+ 55.000 m²) avec plus de 1.700 personnes qui y travaillent. Dépassant les 97 % d’occupation des bâtiments, l’Axisparc démontre un des taux de remplissage les plus élevés du pays. À 5 minutes de la ville universitaire de Louvain-la-Neuve, l’Axisparc bénéficie de la proximité immédiate de trois axes routiers importants, l’autoroute E411, la Nationale 4 et la Nationale 25. Bruxelles, Charleroi, Namur, Luxembourg, Paris, ainsi que leurs gares et aéroports respectifs, sont aisément accessibles. De plus, les bus du TEC relient l’Axisparc aux deux gares les plus proches : Mont-Saint-Guibert et Louvain-La-Neuve.  (Source : http://www.axisparc.com)

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'individualisme

L'individualisme | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L'individualisme est beaucoup plus courant que l'on ne l'imaginerait !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Rosetta & atterrissage J

Rosetta & atterrissage J | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : le site d'atterrissage J est situé sur le petit lobe de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Crédits: ESA/Rosetta/NavCam.


Rosetta : à propos du site d’atterrissage J

 

La zone de 1 km2 sur 67P/Churyumov-Gerasimenko, centrée sur le site J, montre une majorité de terrains avec des pentes de moins de 30° ce qui est indispensable pour que Philae ne se renverse pas lors de l’atterrissage. De plus, les scientifiques qui ont compté les blocs de toutes dimensions visibles sur les différents sites estiment qu’il y en a plutôt moins sur le site J. La période jour/nuit et l’ensoleillement sont corrects et permettront de recharger la batterie.


Par ailleurs, les calculs de navigations montrent que la descente de Philae devrait durer 7 h environ : le SONC (basé au CNES de Toulouse) a pu montrer que cette descente n’empiétera pas trop sur le temps de fonctionnement de sa batterie principale une fois au sol et que l’ensemble des instruments devrait pouvoir fonctionner au moins une fois. Enfin, dans ce cas de figure, Philae se posera à 0,95 m/s (3,4 km/h) donc dans les limites de la résistance mécanique de sa structure.


C’est donc sur le petit lobe du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, que le module européen tentera de se poser le 12 novembre prochain. Il sera largué à 8 h 35 (UTC) et devra franchir une vingtaine de km pour atteindre la surface de la comète. Une opération extrêmement périlleuse !


Rosetta est une mission de l’ESA avec des contributions de ses États membres et de la NASA. Philae, l’atterrisseur de Rosetta, est fourni par un consortium dirigé par le DLR, le MPS, le CNES et l’ASI. Rosetta est en passe de devenir la 1ere mission de l’histoire à se mettre en orbite autour d’une comète, à l’escorter autour du Soleil, et à déployer un atterrisseur à sa surface.



Par techno-science.net - le 20 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Océans & réchauffement

Océans & réchauffement | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les eaux profondes des océans

ne se réchauffent plus depuis 2005


La température moyenne des eaux froides profondes des océans a cessé d’augmenter depuis 2005, révèle la Nasa, ce qui suscite de nouvelles interrogations chez les chercheurs : pourquoi le réchauffement climatique semble se ralentir ces dernières années malgré l’accroissement des gaz à effet de serre ?


Une des principales hypothèses avancées jusqu’à présent pour expliquer ce paradoxe était que la chaleur accumulée par les océans descendait dans les grandes profondeurs. Mais les scientifiques de la Nasa, au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, en Californie (ouest), ont analysé les relevés de température des océans de 2005 à 2013.


Ces mesures ont été faites par des satellites, et directement dans les eaux océaniques à l’aide de 3.000 bouées réparties partout dans le monde.


« Ils ont découvert qu’au-dessous de 1.995 mètres il n’y a eu quasiment aucun changement de température durant cette période », ont-ils noté dans leurs travaux publiés dans la revue britannique Nature.


Au XXIe siècle, les gaz à effet de serre, dont notamment le dioxyde de carbone (CO2) produit par la combustion des sources d’énergie fossile, ont continué à s’accumuler dans l’atmosphère, tout comme ce fut le cas au XXe siècle. La température de l’eau des océans plus près de la surface (jusqu’à 700 mètres de profondeur) continue-t-elle à augmenter, mais pas très rapidement ?


Comme le note ce papier de la Nasa, il s’agit d’un renversement du réchauffement de l’océan profond des années 1990 à 2005, qui a conduit à une élévation du niveau de la mer de 0,11 mm/an au cours de cette période, puis s’est inversée depuis 2005 à un refroidissement de l’océan profond et une contribution négative du niveau des mers. Ainsi, il n’existe aucune preuve de cette « chaleur manquante » qui pouvait se cacher dans les profondeurs des océans comme de nombreux partisans du réchauffement l’ont réclamé.


Depuis que le GIEC a reconnu que le réchauffement s’est arrêté depuis 17 ans, il y a une conclusion inéluctable : La « chaleur manquante » est introuvable dans l’atmosphère ou bien même dans les océans de la Terre, elle s’est échappée dans l’espace, ou n’a simplement jamais existé en premier lieu [sauf dans des modèles informatiques].


En effet, les mesures du rayonnement à ondes longues sortant vers l’espace [infrarouge de l’effet de serre] ont augmenté au cours des 62 dernières années, et n’ont pas diminué comme c’était prévu par les modèles favorables à la hausse des émissions de GES (Gaz à effet de Serre).


Tout a été vu en 2007, lors de l’effet d’Iris découvert par des chercheurs de l’Université d’Alabama à Huntsville : L’Effet d’Iris

source initiale de la recherche faite par la NASA

.

adaptation et traduction de la Terre du Futur - le 20 octobre 2014

sources : http://www.levif.be/ THE HOCKEY SCHTIC

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Fini les problèmes d’autonomie

Fini les problèmes d’autonomie | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Fini les problèmes d’autonomie : cette batterie futuriste se charge de 0 à 70 % en 2 minutes seulement !


Vous trouvez que votre téléphone ne se charge pas assez vite à votre goût ? Vos ennuis pourraient bientôt prendre fin. Des chercheurs ont mis au point une nouvelle batterie qui peut être rechargée de 0 à 70 % en seulement deux minutes ! DGS vous présente le dispositif du futur que vos smartphones se feront un plaisir d’adopter.


L’autonomie des smartphones, tablettes et autres PC portables pose souvent problème passé la journée d’utilisation, et ces appareils nécessitent régulièrement une longue et fastidieuse recharge.


Les utilisateurs peuvent cependant voir l’avenir avec optimisme. En effet, le magazine Advanced Materials révèle que des scientifiques de l’Université technologique de Nanyang (Singapour) ont mis au point une batterie capable d’être rechargée de 0 à 70 % en deux minutes seulement. En outre, sa durée de vie passe de 3 ans à 20 ans !


Dans la majorité des appareils électroniques, les batteries lithium-ion sont devenues la norme depuis les années 1990. Traditionnellement, l’anode (électrode négative) est en graphite tandis que la cathode (électrode positive) est elle en oxyde de métal. La nouvelle batterie mise au point par les chercheurs diffère en un point seulement : l’anode est désormais constituée d’un gel de dioxyde de titane composé de plusieurs nanotubes. Le dioxyde de titane est naturellement sphérique, mais sa conversion en nanotubes permet de le charger beaucoup plus rapidement.


Le gain de place engendré par cette modification n’est pas inutile. Il y a plus de place libre pour le gel, ce qui permet à la batterie d’effectuer 10 000 cycles de charge pendant sa durée de vie, au lieu des 500 habituels. Au rayon des bonnes nouvelles, ce sont les voitures électriques qui pourront aussi en profiter, elles requerront désormais seulement 5 minutes de charge. L’écologie sortira aussi grand vainqueur de cette innovation. En effet, avec des batteries qui durent 20 ans au lieu de 3, la quantité de déchets toxiques recyclés va diminuer drastiquement.


Les scientifiques de l’Université technologique de Nanyang ont en tout cas d’ores et déjà breveté leur projet, et mettent actuellement au point un prototype de plus grande taille. Les chercheurs pensent que leur produit pourrait être disponible au grand public à l’horizon 2016.


Ces nouvelles batteries risquent de révolutionner la manière dont nous utilisons les objets électroniques. 



Par Nassim Rahmani — ailygeekshow.com – le 21 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UE vs Syrie : nouvelles sanctions

UE vs Syrie : nouvelles sanctions | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Nouvelles sanctions

européennes

contre le régime syrien


Écoeurante attitude , ils veulent empécher l'armée de l'air syrienne de finir la traque des terroristes sur son sol...


Les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Luxembourg ont également décidé d'interdire l'exportation vers la Syrie de carburants pour avions et de tout autre produit entrant dans leur composition "car ils sont utilisés pour des attaques aériennes indiscriminées contre des civils", selon un communiqué. Cet embargo doit encore faire l'objet d'une adoption formelle.


Par Danico Kalombo  - le 20 octobre 2014



***


Nouvelles sanctions européennes

contre le régime syrien


L’Union européenne a adopté lundi de nouvelles sanctions contre le régime syrien, visant notamment des proches du régime pour leur implication dans la répression, a-t-on appris de sources diplomatiques.




Les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Luxembourg ont également décidé d’interdire l’exportation vers la Syrie de carburants pour avions et de tout autre produit entrant dans leur composition « car ils sont utilisés pour des attaques aériennes indiscriminées contre des civils », selon un communiqué.


Cet embargo doit encore faire l’objet d’une adoption formelle.

 Les nouvelles sanctions visent notamment le nouveau gouvernement syrien mis en place par le président Bachar el-Assad le 31 août, a précisé une source européenne. Il comptait 11 nouveaux ministres.




Elles consistent principalement en un gel d’avoirs ou une interdiction de visas d’entrée sur le territoire européen, et s’appliqueront à 16 personnes et deux entités, pour leur participation à la répression ou leur soutien pratique au régime.




Selon l’ONU, plus de 191 000 personnes sont mortes en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011, qui a aussi jeté plus de neuf millions de personnes sur les routes.




Bachar al-Assad a nommé le nouveau cabinet dans la foulée de sa réélection en juin lors d’un scrutin qualifié de « farce » par la majorité de la communauté internationale.


Seules les personnes vivant dans les zones contrôlées par le régime ont pu y participer. 

Les Européens avaient imposé en juin 2013 de lourdes sanctions contre la Syrie, allant d’un embargo sur les livraisons d’armes et de pétrole au gel des avoirs de la banque centrale syrienne en Europe, en passant par l’interdiction d’exporter des produits de luxe vers ce pays.


Elles ont depuis été régulièrement renforcées.

 Le renforcement des sanctions européennes en relation avec le conflit syrien, décidé « compte tenu de la gravité de la situation sur le terrain », concerne désormais 211 personnes et 63 entités, selon le communiqué.


Par AFP - lorientlejour.com - le 20 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

La Suède voit des espions russes

La Suède voit des espions russes | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La Suède voit des espions russes partout


Bien que le ministère suédois de la Défense ne mentionne pas directement son pays d’appartenance, il est à supposer que l’armée est à la recherche d’un sous-marin russe.


Samedi soir, le site officiel du ministère suédois de la Défense a publié un communiqué disant qu’une opération de reconnaissance avec l’usage de gadgets optiques et de dispositifs dotés d’équipements sous-marins de haute précision était en cours près de l’archipel de Stockholm. Le porte-parole du ministère, Érik Lagersten, a précisé par la suite que les forces armées du royaume cherchaient à établir dans les eaux territoriales la présence d’une « activité sous-marine étrangère ».


Le quotidien suédois Svenska Dagbladet est allé encore plus loin : en se référant à des « sources sûres », il a annoncé que la marine suédoise avait intercepté l’émission d’un signal par un engin sous-marin non identifié dans les eaux territoriales du pays. Ces signaux seraient envoyés à Kaliningrad sur une fréquence utilisée par la marine russe en cas de détresse. Puis, suit la conclusion suivante : un sous-marin russe est certainement en train de couler près de l’archipel de Stockholm.


La réaction du ministère russe de la Défense ne s’est pas fait attendre. Il a annoncé hier dans un communiqué officiel : « Les sous-marins russes, de même que les navires, remplissent des missions dans les eaux internationales conformément au plan. Les sous-marins russes n’ont connu aucun incident et encore moins une situation de détresse ».


Alors quel est ce fantôme apparu près des côtes suédoises et sur lequel Stockholm s’efforce de hisser un pavillon russe ? Les experts interrogés pensent qu’il s’agit d’une tentative de l’État voisin d’entourer leurs exercices navals par la légende d’une véritable intrusion d’un sous-marin dans les eaux territoriales de l’État.


En réalité, cette version s’inscrit parfaitement dans l’hystérie d’espionnage que connaissent de nombreux pays occidentaux depuis peu. Comme à l’époque de la Guerre froide, ils voient des provocations militaires russes partout.


Par ailleurs, une seule fois dans l’histoire un sous-marin de l’URSS s’est effectivement retrouvé dans les eaux territoriales de l’État scandinave. En automne 1981, un sous-marin diesel S-363 s’est perdu en raison des dysfonctionnements du système de navigation et à cause de la mauvaise visibilité, et s’est échoué au sud-est de la Suède.


Le scandale à l’époque fut tonnant. Et bien qu’aucun sous-marin ne soit protégé contre le risque d’un tel incident, quel que soit son pays d’appartenance, le commandant du sous-marin russe s’est sérieusement fait remonter les bretelles, et les itinéraires des sous-marins russes en mer Baltique ont été retracés plus loin des eaux territoriales étrangères.


D’ailleurs, les intercepteurs expérimentés peuvent non seulement identifier les sous-mains étrangers, mais aussi la classe du sous-marin à proximité. Le champ électromagnétique et thermique propre à chaque sous-marin permet aux spécialistes même de donner le nom de l’engin. Et si ce dernier, comme l’affirment les Suédois, s’est manifesté en envoyant un signal de détresse, alors c’est n’est qu’une question de technique pour retrouver le sous-marin en panne.


Et les équipements techniques, ce n’est pas ce qui manque aux Suédois. Ils ont déjà certainement envoyé dans la zone des recherches des véhicules sous-marins spéciaux et déployé des sonars. Si tous ces moyens n’ont toujours pas permis de découvrir un intrus, alors la conclusion est simple : il n’y en a aucun près des côtes suédoises.

Par RIA Novosti - le 20 octobre 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le Cineclub LLN

Le Cineclub LLN | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Le Cineclub LLN vous convie pour une saison cinéma pleine de découvertes. Cette année encore, la programmation a été développée autour du thème de saison d’UCL Culture, « Dérives ».


POUVOIRS À LA DÉRIVE. FOLIE ET

POLITIQUE À L’ÉCRAN


Séance 02 : mardi 21 octobre 2014

 

La Soupe au canard [Duck Soup] de Leo McCarey,

avec les Marx Brothers, Margaret Dumont, 1933,

70 min., v.o. sous-titr. fr., noir & blanc.

 

19 h 30, Cinéscope, Grand-Place, Louvain-la-Neuve

 

Satire grinçante du totalitarisme au même titre que Le Dictateur (1940) de Charlie Chaplin, La Soupe au canard sort sur les écrans en 1933, soit la même année que l’accession d’Adolph Hitler à la tête de l’État. Epaulés par le réalisateur Leo McCarey qui s’était déjà illustré dans la mise en scène des films de Laurel et Hardy, les frères Marx laissent libre cours à leur délire burlesque pour dénoncer les dérives d’un pouvoir devenu fou et prêt à se jeter tête baissée dans la guerre.

LLN > Cinescope > 19h30


Entrée : 5€ - 3€

Carte culture




En partenariat avec l’IAD, COMU, le Centre culturel d’Ottignies-LLN et le Cinescope


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

CLIMAT : ON VOUS MENT !


CLIMAT : ON VOUS MENT !


Remettons un peu les pendules à l’heure !

 

CO2, nuages, Soleil, activités magnétiques, rayonnements cosmiques... en tout cas les scientifiques ne sont pas tous d’accord sur le sujet du réchauffement (ou non) du climat terrestre.  

 

Il est un fait que la science ne peut pas encore tout expliquer et tout comprendre, alors laissons les scientifiques approfondir la question avant d’alarmer la planète entière. Laissons le temps au temps et prenons en considération toutes les théories. 

 

Évidemment, il a fallu que les politiques s’en mêlent pour des raisons purement stratégiques et économiques avec toutes les dérives qui s’ensuivent.

 

Et si on parlait plutôt de pollution, il y aurait peut-être dans ce domaine-là des raisons plus judicieuses pour agir avec force ?


Dan 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

MYTHE de la garantie des dépôts

MYTHE de la garantie des dépôts | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


LE MYTHE de la garantie des dépôts de

100 000 euros. Le cas bulgare !!

 Par Charles SANNAT (*)


Un petit article du Monde sur les clients en colère d’une banque en Bulgarie, oh rien de grave, juste des gens ruinés et pas contents, ce qui est assez normal.


En effet, « leurs comptes restent bloqués dans les coffres de la quatrième banque du pays depuis la mystérieuse panique qui a mis à terre l’établissement, en juin. Selon le site d’information bulgare Novinite, entre 200 000 et 500 000 particuliers, mais aussi collectivités et organisations publiques sont concernés ».


Bon, pour le moment, les gens n’ont toujours pas vu la couleur du concept de « dépôt garantis ». Eh oui, là-bas c’est comme ici, c’est l’Europe et normalement les dépôts sont garantis jusqu’à 100 000 euros sauf quand l’État censé vous donner cet argent ne l’a pas non plus évidemment… Alors l’Europe peut se rouler par terre, pour le moment et depuis plusieurs mois les clients ne voient rien venir.


Cela doit vous permettre de prendre conscience que la garantie des dépôts est un mythe… Un mythe pas inutile dans la mesure où il est censé rassurer les gens, éviter les paniques et donc précipiter les faillites bancaires. Alors certes c’est une bien belle histoire, comme le père Noël, mais vous être désormais de grands enfants, inutile de croire que des pays en faillite puissent, en cas de gros problème, venir rembourser 100 000 euros par personne dans les banques.


Une fois compris cela, peut-être que vous « débancariserez »… ou pas, mais dans ce cas, cela ne servira à rien d’aller vous mettre en colère le jour de la grande ruine, vous n’aurez plus qu’à vous en prendre qu’à vous-même. Vous saviez…



Par Charles SANNAT (*) – le Contrarien – le 20 octobre 2014

Source ici, journal Le Monde

 

(*) Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Pire manœuvre du jour


Cette conductrice met trois minutes pour tenter de très mal stationner son véhicule.


Elle accroche le véhicule voisin puis tente vainement de sortir alors que les deux voitures sont visiblement beaucoup trop proches.


Elle oublie le frein à main en sortant du côté passager pour finalement donner un coup de pied vengeur au véhicule voisin.


En ce qui me concerne, j'espère ne jamais rencontrer cette cinglée.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

PROGRAMME GOUVERNEMENTAL

PROGRAMME  GOUVERNEMENTAL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : rtl.be


On ne pourra pas dire que l’on n’était pas prévenu !

Diffusez largement, imprimez, affichez,

mobilisez les gens !

 

La « Loi Unique » du gouvernement Eyskens lui a valu deux mois de grèves générale dure à l’hiver 60-61. Ici elle est largement dépassée. L’attaque en profondeur est structurelle et correspond à l’application du TSCG (cerise sur le gâteau des différents traités européens).

N’oublions pas d’y ajouter le « plateau de fromages » des mesures d’austérité au niveau Régional de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Conséquence des accords de la Saint Polycarpe, la 6e réforme de l’État, cadeau énorme à la NVA.

 

Déclaration du front commun syndical

Un gouvernement sourd pour les travailleurs et les bénéficiaires d’allocations sociales, mais généreux pour les employeurs et les nantis - mercredi 15 octobre 2014



***



CONTENU DU « PROGRAMME » GOUVERNEMENTAL (en bref)

 

I. Diminuer le pouvoir d’achat


1. Pas de marge pour des négociations salariales libres

  • 2 années de modération salariale supplémentaire (blocage salarial)
  • prolongation éventuelle après 2 ans
  • renforcement de la norme salariale : contrôle renforcé et corrections obligatoires en cas de dépassement
  • élargissement de la norme salariale aux entreprises publiques
  • remplacer les barèmes liés à l’expérience par un système individualisé lié à la productivité et à la compétence

 

2. blocage et manipulation de l’indexation automatique des salaires et des allocations

  • saut d’index 2 % = perte de 20.000 € sur une carrière
  • menace d’une nouvelle intervention dans le mécanisme de l’indexation automatique = ce n’est plus un index, c’est un auriculaire !
  • augmentations de prix qui ne seront pas reprises dans l’indice santé : augmentation des accises sur le diesel et le tabac

 

3. diminution du budget pour la liaison au bien-être des revenus de remplacement

  • diminution du budget pour le volet salarié de 16 % 95 millions) => moins de moyens pour l’augmentation des minima (pas pour les minima de indépendants !) et des autres allocations
  • liaison au bien-être en grande partie annulée par le saut d’index de 2 % sur les allocations sociales
  • conversion de l’augmentation des allocations en baisse du précompte professionnel : quid pour allocations sociales sans précompte professionnel ?

 


II. Une sécurité sociale fédérale fragilisée


1. Diminution de la protection en cas de chômage, maladie/accident

  • saut d’index de 2 % et moins de liaison au bien-être (cf. plus haut)
  • suppression des allocations d’insertion pour les jeunes ayant quitté l’école : pour les jeunes ayant quitte l’école avant 21 ans et non qualifiée et pour ceux qui font leur entrée sur le marché du travail après 25 ans = allez, hop ! chez papa et maman ou au CPAS ou SDF !!!
  • obligation d’accepter du travail en dehors du rayon des 60 km de son domicile
  • service d’intérêt général obligatoire (travail forcé) pour les chômeurs de longue durée et les personnes bénéficiant du revenu d’intégration
  • 7.1 % d’allocations en moins pour ceux qui deviennent chômeurs temporaires (65 % du salaire au lieu de 70 %)
  • trajet de réinsertion obligatoire dans les 3 mois pour les malades (activation)
  • lourde attaque contre les temps partiels avec AGR

 

2. La pension ravagée

  • âge légal de la pension 67 ans en 2030, puis nouvelle augmentation liée notamment à l’espérance de vie — 69, 70 ans...? = augmentation des décès des métiers lourds !!!
  • saut d’index de 2 % = pension plus basse !
  • moins d’argent pour la liaison au bien-être des pensions (95 millions de budget en moins) = pension plus basse !
  • moins d’assimilations en cas de chômage et crédit-temps de fin de carrière + suppression de l’assimilation pour le crédit-temps non motivé = pension plus basse !
  • nouveau détricotage des droits dérivés : pension de survie, pension « divorce », pension taux ménage = pension plus basse !
  • suppression bonus pension = pension plus basse !
  • interventions supplémentaires sur les pensions de fonctionnaires qui seront ramenées au niveau du privé = pension plus basse !
  • Les pensions ne seront plus adaptées à l’évolution au bien-être = pension plus basse !

Déjà que les pensions belges sont parmi les plus basses d’Europe, et bien ils vont encore les diminuer pour tous les travailleurs.

 

3. Beaucoup moins de moyens pour les soins de santé

  • norme de croissance de 3 à 1,5 % au-delà de l’index (plus de 2 milliards d’économies !) = ça va faire des dégâts !
  • pas de budget pour des améliorations pour le personnel
  • penser que c’est possible sans toucher au personnel ni aux patients = irréaliste — il sera de plus en plus difficile de se soigner.

 

4. Financement fragilisé de la sécurité sociale (prolongation dotation d’équilibre)

  • prolongation dotation d’équilibre (provisoirement),
  • mais évaluation annoncée
  • et économies annoncées à concurrence de 5,6 milliards = ça va faire des dégâts !

 

5. Minima moins élevés, inférieurs à la norme de pauvreté européenne

  • saut d’index de 2 %
  • moins de budget pour la liaison au bien-être (16 % de moins = 95 millions d’euros) et manifestement pas non plus de budgets supplémentaires à côté de la liaison au bien-être, sauf pour le statut social des indépendants

 

6. Durcissement des possibilités de sortie anticipée

  • âge pour le RCC (ancienne prépension) augmente de 2 à 4 ans : on passe à 62 ans dans le régime général et à 60 ans dans les régimes dérogatoires
  • Pour les métiers lourds et les longues carrières, la prépension va monter à 58 ans en 2015 et 60 ans en 2017. Les décès vont monter aussi !!!
  • accès à la pension anticipée à 63 ans en règle générale et conditions de carrière + 2 ans
  • crédit-temps de fin de carrière retardée de 5 ans (de 55 à 60 ans) ou 10 ans plus tard (pour les exceptions de 50 ans à 60 ans)
  • Il sera presque impossible de pouvoir encore partir en prépension. Et les employeurs pourront licencier plus facilement les travailleurs âgés (à moindre coût)

 


III. Investir dans la relance durable et dans l’emploi ? RIEN !


1. Une politique d’investissements et d’infrastructure avec, comme priorité, l’infrastructure publique

  • on n’en retrouve aucune trace
  • au contraire : mesures d’économies partout sur le personnel, les moyens de fonctionnement et les investissements surtout des nombreuses amorces pour davantage de privatisation
  • Le service public minimum ne sera pas une exception, cela va devenir la règle, tous les jours !
  • La « mise sous pression » des services publics va nous toucher directement dans l’accès à l’enseignement, au transport, aux infrastructures, aux services communaux, aux pompiers. La privatisation va ronger les services publics jusqu’aux fondations

 

2. Lutte contre le chômage, en ce compris une garantie d’emploi pour les chômeurs de longue durée qui risquent de perdre leur allocation (pas d’emploi forcé et pas de politique d’exclusion)

  • maintien de la limitation dans la durée (3 ans ou 5 ans) des allocations d’insertion
  • pas de garantie d’emploi pour ceux qui risquent de perdre leur allocation
  • travailler plus longtemps engendre automatiquement un chômage des jeunes plus élevé dans un marché du travail peu dynamique (cf. centre de connaissance universitaire flamand Steunpunt WSE)
  • Les chômeurs devront PROUVER qu’ils cherchent ACTIVEMENT un emploi jusqu’à 65 ans (ou 67) sinon ils seront sanctionnés.
  • On pourra obliger les chômeurs à prester des travaux « d’intérêt général » (STO) sinon la dégressivité des allocations sera renforcée !

 

3. Moins d’emplois de qualité dans le secteur privé et public

  • diminution du pouvoir d’achat et spirale déflationniste qui risque de s’ensuivre : mortel pour l’emploi et la croissance
  • démantèlement de l’emploi dans la fonction publique
  • réduction de la qualité de l’emploi : plus de flexibilité du temps de travail, plus d’heures supplémentaires, plus de travail à temps partiel, moins de pouvoir d’achat
  • Le calcul annuel du temps de travail OBLIGERA à travailler plus quand c’est nécessaire pour l’entreprise SANS aucune compensation (suppléments heures supl.) et au détriment de la vie privée et de la santé.
  • Création d’un compte-épargne temps qui obligera les travailleurs à épargner sur leurs congés, leurs heures supplémentaires... pour pouvoir, à d’autres moments de leur carrière... souffler.

 

4. Un trajet budgétaire qui tue la croissance et l’emploi

  • 11 à 12 milliards de nouveaux efforts, dont 72 % de nouvelles économies
  • des moyens importants (plus de 3,5 milliards) gaspillés dans des réductions du coût du travail les moins efficaces, sans aucune garantie d’emploi
  • des mesures d’assainissement très néfastes pour l’emploi — 30 % de réduction des investissements des pouvoirs locaux (communes, etc.) alors que 0 % des travailleurs du bâtiment prestent pour les pouvoirs locaux !!!

 

5. Un combat renforcé contre le dumping social, mais pas pour les grands fraudeurs

  • très peu de nouvelles initiatives
  • dans le meilleur des cas, élargissement de la responsabilité solidaire (éventuellement) à d’autres secteurs au contraire, nouvelle atteinte à la capacité de contrôle suite à la mise sous pression des administrations
  • accent mis sur la fraude chez les bénéficiaires d’allocations sociales au lieu de mettre l’accent sur la grande fraude commise par les entreprises

 

IV. Moins de justice fiscale


1. Pas de garantie d’une connaissance transparente des différentes sources de revenus

  • où sont les initiatives concrètes ?

 

2. Pas de partage équilibré de la contribution des revenus du travail et des revenus de la fortune

  • pas d’impôt sur les plus-values
  • l’impôt supplémentaire sur les bonis de liquidation (pour les PME, en cas de liquidation de leur société) est vidé de sa substance
  • pas d’impôt sur les revenus locatifs réels,
  • mais : conclusion d’un pacte fiscal avec les entreprises

 

3. Aucun effort particulier des grosses fortunes

  • pas d’impôt sur les grosses fortunes
  • même pas d’amélioration au niveau de l’imposition des revenus de la fortune (cf. plus haut)

 

4. Tous les avantages qui sont octroyés aux entreprises le sont sans conditions d’emplois

  • aucune avancée. 4 milliards € de cadeaux sans garantie de maintien ou de création d’emplois de qualité (salaires, CDi, conditions de travail).



***



Face à une attaque d’une telle ampleur, jamais vue depuis la guerre, le monde du travail et des allocataires sociaux se doit de former un bloc massif et de forcer ce gouvernement de malheur à partir. Et forcer le futur nouveau gouvernement à dénoncer le TSCG, à annuler toutes les mesures antisociales prises depuis décembre 2011 et à faire la chasse intensive et sans pitié aux gros fraudeurs ainsi que de supprimer les intérêts notionnels.

 


Nous vous invitons à suivre le plan d’action des organisations syndicales


- 06 novembre 2014 : manifestation nationale


- 24 novembre 2014 : grève tournante provinces du Hainaut, Luxembourg, Limbourg et Anvers


- 01 décembre 2014 : grève tournante provinces de Namur, de Liège, de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale


- 08 décembre 2014 : grève tournante provinces de Brabant Flamand et de Brabant Wallon et Bruxelles


- 15 décembre 2014 : grève nationale


Evaluation et...

 

 

 

Par constituante.be – le 17 octobre 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Influence US vs État russe

Influence US vs État russe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Un sous-traitant du département d’État des USA enfreint la loi concernant les visas, puis se plaint une fois pris


Le département d’État des USA poursuit son programme visant à exercer une influence à l’encontre de l’État russe. Il finance des ateliers en Russie, dans l’espoir d’y instaurer éventuellement une révolution de couleur. Il embauche des formateurs rattachés à des universités américaines, qui s’attellent à divers aspects du plan. Un de ces aspects consiste à recruter et à influencer des journalistes russes. Lorsque le département d’État envoie ses formateurs en Russie, il leur demande de prétendre qu’ils sont des touristes. Les Russes sont au courant de ce manège et ont dit à ces formateurs d’arrêter ce petit jeu.


Les médias des USA ont évidemment sauté sur l’occasion pour blâmer la Russie, avec de fausses manchettes comme Un journaliste de Boston brièvement détenu en Russie [1] ou, pire encore, Deux touristes américains détenus en Russie [2] :


Deux journalistes américains ont été brièvement détenus en Russie et ont comparu devant le tribunal jeudi pour avoir animé un atelier sur le journalisme d’enquête. Les deux ont été reconnus coupables d’avoir enfreint la réglementation en matière de visa, ont affirmé les autorités. Le New England Center for Investigative Reporting a annoncé que son cofondateur, Joe Bergantino, ainsi que le professeur de l’Université de la Caroline du Sud Randy Covington, ont été détenus pendant plusieurs heures par les services d’immigration, alors qu’ils s’apprêtaient à donner leur premier atelier à Saint-Pétersbourg.


Depuis quand les touristes animent-ils des ateliers ? Mais ce n’est pas tout. Le même article ayant comme titre Deux touristes américains détenus ajoutait ceci :


Selon le New England Center for Investigative Journalism, Bergantino et Covington, qui avaient des visas touristiques, se sont fait dire qu’ils ne pouvaient continuer à enseigner, mais qu’ils étaient libres de quitter le pays samedi comme prévu.


Il a ajouté que le type de visa que les deux journalistes possédaient avait été recommandé par le département d’État pour cette visite.


Le département d’État a reconnu ceci :


Invitée à dire si les USA étaient préoccupés par ce qui leur était arrivé [la porte-parole du département d’État Jen] Psaki a répondu qu’ils « étaient là pour donner une formation parrainée par nous, donc je crois qu’il est juste de dire que nous aurions préféré qu’ils ne soient pas détenus ».


Des touristes ou journalistes ont donc enfreint les lois en matière d’immigration de la Russie, suivant les conseils du département d’État américain. Que pensaient-ils que le service d’immigration de la Russie ferait ? Qu’il fasse fi lui aussi des lois russes, parce que le département d’État américain le juge bon ?


Un des sous-traitants du département d’État, Joe Bergantino, qui est arrivé en touriste en Russie pour animer un atelier visant à exercer une influence, financé par le département d’État américain, en veut à la Russie pour avoir agi conformément aux règles de droit. Dans une lettre ouverte colérique à l’intention du président russe [3], il disait ceci :

Permettez-moi de répéter la question, monsieur Poutine : tout cela était-il vraiment nécessaire ? Il est clair que vous aimez jouer les durs à cuire sur la scène internationale et que le peuple russe soutient massivement votre message au reste d’entre nous : la Russie est puissante et exercera son autorité comme bon lui semble.

Mais laissez-moi agir selon mon bon vouloir pour l’instant.
…


La question que M. Bergantino aurait dû poser, et à lui-même plutôt qu’à M. Poutine, est la suivante : « Était-il vraiment nécessaire d’aller en Russie sous des prétextes fallacieux ? Était-il aussi vraiment nécessaire d’enfreindre la loi russe en toute connaissance de cause ? »


Un vrai journaliste, pas un propagandiste, dirait-il des bêtises de ce genre à propos du sort que lui ont réservé les durs à cuire, sans regarder ce qui se passe dans sa propre cour ? Que ferait le département de la Sécurité intérieure si quelque chose de semblable se produisait aux États-Unis ?


Nous pouvons répondre à cette question. Depuis 2003, tous les journalistes de tous les pays qui viennent aux USA doivent obtenir un visa spécial de journaliste aux droits fort onéreux. Même ceux de pays, comme la France et l’Allemagne, qui ont signé des accords de dispense de visa avec les États-Unis. Qu’arrive-t-il [4] lorsque des journalistes entrent aux États-Unis et qu’ils font un vrai travail de journaliste (pas une tentative d’influence soutenue par un État étranger) sans avoir leur visa spécial ?


Pendant le week-end du 10 et 11 mai, six journalistes de la télévision française, qui s’étaient rendus à Los Angeles pour couvrir l’énorme salon dédié aux jeux vidéo E3, ont été interrogés par des gardes-frontières de l’aéroport, interdits d’entrée au pays et renvoyés en Europe. « Ces journalistes ont été traités comme des criminels, soumis à plusieurs fouilles corporelles, menottés, enfermés dans une cellule et sommés de donner leurs empreintes digitales », s’est plaint dans une lettre Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières.


Comparons maintenant cela à ce qu’a vécu M. Bergantino, qui n’a pas été traité comme un criminel, qui n’a reçu qu’un avertissement administratif et qui a été autorisé à rester jusqu’à la date prévue de son retour.


Dites-moi M. Bergantino, quel pays est le mieux placé ici pour donner des leçons de morale ?


Par Moon of Alabama
 - Traduit par Daniel pour Vineyardsaker.fr - le 20 octobre 2014



Source : State Department Contractor Breaks Russian Visa Law, Whines When Caught, Moon of Alabama, 18-10-2014



Notes

[1] Boston Journalist Briefly Detained in Russia, The Boston Globe, 16-10-2014

[2] Two U.S. tourists detained in Russia, The Mercury News, 17-10-2014

[3] A letter to Putin from NECIR journalist detained by Russian authorities, New England Center for Investigative Reporting, 17-10-2014

[4] Keeping Journalists Out, reason.com, 20-05-2003

http://www.vineyardsaker.fr/2014/10/19/traitant-du-departement-detat-usa-enfreint-loi-concernant-les-visas-puis-se-plaint-fois-pris/#more-6169

more...
No comment yet.