Koter Info - La G...
Follow
Find
189.7K views | +25 today
Scooped by Koter Info
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Un désespoir qui... tue

Un désespoir qui... tue | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Elle s’appelait Amaia Egana et avait 53 ans.  Vendredi dernier, elle a décidé de mettre fin à ses jours en se jetant par la fenêtre de son appartement.  Par désespoir.  La mort plutôt que la honte de se voir expulsée de son domicile.

 

Ce suicide est le deuxième du genre en Espagne, pays durement touché par la crise et où 350.000 propriétaires surendettés ont été expulsés depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008.

 

La crise charrie chaque jour, un peu partout en Europe, son lot de faillites, de restructurations, de plans sociaux et de pertes d’emplois dont le nombre donne le tournis.  Mais ici, le geste fatal de cette femme heurte notre conscience et montre - au-delà de statistiques froides égrenées dans les médias - le visage le plus brutal de cette crise : celui de la mort comme seule issue à la détresse sociale.

 

La mort de Amaia Egana doit nous interpeller.  Nous, en tant que citoyens, mais aussi nos gouvernants, à l’échelon national et européen, et nos responsables économiques.

 

La crise économique et sociale que nous vivons est terrible, inédite peut-être en Europe dans sa longueur et son ampleur.  Si la marge de manœuvre d’Etats désargentés est très faible, la réponse à l’angoisse des peuples ne peut être celle de la seule austérité.

 

Il faut ouvrir des perspectives, penser à des voies nouvelles de solidarité et moraliser enfin un monde de la finance qui n’a que trop vampirisé l’économie.  

 

On ne peut rester sourd au message qui sera envoyé ce mercredi 14 novembre 2012 par la rue dans plus d’une vingtaine de pays européens. - Vincent Slits

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 88.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 87.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


175.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 3:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


175.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Astérix à Gaza

Astérix à Gaza | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Une histoire de résistants contre l'Empire !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Trois anges ?


Ces trois étudiants Allemands ont fait une bien belle surprise à un SDF.


Tout commence lorsque l’un d’entre deux s'approche de l’homme dans la rue et demande à lui emprunter son seau…


La chanson parle de la vie, et de changer la perception que nous avons de ces personnes que nous avons l'habitude d'ignorer.


En quelques minutes, grâce a leur magnifique prestation, c'est une véritable pluie de pièces qui déferle.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Croatie - Cauchemar européen

Croatie - Cauchemar européen | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


En Croatie, le rêve européen se transforme en cauchemar

 

La Croatie a célébré le 1er juillet son premier anniversaire dans l’Union européenne. Le panneau de signalisation frappé de l’inscription « douane » avait l’an dernier été symboliquement retiré du passage frontalier avec la Slovénie, la seule ex-République yougoslave qui ait rejoint à ce jour l’UE depuis le démantèlement de l’ancienne fédération communiste.


Un panneau portant le signe de l’UE avait été dans le même temps installé à l’extrême est du pays, à la frontière avec la Serbie, pays à qui Bruxelles a également donné l’an dernier son feu vert pour l’ouverture de négociations d’adhésion.


Aujourd’hui, l’ambiance est à la morosité. Zagreb ne parvient en effet ni à enrayer ses problèmes structurels ni à enrayer un déclin économique, un déclin qui semble inéluctable. Seule embellie : l’année 2014 devrait enfin mettre un terme à cette chute programmée en affichant une croissance nulle. Mais au cours des cinq années précédentes, son produit intérieur brut a diminué de 13 % alors que les analystes de toutes tendances prévoient une stagnation du pays sur le long terme. Pour aggraver les choses, Zagreb attendait de son entrée dans l’espace économique européen un flux plus important d’investissements en provenance de l’étranger. Or, ces derniers sont allés decrescendo au fur et à mesure que son entrée dans l’UE approchait.


Le pays enregistre le troisième taux de chômage le plus important en Europe. 17,2 % en mars 2014, juste après la Grèce (26,8 %) et l’Espagne (26,8 %). Et le scénario s’avère encore plus sombre chez les moins de 25 ans. Environ un jeune Croate sur deux est sans emploi (49,7 %), comme en Grèce (58,3 %) ou en Espagne (55,5 %).


« Il est tellement difficile de trouver un emploi que mes amis n’ont même pas envie de se mettre à chercher », raconte Kristina, 24 ans, étudiante en dernière année de Master en sciences humaines.


Placé sous la férule de Bruxelles, le gouvernement croate n’a désormais plus de marge de manœuvre pour faire face aux difficultés : la dette publique, qui représentait il y a un an 59,6 % du PIB, s’élève aujourd’hui à 64,7 %, ce qui a conduit les gardiens de l’orthodoxie à engager une procédure pour déficit excessif à l’encontre du pays. Ce dernier a répondu aux injonctions en opérant des coupes claires dans son budget qui ont permis de réduire, bien que très marginalement, le déficit en cause. Mais ces mesures interdisent de disposer des ressources à affecter aux investissements plus que nécessaires pour moderniser l’économie et stimuler la croissance. Pendant longtemps, Zagreb s’est engagé à réformer l’administration publique héritée de l’ex-Yougoslavie, engageant des réductions d’effectifs sans reclassement dans d’autres secteurs, entraînant de facto la précarisation de milliers de personnes. Les mesures d’austérité imposées par les experts de la troïka ont au contraire enfoncé un peu plus la Croatie dans la crise.

.

La perspective de trouver des hydrocarbures dans la mer Adriatique est la seule bonne nouvelle. Le bénéfice financier espéré pourrait être une belle manne pour remplir les caisses de Zagreb, mais l’exploitation commencerait dans le meilleur des cas dans une dizaine d’années. Et les travaux ne seront pas gratuits.


Pour les libéraux, l’objectif est en tout cas atteint : « nous avons obtenu des frontières sans douanes, de nouveaux passeports et des frais d’itinérance moins coûteux. Mais seul le gouvernement croate peut encore initier les changements que les citoyens attendent vraiment… L’Union européenne n’est pas une baguette magique, mais attend un partenaire sérieux, en mesure d’expliquer précisément ce dont il a besoin, pour quelles raisons et de quelle façon il entend l’obtenir. Mais pour cela, il faut engager des réformes et cela fait des décennies que la Croatie attend leur mise en œuvre. »


Les membres du gouvernement de Zoran Milanović, Premier ministre depuis 2011, clamaient en chœur il y a encore peu de temps que les Croates pariaient sur d’importants bénéfices à long terme de leur entrée dans l’Union européenne, tout en acceptant les conséquences négatives à court terme. Lors des dernières élections européennes, seuls 20,84 % des électeurs avaient pris part au vote, ridiculisant le sens même du scrutin. Et le sentiment de subir, à peine entré dans l’antre bruxellois, le sort de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal et de Chypre a certainement refroidi les ardeurs. En Croatie, le rêve européen s’est transformé en cauchemar.



Par Capitaine Martin - Résistance-politique.fr - 27 juillet 2014

Source : www.resistance-politique.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UCL & château de Walhain

UCL & château de Walhain | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le site du Vieux Château de Walhain a une nouvelle fois connu de l’animation, durant tout ce mois de juillet, comme c’est le cas tous les étés depuis 1998.


Les lieux ont en effet été occupés à la fois par des étudiants en archéologie de la faculté de philo et lettres de l’UCL, mais aussi par des étudiants américains encadrés par le professeur Bailey Young.


"Ce que nous avons trouvé ? Principalement des structures : des murs, un escalier partiellement effondré,… Ici, sur ce chantier école, nous pouvons mettre la théorie en pratique, afin d’apprendre les techniques de base, car aux cours, nous avons surtout de la théorie.", indiquent Gwenaëlle Jancart et Maïté Dele Pedro étudiantes de l’UCL en fin de troisième année qui n’en sont pas à leur premier chantier.


Le chantier école accueille à la fois des étudiants qui y effectuent leur stage, mais aussi des bénévoles. "Les fouilles menées cette année visaient un triple objectif", précise Laurent Verslype, professeur de l’UCL. "Elles ont été menées d’une part au pied du donjon qui doit être stabilisé dans le cadre d’une future mise en valeur du site : les caves sont intéressantes car elles donnent une idée du bâti en creux."


Le deuxième objectif consistait à terminer l’exploration des bâtiments annexes récents qui ont été occupés jusqu’au début du 19e siècle par les fermes voisines. "Forge, étable, brasserie, porcherie sont illustrées par différentes structures qui témoignent des étapes de la vie du château."


Enfin, il s’agissait de se pencher sur la basse-cour, aujourd’hui une pâture le long de la rivière, afin d’en apprendre plus sur l’évolution paysagère des lieux. "Des recherches qui confirment que l’homme a modelé le paysage depuis le 13e siècle." indique Laurent Verslype.

Des recherches sur le terrain, qui, additionnées aux études de documents qui sont menées en parallèle permettent de retracer l’histoire du château.


Un fascicule reprenant une synthèse globale de l’histoire du vieux château devrait d’ailleurs être publié prochainement, dans la foulée de l’exposition qui avait été consacrée au château l’été dernier. Cette publication devrait être disponible à l’Office du Tourisme de Walhain.


Enfin, le vieux château pourrait aussi être au cœur d’un Carnet du Patrimoine à éditer en 2016.


Laurence Dumonceau


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Vol au Gambrinus

LLN - Vol au Gambrinus | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Un vol avec violence a été perpétré dans une taverne du centre de Louvain-la-Neuve.


Ce mardi vers 2.00 hr, deux individus s'en sont pris au patron de la taverne Gambrinus, située sur la place de l'Université. Alors que celui-ci fermait les portes de son établissement, les malfrats l'ont frappé à l'aide d'un morceau de bois. Ils lui ont ensuite arraché une chaîne qu'il portait autour du cou.


Des témoins de la scène doivent être auditionnés afin de permettre aux enquêteurs de confondre les auteurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Baptême étudiant en justice

Baptême étudiant en justice | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Trois étudiants belges ont été inculpés de traitements inhumains lors du bizutage en septembre dernier d'une étudiante française, tombée dans le coma après avoir été contrainte d'ingurgiter dix litres d'eau, indiquent mardi les médias locaux.


La décision a été prise fin juin par le juge d'instruction de Marche, près de Namur, mais n'a été révélée que mardi.


Fanny, une étudiante de Saint-Etienne (centre de la France) inscrite à la faculté vétérinaire de l'Université de Liège, avait été victime le 22 septembre d'un oedème cérébral causé par l'absorption rapide de plusieurs litres d'eau à l'occasion d'une activité préparant son "baptême".


La jeune fille était sortie du coma deux jours plus tard. Ses parent avaient porté plainte et le Procureur Général de Liège, Christian De Valkeneer, avait annoncé son intention de suivre personnellement le dossier. "Il y a une ligne rouge à ne pas franchir", avait-il averti.


Ancrés dans la tradition des universités belges, les "baptêmes" sont une forme de bizutage à l'origine de plusieurs accidents et sont pour cette raison controversés. Ils sont autorisés en Belgique et interdits en France.


Les trois jeunes gens mis en examen sont les deux parrains et la marraine de baptême de la jeune fille. Deux d'entre eux sont mis en cause pour traitements dégradants après l'avoir obligée à manger des aliments pour chiens. Tous les trois sont inculpés de traitements inhumains pour l'avoir forcée à boire plusieurs litres d'eau, ainsi que de coups et blessures involontaires.


Ils risquent entre 8 jours et 10 ans de prison pour ces faits. Cette affaire devrait être renvoyée devant le tribunal correctionnel à la rentrée.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'unique centrale électrique


L'armée israélienne a détruit l'unique centrale électrique de Gaza.


Les conséquences pour les hôpitaux sont terribles, puisque même des générateurs ont été frappés.  On pourrait appeler cela : un petit coup de pouce au génocide en cours !


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Label territoires occupés

Label territoires occupés | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le gouvernement fédéral souhaite la mise en place d'un label pour les produits provenant des colonies se trouvant dans des territoires occupés par Israël, lit-on mardi dans De Morgen.


Grâce à celui-ci, le consommateur pourra choisir consciemment s'il souhaite ou non acheter des fruits ou d'autres produits de cette origine. Mais si la décision est prise pour mieux informer le consommateur, elle risque d'être mal perçue en Israël.


Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) a récemment déclaré en commission à la Chambre, qu'il ne s'opposait plus à la mise en place d'un tel label.


Le feu vert a donc été donné au ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte (sp.a), qui avait déjà préparé depuis quelques temps une telle mesure, en concertation avec le secteur de la distribution.


Une circulaire expliquant les démarches à suivre devrait être publiée mardi - au plus tard mercredi - sur le site du ministre.


Ce label ne sera pas obligatoire, ce qui laisse aux grandes surfaces le choix de l'apposer ou non. "Mais je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas. Il s'agit seulement d'informer les consommateurs", explique Johan Vande Lanotte.


Le fait que la mesure aboutisse maintenant, en pleine reprise sanglante du conflit israélo-palestinien, est un hasard, dit-il aussi. Considéré comme une information, le label n'est donc pas un appel au boycott.


Mais en Israël certains considèrent déjà cette décision comme une sanction.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Guerre & armée des ombres

Guerre & armée des ombres | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source du dessin : badoleblog.blogspot.com


Face aux faiseurs de guerre : l’armée des ombres


Ce titre fait bien évidemment référence à ce merveilleux film de Melville, d’après un roman de Kessel, décrivant ces « soldats inconnus » de la résistance, qui ont donné leur vie pour la liberté et qui ont combattu l’occupation.


Aujourd’hui, la France et l’Europe ne sont pas officiellement en guerre. La Guerre, au sens conventionnel du terme, se trouve ailleurs : guerres civiles en Irak, en Libye, en Syrie, en Ukraine, guerre d’Israël contre les Palestiniens.


Mais il y a d’autres formes de guerre : monétaires, économiques, énergétiques, et bien souvent les motifs des secondes sont transformés en guerres conventionnelles par ceux qui veulent conquérir, coloniser, contrôler, garder le pouvoir : ceux que l’on peut appeler « les faiseurs de guerre ».


Pour pouvoir passer d’une guerre non conventionnelle à une guerre conventionnelle, il faut un prétexte, et il faut que ce prétexte soit crédible auprès des opinions publiques ; et là nous entrons dans la Guerre de l’information. Il faut un mensonge, et plus le mensonge est gros, plus l’exploitation de ce mensonge est rapide, plus il a de chances d’être cru. Nos démocraties, essayant encore de passer pour des démocraties, tiennent compte de leur opinion publique. Il est donc essentiel que ces opinions publiques soient convaincues de la nécessité de la guerre et c’est le prétexte, bien souvent mensonger, qui doit servir de déclencheur.


C’est ce qui s’est passé avec l’Irak en particulier, où l’invasion du pays s’est faite sur un mensonge, avoué par la suite, mensonge dont on attend toujours la sanction, car question violation du droit international, celui-là était quand même énorme… (armes de destruction massive qui n’existaient pas) avec le film malheureusement réel et devenu célèbre d’une fiole agitée à l’ONU pour prouver la nécessité absolue d’envahir l’Irak de toute urgence, ce qui fut fait) (1).


Depuis, il y a eu des prétextes, comme celui du massacre de la Ghouta (Syrie), sur lesquels curieusement, les médias occidentaux se sont tus soudainement, lorsqu’il est apparu que les soi-disant preuves de culpabilité n’étaient pas aussi évidentes que le prétendaient les « faiseurs de guerre ». Le prétexte a été oublié, l’invasion de la Syrie aussi.



1. Un retour sur l’Ukraine


Quand le Gouvernement actuel de l’Ukraine a pris le pouvoir à la suite d’un putsch organisé avec le soutien des Européens et des Américains, en faisant en sorte qu’un Président élu soit destitué avec un début de guerre civile (les euroMaidan), les médias occidentaux se sont félicités du résultat de cette révolution contre des oligarques corrompus en essayant de dissimuler le fait que le nouveau gouvernement n’avait vraiment rien de très modéré et encore moins de démocratique, vu les partis qui avaient accédé au pouvoir.


Lorsque l’or de la Banque Centrale ukrainienne a pris un avion pour les USA, les médias se sont tus (2)


Lorsque le russe a été interdit comme langue officielle en Ukraine, les médias se sont tus.


Lorsque de nombreux Ukrainiens ont réclamé une consultation démocratique, permettant aux régions de conserver une certaine autonomie, et se sont vu refuser cette consultation électorale sur la fédéralisation, les médias se sont tus.


Lorsqu’une centaine de personnes ont été brûlées dans des conditions inimaginables au cœur de la ville d’Odessa, les médias se sont tus. Bien que cet épisode puisse être tout à fait comparé à un autre massacre, en France, du nom d’Oradour-sur-Glane.


Lorsque les populations ukrainiennes ont voté pour leur sécession et leur indépendance, et en particulier le rattachement de la Crimée à la Russie, les médias se sont indignés de cette outrecuidance du peuple ukrainien, dont certaines régions refusaient d’être rattachées au gouvernement de Kiev et à ses nouvelles manières de gouverner (imposant des mesures austéritaires décidées par le FMI, et mettant les populations à la merci de groupuscules sanguinaires et incontrôlables).


Les médias ont juste oublié qu’un peuple pouvait et devait se révolter contre la dictature, même si cette dictature prenait le masque d’une fausse démocratie.


Tous les médias ? Non, justement, pas tous… Les blogs de réinformation ont commencé à surgir, ce qu’on appelle les médias alternatifs, qui s’étaient déjà montrés très actifs lors de l’épisode syrien sur le massacre de la Ghouta, évoqué précédemment. Ils ont réagi, apporté des informations, diffusé, relayé une multiplicité de déclarations, meurtres, exactions en tous genres, en provenance de toute l’Europe, de tous les pays et bien sûr de l’Ukraine elle-même, montrant que les séparatistes aujourd’hui dénommés terroristes étaient des gens comme vous, comme moi, civils pour la plupart, et qu’ils n’avaient aucune confiance dans le nouveau gouvernement pour leur assurer le développement, la prospérité et la paix civile indispensables à un pays.



2. Le plan Bzrezinski


Ce qu’il y a d’encore plus extraordinaire dans cette guerre de l’information, c’est que les plans des faiseurs de guerre étaient déjà connus et écrits. Écrits non pas par des « conspirationnistes », mais par ceux — là même qui les avaient conçus. Et là, il faut arriver au livre de Bzrezinski : Le grand échiquier, écrit en 1997 (3) (4).


Dans son livre, Bzrezsinki, fasciné par le concept d’empire, explique la stratégie de la nouvelle Rome impériale américaine, les moyens qu’elle s’est donnés pour parvenir au contrôle, et ceux qu’elle a l’intention de déployer pour conserver son hégémonie sur TOUTE LA PLANÈTE !


Et en particulier : la conquête et le contrôle de l’Eurasie. Mais pour cela, il faut absolument neutraliser le développement de la Russie et de la Chine.


« Le but de ce livre est donc de formuler une politique géostratégique cohérente pour l’Amérique sur le continent eurasien. » (page 25)


Pour l’auteur, l’Amérique est le seul pays capable d’assumer le rôle de super puissance globale pour le bien de l’humanité, et son modèle de culture et de développement économique doit se déverser partout. Il n’y a point d’autre vérité que le libre-échange et la concurrence sans limites et sans entraves.


Ce qu’il y a d’ailleurs d’assez intéressant dans cet écrit, c’est également son obsession pour la notion d’élite supérieure : « L’Empire britannique puise une bonne part de sa stabilité dans l’acceptation de la supériorité culturelle britannique. » (page 45)


Les outils de domination de l’Empire américain sont économiques, monétaires, militaires, énergétiques, et idéologiques. Et c’est là où nous en arrivons à quelque chose de fascinant. La notion de supériorité culturelle, raciale ou religieuse, est assez mal vue en Europe pour des raisons historiques qui tiennent autant aux guerres de religion, ou à l’impérialisme religieux, qu’à l’idéologie politique qui peut produire les pires des totalitarismes. Les Européens sont assez réfractaires aux dogmatismes d’empire, qu’ils soient religieux ou politiques. Et quelque part, ils sont encore plus réfractaires aux totalitarismes, car ils en ont vécu un certain nombre. Les États-Unis n’ont pas cette histoire.


Il est donc indispensable pour la doctrine Bzrezinski ou ceux qui l’appliquent de trouver des arguments ailleurs que dans cette supériorité « révélée ».


L’inféodation de l’Ukraine est un passage incontournable pour contrer le développement de la Russie, ainsi que pour le contrôle de l’Eurasie. Et la guerre de la communication est l’OUTIL par lequel cette prise de contrôle doit se faire, puisqu’il est hors de question, compte tenu de l’histoire des Européens, de faire référence aux vraies motivations écrites par Bzrezinski : la supériorité culturelle et politique du modèle américain !!!!


J’ai parlé au début de l’article de contrôle énergétique. L’Ukraine est également un endroit stratégique, tout d’abord de part de sa situation géographique et son statut de distributeur de gaz en provenance de Russie. Mais là nous en arrivons à une situation bien plus vaste, également évoquée par Bzrezinski dans sa volonté de nouvel ordre mondial et planétaire sous l’égide de l’empire. Il s’agit bien sûr des pays du Proche Orient.


Si l’hégémonie américaine peut se conserver par les armes ou par la monnaie, l’un de ses plus fidèles alliés au Proche Orient doit bénéficier d’une autre moyen de contrôle : les politiques et les ressources énergétiques. Les choses deviennent claires. Les pays du Proche Orient et cette partie du bassin méditerranéen sont d’une richesse extraordinaire en gisements de gaz et de pétrole.


Le JSS NEWS nous dit (5) : « … grâce aux gisements gaziers Tamar et Léviathan, la real politique conduira les États vers une voie encore trop peu explorée, l’israélisme.

Quel regard portera le monde sur le minuscule état israélien, lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’état producteur/exportateur de gaz et de pétrole ?

En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme. »


On peut rajouter depuis l’écriture de cet article du Jss news, un autre gisement d’une extrême importance, exploitée par une société Palestinienne du nom de Gaza Marine. L’état palestinien, Gaza Marine, devait signer un contrat avec Gazprom en Juin 2014. (6)



3. Les mensonges et les manipulations de l’opinion publique


« La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle. » 
Alexandre Soljenytzine, Le Cri. Le discours du prix Nobel – L’Express, septembre 1972.


Ces stratégies de domination et de contrôle absolu ne peuvent être efficaces dans des pays ayant l’histoire des pays Européens, dans lesquels un Torquemada, pas plus qu’un Hitler ou qu’un Pol Pot, n’auraient à nouveau beaucoup de chances de faire recette. Il faut donc impérativement fabriquer des prétextes et des motifs, et passer par un manichéisme binaire dont les Américains sont très friands : la désignation d’un bouc émissaire.

Ce bouc émissaire ne peut être aujourd’hui personne d’autre que Vladimir Poutine.


Le modèle américain qui doit être imposé à l’Ukraine, comporte trois aspects particulièrement importants :


A) la possibilité de masser des troupes dans le pays alors qu’il ne fait pas partie de l’OTAN (possibilité prévue par une surprenante autorisation en cours devant le Congrès des USA. Cette loi allant même jusqu’à s’ingérer dans les politiques d’autres pays limitrophes de la Russie, comme la Géorgie et la Moldavie, même si ces derniers n’appartiennent pas à l’OTAN).


Possibilité confirmée par une invraisemblable résolution du Parlement Européen déclarant que l’annexion de la Crimée est une violation du droit international, résolution sans doute destinée à éviter tout processus démocratique pour s’engager dans une guerre contre la Russie à la demande des Américains, sous prétexte bien sûr de protéger l’Ukraine, ou la Pologne par exemple !!!!! On peut d’ailleurs se demander au nom de quelle inégalité une telle résolution n’a pas été votée pour Israël.


B) la privatisation de ses secteurs stratégiques et leur braderie totale dans la pire des situations qui soit (7), le plan venant d’être enclenché et le fils du vice-président américain Joe Biden semblant en être un des heureux bénéficiaires. (8)


C) la mise sous coupe par le FMI, dont le prêt ne sera accordé que si l’Ukraine récupère les territoires de l’est dont les séparatistes ont voté l’indépendance.


Nous sommes totalement dans le concept de guerre préventive inauguré par les USA, mais qui n’est destiné qu’à assurer un contrôle sur des ressources énergétiques et des territoires ainsi que le maintien de l’hégémonie américaine mise en péril par des décisions très récentes des BRICS (sur la création d’une nouvelle architecture financière indépendante du système financier occidental), et ce fameux réseau de maillage décrit par Bzrezinski, destiné à contrôler le bon comportement des vassaux, le FMI étant l’un des fer de lance de ces organisations.



4. L’armée des ombres


Et c’est là où j’en viens à la quatrième partie de cet article : l’armée des ombres.


Le prétexte du crash de l’avion Malaysien n’a visiblement pas fonctionné comme il aurait dû. La culpabilité de la Russie, ni même celle des séparatistes ukrainiens, étant impossible à établir, il devient essentiel dans le discours médiatique européen de désigner le mal absolu, de lui donner forme et visage, et nous sommes en train d’assister à une diabolisation médiatique anti-Poutine comme rarement vue, sans doute également destinée à influencer l’opinion publique russe pour chercher une déstabilisation de l’intérieur.


Sur le crash en lui-même, comme sur la Ghouta, nous n’aurons sans doute jamais de vérité officielle.


Il s’est produit là aussi quelque chose de très important.

Une armée de fourmis internautes, dans tous les pays, Ukraine incluse, se sont mises à se poser des questions, ont cherché ensemble, échangé sur les blogs participatifs, se sont envoyées des informations, les ont fait traduire. Cette gigantesque intelligence collective qui n’a que faire d’une quelconque supériorité culturelle, raciale ou religieuse, d’un clivage politique ou confessionnel, s’est mise à essayer par tous les moyens d’apporter sa brindille à la recherche de la vérité. Et elle a tellement bien réussi ce formidable enjeu médiatique, que malgré la paresse, pour ne pas parler de veulerie, des médias mainstream habituels, elle a réussi à mobiliser l’opinion publique et à attirer son attention sur le fait que la vérité était peut être très éloignée de la version officielle qui en était distribuée.


En France, le site qu’il faut absolument signaler pour sa couverture des évènements ukrainiens, depuis la destitution de Ianoukovitch jusqu’au crash du Boeing MH17, est celui d’Olivier Berruyer, qui a fourni un travail de titan sur ces sujets, travail dont le succès entrainait le succès par la multiplication des contributeurs et des fourmis bénévoles, en provenance de tous les pays, qui se sont joints à sa recherche de la vérité.


Ces relais multiples dans tous les pays ont permis à quelques personnalités médiatiques en vue de chercher une autre vérité et de la clamer haut et fort. Je pense notamment à Oliver Stone ou aux articles de Robert Parry, journaliste d’investigation très renommé aux USA, ou encore à Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire d’état au Trésor américain. (NDLGazette : à ajouter Jacques Frère, journaliste de NationsPresse.info qui couvre la guerre en Ukraine au quotidien)


Ces fourmis permettent d’établir des liens, de s’étonner de la synchronicité d’un bon nombre d’évènements, d’apporter de nouvelles informations, de les relier entre elles, de faire ressortir celles qui devraient rester cachées.


Les réseaux sociaux et les médias alternatifs deviennent des acteurs majeurs de cette guerre de l’information, par leur recherche de la vérité, de la compréhension du pourquoi, devant ces avalanches de mensonges et de désinformation.


Ils sont cette armée des ombres, armée de fourmis résistantes, qui, en permettant de démasquer les mensonges, feront peut-être en sorte que ces nouvelles guerres, celle voulue par les USA et celle déjà en cours à Gaza, n’ait pas lieu pour la première et se termine pour la seconde.


Et leur (notre) action est d’autant plus importante et d’autant plus urgente que les récentes déclarations du Président Obama (10), comme celle de son chef d’état-major (9), le Général Dempsey, montrent que ces faiseurs de guerre sont plus que pressés (11) (12).
" Les attaques russes transforment le paysage politique de la sécurité en Europe”


Nous sommes l’armée des ombres, et je pense que pour beaucoup d’entre nous, nous ne voulons pas de cette guerre ; alors, sachons faire en sorte qu’elle n’ait pas lieu, par la réinformation que nous pouvons apporter. Sachons à nouveau susciter cette prise de conscience des masses européennes que déplorait Bzrezinski à la conférence de l’EFNI en 2012, car elle les avait empêchés d’atteindre les objectifs qui étaient les leurs ! (13)




Par Caroline PORTEU — The French Saker — 28 juillet 2014




Notes :

(1)http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130308.OBS1260/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a-permis-la-guerre-en-irak.html

.

(2)http://egotusum.wordpress.com/2014/03/10/alerte-les-usa-font-main-basse-sur-lor-ukrainien-355-tonnes/

.

(3)Le Grand échiquier version PDF


https://docs.google.com/file/d/0B2_kPhcc1PYdTVJ5dURnenk0MFU/edit?pli=1

.

(4)http://ae-editions.eklablog.com/brzezinski-le-grand-echiquier-a58273885

.

(5)http://jssnews.com/2012/05/25/les-hydrocarbures-israeliens-seront-le-plus-puissant-des-leviers-diplomatiques/

.

(6)http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan-villa/240714/gaza-le-gaz-dans-le-viseur

.

(7)Ukraine à vendre :
 http://french.ruvr.ru/2014_07_21/LUkraine-a-vendre-5150/

.

(8)http://www.zerohedge.com/news/2014-07-25/company-which-joe-bidens-son-director-prepares-drill-shale-gas-east-ukraine

.

(9)http://defence.pk/threads/stepping-on-the-path-of-open-hostility-%E2%80%93-us-to-create-new-military-alliance-against-russia.325330/

http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

.

(10)http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=122751

Déclaration du chef d’état major américain sur le nouvel environnement sécuritaire européen, traduite par Olivier Berruyer dans cet article 

.

(11)http://www.les-crises.fr/le-chef-detat-major-des-armees-us-les-attaques-russes-transforment-le-paysage-politique-de-la-securite-en-europe/#comment-155761

.

(12)Déclaration du Président Obama sur les tirs Russes sur l’Ukraine.
http://www.lalibre.be/actu/international/washington-publie-des-images-prouvant-que-la-russie-tire-sur-l-ukraine-53d5206d3570667a638e61d0

.

(13)Conférence de Bzrezinski à l’EFNI :


http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=bHknL5z8f6k

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

MH17, la marche arrière

MH17, la marche arrière | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Quelle mouche a bien pu piquer le département américain de la défense et les agences de presse occidentales (Reuters, Associated Press) pour changer aussi diamétralement le ton de leur communication et de leurs dépêches sur l'affaire du vol MH17 de la Malaysia Airlines ?


Si les accusations ne vont pas encore jusqu’à se retourner contre leurs auteurs, le rétropédalage est manifeste.


C’est qu’entre-temps beaucoup d’eau est passée sous le pont de l’enquête. Sans souci des vociférations d’une propagande démentie par la réalité.

  • Les corps des victimes ont été dûment rendus par les insurgés ukrainiens aux autorités néerlandaises. « Entreposés dans de bonnes conditions », comme l’a reconnu Peter Van Vliet, expert médico-légal hollandais présent sur place. Bien loin des accusations de saccage lancées par le camp occidental.
  • Les boîtes noires de l’avion du vol MH17 ont été régulièrement remises par les mêmes insurgés à la Malaisie. Suffisamment « intactes et en bon état » pour que le colonel Mohamed Sakri, du Conseil de la sécurité nationale malaisienne, les en félicite. Bien loin des soupçons de manipulations abondamment répercutés par les médias.
  • Enfin, le 23 juillet, le Conseil néerlandais de sécurité (DSB) annonçait qu’il prenait le contrôle de l’enquête sur le crash avec un groupe de 24 experts internationaux, dont des Ukrainiens et des Russes. Bien loin des insinuations d’entrave à toutes investigations qu’auraient exercées les rebelles.


Depuis cet étrange retournement, la retenue occidentale est de mise sur le drame du MH17. Les communicants institués préfèrent polariser l’attention sur d’autres terrains (des accusations d’interventions directes de l’armée russe contre les forces de Kiev, par exemple).


Préparerait-on déjà les foules à une discrète inversion de culpabilité sur le crash ?


En attendant d’en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de cette tragique histoire, de premiers enseignements peuvent en être tirés. Et ils ne sont guère glorieux pour le camp occidental.

  • Les autorités occidentales ont confirmé une propension à l’amateurisme et à l’infantilisme qui est le propre des puissances acculées (cf. aussi les fiascos syrien, libyen, irakien, afghan...). Les « preuves accablantes » du secrétaire d’État Kerry — où sont-elles ? — ne firent guère que rappeler le lamentable épisode des armes de destructions massives irakiennes qui fit la honte du général Colin Powell en février 2003.
  • Les médias dits "mainstream" ont achevé de se ridiculiser et de se discréditer en relayant sans la moindre nuance tous les éléments de langage que leur distillaient les autorités. Entre insinuations grotesques et documents à charge bidonnés (entre autres, la vidéo diffusée par France 2 où l’on voit un camion lance-missiles "Buk" attribué aux insurgés... mais, comme cela s’est vérifié ensuite, filmé en territoire contrôlé par les forces régulières de Kiev).


Une fois de plus, il ne reste plus guère que les réseaux du Net pour tenter de démêler le vrai du faux dans le fatras des rumeurs et des mensonges paranoïaques propagés par les médias mainstream.


À ce sujet, on ne saurait trop conseiller aux lecteurs curieux d’aller lire les billets d’Olivier Berruyer consacrés à cette crise politique internationale majeure. Ou encore les hypothèses pointilleuses de Jacques Sapir sur le crash du vol MH17.


Nombreuses sont les voix à s’élever également outre-atlantique pour faire corps contre le déluge de boniments stupides qu’un empire déficient tente encore d’infliger à ces sujets.


Citons le site d’investigation 21st Century Wire. Ou le journaliste américain Robert Parry démontant méthodiquement la précipitation des autorités de son pays à nous imposer leur jugement.


De fait, à l’exception des coupables, nul n’a encore de certitudes sur ce qui se passa le jour de la tragédie. Laissons, comme on dit, l’enquête suivre son cours et rappelons juste qu’en ces périodes exacerbées où un vieux monde aux abois cède de mauvais gré sa place à un monde d’après encore incertain, il est une qualité qui devrait s’imposer à chacun : le sens de la mesure.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Son smartphone a pris feu

Son smartphone a pris feu | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ariel Tolfree se souviendra longtemps de cette nuit d’été où elle a été réveillée par son Samsung Galaxy S4 qui prenait feu.


Interpellée par une légère odeur de brûlé, l’adolescente a mis un peu de temps avant de comprendre que son smartphone (caché sous son oreiller) prenait feu.


Pour le papa de la jeune fille, l’utilisation excessive du GSM a sans doute provoqué une surchauffe de la batterie. Une batterie qui n’était pas d’origine, et qui pourrait bel et bien être à l’origine de l’accident, selon Samsung.


Conseillant pourtant à ses clients de ne pas recouvrir ses appareils, l’entreprise sud-coréenne a tenu à faire un geste commercial envers la famille Tolfree en lui offrant un nouveau smartphone et une nouvelle literie.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Les infos dont on parle peu n°69


Les infos dont on parle peu n°69 


Voici quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes. 



Par l'Agence info libre - le 27 juillet 2014


Tous les liens de la vidéo sont ici :

http://www.agenceinfolibre.fr/les-infos-dont-on-parle-peu-n69-27-juillet-2014/

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le verdict Yukos, l’esprit TAFTA

Le verdict Yukos, l’esprit TAFTA | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : khodorkovsky.com



Le verdict Yukos, ou l’inversion de la loi : l’« esprit de TAFTA »



NDLGazette : les longs extraits en anglais ne sont pas reproduits ici – Ils sont consultables en cliquant sur le titre de l’article ou sur la photo ci-dessus.

 



La Cour Internationale d’Arbitrage de La Haye a statué sur les plaintes (en 2004) d’actionnaires de l’ancienne société pétrolière russe Yukos et ordonné à la Russie de payer autour de $ 50 milliards.


L’un des actionnaires principaux parmi les trois sociétés plaignantes est l’oligarque russe Khodorkovski, emprisonné pour fraudes diverses après le démantèlement (équivalent à une nationalisation) de Yukos en 2004 et récemment gracié par le pouvoir russe (voir le 24 décembre 2013).


Depuis, le cas général a été l’objet de diverses procédures et batailles légales, au cours desquelles la position russe a été en général favorisée, – y compris pour le cas personnel de Khodorkovski, effectivement considéré par la Cour Européenne de Strasbourg comme un délinquant majeur et non pas comme une victime d’un pouvoir politique soi-disant oppressif comme lui-même a argué après sa libération, avec l’appui de tout l’appareil de communication-Système du bloc BAO (bloc américaniste-occidentaliste). L’affaire fleure donc la politique et si la décision tombe aujourd’hui (hier), en pleine crise ukrainienne et peu après l’affaire du vol MH17, on sera pardonné de n’y pas voir qu’une coïncidence ; par contre, il est recommandé d’y voir un cas remarquable par sa pureté absolue de l’inversion totale de la notion de justice.


Dans tous les cas, la Russie est condamnée au nom de l’article 26 de la « Charte énergétique » européenne, dans le cadre du traité de la CNUDCI que la Russie des années Eltsine a signé, mais a eu le réflexe salvateur de ne pas ratifier. Elle n’est donc pas légalement tenue d’appliquer les décisions prises dans ce cadre. Sur son site RussiaPolitic, la juriste française résidant en Russie Karine Bechet-Golovko commente cette affaire le 28 juillet 2014. Elle reproche à la Russie d’avoir participé à ce procès, fait selon les normes anglosaxonnes, totalement manipulées dans ce sens, avec cabinets d’avocats anglosaxons, en langue anglaise, selon les habituelles procédures labyrinthiques US, etc., – c’est-à-dire, d’avoir complètement « joué le jeu » de ses adversaires anglosaxons sans avoir aucun moyen de le faire, sans détenir aucun atout à cet égard.


On reconnaît là une critique qui s’adresse à l’obsession légaliste de la Russie poutinienne, et à sa tendance (peut-être en cours de révision avec la crise ukrainienne) à vouloir s’intégrer dans le système occidental du bloc BAO (bloc américaniste-occidentaliste), tout en maintenant avec une grande force la souveraineté russe.


Les deux, constate Bechet-Golovko, ne sont tout simplement pas compatibles : qui veut jouer le jeu anglosaxon, c’est-à-dire américaniste, c’est-à-dire le jeu du Système, celui-là laisse les principes au vestiaire, et notamment celui de la souveraineté.


« Sans entrer dans le fond de l’affaire, quelles leçons peuvent être tirées ? Tout d’abord, si la Russie veut jouer selon les règles anglo-saxonnes, elle doit former ses propres juristes à cela. Quand une affaire est technique, il est possible de la « sous-traiter ». Ici et maintenant c’est du suicide. La preuve en est faite. »


Il est peut-être temps pour la Russie de sortir de sa traditionnelle position défensive pour être plus offensive. Pour cela aussi, elle a besoin d’avoir ses spécialistes à l’intérieur du pays. Mais elle doit surtout faire un choix. Car elle ne peut pas laisser jouer « les grands Occidentaux » sur son dos, sans maîtriser ni le processus ni les règles. C’est un renoncement de souveraineté et cela contrevient totalement à sa politique et à son discours souverainiste. Les effets s’annulent donc les uns les autres et entraînent une certaine confusion, notamment à l’intérieur. »


Les réactions peuvent être de contester en justice, mais en attaquant réellement cette fois-ci. Ou alors le moment est peut-être venu de sortir de certains organismes internationaux dont les processus sont de plus en plus politisés. Rappelons que les États-Unis sont particulièrement réticents à reconnaître la juridiction internationale»


Une autre intervention est intéressante à lire, qui est celle d’un gestionnaire de fonds énergétiques résidant à Moscou, Éric Kraus. Interviewé par Russia Today le 28 juillet 2014, il prend l’affaire du point de vue technique, mais selon un arrière-plan politique marqué, et aussi développe le contexte politique et les conséquences politiques de cette affaire. Selon Kraus, la Russie ne payera pas, et aucun mécanisme juridique n’existe qui puisse l’y obliger. Mais au-delà, Kraus voit dans ce jugement, d’abord un acte d’agression indirect, mais puissant du bloc BAO, spécifiquement les USA, contre la Russie, et d’autre part un point de rupture supplémentaire, et peut-être majeur, entre la Russie et le susdit bloc BAO.


Cette affaire Yukos-Russie apparaît comme archétypique, comme exemplaire des conditions nouvelles, post-postmodernes de l’affrontement en cours. Le Système (les USA) y tient une place essentielle, en utilisant tous les artifices des structures financières et juridiques étendues au niveau international d’une part, en utilisant ses alliés, les élites-Systèmes internationaux corrompus, et, nouvel allié qui prend une place privilégiée avec tout ce qui gravite autour du centre de fusion ukrainien, le crime organisé du monde ex-communiste, les oligarques profiteurs de l’effondrement de l’URSS devenus internationalistes, etc.


De ce point de vue, l’affaire Yukos est un acte de guerre, d’une guerre menée contre tout ce qui est structurant, contre les principes organisant cette structuration, dont le principe de la souveraineté d’abord.


Il y est bien sûr question de la souveraineté des nations, de la légitimité des gouvernements, attaquées par la poussée de surpuissance-autodestruction du Système, ce qui nous ramène à l’affrontement Système versus antiSystème.


Encore une fois, il est impératif, pour bien situer l’enjeu et les modalités de son opérationnalité, d’établir un lien serré entre ces divers événements, éléments d’une même crise, et, pour le cas qui nous intéresse ici, entre la crise ukrainienne et cette affaire du jugement sur le cas Yukos.


Nous voulons dire par là que l’affrontement n’est pas d’essence géopolitique, même s’il emploie ici (en Ukraine) l’outil de la géopolitique, – mais aussi, on le voit bien, l’outil de la communication. Derrière les outils, c’est la lutte suprême du Système contre l’antiSystème, une lutte à mort qui se fait sans nécessité de savoir ce qui pourrait en résulter, y compris en cas de « victoire » de l’antiSystème, puisque tout tourne autour d’une seule question, d’un seul enjeu dont tout dépend et à partir duquel, si c’est l’issue de l’affrontement, tout sera différent, – dito, la destruction du Système et rien de moins.


D’autre part, on a pu voir à l’œuvre, avec ce jugement, un avant-goût extrêmement prononcé de l’« esprit TAFTA », ou de ce que deviendrait la situation des pays européens en cas de réalisation du monstrueux accord de libre-échange transatlantique TAFTA (TTIP en anglais).


L’essentiel de cet accord ne porte pas sur le libre échange, sur le commerce, etc., mais sur la destruction assurée des principes de souveraineté et de légitimité, avec la réduction totale des gouvernements pour l’administration et le contrôle des pays qu’ils sont censés conduire, puisque ces gouvernements seraient à la merci de l’attaque permanente des grands groupes industriels transnationaux, souvent avec des organismes de « justice » absolument acquis à leur cause.


Là aussi, le raccourci est saisissant, à partir de la crise ukrainienne, de la poussée hystérique de russophobie, et du lien véritable qu’il faut établir avec l’accord TAFTA/TTIP en cours de négociation. C’est dire également, avec ce dernier cas, combien le désordre est grand, puisqu’on voit qu’au jugement fondé de Kraus sur l’affaire Yukos (« a true divorce between Russia and the West ») se substitue une perspective plus complexe, également fondée, où l’« Ouest » lui-même se trouve agressé par ses propres productions-Système, – justifiant l’énoncé surpuissance-autodestruction de sa dynamique. (On peut même ajouter, pour renforcer encore la complexité, que TAFTA/TTIP est considéré avec une extrême méfiance, sinon avec hostilité par une grande partie du public US, et une partie importante de la représentation législative, notamment les démocrates du Sénat, et particulièrement le leader de cette majorité démocrate, Harry Reid. TAFTA/TTIP est bel et bien une production du Système.)



Par Philippe Grasset et son équipe pour dedefensa.org – le 29 juillet 2014



NDLGazette : les longs extraits en anglais ne sont pas reproduits ici – Ils sont consultables en cliquant sur le titre de l’article ou sur la photo ci-dessus.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

La guerre se prépare en Europe

La guerre se prépare en Europe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it



« Qu’importe... Puisqu’une guerre se prépare en Europe »

 

NDLGazette : les longs extraits en anglais ne sont pas reproduits ici – Ils sont consultables en cliquant sur le titre de l’article ou sur le dessin ci-dessus 

 

ZeroHedge.com signalait à notre attention, le 29 juillet 2014, la raison pour laquelle Poutine serait totalement indifférent au jugement condamnant la Russie à une amende d’autour de $50 milliards dans l’affaire Yukos (voir ce 29 juillet 2014). Il s’agit d’un commentaire recueilli par le Financial Times du 28 juillet 2014, en fin d’un article qui distille, la plume ourlée d’un mépris typiquement british, son gallon de poison anglo-saxon garanti « tueur-de-Poutine » ; justement, il s’agit d’un commentaire d’un proche de Poutine qui dit qu’au Kremlin, on se fout royalement du jugement de La Haye, et ainsi faisant tout aussi royalement le rapprochement que nous recommandons entre cet événement et la crise ukrainienne...


Diantre, la guerre ? Il semble que la loi 2277 du Sénat des États-Unis (loi S.2277) en soit, disons d’un point de vue légal, sinon le plus court du moins le plus sûr chemin pour y parvenir.


C’est Patrick Buchanan, l’étrange républicain de type « paléoconservateur » qui ne cache pas son admiration pour Poutine, qui la décortique en la présentant pour ce qu’elle est, – une loi concoctée par les républicains du Sénat, par le sénateur Bob Corker qui dirige les républicains à la commission des relations extérieures, pour menacer directement la Russie : « A GOP Ultimatum to Vlad », tel est le titre de l’article du 29 juillet 2014 de Patrick Buchanan. C’est en effet Crocker qui a concocté 2 277, laquelle a déjà le soutien de la moitié des sénateurs républicains, et qui, de toutes les façons, passera si les républicains l’emportent en novembre prochain et retrouvent la majorité au Sénat. Voici la description de 2 277 par Buchanan...


 « Un petit pays céderait », observe Buchanan, mais pas la Russie, où l’on est de plus en plus antiaméricaniste, où Poutine est soutenu à plus de 80 % par sa population où, ajouterait-on, règne un patriotisme ardent (« un chauvinisme mystique », dit Zbigniew Brzezinski, d’une voix sépulcrale et roulant des yeux terribles).


(D’ailleurs, la Russie n’a jamais douté du risque que la situation présente. Medvedev lui-même, qui n’est certainement pas un fauteur de guerre, avertissait ses amis du G8, lorsque la Russie s’y trouvait encore, des risques de « guerre nucléaire régionale » [voir le 18 mai 2012]. Tout cela vient de loin.)


Bref, poursuit Buchanan, non seulement les Russes ne céderont pas, mais ils se seraient déjà accoutumés à l’idée de la chose, semble-t-il (si l’on en croit la source du Financial Times), et se tiendraient prêts à riposter à la loi 2 277 du Sénat.


Dans sa phrase de conclusion, Buchanan constate bien plus qu’il ne menace que si un tel programme qu’implique la loi 2277 (dite « Russian Aggression Prevention Act of 2014 ») est adopté d’une façon ou d’une autre, il y aura une rupture dans le parti républicain, et cela impliquerait essentiellement le départ de l’aile paléoconservatrice libertarienne. Ce constat illustre un climat en train de se développer aux USA, autour de l’évolution de la politique russe de Washington, et, bien entendu, des perspectives de conflit.


Le vieux Ron Paul, qui n’a pas perdu son énergie ni mis sa langue dans sa poche, est de plus en plus souvent accusé de trahison par la presse-Système, à cause de ses prises de position hostiles à cette politique, et par conséquent proches de la position de Poutine. Cela signifie-t-il que la crise ukrainienne, avec sa dimension transformatrice vers un conflit impliquant la Russie et les USA, commence à entrer dans la perception politique aux USA, et cela pouvant alors figurer dans la campagne électorale des élections mid-term (novembre prochain), et peser sur les résultats ?


Cela signifie-t-il que la psychologie américaniste, comme la psychologie russe, chacune à sa façon et chacune avec ses motivations et ses responsabilités, finissent par percevoir la perspective d’un affrontement comme quelque chose d’inévitable ?


La loi 2277 est un de ces mécanismes dont le Congrès US a le secret, qui favorisent effectivement l’évolution mécanique vers une aggravation des tensions comme s’installe un processus normal, et cela interdisant par conséquent toute tentative de résolution du différend à propos duquel grandissent ces tensions.


Peu à peu, au milieu des polémiques, des coups fourrés et des coups montés, au milieu des affrontements où les incendiaires agissent à visage découvert et sans que personne ne songe à les arrêter, s’installe effectivement le sentiment de la possibilité de l’inéluctabilité, sinon du conflit, dans tous les cas de la tension rupturielle.


Nous ne sommes plus ici sur le terrain des responsabilités historiques, voire des responsabilités de machination, mais sur le terrain plus élevé où l’Histoire côtoie la métahistoire. Cette « possibilité de l’inéluctabilité... de la tension rupturielle » correspond surtout, essentiellement, à la perception de la perte totale du contrôle des événements dans leur plus grande tendance.


Certes, les uns et les autres agissent à leur niveau, la machine de provocation et de montage du bloc BAO (bloc américaniste-occidentaliste) marche à fond, mais nous parlons bien d’un sentiment puissant qui domine le reste. Plus personne ne contrôle cette crise, qui est désormais plus qu’une crise, qui est en train de devenir un destin, et qui est le destin de cette civilisation devenue contre-civilisation.


Sera-ce la guerre ou bien sera-ce un autre événement d’une grande rupture ? Dans tous les cas, la « crise ukrainienne » a définitivement quitté l’aire géographique et politique où elle se trouvait primitivement enfermée, et d’où elle a surgi. Elle est complètement installée au cœur de la politique de sécurité nationale des deux grandes puissances nucléaires stratégiques, et d’autre part chacune représentant le mieux le Système et l’antiSystème. Les événements évoluent comme si l’on trouvait au bout du chemin d’une époque, d’une « ère » historique, au moment où l’influence de la métahistoire prend le dessus.


 

Par Philippe Grasset et son équipe pour dedefensa.org – le 29 juillet 2014

 


NDLGazette : les longs extraits en anglais ne sont pas reproduits ici – Ils sont consultables en cliquant sur le titre de l’article ou sur le dessin ci-dessus.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Missiles balistiques sur le Donbass

Missiles balistiques sur le Donbass | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ukraine : Kiev tire des missiles balistiques sur le Donbass (CNN)

 

L’armée ukrainienne a tiré des missiles balistiques à courte portée (tout de même 50 miles de portée selon CNN) sur le territoire sous contrôle des forces de la résistance populaire de Novorossia.


Trois officiels américains l’ont confirmé de façon anonyme à Barbara Starr, la correspondante au Pentagone de CNN.

 .

 . 

Le régime de Kiev dispose de deux sortes de missiles balistiques)

 

— des OTR-21A/-21B (SS-21)

— des R11/17 (Scud)

 

Les SS-21 ont une portée de 70 km et une charge explosive de 482 kg


Les Scuds ont une portée de 190 km et une charge explosive de 600 kg


(ces missiles peuvent contenir toutes sortes de charges, conventionnelles, mais aussi chimiques ou même nucléaires)



Par Bertrand Gaideclin pour gaideclin.blogspot.fr – le 29 juillet 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le boeing MH017 a été mitraillé

Le boeing MH017 a été mitraillé | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Traduction - Analyse (partiellement résumée) du crash du Boeing malaisien MH017 faite par Peter Haisenko 

 

Aura-t-on de véritables explications sur les raisons du crash depuis que les boîtes noires sont parties en Angleterre pour enquête ?


C’est la question que se pose Peter Haisenko, ce spécialiste en aviation qui a récolté les photos de l’épave partout sur le Net afin de les analyser.


Bien sûr, selon lui, l’écoute des voix des pilotes sera intéressante à mettre en parallèle avec la photo d’un fragment du cockpit (voir ci-dessus).


Une partie de la photo a été reproduite en haute définition afin de mieux comprendre les explications de Peter Haisenko  :

http://www.anderweltonline.com/fileadmin/user_upload/PDF/Cockpit-MH017.pdf.

 

« … toutefois, cette image est choquante. À Washington, ils parlent d’une potentielle erreur, d’un accident. Mais face à cette photo, on ne peut qu’être surpris, car on constate des entrées et des sorties de balles dans le poste de pilotage


Je ne parle pas de spéculation, mais de faits précis : la cabine de pilotage montre des traces de mitraillage.


Les trous d’entrée et de sortie de balles sont visibles. Certains bords de trous d’un calibre de 30 mm sont nets et pliés vers l’intérieur de l’habitacle et d’autres, plus gros, à bords effilochés se déploient vers l’extérieur ; les rivets extérieurs sont courbés vers l’extérieur.


En observant les images disponibles, il est à remarquer que tous les morceaux de l’épave des sections placées derrière le cockpit sont, en grande partie, intacts. Seule la partie du cockpit a été terriblement détruite. Cela suggère que l’appareil n’a pu être touché par une roquette dans son milieu, donc la destruction serait limitée à la zone du poste de pilotage.


Maintenant, vous devez savoir que cette partie de l’avion est construite à l’aide de matériaux particulièrement renforcés, car la proue de l’aéronef doit pouvoir résister notamment à l’impact d’un gros oiseau, et ce, à grande vitesse…


… Les documents radar publiés par la Russie montrent qu’au moins un avion ukrainien SU 25 se trouvait dans le voisinage immédiat du MH 017. Ceci correspond à la version du contrôleur espagnol qui a observé selon ses dires deux avions de combat ukrainiens dans le voisinage direct de la MH 017 (observations curieusement disparues).


L’avion ukrainien SU 25 est équipé d’un canon 30 mm à deux coups de type BA-302/AO-17… : (250 coups). L’habitacle de la MH 017 a essuyé des tirs de deux côtés : les trous d’entrée et de sortie le confirment.


Maintenant, imaginez ce qui se passe lorsqu’une série de ces tirs rapides émanant du canon GSH-302 capables de détruire un tank atteint le poste de pilotage d’un avion civil. Il en résulte aussi que chaque tir est suffisant pour détruire un réservoir.



Cette « erreur » a effectivement été commise — et par qui ?


L’intérieur d’un avion de ligne commercial est en fait une chambre hermétique et par ces explosions, la pression à l’intérieur de l’avion a dû augmenter en quelques fractions de seconde. L'avion a dû éclater comme un ballon.


Par ces remarques, il faut en déduire que les fragments en grande partie intacts des sections arrières de l’avion sont dispersés dans divers lieux, en raison des pressions extrêmes subies... On constate qu’un segment de l’aile présente aussi des traces d’effleurements de tirs qui mènent par extension directement au cockpit…


Or Washington parle d’une « erreur, d’un accident potentiellement tragique, reste seulement à se poser la question de quelle sorte « d’erreur » commise parle-t-on ? Pure spéculation de ma part, mais il ne faut pas perdre de vue que l’avion du président russe passait près de là ; (200 à 300 km, c’est proche pour un avion) le même jour et presque au même moment. Tous les deux avions portent les couleurs tricolores russes. Nous pensons aussi aux déclarations de Mme Timoschenko qui émettait le désir de tuer Poutine avec une Kalachnikov. Bien entendu, il ne s’agit ici que de pures spéculations.


Par contre, le mitraillage du cockpit du MH017 est (lui) bien réel.



Par Peter Haisenko pour anderweltonline.com — le 26 juillet 2014


Traduction de l'allemand faite par Dan pour la Gazette de Koter info


L'original de l'article complet en allemand est accessible en cliquant sur le titre de l'article ou sur la photo ci-dessus.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA - Liberté de la presse

USA - Liberté de la presse | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La surveillance à grande échelle menée par les services de renseignement américains commence à avoir un impact sur la liberté de la presse et la démocratie, dénonce un rapport publié lundi par la plus grande association américaine de défense des libertés.


L'étude réalisée par la puissante Union américaine pour les libertés civiques (ACLU) et l'ONG Human Rights Watch s'appuie sur 92 interviews de journalistes, avocats, anciens et actuels responsables gouvernementaux.


Sa conclusion est sans équivoque : les programmes de surveillance créés par Washington dans le but de contrecarrer des attentats ont sapé la liberté de la presse, le droit du public à l'information ainsi que le droit à obtenir une aide juridique.


"Le travail des journalistes et des avocats est au coeur de notre démocratie", souligne l'auteur du document, Alex Sinha. "Quand leur travail est affecté, nous le sommes aussi".


Le groupe de personnes interrogées inclut 46 journalistes issus de plusieurs médias, dont plusieurs lauréats du prestigieux prix Pulitzer. Ils expliquent que les révélations d'Edward Snowden sur l'ampleur de la surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA) ont conduit les sources habituelles des journalistes à réfléchir à deux fois avant de parler à la presse, même pour discuter de sujets non confidentiels, de peur de perdre une accréditation secret défense ou d'être poursuivi au pénal pour des fuites.


De plus en plus de journalistes utilisent ainsi des techniques élaborées pour crypter leurs communications, décrit le rapport. Certains ne parlent que sur des téléphones prépayés ou évitent carrément internet.


Les journalistes disent aussi craindre que le simple fait de faire leur travail ne les rendent suspects aux yeux des autorités. "Il y a déjà eu huit affaires au pénal contre des sources (sous l'administration de Barack Obama, ndlr), contre trois auparavant, et ce n'est pas passé inaperçu auprès de nous et de nos sources", explique Charlie Savage, reporter au New York Times et lauréat du prestigieux prix Pulitzer.


"Les choses ont largement empiré après que Snowden a publié ses documents. Ceux qui avaient des soupçons quant aux techniques de surveillance de masse du gouvernement se sont trouvés confortés", commente Peter Maas, un journaliste qui a couvert les révélations sur la NSA.


Un groupe de 42 avocats, du pénal, du civil et du système judiciaire militaire, a aussi dépeint un environnement de plus en plus défavorable à la confidentialité. Certains avocats disent user de techniques similaires à celles des journalistes pour éviter d'être surveillés sur internet.


"Je suis furieux à l'idée d'avoir à me comporter comme un trafiquant de drogue pour protéger la confidentialité de mes clients", se plaint un avocat interrogé par l'ACLU.


"Les Etats-Unis s'affichent comme un modèle de liberté et de démocratie, mais leurs propres programmes de surveillance menacent les valeurs qu'ils entendent représenter", dit Alex Sinha.


Les auteurs du rapport se sont également entretenus avec cinq hauts responsables gouvernementaux --actuels et passés-- "qui ont connaissance des programmes de surveillance américains".


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Vitrine du terroir

LLN - Vitrine du terroir | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Grand-Place de Louvain-la-Neuve - dimanche 17 août.


Une cinquantaine de confréries wallonnes et bruxelloises présenteront leurs produits de bouche et autres boissons associées de 10.00 hr à 19.00 hr.


Un beau panel de produits régionaux et de recettes ancestrales quand on sait qu’il existe 129 confréries gastronomiques en Wallonie et à Bruxelles.


"Des groupes qui touchent aux traditions gastronomiques en lien avec le terroir, à des aspects touristiques, économique et au folklore, notamment en lien avec les tenues", a rappelé Guy Baivier, président du Grand Conseil de la tradition gastronomique et culturelle de Wallonie et de Bruxelles (TGWB).


Cette journée se veut donc une vitrine des différents produits du terroir, une occasion de présenter des produits traditionnels locaux ou régionaux au public. "Et de retrouver les recettes ancestrales de ses aïeux", a complété Jean Levieux, président du Conseil noble du Brabant.


Si 50 confréries présenteront leurs produits, elles seront 70 à participer à la journée qui débutera par une séance académique à la ferme du Biéreau, réservée aux membres des confréries. Les confrères rejoindront ensuite le site de la Grand-Place en cortège.


Le marché sera inauguré officiellement à 13.00 hr.


Entre 5.000 et 10.000 personnes sont attendues dans la cité universitaire pour l’occasion. Des animations sont prévues pour les plus jeunes (grimage, sculpteur de ballons).


Le musée de LLN sera accessible gratuitement pour l’occasion. Idem au musée Hergé pour autant que les visiteurs consomment au Petit Vingtième.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

La voix des sans voix


C'est toujours un régal d'écouter les appels de l'Abbé Pierre.


Dans cette vidéo, son cri prend rapidement les formes d'un discours quasi-révolutionnaire, car il pourrait justifier la légitime défense de ceux qui combattent pour leur liberté, que ce soit au Donbass, en Palestine, etc.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Avis de terrorisme


Autant rappeler cette vidéo déjà publiée il y a quelques jours, car mieux vaut prévenir ...


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr.- Kiev met un genou à terre

Ukr.- Kiev met un genou à terre | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ukraine/Donbass : Kiev met un genou à terre, Donetsk est en état de siège

 

John Kerry, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères de Barack Obama, a discuté aujourd’hui avec Petro Porochenko, le président ukrainien, afin de lui imposer de demander une trêve aux indépendantistes, puis d’entamer des négociations. Cinq jours après l’offensive des forces kiéviennes qui devaient encercler Donetsk et couper la grande agglomération de Lugansk et de la frontière russe, voilà que Kiev met un genou à terre. Bien sûr, rien n’est fait pour le moment, mais cette annonce officielle du département d’État US, confirmée par les médias kiévien est un bien mauvais signe pour le camp occidentaliste, et un petit début de victoire pour celui de la Liberté.

.


« Les Ukrainiens sont prêts à accepter une trêve, dès maintenant », a indiqué John Kerry au terme d’une rencontre avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine. Ne nous leurrons pas : les forces de répression utiliseront cette trêve, si elle a lieu, pour se réorganiser, de reconstituer et préparer un assaut encore plus violent, visant essentiellement les populations civiles, comme elles l’ont fait précédemment contre Slaviansk et Kramatorsk. Pour autant, cela signifie que les assaillants sont à bout de souffle, qu’ils n’ont plus de réserves à engager et que la résistance du Donbass a réussi à reprendre l’initiative sur le terrain.


La crise du pouvoir est chaque jour plus profonde en Ukraine. Après la démission du Premier ministre Arseny Yatseniuk, le vice-Premier ministre Vladimir Groïsman a été nommé chef du gouvernement « par intérim ». Puis a dû se raviser : malgré sa démission, annoncée jeudi dernier, il occupe de nouveau son poste… Washington lui a fait les gros yeux ! Reste à recoller les morceaux de la coalition à la Rada.


La crise politique touche les régions : après l’assassinat du maire de Kremenchug et la tentative d’assassinat de celui de Lviv, voilà que le gouverneur de Kherson (sud), Yuri Odartchenko, a donné sa démission. Après avoir déjà fait scandale lors de son discours élogieux à l’égard d’Hitler et du IIIe Reich pendant la célébration du 9-Mai, Odartchenko a accusé le président et le parlement de laxisme quant à leur refus d’instaurer la loi martiale dans le pays. Ainsi, selon lui, les autorités auraient laissé la région de Kherson « sans défense face à une invasion russe ».


Et on apprend que, selon le ministère ukrainien de l’Intérieur, dans les oblasts de Donetsk et de Lugansk, depuis le début de la guerre civile, soit depuis 6 mois, quelque 20.000 fonctionnaires des forces de l’ordre auraient déserté ou rejoint les forces du Donbass.


En Transcarpatie, des manifestations se poursuivent contre la prochaine vague de mobilisation. Une compagnie de la garde nationale composée d’éléments de cette région a été totalement décimée dans le chaudron.

.


.

Et à Nikolaiv, au cours des cinq derniers mois, 54 militaires de la 79e brigade aéromobile ont été accusés de désertion. Rappelons que cette unité a été détruite dans le chaudron.


Ajoutons à ce tableau peu engageant pour le camp occidental que le service de renseignements américain indique qu’il n’y a aucun indice pour accuser la Russie concernant l’affaire du Boieng de la Malaysia Airlines (source) – voir une vidéo à ce sujet ici —. On comprend mieux maintenant le pourquoi des lenteurs de l’enquête sur ce crash et l’empressement des forces ukrainiennes à prendre le contrôle de la zone où l’appareil s’est écrasé.


Et, cerise sur le gâteau : même la presse kiévienne commence à trouver les déclarations de ses dirigeants politiques difficiles à avaler : ainsi, Pavel Klimkine, affirmant toute honte bue que son « armée fait montre de retenue exceptionnelle pour éviter les pertes civiles » (on en est à plus d’un millier de civils tués, NDLR) a eu droit sur Twitter à une salve de sarcasmes de la part d’un certain nombre de journalistes ukrainiens, qui risquent d’avoir bien des ennuis avec la police politique (SBU) et cet hystérique d’Andriy Parubiy, le néonazi placé à la tête du Conseil national de défense et de sécurité, qui se prend pour Vichinsky à l’heure des grandes purges staliniennes.


Dans ce contexte, nombre d’observateurs avertis commencent à faire écho d’une rumeur qui circule ces derniers temps sur les réseaux sociaux : Kiev et Washington auraient l’intention de mener à bien une nouvelle provocation, de type « false flag ». Un ou plusieurs attentats, particulièrement impressionnants pour l’opinion publique internationale, seraient en préparation afin d’accuser les indépendantistes et le Kremlin. Il est possible que tout cela reste à l’état de rumeur, mais l’affaire des faux snipers du Maidan à l’hiver dernier et celle du Boeing permettent d’affirmer que la rumeur en question n’en est peut-être pas une.


.

 

.

La « tenaille » semble avoir échoué


Au nord, à l’est de Gorlivka, le groupe ukrainien du Nord cherche toujours à se rendre maître de Debaltseve. Ses troupes sont bloquées devant l’agglomération que la milice a transformée en camp retranché. Néanmoins, des éléments kiéviens se seraient infiltrés plus au sud. Hier, à plus de 20 km au nord-est, sur Stakhanov et Pervomaisk, une colonne de l’armée ukrainienne a été prise en embuscade par un détachement de la milice du bataillon de Mozgovoi. Résultat : un T-64 d’endommagé et un camion Ural de détruit.


Le plan ambitieux de Kiev est de percer le front nord à cet endroit pour prendre à revers les forces de Nouvelle Russie sur Shakhtersk et Torez au sud, et encercler ainsi Donetsk. Le problème est que Kiev manque à chaque fois de souffle dans ses offensives, parce que ne disposant pas de réserves à engager une fois la percée effectuée.

Résultat : la moindre contre-attaque des indépendantistes tourne au carnage côté ukrainien.


Shakhtersk, les 27 et 28 juillet, était presque le principal objectif des attaques des forces répressives. Les combats sont toujours en cours, essentiellement dans la banlieue sud de l’agglomération et aux alentours. Une contre-attaque de la milice le 27 juillet a stoppé net l’avance ukrainienne. Pas moins de 7 blindés ukrainiens ont été détruits et la milice déplore la perte de 30 tués et blessés. Depuis le front s’est stabilisé. Cette nuit, la ville a été pilonnée, plusieurs civils ont été tués et les blessés sont très nombreux.


Après d’âpres combats, le groupement tactique indépendantiste formé par les 1er et 2e bataillons de Slaviansk, avec le soutien d’une unité spéciale « Kalmius » a réussi à nettoyer la route reliant Shakhtersk à Torez, et à dégager ainsi le 4e bataillon de Slaviansk qui tenait la position depuis 48 heures. Deux chars lourds ukrainiens ont été détruits, de même qu’un mortier de 120 automoteur Nona appartenant à un bataillon de la 25e brigade de parachutistes. Plusieurs véhicules de la garde nationale (BTR, SUV), de même que quelques véhicules des paras (GAZ-66) et plusieurs camions de munitions ont aussi été détruits.

.


.

Plus à l’est, des éléments de la 1re brigade de chars de Honcharivske (région de Tchernihiv) ont subi un très sérieux accrochage avec plusieurs compagnies de la milice au nord de Lugansk. Plusieurs militaires ukrainiens ont été capturés.

.


.

Au sud-est de la poche du Donbass, Saur-Mogila tient grâce à la mise en place d’un champ de mines sur le versant sud de la position : c’est ce qui a arrêté avant-hier la progression ukrainienne, le temps que des renforts indépendantistes arrivent sur zone. Plusieurs blindés des forces de Kiev ont été détruits ou immobilisés. En fin de journée (19 h 45 heure locale), pas moins de 7 avions d’attaque au sol étaient signalés sur la zone.

.



Donetsk, toujours imprenable


Donetsk est en état de siège. Au nord-ouest, à environ 10 km, l’agglomération d’Avdivka connaît ce soir d’importants affrontements : Kiev a massé au moins deux compagnies d’infanterie et une compagnie de chars lourds. À 2 km plus à l’est, à Yasymuvata, une compagnie de 18 T-64BV accompagnée par une compagnie de la garde nationale sont tombées sur le Bataillon Vostok vers 18 h. Les affrontements ont duré jusqu’à 21 h. Bilan : 2 T-64BV détruit, 3 BTR mis hors de combat et un autre blindé a été endommagé. Deux douzaines de gardes nationaux ont été mises hors de combat. Les forces assaillantes se sont retirées.


Le « bataillon Donbass », à l’ouest de l’agglomération de Donetsk, a été mis en retrait momentané suite à un sévère accrochage, il y a quelques jours, avec un détachement du Bataillon Vostok : près de Karlivka, à un peu plus de 15 km à l’ouest de l’aéroport international, une compagnie de « Donbass » a perdu 5 hommes et une vingtaine d’autres ont été faits prisonniers après être tombés dans une embuscade. Jeudi 24 juillet, en milieu d’après-midi, sur son compte Facebook, le député du parti radical Oleg Lyachko lançait un appel au secours concernant cette unité prise au piège lors de la énième offensive des forces ukrainiennes pour prendre l’aéroport. Le message a été effacé depuis… 


Le « bataillon Azov » vient de faire une réapparition après sa contre-performance au pied de Saur-Mogila, il y a quelques semaines. Reconstitué avec de fraiches recrues formées en cinq sept au « centre Azov » par Jaroslaw Babić, mais avec autant d’effectifs (dans les 200 à 300 combattants), cet escadron de la mort de Svoboda aurait pris le contrôle de Novy Svit et Starobeshivska (qui n’ont jamais été occupés par les indépendantistes), de même que d’une centrale électrique dans la banlieue sud de Donetsk.


En fait, selon les rapports qui nous sont parvenus, l’unité spéciale « Azov » a subi de lourdes pertes en hommes et en matériels suite aux tirs de plusieurs salves de roquettes de 122 mm BM-21 Grad sur le secteur de Novyi Svit (sud-est de Donetsk à environ 15 km).


Et plus à l’ouest, près d’Elenovka (environ 15 km au sud de Donetsk), une reconnaissance offensive de la milice est tombée sur un point de contrôle ukrainien : 10 soldats ont été blessés. C’est près de cette agglomération qu’une batterie de BM-27 Uragan tire régulièrement sur Donetsk.


Et comme Donetsk refuse de céder, on pilonne les quartiers d’habitation : vers 13 heures (heure locale), deux salves de 152 mm ont touché le centre-ville avec 12 obus. Et vers 5 heures, ce matin, ce sont des projectiles au phosphore qui ont été utilisés par les forces ukrainiennes contre plusieurs bâtiments résidentiels.


De source indépendantiste et américaine, l’armée ukrainienne emploie ces derniers jours une batterie de missiles balistiques sol-sol OTR-21 Tochka-U (SS-21 Scarab-B, en code OTAN) de la 19e brigade d’artillerie sol-sol, pour pilonner la ville de Donetsk. Le missile a une portée de 70 à 120 km et est capable d’emporter des sous-munitions (interdites par les conventions internationales).


L’évacuation des habitants a commencé à Donetsk en raison des bombardements par les forces pro-Kiev.

 .

Vidéo (NDLGazette : vidéo ajoutée à l'article) - Les obus explosent jusque dans le centre-ville. Voici quelques exemples des dégâts occasionnés.

.


Par Jacques Frère pour NationsPresse.info – le 29 juillet 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Allemagne - Torpillage du TTIP ?

Allemagne - Torpillage du TTIP ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : Manifestation contre le TAFTA à Montpellier - Crédit : npaherault.blogspot.com



L’Allemagne va-t-elle torpiller le TAFTA/TTIP ?


L’Allemagne pourrait ne pas signer l’Accord économique et commercial global (AECG) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA). Il s’agit de l’accord de libre-échange et de déréglementation en cours de négociation entre l’UE et le Canada. C’est ce que rapporte le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung du samedi 26 juillet, citant des diplomates proches des négociations basés à Bruxelles.


Berlin estime comme inacceptable la clause de protection légale offerte à ceux cherchant à investir dans l’UE des 28. Cette clause permettrait aux investisseurs de contourner les législations nationales. Car, comme nous l’avons documenté sur ce site, il s’agit de la mise en place, au-dessus des États souverains, d’un système d’arbitrage privé investisseur État (Investor-State Dispute Settlement, ISDS), un cadre juridique spécifique qui permettrait aux entreprises multinationales d’attaquer, via des traités sur le commerce et l’investissement, n’importe quel pays ou collectivité locale qui aurait pris ou souhaiterait prendre des mesures pour protéger sa population. En clair, ce que font actuellement les « fonds vautour » à l’Argentine, deviendrait la norme légale pour l’ensemble de la zone transatlantique.


Au moment où les 28 États membres de l’UE doivent recevoir la semaine prochaine l’accord négocié avec le Canada pour examen, le gouvernement allemand, visiblement plus sensible à l’énorme mobilisation qui est en cours contre le TTIP/TAFTA que le gouvernement français, estime qu’il lui est impossible de signer le traité « dans l’état actuel du processus de négociation », affirment les diplomates allemands.


Pour Bruxelles, les entreprises canadiennes refuseront d’investir dans l’UE sans cette clause. Pour sa part, « le gouvernement allemand ne voit pas comme impératives des clauses sur la protection des investisseurs ou sur l’arbitrage entre les investisseurs et les États, avec des États qui offrent un cadre légal efficace et une protection légale suffisante de la part des tribunaux nationaux », écrit Stefan Kapferer, le ministre adjoint à l’Économie. Le 26 juin, ce dernier avait évoqué le même argument au sujet du TAFTA/TTIP.


Or, « cet accord de libre-échange avec le Canada est un test pour le traité (TAFTA/TTIP) avec les USA », affirme un haut conseiller de la Commission européenne cité par le Süddeutsche Zeitung. Si l’accord avec le Canada est « rejeté, ce sera mort aussi de celui avec les USA », selon la même source.



Par Karel Vereycken pour Solidarité & Progrès - le 29 juillet 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

La bouche de l’enfer

La bouche de l’enfer | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Ma lettre au Parlement Européen pour sa session concernant l’attaque israélienne sur Gaza.


Nurit Peled-Elhanan 16 juillet 2014



Chers amis et militants de la paix


Je vous écris depuis la bouche de l’enfer. Génocide à Gaza, pogroms et massacres en Cisjordanie et la panique des roquettes sur Israël .


Trois colons israéliens enlevés et tués, et la police qui a été informée immédiatement n’a rien fait.


Leur mort a été utilisée comme un prétexte pour mener l’assaut planifié à l’avance sur la Cisjordanie et Gaza. Un garçon palestinien de Jérusalem enlevé et brûlé vif et la police, immédiatement informée, ne fait rien. Plus de 200 victimes dans le raid sur Gaza. Des familles entières tuées par les pilotes israéliens, et pour résultat, des bombardements de roquettes sur tout Israël.


Le racisme dangereux et violent contre des citoyens israéliens arabes, encouragé avec enthousiasme par les ministres israéliens et des membres du Parlement, conduit à des émeutes dans les rues, engendre l’agressivité et de graves discriminations contre les Palestiniens, avec une violence renouvelée qui éclate contre les militants de la paix juifs.


Malgré les accords, les résolutions internationales et les promesses israéliennes, les colonies se développent - tandis que les maisons palestiniennes à Jérusalem-Est et la Cisjordanie sont constamment détruites. L’eau coule sans limitation dans les piscines des colonies, tandis que les enfants palestiniens sont assoiffés et que des villages et des villes entières vivent sous un régime cruel de distribution d’eau , comme cela a été récemment souligné par le président Schultz.


Des routes de ségrégation réservées pour les Juifs seulement et de nombreux points de contrôle rendent la vie et les déplacements des Palestiniens impossibles. Le caractère non démocratique de l’Etat d’Israël est de plus en plus en train de se transformer en un Etat d’apartheid dangereux.


Toutes ces atrocités ont été conçues par le même esprit diabolique et criminel - l’esprit de l’occupant raciste et impitoyable de la Palestine.


Par conséquent, la responsabilité de tous ces crimes contre l’humanité doit être imputé à qui de droit : sur les mains sanglantes des dirigeants politiques racistes d’Israël , des généraux, des soldats et des pilotes, des hooligans de la rue et des membres de la Knesset. Tous sont coupables de l’effusion de sang et devraient être traduits devant la Cour pénale internationale de justice.


A ce jour, la communauté internationale n’a pas fait assez pour arrêter le régime d’occupation israélien. Les pays européens l’ont sévèrement critiqué alors que dans le même temps , ils continuaient à coopérer pleinement avec Israël, économiquement, politiquement et militairement. En conséquence, Israël ne paie pas de prix pour ses graves violations du droit international et des valeurs humaines. Au contraire, c’est l’Europe qui paie pour la plupart des dommages humanitaires de l’occupation, ce qui rend encore plus facile pour Israël de la maintenir.


Bien que les directives aient été émises interdisant aux institutions de l’UE de sponsoriser ou de financer les organismes de recherche et les activités dans les colonies et que 20 pays européens aient publié des avertissements officiels à leurs citoyens et aux entreprises, à l’encontre des relations commerciales et financières avec les colonies, ce n’est pas suffisant.

Nous, les citoyens d’Israël et les apatrides de la Palestine, ne pouvons pas réaliser la fin de l’occupation et arrêter le bain de sang par nous-mêmes.


Nous avons besoin de l’aide de la communauté internationale en général et de l’UE en particulier. Nous avons besoin de vous pour poursuivre en justice le gouvernement et l’armée israélienne, nous avons besoin de vous pour boycotter l’économie et la culture israélienne, nous avons besoin de vous pour exhorter votre gouvernement à cesser de tirer profit de l’occupation et nous avons besoin d’appeler à un embargo des armes contre Israël et à lever le siège de Gaza.


Israël est la plus grande et la plus dangereuse organisation terroriste existant aujourd’hui. Toutes ses munitions sont utilisées pour tuer des civils innocents, femmes et enfants.


Ce n’est rien de moins qu’un génocide.


Comme lauréate du Prix Sakharov du Parlement européen pour les Droits de l’Homme, en tant que mère et en tant qu’être humain, je demande à l’UE d’utiliser tous les outils diplomatiques et économiques à sa disposition pour aider à sauver mon pays de cet abîme de mort et de désespoir dans lequel nous vivons.


S’il vous plaît , il faut mettre Israël au ban de la communauté internationale jusqu’à ce qu’il devienne un véritable Etat démocratique, et il faut boycotter et sanctionner quiconque fait des affaires avec cet état d’apartheid et nous aider à nous débarrasser de ce gouvernement raciste et sanguinaire pour restaurer la vie des Palestiniens et des Juifs eux-mêmes.


Prof. Nurit Peled-Elhanan


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ailes coupées de Obama

Ailes coupées de Obama | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Nous avons une situation où le degré de tromperie de ce gouvernement est tel qu’il n’est plus possible de cacher la vérité.


Ainsi, de plus en plus de voix ont fait le parallèle entre la situation actuelle et celle à la veille de la Première Guerre mondiale.


Un simple coup d’œil à la situation stratégique permet de constater le désastre des politiques nationales et étrangères en matière de sécurité : de la Syrie à l’Ukraine, de l’Irak à la Libye, les forces extrémistes financées et armées par le complexe anglo-saoudien et soutenues par le gouvernement américain ont détruit des pays et provoqué le chaos et la désolation.


Comme quoi, une fois de plus, l'actualité confirme tout ce que "La Gazette" vous dit depuis le début et, cette fois, c'est le Congrès des USA qui le corrobore, ce qui est une fameuse référence.  Quand je vous disais que nous étions au bord d'une 3ème guerre mondiale !


Le Président Obama ne déploiera ou ne maintiendra pas les Forces armées des États-Unis dans un rôle de combat soutenu sans l’autorisation spécifique et légale du Congrès. Un tel vote reflète une rupture dans le soutien accordé par les institutions aux plans de la Maison-Blanche sur des questions stratégiques aussi bien qu’économiques.


Fini de jouer au va-t'en guerre avec les copains de la finance, c'est le congrès qui reprend le pouvoir !


Après une heure de débat à la Chambre, la résolution a été adoptée par une majorité écrasante de 370 contre 40. Sur les 370 députés ayant voté pour la résolution, 180 républicains et 190 démocrates. Avec cette résolution, le Congrès a commencé à rétablir le rôle qui lui revient de droit selon l’Article 1 de la Constitution.


Pour une conquête de « Lebensraum » au bénéfice d’un système financier en voie de désintégration, la politique anglo-américaine d’affrontement avec la Russie mène le monde à l’affrontement nucléaire. Au même moment, l’assaut des financiers sur l’Argentine et les sanctions contre Moscou pourraient déclencher l’effondrement final de ce système en faillite.  Encore une confirmation de ce que "La Gazette" a averti en long et en large.


Une fois de plus, je ne peux cacher ma joie, car c'est à des moments comme celui-ci que je trouve une compensation légitime à tous le temps que j'ai consacré à informer et à alerter.  Mais ce n'est qu'un début, restons vigilants !


Pour plus d'info, voir l'article complet sur cette même page.


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

France / UE - Emprunts toxiques

France / UE - Emprunts toxiques | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : entrée du Conseil constitutionnel à Paris — Crédit : Wikimedia Commons



France - Emprunts toxiques : le Conseil constitutionnel valide la loi qui fera payer les victimes



Après son adoption définitive au Sénat le 17 juillet 2014, le groupe UMP à l’Assemblée nationale contestait la légalité de trois des quatre articles de la loi de « sécurisation des contrats » de prêts structurés (comprenez toxiques) souscrits par les personnes morales de droit public, en réalité une loi d’amnistie bancaire au frais des collectivités territoriales.


La France est un pays de droit. Cependant, aussi étonnant que cela puisse paraitre, le Conseil Constitutionnel, saisi par les députés UMP, a validé aussitôt, le jeudi 24 juillet, l’ensemble de cette loi scélérate.


Car à partir de maintenant, les collectivités ne pourront plus attaquer leur banque en justice comme l’avaient fait plus d’une centaine de communes, conseils généraux ou d’autres collectivités locales, car la loi valide rétroactivement les contrats ne mentionnant pas le taux effectif global (TEG) ou omettant certains critères permettant son calcul, éléments déterminants dans les quelques victoires judiciaires obtenues jusqu’ici (Seine-Saint-Denis, Saint-Maur-des-Fossés, Angers, etc.) par des collectivités. Elle valide également ceux dont le TEG ou certains de ses éléments sont erronés.


Ce qui inquiète « le sommet », c’est le risque pour Dexia et la SFIL, de devoir rembourser 17 milliards d’euros en intérêts illégalement perçus. Comme l’affirme avec élégance la décision N° 2014-695 DC du Conseil constitutionnel :


15. Eu égard à l’ampleur des conséquences financières qui résultent du risque de la généralisation des solutions retenues par les jugements précités, l’atteinte aux droits des personnes morales de droit public emprunteuses est justifiée par un motif impérieux d’intérêt général.


L’association Acteurs publics contre les emprunts toxiques (APCET), dans un communiqué, a dénoncé le « transfert des pertes financières » de l’État ou des banques privées vers les collectivités et regretté leur « abandon » par la loi. L’APCET envisage « de recourir à tous les instruments juridiques à (sa) disposition afin de faire entendre raison à l’État dans ce dossier ».


Ce qui apparaît clairement, c’est que les emprunts toxiques de Dexia et ceux repris par la SFIL restent too big to fail (trop grands pour sombrer), c’est-à-dire que leur effacement pose, dans le cadre du système actuel, un risque systémique.



La France rejoint la logique extorsionniste


Pour préserver le système actuel, il faut donc honorer une dette illégale, illégitime et honteuse. Pour y arriver notre gouvernement, trop lâche pour imaginer un autre système, vient de franchir un cap en rejoignant le camp des extorsionnistes dont les « fonds vautours » ne sont qu’une caricature.


Car le phénomène dépasse de loin la France et s’étend à l’ensemble de l’Union européenne où l’on procède, dans le cadre de l’Union bancaire européenne, à l’extorsion et à la confiscation des richesses des victimes (les collectivités et le contribuable local).


En effet, c’est dans ce contexte, celui de la politique de résolution bancaire européenne, que la technique du « bail-in » (renflouement interne) des banques a été testée, en premier lieu à Chypre (confiscation des dépôts bancaires), ensuite en Pologne (assurance-vie et épargne retraite), en Autriche (confiscation de l’épargne retraite et des assurances-vie) et maintenant en Espagne, où le gouvernement vient de procéder à un prélèvement d’office et rétroactif d’une taxe de 0,03 % sur tous les dépôts bancaires.


Cela suffira-t-il pour donner de la substance aux millions de milliards d’euros de titres purement spéculatifs ? Permettez-moi d’en douter...



Par Karel Vereycken pour Solidarité & Progrès – le 28 juillet 2014


more...
No comment yet.