Koter Info - La G...
Follow
Find
154.5K views | +121 today
Rescooped by Koter Info from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

LLN - The Cat Hell Team, Aventure

LLN - The Cat Hell Team, Aventure | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Il y a lieu de repositionner notre team louvaniste.  Souvenez-vous ou découvrez...

 

Le temps passe et "The Cat Hell Team" poursuit son but et son long chemin vers celui-ci...

 

Evelyne Hemstedt et Clotilde Vromman, étudiantes à LLN et originaires de Dion-Le-Mont, annoncent la création de "The Cat Hell Team".  Amies par les scouts, portant toutes deux un totem de chat, elles ont toujours été l'équipe des félines !

 

Les 2 jeunes femmes ont décidé de participer au raid 4L Trophy 2013, un des plus grands, si ce n'est le plus grand événement sportif étudiant en Europe.  Sous le nom de "The Cat Hell Team", leur numéro d'équipage sera le 851.

 

Créé en 1997 par Jean Jacques Rey, pilote et passionné de rallye-raid, le 4L Trophy a su devenir en 15 ans un rendez-vous incontournable des étudiants prêts à en découdre sur les pistes marocaines.  En 2012, la quinzième édition du raid 4L Trophy battait tous les records avec 1.350 voitures engagées et près de 3.000 personnes qui s'élançaient pour un périple d'environ 6.000 km jusqu'au Maroc.

 

On ne parle pas de vitesse sur le 4L Trophy (n'oubliez pas que la 4L a fêté ses 50 ans l'année dernière), mais bien d'une course d'orientation.  Le but est de rallier l'arrivée en faisant le moins de km possible tout en ayant validé les différents points de contrôle.  Pas de GPS, les concurrents ont pour seules armes une boussole, une carte, un road-book et leur flair.

 

Evelyne et Clotilde, nos deux pilotes neo-louvanistes ont ouvert une page spéciale sur Facebook pour permettre de partager et de relater leur aventure, vous les trouverez en cherchant "The Cat Hell Team". - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 78.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 70.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


148.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


148.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Confessions d'un Eco-terroriste

 

Pirate(s) depuis plus de 30 ans, « Confessions d’un écoterroriste « : Paul Watson


HISTORIQUE ET GRANDES ÉTAPES – SEA Shepherd



Plus de trente années de combat pour la conservation marine


Sea Shepherd Conservation Society est officiellement fondée en 1981, aux États-Unis, avec pour mission première la sauvegarde des mammifères marins du monde entier. Quelques années plus tard, l’association élargit son champ d’action à la défense de l’ensemble de la faune et de la flore des océans.


Avril 1977 – Paul Watson quitte Greenpeace.


Juin 1977 – Paul Watson, Ron Precious, Starlet Lum et Al Johnson fondent Earthforce Environmental Society à Vancouver, Canada. Cette association est considérée comme « l’ancêtre » de Sea Shepherd Conservation Society.


Février 1978 – Paul Watson mène la première campagne d’Earthforce Environmental Society en Afrique de l’est. Une équipe de six personnes, incluant Bruce Bunting, Al Johnson et Cliff Ward, se rend au Kenya, en Ouganda, en Somalie, au Soudan et en Tanzanie pour effectuer des patrouilles anti-braconnage et interroger les gardes forestiers de ces pays sur le commerce illégal de l’ivoire. Suite à ces investigations, l’association présente un rapport au Congrès américain afin qu’il légifère contre le braconnage des éléphants d’Afrique.


Septembre 1978 – Paul Watson rencontre Cleveland Amory, le fondateur de Fund For Animals.


Novembre/décembre 1978 – Avec le soutien financier de Fund For Animals et Royal Society for the Prevention Of Cruelty to Animals, Paul Watson achète un ancien chalutier britannique, le Westella, qu’il rebaptise le Sea Shepherd – littéralement le « berger de la mer ». Un petit groupe de volontaires passent deux mois à réparer, repeindre et équiper le navire.


Janvier 1979 – Le Sea Shepherd effectue la traversée de l’Océan Atlantique en deux semaines et arrive dans le port de Boston, États-Unis, à la mi-janvier. Deux marins, embauchés pour le voyage, tentent alors de saboter le navire. En vain. Ils sont tous les deux arrêtés et placés en détention.

 

Mars 1979 – Le Sea Shepherd se rend sur la côte est du Canada. Le Capitaine Paul Watson et son équipage sauvent plus d’un millier de bébés phoques en les aspergeant d’une peinture naturelle indélébile, qui rend leur fourrure sans valeur commerciale. Tous les membres du Sea Shepherd sont arrêtés, jetés en prison avant d’être relâchés dans l’attente d’un procès.


Avril 1979 – Le Sea Shepherd retourne à Boston afin de recruter des volontaires.


Juillet 1979 – Le Capitaine Watson et son équipage débutent la traque du Sierra, un baleinier pirate responsable de la disparition des baleines à bosse dans la mer des Caraïbes. Le 16 juillet 1979, le Sea Shepherd éperonne par deux fois le navire-pirate dans les eaux portugaises. Le Sierra se dirige alors à vitesse réduite dans le port de Leixoes, Portugal, tandis que le navire d’Earthforce Environmental Society se livre à la marine portugaise. Cet incident fait la une des journaux du monde entier, révélant ainsi les activités barbares des baleiniers pirates. La capitainerie du port de Leixoes décide de ne retenir aucune charge contre Paul Watson et son équipage.


LA SUITE PAR ICI :

http://www.seashepherd.fr/who-we-are/our-history.html



BANDE-ANNONCE :


« Je suis honoré d’être au service des baleines, des dauphins, des phoques et de toutes les autres créatures vivant sur cette planète. Leur beauté, leur intelligence, leur force et leur esprit m’ont inspiré tout au long de ma vie. Ces êtres m’ont parlé, m’ont touché et j’ai reçu de nombreux témoignages amicaux en retour de cet engagement.

Si les baleines survivent et prolifèrent, si les phoques continuent à vivre et à donner naissance, si je peux participer à leur assurer un futur tranquille, alors je serai heureux pour toujours.  »  - Capitaine Paul Watson


BIOGRAPHIE  :

http://www.seashepherd.fr/who-we-are/captain-watsons-biography.html


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Cherchez la promo ...

Cherchez la promo ... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le cinéma belge est très apprécié, cela ne fait aucun doute, d’autant que, en Belgique, on possède un humour particulier, une approche du monde à la fois touchante et réaliste qui fait tout le charme de "notre"cinéma.


"Marbie : Star de couillu les 2 églises" semble se diriger dans cette même veine et sortira ce mercredi en salle.


Film financé en partie par le public et une bonne partie des Habitants de Charleroi, afin de récolter les 1.500;000 d'euros nécessaires à la mise en chantier du projet;


Le film est indirectement un hommage à une région peu populaire puisque Charleroi est pour beaucoup l’une des villes au taux de pollution très élevé et à l’image aussi terne que son ciel.


Mais qu’à cela ne tienne, les habitants de Charleroi sont solidaires et c’est ensemble qu’ils ont construit ce très beau projet qui va enfin arriver sur les écrans belges et français.


A ce sujet on regrettera que le groupe Kinepolis ne soutienne pas le projet et ne le diffuse pas, tout comme d'autres cinémas si l’on se base sur la liste des salles annoncées, voir l'autre article de La Gazette).


Toujours une question de gros sous et jamais de coeur, c'est la raison pour laquelle "Koter info" va faire le contraire et vous "bassiner" sur le sujet.


Mais le plus simple, c'est d'aller voir le film !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

"Marbie star" sort en salle


"Marbie Star de Couillu les 2 Eglises" sort enfin en salle.


Vidéo résumant le mode d'emploi pour info générale, voir le reste de "ma" promo sur cette même page de La Gazette.


Je crois en ce film donc je vous invite à également vous y intéresser et, surtout, à aller le voir !  C'est très spécial !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Marbie Star, Couillu les 2 Eglises


C'est du bon, c'est du belge !!!!  (à voir à tous prix).


Bande annonce officielle du film "MARBIE STAR de Couillu les 2 Eglises", écrit et réalisé par Dominique Smeets et co-produit par les citoyens.

Le film sera sur les écrans dès le 23 avril 2014.


Marbie est le premier long-métrage de la région carolo.  Fier de son appartenance au cinéma populaire, Marbie donne la parole aux "gens bons" de Charleroi.


Ce film met en scène la solidarité des habitants de la région de Charleroi, ainsi mise en avant.  A mon avis, vous serez content de l'avoir vu !


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Un film belge à voir

Un film belge à voir | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Un film belge à voir, sortie en salle dès ce 23 avril 2014.


Même si ce "couillon" de Hugues Dayez n'a pas daigné en parler à la RTBF ce mardi 22 avril. Et je mesure mes mots, car c'est une honte de ne pas avoir fait la promo de "Marbie star", pour une fois que nous avons un film belge à voir !!!!


Je dois rester honnête et préciser quand même que la RTBF a parlé du film durant presque 3 minutes dans le journal télé du Vendredi 18 avril 2014.


Film à voir parce que je le crois très amusant, mais surtout parce que c'est de l'humour et de l'esprit belge !  Allez le voir là où vous le pouvez et faites de ce film un succès !


Prochainement à :



Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Agressions US au Moyen-Orient

Agressions US au Moyen-Orient | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source image : forum-unite-communiste.org



Les États-Unis intensifient les interventions militaires au Moyen-Orient 


Des frappes de missiles au Yémen et des armes pour la Syrie


Au cours du week-end, des attaques de drone et des frappes aériennes américaines ont tué une quarantaine de personnes dans le Yémen du sud. Ce carnage a coïncidé avec des reportages de presse disant que le gouvernement Obama s’apprêtait à expédier des armes sophistiquées à des groupes « rebelles » luttant contre le gouvernement Assad en Syrie.


Washington est en train de mener une campagne ininterrompue de dénigrement politique et médiatique de la Russie au sujet de sa prétendue intervention en Ukraine, où une poignée de gens sont morts, alors même qu’ils intensifient leur intervention militaire qui dure depuis des décennies au Moyen-Orient où les guerres américaines et les guerres civiles instiguées par les États-Unis ont tué des millions de personnes.


Le nombre de morts est bien connu : plus d’un million en Irak (1990-1991, 2003-2011) ; près de 200.000 en Syrie (2011-2014) ; bien plus de 100.000 en Afghanistan (2001-2014) ; plus de 50.000 en Libye (2011) ; des milliers au Pakistan, au Yémen, en Somalie, au Niger, au Mali et dans d’autres pays touchés par des frappes de drones. Ces chiffres ne tiennent même pas compte des milliers de personnes tuées par les violences israéliennes au Liban, en Cisjordanie et à Gaza, durant la même période et qui sont soutenues par les États-Unis.


La première frappe de drone américaine qui a ciblé le Yémen en 2014 a tué samedi au moins treize personnes selon le gouvernement yéménite, allié des États-Unis. Le missile a touché un véhicule qui se déplaçait dans la région de Sawmaa, dans la province d’al-Bayda, faisant exploser le véhicule et le projetant à 20 mètres et détruisant aussi une voiture qui passait.


Le Conseil suprême de la sécurité du pays a décrit l’attaque comme une frappe aérienne perpétrée par les forces armées yéménites, la rengaine habituelle servant à couvrir un missile tiré par un drone contrôlé par l’Amérique. Le gouvernement Obama n’a pas publiquement reconnu l’attaque, une pratique tout aussi habituelle en cas d’opérations menées par la CIA.


Selon Reuters, une seconde série d’attaques commises dimanche a tué 25 personnes de plus à al-Mahfad, dans la province d’Abyan, également dans le sud du Yémen. Le service d’information a cité des sources tribales locales rapportant qu’un « aéronef téléguidé sans pilote avait préalablement tracé des cercles dans les zones ciblées » et qu’« au moins trois frappes distinctes avaient eu lieu après les prières de l’aube.»


Une fois de plus, le gouvernement yéménite a affirmé avoir effectué les frappes aériennes, prétendument parce que « des éléments terroristes planifiaient de viser des installations civiles et militaires vitales, » le même discours de légitime défense utilisé pour masquer les attaques américaines de la veille.


Les sources gouvernementales yéménites et américaines prétendent invariablement que ceux qui ont été tués lors de ces frappes de drone sont des « terroristes » et des « militants » d’al-Qaïda issus de la péninsule arabique, filiale locale du groupe fondamentaliste islamique fondée par Oussama ben Laden et actuellement dirigée par Ayman al-Zawahiri.


Les frappes de drone se sont produites deux semaines seulement après qu’une juge fédérale de district a rejeté une poursuite en dommages-intérêts contre des responsables du gouvernement américain au sujet du meurtre de trois citoyens américains au Yémen, Anwar al-Awlaki, son fils Abdulrahman al-Awalaki et Samir Khan, tous carbonisés en 2011 par des missiles de croisière américains.


La juge a estimé que les responsables officiels américains ne pouvaient pas être tenus personnellement responsables de violation du Quatrième et du Cinquième amendement de la constitution américaine, même de violations aussi graves que l’exécution, en l’absence de procès ou d’une quelconque audition judiciaire. La juge a aussi décidé qu’il n’y avait « aucune voie de recours disponible en vertu de la loi américaine pour cette requête. » En d’autres termes, les responsables et les agents de l’armée américaine ne peuvent être poursuivis pour avoir agi sous les ordres du président Obama, tandis que le président lui-même bénéficie de l’immunité.


Samedi, le Wall Street Journal a rapporté que le gouvernement Obama a commencé à acheminer des missiles antichars américains sophistiqués aux « rebelles » syriens. L’affaire avait tout d’abord été rapportée la semaine passée par le journal britannique Jane’s Defense Weekly et également confirmée par la suite par le Washington Post.


Le Journal dit que la livraison de missiles antichars TOW par les États-Unis et l’Arabie saoudite, premier approvisionnement d’armes aussi sophistiquées depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011, était « un programme pilote susceptible de conduire à des envois plus importants d’armes sophistiquées. » Le journal attribue le changement de politique du gouvernement Obama à de « récentes victoires du régime sur le champ de bataille. »


Le régime d’Assad a réussi à dégager la région du Qalamoun le long de la frontière libano-syrienne en coupant une ligne d’approvisionnement clé rebelle, et il a lancé la semaine passée une offensive contre les derniers bastions « rebelles » à Homs, troisième ville du pays et un champ de bataille lourdement contesté lors de la guerre civile.


Le Journal cite un porte-parole du groupe « rebelle » Harakat Hazm, selon lequel la « première étape est de montrer que nous savons effectivement utiliser les TOW, et on espère que la deuxième sera d’utiliser des missiles antiaériens. »


Le Post écrit que ces dernières années le Pentagone a envoyé des missiles TOW à la fois à la Turquie et aux États du Golfe persique et 15.000 à l’Arabie saoudite à la fin de l’année dernière.


La Maison-Blanche a jusqu’ici bloqué l’expédition de missiles antiaériens dans le Golfe persique par des régimes à la botte des États-Unis par crainte que ces armes puissent être utilisées par les alliés islamistes radicaux de Washington en Syrie contre des avions de ligne ailleurs. Mais, en préparation de la visite d’Obama du mois dernier en Arabie saoudite, le gouvernement aurait apparemment commencé à changer d’attitude.


Le Journal fait remarquer, « Après la visite, de hauts responsables du gouvernement ont dit que deux pays collaboraient très étroitement en matière de soutien matériel pour les rebelles et que l’Agence centrale du renseignement (CIA) cherchait un moyen d’étendre son armement limité et son programme d’entraînement basé en Jordanie. »


L’escalade américaine sur les différents champs de bataille au Moyen-Orient est tout aussi téméraire que sa conduite en Ukraine. Elle met aussi au grand jour la fraude de la soi-disant « guerre contre le terrorisme. » En Syrie, l’un des plus puissants groupes « rebelles » est le Front al-Nusra qui a publiquement fait serment d’allégeance à al-Qaïda et à Ayman al-Zawahiri.


Au nom de la lutte contre al-Qaïda, le gouvernement Obama cible les fondamentalistes islamiques au Yémen tout en fournissant des armes antichars à des groupes alliés à des éléments djihadistes similaires en Syrie.



Par Patrick Martin 



more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Dédra-MATH-isons

LLN - Dédra-MATH-isons | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it



Dédra-MATH-isons


En 2009, l’École Polytechnique de Louvain (EPL) a initié un colloque de mathématiques destiné aux élèves de l’enseignement secondaire. Son objectif est de montrer aux élèves de dernière année que les mathématiques peuvent être une matière passionnante et que l’on peut, à 17 ans, y consacrer plusieurs mercredis après-midi sans jamais s’ennuyer.  


L’édition 2013 a vu plus de 600 participants venus de toute la Belgique francophone partager, à Louvain-la-Neuve, leur passion pour les mathématiques.


Deux choix sont offerts aux écoles participantes, soit des exposés oraux réalisés par des groupes de quatre à six élèves, soit des posters scientifiques présentant la synthèse de leur travail.
 En septembre, les titulaires des cours de mathématiques de « rhétos » sont invités par le Prof. Kouider Ben-Naoum, le fondateur du colloque, à se réunir un mercredi après-midi à Louvain-la-Neuve.


 À cette occasion, ils se verront présenter en détail les modalités d’organisation du colloque. Une fois rentrés dans leurs écoles, il leur reste à mettre sur pied un ou plusieurs groupes d’élèves et à se lancer.
 D’octobre à mars, le Prof. Ben-Naoum et un assistant de l’EPL rendront visite aux écoles participantes pour les soutenir et les conseiller dans leur travail.


Le colloque aura lieu le deuxième mardi après les vacances de Pâques. Cette année, ce sera le 29 avril. 


Chaque année la manifestation est rehaussée par une conférence sur un thème lié aux mathématiques, assurée par un spécialiste internationalement reconnu de la discipline présentée. Les présentations des étudiants sont publiées sur le site web du colloque.



Prix « De Merre »


La Fondation Louvain qui soutient ce projet a réuni des fonds qui nous permettent de décerner chaque année le Prix « De Merre ». À l’issue du colloque, le Comité Organisateur sélectionne chaque année une école participante qu’il juge particulièrement méritante et l’invite à participer à l’édition française "Math en Jeans" l’année suivante, en prenant en charge les frais d’inscription, de déplacement et de logement liés à cette participation.


 

Ce Prix s’inscrit dans la philosophie du colloque. Dédra-MATH-isons n’est pas une compétition. Il récompense globalement les écoles participantes, leurs élèves et leurs professeurs de mathématiques.

 

Si vous souhaitez y participer, consultez sur ce site les réalisations des années précédentes et n’hésitez pas à contacter le Prof. Ben-Naoum pour plus d’informations !


Consultez également notre revue de presse  !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA - Attaques de drones

USA - Attaques de drones | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : mondialisation.ca


USA : la justice ordonne de lever le secret sur les attaques de drones


Une cour d’appel de New York a ordonné lundi à l’administration Obama de rendre en grande partie public son mémo justifiant les attaques de drones contre des suspects de terrorisme, y compris des citoyens américains. Dans un arrêt de 56 pages, la cour donne raison au New York Times et à deux de ses journalistes, qui réclament ces informations au nom de la loi américaine sur la liberté de la presse. Le quotidien était soutenu dans ce recours par la puissante organisation américaine de défense des libertés ACLU.


Les trois juges ont à l’unanimité « souligné que l’objectif des plaignants n’était pas de contester la légalité des attaques de drones ou des meurtres ciblés, mais d’obtenir des informations sur ces attaques ».


La Cour d’appel a considéré qu’il n’y avait « aucune raison de maintenir au secret » des informations qui avaient déjà fait l’objet de nombreuses déclarations publiques et de discours, en particulier du ministre de la Justice Éric Holder, de l’ancien responsable du contre-terrorisme de la Maison-Blanche John Brennan ou du président Barack Obama lui-même.


Passant en revue la totalité des documents demandés, la cour d’appel a accepté la publication d’une grande partie d’entre eux et ordonné au ministère de la Justice (DoJ) de les dévoiler.


« Quelle que soit la protection juridique un temps obtenue, elle a été perdue du fait des déclarations publiques de responsables publics au plus haut niveau et des révélations officielles du livre blanc du DoJ », écrit le juge Jon Newman.


Cette décision renverse un jugement de janvier 2013, qui avait donné raison au gouvernement américain estimant qu’il n’avait pas violé la loi en refusant de rendre ces documents publics.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Guantanamo - Conseil d'1 juge US

Guantanamo - Conseil d'1 juge US | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Guantanamo : un juge donne une piste aux détenus


Un juge de la Cour suprême des États-Unis a donné lundi une piste aux détenus de Guantanamo qui voudraient contester leur incarcération sans inculpation ni procès sur la base américaine de Cuba. Alors que la haute Cour a rejeté un nouveau recours d’un détenu de Guantanamo, le juge progressiste Stephen Breyer a expliqué comment s’y prendre désormais, dans une déclaration inattendue, en son seul nom, accompagnant la décision des neuf juges.


Le Yéménite Abdoul al-Qader Hussain, 30 ans, dont 12 passés à Guantanamo, avait été capturé en mars 2002 au Pakistan sur des soupçons de liens avec Al-Qaïda ou les talibans, qu’il nie farouchement. En première instance et en appel, les juges fédéraux avaient confirmé sa « détention illimitée » car il « faisait partie d’Al-Qaïda ou des talibans au moment de son arrestation ».


En vertu de l’article de loi sur l’Autorisation de l’usage de la force militaire (AUMF), voté le 14 septembre 2001, le président des États-Unis est autorisé à faire usage de la force contre des individus « pour empêcher tout futur acte de terrorisme contre les États-Unis par ces pays, organisations ou personnes ».


En 2004, la haute Cour avait estimé que l’AUMF était constitutionnel et autorisait le président à détenir des « ennemis combattants » pourvu que ceux-ci « participent ou soutiennent les forces hostiles aux États-Unis ou les partenaires de la coalition en Afghanistan et s’engagent dans un conflit armé contre les États-Unis ».


« La Cour n’a jamais directement examiné la question de savoir si l’AUMF autorise, et si la Constitution permet, la détention d’un individu membre d’Al-Qaïda ou des talibans, mais qui n’était pas +engagé dans un conflit armé contre les États-Unis+ en Afghanistan avant son arrestation », écrit le juge Breyer dans sa déclaration.


Et si la détention était alors possible, « nous n’avons pas non plus envisagé que l’AUMF ou la Constitution puisse limiter la durée de la détention », a-t-il ajouté. Constatant que le recours de M. Hussain ne soulevait pas ces deux « questions sans réponse », le juge Breyer s’est rangé à la majorité de la Cour pour rejeter sa requête.


M. Hussain s’était contenté de soulever « le niveau de preuves » que le gouvernement doit apporter pour justifier sa détention. Il contestait le fait que les tribunaux avaient confirmé sa « détention illimitée » sur la seule base de ses voyages à Kaboul lorsqu’il était adolescent et de sa possession d’une arme, mais n’avaient pas apporté la preuve de son appartenance à Al-Qaïda ou aux talibans.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Service d'impression

LLN - Service d'impression | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Un service d’impression gratuite pour les étudiants de Louvain-la-Neuve, Namur et Liège


Le principe est celui d’un « cloud » où après s’être enregistrés, les étudiants peuvent télécharger les cours et les documents qu’ils veulent imprimer. Ces utilisateurs reçoivent un login lors de la création de leur compte et peuvent alors se rendre dans un commerce où est installée une imprimante ZeroCopy pour imprimer sans aucuns frais.


Le service est en réalité financé par la publicité : des bandeaux publicitaires, noir et blanc pour ne pas perturber l’éventuel « floutage » des cours, apparaissent au bas des pages imprimées.


ZeroCopy a été imaginé par deux étudiants en histoire, Kjell Clarysse et Maxime Carpentier. Le service a été lancé à Gand et Leuven il y a deux ans, et à Anvers et Malines depuis un an. (Belga)


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Allemagne/Ukraine - OTAN - 1/2

Allemagne/Ukraine - OTAN - 1/2 | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo :  Philip Breedlove - dw.de



Un général allemand appelle à la désescalade du conflit avec l’Ukraine


Dans un entretien publié le 3 avril dans le quotidien allemand Bild, Harald Kujat, un général à la retraite, a appelé à la désescalade du conflit avec la Russie au sujet de l’Ukraine. Kujat a dirigé l’état-major des forces armées allemandes de 2000 à 2002, puis la Commission militaire de l’OTAN de 2002 à 2005.


Kujat a d’abord critiqué l’actuel commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), Philip Breedlove, pour son rôle dans l’escalade du conflit :


Breedlove est Américain. Il faut souligner que les Américains se sont prononcés au début de manière relativement modérée, puis ils ont haussé le ton. Je considère qu’il s’agit là d’une grave erreur. On n’empêchera pas l’occupation de l’Ukraine orientale par l’escalade, mais plutôt par une désescalade. Il faut amener les Russes à la table de négociation. En escaladant, on ne fait qu’encourager les forces plus radicales [en Ukraine], car elles croiront alors que l’OTAN est de leur côté.


Lorsque Bildt lui a demandé s’il ne fallait pas envoyer un message clair à la Russie, le général n’a pas mâché ses mots :


Si l’OTAN se conduit comme un lion, dans le pire des cas elle se ridiculisera elle-même. Car une chose est claire : si la Russie envahissait l’est de l’Ukraine, l’Occident n’y pourrait rien, tout comme après l’annexion de la Crimée par la Russie. L’OTAN ne serait pas du tout en mesure de défendre l’Ukraine. [Le général rappelle que l’Ukraine ne fait pas partie de l’OTAN, et que par conséquent la clause l’obligeant à venir à la rescousse d’un de ses alliés ne s’applique pas.]


Quiconque souhaite risquer un conflit militaire est forcément un imbécile. La Russie est à nouveau très forte d’un point de vue militaire et la situation stratégique actuelle joue en sa faveur. De plus, la Russie est toujours la deuxième superpuissance nucléaire mondiale après les États-Unis. Une dispute militaire avec la Russie en Europe serait un pur acte de folie.


La Russie voulait la Crimée. Elle l’a obtenu. L’Occident ne sera pas capable de changer cela. De plus, la Russie souhaite que l’Ukraine devienne une structure fédérale et ne soit pas membre de l’OTAN. Le défi est donc de trouver un arrangement dont l’Ukraine, l’Occident et la Russie peuvent se contenter. On pourra seulement y arriver à la table de négociations, certainement pas par l’escalade.


Par la Rédaction de Solidarité & Progrès


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Crimée - Tatars réhabilités

Crimée - Tatars réhabilités | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : Vladimir Poutine lors de cette réunion gouvernementale consacrée à la réalisation des projets nationaux et de la politique démographique, lundi 21 avril. Crédits : Kremlin.ru


Vladimir Poutine réhabilite les Tatars de Crimée


Lundi 21 avril, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret sur la réhabilitation de tous les peuples de Crimée réprimés sous Staline.


« Je tiens à vous informer que j’ai signé un décret sur la réhabilitation des Tatars, des Arméniens, Allemands, Grecs, et tout autre peuple de Crimée qui a souffert sous la répression stalinienne », a déclaré le président russe, lundi 21 avril, en introduction d’une réunion gouvernementale.


Une signature qui intervient moins d’une semaine après la « Ligne directe » de Vladimir Poutine, jeudi 17 avril, lors de laquelle le président avait annoncé que l’intégration des Tatars de Crimée dans la Fédération russe devait être accompagnée d’une « réhabilitation de l’identité et des droits de ce peuple ».


De son côté, le Parlement de Crimée a signé, le 11 mars dernier, un arrêt garantissant la réhabilitation des droits du peuple tatar de Crimée et son intégration dans la société criméenne.


Rappelons que les Tatars de Crimée, qui représentent environ 12 % de la population de la péninsule (entre 260 et 270 milles individus), se sont toujours exprimés majoritairement pour le maintien de l’unité de l’Ukraine et contre le rattachement de leur région à la Russie, boycottant notamment le référendum du 16 mars.


La population des Tatars de Crimée a été déportée en Asie centrale à la fin de la Seconde Guerre mondiale par Staline, qui les accusait de collaboration avec les Allemands, et n’a pu retourner en Crimée qu’après la perestroïka. L’Ukraine n’a jamais adopté de loi sur leur réhabilitation.

 

Par la Rédaction de : Le Courrier de Russie 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Route de la soie ferroviaire

Route de la soie ferroviaire | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Route de la soie ferroviaire : la Corée du Sud reliée au transsibérien ?


Peu avant l’arrivée de Barack Obama en Asie, le président sud-coréen Park Geun-hye a décidé d’envoyer Choi Yeon-hye, le président de la société nationale des chemins de fer (KORAIL), en Corée du Nord, afin de participer à un sommet international de l’Organisation pour la coopération entre les sociétés ferroviaires (OSJD), qui doit se tenir à Pyongyang entre les 24 et 28 avril. Ce sommet vise à « stimuler la coopération internationale entre les opérateurs de chemins de fer, et doit rassembler les responsables chinois, russes et de 25 autres pays membres de l’OSJD », selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.


Yonhap rapporte que « l’attention se portera en priorité sur la possibilité que Choi et les responsables nord-coréens discutent du plan de liaison entre les chemins de fer sud-coréens et le Transsibérien, via la Corée du Nord ». Choi a pour sa part révélé que son pays allait « demander aux autres membres de l’OSJD la permission de se joindre formellement à l’organisation ».


Rappelons que le président russe Vladimir Poutine se trouvait à Séoul en novembre dernier pour promouvoir son projet de « Route de la soie ferroviaire » entre le transsibérien et la Corée du Sud, via la Corée du Nord, afin de désenclaver la première. La Corée du Sud se retrouve en effet dans une situation d’insularité forcée, en raison du manque de connexion avec son voisin du nord.


La Russie a récemment complété un tronçon de 54 kilomètres entre la ville russe de Khasan, située près de la frontière, et le port nord-coréen de Rajin. Cette région est située au croisement des frontières russe, nord-coréenne et chinoise et ouvre aux deux géants du nord que sont la Russie et la Chine l’accès à un port ouvert toute l’année, en raison des conditions climatiques plus favorables. La réalisation de la liaison ferroviaire vers le sud relierait la Corée du Sud à ce nouvel axe stratégique.


Poutine avait tenté, jusqu’ici sans succès, de convaincre la Corée du Sud d’investir une partie des fonds nécessaires à la construction de cette liaison ferroviaire, à hauteur de 34 %, tandis que la Russie contribuerait 36 % et Pyongyang 30 %. Le problème est que les autorités nord-coréennes se sont montrées par le passé promptes à répondre à toute provocation de la part des États-Unis, en prenant en otage les projets conjoints entre les deux Corées, détruisant la confiance des Sud-Coréens pour tout nouvel investissement à venir chez leurs voisins du nord.



Par la Rédaction de Solidarité & Progrès

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Fruits et légumes - 7 par jour !

Fruits et légumes - 7 par jour ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

ÉTUDE : LES FRUITS ET LÉGUMES, C’EST MINIMUM 7 PAR JOUR !

 

Pour rester en bonne santé, rien de mieux que les fruits et légumes. Mais combien ? Nous avons tous en tête ce slogan : « Pour votre santé, manger au moins 5 fruits et légumes par jour » !



Pourtant, une étude vient de montrer qu’il en faudrait au moins 7 portions par jour pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire et de cancer.


Entre 2001 et 2013, les auteurs de cette étude ont suivi le comportement alimentaire et l’état de santé de plus de 65 226 Britanniques. Ils ont tout d’abord constaté que les personnes consommant plus de 7 portions de fruits et légumes par jour présentent un taux de mortalité abaissé de 42 % par rapport à ceux qui en mangent qu’une seule portion (80 à 100 g). Ces aliments diminuent également de 25 % le risque de décès par cancer et de 31 % celui de décès par maladie cardiovasculaire.


Si les fruits offrent un réel bénéfice sur la santé, les chercheurs ont tout de même montré que les légumes ont un effet protecteur supérieur : 2 à 3 portions de légumes par jour font chuter la mortalité de 19 % tandis que la même quantité de fruits la réduit de 10 % (mais c’est déjà ça !).


Enfin, d’après cette étude, il semblerait que les fruits en conserve soient à éviter, car ils seraient associés à une hausse de 17 % du risque de décès global. Le Dr Oyebode, principal auteur de cette étude explique cela par la présence de polluants comme le BPA (Bisphénol A) dans les boites de conserve, mais aussi par le fait que certains fruits en conserve contiennent plus de sucres — certaines marques utilisant du sirop plutôt que du jus de fruits. Dans ce cas, les effets négatifs du sucre sur la santé sont supérieurs aux bienfaits du fruit.


Mais que ce soit 5 ou 7 portions de fruits et légumes par jour, l’important est d’en manger le plus possible, et de préférence frais. C’est le secret pour rester en bonne santé, et pour longtemps !



Par J.Maherou


 

Références bibliographiques :

Oyebode O, Gordon-Dseagu V, Walker A, Mindell JS., Fruit and vegetable consumption and all-cause, cancer and CVD mortality: analysis of Health Survey for England data. J Epidemiol Community Health. 2014 Mar 31.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA/RUSSIE - Finances

USA/RUSSIE - Finances | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La confrontation financière entre les États-Unis et la Russie est plus dangereuse qu’elle n’en a l’air pour les deux camps


Le Trésor américain fait face à une redoutable proie avec la Russie, le plus grand producteur mondial d’énergie avec une économie de 2 000 Md$, de grands scientifiques et un arsenal nucléaire de première frappe.

Les États-Unis ont construit une bombe financière à neutrons. Au cours des 12 dernières années, une équipe d’élite au sein du Trésor Américain a mis au point les outils d’une guerre économique, élaborant des plans pour mettre presque n’importe quel pays à ses pieds, sans avoir à tirer une seule balle.


La stratégie repose sur un contrôle hégémonique du système bancaire mondial, renforcé par un réseau d’alliés avec l’accord contraint des états neutres récalcitrants. Appelons cela le projet Manhattan du début du 21e siècle.


« C’est un nouveau genre de guerre, comme une insurrection financière rampante, qui a pour but d’enserrer le système financier vital, de nos ennemis, ce système est sans précédent dans sa portée et son efficacité », dixit Juan Zarate, agent de la Maison-Blanche et du Trésor qui a participé à l’élaboration de la politique adoptée après le 11 septembre 2001.


« Le nouveau jeu géoéconomique est probablement plus efficace et subtil que la compétition géopolitique passée, mais il n’est pas moins brutal et destructeur » écrit-il dans son livre « La guerre menée par le Trésor : la libération d’une nouvelle ère de guerre économique ».


Gardez cela à l’esprit dans le même temps où Washington resserre l’étau sur la Russie de Vladimir Poutine, fermant lentement l’accès au marché pour les banques russes, les entreprises et autres entités d’états avec 714 milliards de dettes en dollars (donnée de Sberbank).


L’arme furtive est un « chapitre écarlate », inscrit dans la section 311 du Patriot Act. Une fois qu’une banque est marquée dans le collimateur – accusée de blanchissement d’argent ou de participer indirectement à des activités terroristes, une accusation suffisamment large – cette arme devient radioactive, prise dans « l’étreinte mortelle du boa constrictor », comme M. Zarate le dit.


Cela peut être une peine de mort, même si le prêteur n’a pas d’activités aux US. Les banques européennes n’osent pas défier les régulateurs américains. Ils coupent toute relation avec la victime.


C’est ce que les Chinois ont fait, comme cela a été le cas en 2005, lorsque les US ont accusé Banco Delta Asia (BDA) à Macao de servir de vecteur au piratage commercial venu de la Corée du Nord. La Chine leur a retiré son soutien. BDA s’est effondrée en deux semaines. La Chine a aussi renseigné Washington lorsque M. Poutine a proposé une attaque coordonnée avec la Chine contre les actions de Fannie Mae et Freddie Mac en 2008, avec le but de précipiter la chute du dollar.


M. Zarate m’a dit que les US peuvent « faire cavalier seul » avec des sanctions si nécessaire. Donc, cela les importe peu que l’UE traîne ses pieds jusqu’en Ukraine, choisissant le plus petit dénominateur commun entre la Bulgarie, Chypre, la Hongrie et le Luxembourg pour les garder dans leur alliance. Washington a le pouvoir de leur dicter la marche à suivre.


Ce nouvel arsenal a dans un premier temps était employé contre l’Ukraine en décembre 2002. Leurs banques furent accusées de blanchir de l’argent provenant des milieux du crime organisé russe. Kiev a rapidement capitulé.


Nairu, la Birmanie, la Chypre du Nord, la Biélorussie et Latvia sont tombés un par un, tous forcés de se plier aux exigences des US. La Corée du Nord était à l’époque paralysée. Le gros lot jusqu’à ce jour a été l’Iran, finalement acculé. Une guerre cachée est en cours, à l’échelle mondiale la plus large. « C’est un type de guerre où l’ennemi pense qu’il peut défaire la nation iranienne », a déclaré le président Mahmoud Ahmadinejad devant le Majlis iranien (NDT équivalent iranien du parlement). Il l’affirmait avec défiance. En réalité c’était une bonne prédiction.


Le Trésor US chasse une proie beaucoup plus grosse avec la Russie, le plus gros producteur d’énergie avec une économie de 2 000 milliards de dollars, de grands scientifiques et un arsenal nucléaire de premier rang.


La Russie s’est aussi liée étroitement aux économies allemandes et celles de l’Europe de l’Est. Les US risquent également de mettre à mal leurs propres alliances s’ils malmènent leurs alliés européens. C’est à peu près la même situation dans laquelle se trouvait l’Angleterre de la moitié du 19e siècle avec sa suprématie navale, grâce au transport d’esclaves maritimes présumé, dans le monde entier, sous tous les drapeaux, elle dépassait toutes les autres flottes.


Le Président Poutine sait exactement ce que le gouvernement US peut faire avec ses armes financières. La Russie était dans la confidence pendant que les deux pays étaient « alliés » pour un temps dans le combat contre le terrorisme jihadiste. M. Poutine désigna le loyal Viktor Zubkov – ancien premier ministre – pour conduire les négociations avec le Trésor US.


M. Zarate a déclaré que la Maison-Blanche sous Obama avait attendu trop longtemps pour réussir une frappe efficace (NDT contre la Russie), s’accrochant à l’idée que Poutine s’arrêterait pour de bon de vouloir remettre en cause l’ordre mondial. « Ils devraient retirer les gants. Plus ils attendent, plus ils devront être brutaux » a-t-il déclaré.


Cela devrait être une montée en pression progressive, conduisant à l’application du chapitre écarlate aux banques russes qui ont aidé le régime syrien.


Il pense qu’il pourrait déjà être trop tard pour empêcher que l’Ukraine de l’Est échappe à tout contrôle, mais qu’il n’est pas trop tard pour que la Russie paie un prix élevé. « Si le Trésor US dit que trois banques russes sont « des entreprises de blanchiment d’argent de premier ordre », pensez-vous que UBS ou Standard Chartered (NDT Banque anglaise) conserveront quelques liens avec ces dernières ? »


Cette logique engendrera une escalade de sanctions, contre les entreprises russes de la défense, les exportateurs de minerais et d’énergie – essayant de pas trop fragiliser les intérêts de BP en Russie, ajoute-t-il avec tact – le point culminant étant la prise en étau de Gazprom, mais tout ceci devrait échouer au bout du compte. Que vous soyez pour ou contre de tels actes, ne vous faites pas d’illusions sur ce que cela signifie. Nous vivrions dans un monde différent, et le S&P 500 de Wall Street ne devrait plus du tout valoir ses 1 850 points.


C’est vrai que la Russie n’a plus la puissance qu’elle avait autrefois, comme on peut le constater sur un graphique de Sberbank illustrant la taille de l’économie russe par rapport à la Chine et à l’Europe.


Ce n’est pas une redite de la guerre froide. Il n’y a aucune équivalence plausible entre la Russie et l’Ouest, pas plus que d’opposition idéologique de fond.


La Russie avait 470 milliards de dollars de réserves de devises étrangères, mais elles sont déjà tombées à 35 milliards de dollars depuis que la crise a commencé, étant donné que la banque centrale se bat contre la fuite des capitaux et défend le rouble. Moscou ne peut pas utiliser ses réserves sans que sa masse monétaire s’effondre, aggravant une récession qui a très probablement déjà commencé. Le ministre des Finances Anton Siluanov a déclaré que la croissance pourrait être de zéro cette année. La banque mondiale redoute une contraction de 1,8 % du PIB alors que la banque Danske prévoit que la contraction puisse atteindre 4 %.


Poutine ne peut pas compter sur des alliés solides pour le soutenir à travers cette crise. Seuls le Vénézuéla, la Bolivie, Cuba, le Nicaragua, le Bélarusse, la Corée du Nord, la Syrie, le Zimbabwe et l’Arménie font corps derrière M. Poutine aux Nations Unies dans l’affaire de la Crimée.


Pourtant, comme le dit le proverbe : « La Russie n’est jamais aussi forte qu’elle ne le paraît, mais elle n’est jamais aussi faible qu’elle ne le semble».


Le Professeur Harold James y voit des échos de certains événements datant d’avant la Première Guerre mondiale lorsque les Anglais et la France imaginaient qu’ils pouvaient utiliser une guerre financière pour contrôler la puissance allemande.


Il affirme que les fortes interconnexions du monde prouvent que cela ne peut pas être contenu. Les sanctions mises en œuvre font courir le risque de réactions en chaîne qui pourraient égaler la crise de 2008. « Lehman était une petite institution comparée aux banques autrichiennes, françaises et allemandes qui sont très exposées au système financier russe.


Un gel des avoirs financiers russes pourrait être catastrophique pour les marchés financiers européens, et en réalité pour le système financier mondial » a-t-il écrit dans le cadre du « Project Syndicate ».


Le Chancelier George Osborne doit être au courant à l’heure qu’il est des plans secrets des US. Peut-être que c’est la raison pour laquelle il a lancé une alerte depuis Washington la semaine dernière, avertissant les banquiers de la City qu’ils devaient se préparer aux retombées des sanctions. La City est précieuse, déclara-t-il, « mais cela ne signifie pas que ses intérêts passeront devant la sécurité nationale et les intérêts du pays ».


Le plus grand risque est sûrement une réponse « asymétrique » du Kremlin. Les experts en cyberguerre russes comptent parmi les meilleurs, et ils ont eu leur propre galop d’essai avec l’Estonie en 2007.


L’origine du Cyber Shutdown d’un des systèmes de gestion de l’eau de l’Illinois a été identifiée comme provenant de Russie en 2011. Nous ne savons pas si la sécurité nationale des US peut contrer une attaque à grande échelle du type « déni de service » sur le système de gestion de l’électricité, des systèmes de gestion de l’eau, du contrôle du trafic aérien, sur le New York Stock Exchange ou encore sur Washington.


« Si nous étions dans une cyber guerre aujourd’hui, les US devraient perdre. Nous sommes les plus dépendants et les plus vulnérables, » déclara le Chef de l’espionnage US Mike McConnell en 2010.


Le secrétaire de la défense Léon Panetta a averti d’un cyber Pearl Harbor en 2012. « Ils peuvent condamner temporairement le système de gestion de l’électricité dans une grande partie des US. Ils peuvent faire dérailler des trains avec des passagers, ou pire encore, des trains chargés de cargaisons chimiques mortelles, » déclarait-il. Est-ce une exagération caricaturale pour obtenir plus de fonds de la part du Congrès ? Nous le saurons peut-être un jour…


Les sanctions sont aussi vieilles que la nuit des temps. Voici quelques leçons salutaires. Périclès essaya d’intimider la cité de Mégara en 432 av. J.-C. en bloquant les accès au marché de l’empire athénien. Il initia les guerres du Péloponnèse, amenant l’infanterie des hoplites de Sparte à s’abattre sur Athènes. Le système économique de la Grèce fut laissé en ruine, à la merci de la Perse. C’était un goût de l’asymétrie.


Par Ambrose Evans-Pritchard - Source : The Telegraph, 16/04/2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Avis sur "Marbie Star"


Avis très positifs !!!!


Premières réactions du public à la sortie de l'avant-première de "Marbie Star" ce vendredi 04-04-14 au cinépointcom de Charleroi.


A vous de juger en allant voir le film !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Syrie - Journalistes libérés

Syrie - Journalistes libérés | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : lavenir.net


Syrie : Les journalistes des principaux médias devraient avoir le courage d’avouer qu’ils ont trompé l’opinion publique


Hollande, Fabius et les journalistes qui participent de leur propagande continuent de prétendre qu’il « est difficile de savoir ce qui se passe en Syrie », qu’il est « difficile de couvrir le conflit syrien ». Or tout cela n’est qu’une manière de faire diversion pour maintenir l’opinion qu’ils ont trompée dans l’ignorance de la situation réelle dans ce pays.

 

Invitée ce matin à commenter la libération des quatre journalistes français pris en otage en Syrie, la journaliste syrienne Hala Kodmani affirmait sur les ondes de France culture que « la guerre se joue dans un huis clos », ce qui ne fait qu’accréditer l’idée totalement fausse que « l’on ne peut savoir ce qui se passe en Syrie » si les journalistes n’y vont pas.


Ce ne sont pas ces journalistes qualifiés de « grands reporters » introduits en « zone rebelle » depuis l’été 2011 par des fixeurs liés aux filières terroristes qui nous ont appris ce qui se passait en Syrie. De parti pris pour la « rébellion » soutenue par la France et encadrée par des agents du renseignement militaire français ils n’ont fait que propager la propagande occidentale.


Sans aller en Syrie nous avons pu, dès le début de sa déstabilisation, interroger sans difficulté des Syriens de l’intérieur qui tous contredisaient les informations biaisées répandues par les envoyés spéciaux et autres « grands reporters » de Radio France et de France télévision, immanquablement alignés sur les « vérités » officielles de la diplomatie française.


Tout est documenté. Par conséquent, les très nombreux citoyens qui n’achètent plus de journaux — car ils ne font plus aucune confiance aux informations livrées par les médias traditionnels — et qui s’informent sur les médias numériques libres savent parfaitement ce qui se passe en Syrie. Ils savent combien les Syriens ont souffert des atrocités commises par ces pseudo « opposants » armés que les « grands reporters » ont couverts et continuent de couvrir. Ils savent tout cela, car ils ont pu voir horrifiés les milliers de témoignages et de vidéos qui y ont été publiés sur la toile montrant la sauvagerie des fameux « opposants ».


Les gens qui ont échappé à l’intoxication de la presse occidentale savent également qu’il n’y a pas une guerre civile en Syrie, comme les commentateurs continuent de l’affirmer. Mais qu’il s’agit d’une guerre attisée par l’extérieur, menée par des mercenaires extrémistes de toutes nationalités contre le gouvernement syrien.


Via Skype, de nombreux Syriens nous ont tenus régulièrement informés des horreurs qui se sont passées dans les zones contrôlées par les terroristes — et continuent de se passer en ce moment — à Homs, ou à Alep notamment ; villes maintenues sous siège et martyrisées par ces hordes de mercenaires que de très nombreux journalistes ont fréquentés et présentés comme de valeureux opposants au « régime sanguinaire de Bachar al-Assad… »


Or, depuis le retour de Syrie des quatre ex-otages, les journalistes des principaux médias ne cessent de nous servir la même soupe en répétant qu’« on ne sait pas ce qui se passe en Syrie si on ne peut pas y envoyer des journalistes… »


Ceux-ci feraient mieux de reconnaître enfin l’évidence : admettre qu’en Syrie, depuis trois ans, au prix d’énormes sacrifices, l’armée gouvernementale fait face à une armée terroriste constituée par des dizaines de milliers de mercenaires financés par l’étranger, soutenus par la France, et responsables des souffrances de millions de Syriens…


Cette imposture politique et médiatique doit cesser… Elle est intolérable, insupportable…

 

Par Silvia Cattori,

journaliste indépendante, de nationalité suisse

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA - Alliés de l’OTAN


Les USA inventent des bobards pour « stimuler » ses alliés de l’OTAN.

 

Le général américain Philip Breedlove a mis à la disposition de l’Associated Press un ensemble de photographies prises le 22, le 27 mars et le 2 avril, 2014 par satellite, dans lesquels apparaissent des avions militaires de combat, des hélicoptères d’attaque, des pièces d’artillerie et des parachutistes, tous déployés sur la frontière entre l’Ukraine et la Russie.


Les photos visualisent les terres aux alentours des bases militaires dans le sud de la Russie, situées à l’est de la frontière avec l’Ukraine, près de Kuzminki, Belgorod, Yeysk, et Novotcherkassk, à l’est de la mer d’Azov. Philip Breedlove a estimé que ce serait un dispositif avec une grande force de frappe composée d’environ 40 000 soldats russes et note que ce dispositif serait en mesure de se déplacer rapidement en profondeur dans le territoire de l’Ukraine.


Le porte-parole de l’état-major général de l’armée russe a nié l’authenticité des dates indiquées par l’OTAN au sujet de ces photos, indiquant qu’elles ont été prises environ huit mois avant la date donnée, soit durant la période du 19 au 22 août 2013. Il y avait alors des exercices de défense aérienne et des troupes aéroportées dans les armées de la Communauté des États indépendants (CEI). C’est pourquoi dans les images de Breedlove, il manque les chars, les véhicules de combat d’infanterie et les ponts mobiles du Génie, indispensables à toute opération offensive pour forcer les cours d’eau fréquents. L’officier précise qu’aux exercices mentionnés ci-dessus ont assisté les troupes ukrainiennes. Il s’est dit surpris que le général américain ne dise rien sur les avions Mirage F1 français du régiment Normandie-Niemen qui devraient apparaître dans les photos, parce qu’ils ont participé à ces exercices communs.


Deux semaines auparavant, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a parlé d’une concentration de troupes de 100.000 soldats russes, accusant la Russie de l’escalade de la crise et demandant, de manière théâtrale, au président Poutine d’arrêter de masser des troupes et de s’engager dans un véritable dialogue.



Quel aurait été le genre de réaction des États-Unis dans une situation de réel danger représenté par l’armée russe ?


Déploiement massif et rapide des forces aéromobiles prêtes à intervenir immédiatement sur le théâtre des opérations. S’est-il passé quelque chose de ce genre ? Alors, quel intérêt les actionnaires du complexe militaro-industriel américain, qui sont également les propriétaires de médias, ont-ils à inventer un danger imminent ? La Russie est-elle une cible ou un partenaire ?


Une des réponses peut se trouver dans le fait que l’amiral Carmen Melendez Rivas, ministre de la Défense du Venezuela a commandé 12 nouveaux avions Su-30MKV et 24 autres Su-35 S qui se rajoutent aux 24 Su-30 MK2 reçu en 2009 de la Russie, et 12 avions Su-30MK2 pour lesquels le Vietnam vient de payer 450 millions de dollars et qu’il recevra à la fin de 2014.


Tout en conservant la même ligne que le secrétaire général de l’OTAN, le général Breedlove est arrivé avec ses photos qui ont probablement fait rire son ami le général Sergueï Choïgou qui pouvait dire de manière convaincante que les troupes américaines pourraient bientôt être déployées en Europe pour « rassurer » les alliés.


Pour ceux qui l’ont oublié, je rappelle que la devise du complexe militaro-industriel des États-Unis est : rien ne se perd, tout se transforme… en argent, et une campagne médiatique a été organisée visant les alliés de l’OTAN en Europe de l’Est et relayée immédiatement en Roumanie. Par Titus Corlăţean, la Roumanie mordit la première à l’hameçon, demandant le renforcement des forces de l’OTAN dans le pays. Seulement les Américains ont rappelé aux Roumains que « les frais engendrés seront à leur charge » et que des 2 % du PIB pour la Défense promis ces dernières années, seulement la moitié a été allouée. Donc que la Roumanie se débrouille.



Quel est le véritable enjeu derrière tout ça ?


Entre 2014-2017 plus de 500 avions de combat de l’armée américaine avec un haut degré d’usure finissent leur carrière et seront retirés de la dotation.


Si les plus modernes et coûteux types d’armes des États-Unis tels que l’avion « invisible » F-35, le « champion » planétaire, remplissent les listes d’attente jusqu’en 2020, les membres de troisième zone de l’OTAN en Europe de l’Est seront incités à se ruer sur les vieilles ferrailles de l’armée américaine. Par exemple, les Américains vendront sous licence les 12 F -16 portugais qui ont 30 ans d’existence à la Roumanie à 85 % du prix des nouveaux, par crainte des Russes.


Seulement en 2014-2015, moins d’avions de chasse F-15 C seront disponibles dans l’armée américaine. Sont plus attractifs les près de 100 avions d’attaque au sol A-10, fabriqués à partir d’appareils MiG-21 roumains et qui ont participé aux deux guerres du Golfe. Il reste à voir s’ils vont trouver des clients pour ces appareils, ainsi que pour les 20 avions de transport C-130 H et les 10 C -17, exploités jusqu’à la « rupture » dans les campagnes d’Irak et d’Afghanistan sur les pistes sommaires.


Surtout que les nouveaux arrivants dans l’OTAN ont pris les Hercules de seconde main, ce qui était une condition d’adhésion à l’alliance. La Roumanie en a acheté quatre dont deux (fabriqués en 1959 et 1963) ont été utilisés comme pièces de rechange pour les deux autres.


Cela ne surprendra personne que la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, l’Ukraine et la Moldavie soient arrivées à la conclusion que pour le contrôle de l’espace adjacent de la mer Noire, la mer Caspienne, la Méditerranée et l’océan Arctique, ils seraient comme un gant avec chacun quatre à cinq avions parmi les 24-36 Lockheed U-2 Dragon Lady, sortis du matériel de dotation de l’armée américaine.

 

L'U-2 est un avion subsonique de recherche stratégique fabriqué dans la période 1957-1968 (contemporain du MiG-15), utilisé à l’origine par la CIA, puis par les pilotes taiwanais de 1960 à 1974 et, par la suite, par l’US Air Force. U-2 évolue à 21 000 m d’altitude, avec une vitesse de croisière de 690 kilomètres par heure, avec une distance maximale de vol de 10 300 km et une autonomie de 14 heures. Ses photographies haute-résolution et les cartes numériques radar ne concernent qu’un seul bénéficiaire, et peuvent être transmises automatiquement par satellite, via une ligne de données secrète, aux centres de commandement de l’armée américaine. (voir une vidéo relative à l'U2 Dragon Lady :  ici ).



Par Valentin Vasilescu, pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992. Traduction Avic – Réseau International

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UCL - Le « Test électoral 2014 »

UCL - Le « Test électoral 2014 » | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it



Le « Test électoral 2014 » : une grande première belge


Le Test électoral 2014 / Stemtest 2014, qui est accessible au grand public depuis le 22 avril est un projet ambitieux et une « première » en Belgique francophone.

Voir :  http://www.testelectoral2014.be/ et également d’autres accès via les partenaires média.


Il s’agit d’un Système d’Aide au Vote (SAV), dans le cadre des élections régionales, fédérales et européennes de ce 25 mai 2014, et qui couvre l’ensemble du pays, au Nord comme au Sud.


En bref : c’est une application en ligne, ludique et interactive, qui permet à toute personne intéressée de mesurer la proximité relative entre ses propres opinions et celles des différents partis politiques. Le Test électoral offre donc une compréhension de fond du paysage partisan et des positions qui le constituent.


L’objectif du Test électoral est donc avant tout pédagogique : les participant-e-s apprennent quelque chose sur eux/elles-mêmes et sur les partis. Il peut également être utile pour enrichir le débat électoral en termes de discussions de fond, et pour présenter de manière fiable la complexité des différences et proximités idéologiques entre les partis.


Concrètement, l’utilisateur/utilisatrice peut effectuer non moins de 8 Tests électoraux, autant de fois qu’il/elle le souhaite : élections régionales wallonnes (en français), élections régionales flamandes (en néerlandais), ainsi que 3 autres élections (en français ou en néerlandais) : régionales bruxelloises, fédérales, et européennes.


L’outil offre une grande richesse d’information sur les argumentaires des partis, et consiste en un parcours de 35 ou 20 propositions politiques (suivant l’élection) qui font actuellement débat. Ce parcours peut être effectué en environ 10 minutes, mais chacun-e peut utiliser l’outil de manière plus ou moins rapide ou approfondie, sur n’importe quel type d’appareil à écran (ordinateur, tablette, Iphone).


Le Test électoral présente de nombreuses originalités, dont le fait d’être le premier Test électoral / Stemtest « belge » (il se nourrit de plusieurs expériences en Flandre depuis 2003), et d’être celui dont la méthodologie est la plus fine (plusieurs types de données ont été croisées : avis d’experts, réponses des partis eux-mêmes, programmes des partis, résultats d’une enquête préélectorale, etc.)


Il présente en outre différentes fonctionnalités uniques, parmi lesquelles la possibilité, pour l’utilisateur/utilisatrice francophone, d’également se positionner par rapport aux partis flamands (et inversement pour l’utilisateur/utilisatrice flamand-e, bien sûr !), ou encore de pondérer l’importance qu’il/elle choisit d’accorder à différents thèmes.


Ce projet est le fruit d’une collaboration interuniversitaire structurelle entre une équipe de l’UCL (Prof. Benoît Rihoux, et Conrad Meulewaeter, doctorant, ISPOLE et une équipe de l’Universiteit Antwerpen menée par le Prof. Stefaan Walgrave, dans le cadre du Pôle d’Attraction Interuniversitaire (PAI) PARTIREP (Participation and Representation) qui regroupe également la KULeuven, la VUB et l’ULB.


Il fait en outre l’objet d’un large partenariat avec des opérateurs médias : RTBF, VRT, De Standaard et le Groupe IPM (La Libre Belgique, La Dernière Heure, Paris Match). La RTBF y consacrera une grande émission télévisée en « prime time » et en direct, le 14 mai.


Contact : Prof. Benoît Rihoux - benoit.rihoux@uclouvain.be

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Justice UE - Millions de suspects

Justice UE - Millions de suspects | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it



Les petits bras de la justice européenne face à l’aspiration en masse des données


Comme pressenti par Reflets la veille de la décision, la plus haute administration judiciaire de l’Union européenne vient d’infliger une méchante claque aux apprentis sorciers de l’antiterrorisme. La directive de 2006 sur l’obligation de conserver des masses énormes de données sur chaque personne a donc été « invalidée ». C’est le terme choisi par la Cour dans son arrêt du 8 avril.


Pour résumer un brin les enjeux, disons qu’un des textes fondateurs du dogme policier contemporain — opérer une capture préventive d’éléments personnels sans motifs « graves et concordants » — a donc été jugé contraire à la Charte des droits fondamentaux de l’UE, la version tiède de la Déclaration des droits de l’homme.


Rappelons que cette directive, je vous la fais court, c’est la justification légale des interceptions policières issues des « Big Data », l’assurance-vie des gouvernements de l’UE quand ils doivent commenter les documents d’Edward Snowden.


Autre rappel : les métadonnées amassées ainsi sur notre dos peuvent nous trahir bien davantage qu’une écoute des conversations. Le « contenu » des messages est préservé, mais c’est un leurre : il est bien plus intrusif de savoir tout sur quelqu’un en analysant comment il s’exprime — plutôt de savoir ce qu’il exprime. L’arrêt résume ainsi le préjudice :


« Ces données, prises dans leur ensemble, sont susceptibles de fournir des indications très précises sur la vie privée des personnes dont les données sont conservées, comme les habitudes de la vie quotidienne, les lieux de séjour permanents ou temporaires, les déplacements journaliers ou autres, les activités exercées, les relations sociales et les milieux sociaux fréquentés ».


OK, directive à la trappe. « Invalide ».


Mais que veut donc dire « invalide » ? Pourquoi pas « illégale » ? Qu’est-ce que ça va changer pour les millions d’individus, qui ont du accepter — depuis 2001 la plupart du temps — d’être placé sous surveillance préventive pour complaire à la guerre contre le terrorisme et le crime organisée ?


Et bien dans un premier temps, pas grand-chose. Cet arrêt de la Cour de justice européenne (CJUE) est certes tranché et tranchant, ne laissant aucune place au doute sur la violation irrévocable des droits individuels que ce texte a institués et légitimés.


Mais la Cour du Luxembourg n’a pas exigé des États qu’ils stoppent immédiatement la violation constatée (en avait-elle le pouvoir ?)

Dans d’autres types d’affaires, on parlerait de « trouble manifeste à l’ordre public » — c’est pourtant ce que la directive de 2006 a immanquablement entraîné pour les individus — qui obligerait le juge à prendre des mesures conservatoires. Mais en l’espèce, il n’en sera jamais question dans les conclusions prononcées. « Invalide » sous-entend que le texte attaqué peut être modifié dans des termes moins flous ou plus restrictifs. Pas qu’il annule ou gèle tous les actes et procédures qui s’y rattachent. Nuance.


Résumons : huit ans après les faits, la Justice européenne arrive à la conclusion que des droits sont violés, que les mesures attaquées sont jugées disproportionnées au regard du but poursuivi, mais elle n’a aucune compétence pour exiger la réparation du préjudice. Huit ans que le droit de millions d’individus est violé. Pourtant, aucune « urgence » dans cette affaire (le « référé » ou la « procédure accélérée » sont pourtant prévues par les statuts de a CJUE). Le principe de la « comparution immédiate » — symbole de la justice d’abatage — ne s’applique bien évidemment jamais lorsque des États sont à la barre.


Non, cet arrêt n’a aucun pouvoir répressif. À l’origine de la procédure, deux organisations non gouvernementales, elles-mêmes en conflit avec leur droit national (en Irlande et en Autriche), qui ont lancé des recours contre le principe de conservation devant leurs juridictions nationales ; ces juridictions ont alors demandé à la CJUE de trancher ce litige, ce qui est donc fait, sans que cet arrêt ne puisse induire auprès de chaque juridiction la moindre mesure coercitive.


Dans plusieurs autres pays de l’Union — notamment des pays de l’ex-bloc de l’Est, encore sensible aux sirènes des polices politiques —, le principe de la surveillance préventive a été aussi déclaré « invalide » par des cours constitutionnelles (déjà jugé en Roumanie, Bulgarie, Rep. Tchèque comme Reflets en parlait ici il y a 3 ans ; en cours en Pologne et en Hongrie). En Allemagne, c’est ubuesque : la cour constit' a annulé la loi sur la rétention des données en 2010, et a donc suspendu la collecte obligatoire ; et en 2012, Bruxelles a attaqué Berlin devant la CJUE pour ne plus respecter la directive de 2006. Qui vient donc d’être déclaré invalide. Kafka, t’es où ?



Les principaux griefs retenus par les juges sont les suivants :


  • les données à conserver « prises dans leur ensemble sont susceptibles de fournir des indications très précises sur la vie privée des personnes » ; en cela le texte « s’immisce de manière particulièrement grave dans les droits fondamentaux », car il a « excédé les limites qu’impose le respect du principe de proportionnalité » ;



  • le fait que cela s’opère « sans que l’abonné… en soit informé est susceptible de générer dans l’esprit des personnes concernées le sentiment que leur vie privée fait l’objet d’une surveillance constante » ; « ingérence vaste et particulièrement grave », car elle « n’est pas suffisamment encadrée » pour être « effectivement limitée au strict nécessaire ».



La disproportion est prononcée au regard de ces 3 éléments :


  • « aucune différenciation, limitation ou exception » n’est opéré « en fonction de l’objectif poursuivi » ;



  • « la directive ne prévoit aucun critère objectif » pour « garantir que les autorités nationales compétentes n’aient accès aux données qu’aux seules fins » du but poursuivi ; elle « se borne à renvoyer de manière générale aux « infractions graves » définies par chaque État membre ; bref, les « conditions matérielles et procédurales » ne sont pas suffisantes et l’accès aux données n’est pas non plus « subordonné au contrôle préalable d’une juridiction ou d’une entité administrative indépendante ».



  • Le texte impose une durée de stockage de 6 à 24 mois « sans que la directive ne précise les critères objectifs sur la base desquels » cette durée doit être déterminée « afin de garantir sa limitation au strict nécessaire ».



Par la Rédaction de Reflets.info


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Brésil - L'avenir de l'Internet

Brésil - L'avenir de l'Internet | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Source photo : new.icann.org


L’avenir de l’Internet se décide au Brésil


Les 22 et 23 avril, le Brésil organise un sommet dont les enjeux sont tout simplement le contrôle mondial de l'Internet. Une réunion sur « l'avenir de la gouvernance de l'Internet » à l'initiative de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Le surnom de ce sommet : Netmundial. Rien à voir avec la coupe du monde de football, le surnom reflète l'enjeu. Il s'agit bien de discuter du contrôle de l'Internet mondial.


N'assistera pas qui veut. La conférence est gratuite, mais sur invitation uniquement. Pour obtenir le sésame, il fallait soumettre un dossier. Des « expressions d'intérêt » qui ont été envoyées du monde entier. Du côté de l'Afrique, c'est majoritairement la société civile qui a demandé à être conviée. Outre Atlantique, c'est plutôt le secteur privé. En tout, 681 invitations ont été délivrées à des ressortissants de 87 pays. Parmi les heureux élus, 165 représentent la société civile, 121 le secteur privé, 81 le secteur universitaire, 91 la communauté technique. Surtout, 171 représentants gouvernementaux issus de 66 pays seront présents, dont 27 ministres.



Jeux, et enjeux, politiques


Il y aura donc du lourd au Brésil. Pourquoi ? Parce que l'Internet concentre aujourd'hui les luttes de pouvoir à l'échelle mondiale. Le Brésil sympathisait, il y a peu, avec un bloc officieux incluant la Russie et la Chine. Des pays qui revendiquant la fin du contrôle technique unilatéral des États-Unis sur le Net. Juste avant Netmundial, l'administration américaine a coupé l'herbe sous le pied de ses détracteurs en annonçant son intention de transférer ce contrôle (celui de la « racine » de l'Internet) de son modèle gouvernemental actuel vers un modèle « multi acteurs » au sein duquel toutes les communautés précitées auraient leur mot à dire.


Du coup, par le biais de Netmundial, le Brésil se pose en rassembleur. En amont de la réunion, 188 soumissions ont été envoyées au comité d'organisation. Des textes contenant des propositions, parfois concrètes, parfois plus abstraites, sur des sujets variés. Par exemple :


  • La cybersécurité
  • La protection des données personnelles
  • La liberté d'expression
  • La mondialisation de la racine technique de l'Internet (IANA)
  • Le rôle des gouvernements dans la gouvernance de l'Internet
  • Améliorer la participation des pays en voie de développement
  • L'accès à Internet par tous et pour tous
  • Renforcer le Forum de la Gouvernance sur Internet (le principal forum de discussion mondial sur les questions de gouvernance du Web)
  • La neutralité du Net
  • Renforcer les infrastructures techniques
  • Les questions financières et de fiscalité


Parmi les contributeurs d'idées, 22 gouvernements et même la commission européenne, dont la vice-présidente Neelie Kroes a été particulièrement diserte sur le sujet.



Qui fera quoi ?


Compte tenu de l'enjeu et vu le peu de participants autorisés sur place (en comparaison, les réunions de l'ICANN, le régulateur technique de l'Internet, accueillent régulièrement plus de 2 000 participants), un réseau complet permettant de suivre la conférence en ligne s'est monté. 33 points de retransmission ont été installés dans 30 villes et 23 pays. Il sera également possible de suivre les débats sur le Net. En prenant connaissance des deux principaux buts du sommet, on comprend mieux pourquoi il suscite un tel intérêt. Netmundial vise d'abord à livrer des principes généraux concernant la gouvernance de l'Internet. Déjà tout un programme autour duquel les discussions, voire les négociations, s'annoncent chargées.


Surtout que de ces principes doit aussi découler une « feuille de route pour l'évolution de l'écosystème de la gouvernance de l'Internet ». Un phrasé très onusien, mais c'est bien de savoir qui fera quoi en matière de gouvernance du Net dont il s'agit.




Par Stéphane Van Gelder, 

expert en gouvernance de l'Internet – membre du comité d'organisation du FGI France

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Russie - Islam multicentenaire

Russie - Islam multicentenaire | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo: kazanriu.ru


L’histoire multicentenaire de l’islam en Russie


Il y a 15 ans, la première Université islamique de Russie était inaugurée à Kazan, capitale de la République du Tatarstan.


L’université forme des théologiens, des hafiz, des spécialistes de l’économie, du droit et de la philologie islamiques. Elle est l’unique membre russe de l’Association mondiale des universités islamiques.


Le printemps arabe a obligé les dirigeants de l’Université islamique russe (UIR) de Kazan à rechercher de nouveaux partenaires dans le monde arabe. Un accord de coopération a été signé au Maroc avec l’Université Al Quaraouiyine, la plus vieille université islamique du pays. Un autre partenaire de l’UIR sera une université pakistanaise.


L’université islamique dans la ville marocaine de Tétouan a été fondée en 859. C’est le plus ancien établissement d’enseignement du monde à fonctionner sans interruption.


Avant, en 642, les premiers envoyés d’un calife musulman sont arrivés au Daguestan d’où a commencé la propagation de l’islam sur le territoire russe.


Le recteur de l’université Rafik Moukhametchine l’a raconté aux étudiants marocains. Selon lui ce fait a suscité leur étonnement sincère.

« Quand j’ai raconté que l’histoire de l’islam en Russie remontait à l’époque des sahabas, les compagnons du Prophète, qu’il y avait 40 tombes de sahabas dans la ville de Derbent au Daguestan, que les Tatars avaient été convertis à l’islam en 922, ils n’ont pas caché leur immense surprise. Leur étonnement a grandi encore davantage quand j’ai dit que le premier exemplaire imprimé du Coran dans le monde musulman avait été édité par les Tatars de Kazan au début du XIXe siècle ».


Avant les exemplaires du Coran pour les musulmans russes étaient imprimés à Saint-Pétersbourg dans une imprimerie spéciale. Mais au XIX siècle ce droit a été transféré à Kazan, ville qui demeure aujourd’hui, deux siècles plus tard, un des principaux centres de la culture et de l’éducation islamiques en Russie. L’Université islamique de Kazan est l’unique représentant de la Russie à l’Association mondiale des universités islamiques. Rafik Moukhametchine note à ce propos :


« Dans les pays musulmans la situation change en raison du fameux « printemps arabe ». À notre grand regret, la formation des étudiants est actuellement impossible dans les pays où nous avions fondé de grands espoirs. Il s’agit en premier lieu de la Syrie. Nous avons coopéré et nous continuons de le faire avec Le Caire, mais la situation n’y est pas calme. Cette année nous avons eu la possibilité d’envoyer nos étudiants en Algérie, bien que là aussi tout n’est pas bien avec la sécurité ».


La visite du recteur de l’UIR au Maroc a été couronnée par la signature d’un accord de coopération avec l’université islamique Al Quaraouiyine. Aux termes de cet accord, les étudiants russes effectueront leurs études à la faculté de théologie à Tétouan, et suivront les cours de langue arabe à Fès où se trouvent les principales facultés vde l’Université.


« Nous avons rencontré le recteur et nous avons conclu un accord de coopération avec l’université aux termes duquel nos étudiants feront leurs études de maîtrise, en outre les étudiants en philologie suivront des cours de 5 mois au Maroc et, enfin, des enseignants de l’université Al Quaraouiyine feront des conférences à Kazan », a raconté Rafik Moukhametchine.


L’Université islamique russe reçoit souvent des hôtes étrangers tels que l’ancien secrétaire général de l’OCI Ekmeleddin Ihsanoglu, le mufti d’Istanbul ou des enseignants du centre international Al Wassatia du Koweït.


L’UIR attend prochainement des universitaires du Pakistan. L’université islamique d’Islamabad est un partenaire nouveau de l’université russe. Elle est intéressante du fait de son expérience de l’enseignement de la langue arabe dans un milieu non arabe. Ainsi ce sera une visite d’enseignants pakistanais ayant une longue expérience de travail avec les manuels et les méthodes composés spécialement à l’intention des étudiants résidant en dehors du monde arabe.


En Russie l’enseignement islamique a été repris il y a moins de 20 ans. Le système est encore tout jeune, mais il se développe compte tenu des meilleurs acquis du monde islamique.



Par Olga Siomina


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Allemagne/Ukraine - OTAN - 2/2

Allemagne/Ukraine - OTAN - 2/2 | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende photo :  ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier - source : reuters.com



Crise ukrainienne : une révolte contre l’OTAN gronde en Allemagne


Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a demandé, dans un article publié le 20 avril dans Bild am Sonntag, que l’on mette fin aux menaces de sanctions contre la Russie et que l’on consacre plus d’efforts à la désescalade de la crise ukrainienne.


Le ministre à également demandé que le nombre d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) soit augmenté à 500 le plus tôt possible. Il a souligné que la situation sur le terrain est compliquée par le fait que plusieurs groupes armés en Ukraine ne sont contrôlés ni par Kiev ni par Moscou, et qu’étant donné le fait que les possibilités de rétablir la paix sont peu nombreuses, il n’est pas nécessaire de compliquer davantage la situation.


Les remarques de Steinmeier reflètent l’existence d’un âpre débat au sein même du gouvernement allemand sur la situation ukrainienne, puisque la ministre de la Défense Ursula von der Leyen a de son côté appelé au renforcement des sanctions contre la Russie.


Trois anciens chanceliers, Helmut Schmidt, Helmut Kohl, et Gerhard Schröder, ainsi que l’ancien chef d’état-major de l’armée allemande, le général Harald Kujat (ret.), plus le chef adjoint du Parti libéral-démocrate (FDP) Wolfgang Kubicki, ont par ailleurs vivement critiqué l’attitude belliqueuse de l’OTAN à l’égard de la Russie.


« Le fait que l’OTAN souhaite déployer des forces près de la frontière orientale du pays, en collaboration avec la Bundeswehr [armée allemande], je considère cela comme non seulement contreproductif, mais extrêmement dangereux », a déclaré Kubicki, avant de souligner, à propos de la présence de néonazis dans le gouvernement ukrainien : « Il y a là des gens qui seraient poursuivis devant les tribunaux en Allemagne. Ils ne sont d’aucune manière des combattants de la liberté , mais nous agissons comme si c’était le cas. »


Un revirement médiatique est également en train de s’opérer outre-Rhin. Dans un reportage intitulé « Toujours contre Poutine : la critique contre les médias gagne du terrain », la Norddeutscher Rundfunk (NDR) rapporte qu’un nombre croissant d’auditeurs et de lecteurs écrivent des courriels pour protester contre la ligne anti-Poutine, et se sentent insultés face à ce qu’ils considèrent comme une campagne évidente de propagande.


NDR attribue le changement dans l’opinion publique au scandale de la surveillance de massé opérée par la NSA, aux drones, à Guantanamo et Abu Ghraïb, des épisodes qui ont gravement égratigné la confiance des Allemands envers les États-Unis.


La dirigeante du Mouvement des droits civiques — Solidarité (BüSo) Helga Zepp-LaRouche, qui a résisté sans faillir à cette campagne de propagande en faveur d’une guerre dont l’Allemagne serait sans aucun doute l’une des premières victimes, est traitée avec bien plus de respect qu’avant dans certains milieux institutionnels.



Par la Rédaction de Solidarité & Progrès


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukraine - Les néonazis déployés

Ukraine - Les néonazis déployés | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : "Fascistes du monde, unissez-vous !" Oui, ils sont clairement intéressés par la démocratie. La menace de l'idéologie néonazie est un sujet d'inquiétude en Ukraine - Le 5 mars 2014 - sott.net : ici 



Ukraine : les néonazis de Secteur droit déployés pour ruiner l’accord de Genève


Le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov a répondu avec colère à la mort de trois activistes gardant un point de passage près de Slaviansk, dans l’est de l’Ukraine dimanche. Deux assaillants favorables au régime de Kiev, déployés dans le cadre de ce que les chaînes de télé américaines CNN et ABC ont décrit comme une attaque de Secteur droit (groupuscule néonazi qui a dirigé l’insurrection du Maidan désormais intégré dans la nouvelle garde nationale), ont également été tués.


Lavrov a dénoncé l’administration Obama et le régime de Kiev pour avoir violé l’accord de Genève du 17 avril, avant même que l’encre n’ait eu le temps de sécher.


Le quotidien britannique The Guardian cite Lavrov en ces termes :


Des décisions sont prises – en particulier par ceux qui ont pris le pouvoir à Kiev – qui non seulement ne respectent pas, mais au contraire violent carrément l’accord de Genève. Les autorités ne font rien, ne lèvent même pas le petit doigt, pour traiter les causes de la crise interne en Ukraine. Avant de lancer des ultimatums nous sommant de satisfaire certaines demandes en deux ou trois jours sous peine d’être menacés de sanctions, nous appelons nos partenaires américains à prendre la pleine responsabilité pour ceux qu’ils ont mis au pouvoir.


Lavrov a averti que les tentatives d’isoler la Russie échoueraient, en raison du fait que celle-ci est une « grande puissance indépendante, qui sait ce qu’elle veut ».


Pendant ce temps, des groupes opposés au coup d’État et associés au maire de Slaviansk, Vyacheslav Ponomaryov, ont demandé à la Russie d’envoyer des « forces de maintien de la paix » dans l’est de l’Ukraine pour arrêter les tueries, selon des rapports publiés par le Guardian et RIA Novosti.


L’article du Guardian fait remarquer que l’accord de Genève a été pratiquement détruit par l’incident de Slaviansk et rapporte que Ponomaryov a déclaré que « des troupes russes sont rapidement nécessaires pour protéger la population civile ». RIA Novosti cite le maire affirmant que « la ville est assiégée par Secteur droit », et qu’il « a demandé à Poutine d’envoyer des troupes pour le maintien de la paix dans les régions de Donestk et Luhansk ».


Moscou n’a pas fait de commentaire sur ces demandes, fait remarquer l’agence. La dépêche souligne que Poutine avait rappelé, lors de la conférence de presse suivant la signature de l’accord du 17 avril, que le Conseil de la Fédération (la chambre haute du parlement) lui avait accordé l’autorisation d’envoyer des troupes en Ukraine, et qu’il « espérait cependant ne pas avoir à faire usage de ce droit ».


Le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov a déclaré le 19 avril dans un entretien que la Russie n’a aucun plan pour envahir l’Ukraine, mais qu’« aucun pays ne peut rester indifférent face aux divers signes de guerre juste à côté de nos frontières. Ainsi, les mesures nécessaires seront prises. »


Peskov a ajouté :

« Un autre pas de l’OTAN en direction des frontières de la Russie signifierait le dépeçage total de toute l’architecture de sécurité européenne. Et si cette organisation s’approche de nos frontières, alors la Russie se verra obligée de prendre des mesures pour assurer sa sécurité.


L’administration Obama reste fidèle à la politique provocatrice d’élargissement de l’OTAN vers l’Est, et continue à envisager la possibilité de faire parvenir de l’aide militaire au gouvernement néonazi qu’elle a installé au pouvoir à Kiev.


Le vice-président américain Joe Biden est arrivé à Kiev hier pour deux journées de consultations avec les autorités ukrainiennes, y compris avec le Premier ministre Arseni Iatseniouk, amené au pouvoir par le coup d’État du 22 février.


Ce dernier a demandé une aide tous azimuts de la part des États-Unis, tant dans les domaines, financier, économique que militaire, comme si ceux-ci se préoccupaient réellement de l’avenir de l’Ukraine... et comme si l’origine de la crise n’était pas liée à la faillite du système financier transatlantique.



Par la Rédaction de Solidarité & Progrès


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

BE - Déclarations fiscales

BE - Déclarations fiscales | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Amendes corsées pour les déclarations « oubliées »


Le fisc va envoyer cette semaine des milliers de courriers aux Belges qui n’ont pas remis leur déclaration d’impôts. Ils risquent de très importantes augmentations d’impôts, pouvant aller jusqu’à des dizaines de milliers d’euros, écrivent mardi Het Nieuwsblad et De Standaard.


Le fisc dressait déjà de nombreuses amendes pour les personnes refusant de rentrer une déclaration pour une partie ou la totalité de leurs activités. Dorénavant, des augmentations d’impôts leur seront imposées. Cela a été rendu possible par un changement législatif adopté par le Parlement à la fin de l’année 2012.



 

Le fisc ne tient dès lors plus compte du précompte professionnel pour calculer l’augmentation d’impôts, celle-ci étant dorénavant liée au total des revenus de celui qui n’a pas remis sa déclaration. « Cela mène dans certains cas à des augmentations d’impôts de 20.000 euros ou plus », affirme un fonctionnaire des impôts.



 

À la mi-mars, les fonctionnaires concernés ont reçu une note de service contenant des instructions et dans laquelle il leur était expliqué que les ordinateurs des Finances enverront de manière automatisée les impositions revues à la hausse, qui seront donc basées sur l’ensemble des revenus. 

Selon les quotidiens, les personnes ayant remis leur déclaration en retard, mais avant le 13 décembre 2013 ne seront pas pénalisées par cette mesure. Celles qui ont dépassé cette date, mais qui ont tout de même remis leur déclaration recevront une amende, mais ne verront pas leurs impôts augmenter. Enfin, tous ceux qui n’ont toujours pas rempli leur devoir vis-à-vis du fisc écoperont d’une amende et d’une augmentation de leurs impôts.

 

 

Par Laura Cerrada

 

 

------------------

 

Petites précisions :

 

Méthode de calcul pour l’accroissement d’impôt


Revenus 2012 (déclaration 2013)


Depuis l’exercice d’imposition 2013, les accroissements d’impôt sont calculés sur l’impôt avant imputation des précomptes, des crédits d’impôt, de la quotité forfaitaire de l’impôt étranger et des versements anticipés. Jusqu’à l’exercice d’imposition 2012, les accroissements d’impôt étaient calculés sur le montant de l’impôt, après imputation de tous les précomptes et autres éléments déductibles et versements anticipés. 


Les accroissements d’impôt ne sont possibles, à partir de l’exercice d’imposition 2013, que si le montant des revenus non-déclarés s’élève à 2.500 euros ou plus. Jusqu’à l’exercice d’imposition 2012, la limite était de 620 euros.


Source : finances.belgium.be


more...
No comment yet.