Koter Info - La G...
Follow
Find
204.2K views | +441 today
 
Rescooped by Koter Info from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

LLN - The Cat Hell Team, Aventure

LLN - The Cat Hell Team, Aventure | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Il y a lieu de repositionner notre team louvaniste.  Souvenez-vous ou découvrez...

 

Le temps passe et "The Cat Hell Team" poursuit son but et son long chemin vers celui-ci...

 

Evelyne Hemstedt et Clotilde Vromman, étudiantes à LLN et originaires de Dion-Le-Mont, annoncent la création de "The Cat Hell Team".  Amies par les scouts, portant toutes deux un totem de chat, elles ont toujours été l'équipe des félines !

 

Les 2 jeunes femmes ont décidé de participer au raid 4L Trophy 2013, un des plus grands, si ce n'est le plus grand événement sportif étudiant en Europe.  Sous le nom de "The Cat Hell Team", leur numéro d'équipage sera le 851.

 

Créé en 1997 par Jean Jacques Rey, pilote et passionné de rallye-raid, le 4L Trophy a su devenir en 15 ans un rendez-vous incontournable des étudiants prêts à en découdre sur les pistes marocaines.  En 2012, la quinzième édition du raid 4L Trophy battait tous les records avec 1.350 voitures engagées et près de 3.000 personnes qui s'élançaient pour un périple d'environ 6.000 km jusqu'au Maroc.

 

On ne parle pas de vitesse sur le 4L Trophy (n'oubliez pas que la 4L a fêté ses 50 ans l'année dernière), mais bien d'une course d'orientation.  Le but est de rallier l'arrivée en faisant le moins de km possible tout en ayant validé les différents points de contrôle.  Pas de GPS, les concurrents ont pour seules armes une boussole, une carte, un road-book et leur flair.

 

Evelyne et Clotilde, nos deux pilotes neo-louvanistes ont ouvert une page spéciale sur Facebook pour permettre de partager et de relater leur aventure, vous les trouverez en cherchant "The Cat Hell Team". - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 91.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 92.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


183.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 6:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


183.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Chine-Russie, sans sanctions !

Chine-Russie, sans sanctions ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La Chine rejette les sanctions contre la Russie et le gazoduc va être mis en chantier…


Le gouvernement asiatique s’oppose à l’application de sanctions contre la Russie par les Nations de l’Ouest en raison de la crise en Ukraine et il a déclaré que les relations entre les deux pays traversent « la meilleure période de l’histoire ».


La République populaire de Chine a déclaré lundi son opposition aux sanctions de l’Union européenne (UE) contre la Russie, et elle a insisté sur le fait qu’« une solution politique est la seule solution » au conflit qui a commencé en avril dernier dans la partie orientale de l’Ukraine.


Qin Gang, le ministre chinois des Affaires étrangères a souligné lors d’une conférence de presse que « des sanctions n’aideront pas à résoudre les problèmes de fond » en Ukraine.


Le diplomate chinois a exhorté toutes les parties lundi à rester calmes et à « éviter les mesures qui peuvent amener à une escalade des tensions » dans un conflit qui a déjà provoqué plus de 2 000 morts selon l’ONU.



Démarrage prochain de la construction d’un gazoduc sino-russe
 (Source : Xinhua)



La Chine et la Russie vont entamer la construction d’un gazoduc commun en Sibérie orientale russe, et ce, en vertu d’un contrat d’approvisionnement en gaz naturel signé par les deux pays, alors que le vice-premier ministre chinois Zhang Gaoli s’est rendu par avion depuis Moscou à Yakoutsk, chef-lieu de la République russe de Sakha pour participer dimanche soir à la cérémonie de lancement de la construction par la partie russe du gazoduc sino-russe.



La participation de M. Zhang à la cérémonie de lancement reflète l’importance qu’accorde le gouvernement chinois au partenariat global avec la Russie et sa volonté d’étendre la coopération bilatérale à d’autres secteurs et de la porter à un niveau plus élevé.



Le soudage des tubes commencera lundi dans la partie russe du gazoduc, à laquelle Moscou a donné le nom d’« Énergie de Sibérie ».


Conformément à un contrat signé en présence du président chinois Xi Jinping et de son homologue russe Vladimir Poutine, lors de leur rencontre en mai dernier à Shanghai, le gazoduc permettra de transmettre 38 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers la Chine, chaque année, et pour une période de 30 ans à compter de 2018.
 Selon une estimation du géant russe Gazprom, les investissements du projet dans leur ensemble pourraient dépasser 5 milliards de dollars américains.



Le président de Gazprom, Alexey Miller a indiqué samedi que le contrat d’approvisionnement en gaz naturel constituait un bon début de coopération bilatérale dans le secteur du gaz naturel. La Partie russe travaillera pour mettre en œuvre l’accord atteint entre les présidents Poutine et Xi et construire le gazoduc à travers lequel Moscou exportera du gaz vers la Chine, a-t-il affirmé.
 La partie russe du gazoduc reliera les champs gaziers de Kovyktine et Chayandine en Sibérie à la ville portuaire de Vladivostok (est), pour une distance totale de près de 4 000 kilomètres.
À noter que le vice-premier ministre chinois Zhang se trouvait samedi à Moscou où il a coprésidé avec son homologue russe Arkady Dvorkovich la 11e réunion de la Commission de coopération énergétique entre la Chine et la Russie.



Par histoireetsociete.wordpress.com – le 01/09/2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'araignée géante chez nous ?


Voilà l'araignée de 10 bons centimètres de long qui commence à faire peur en Belgique, mais la vilaine bêbête serait inoffensive, toutefois si vous ne l’embêtez pas.


Selon la presse, il y en aurait effectivement aussi en Belgique, voici de quoi réveiller l'arachnophobie de certain(e)s !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Allez-vous rester un supporter passif des … crimes de guerre ?

Ukr. - Allez-vous rester un supporter passif des … crimes de guerre ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo :  Petro Porochenko, le potentat kievien qui prend ses ordres à Washington, aime beaucoup sa petite famille… Et c’est pour ça qu’il fait massacrer celles de ses concitoyens du Donbass ? - www.nationspresse.info



ALLEZ-VOUS RESTER UN SUPPORTER PASSIF DES TUERIES À CARACTÈRE RACISTE, DU NETTOYAGE ETHNIQUE ET DES CRIMES DE GUERRE ? 


« Vive les races blanches, et à bas les sous-hommes dirigés par les Sémites, et les contacts interraciaux. »


Voyez ce slogan. Faut-il le considérer comme un sentiment ou un appel à l’action élevé et louable ? Si vous pensez que oui, alors… alors voici quelques sentiments tout aussi louables, gracieusement fournis par la même personne et la même organisation :


« La mission historique de notre nation, en ce moment critique, est d’amener les races blanches du monde dans une croisade finale pour leur survie. Une croisade contre les sous-hommes dirigés par les Sémites. »


Et


« Punissez sévèrement les perversions sexuelles et tout contact interracial, qui conduisent à l’extinction de l’homme blanc. »


Et


« Préparez-vous à une nouvelle expansion, et à lutter pour libérer la race blanche tout entière de la domination du capital spéculatif internationaliste. »


Si vous n’aimez pas ou n’approuvez pas ces sentiments, alors vous n’êtes évidemment pas citoyen d’un pays de l’Union européenne, ou d’un pays de l’OTAN, ou des États-Unis d’Amérique.


Cela, parce que la personne qui a prononcé ces phrases – en son nom propre et au nom de son organisation, « Les Patriotes d’Ukraine » – est le commandant de l’unité qui se bat en ce moment sous la bannière du glorieux et héroïque « bataillon Azov ». Le bataillon d’Azov combat actuellement – comme de nombreuses autres « unités spéciales » appartenant à la « Garde nationale » de l’Ukraine (établie par le « ministère des Affaires intérieures de l’Ukraine ») et d’orientation identique – afin de « libérer » l’Ukraine orientale des « Sémites » et des «sous-hommes dirigés par les Sémites » ; ce avec le plein encouragement du gouvernement ukrainien.


Le gouvernement ukrainien, et toutes ces nombreuses organisations – comme l’« Assemblée socialiste nationale », les « Patriotes d’Ukraine », l’« Organisation des nationalistes ukrainiens », la « Tryzub », le parti « Swoboda » et d’autres organisations encore – ont pris en charge le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur, ainsi que d’autres ministères clés au sein de l’actuel gouvernement ukrainien post coup d’État. À partir des structures de leur parti politique, ils fournissent également le personnel pour former les « unités spéciales » de la « Garde nationale », chargée de la liquidation (selon leurs propres termes) des Sémites et des sous-hommes dirigés par les Sémites dans l’est de l’Ukraine. Dans cette « mission historique » qui est la leur, ils sont complètement pris en charge, pour leur permettre de la mener à bien en toute impunité, par les pays membres de l’Union européenne et de l’OTAN, ainsi que par les États-Unis d’Amérique.


En fait, seul l’appui financier, diplomatique et militaire fourni par l’Union européenne, l’OTAN et les États-Unis d’Amérique, a permis à ces points de vue de l’emporter en toute impunité en Ukraine ; comme il a permis aux actes correspondants d’être perpétrés en toute impunité dans l’est de l’Ukraine par ceux qui soutiennent ces points de vue, actes perpétrés contre les gens qu’ils considèrent comme des « Sémites » (comprendre : les citoyens ukrainiens qui professent la foi juive) et des « sous-hommes dirigés par les Sémites » (comprendre : les citoyens ukrainiens Russes ethniques, et tous les Asiatiques, les Africains, les Latino-Américains, les Arabes et les « races non blanches ») ; ainsi que contre ceux qui se livrent à des « contacts interraciaux ».


Il est donc intéressant de noter que si vous êtes citoyen d’un pays de l’Union européenne ou de l’OTAN, ou bien des États-Unis d’Amérique – puisque ce sont là des pays démocratiques où les gouvernements sont élus par vous pour représenter et accomplir la volonté de leur peuple (c’est-à-dire votre volonté), et où ils sont financés par vous pour accomplir votre volonté grâce à l’argent versé en impôts par leurs différents peuples (c’est-à-dire grâce à votre argent) – qu’alors, c’est en fait vous qui facilitez, tolérez, soutenez et encouragez ces points de vue.


Par voie de conséquence, si vous êtes un citoyen de l’Union européenne, d’un pays de l’OTAN ou des États-Unis d’Amérique, la question est donc : vous sentez-vous satisfait, ou fier de vous-même, d’être associé avec les points de vue en question ?


Parce que de surcroit, les personnes, dont les discours et les points de vue sont ainsi facilités, soutenus et tolérés, ne font pas que parler. Elles traduisent leurs paroles en actes et en actions, sans tarder, efficacement et complètement.


C’est pourquoi, au cours des deux derniers mois, bien plus de « Sémites et de sous-hommes dirigés par les Sémites » (y compris de très nombreuses femmes et de très nombreux enfants) ont été tués dans l’est de l’Ukraine par les pilonnages et les bombardements aveugles – y compris avec des missiles balistiques – ou brûlés vifs, battus à mort, tués par balles ou réduits à mourir de faim, qu’il n’en a été tué dans la bande de Gaza au cours de la même période. En outre, plus de sept cent mille d’entre eux ont fui vers les camps de réfugiés de la Fédération de Russie, alors que plus d’une centaine de milliers d’autres sont déplacés à l’intérieur de la région du Donbass, dans le sud-est de l’Ukraine. Tout cela a été réalisé d’une façon des plus efficaces, et préméditée, par les gens que l’UE et les gouvernements des pays de l’OTAN, et le gouvernement des États-Unis, assistent, soutiennent, tolèrent et financent.


Pour illustrer le niveau d’impunité dont bénéficient ceux que ce soutien a conduits à mettre en œuvre cette « solution » à leur « problème », voyez s’il vous plaît ci-après une citation publique récente du Premier ministre de l’Ukraine, qui a été installé à son poste, non pas selon la volonté du peuple ukrainien, mais plutôt selon la volonté du Département d’État des États-Unis :

.

« Ils ont perdu la vie parce qu’ils ont défendu les hommes et les femmes, les enfants et les personnes âgées qui se trouvaient dans une situation où ils étaient menacés d’être tués par les envahisseurs et par les sous-hommes que ceux-ci parrainent. En premier lieu, nous commémorerons les héros en anéantissant ceux qui les ont tués, puis en nettoyant notre terre de ce mal. »


Arseni Iatseniouk, Premier ministre de l’Ukraine


Selon lui, les héros du bataillon Azov et d’autres « unités spéciales » de la « Garde nationale » seront honorés et les sous-hommes seront anéantis, après quoi la terre sera nettoyée du mal que représentent les sous-hommes. Bien que le compte-rendu écrit de son commentaire public ait été réécrit pour remplacer « sous-hommes » par « inhumains », afin de se conformer aux canons de l’allocution publique, vous trouverez ici une capture d’écran de la publication de son discours d’origine. En tout état de cause, étant donné que ce discours a été retransmis en direct aux habitants « sous-humains » de l’est de l’Ukraine, ils l’ont tous entendu eux-mêmes de première main, et ils savent donc ce qui les attend si le gouvernement de Kiev parvient à ses fins.


Il semble qu’une fois que l’« héroïque » anéantissement des sous-hommes aura été achevé pour l’essentiel, le gouvernement ukrainien de l’après-coup d’État ait également prévu un plan, quant à la façon de s’occuper de ceux qui subsisteront. Le voici :


« Il y aura une filtration en profondeur des personnes. Des mesures spéciales de filtration seront mises en place. Nous allons filtrer les personnes, notamment les femmes, qui sont liées au séparatisme, qui commettaient des crimes sur le territoire ukrainien. Crimes liés à des activités terroristes. Nous avons un grand nombre d’informations à ce sujet, et nous avons un cadre formidable pour lutter contre cela. Diverses structures de pouvoir réaliseront cette opération. »



Mykhailo Koval, ministre de la Défense de l’Ukraine


Lisez attentivement cette citation. Examinez surtout l’expression « activités de « filtration » spéciales ». On se demande ce que les ministres du gouvernement ukrainien et leurs conseillers d’autres pays qui ont formulé ce plan avaient à l’esprit. En fermant les yeux et en y pensant, peut-être pourra-t-on percevoir l’écho léger de trains de marchandises filant au loin dans l’obscurité de la nuit, à destination de régions inconnues, remplis à ras bord d’une cargaison inhabituelle. Ce ne serait pas la première fois que quelque chose de ce genre se passe en Ukraine.


Le gouvernement actuel, post-coup d’État, en Ukraine, a clairement un problème avec les gens qu’il perçoit comme des « sous-hommes dirigés par les Sémites », et, selon les dirigeants politiques ukrainiens, c’est là un problème dont il faut s’occuper. En soulevant une partie de leur population (vraisemblablement les non-sous-hommes) par leur rhétorique, il semble qu’ils aient poussé beaucoup de gens à commencer à y « prêter la main », et ce des plus complètement. En tant que telle, leur volonté sera faite ; de fait, elle l’est actuellement tandis que vous lisez ces lignes. Quant aux survivants, il semble qu’ils seront simplement ethniquement nettoyés du pays (pour rendre à la terre sa « propreté », apparemment).


Comme avec tous les plans approfondis, il semble également que l’actuel gouvernement ukrainien ait déjà travaillé sur la façon de rémunérer les personnes qui nettoient le terrain de ce « mal que constituent les sous-hommes ». C’est ici :


« Des parcelles de terre seront distribuées gratuitement aux militaires des Forces armées et aux membres des autres formations militaires, ainsi qu’aux employés du ministère de l’Intérieur et du Service de sécurité qui défendent l’intégrité territoriale et la souveraineté du pays. »



Agence Foncière de l’Ukraine


Il est clair que, selon le gouvernement ukrainien actuel, les terres, les biens et les entreprises des sous-hommes seront repris et donnés gratuitement au personnel « héroïque » des « unités spéciales » de la « Garde nationale ». Il semble que dans la « Nouvelle Ukraine », ceux qui sont classés comme des sous-hommes n’aient aucun droit, de sorte que la propriété et le titre qui va avec ne s’appliquent pas à eux. Et de toute façon pas dans la « nouvelle Europe » qui se forge en Ukraine.


Si des Ukrainiens s’avisent de contester un peu trop fort de tels actes, il advient de plus en plus que l’on s’empare d’eux dans la rue et qu’ils « disparaissent ». De même, lorsqu’un Ukrainien prétend diffuser à la télévision autre chose que le discours imposé, une telle personne sera agressée et contrainte à démissionner (dans ce cas, agressée et contrainte à la démission par le Membre même du Parlement de l’Ukraine qui est en charge de « la liberté d’expression »). De la même façon, lorsqu’un Ukrainien tente de dénoncer ces actes au Parlement ukrainien, il sera de même réduit au silence par la force appliquée dans le bâtiment même du Parlement (et il verra son parti politique interdit).


Il apparaît que la priorité absolue du gouvernement ukrainien actuel – et de ses partisans – est de projeter à tout prix le discours imposé sur les gens de l’extérieur, afin de justifier sa conduite. Ce discours imposé, c’est que la situation qui a cours actuellement est celle d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine, et non d’une guerre civile interne à l’Ukraine, entre citoyens ukrainiens, une situation où les « unités spéciales » ukrainiennes, la « Garde nationale » et l’armée tuent les « sous-hommes » et procèdent au nettoyage ethnique de cette catégorie de la population civile ukrainienne dans la région du Donbass, au sud-est de l’Ukraine.


Quant à cette partie de la population dite des « sous-hommes », qui est piégée dans le sud-est de l’Ukraine, ce n’est en rien comme si de tels actes étaient menés contre eux en silence. Les actes se font ouvertement. Cependant, bien que les personnes prises au piège à l’intérieur des villes encerclées réclament de l’aide de la façon la plus publique qui soit, personne ne les écoute. Tout se passe comme si le discours avait été admis, qui prétend que ces 8 millions de « sous-hommes » sont des « terroristes », de sorte que l’on peut parfaitement saisir leur argent sur leurs comptes bancaires et s’abstenir de verser les pensions qui leur sont dues, que les assurances ne paieront pas pour leurs maisons, leurs entreprises ou leurs biens détruits, et que tout ce qui pourrait leur rester peut leur être confisqué le plus simplement du monde, de la même manière que l’on peut aussi leur couper l’eau, l’électricité et l’approvisionnement en gaz.


Qui plus est, il semble que leurs maisons d’habitation puissent sans autre forme de procès être la cible de roquettes, d’obus et de bombardements, en toute impunité ; que l’on puisse souffler leurs fenêtres et détruire leurs toits. Dans cette partie de l’Europe, c’est là tout bonnement faire courir aux gens – lorsqu’arrive l’hiver et une température de moins 40 degrés centigrades (c’est-à-dire bientôt) – le risque de mourir gelés, ou bien d’être contraints de quitter leurs maisons.


En outre, ni le gouvernement ukrainien actuel, ni ses unités de la « Garde nationale », ni ses partisans, n’encourent apparemment aucune conséquence lorsqu’ils contreviennent quotidiennement à de multiples lois, tant ukrainiennes qu’internationales, notamment :

.


Ce alors même qu’il existe d’ores et déjà un matériel documentaire, photographique et vidéographique plus que suffisant pour permettre à toute personne ou organisation, de quelque juridiction qu’elle relève, de porter des accusations criminelles pour violation de nombreuses lois et pour avoir contrevenu à de nombreux textes, que ce soit des accusations contre :

  • toutes personne privée,
  • tous dirigeants ou membres d’organisations,
  • tous cadres militaires ou simples soldats,
  • tous administrateurs, dirigeants ou membres d’une entreprise ou organisation militaire privée,
  • tous dirigeants ou membres de partis politiques,
  • tous dirigeants ou membres d’un gouvernement,
  • de tous pays impliqués dans ces actes, directement ou indirectement,

.

et que ce soit :

.

  • pour leurs actes ou leurs abstentions,
  • ou, à l’encontre de toute personne (ou porte-parole), pour avoir aidé, assisté ou encouragé de tels actes, ou pour avoir dissimulé des informations s’y rapportant.

.

Et bien qu’il n’y ait pas de prescription lorsque de telles accusations ne peuvent être portées.


L’impunité totale pour les membres de l’actuel Gouvernement ukrainien, les membres de la « Garde nationale » et leurs partisans, tant en Ukraine qu’à l’étranger, cela semble être l’ordre du jour. Pour l’instant.


C’est le cas d’autant plus, que très peu de journalistes étrangers offrent des reportages de l’intérieur des villes ou des zones encerclées, ou à la frontière de la Fédération de Russie ; mais aussi et surtout parce que la « solution » qui est appliquée à ce problème de « terroristes sous-hommes » l’est avec le soutien et la protection des gouvernements des pays de l’UE et de l’OTAN, et des États-Unis. En conséquence, c’est une absence totale d’équilibre qui prévaut lorsqu’il s’agit, pour les médias, de rapporter des affirmations ou de rapporter des réfutations de certaines parties.


En dehors de cela, toutes les déclarations du Comité international de la Croix-Rouge, de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, et de toute autre partie, dès lors quelles ne concordent pas avec le discours imposé, semblent être tenues à l’écart des médias principaux dans de nombreux pays. D’autres événements qui sont contraires au discours imposé semblent également être omis des rapports des médias principaux dans certains pays.


Au beau milieu de cette situation ont également eu lieu des événements très peu normaux, de ceux qui ne passent ni ne sauraient passer l’inspection, à moins d’avoir abandonné toute honnêteté et toute décence, quelles qu’elles soient.


En outre, au début de 2014, l’Ukraine était à deux doigts de la faillite en raison d’un défaut de paiement portant sur des dizaines de milliards de dollars de dette. Où cela a-t-il donc disparu tout à coup ? De la même façon, l’obligation de rembourser n’importe laquelle des autres dizaines de milliards de dollars de prêts accordés par plusieurs créanciers internationaux, ou de payer pour les fournitures de gaz, ou toute autre exigence normale pour n’importe quel pays normal dans une situation normale, tout cela aussi semble soit avoir mystérieusement disparu, soit pouvoir être totalement ignoré par le gouvernement actuel – surtout, semble-t-il, grâce à la protection extérieure dont le gouvernement actuel de l’Ukraine est entouré par les gouvernements des pays de l’UE et de l’OTAN, et par les États-Unis.


De même, malgré la faillite financière de l’Ukraine, apparaît tout à coup et tout aussi mystérieusement – comme sortie de nulle part – une énorme quantité d’argent disponible pour les dépenses militaires. Voici qui tombe à pic pour permettre à l’actuel Gouvernement ukrainien de lancer l’opération militaire en cours, qui coûte très cher, contre les huit millions de « terroristes sous-humains ». Cela comprend le financement du matériel militaire flambant neuf, utilisé par les « unités spéciales » de la « Garde nationale » pour tuer les terroristes, matériel dont une grande partie ne vient pas d’Ukraine. Peut-être est-il temps – comme l’on disait pour le « Watergate » – de « suivre la piste de l’argent », et de voir où cela mène.


Pour tout cela, les citoyens de l’UE et des pays de l’OTAN, et des États-Unis – dont les gouvernements couvrent ou garantissent les coûts de ce nettoyage du pays du mal, que constituent les terroristes sous-humains – sont moralement coresponsables ; du moins si vous laissez votre gouvernement continuer cette politique de soutien, l’apologie ou le financement de ces actions.


Par conséquent, relisez le titre de cet article. Regardez bien les citations en gras. Examinez systématiquement les documents et vidéos que vous trouverez sous les liens hypertextes, comme celui-ci, tout au long de l’article. Prenez votre temps et faites-le à fond. Si tout cela vous laisse froid, ou si vous êtes d’accord avec ce qui est fait là, eh bien, dans ce cas, tenez-vous à l’écart et laissez-faire, car alors, vous n’aurez plus jamais à vous en soucier.


Si, toutefois, vous n’êtes pas en accord avec ce qui se passe – que vous soyez citoyen d’un état de l’UE ou d’un pays de l’OTAN, ou des États-Unis, ou d’ailleurs, de n’importe quel pays – et si cela ne vous laisse pas de marbre, alors vous ne pouvez rester sans rien faire. Voyez-vous, être en désaccord, mais ne rien faire revient à consentir. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce qui est fait, vous devez vraiment faire quelque chose pour l’arrêter. Et pour ce faire, vous devriez prendre note du très important point suivant.


Si vous êtes un citoyen d’un pays démocratique, c’est vous qui êtes le dirigeant. Votre gouvernement n’est pas élu pour vous diriger, pour vous dire quoi faire ou pour faire ce qu’il veut. Non, vraiment pas.


Votre gouvernement – comprenant des citoyens qui ne sont ni meilleurs ni pires que vous, et ni plus ni moins dignes que vous – est élu pour vous servir. Pour administrer les affaires de votre pays en votre nom, selon vos souhaits. En tant que tel, vous pouvez le forcer à adhérer à votre volonté.


Malheureusement, beaucoup de gouvernements perdent de vue ce fait, une fois qu’ils sont élus, et pensent qu’ils sont des rois ou des reines, de sorte que vous pourriez avoir à leur rappeler qui, en fait, travaille pour qui.


Une façon de le faire, c’est en utilisant la loi.


Tout comme un chef d’entreprise peut avoir à faire face à des conséquences juridiques, s’il met en danger imprudemment une entreprise, de même un dirigeant politique peut avoir à faire face à des conséquences juridiques pour mise en danger imprudente d’un pays ou de la vie des gens. Et tout comme un chef d’entreprise peut avoir à faire face à des conséquences juridiques s’il fait des déclarations fausses et trompeuses, il en va de même d’un dirigeant politique. Quand un chef d’entreprise fait prendre à une entreprise une direction avec laquelle la majorité de ses actionnaires est en désaccord, ceux-ci peuvent se regrouper et le mettre dehors ; et il en va de même des dirigeants politiques et des citoyens ou des électeurs. Il existe de nombreuses voies de recours, et de nombreux cabinets d’avocats intelligents et engagés, et nombre de juristes qui savent comment faire cela.


Si une telle voie ne vous est pas ouverte, alors faites entendre votre voix de toute manière possible. Quoi que vous fassiez, du moment que c’est non-violent et que cela tend à la réalisation d’un changement positif, ce sera préférable que de ne rien faire.


Faites savoir à vos dirigeants politiques et à vos gouvernements ce que vous pensez. Obtenez qu’ils se conforment à votre volonté ; car si vous ne le faites pas, ils toléreront ou soutiendront en votre nom la réalisation des actes précités.


En outre, parce que cette situation est ignorée ou tolérée par les gouvernements, et parce que beaucoup de gens ordinaires pensent au contraire qu’il est pervers que leurs gouvernements ferment les yeux sur cette situation, de plus en plus de gens prennent les choses en mains, et ce qui se passe dans cette région de l’Europe commence à étendre des tentacules un peu partout, et cela très rapidement.


Prenez-en donc note : aussi sûr que la nuit succède au jour, si vous autorisez la loi de la jungle à régner en maître en Ukraine aujourd’hui, vous courez le risque que demain, lorsque vous ouvrirez votre porte d’entrée, la jungle vienne à se trouver sur votre propre seuil.


Un vent froid souffle sur l’Europe. Il porte avec lui le son de voix du passé, disparues, mais pas oubliées. La voix de gens qui criaient qu’on leur vienne en aide, mais pour qui aucune aide n’est jamais venue. S’y mêlent les sons de nouvelles voix, criant elles aussi qu’on leur vienne en aide, mais leur cri également reste sans réponse.


Prêtez attention à ce vent, et aux voix qu’il porte avec lui ; car si vous ne le faites pas, ce vent pourrait se changer en tempête ; et s’il le faisait, vous découvrirez, quand la tempête arrivera, que demain vous appartient.




Par Stuart Sterzel
, Londres, août 2014 - The French Saker – le 1er septembre 2014



L’auteur est un cadre dans une entreprise multinationale basée en Europe. Avant sa carrière professionnelle, il fournissait des services de conseil géopolitique et stratégique pour des gouvernements nationaux et fédéraux de l’Europe de l’Est et de l’Ouest, et de la Communauté des États indépendants (CEI), ainsi que pour des organisations internationales. Il est l’auteur d’articles géopolitiques qui sont publiés dans la presse internationale, et il est également un commentateur que l’on invite, sur des affaires géopolitiques, dans les stations de télévision internationales. Il a été délégué et conférencier lors de conférences des Nations-Unies. Il a également présidé une organisation humanitaire en Europe et une organisation de vétérans de l’armée en Afrique du Sud, à titre gracieux. Avant sa carrière de consulting en géopolitique stratégique, il était opérateur dans les forces spéciales et membre de la Direction des missions spéciales de renseignement militaire, et il a participé à la guerre en Angola, où il a pris part à des opérations de combat contre l’URSS et contre des forces agissant pour le compte de l’URSS, lors de la guerre froide.

.


***


CONSIGNES SPÉCIALES POUR LA REPUBLICATION
 DE CET ARTICLE

Cet article a été reproduit à partir de l’article d’origine. Comme l’article original a été publié sous une « licence de documentation libre » (Licence publique générale, dite GNU), il peut donc être librement reproduit et republié par toute personne ou entité à condition cependant que :


  • l’article original soit republié intégralement et textuellement, sans altération ni modification ;
  • les mêmes hyperliens originaux que dans l’article original soient inclus dans l’article republié, dans la même position et le même contexte ;
  • si l’on fait de l’article original une traduction, celle-ci doit s’efforcer de représenter exactement les mêmes déclarations et le même contenu que l’article original, dans leur contexte ; et les mêmes hyperliens originaux doivent être insérés aux emplacements correspondants de la version traduite ; l’article original en langue anglaise ou un lien y renvoyant devra être inclus au dessous de la version traduite lorsqu’elle sera publiée, et il devra être identifié comme étant l’article original à partir duquel la traduction a été faite.

 

Source : Are You A Passive Supporter Of Racially-Motivated Killing, Ethnic Cleansing And War-Crimes? (vineyardsaker, anglais, 30-04-2014)


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Apprenti cambrioleur peu doué

Apprenti cambrioleur peu doué | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Un apprenti cambrioleur, qui avait tenté de dérober des biens dans une villa, a été confondu par la police en égarant sur place ses papiers et en s'inquiétant de cette perte dans un texto.


Trois jeunes Mentonnais, âgés de 18 à 20 ans, avaient été repérés jeudi dernier en pénétrant par effraction dans une villa de Menton (France : Alpes-Maritimes).


Deux d'entre eux avaient été interpellés en flagrant délit par la police.  Le troisième larron avait pris la fuite en laissant sur place son sac contenant toutes ses pièces d'identité, a précisé la police qui a pu le localiser aisément.


Cerise sur le gâteau pour les enquêteurs, il avait envoyé un texto à un ami disant qu'il avait laissé par mégarde son sac dans la villa cambriolée.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN & d’autres sociétés chinoises

LLN & d’autres sociétés chinoises | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

D'autres sociétés chinoises veulent s'installer à Louvain-la-Neuve. Après la visite d’une première délégation d’entreprises chinoises qui s’est déroulée durant le mois de mai 2014, une nouvelle visite a été programmée dans la cité universitaire, à suivre ...


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Qui veut gagner des millions ?

Qui veut gagner des millions ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Vous souhaiteriez gagner à ce jeu, alors répondez déjà à cette première question de Jean-Pierre Foucault. La suite dépendra de votre perspicacité !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Japon et danger nucléaire

Japon et danger nucléaire | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Un éventuel puissant séisme en mer du Japon pourrait générer en quelques minutes un gigantesque tsunami d'une hauteur atteignant par endroits jusqu'à 23 mètres, selon la première simulation réalisée pour le compte du gouvernement sur la côte ouest du Japon où se trouvent 11 centrales nucléaires.


Une douzaine d'experts, mandatés par le ministère des Transports, celui des Sciences et le bureau du premier ministre, ont analysé le comportement de 60 failles dans les zones marines allant de Hokkaido (nord) à Kyushu.


Parmi les 253 hypothèses étudiées avec des tremblements de terre probables d'ampleurs différentes, ils ont montré ce que produirait un séisme de magnitude 7,9 en mer du Japon.


D'où il ressort un risque de tsunami de 23,4 mètres sur la région de Setana, à Hokkaido sur des zones de rochers, et de 12 mètres vers Okushiri, toujours à Hokkaido, en plaine habitée cette fois.


De même, plus au sud, des hauteurs de raz-de-marée de 17,4 mètres le long de la préfecture d'Aomori (nord de Honshu) et de 15,8 mètres sur les côtes de celle voisine d'Ishikawa (centre de Honshu) sont aussi possibles.


En terrains plats habités au nord de l'île de Honshu, la plus étendue de l'archipel nippon, sont également redoutées des montées d'eau d'une dizaine de mètres en plusieurs endroits de la préfecture d'Akita.


«Dans l'hypothèse d'un séisme survenant au large à faible distance, il faudrait peut-être moins longtemps que prévu pour qu'il arrive sur les côtes et, en cas de secousse importante ressentie par la population riveraine, il serait important de s'enfuir immédiatement», a expliqué le professeur Katsuyuki Abe de l'Université de Tokyo, président de la commission.


Par ailleurs, les simulations montrent des hauteurs possibles de tsunamis de 1 à près de 6 mètres dans les 11 endroits où se trouvent des centrales nucléaires le long de la côte ouest du Japon, avec un total d'une trentaine de réacteurs (unité en construction à Aomori et surgénérateur expérimental de Monju compris).


Les conclusions de ce rapport doivent désormais servir de base à l'établissement de plans de secours optimisés pour l'évacuation éventuelle des populations, de même que pour la préparation des installations potentiellement dangereuses, à commencer par les centrales atomiques et autres sites industriels.


Koter Info's insight:


11 centrales nucléaires menacées


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Catastrophe nucléaire ?

Ukr. - Catastrophe nucléaire ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : la centrale nucléaire d'Energodar



Guerre civile en Ukraine : l’Europe risque une Catastrophe Nucléaire


Selon une source de Lifenews le barrage de la Centrale du Dnepr (DneproGuES) a commencé à être miné par les pouvoirs locaux sur ordre de Filatov, bras droit de Kolomoisky dépêché par celui-ci à Zaporojie ; cela a été confirmé par d’autres sources locales.


Plusieurs centaines de milliers de personnes en Ukraine du sud et en Crimée sont menacées de submersion ; la plus grande Centrale Nucléaire d’Europe (6 000 MW en 6 tranches) flanquée d’un important dépôt de déchets nucléaires risque aussi de sauter si elle est noyée par les eaux du Dniepr.


Le barrage a déjà sauté en 1941 (sur ordre des Soviétiques) et en 1943 (sur ordre des Allemands), causant plusieurs centaines de morts à chaque fois. Mais à l’époque, les centrales thermiques et nucléaires implantées aujourd’hui dans son bassin versant n’existaient pas ; il n’y avait que des steppes, avec des localités de peu d’importance au bord du fleuve au cours changeant, aux crues nombreuses et au cours difficilement navigable. Aujourd’hui, c’est un très important bassin industriel, énergétique et minier où sont concentrées plusieurs agglomérations importantes. À lui seul le barrage de DneproGuES élève le cours du fleuve de 50 mètres ; c’est dire la taille de la vague si le barrage devait être détruit à l’explosif. 



Igor Kolomoisky, l’homme qui veut dévorer l’Ukraine


Igor Kolomoisky est un oligarque israélo-chyprio-ukrainien qui gouverne d’une main de fer la ville de Dniepropetrosvk dont il est le principal acteur économique ; c’est un important centre industriel et démographique de 1 million d’habitants, au carrefour entre l’Ukraine originelle (ukrainophone et pro-européenne) et les régions russophones de Nouvelle Russie où dominent les sentiments favorables à l’insurrection et anti-européens. Le gouverneur de Dnepropetrosk Filatov est un membre du premier cercle de Kolomoisky.


Par intérêt, Igor Kolomoisky est devenu l’allié du nouveau régime, n’hésitant pas à financer de ses propres fonds plusieurs bataillons, notamment « Donbass », « Azov », « Dnepr », « Kiev » composés de mercenaires, d’ex-taulards, d’ultra-patriotes ou de néonazis ukrainiens ou étrangers.


Ceux-ci sont tristement connus pour avoir trempé dans de nombreuses exactions et purges, notamment à Mariupol, Slaviansk, Krasny Liman, Artemovsk et dans d’autres localités du Donbass.


Le bataillon « Donbass » est par ailleurs celui qui détient depuis dix jours le journaliste et poète français Iouri Iourtchenko.  L’oligarque en a largement les moyens : son conglomérat Privat détient plusieurs usines stratégiques privatisées dans les années 1990 et ses filiales bancaires sont le principal bailleur de fonds de la révolte Euro-Maidan et des forces paramilitaires engagées dans la répression de l’insurrection des régions de l’Est (DNR et LNR).

 

Le but de Kolomoisky était de se créer une armée privée ; la valeur sur le champ de bataille de ces troupes de fortune n’est pas très grande et les insurgés une fois pourvus d’artillerie y ont fait des ravages ; certains de ces bataillons ont déjà été renvoyés à l’arrière, décimés, et complétés à nouveau deux ou trois fois.


Dans l’esprit de Kolomoisky, ces hommes bien payés et prêts à tout pour leur maître peuvent servir de force d’appoint pour prendre le pouvoir à Kiev. D’autant plus que de plus en plus de voix s’élèvent dans le pays — attisée par les commandants de ces bataillons — pour appeler à renverser le président Porochenko et le pouvoir issu du coup d’État de février 2014, lui-même issu de la révolte pro-européenne Euro-Maidan de Kiev.




Une fois maître de l’Ukraine il serait alors libre de s’approprier les actifs des autres oligarques (notamment dans l’Est : Rinat Akhmetov à Donetsk, Kernes et Firtach à Kharkov, etc.) et les compagnies d’État — notamment celles qui dominent encore les réseaux de transport, les hydrocarbures, le transit du gaz et l’exploitation des centrales nucléaires du pays. Ce qui représente des revenus colossaux.


Parallèlement, il a étendu son emprise depuis Dniepropetrovsk — où il a du marginaliser l’opposition de Ioulia Timochenko, ex Premier Ministre pendant la révolution orange (pro-européenne) et « grand-mère du Maïdan » (révolte pro-européenne de 2013) en Ukraine — à Odessa, grande ville portuaire du sud du pays, où il a mis en place comme gouverneur un autre proche, Palitsa. Maintenant, suite à l’avancée fulgurante des insurgés vers la mer, il a déclaré qu’il prenait sous son aile la protection de la région de Zaporojie et de la ville de Mariupol, dans le but très probablement de mettre la main sur l’aciérie Azovstal et les autres actifs de Rinat Akhmetov, l’oligarque qui possède la plupart des installations minières et sidérurgiques du Donbass.


Le rôle trouble d’Igor Kolomoisky reste à éclaircir dans deux événements particulièrement sanglants qui ont marqué l’histoire de la guerre civile ukrainienne. Le premier est l’incendie de la maison des syndicats d’Odessa.


Le 2 mai, les partisans de l’intégration pro-européenne de l’Ukraine ont attaqué à main armée les partisans de la fédéralisation du pays, dans le centre-ville d’Odessa, et les ont forcé à se réfugier dans la maison des syndicats.


Ensuite les agresseurs y ont mis le feu et ont empêché les secours d’intervenir. Selon des sources convergentes, ces agresseurs étaient des hommes de main de Kolomoisky. Plus de 48 personnes ont trouvé la mort et 45 ont disparu, selon un bilan officiel. À ce jour, des corps restent abandonnés dans les caves de la maison des syndicats et les pouvoirs locaux d’Odessa refusent toute possibilité d’y accéder ou de les sortir du bâtiment.


L’autre événement sanglant est le crash du Boeing malaisien (vol MH17) en juillet. Ce sont les contrôleurs aériens de Dniepropetrovsk qui ont guidé l’avion au-dessus des zones où les combats entre insurgés et armée ukrainienne étaient les plus violents ; le plan de vol habituel de l’avion passait bien plus au sud, au-dessus de zones alors encore épargnées par les combats.


L’influence du gouverneur de Donetsk dans ce que d’aucuns appellent une « manipulation sanglante » a été dénoncée par certaines parties au dossier, mais aussi ses concurrents politiques intérieurs et des sources russes.



Depuis le 20 août, les insurgés ont accompli une contre-offensive foudroyante
 


Alors que le 15 août des manifestants se rassemblaient en solidarité avec les victimes du Donbass, les insurgés commençaient leur contre-offensive. Le 19, le front était encore à quinze kilomètres de Donetsk, à Mospino et Ilovaisk. Mais dès le lendemain, les insurgés ont percé la ligne de résistance au sud et se sont rués vers la mer. En même temps, la situation est restée presque inchangée autour de Lugansk, si ce n’est la réduction de plusieurs poches de résistance ukrainiennes au sud de la ville et quelques manœuvres (réussies) des insurgés pour fixer des unités ukrainiennes à Debaltsevo (ouest), Slavianoserbsk (ouest-nord-ouest) et Severodonetsk (nord-ouest).  


En moins de dix jours, ils ont avancé de 120 km, dépassant par l’ouest la ville portuaire et sidérurgique de Mariupol et libérant une série de villages en bord de mer sur une bande côtière de 60 kilomètres, dont la ville de Novoazovsk. Le 27, pour la première fois, les avant-gardes des insurgés ont atteint la région frontalière de Zaporojie, où des résistants favorables à l’insurrection ont attaqué des convois de ravitaillement de l’armée ukrainienne et libéré plusieurs localités situées à 50 km à l’ouest et au nord-ouest de Mariupol.


Depuis le 20 août, plus de soixante villages et petites villes entre Donetsk et Mariupol ont hissé les couleurs de l’insurrection.

 Enfin des forces ukrainiennes très importantes ont été enfermées dans plusieurs poches : près d’Ilovaisk (1000 hommes, principalement des bataillons « Donbass » et « Azov » financés par Kolomoisky), autour d’Amvrosievka (5000 militaires, dont plusieurs bataillons de Kolomoïsky et des forces armées régulières, de nombreux canons et chars), près de Starobechevo au sud-ouest de Donetsk (encore 1500 à 2 000 militaires) et enfin 3 000 hommes et de nombreux chars à Mariupol même.




Tout cela a provoqué une panique très compréhensible parmi les forces ukrainiennes et les Ukrainiens favorables au gouvernement à Mariupol, mais aussi jusqu’à Zaporojie et Dniepropetrovsk dont les administrations municipales respectives ont ordonné avec beaucoup de précipitation de commencer à creuser des tranchées.


La panique est d’autant plus grande que les populations proches de la mer d’Azov et les cosaques de Zaporojie sont très critiques envers le pouvoir de Kiev ; les cosaques sont par ailleurs de bons et valeureux combattants.




À Mariupol, l’aciérie, la gare, le principal pont et une partie du port ont été minés pendant la journée du 27 août. Le même jour, un bataillon complet de 400 personnes, composés de conscrits de l’ouest de l’Ukraine (Ivano-Frankivsk) se mutinait, quittait la ligne de front et, avec armes et bagages, regagnait sa ville.


D’autres unités régulières ou paramilitaires ont aussi abandonné la ligne de front et leurs blindés tandis que plusieurs centaines de soldats se sont tout bonnement rendus à l’insurrection.


Une soixantaine de douaniers ont préféré passer la frontière russe pour être désarmés de l’autre côté. 

Le commandant du bataillon « Donbass » (financé par Kolomoïsky) Semion Semenchenko se plaignait il y a encore deux jours sur sa page Facebook d’avoir été abandonné par les unités régulières ukrainiennes censées le ravitailler et couvrir ses arrières ; elles ont reculé jusqu’à la nouvelle ligne de front, à 50 km de la poche d’Ilovaisk où est maintenant enfermé le bataillon Donbass.


Enfin, les insurgés ont commencé à pilonner les nouvelles poches à l’artillerie lourde tout en attaquant sans ménagement toutes les tentatives de déblocage desdites poches par les forces ukrainiennes. De nombreux blindés ont été détruits ou abandonnés et plusieurs unités ont tout simplement cessé d’exister après avoir vu leurs soldats décimés à 70 voire 80 %. 

 


Par politicvisio.com – le 29 août 2014


Koter Info's insight:


Et l'UE soutient toujours ces fous !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

UE-banques & monopole du crédit

UE-banques & monopole du crédit | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les banques privées jouissent scandaleusement du monopole du crédit au secteur public

Par Eric Toussaint


En ce qui concerne la zone euro, les banques bénéficient d’un privilège : elles jouissent du monopole du crédit destiné au secteur public.


En effet, il est interdit à la BCE et aux banques centrales faisant partie de l’Eurosystème d’octroyer du crédit aux administrations publiques (voir encadré sur la BCE).


Les gouvernements de la zone euro ont la possibilité de contourner partiellement cette interdiction en empruntant à des banques publiques (dans les pays où il en existe encore), mais ils se refusent jusqu’ici à mettre cette possibilité en pratique.


Or, les banques privées se financent principalement depuis 2008 auprès des pouvoirs publics (la BCE et les banques centrales de l’Eurosystème) à un taux extrêmement avantageux. Depuis juin 2014, elles empruntent à la BCE au taux de 0,15 % (alors que le taux d’inflation a été en 2013 de l’ordre de 0,8 % dans la zone euro, cela signifie que les banques paient un taux d’intérêt inférieur à l’inflation, i.e. un taux d’intérêt réel négatif). Elles prêtent ensuite cet argent aux pays européens de la Périphérie (Espagne, Italie, Portugal, Grèce, Irlande, Chypre et des pays de l’Est membres de la zone euro) en exigeant des taux nettement plus élevés, voire exorbitants (entre 3 et 7 %, taux appliqués correspondants à juin 2014). Elles prêtent à la France, à la Belgique, aux Pays-Bas à un peu moins de 2 % et à l’Allemagne à 1,6 % (taux pratiqués en juin 2014).


 

La Banque Centrale Européenne


Créée en 1998 sur le modèle de la Bundesbank allemande et installée à Francfort-sur-le-Main en Allemagne, la Banque centrale européenne (BCE) est l’institution responsable de la mise en œuvre de la politique monétaire dans les pays ayant adopté l’euro pour monnaie commune |1| .


Les banques centrales nationales des pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matière monétaire. Prévue par le traité de Maastricht de 1992, la BCE a pour missions fondamentales, en vertu de l’article 105 paragraphe 2 du traité instituant la Communauté européenne, de :

.

  • définir et mettre en œuvre la politique monétaire de la zone euro ;
  • conduire les opérations de change ;
  • détenir et gérer les réserves officielles de change des pays de la zone euro ;
  • promouvoir le bon fonctionnement des systèmes de paiement.

.

Son objectif principal, ainsi que celui des banques centrales nationales des pays de la zone euro, est « de maintenir la stabilité des prix |2| » en visant une inflation annuelle de 2 %.


Proclamée indépendante, la BCE est dirigée par des banquiers avec une pure logique de banquiers. Si les populations européennes demandaient démocratiquement d’autres choix monétaires, la BCE pourrait refuser et continuer avec ses dogmes au service des individus les plus riches et des grandes entreprises. Or, cette indépendance n’est qu’une habile mise en scène pour laisser croire qu’il n’est pas possible de questionner les choix faits par la BCE.


En réalité, la BCE est tout à fait perméable aux exigences des grandes banques et des institutions financières dans leur ensemble, ainsi qu’à celles des dirigeants européens qui organisent la soumission des peuples grâce aux politiques néolibérales.


Bien que les politiques concernant le marché du travail soient absentes des compétences de la BCE, celle-ci intervient systématiquement dans ce domaine en faveur d’une augmentation de la précarisation des travailleurs et en faveur des intérêts particuliers des patrons d’entreprises.


Pour rappel, il faut souligner que la BCE n’achète pas directement aux États les titres de dette publique qu’ils émettent pour se financer |3|. Les gouvernements qui ont créé la BCE voulaient réserver au secteur privé le monopole du crédit à l’égard des pouvoirs publics. Depuis 2010, la BCE achète des titres de la dette publique sur le marché secondaire : elle ne les achète pas directement aux États, mais aux banques qui les ont acquis sur le marché primaire et qui ne savent plus comment s’en débarrasser.


C’est un deuxième moyen utilisé par la BCE pour financer les banques. Si la BCE achetait des titres publics sur le marché primaire, elle apporterait directement des moyens financiers aux États.


Il convient également de préciser que la BCE n’achète sur le marché secondaire que des titres de dette publique de pays qui se soumettent aux politiques d’austérité brutale.


Les statuts de la BCE ainsi que le traité de Lisbonne lui interdisent, tout comme aux banques centrales de l’Union européenne, de prêter directement aux États. Elle prête donc aux banques privées qui, à leur tour, prêtent aux États à un taux plus élevé.


L’article 101 du traité de Maastricht, repris intégralement par le traité de Lisbonne dans son article 123, ajoute : « Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres […] d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales, aux autres autorités publiques. »



>> C’est une des raisons pour lesquelles il faut abroger ce traité afin de refonder démocratiquement l’UE.

 

 


Par Eric Toussaint - cadtm.org - le 31 août 2014

 

Éric Toussaint, maître de conférence à l’université de Liège, préside le CADTM Belgique et est membre du conseil scientifique d’ATTAC France. Il est auteur des livres Bancocratie, Aden, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Editions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010.

 

 

Notes :

|1| Onze pays ont créé la zone euro* en 1999 (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal), rejoints par la Grèce en 2001, la Slovénie en 2007, Chypre et Malte en 2008, la Slovaquie en 2009, l’Estonie en 2011 et la Lettonie en 2014. Voir :

http://www.touteleurope.eu/actualite/carte-des-pays-membres-de-la-zone-euro.html


|2| Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, article 282.


|3| Depuis le début de la crise, la FED a racheté pour plus de 2400 milliards $ de bons du trésor des États-Unis (en octobre 2014, le volume de bons du trésors détenu par la Fed atteindra 2450 milliards), ce qui représente 18% du volume total des bons du trésor en circulation. Source : Natixis, EcoHebdo, 25 juillet 2014, N°29, http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=78192

Attention, contrairement à une idée largement répandue, la Fed n’achète pas les bons du trésor au Trésor directement, elle les achète via des opérations d’open market aux banques privées qui les ont acquises préalablement. Voir la législation des États-Unis en la matière :

http://www.federalreserve.gov/aboutthefed/section14.htm

Il en va de même pour la banque d’Angleterre.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Au suivant ?

Au suivant ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Quand on "brosse" les cours d'histoire, voilà ce qui arrive ! Encore un très mauvais élève qui n'a rien compris !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Et pour la rentrée ...

Et pour la rentrée ... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le premier mannequin de France, vous propose une tenue décontractée pour la prochaine rentrée à l'université.


La verrons-nous bientôt à Louvain-la-Neuve ?  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Dites-moi Mr le président ...

Dites-moi Mr le président ... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Interview :


Dites-moi monsieur Poutine : qu'est ce qu'on ressent a être le président du pays le plus agressif du monde ?


Réponse de Monsieur Poutine :


" Je n'en sais rien, car je ne suis

pas président des Etats unis "


-------------


C'est de l'humour, mais si réel !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Il libère des soldats ukrainiens

Vidéo ajoutée par Info Quiderange sur YouTube le 31 août 2014


Avant de les libérer, le 1er ministre (autoproclamé) de la DPR (République Populaire de Donetsk) Alexander Zakharchenko rencontre des soldats de l'Armée Ukrainienne faits prisonniers.


Tiens, ne sont-ce pas ces libérateurs humanitaires que l'on traite de terroristes ennemis de l'Ukraine, de l'UE et des USA ?


Regardez cette vidéo, vous serez étonnés de vérifier que ceux que nos médias dénigrent sont réellement de braves gens et non des brutes sanguinaires (comme les nazis qui les massacrent avec notre soutien européen, sauf le mien).


Des "ennemis" pareils, j'en veux bien !


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Eviter le harcèlement à l'école

Eviter le harcèlement à l'école | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


En ce jour de rentrée des classes, certains se rendront avec plus d'enthousiasme que d'autres sur les bancs de l'école. En effet pour quatre jeunes sur dix, c'est aussi le jour où ils retrouvent ceux qui les harcèlent. Afin de commencer l'année sur une base plus positive, voici 10 trucs pour ceux qui sont harcelés, mais aussi pour les harceleurs.


Selon les chiffres de l'UNICEF, quatre jeunes sur dix sont victimes de moqueries à l'école. Ellen Somers, l'auteure de la 'Pestitude', connaît la problématique du harcèlement, car elle en a été victime.


À travers son livre, elle souhaite dire qu'il y a une vie après avoir été tête de Turc. Mais aussi qu'il existe des moyens pour éviter ce genre de situation. Voici dix astuces tirées du livre pour aider ceux qui en sont victimes. Mais aussi ceux qui en sont les témoins et ceux qui en sont la raison.


1) Augmenter sa confiance en soi

L'origine du harcèlement est un manque de confiance en soi. Du côté de la victime, mais aussi de celui qui harcèle. Celui qui tourmente un autre a souvent une mauvaise image de lui et le fait payer aux autres. Cela ne devient problématique que lorsque celui qui est la victime des récriminations du harceleur commence à croire en ce que l'autre dit. Ceux qui manque de confiance en soi sont naturellement des victimes faciles. Travailler la confiance en soi permet donc de relativiser les remarques, tout en offrant moins le flanc aux critiques.


2. Se concentrer sur les gens avec qui on s'entend bien

Dans la vie on rencontre des gens avec qui le contact passe directement et d'autres pour lesquels on éprouve directement de l'antipathie. C'est une évidence que l'on ne s'entend pas bien avec celui qui nous importune. Il faut donc se concentrer sur ceux avec qui on s'entend bien.


3. S'ouvrir à ceux qui veulent aider

Pour celui qui est victime de harcèlement, il n'est pas facile de faire confiance. Mais ce n'est pas pour autant une raison pour exclure tout le monde et rejeter ceux qui proposent de l'aide.


4. Mettre des mots sur le problème

Souvent, celui qui est victime de harcèlement n'en parle pas. Par peur des réactions, mais aussi de celui qui le harcèle. Pourtant, il est primordial d'en parler pour pouvoir agir. Si le problème est tu, la situation ne fera que perdurer.


5. Le harceleur doit comprendre pourquoi il agit de cette manière

Il est bon que celui qui harcèle les autres comprenne que tant de méchanceté ne lui apporte rien. Il serait au contraire très positif pour lui de chercher à connaître les raisons qui se cachent derrière une attitude si négative. Souvent l'impuissance, l'angoisse ou la colère sont à l'origine de ce genre de comportement.


6. Reconnaître ses fautes

L'étape suivante pour le harceleur est de reconnaître ses fautes. Il doit aussi travailler sur soi pour comprendre que pourrir la vie de quelqu'un d'autre ne résout d'aucune façon ses propres problèmes.


7. Présenter des excuses

Lorsque le harceleur est enfin conscient de ses erreurs , il doit les verbaliser en présentant ses excuses sincères à celui qui fut l'objet des moqueries. Les deux ne doivent pas forcément devenir amis, mais cela permet de tourner la page.


8. N'essayez pas de vous mettre à la place de l'autre

Une erreur souvent commise par les parents ou par le corps enseignant en cas de harcèlement est de s'imaginer à la place de l'autre pour mieux lui venir en aide. Or cela ne sert à rien, car la phrase "moi dans ton cas, je ferais ça..." ne marche d'aucune façon lorsqu'on est victime de harcèlement. La situation étant tellement intime que personne ne peut vraiment se mettre à sa place.


9. Des questions ouvertes

"Montrer de l'empathie et offrir une oreille attentive est bien évidemment un must" précise l'auteure. Mais la victime est davantage aidée par des questions ouvertes où il peut vider son coeur que par une litanie de conseils.


10. Trouver par soi-même une solution

La meilleure solution est celle qui sera trouvée par la personne harcelée. Des conseils venant de personnes qui ne sont pas harcelées ne sont d'aucune aide. Si la solution vient de la personne elle-même, elle n'en sortira que plus forte.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Un papa digne de Hollywood


La manière dont ce père de famille a filmé son enfant va vous étonner. C'est super comme délire père-fils ! De plus, les effets spéciaux sont bien maîtrisés, normal puisque ce papa travaille chez "DreamWorks".


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

C'était ce lundi ...

C'était ce lundi ... | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Espérons que Joëlle Milquet sera une bien meilleure élève que ceux et celles qui l'ont précédées à ce poste !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Islande - Alerte rouge

Islande - Alerte rouge | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L’Islande a élevé dimanche à «rouge» le niveau d’alerte près du volcan Bardarbunga, après une nouvelle éruption dans un champ de lave adjacent. L’éruption s’est produite peu avant 6.00 hr GMT dans la même zone qu’une précédente éruption survenue vendredi, a précisé l’Institut météorologique islandais, chargé de la surveillance de l’activité volcanique.


L’alerte entraîne une interdiction de tous les vols en dessous de 1.800 mètres d’altitude dans un rayon de 18,5 km autour du volcan. C’est la troisième fois en une semaine que l’Islande émet une alerte rouge en raison des activités sismiques près du Bardarbunga.


La protection civile islandaise a indiqué dans un communiqué qu’une tempête de sable dans la région du Bardarbunga avait contraint les scientifiques surveillant le volcan à quitter la zone.


Le Bardarbunga, immense volcan culminant à environ 2.000 m et situé sous le plus grand glacier d’Islande, est entré en activité le 16 août, provoquant chaque jour des centaines de secousses.


Plusieurs centaines de personnes ont depuis été évacuées de cette région peu peuplée, mais prisée des randonneurs, campeurs et chasseurs durant l’été.


Une éventuelle éruption du Bardarbunga pourrait perturber le trafic aérien dans le nord de l’Europe et l’Atlantique-Nord, à l’instar du volcan Eyjafjallajökull en 2010.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - Opération punitive et ... ?

Vidéo sous-titrée en français ajoutée sur YouTube par Laurence Guillon le 1er septembre 2014


Un ex-général de l'Armée ukrainienne (les "méchants") parle de l'opération "punitive" et il ne mâche pas ses mots pour dire ce que "La Gazette de Koter Info" ne cesse d'écrire depuis le début du conflit.


Quand un ex-général ukrainien ose décrire "la" situation de la sorte, vous ne pouvez pas manquer l'info.


Duc


Koter Info's insight:


Enfin des vérités dites par

un ex-général ukrainien


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Nouveau scandale Novartis

Nouveau scandale Novartis | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le géant pharmaceutique suisse Novartis, déjà ébranlé au Japon par plusieurs affaires de falsification de données, vient de révéler ne pas avoir rapporté au ministère nippon de la Santé 2.579 cas d’effets secondaires graves, dont un mortel, en lien avec des médicaments anticancéreux.


Trois traitements sont particulièrement concernés, sur une période qui remonte à 2002: Glivec (1.313 cas) et Tasigna (514), tous deux destinés à soigner la leucémie, ainsi qu’Afinitor (261).


Les employés du service marketing étaient au courant, mais ils n’ont pas jugé bon d’en faire état à la division compétente. Ils n’étaient pas pleinement conscients de l’importance du problème, a expliqué Novartis, invoquant également un défaut de surveillance de la part de leurs supérieurs.


Outre ces cas signalés, des soupçons pèsent sur 6.118 autres, qui sont en cours d’examen.


Vendredi, Novartis Pharma a présenté au ministère une série des mesures, dont une meilleure formation des salariés, pour éviter que ce genre de situation ne se reproduise à l’avenir.


La filiale nippone a récemment été éclaboussée par une série de scandales. Le premier avait éclaté l’an dernier, lorsque deux universités japonaises avaient dénoncé la manipulation de résultats cliniques réalisés sous leur égide à propos du médicament contre l’hypertension Diovan (ou Valsartan).


Un ancien employé a été arrêté, soupçonné d’avoir falsifié des résultats pour exagérer les effets bénéfiques, et inculpé, de même que la société.


En raison de cette affaire et de plusieurs autres problèmes découverts dans les méthodes de Novartis au Japon, la maison-mère suisse avait décidé en avril de remplacer ses principaux dirigeants dans l’archipel.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - La Nouvelle Russie en force

Ukr. - La Nouvelle Russie en force | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 


Ukraine/Donbass : la Nouvelle Russie en force ! 

 

Tout est allé très vite, ces deux dernières semaines : l’offensive des forces de Nouvelle Russie (FAN) a totalement balayé les illusions de l’état-major de Kiev, encadré par des « conseillers » occidentaux, et a taillé en pièces les troupes d’un régime « proeuropéen » dont l’essence idéologique génocidaire n’est plus à démontrer.


En dépit de l’appui américain et européiste, malgré les incessants tirs d’artillerie lourde contre les agglomérations, visant en tout premier lieu les civils, la dictature oligarchique de Porochenko n’est pas arrivée à bout des « sous-hommes » (dixit le Premier ministre ukrainien) qui se sont levés à l’Est du pays contre un régime criminogène.


La guerre n’est bien évidemment pas terminée et elle risque d’être encore longue et cruelle, en dépit des apparences. Ce n’est pas un revers pour le peuple ukrainien, victime malgré lui d’une situation qui lui échappe, mais c’est une défaite pour les mondialistes et pour tous ceux qui soutiennent le maître de Kiev. Et c’est un espoir pour celles et ceux qui veulent vivre libres, souverains et indépendants.


C’est la débandade. Lors de notre dernière chronique, nous titrions que cela allait mal pour Kiev. Deux semaines plus tard, l’histoire et les réalités du terrain nous ont donné raison : les forces de Nouvelle Russie, renforcées de volontaires de toutes conditions et de toutes origines, mettant à profit leur savoir faire, leur avantage de la connaissance du terrain, leur abnégation pour une cause juste, celle de protéger le petit peuple du Donbass agressé par la clique kiévienne, ont lancé une offensive tous azimuts contre les valets de Washington et de Bruxelles, balayant tout sur leur passage et encerclant de nombreuses unités.


La carte des opérations, ci-dessus, est édifiante. En pleine débâcle, le gouvernement putschiste appelle Washington et Bruxelles à l’aide. Et les forces militaires et paramilitaires du régime partent en morceaux : on ne compte plus les prisonniers, les engins et autres blindés détruits, les avions abattus et les désertions. Le 5e « bataillon » de la garde nationale de Ruthénie-Carpathie n’est plus opérationnel en raison de ces dernières… Et Saur-Mogila, hauteur symbolique et stratégique au Sud-Est de la poche, est de nouveau entre les mains des insurgés.

.

 

 

 .

 .

 

Vers une offensive d’automne


Les FAN (Forces armées de Nouvelle Russie) affirment avoir remis à Kiev plus de 200 soldats ukrainiens capturés. Au cours de la nuit dernière, les forces du Donbass ont maintenu un cessez-le-feu, au cours duquel 223 militaires captifs et des paramilitaires de la garde nationale « ont été remis à la partie ukrainienne », selon Interfax.
 L’armée de la République populaire de Donetsk a empêché une tentative de la garde nationale de sortir des « véhicules lourds » d’une zone assiégée par les forces antigouvernementales.
 Les FAN ont détruit deux chars ukrainiens et deux transports de troupes blindés à la suite de combats près du village de Starobesheve, à plus de 20 km au Sud-Est de Donetsk. Six chars auraient été capturés par la milice et 198 militaires ukrainiens ont été désarmés.

.

 

La situation au Nord de Lugansk est relativement stable et la résistance concentrée sur Stanytsia Luganska, à une dizaine de kilomètres au Nord-Est de Lugansk, ne permet pas pour le moment aux forces du Donbass d’encercler les troupes de Kiev à cet endroit.


Au Sud et au Sud-Est de Lugansk, les trois poches d’encerclement devraient être réduites dans le courant de cette semaine. Un problème de commandement et de coordination avec les forces cosaques, placées sous le contrôle de l’Ataman Kozitsyn, amène à des reports de progression et des ralentissements dans le secteur Sud-Est de Lugansk, vers Krasnodon.


La situation est néanmoins préoccupante puisque l’« armée » des cosaques du Don dispose d’une importante artillerie lourde composée d’obusiers de 152 D-20 de MSTA-B de 152 mm. Cette faiblesse dans la constitution de la milice dans la région de Lugansk avait été à l’origine de succès brefs et très réduits localement des forces de Kiev fin juillet et début août. Un problème qui devra irrémédiablement être résolu d’ici l’automne, puisque, déjà, les forces de Nouvelle Russie s’équipent pour l’hiver.

.



.

Vers Donetsk, au Nord et à l’Ouest de Gorlivka, la situation se maintient sous une forme de guerre de positions, puisque les troupes du Donbass ne sont pas pour le moment en mesure de monter une offensive contre celles de Kiev. Vers Kramatorsk et en direction de Gorlivka, on signale depuis deux jours la présence d’au moins un bataillon de la 79e brigade aéromobile reconstituée après sa destruction dans le chaudron frontalier.


D’ici deux semaines, la poussée des troupes indépendantistes en direction de l’Ouest de Donetsk devrait permettre de rendre inaccessible aux batteries d’artillerie le centre-ville de Donetsk. Dans la journée, les FAN ont annoncé avoir encerclé l’aéroport de Donetsk, mais il serait toujours détenu par les forces ukrainiennes. « Nous avons encerclé l’aéroport et son assaut ne sera pas facile, a annoncé un porte-parole de Nouvelle Russie, les approches sont obstruées par des mines. » Ce soir, l’aéroport est sous le feu des insurgés.

.


Plus au Sud, les chaudrons de Dyakove, d’Amvrosiivska et de Starobesheve sont l’objet de toutes les attentions des FAN, puisqu’il est hors de question de mobiliser trop longtemps l’ensemble des forces indépendantistes disponibles sur cette zone, comme ce fut le cas pour le chaudron des frontières il y a plus d’un mois. Le « bataillon Donbass-1 » de Semen Semenchenko accuse d’importantes pertes humaines et matérielles et son chef vient de subir sa quatrième défaite militaire en deux mois…



L’offensive se poursuit sur l’extrême Sud du Donbass, près de la mer d’Azov. Après avoir pris Novoazovsk, Mariupol est désormais encerclée, la route de Berdyansk vient de passer sous le contrôle des FAN. Cette progression fulgurante en quelques jours n’a été possible que grâce à la mobilité des forces de Nouvelle Russie dans ce secteur et en raison de l’absence évidente d’une défense cohérente des troupes de Kiev.
 En tout état de cause, Mariupol risque de subir un siège avant un assaut en règle.


Dans la journée, un bâtiment de surface des gardes-côtes ukrainiens a été coulé. Et l’ineffable Igor Mosiychuk, le Laurel des Patriotes ukrainiens et du « bataillon Azov », accuse l’oligarque Ihor Kolomoisky, le fourier des paramilitaires néonazis d’avoir « abandonné Mariupol ».


Information intéressante et qui mérite confirmation : quelque 200 « conseillers » militaires américains (ou occidentaux…) seraient coincés dans le port de Mariupol pour n’avoir pas prévu l’encerclement de la ville… Washington n’a qu’à demander à Londres comment évacuer en catastrophe un corps expéditionnaire ; les Britanniques sont experts en la matière depuis juin 1940.


Des renforts, toujours des renforts


Si, jusqu’à la mi-août, la plupart du matériel des FAN provenait des stocks de l’ex-armée ukrainienne (réserves saisies et prises de guerre lors des combats), dorénavant le transfert de vieux matériels militaires russes aux forces de Nouvelle Russie est une réalité. Tout comme Berlin en 1994-1995 avait cédé des quantités d’équipements de l’ex-NVA, l’armée est-allemande, aux forces croates avant les offensives contre les Krajinas serbes, Moscou permet ce transfert de moyens militaires via des réseaux paraétatiques  (*)  qui soutiennent les indépendantistes du Donbass, en plus des volontaires en provenance de nombreuses régions de la Fédération de Russie.

 

 

 .

Aussi, des volontaires affluent de toutes parts pour combattre dans les rangs de la Nouvelle Russie : des citoyens issus des pays de l’ex-URSS, bien entendu, mais aussi des Allemands, des Canadiens, des Espagnols, des Italiens, des Français, et même des Grecs, le Sud de l’Ukraine comprenant une minorité hellénique. Ils se battent contre le mondialisme, par idéal, pour la liberté et contre l’ordre imposé par Washington et Bruxelles. Ni de droite, ni de gauche, ils défendent le droit des peuples à s’opposer à l’hyperpuissance US et à ses laquais.




Sauvagerie de la modernité occidentale contre Europe chrétienne


Ceux qui considèrent que l’Ukraine est encore un pays « indépendant » sont des imbéciles ou des tartufes, ils sont au niveau zéro de la géopolitique.


Totalement à la botte des mondialistes de Washington et de Bruxelles, infiltrée à tous les niveaux par des « conseillers », des « agents », des « superviseurs » venus d’outre-Atlantique, de Pologne, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, du Canada, disposant même d’une antenne de la CIA dans les propres locaux de sa sécurité d’État, l’Ukraine est devenue le terrain d’affrontement d’un Occident agressif et prédateur contre tout ce que peut représenter la puissance russe et surtout pour tenter de contrer quelques velléités d’indépendance de nations européennes qui, demain à la faveur de l’avènement de gouvernements patriotes (comme en France avec Marine Le Pen), tourneront le dos à l’euroatlantisme et à tous ses avatars.


Comme le souligne Xavier Moreau dans sa dernière analyse, il s’agit en Ukraine d’un affrontement entre la sauvagerie de la modernité occidentale et l’Europe chrétienne.


À chacun d’élire son camp, nous avons choisi le nôtre.
 Et il faut avoir une bonne dose de mauvaise foi, ou être quelque peu dérangé, pour affirmer que Vladimir Poutine, « menace » (sic) l’Ukraine d’une guerre nucléaire en affirmant : « Ne cherchez pas d’histoire à la puissance nucléaire qu’est la Russie. »


Le président russe s’adressait bien évidemment en ces termes à tous ceux qui, en Occident, entendent mener à bien leurs velléités géostratégiques au moyen des armes, des coups d’État, des opérations clandestines, de la désinformation, du chantage et de la guerre économique, comme lors de la guerre froide, et ce message ne s’adressait certainement pas aux traînes patins que sont les putschistes kiéviens et encore moins au peuple ukrainien.



C’est justement par la faute de cette clique minable, mise en place par les mondialistes suite au coup d’État de l’hiver dernier, que l’Ukraine est aujourd’hui au bord du gouffre et que la création d’un État dans le Donbass, indépendant de Kiev, est plus que jamais d’actualité.


Donetsk et Moscou veulent mettre fin aux inepties de Lénine, de Staline et de Khrouchtchev, concernant les frontières de l’Ukraine ; et c’est heureux.


Et, en bons successeurs des internationalistes qu’étaient ces tristes sires, les alliés de Kiev refusent cette évolution et menacent : de nouvelles sanctions contre la Russie sont envisageables, on désigne Donald Tusk, le pantin « pirougi » [1] des Américains, à la tête du Conseil de l’Europe, on vocifère, on fulmine… Avec de tels amis, la junte n’a pas besoin d’avoir d’ennemis.



Par Jacques Frère - NationsPresse.info - le 31 août 2014


[1] Petit chausson à pâte molle garni de pomme de terre ou de viande. Excellente spécialité culinaire polonaise !

 

--------------------  


(*) Pour une bonne compréhension du terme

" paraétatique " :


- Définition cnrtl.fr : para-étatique :

  • qui existe ou agit parallèlement aux États, mais sans être dans leur dépendance.

http://www.cnrtl.fr/definition/para-étatique

 

- Définition Larousse de para-étatique :

  • se dit des organismes publics distincts de l'État ou des collectivités publiques (établissements publics, offices, etc.).

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/paraétatique/57882


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Risque de catastrophe nucléaire

Risque de catastrophe nucléaire | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L'Europe risque une catastrophe nucléaire


Un tournant majeur a été franchi aujourd'hui en Ukraine, et toute l'Europe se retrouve menacée par ses conséquences.


Igor Kolomoisky est un oligarque israélo-chyprio-ukrainien qui gouverne d'une main de fer la ville de Dniepropetrosvk.


Suite à l'effondrement (ces jours-ci) du front sud et de l'avancée des insurgés jusqu'à la mer d'Azov et la région voisine de Zaporojie, l'homme fort de Dnepropetrovsk Igor Kolomoisky, a annoncé qu'il prenait les choses en main et a lancé les préparatifs pour faire sauter le barrage de Dneprogues, sur le Dniepr, près de la ville ukrainienne de Zaporojie, si les insurgés continuaient leur avance vers cette ville.


Or une Centrale Nucléaire très importante pourrait être submergée et détruite si le barrage venait à sauter. Voir plus de détails sur cette même page en cliquant sur ce lien.


Vous imaginez les conséquences :  une catastrophe dont les retombées dépasseraient largement l'Ukraine !


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Corrida de CRS et de brutes !


Douce  France ?


  • Insultes grossières,
  • Coups de poing et de pied,
  • Coups de barre de fer et de fouet,
  • Matraquage et violence,
  • Gazage à bout portant, etc


Tel est le traitement infligé aux opposants à la corrida de Maubourguet (France) le 23 août 2014, principalement des femmes.


Une honte pour les forces de l’ordre manifestement du côté des aficionados peu reluisants.


Cette vidéo témoigne des violences perpétrées par les taurins et les CRS, alors même qu’ils s’efforcent de faire croire au Monde que les opposants à la corrida sont des terroristes.


Regardez ces brutes primaires, écoutez leurs insultes stupides et, surtout, diffusez pour dénoncer !


Duc

Koter Info's insight:


Liberté, égalité, fraternité ?


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Bonne rentrée à tous !

Bonne rentrée à tous ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les grandes vacances sont terminées !


Plus de 850.000 jeunes de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'en rendront compte à partir de ce lundi, tout comme leurs quelque 100.000 mille enseignants,


Bonne rentrée à tous !  -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Attaque d'un requin blanc...


En vidéo : l’attaque d’un grand requin blanc au ralenti


Impressionnant, c’est le mot qui viendrait à l’esprit de tout témoin d’une attaque de grand requin blanc.


Ce prédateur, bien qu’il soit mal connu des scientifiques, est souvent l’objet de tous les fantasmes, notamment au cinéma.


Aujourd’hui, c’est grâce à des caméras hautes vitesses que l’étude de leurs attaques devient possible.


Vivez en vidéo, et au ralenti, une attaque de ce squale, comme si vous y étiez.


Comment se déroule une attaque de requin ? C’est une question à laquelle la technologie a permis de répondre. Les attaques visibles dans cette vidéo ont toutes été filmées avec une caméra à haute vitesse. Alors qu’une caméra classique permet d’enregistrer entre 24 et 30 images par secondes, celle à haute vitesse peut monter jusqu’à 1.000.000 d’images dans le même laps de temps. En augmentant le débit, le temps se trouve ainsi ralenti, ce qui permet aux scientifiques et aux spectateurs de suivre et comprendre toutes les étapes d’une attaque de ce grand prédateur marin.

 

Lorsqu’il attaque, le requin ne dévore pas immédiatement sa proie. Dans le cas de cette vidéo illustrant la chasse au phoque, il traque dans un premier temps l’animal et l’observe. Il peut repérer sa proie à de grandes distances, soit par l’odorat, soit par l’ouïe, soit par ses ampoules de Lorenzini qui lui permettent la détection de champs magnétiques. Dans le cas du phoque, le requin blanc préfère donner l’assaut vers la surface, lorsque l’animal vient respirer.


Sa charge se décompose en deux étapes. Tout d’abord il va évaluer sa proie, un coup de dent net et précis lui permet aussitôt de déterminer si son choix est comestible et riche en graisses, ce que le requin affectionne tout particulièrement. Des récepteurs situés dans la gueule du requin confirment immédiatement si sa proie est intéressante ou au contraire si c’est un leurre comme dans cette vidéo. Ensuite, lorsque sa proie est inerte, le requin peut entamer son repas.


Un animal menacé


Devant une telle violence, difficile d’imaginer qu’il ne puisse être qu’une menace minime pour l’Homme. En réalité, dans le monde, on ne recense en moyenne que 35 agressions par an dont presque aucune ne s’avère mortelle. Dans le cas de notre espèce, le requin ne reconnaissant pas le gout, abandonne sa proie presque immédiatement. Ces attaques relèvent en général d’accidents, car les surfeurs et planchistes ont une silhouette proche du phoque lorsqu’ils nagent à la surface.


La réputation du requin blanc, forgée par les médias et le cinéma, en a fait un animal menacé. Chassé pour son aileron et ses dents, le prédateur a presque disparu de la méditerranée. Bien qu’il reste présent sur le reste du globe, sa population est très difficile à évaluer. Sa pêche est interdite en Australie, en Afrique du Sud ainsi que dans de nombreux autres pays. La raréfaction de ses proies favorites et l’altération de son milieu en font en définitive un animal rare et en péril.



Par futura-sciences.com/Nature – le 31 août 2014


Koter Info's insight:


Superbes images !


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Amusant, non ?

Amusant, non ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Mais qui s'est débarrassé de cette dame ?  -  Duc


more...
No comment yet.