Koter Info - La G...
Follow
Find
199.0K views | +223 today
 
Rescooped by Koter Info from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
onto Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

LLN - The Cat Hell Team, Aventure

LLN - The Cat Hell Team, Aventure | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

 

Il y a lieu de repositionner notre team louvaniste.  Souvenez-vous ou découvrez...

 

Le temps passe et "The Cat Hell Team" poursuit son but et son long chemin vers celui-ci...

 

Evelyne Hemstedt et Clotilde Vromman, étudiantes à LLN et originaires de Dion-Le-Mont, annoncent la création de "The Cat Hell Team".  Amies par les scouts, portant toutes deux un totem de chat, elles ont toujours été l'équipe des félines !

 

Les 2 jeunes femmes ont décidé de participer au raid 4L Trophy 2013, un des plus grands, si ce n'est le plus grand événement sportif étudiant en Europe.  Sous le nom de "The Cat Hell Team", leur numéro d'équipage sera le 851.

 

Créé en 1997 par Jean Jacques Rey, pilote et passionné de rallye-raid, le 4L Trophy a su devenir en 15 ans un rendez-vous incontournable des étudiants prêts à en découdre sur les pistes marocaines.  En 2012, la quinzième édition du raid 4L Trophy battait tous les records avec 1.350 voitures engagées et près de 3.000 personnes qui s'élançaient pour un périple d'environ 6.000 km jusqu'au Maroc.

 

On ne parle pas de vitesse sur le 4L Trophy (n'oubliez pas que la 4L a fêté ses 50 ans l'année dernière), mais bien d'une course d'orientation.  Le but est de rallier l'arrivée en faisant le moins de km possible tout en ayant validé les différents points de contrôle.  Pas de GPS, les concurrents ont pour seules armes une boussole, une carte, un road-book et leur flair.

 

Evelyne et Clotilde, nos deux pilotes neo-louvanistes ont ouvert une page spéciale sur Facebook pour permettre de partager et de relater leur aventure, vous les trouverez en cherchant "The Cat Hell Team". - Duc

more...
No comment yet.
Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
La Gazette des campus de LLN et de WSL-UCL ainsi que diverses infos intéressantes visant la vérité ou l'autre vérité (qui que ce soit qui la dise, mais sans forcément prôner l'auteur).
Curated by Koter Info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL

En collaboration avec Koter Info, le site des étudiants de LLN - WSL | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Koter Info 

Site "Koter Info" LLN-WSL-UCL


=  plus de 91.000 lecteurs du site

 

Avec tant de visiteurs différents, "Koter Infose targue d'être un site utile aux étudiants de Louvain-La-Neuve ou de Woluwé-Saint-Lambert-UCL.

 

Pour tout savoir sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve ou de Woluwé-St-Lambert-UCL, découverte, histoire, vie estudiantine, locations kots, photos, vidéos, cercles, kaps, etc...

 

Informations générales : Locations - Services - Adresses utiles, ne fusse que pour indiquer les grandes directions, mais c'est beaucoup plus !!!

 

En fait, Koter Info est un site en constante évolution avec plus de 90 pages à votre dispositon.  On y trouve tout se qu'il faut savoir quand on ne connait pas encore LLN ou WSL. 

 

Voyez par vous-même, cliquez ici ou sur le lien dans le titre ou dans la photo.


Duc

  

------------------------------

   

"La Gazette" de LLN-WSL-UCL


=  plus de 90.000 lecteurs de La Gazette

 

Avec tous ces lecteurs (différents), c'est indéniablement "La Gazette" des campus de LLN & de WSL-UCL et environs.  On y lit des infos locales ainsi que des publications diverses intéressantes boudées généralement par les médias habituels.

  

------------------------------

  

Dossiers de La Gazette


La Gazette de "Koter Info" a suivi plusieurs aventures d'équipages estudiantins néo-louvanistes ou liés à Louvain-La-Neuve au fameux Raid 4L Trophy destiné aux étudiants. Si vous voulez revivre ces aventures au jour le jour, de la préparation de la 4L à la fin du raid au Maroc, les photos, les vidéos et les reportages journaliers ont été rassemblés dans un dossier complet.

 

La Gazette a également créé un dossier reflétant les pages du site "Koter Info" et leur contenu avec un lien direct vers chacune des pages : "vitrine du site Koter Info"


------------------------------


Services gratuits directs



Koter Info's insight:

 

Site web et Gazette, les différentes publications de Koter Info sont suivies par plus de


181.000 lecteurs

 

more...
Koter Info's curator insight, January 14, 3:51 PM

 

Site web et Gazette, les différentes publications

de Koter Info sont suivies par plus de


181.000 lecteurs

 

Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Serbie - Marche pour le Donbass

Serbie - Marche pour le Donbass | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Voici la photo d'une marche impressionnante organisée pour soutenir le Donbass.


Au moins, en Serbie, des citoyens réagissent contre l'injustice ukrainienne en cours.


A quand la même expression en Belgique ? -  Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Inquiétant : tsunami annoncé ?

Inquiétant : tsunami annoncé ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Une île volcanique en éruption prenant de l'envergure au large du Japon pourrait être à l'origine d'un tsunami si ses pans de lave s'effondraient soudainement, ont averti mardi des scientifiques nippons.

 
Cette île, située dans le Pacifique à un millier de kilomètres au sud de Tokyo, se présentait dans les premiers jours sous une forme à peu près ovale de 400 mètres de long sur 200 de large. Mais elle a fini par rejoindre celle inhabitée de Nishinoshima appartenant au petit archipel Ogasawara, et l'ensemble, qui continue de s'étendre, couvre désormais 1,26 kilomètre carrés.
 
Les cratères de l'île crachent actuellement   200.000 mètres cubes de lave chaque jour - assez pour remplir 80 piscines olympiques - matière qui s'accumulent sur son flanc Est.
 
"Si la lave continuait à monter ainsi, une partie des pentes pourrait s'effondrer et provoquer un tsunami", a prévenu Fukashi Maeno, professeur adjoint de l'Institut de sismologie de l'Université de Tokyo.
 
Selon lui, un affaissement de 12 millions de mètres cubes de lave générerait un tsunami d'un mètre qui pourrait atteindre en environ 18 minutes l'île de Chichijima à 130 kilomètres de distance.
 
Chichijima, où vivent quelque 2.000 personnes, est la plus grande île de l'archipel d'Ogasawara, un groupe d'îles administré par Tokyo.


Le Japon, situé au confluent de quatre plaques tectoniques, enregistre chaque année plus de 20% des séismes les plus violents recensés sur Terre. Plusieurs volcans y sont actifs et les risques de tsunami redoutés sur une bonne partie des côtes de l'archipel.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Le Kidzik

LLN - Le Kidzik | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le Kidzik est un festival de musique pour jeune public. Il se déroule durant trois jours, du 23 au 25 août, sur les différentes scènes de la ferme du Biéreau et dans les rues de la ville.


Une quinzaine de concerts aux sonorités jazz, classique, rock/pop et chanson figurent au programme.


Les artistes en herbe ont également l’occasion de participer à de nombreux ateliers musicaux, ainsi que de s’amuser grâce aux animations proposées dans la cour de la ferme.


On retrouvera au cours des trois jours Léon l’accordéon, André Borbé, Toine Thys, Pierre Chemin et son laboratoire sonore.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

BE - Économiser 17 milliards d’€

BE - Économiser 17 milliards d’€ | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


« Économiser 17 milliards d’euros ne se fera pas sans un appauvrissement collectif inévitable »



D’où viennent ces 17 milliards d’euros ?


Herman Matthijs : « C’est la somme des déficits de l’état fédéral, des entités fédérées, des administrations locales et de la sécurité sociale. La Commission européenne, qui considère la Belgique comme une entité, a calculé qu’il nous faut 17 milliards d’euros d’économies pour atteindre un budget équilibré en 2016 ».



2016 ? Les négociateurs ne comptent-ils pas atteindre cet équilibre en 2018 ?


Herman Matthijs : « C’est ce qu’ils font croire, oui. Le gouvernement Di Rupo a bénéficié un report d’un an, je me demande comment ce gouvernement compte obtenir deux ans de la part de l’Europe ».



On parle d’un équilibre budgétaire structurel. Est-ce que cela signifie que les mesures uniques ne serviront plus à rien ?


Herman Matthijs : « On peut toujours vendre un bâtiment d’état et récolter deux milliards d’euros. Mais l’année d’après, il faut à nouveau trouver cet argent. La première année, cette coalition suédoise devra trouver 4 milliards d’euros, l’année d’après 5 milliards. Si on veut économiser 17 milliards d’euros de cette manière, on a d’autres choix que de s’y prendre structurellement ».



La limitation des indemnités de chômage dans le temps, une des mesures prônées par la N-VA, constitue-t-elle une mesure structurelle ?


Herman Matthijs : « Ce n’est pas une solution budgétaire, car elle déplace simplement la charge d’un niveau à l’autre. Les indemnités de chômage sont payées par l’ONEM et donc l’état fédéral, les revenus d’intégration par les CPAS et donc les communes. Ceux qui passent de l’un à l’autre continuent à percevoir un revenu de l’État.


L’état fédéral ferait donc des économies, mais pas les communes. Et les communes flamandes ont déjà accumulé une dette de 8 milliards d’euros alors que celle des CPAS s’élève à 2 milliards d’euros. Cette mesure ne contribue donc pas à la diminution de ces 17 milliards d’euros, l’addition de toutes les économies nécessaires.


Il n’y a que deux pistes pour que cette limitation dans le temps des indemnités permette de faire effectivement des économies. Soit en rendant les indemnités de maladie ou les revenus d’intégration plus bas que les indemnités de chômage, mais ces revenus sont déjà très bas. Soit en ne donnant plus rien aux gens après deux ans, mais il s’agit là d’une décision politique très difficile. Mais d’un autre côté il est vrai qu’une diminution du nombre de chômeurs permettrait d’économiser ».



La présidente de l’Open VLD Gwendolyn Rutten affirme que l’état donnera le bon exemple en économisant. Peut-on espérer trouver beaucoup d’argent de ce côté-là ?


Herman Matthijs : « Simplement baisser le nombre de fonctionnaires n’est pas la solution. Prenez le département de Finances : 30.000 fonctionnaires y travaillent. Si vous réduisez ce nombre à 20.000, il faut une simplification administrative et fiscale drastique en contrepartie. Si dans le système actuel on supprime purement et simplement 10.000 fonctionnaires aux Finances, il faudra attendre quatre ans avant d’avoir sa feuille d’impôt. Réduire les fonctionnaires fédéraux ? Pourquoi pas, mais pas sans une simplification. Et celle-ci n’aura jamais lieu ».



Il est donc faux de croire que l’État donne l’exemple ? Économiser sur l’État revient à économiser sur la prestation de services.


Herman Matthijs : « Il ne fait aucun doute qu’une économie de 17 milliards d’euros conduit à un appauvrissement collectif. Nous sommes au bord du précipice à cause de la politique des gouvernements des années 90 et d’après. Comme ils étaient composés de plusieurs partis, ils ne faisaient pas de choix clairs.

La méthode de la râpe à fromage, où chacun doit économiser cinq pour cent, constitue un problème politique. Ceux qui souhaitent une justice plus efficace doivent investir et entretenir ce budget ».


Cette coalition suédoise, idéologiquement plus cohérente que Di Rupo Ier, prendra-t-elle plus facilement les décisions difficiles ?


Herman Matthijs : « Sur papier, ils sont effectivement plus cohérents idéologiquement et ils ne sont que quatre. Cependant, devoir économiser 17 milliards d’euros entraîne de toute façon des dissensions. Par exemple, le CD&V n’acceptera jamais qu’on économise uniquement sur les dépenses. Et la recherche de nouveaux revenus, comprenez impôts, est plus difficile pour la N-VA et l’Open VLD ».



Ce gouvernement souhaite investir 500 millions d’euros en entreprises d’ici la fin de la législature. Pensez-vous qu’il aura l’espace budgétaire suffisant ?


Herman Matthijs : « Le gouvernement fera tout pour se rendre populaire avant la fin de son mandat. Il assainira au début pour investir plus tard. Cependant, il est très difficile de savoir si la croissance économique, qui tourne autour d’un pour cent, sera suffisante pour le permettre.


À l’heure actuelle, l’État compte surtout sur le secteur privé pour les investissements. Ces dernières années, il a fait des économies dans ce domaine, ce qui constitue une solution de facilité. Il ne donne pas le bon exemple et on en voit les conséquences : les infrastructures du rail, des écoles et des routes ont décliné. Il n’y a pas de plan d’investissement pour la police, l’armée ou les pompiers. C’est un problème structurel. C’est pourquoi il serait positif de retravailler avec un budget ordinaire et extraordinaire. Ce dernier budget fixerait un minimum d’investissements de l’État ».

 

 

Par Simon Demeulemeester – levif.be – le 19 août 2014-08-19

Source : knack

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Doel 3, Tihange 2 : fin ?

Doel 3, Tihange 2 : fin ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Les parois des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 sont fortement fragilisées en raison de milliers de microfissures. Ceci a été mis en évidence lors de tests intermédiaires, indique mardi soir la VRT, dans son JT, sur base de «plusieurs sources fiables».


Par conséquent, il est probable que les réacteurs ne redémarreraient pas cet hiver, voire jamais. «Il est trop tôt pour tirer des conclusions dans un sens comme dans l’autre», réagit Electrabel.


Les résultats des tests supplémentaires seront transmis à l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). Une décision sur un éventuel redémarrage pourra alors seulement être prise, précise Electrabel.


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Welcome Day

LLN - Welcome Day | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le 15 septembre prochain, jour de la rentrée académique, le "Welcome Day" s'installera une fois de plus sur la Grand Place de Louvain-la-Neuve.


Pour la huitième année consécutive, cet événement organisé par le "Supportkot" permettra aux nouveaux étudiants de découvrir un éventail des différentes organisations, activités et services proposés sur le campus.


De nombreux stands leur permettront de prendre connaissance de tout ce que la ville et l'université ont à offrir. Les étudiants de Bac1 pourront également y recevoir un "Welcome pack", comprenant des informations utiles (plan, horaire des sports, agenda ucl culture…) et des objets cadeaux.


Le Welcome Day est également destiné à tous les autres étudiants de l'UCL pour qui la rentrée se fête aussi ! En effet, en plus des stands d'information ouverts à tous, des attractions variées (voiture tonneau, etc.) garantiront l'animation de la place dans une ambiance musicale.

Pour plus d'informations sur le Welcome Day et sur le "Supportkot" : www.supportkot.be


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. - L'économie se grippe

Ukr. - L'économie se grippe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Privée de ses marchés russes et du fait de la guerre, l’économie ukrainienne se grippe


Handicapée par la réduction de la demande intérieure du fait du programme d’austérité du FMI, privée de ses marchés russes et voyant usines et mines de charbon du Donbass bombardées par sa propre armée, l’économie ukrainienne se grippe.


D’après les statistiques officielles de Kiev, la production industrielle a diminué en juillet 2 014 de 12,1 % par rapport à juillet 2013, alors que cette baisse était de 5 % en juin 2014, par rapport à juin 2013.


La baisse concerne quasiment tous les secteurs :


— charbon (- 28,7 %)

— machines-outils (- 23.8 %)

— industries chimiques (- 22,2 %)

— coke et raffinage de pétrole (- 15,9 %)

— matières plastiques et plasturgie (- 13,8 %)

— meubles (- 12,5 %)

— métallurgie (-12,3 %)


Résultat : l’industrie métallurgique annonce un doublement de ses pertes en 2014, par rapport à 2013. La dette des entreprises vis-à-vis de Naftogaz (le distributeur de gaz en Ukraine) a augmenté de 20 milliards d’hrivnas (près de 2 milliards de dollars) et l’Ukraine (entreprises en tête) risque de connaître des coupures d’électricité cet hiver du fait de pénuries de charbon et du rationnement du gaz.


Pour la population, on annonce déjà des mesures d’économies sur le chauffage urbain.


Par exemple, la région de Kharkov a décidé de :


— couper l’eau chaude en journée dans les habitations ;

— baisser la norme de chauffage des habitations de 18 °C à 16 °C ;

— réduire la période chauffée cet hiver d’un mois (la période du 15/10 au 31/10 et du 31/03 au 15/04 ne seront pas chauffées cette année) ;

— les vacances d’hiver seront rallongées pour éviter de chauffer les établissements d’enseignement.


Entre baisse des salaires et des allocations, augmentation du chômage et du grelottement dans les appartements, l’hiver va être particulièrement rude en Ukraine cette année… sauf pour les oligarques !


Merci Maïdan !



Par la Rédaction de reseauinternational.net - le 19 août 2014



Sources :

http://economics.unian.net/industry/952512-spad-promproizvodstva-v-ukraine-za-mesyats-uskorilsya-do-121.htmlµ

.

http://economics.unian.net/industry/952423-ukrainskie-metallurgi-za-polgoda-vdvoe-uvelichili-ubyitki.html

.

http://business.vesti.ua/65334-predprijatija-dolzhny-naftogazu-okolo-20-mlrd-grn

.

http://business.vesti.ua/65375-vojna-na-donbasse-grozit-ukraine-jenergeticheskim-krahom

.

http://dozor.kharkov.ua/events/economy-promyshlennost/1153183.html

.

http://lemonderusse.canalblog.com/archives/2014/08/18/30436367.html


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Putréfaction du système financier

Putréfaction du système financier | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : Toronto est la capitale incontestée des services financiers au Canada - mri.gov.on.ca



La putréfaction du système financier comme pilier de l’empire… Le cas des banques canadiennes


De même auteur au sujet de la CIA et du système banquier: « La Bank of America des Rothschild". La CIA est une émanation de Wall Street, elle sert Wall Street et les banksters. Preuve ? Faites une recherche sur le nombre d’anciens directeurs de la CIA qui soit provenaient de Wall Street, soit s’y sont recyclés, soit y sont retournés… Effarant !

 

***

 

Les banques pourries canadiennes

par Dean Henderson


Pendant la guerre des Contras au Nicaragua, la CIA mit en place une opération de drogue contre des armes depuis le Bélize. Une note du journal du Colonel Oliver North stipule: “Mettre en application le projet de la Maison-Blanche au Bélize”. Une autre disait : “je veux contacter les dealers de drogue dans les camps au Bélize”.


En 1984, Walter Mischer, un homme d’affaires de Houston au Texas qui avait des connexions avec la mafia, a commencé une affaire d’import-export de crevettes au Bélize qui fut la copie conforme de celle de John Hull et de la cohorte Paco Chanes qui avaient commencé l’opération du Costa Rica pour transférer la cocaïne colombienne.


Mischer était un ami intime du vice-président George Bush (père) et du ministre de l’Économie James Baker III (NDT: lui-même comme Bush ponte de la CIA). Il acheta environ 350 000 ha de terre au Bélize avec l’aide à l’investissement de Coca Cola et de Pasul Howell, un ancien directeur de la Houston Federal Reserve Bank.


La terre de Mischer fut utilisée par l’agent de la CIA Carl Jenkins, qui commença à y entraîner les Contras. Jenkins était l’officier de terrain pour la CIA de Rafael Quintero pendant l’affaire de l’invasion de la Baie des Cochons à Cuba et gérant plus tard d’une base de la CIA au Laos entre 1970 et 1973 où Oliver North, Richard Secord, Rafael Quintero, Thomas Clines, Ted Shackley et John Singlaub servirent tous. (NDT La CIA opérait un trafic de drogue depuis le Laos pendant la guerre du Vietnam. Elle n’a fait que reprendre un réseau créé par le 2e Bureau français lors de l’Indochine. L’héroïne était acheminée par voie aérienne par la compagnie de la CIA Air America, employant des pilotes mercenaires et l’argent servait à financer la guerre secrète menée par la CIA…)


Jenkins était le propriétaire de Helicopteros de Guatemala. Pendant les années 70, Alberto Sicilia Falcon, le grand ponte de la drogue mexicain ayant des connexions avec la CIA, parla de reprendre l’“affaire” du Bélize. La petite nation des Caraïbes, grandement influencée par la Couronne britannique (NDT Le Bélize est en fait l’ancien Honduras britannique devenu “indépendant”), est un carrefour principal pour la cocaïne colombienne.


En 1962, Paul Helliwell, ancien du détachement 202 de l’OSS (mère de la CIA) et propriétaire de l’entreprise Sea Supply, retourna à Miami de Kunming en Chine, infestée par l’héroïne, pour fonder la Castle Bank aux Bahamas. La banque n’avait que 300 dépositaires, incluant Richard Nixon, la fille de Chiang Kai Chek, Howard Hughes et l’acteur de cinéma Tony Curtis. La colonne vertébrale financière de la banque était la famille Pritzker de Chicago, les propriétaires de la chaîne hôtelière des Hôtels Hyatt.


La Castle Bank servait de pont entre la mafia de Floride de Santos Trafficante et le trafic monopoliste d’opium/héroïne du Kuomintang (KMT) chinois et de sa contrepartie vietnamienne. Helliwell était payé par la CIA et utilisait la Castle Bank comme payeuse pour l’opération de Ted Shackley dirigée contre Fidel Castro.


Helliwell organisa un circuit banquier complet aux Caraïbe et de nombreuses entreprises de coquillages/nacre panaméennes. Il continua Sea Supply et devint le consul de Thaïlande à Miami, opérant depuis le bâtiment d’American Bankers Insurance (ABI). Le membre du comité directeur d’ABI James King était le second du comité de la Miami National Bank, utilisée par le gangster Meyer Lansky et son syndicat du crime pour virer les millions de dollars du trafic de drogue vers la Swiss Exchange & Investement Bank. Helliwell servait aussi de conseiller légal au protégé de Lansky Santos Trafficante et la Resorts International and Intercontinental Hotels. Il devint plus tard un conseiller du président américain Lyndon Johnson.


Les îles Caïmans (Caraïbe) jouèrent un rôle clef dans le réseau banquier offshore des Caraïbes d’Helliwell après que le FMI aida les îles à obtenir le statut d’offshore/paradis fiscal. Une nation de 13 500 habitants où il y a plus de 14 000 numéros de télex enregistrés pour des banques, qui ne sont souvent que de tous petits bureaux, les îles Caïmans offrent un système de compte en banque super-secret pour l’élite globale. Les agences de renseignement internationales et les trafiquants de drogue trouvent ce secret bancaire pour le moins particulièrement avantageux.


La Castle Bank d’Helliwell fusionna aux Caïmans avec une branche de la Nugan Hand Bank et la World Finance Corporation. Tous les trois avaient affaire avec à la fois la CIA et le parrain de la mafia Santos Trafficante.


L’affaire immobilière de Walter Mischer au Bélize était financée par la Bank of Nova Scotia, une des cinq énormes banques canadiennes et des quatre grosses banques britanniques qui dominent le triangle de l’argent des Caraïbes, un havre de paix pour les trafiquants de drogue pour lequel le Bélize et les îles Caïmans jouent un rôle majeur. Les autres banques canadiennes sont la Bank of Montreal, la Royal Bank of Canada, Toronto Dominion Bank (TD Canada Trust) et la Canadian Imperial Bank of Commerce (CIBC). Les banques britanniques sont la National Westminster, la Barclays Bank, La banque Lloyds et la Midland Bank.


Midland Bank a été achetée par la HSBC et possède 20 % de la Standard Chartered Bank (Rockefeller). Ces deux dernières banques impriment la monnaie de Hong Kong. Le comité directeur de la Midland est rempli d’anciens membres du Pentagone qui se spécialisent dans le recyclage des pétrodollars dans les opérations secrètes de la CIA.


La Bank of Nova Scotia est le plus gros négociant en or des Caraïbes et celle par qui principalement passent les fonds de capitaux pour sortir des Caraïbes. Elle est le banquier de Noranda, une énorme entreprise minière canadienne, qui est le second plus gros négociant en or des Caraïbes. L’or est la monnaie d’échange préférée des trafiquants de drogue et la succursale jamaïcaine de la Bank of Nova Scotia joue un rôle essentiel dans le trafic de drogue des Caraïbes. Les 200 tonnes d’or récupérés des coffres qui se trouvaient en dessous du World Trade Center dans les travaux de nettoyage d’après les attentats du 11 septembre appartenaient à la Bank of Nova Scotia.


La Royal Bank of Canada a plus de sucursales offshore que n’importe quelle banque au monde. Elle a renfloué le gouvernement de Guyane en 1976 après qu’un coup d’État de la CIA ait sorti le gouvernement socialiste de Cheddi Jagan. La Royal a lancé la carrière dans les affaires de la famille vénézuélienne très puissante des Cisnero, qui supervise les intérêts des Rockefeller dans ce pays. Elle a des partenariats aux Bahamas avec la National Westminster dans une banque appelée RoyWest.


Les deux banques de la Bank of Nova Scotia et la Royal Bank of Canada sont contrôlées par la famille la plus influente du Canada, les Bronfman. Cette famille contrôle DuPont, qui a donné naissance à Conoco ainsi qu’à Seagrams, Vivendi et Eagle Star Insurance.


Eagle Star est la holding des Bronfman et un partenariat avec les puissantes britanniques que sont la Barclays, la Lloyds, Hill Samuel et la N.M Rothschild & Sons. Eagle Star a fusionné avec Allianz Versicherung, une entreprise allemande contrôlée par les familles von Thurn, Taxis et Wittelsbach, pour devenir un titan financier mondial.


Les von Thurn et Taxis, la famille royale allemande détrônée, a fondé Tradition, Famille et Propriété, le mouvement fasciste responsable du génocide par escadrons de la mort d’extrême droite en Amérique du Sud.


Eagle Star est très proche du renseignement britannique. Deux directeurs, Sir Kenneth Strong et Sir Kenneth Keith, étaient #1 et #2 du renseignement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Keith est un directeur de la Bank of Nova Scotia et PDG de Hill Samuel, tandis que Sir Philip Zulueta de la HSBC rejoint Keith au comité directeur. Keith est un membre influent du Canadian Insitute of International Affairs (CIIA), l’organisation jumelle du puissant Royal Institute of Iternational Affairs (RIIA) de Londres et du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. Le leader officiel du Canada par vertu de son affiliation à la couronne est la reine Élisabeth II, dont le mandat est mis en œuvre par un gouverneur général qu’elle nomme.


La Bank of Montreal a des directorats communs avec Seagrams et l’Hudson Bay Company, Hudson Bay est liée avec Lord Inchcape et sa Peninsular & Orient Navigation Company (PONC) et la famille Keswick de Hong Kong qui contrôle Jardine Metheson. Éric Drake de PONC est au comité directeur d’Hudson Bay Company. Lui et William Johnston Keswick sont également au comité directeur de la BP Amoco. Drake est au comité directeur de Kleinwort Benson, dont la succursale Sharps Pixley possède 49 % du marché de l’or à Hong Kong.


Le fils de Keswick, Henry Neville Lindley Keswick est un directeur de HSBC, Jardine Matheson et du géant du papier canadien MacMillan Bloedel qui a fusionné avec la plus grosse entreprise américaine du bois et du papier Weyerhaeuser en 1999.


L’entreprise MacMillan Bloedel décolla lorsque le Premier ministre britannique Harold MacMillan épousa la fille du gouverneur général canadien Victor C.W. Cavendish, 9e duc de Devonshire. La Canadian Pacific possède un intérêt de contrôle dans MacMillan Bloedel.


Vancouver est un point de chute préféré pour l’héroïne d’Asie du Sud-Est en route vers les États-Unis. En 1978, les officiels du renseignement canadien ont été obligés d’admettre devant un tribunal de Vancouver que la Canadian Pacific Air importe la vaste majorité de l’héroïne de Vancouver à destination des États-Unis. Canadian Pacific Railways est aussi directement impliquée dans le transport.


Tous ces intérêts canadiens du triangle de l’argent ont des membres de la table ronde moderne de la reine Élisabeth II, les Chevaliers de l’ordre de St Jean de Jérusalem, au sein de leurs comités. À la Canadian Pacific, les membres du comité directeur J.C. Gilmar, J.P.W Ostiguy, Charles Bronfman et W.E. McLaughlin sont tous des chevaliers de l’Ordre de St Jean, McLaughlin est aussi le président de la Royal Bank of Canada.


La Barclays Bank a 5 Chevaliers de l’ordre de St Jean dans son comité directeur tandis que la Bank of Nova Scotia et la CIBC ont trois membres des Chevaliers de Malte, contrôlés par le Vatican dans leurs comités respectifs. Un autre chevalier de Malte est le membre du comité de la Canadian Pacific M.G. Sandberg, qui a présidé la HSBC. Chacune des 5 grosses banques canadiennes a au moins un chevalier de Malte dans ses comités.


Le CIIA est aussi empli de chevaliers de l’Ordre de St Jean. Le président honoraire à vie du CIIA est Walter Lockhardt Gordon, dont le père fonda Clarkson & Gordon, la firme comptable qui s’occupe de la TD Bank, de la Bank of Nova Scotia et de la CIBC. Le membre du comité du CIIA Henry R. Jackman est un membre du comité italien des Chevaliers de St Jean et de l’Ordre de Lazare. Roland Michener, un ancien gouverneur général du Canada qui préside le CIIA est un chevalier de Malte.


Pendant les croisades, les Chevaliers de St Jean de Jérusalem, connus aussi sous le nom des Hospitaliers, escortèrent les pèlerins européens vers Jérusalem où le roi Salomon a (soi-disant) construit son temple sur le mont Moriah. Le site est dit avoir abrité l’arche d’alliance et autres objets sacrés et documents. Ce qu’il reste du temple du roi Salomon fait aujourd’hui partie de la mosquée Al Aqsa sur le rocher du dôme, où la dernière Intifada a commencé et qui est toujours à l’épicentre des tensions israélo-palestiniennes.


Quand les parchemins de la mer Morte furent découverts en 1947 à Qumran, un document gravé dans du cuivre mentionnait un énorme trésor d’or enterré sous le temple du roi Salomon. Ce butin explique peut-être pourquoi l’organisation sœur des Chevaliers de la St Jean, l’ordre des Templiers, abandonna leur racket de protection des pèlerins au groupe précédemment nommé et focalisa son activité du temps des croisades aux fouilles sous le temple. Ceci peut aussi expliquer comment les Templiers devinrent soudainement l’organisation la plus riche du monde.


Après leur défaite face aux Sarrasins durant les croisades, les Chevaliers de St Jean de Jérusalem se sont repliés sur l’île méditerranéenne de Chypre, mais en 1522, les Turcs l’envahirent et les chevaliers, défaits une seconde fois, se relogèrent à Malte où la faction catholique devint connue sous le nom de Chevaliers de l’ordre de Malte, aujourd’hui reconnue comme une nation souveraine par plus de 40 pays. Ils ont leur QG à Rome et ne répondent qu’au pape.


La faction protestante quant à elle est basée à Londres et s’appelle les Chevaliers de St Jean de Jérusalem qui répondent au Grand Prieuré de l’ordre du Duc de Gloucester, cousin de la reine Élisabeth II.



Par Dean Henderson pour hendersonlefthook.wordpress.com – Edité par resistance71.wordpress.com – le 16 août 2014 — Traduit de l’anglais par Résistance 71


Source :

http://hendersonlefthook.wordpress.com/2014/08/16/canadas-dirty-banks/.



Notes :

[1] The Mafia, CIA and George Bush: The Untold Story of America’s Greatest Financial Debacle. Pete Brewton. SPI Books. New York. 1992

[2] In Banks We Trust. Penny Lernoux. Anchor Press/Doubleday. Garden City, NY. 1984. p.79

[3] Editors of Executive Intelligence Review. p.250

[4] Ibid

[5] Ibid

[6] Ibid

[7] Rule by Secrecy: The Hidden History that Connects the Trilateral Commission, the Freemasons and the Great Pyramids. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr/Donbass-Situation au 19.08

Ukr/Donbass-Situation au 19.08 | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Carte de la situation (approximative) dans le Donbassau  au 18.08



Ukraine/Novorossia : SITREP du 19.08.2014, Motorola est de retour




Situation dans  le Donbass du 16 au 18 Aout 2014 - vidéos à l’appui

 

Depuis le 16.08 à 17h30 l'armée ukrainienne a lancé plusieurs offensives à  partir d'Avdeevka sur Yasinovatoye avec l'appui de l'artillerie.



 

À la suite de violents combats près de Nizhnyaa Krynka les unités de la milice ont détruit 32 véhicules ukrainiens, dont 6 lance-missiles GRAD. 



 

Les assauts ukrainiens sur Ilovaisk ont été repoussés avec succès. Les pertes des unités ukrainiennes - 2 tanks, 2 MPG, 1 APC et jusqu'à 30 hommes.





Dans la RPL, l'artillerie et les mortiers ukrainiens ont bombardé plusieurs quartiers des villes de Lougansk, Molodogvardejsk et Nikolaevka. Des victimes parmi les civils.




Tchervonyi Zholten a été capturé par les unités de la milice (zone Torez-Snezhnoye). L'armée ukrainienne y a perdu 14 hommes.  

À la suite des bombardements de la milice au nord de Khryashchevatoye  jusqu'à 30 soldats ukrainiens ont été tués.


Dans les combats pour Nizhniy Nagolchik (au Sud d'Antratsit) 2 APC et 14 soldats éliminés. Un obusier D-30 et des camions KAMAZ ont été capturés.


Bombardement d'une colonne ukrainienne effectué dans la zone de Novoannovka (vers Krasnodon). 7 véhicules détruits dont un LM GRAD.


Près de Ternovoye une compagnie ukrainienne de mortiers et de tanks a été défaite. 2 camions de transport de carburant ont été détruits.  Un dépôt de munitions a été détruit à Loutouguino (près de Peremozhnoye)


Le 18 août l'ennemi n'a pas réalisé d'opérations de grande envergure, mais préparerait des provocations sanglantes.


Durant de la journée, les principaux efforts des troupes ukrainiennes se sont concentrés sur des tentatives infructueuses d'encerclement autour de Donetsk et de Lougansk.



 

Les Ukrainiens ont continué les bombardements de Donetsk, Gorlovka, Yasinovataya, Ilovaisk et Lougansk détruisant bâtiments et infrastructures diverses.

Le bombardement le plus intense a été effectué contre Khartsizsk.



 

Dans le cadre des opérations offensives de la milice, la commune rurale de Niazhnyaa Krynka a été libérée. 43 cadavres abandonnés de soldats ukrainiens ont été trouvés sur le champ de bataille.



  

Les unités d'artillerie de la milice ont bombardé les unités de gardes nationaux dans la zone de Khryashchevatoye. Un AFV détruit, jusqu'à 25 soldats ukrainiens blessés ou tués.


Des escarmouches se sont produites opposant la milice aux groupes de sabotage-reconnaissance (GSR) ennemis le long de la route supposée être celle du convoi humanitaire russe pour atteindre Lougansk.

  

 

 

Selon des rapports des GSR de la milice, les Ukrainiens préparent une série de provocations prévues pour la période du 18 au 30 août. En uniformes "rebelles", ils s'apprêtent à détruire des bâtiments officiels et à perpétrer des meurtres de civils, tant dans les localités occupées par eux-mêmes que dans celles tenues par la milice.


Ces opérations vont être documentées et présentées aux organisations internationales par Kiev pour obtenir la classification des républiques auto-proclamées du Sud-Est comme "organisations terroristes ».




Publié par Bertrand Gaideclin - gaideclin.blogspot.be – le 19 août 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ukr. – Briefings mil. au 17 août

Ukr. – Briefings mil. au 17 août | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Carte : les hostilités en Novorossia, 6-15 août 2014


BRIEFING MILITAIRE SUR LA NOVOROSSIA – SITUATION AUX 16-17 AOÛT 2014


Lien vers le Briefing militaire sur la Novorossia du 15 juillet, 2014

Original : Colonel CASSAD, 16 août 2014, 02:27
 - Traduit du russe à l’anglais par Gleb Bazov



En bref, sur la situation au Donbass en ce début de journée du 16 août 2014


Au cours de ces deux derniers jours, exactement comme cela avait été annoncé plus tôt, la milice a finalement réussi à faire entrer dans la bataille les réserves qui ont été libérées à la suite de la déroute du chaudron sud, ainsi que certains des trophées qui y ont été obtenus.


La situation sur le front s’en est trouvée immédiatement améliorée – la percée vers Krasniy Luch a été localisée et isolée, le groupement de la junte dans le secteur de Snezhnoye et Miusinsk a été défait, et la percée jusqu’à Marinovka a été effectuée, conduisant à la formation d’un nouveau mini-chaudron, ce qui est à présent devenu une tactique courante. Dans le même temps, l’offensive de la junte contre Enakievo et Gorlovka a été interrompue dans son élan, et des combats ont débuté à la périphérie de Debaltsevo. Dans l’ensemble, la contre-offensive de Zakharchenko semble être plus efficace que la contre-offensive annoncée précédemment par Bolotov. À vrai dire, cependant, elle se manifeste davantage comme un ensemble de contre-attaques locales qui stabilisent les lignes de front que comme une contre-attaque à part entière.


Les conséquences en sont indéniables : il y a des preuves évidentes de pertes importantes subies par la junte en hommes et en matériel militaire, de nouveaux mini-chaudrons (à l’est de Marinovka et près de Miusinsk), le maintien du contrôle de l’autoroute clé allant de la RPL à Donetsk, la préservation des communications avec Gorlovka, et les succès qui ont permis de repousser les attaques sur Ilovaisk.


Dans l’ensemble, au cours des derniers jours, l’offensive de la junte a clairement commencé à s’essouffler, ce qui n’est pas surprenant étant donné les graves pertes subies par l’armée ukrainienne. Les réserves de la Milice qui sont en train d’arriver ont facilité des attaques évidentes visant à s’enfoncer dans les forces de la junte.


Néanmoins, au nord de Donetsk, la junte conserve suffisamment de troupes pour garder l’initiative. Se protégeant du groupement Altchevsk de l’armée de la RPD (République Populaire de Donetsk) avec des groupes barrière, la junte continue à concentrer des forces dans le secteur de Debaltsevo, avec l’intention de conserver ce centre clé et de développer sa tentative de flanquer Donetsk par le nord. À l’heure actuelle, il est certain que l’armée ukrainienne va faire une tentative de pousser à travers Uglegorsk, pour tenter d’encercler Gorlovka. Il s’agit de la prochaine étape, la plus évidente.


Le problème de la junte, c’est que pratiquement toutes ses réserves ont déjà été engagées dans la bataille. En outre, au lieu d’une attaque concentrée sur Donetsk, ces réserves ont fini par être réparties sur plusieurs secteurs du front – que ce soit pour lancer des attaques tactiques ou pour se porter au secours des brigades encerclées. Des pertes élevées et l’absence de réserves vont progressivement forcer la junte à marquer une pause opérationnelle, alors que dans le même temps certaines considérations politiques continueront de l’obliger à poursuivre l’opération à tout prix.


Dans l’ensemble, au cours des deux derniers jours, la situation sur le territoire de la RPD s’est améliorée. Cependant, il faut comprendre que, malgré toutes les pertes, la junte continue à conserver l’initiative dans certaines zones, et conserve toujours une supériorité globale en effectifs et en matériel militaire. En conséquence, le port de lunettes roses ne saurait être recommandé. La lutte ici sera difficile et sanglante.


Sur le territoire de la RPL (République populaire de Lugansk), en utilisant les troupes du groupe qui se trouvait à l’aéroport de Lugansk, l’ennemi a étiré une poche en forme d’intestin long et étroit, de l’aérodrome à Novosvetlovka. Dans le même temps, dans un effort pour soutenir cette ligne, il a tenté de prendre le contrôle de Khryashevatoye. Il semble que la motivation de cette étrange opération effectuée à l’aide de forces nettement insuffisantes était d’essayer d’empêcher le passage du convoi humanitaire russe. Tout aussi prévisible, les forces de la junte qui se sont répandues dans Novosvetlovka étaient déjà, dans l’après-midi du 15 août 2014, entourées sur trois côtés, et elles ont subi des pertes sérieuses dans leurs tentatives de conserver Novosvetlovka.


Du point de vue opérationnel, c’était un pari manifeste, étant donné que le flanc sud du groupement ennemi qui avance sur Khryashevatoye et Novosvetlovka a été laissé presque entièrement sans protection. Comme leur percée s’étendait vers l’est, un « intestin » pressé sur trois côtés s’est formé, ne demandant qu’à être coupé et entièrement encerclé.


En outre, dans la soirée du 15 août 2014, les forces de la junte ont engagé plusieurs combats dans la banlieue de Lugansk, et ces combats ont continué jusqu’à la nuit tombée. Si le plan initial consistait à percer jusqu’à l’autoroute Lugansk-Krasnodon et à la tenir le plus longtemps possible, tandis que d’autres troupes avançaient pour prendre Lugansk, alors, compte tenu de la nature de la guerre urbaine, et à condition que l’armée de la RPL agisse avec compétence, la défaite à Novosvetlovka arrivera beaucoup plus tôt que toute avance significative dans Lugansk. Ici, il n’y a en fait qu’à attendre l’issue des deux batailles.

Dans l’ensemble, la situation reste difficile ; toutefois, au cours des deux derniers jours, elle s’est somme toute améliorée pour la Milice.

 


Commentaire de John Kochang


Je continue à penser que Debaltsevo et Gorlovka sont la clé. Si les FAD [Note : Forces d’autodéfense de Novorossia] peuvent utiliser les « 1200 » combattants entraînés en Russie, qui, nous apprend-on, ont rejoint les rangs l’autre jour, conjointement avec tous les trophées ramenés du Chaudron sud, cela pourrait constituer le fondement d’une brigade qui partirait à l’offensive, en utilisant les 1 200 hommes comme sous-officiers pour la milice et pour former un bataillon fer-de-lance composé de la plupart des hommes expérimentés au combat.


Ce ne serait encore que sur une échelle assez réduite, les opérations offensives exigeant un centre de commandement uni et un état-major expérimenté. S’ils pouvaient repousser l’armée ukrainienne hors de Debaltsevo, les forces ukrainiennes seraient contraintes de retirer certaines des troupes qui sont autour de Donetsk, étant donné qu’elles ne semblent pas avoir de réserves, ce qui est démontré par le 3e appel de mobilisation et d’entraînement.


Le choc et la panique que, je crois, cela créerait se propageraient à travers les troupes ukrainiennes démoralisées. Il se dit également que les gens du secteur droit [Note : Praviy Sector] ont fixé un délai de 48 heures à la junte de Kiev [Note : Confirmé], affirmant qu’ils cesseront les combats et marcheront sur Kiev si leurs demandes ne sont pas satisfaites ! J’espère que Poreshenko ne parviendra pas à les satisfaire : un peu de chance ne peut pas faire de mal aux FAD !



Briefing militaire sur la Novorossia – Situation au 17 août 2014

 Lien vers Briefing militaire sur la Novorossia – Situation au 16 août 2014
 22 h (heure ukrainienne) – 16 août – Briefing militaire

Original : Journal en direct de Yurasumy
 - Traduit du russe à l’anglais par Gleb Bazov


D’entrée, permettez-moi de faire une réserve. Certaines des informations qui suivent doivent encore être confirmées. Elles ont donné ici afin de présenter une vue d’ensemble un tant soit peu complète de la situation.


Contre-offensive de l’armée de la RPD


Dans la soirée, la situation par rapport à la contre-offensive de l’armée de la RPD a commencé à devenir claire. L’attaque a eu lieu. Cependant, elle n’est pas venue de la direction de Ilovaisk. L’une des colonnes attaque Blagodatnoye depuis le côté de Torez. À l’heure où ces lignes ont été écrites, on ne savait pas encore qui contrôlait le village, mais les unités de la junte au nord de Saur-Mogila étaient isolées dans le village de Pétrovskoïé.


Il y a très précisément une demi-heure de cela [Note : 16 août 2014, 21 h 30] l’armée de la RPD a annoncé la prise du poste de contrôle frontalier de Uspenka. La seconde colonne, qui se déplaçait le long de la frontière, est arrivée à ce point de passage de la frontière dans la matinée, et elle a pris le contrôle du poste de contrôle avant le soir. En outre, des frappes d’artillerie ont été conduites contre les unités de la junte dans le secteur de Kuteynikovo. Les groupes de sabotage et reconnaissance (« GSR ») de l’armée de la RPD sont actifs dans le secteur de Starobeshevo.


Chaudron sud n° 2


Kozhevnya a été prise. Dans le secteur de Miusinsk et Krasniy Luch, les unités des forces armées ukrainiennes ont été en partie éliminées et en partie faites prisonnières. Il reste quelques poches isolées de résistance. Étant donné que l’armée de la RPD a lancé son offensive, ces poches ne peuvent attendre aucune aide de nulle part, et c’est pourquoi 17 soldats de la 25e Brigade ont franchi aujourd’hui la frontière de la Fédération de Russie, et pour cela aussi que l’armée de la RPD a fait état de cas de reddition en masse de la part des militaires restants de la 25e Brigade.


Au nord de Donetsk


C’est le seul secteur où l’offensive de la junte ne s’est pas encore essoufflée. Aujourd’hui, il y a eu une frappe sur Zhdanovka et Nizhnyaya Krynka. Les combats se poursuivent dans ces villes. Une attaque sur Yasinovataya a également eu lieu. Pour l’instant, les résultats n’en sont pas connus. Le matin nous dira si oui ou non c’est grave et si Gorlovka est encerclée au plan opérationnel [Note : Ce danger ne s’est pas encore concrétisé, Gorlovka demeure connectée à Donetsk]. En raison du manque de troupes pour un assaut sur Gorlovka, cette offensive semble être une tentative de détourner l’attention des forces de l’armée de la RPD du front Sud en train de s’effondrer.



Contre-offensive dans la RPL


La seconde contre-offensive, à l’ouest et au nord de Lugansk, est en cours avec succès depuis ces deux derniers jours. Hier, les villages de Zimgorye et Rodakovo ont été pris. Aujourd’hui, l’armée de la RPL a libéré Sabovka. En conséquence, le groupement de Lutugino de la junte a fini au sein d’un encerclement opérationnel. En outre, il se trouve soumis à la pression de l’armée de la RPL depuis le côté d’Uspenka. Plus près également, les rapports du soir sont parvenus, disant que les troupes des unités punitives ont été éliminées dans le secteur de Khryashevatoye et que l’ennemi a subi des pertes importantes dans celui de Novosvetlovka. D’ici demain, très probablement, la route de Izvarino sera de nouveau libre des forces ukrainiennes. Par conséquent, une image plus complète du plan opérationnel de la contre-offensive a émergé, à savoir le déblocage complet de Lugansk.


Lugansk


Aujourd’hui, il y avait des combats insignifiants dans la banlieue nord de Lugansk ; ces combats n’avaient rien d’un assaut. Dans la soirée, les combats ont progressivement cessé. Il n’y a pas de forces ukrainiennes dans la ville.



Conclusions


L’offensive de la junte a pratiquement fait long feu. Les unités qui ont terminé dans le nouveau chaudron sud sont soumises à une pression assez puissante. Par conséquent, comme la milice a des forces suffisantes pour éliminer les unités ennemies, la déroute du groupement ukrainien ne va pas se transformer en une interminable saga, cette fois. De plus, l’offensive lancée contre Amvrosievka se développe avec succès. L’apparition d’un commandement unifié se fait sentir.


Cela est particulièrement visible dans le cas de la RPL. Les frappes des miliciens sont bien conçues et coordonnées. En conséquence, le groupement de la junte, qui a été affaibli par le redéploiement d’une partie de ses forces dans la région de Donetsk, se retire avec des pertes. Il est attaqué simultanément de plusieurs directions et manque clairement de troupes pour tenir la ligne de front à présent étirée.


Si le groupement de Lutugino n’est pas déplacé vers le nord dans un ou les deux prochains jours, il répétera ce qui est arrivé au chaudron sud, et le front nord des forces répressives sera forcé à reculer au-delà de la ligne de la rivière Severskiy Donetsk en raison du manque de troupes de réserve (c’est précisément depuis la Severskiy Donetsk que la junte a commencé son offensive au début de juin).


Le nombre d’unités des forces armées ukrainiennes en état de combattre à être présentes à l’avant a fortement diminué. La junte a été obligée de boucher les trous dans les lignes de front avec des bataillons de la Défense territoriale qui en aucun cas ne peuvent être considérés comme des unités prêtes pour la bataille, en raison d’un manque de formation adéquate et d’armements lourds. À tout le moins, le front sud de la junte flotte, et se trouve hors de contrôle. Le front au nord de Lugansk pourrait bien être dans la même situation la semaine prochaine (si la junte s’obstine à s’accrocher à la ville de Lutugino). Au nord de Donetsk, la situation est complexe, mais dans l’ensemble elle reste contrôlable.


Note (Gleb Bazov) : Bien que cette mise à jour semble encore plus optimiste que la précédente, ce n’est pas le moment de porter des lunettes roses. La situation humanitaire critique, et je dirais même, catastrophique, continue d’avoir un impact fondamental sur la situation sur le terrain, et les crises opérationnelles restantes n’ont pas encore été résolues. Globalement, si un optimisme prudent est justifié, il serait inapproprié d’adopter l’approche de la machine de propagande ukrainienne, avec sa trompette de la victoire. Gardez le champagne pour Kiev.



20 h 26 (heure d’Ukraine) –16 août – La déroute de la 30e Brigade

Original : Journal en direct de Yurasumy
 - Traduit du russe à l’anglais par Gleb Bazov


Aujourd’hui, l’un des porte-paroles de la propagande de Maidan, Roman Bochkala (de TV « Inter ») a écrit sur sa page de médias sociaux :

Message # 1 : Ils ont percé ! Cinq jours ils ont passé sous le feu des Grad et sous les tirs de mortier, sans nourriture, eau ou armes. On leur a offert de se rendre en échange de la vie, mais ils ont tenu bon. La première compagnie du 1er bataillon de la 30e brigade. Ils n’avaient pas de communications avec le commandement. Les gars ont décidé de prendre le risque et de rompre l’encerclement en combattant. Et ils ont réussi à sortir. Avec des pertes, cependant… Au total, sur 96 combattants, seulement 43 restent en mesure de combattre. Le reste sont « 200 » ou « 300 » [Note : tués au combat et blessés au combat], et sept hommes ont été faits prisonniers. Ils doivent se trouver quelque part entre Torez et Antratsit. Les détails sur la façon dont la 30e a rompu l’encerclement, je les fournirai plus tard. L’essentiel est maintenant qu’ils soient sortis !


Message # 2 : Même si tout cela ressemble à une roue de hamster, nous devons continuer à les aider. Les 1er et 3e bataillons de la 30e [Brigade] ont été détruits. Après les combats dans la région de Stepanovka, presque tout ce que les gars avaient, de l’équipement aux objets personnels, a brûlé. Et c’est pourquoi notre aide est nécessaire, aujourd’hui plus que jamais.


Un peu plus tôt, un autre message de l’un des « citoyens concernés », Denis Pyatigorets (original – Rusvesna.su) :


Les gars ont besoin d’AIDE ! Pendant les quatre derniers jours, ils ont attendu leurs commandants, qui ne sont pas du tout pressés de venir dans le secteur ! Au lieu de cela, c’est le procureur militaire qui leur a déjà rendu visite. Ils tentent de déclarer les gars déserteurs. Même s’ils sont sortis de l’enfer de Saur-Mogila… Là-bas, encerclés, il reste davantage de gars encore qui n’ont pas pu sortir. Il y a beaucoup de morts et de blessés !!!

Les gars attendent de l’aide de psychologues et de journalistes. Selon eux, IL N’Y A PERSONNE… Si quelqu’un veut les aider, ils sont actuellement sur le territoire de l’ancienne base d’hélicoptères, près de Melitopol, dans le village de Mirnoye.


Également à propos de la 30e Brigade : conformément à la pratique déjà établie (exactement comme cela s’est passé pour les 72e, 79e, 51e et 24e brigades), les restes des unités qui n’ont pas répondu à la haute confiance placée en elles, sont déclarés déserteurs, abandonnés par leur commandement, et alors… 

Qui est le prochain ?


Post-scriptum : « Inter » est une chaîne de télévision pro-Poroshenko. Si même leurs journalistes deviennent fous, alors Petya est en difficulté.



Par THE FRENCH SAKER vineyardsaker.fr - le 19 août 2014

Source :

http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/08/novorossiya-military-briefing-situation.html

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

McCain-printemps arabe-Calife

McCain-printemps arabe-Calife | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende photo : Barack Obama et John McCain sont-ils des adversaires politiques comme ils le prétendent ou collaborent-ils ensemble à la stratégie impérialiste de leur pays ?



John McCain, le chef d’orchestre du « printemps arabe », et le Calife 

par Thierry Meyssan (*)

 

Chacun a remarqué la contradiction de ceux qui qualifiaient récemment l’Émirat islamique de « combattants de la liberté » en Syrie et s’indignent aujourd’hui de ses exactions en Irak. Mais si ce discours est incohérent en soi, il est parfaitement logique au plan stratégique : les mêmes individus devaient être présentés comme des alliés hier et doivent l’être comme des ennemis aujourd’hui, même s’ils sont toujours aux ordres de Washington. Thierry Meyssan révèle les dessous de la politique US à travers le cas particulier du sénateur John McCain, chef d’orchestre du « printemps arabe » et interlocuteur de longue date du Calife Ibrahim.


John McCain est connu comme le chef de file des républicains, candidat malheureux à la présidence états-unienne, en 2008. Ce n’est, nous le verrons, que la partie de sa biographie réelle, celle qui lui sert de couverture pour conduire des actions secrètes au nom de son gouvernement.


Lorsque j’étais en Libye durant l’attaque « occidentale », j’ai pu consulter un rapport des services de renseignement extérieur. On pouvait y lire que l’OTAN a organisé, le 4 février 2011 au Caire, une réunion pour lancer le « printemps arabe » en Libye et en Syrie. Selon ce document, elle était présidée par John McCain. Le rapport détaillait la liste des participants libyens, dont la délégation était conduite par le numéro 2 du gouvernement de l’époque, Mahmoud Jibril, ayant brusquement changé de bord à l’entrée de cette réunion pour devenir le chef de l’opposition en exil. Je me souviens que, parmi les délégués français présents, le rapport citait Bernard-Henry Lévy, bien qu’officiellement celui-ci n’ait jamais exercé de fonction au sein du gouvernement français. Bien d’autres personnalités participaient à ce symposium, dont une forte délégation de Syriens vivant à l’étranger.


Au sortir de cette réunion, le mystérieux compte Facebook Syrian Revolution 2011 appela à manifester devant le Conseil du Peuple (Assemblée nationale) à Damas, le 11 février. Bien que ce compte prétendait à l’époque avoir plus de 40 000 followers, seule une douzaine de personnes répondirent à son appel devant les flashs des photographes et des centaines de policiers. La manifestation se dispersa pacifiquement et les heurts ne débutèrent que plus d’un mois plus tard à Deraa [1]


Le 16 février 2011, une manifestation qui se déroulait à Benghazi à la mémoire des membres du Groupe islamique combattant en Libye [2] massacrés en 1996 à la prison d’Abou Selim dégénéra en fusillade. Le lendemain, une seconde manifestation, cette fois à la mémoire des personnes mortes en attaquant le consulat du Danemark à l’occasion des caricatures de Mahomet, dégénérait également en fusillade. Au même moment, des membres du Groupe islamique combattant en Libye venus d’Égypte encadrés par des individus cagoulés et non-identifiés attaquaient simultanément quatre bases militaires dans quatre villes différentes. À l’issue de trois jours de combats et d’atrocités, les émeutiers lancèrent le soulèvement de la Cyrénaïque contre la Tripolitaine [3] ; une attaque terroriste que la presse occidentale présenta mensongèrement comme une « révolution démocratique » contre « le régime » de Mouamar el-Kadhafi.


Le 22 février, John McCain était au Liban. Il y rencontra des membres du Courant du Futur (le parti de Saad Hariri) qu’il chargea de superviser les transferts d’armes en Syrie autour du député Okab Sakr [4]. Puis, quittant Beyrouth, il inspecta la frontière syrienne et choisit les villages, notamment Ersal, qui devaient servir de base-arrière aux mercenaires lors de la guerre à venir.


Les réunions présidées par John McCain ont été clairement le moment de déclenchement d’un plan prévu de longue date par Washington ; plan qui prévoyait de faire attaquer la Libye et la Syrie simultanément par le Royaume-Uni et la France, conformément à la doctrine du « leadership par l’arrière » et à l’annexe du Traité de Lancaster House de novembre 2010 [5]



Le voyage illégal en Syrie, de mai 2013


En mai 2013, le sénateur John McCain se rendait illégalement près d’Idleb en Syrie, via la Turquie, pour y rencontrer des leaders de l’« opposition armée ». Son voyage n’était rendu public qu’à son retour à Washington [6].


Ce déplacement avait été organisé par la Syrian Emergency Task Force qui, contrairement à son intitulé, est une organisation sioniste dirigée par un employé palestinien de l’AIPAC [7]


Sur les photographies diffusées alors, on remarquait la présence de Mohammad Nour, porte-parole de la Brigade Tempête du Nord (du Front Al-Nosra, c’est-à-dire d’Al-Qaïda en Syrie), qui avait enlevé et détenait 11 pèlerins chiites libanais à Azaz [8]. Interrogé sur sa proximité avec des preneurs d’otages membres d’Al-Qaïda, le sénateur affirma ne pas connaître Mohammad Nour qui se serait invité de sa propre initiative sur cette photo.


L’affaire fit grand bruit et les familles des pèlerins enlevés portèrent plainte devant la justice libanaise contre le sénateur McCain pour complicité d’enlèvement. En définitive, un accord intervint et les pèlerins furent libérés.


Supposons que le sénateur McCain ait dit la vérité et qu’il ait été abusé par Mohammad Nour. L’objet de son voyage illégal en Syrie était de rencontrer l’état-major de l’Armée syrienne libre. Selon lui, cette organisation était composée « exclusivement de Syriens » combattant pour « leur liberté » face à la « dictature alaouite (sic). Les organisateurs du voyage ont publié une photographie pour attester de la rencontre.


Si l’on peut y voir le brigadier général Salem Idriss, chef de l’Armée syrienne libre, on peut aussi y voir Ibrahim al-Badri avec lequel le sénateur est en train de discuter. De retour de ce voyage surprise, John McCain, affirma que tous les responsables de l’Armée syrienne libre sont des « modérés auxquels on peut faire confiance » (sic).


Or, depuis le 4 octobre 2011, Ibrahim al-Badri, alias Abu Du’a, figurait  sur la liste des cinq terroristes les plus recherchés par les États-Unis (Rewards for Justice). Une prime pouvant aller jusqu’à 10 millions de dollars était offerte à qui aiderait à sa capture [9]. Le lendemain, 5 octobre 2011, Ibrahim al-Badri était porté sur la liste du Comité des sanctions de l’ONU comme membre d’Al-Qaïda [10]


En outre, un mois avant de recevoir le sénateur McCain, Ibrahim al-Badri, sous le nom de guerre d’Abou Bakr Al-Baghdadi, créa l’État islamique en Irak et au Levant (ÉIIL) — tout en appartenant toujours à l’état-major de la très « modérée » Armée syrienne libre —. Il revendiqua l’attaque des prisons de Taj et d’Abou Graïb en Irak, dont il fit évader entre 500 et 1 000 jihadistes qui rejoignirent son organisation. Cette attaque était coordonnée avec d’autres opérations presque simultanées dans huit autres pays. Chaque fois, les jihadistes évadés rejoignirent des organisations combattantes en Syrie. Cette affaire est tellement étrange qu’Interpol émit une note et requit l’assistance des 190 pays membres [11].


Pour ma part, j’ai toujours affirmé qu’il n’y avait sur le terrain aucune différence entre l’Armée syrienne libre, le Front Al-Nosra, l’Émirat islamique, etc. Toutes ces organisations sont composées des mêmes individus qui changent en permanence de drapeau. Lorsqu’ils se revendiquent de l’Armée syrienne libre, ils arborent le drapeau de la colonisation française et ne parlent que de renverser le « chien Bachar ». Quand ils déclarent appartenir au Front Al-Nosra, ils portent le drapeau d’Al-Qaïda et déclarent étendre leur islam dans le monde. Enfin quand ils se disent de l’Émirat islamique, ils brandissent désormais le drapeau du Califat et annoncent qu’ils nettoieront la région de tous les infidèles. Mais, quelle que soit leur étiquette, ils procèdent aux mêmes exactions : viols, tortures, décapitations, crucifixions.


Pourtant, ni le sénateur McCain, ni ses accompagnateurs de la Syrian Emergency Task Force n’ont fourni au département d’État les informations en leur possession sur Ibrahim al-Badri et n’ont demandé à toucher cette prime. Ils n’ont pas non plus informé le Comité antiterroriste de l’ONU.


Dans aucun pays au monde, quel que soit son régime politique, on n’accepterait que le leader de l’opposition soit en contact direct, amical et public, avec un très dangereux terroriste que l’on recherche.



Qui est donc le sénateur McCain ?


Masi John McCain n’est pas simplement le leader de l’opposition politique au président Obama, il est aussi un de ses hauts fonctionnaires !


Il est en effet président de l’International Republican Institute (IRI), la branche républicaine de la NED/CIA [12], depuis janvier 1993. Cette prétendue « ONG » a été officiellement créée par le président Ronald Reagan pour étendre certaines activités de la CIA, en relation avec les services secrets britanniques, canadiens et australiens. Contrairement à ses allégations, il s’agit bien d’une agence intergouvernementale. Son budget est voté par le Congrès dans une ligne budgétaire dépendante du secrétariat d’État.


C’est d’ailleurs parce que c’est une agence conjointe des services secrets anglo-saxons que plusieurs États dans le monde lui interdisent toute activité sur leur territoire.


La liste des interventions de John McCain pour le compte du département d’État est impressionnante. Il a participé à toutes les révolutions colorées des vingt dernières années.


Pour ne prendre que quelques exemples, toujours au nom de la « démocratie », il a préparé le coup d’État manqué contre le président constitutionnel Hugo Chávez au Venezuela [13], le renversement du président constitutionnel Jean-Bertrand Aristide en Haïti [14], la tentative de renversement du président constitutionnel Mwai Kibaki au Kenya [15] et, plus récemment, celui du président constitutionnel ukrainien, Viktor Ianoukovytch.


Dans n’importe quel État au monde, lorsqu’un citoyen prend une initiative pour renverser le régime d’un autre État, il peut être félicité s’il y parvient et que le nouveau régime se montre un allié, mais il sera sévèrement condamné si ses initiatives ont des conséquences néfastes pour son propre pays. Or, jamais le sénateur McCain n’a été inquiété pour ses agissements antidémocratiques dans les États où il a échoué et qui se sont retournés contre Washington. Au Venezuela par exemple. C’est que pour les États-Unis, John McCain n’est pas un traître, mais un agent.


Et un agent qui dispose de la meilleure couverture imaginable : il est l’opposant officiel de Barack Obama. À ce titre, il peut voyager n’importe où dans le monde (il est le sénateur états-unien qui voyage le plus) et rencontrer qui il veut sans crainte. Si ses interlocuteurs approuvent la politique de Washington, il leur promet de la continuer, s’ils la combattent, il en charge la responsabilité sur le président Obama.


John McCain est connu pour avoir été prisonnier de guerre au Vietnam, durant 5 ans et y avoir été torturé. Il fut victime d’un programme visant non pas à arracher des renseignements, mais à inculquer un discours. Il s’agissait de transformer sa personnalité pour qu’il fasse des déclarations contre son propre pays. Ce programme, étudié à partir de l’exemple coréen pour la Rand Corporation par le professeur Albert D. Biderman, a servi de base aux recherches conduites à Guantánamo et ailleurs par le docteur Martin Seligman [16]. Appliqué sous George W. Bush à plus de 80 000 prisonniers, il a permis de transformer plusieurs d’entre eux pour en faire de vrais combattants au service de Washington. John McCain, qui avait craqué au Vietnam, le comprend donc parfaitement. il sait comment manipuler sans état d’âme les jihadistes.




Quelle est la stratégie états-unienne avec les jihadistes au Levant?


En 1990, les États-Unis ont décidé de détruire leur ancien allié irakien. Après avoir laissé entendre au président Saddam Hussein qu’ils considéreraient l’attaque du Koweït comme une affaire intérieure irakienne, ils ont prétexté de cette attaque pour mobiliser une vaste coalition contre l’Irak. Cependant, du fait de l’opposition de l’URSS, ils ne renversèrent pas le régime, mais se contentèrent d’administrer la zone de non-survol.

En 2003, l’opposition de la France ne fut pas suffisante pour contrebalancer l’influence du Comité pour la libération de l’Irak. Les États-Unis attaquèrent à nouveau le pays et renversèrent cette fois le président Hussein. Bien sûr, John McCain était un des principaux responsables du Comité. Après avoir confié pendant un an à une société privée le soin de piller le pays [17], ils tentèrent de partitionner le pays en trois États distincts, mais durent y renoncer devant la résistance de la population. Ils tentèrent une nouvelle fois en 2007, autour de la résolution Biden-Brownback, mais là encore échouèrent [18]. D’où la stratégie actuelle qui tente d’y parvenir au moyen d’un acteur non étatique : l’Émirat islamique.


L’opération a été préparée de longue date, avant même la rencontre de John McCain avec Ibrahim al-Badri. Ainsi, des correspondances internes du ministère qatari des Affaires étrangères, publiées par mes amis James et Joanne Moriarty [19] montrent que 5 000 jihadistes ont été formés aux frais du Qatar, dans la Libye de l’OTAN en 2012, et que 2,5 millions de dollars ont été versés à la même époque au futur Calife.


En janvier 2014, le Congrès des États-Unis a tenu une séance secrète au cours de laquelle il a voté, en violation du droit international, le financement jusqu’à septembre 2014 du Front Al-Nosra (Al-Qaïda) et de l’Émirat islamique en Irak et au Levant [20]. Bien que l’on ignore avec précision ce qui a été vraiment convenu lors de cette séance révélée par l’agence britannique Reuters [21], et qu’aucun média états-unien n’a osé passer outre la censure, il est hautement probable que la loi comporte un volet sur l’armement et la formation des jihadistes.


Fière de ce financement états-unien, l’Arabie saoudite a revendiqué sur sa chaîne de télévision publique, Al-Arabiya, que l’Émirat islamique était placé sous l’autorité du prince Abdul Rahman al-Faiçal, frère du prince Saoud al-Faiçal (ministre des Affaires étrangères) et du prince Turki al-Faiçal (ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis et au Royaume-Uni) [22].


L’Émirat islamique représente une nouvelle étape dans le mercenariat. À la différence des groupes jihadistes qui se battirent en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et en Tchétchénie autour d’Oussama Ben Laden, il ne forme pas une force supplétive, mais bien une armée en soi. À la différence des groupes précédents en Irak, en Libye et en Syrie, autour du prince Bandar Ben Sultan, ils disposent de services intégrés de communication sophistiqués qui appellent à le rejoindre, et d’administrateurs civils, formés dans de grandes écoles occidentales, capables de prendre en main instantanément l’administration d’un territoire.


Des armes ukrainiennes flambant neuves ont été achetées par l’Arabie saoudite et convoyées par les services secrets turcs qui les a remises à l’Émirat islamique. Les derniers détails ont été coordonnés avec la famille Barzani lors d’une réunion des groupes jihadistes à Aman, le 1er juin 2014 [23]. L’attaque conjointe de l’Irak par l’Émirat islamique et le Gouvernement régional du Kurdistan a débuté quatre jours plus tard. L’Émirat islamique s’est emparé de la partie sunnite du pays, tandis que le Gouvernement régional du Kurdistan agrandissait son territoire de plus de 40 %. Fuyant les atrocités des jihadistes, les minorités religieuses quittaient la zone sunnite, préparant ainsi la voie à la partition du pays en trois.


Violant l’accord de défense irako-US, le Pentagone n’intervenait pas et laissait l’Émirat islamique poursuivre sa conquête et ses massacres. Un mois plus tard, alors que les peshmergas du Gouvernement régional kurde s’étaient repliés sans livrer bataille, et lorsque l’émotion de l’opinion publique mondiale devint trop forte, le président Obama donna l’ordre de bombarder des positions de l’Émirat islamique.


Cependant, selon le général William Mayville, directeur des opérations à l’état-major, « Ces bombardements sont peu susceptibles d’affecter les capacités globales de l’Émirat islamique ou ses activités dans d’autres régions de l’Irak ou de la Syrie » [24]. À l’évidence, ils ne visent pas à détruire l’armée jihadiste, mais uniquement à veiller à ce que chaque acteur ne déborde pas du territoire qui lui a été assigné. Au demeurant, pour le moment, ils sont purement symboliques et n’ont détruit qu’une poignée de véhicules. C’est en définitive l’intervention des Kurdes du PKK turc et syrien qui a stoppé la progression de l’Émirat islamique et ouvert un corridor permettant aux populations civiles d’échapper au massacre.


De nombreuses intox circulent à propos de l’Émirat islamique et de son calife. Le quotidien Gulf Daily News a prétendu qu’Edward Snowden avait fait des révélations à son sujet [25]. Or, vérification faite, l’ancien espion états-unien n’a rien publié à ce sujet. Gulf Daily News est édité au Bahrein, un État occupé par les troupes saoudiennes. L’article vise uniquement à dédouaner l’Arabie saoudite et le prince Abdul Rahman al-Faiçal de leurs responsabilités.


L’Émirat islamique est comparable aux armées mercenaires du XVIe siècle européen. Celles-ci menaient des guerres de religion pour le compte des seigneurs qui les payaient, parfois dans un camp, parfois dans un autre. Le Calife Ibrahim est un condottière moderne.


Bien qu’il soit aux ordres du prince Abdul Rahman (membre du clan des Sudeiris), il ne serait pas étonnant qu’il poursuive son épopée en Arabie saoudite (après un bref détour au Liban, voire au Koweït) et tranche ainsi la succession royale en favorisant le clan des Sudeiris contre le prince Mithab (fils et non pas frère du roi Abdallah).



John McCain et le Calife


Dans la dernière livraison de son magazine, l’Émirat islamique a consacré deux pages à dénoncer le sénateur John McCain comme « l’ennemi » et « le croisé », rappelant son soutien à l’invasion états-unienne de l’Irak. De peur que cette accusation reste inconnue aux États-Unis, le sénateur a immédiatement publié un communiqué qualifiant l’Émirat de « plus dangereux groupe terroriste islamiste dans le monde » [26].


Cette polémique n’est là que pour distraire la galerie. On aimerait y croire… s’il n’y avait une photographie datant de mai 2013. 

 

 Par Thierry MeyssanRÉSEAU VOLTAIRE — DAMAS (SYRIE) — le 18 AOÛT 2014


(*) Thierry Meyssan : Consultant politique, président fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Dernier ouvrage en français : L’Effroyable imposture : Tome 2, Manipulations et désinformations (éd. JP Bertand, 2007). Compte Twitter officiel.


Notes :

[1] Nous avons relayé les rapports de presse assurant que la manifestation de Deraa était une protestation après l’arrestation et la torture de lycéens ayant tagué des slogans hostiles à la République. Or, de nombreux collègues ont tenté d’établir l’identité de ces lycéens et de rencontrer leurs familles. Aucun n’y est parvenu, les seuls témoins qui se sont exprimés l’ont fait pour la presse britannique, mais de manière anonyme, donc invérifiable. Nous sommes aujourd’hui convaincus que cet événement n’a jamais existé. L’étude des documents syriens de l’époque montre que la manifestation portait en réalité sur une hausse des salaires des fonctionnaires et sur les retraites. Elle a obtenu satisfaction de la part du gouvernement. À ce moment-là, aucun journal n’a parlé de ces lycéens, cette histoire n’étant inventée par Al-Jazeera que deux semaines plus tard.

[2] Les membres du Groupe islamique combattant en Libye, c’est-à-dire d’Al-Qaïda en Libye, avaient tenté d’assassiner Mouamar el-Kadhafi pour le compte du MI6 britannique. L’affaire fut révélée par un officier du contre-espionnage britannique, David Shyler. Cf « David Shayler : « J’ai quitté les services secrets britanniques lorsque le MI6 a décidé de financer des associés d’Oussama Ben Laden » », Réseau Voltaire, 18 novembre 2005.

[3] Rapport de la Mission d’enquête sur la crise actuelle en Libye, juin 2011.

[4] « Un député libanais dirige le trafic d’armes vers la Syrie », Réseau Voltaire, 5 décembre 2012.

[5] Sur ce plan, on se reportera à ma série de six émissions 10 ans de Résistance, sur la guerre des États-Unis contre la Syrie.

[6] « John McCain entre illégalement en Syrie », Réseau Voltaire, 30 mai 2013.

[7] « La Syrian Emergency Task Force, faux-nez sioniste », Réseau Voltaire, 7 juin 2013.

[8] « John McCain a rencontré des kidnappers en Syrie », Réseau Voltaire, 1er juin 2013.

[9] “Wanted for Terrorism”, Rewards for Justice Program, Department of State.

[10] Le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1267 (1999)

[11] « Évasions simultanées de jihadistes dans 9 pays », Réseau Voltaire, 6 août 2013.

[12] « La NED, vitrine légale de la CIA », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 6 octobre 2010.

[13] « Opération manquée au Venezuela », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 mai 2002.

[14] « La CIA déstabilise Haïti », « Coup d’État en Haïti », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 14 janvier et 1er mars 2004.

[15] « L’expérience politique africaine de Barack Obama », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 9 mars 2013.

[16] « Le secret de Guantánamo », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie), Réseau Voltaire, 28 octobre 2009.

[17] « Qui gouverne l’Irak ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 mai 2004.

[18] « La balkanisation de l’Irak », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 17 juin 2014.

[19] « Official Document Qatar Embassy Tripoli Confirms Sending 1800 Islamic Extremists Trained in Libya to Fight in Syria », Libyan War The Truth, 20 septembre 2013.

[20] « Les États-Unis, premiers financiers mondiaux du terrorisme », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie), Réseau Voltaire, 3 février 2014.

[21] “Congress secretly approves U.S. weapons flow to ’moderate’ Syrian rebels”, par Mark Hosenball, Reuters, 27 janvier 2014.

[22] « L’ÉIIL est commandé par le prince Abdul Rahman », Réseau Voltaire, 3 février 2014.

[23] « Révélations du PKK sur l’attaque de l’ÉIIL et la création du "Kurdistan" », Réseau Voltaire, 8 juillet 2014.

[24] “U.S. Air Strikes Are Having a Limited Effect on ISIL”, par Ben Watson, Defense One, 11 août 2014.

[25] « Baghdadi ’Mossad trained’ », Gulf Daily News, 15 juillet 2014.

[26] “Statement by senator John McCain on being targeted by terrorist group ISIL as "the ennemy" and "the crusader"”, Cabinet de John McCain, 28 juillet 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Malaria-Parasite le plus meurtrier

Malaria-Parasite le plus meurtrier | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


 

Et pendant que les yeux sont rivés sur Ebola, nous sommes en train de perdre une bataille dans la guerre contre la maladie qui tue le plus au monde


Pendant que l’épidémie d’Ebola concentre l’attention médiatique pour sa gravité inédite, le parasite le plus meurtrier au monde, la Malaria et ses 600 000 victimes par an, vient de développer une résistance au seul traitement connu. Pour le moment confiné en Asie du Sud-Est, cette nouvelle forme débarquera en Afrique, ainsi que dans les autres foyers infectieux tôt ou tard.


Atlantico : Selon une étude parue dans le New England Journal of Medicine, une revue médicale de référence, le parasite de la malaria aurait muté dans le Sud-Est de l’Asie en une forme résistante aux traitements conventionnels.


S’appuyant sur les analyses d’un millier d’échantillons de sang, cette nouvelle forme du parasite résistante aux artémisinines, se serait en effet propagée en Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam et au Myanmar. Si l’Afrique est pour le moment épargnée, à quel point cette évolution porte un coup majeur à la guerre contre la Malaria ?


Stéphane Gayet (*) : Le paludisme, encore appelé malaria, est une maladie infectieuse parasitaire liée à l’infestation de cellules de notre sang par un parasite unicellulaire ― ou protozoaire ― du genre Plasmodium, comportant lui-même plusieurs espèces. Sévissant dans de nombreuses régions chaudes et humides du globe terrestre, cette maladie tue chaque année plus de 600.000 personnes, dont la plupart sont des enfants africains. Le réservoir et l’hôte du protozoaire sont l’homme, son vecteur : des moustiques du genre Anopheles, comportant aussi plusieurs espèces.


Le traitement curatif de l’individu malade fait appel à des médicaments antipaludiques. La résistance des protozoaires aux antipaludiques est un problème récurrent de santé publique. L’apparition et la propagation de la résistance de Plasmodium falciparum ― espèce de plasmodium la plus dangereuse, à l’origine de l’essentiel des cas graves et des décès liés au paludisme ou malaria ― aux précédentes générations d’antipaludiques, se sont généralisées au cours des années 1970 et 1980.


Cette progression de la résistance médicamenteuse du paludisme a considérablement affaibli l’efficacité de la lutte antipaludique et a même inversé la tendance des progrès accomplis en matière de survie de l’enfant, principale victime de cette parasitose.


L’Asie du Sud-Est a toujours été le point de départ des résistances de certaines souches de Plasmodium falciparum. Ces dernières années, une résistance à l’artémisinine (pourtant, la substance actuelle de référence en raison de son efficacité) a été signalée dans quatre pays de la sous-région du Grand Mékong : le Cambodge, le Myanmar, la Thaïlande et le Viet Nam.


Si beaucoup de facteurs contribuent à l’apparition et à la propagation d’une résistance, l’utilisation de l’artémisinine utilisée seule par voie orale apparaît comme une cause importante. En effet, quand ils sont traités par l’artémisinine en monothérapie (un seul médicament à la fois), les conséquences d’une interruption trop précoce ou d’une dose trop faible sont plus dommageables qu’en cas de bithérapie ou trithérapie (deux ou trois médicaments à la fois, comme dans l’ACT où l’artéminsinine est en association).


Le traitement curatif est de sept jours : or, de très nombreux patients sont tentés d’interrompre leur traitement dès que les signes et symptômes ont disparu, c’est-à-dire après deux à trois jours, alors qu’ils ne sont pas complètement guéris ― seulement la moitié des malades sont guéris le troisième jour du traitement ― et que des protozoaires persistent dans leur sang : il s’agit des parasites les plus résistants parmi ceux qui infestent cet individu. Dès lors, ces parasites résistants survivent et peuvent être transmis à un moustique et à une autre personne. Ce processus n’explique pas l’apparition de la résistance, mais sa propagation.


Ce phénomène de résistance de souches de Plasmodium falciparum à l’aréminsinine est extrêmement préoccupant, car on pensait avec ce produit phare être là en possession d’une arme d’une efficacité décisive vis-à-vis de cette parasitose.


Actuellement cantonnée à l’Asie du Sud-Est, si la résistance à l’artémisinine progressait et gagnait d’autres régions géographiques du globe, les conséquences pour la santé publique pourraient être particulièrement graves, car aucun autre antipaludique de remplacement ne pourra être disponible avant au moins cinq ans. En effet, il en est de ces parasites protozoaires comme des bactéries : le développement des résistances est plus rapide que la recherche scientifique et la mise au point de nouvelles molécules.


Comment cette forme résistante pourrait-elle se propager aux autres foyers de la malaria ? Un confinement de celui-ci au Sud-Est de l’Asie est-il envisageable ?


Comme nous l’avons vu, le réservoir et l’hôte du protozoaire du paludisme sont le corps humain. Nous l’avons dit, la propagation de la résistance aux antipaludiques est favorisée par une mauvaise observance (dose et durée prescrites non respectées) des personnes malades lors de la prescription d’un traitement curatif. Cette mauvaise observance est du reste hélas fréquente, et cela dans tous les pays et avec nombre de traitements antiparasitaires et antibiotiques (médicaments dirigés contre les bactéries).


En effet, qui n’est pas tenté d’interrompre un traitement dès qu’il se sent mieux, ou d’en réduire les doses en présence d’effets secondaires gênants ou en raison d’un coût trop élevé ? Notons au passage que ce qui est vrai pour la diffusion de la résistance des Plasmodium aux antipaludiques l’est également pour celle de la résistance des bactéries aux antibiotiques.


Le proverbe « Ce qui ne tue pas renforce » trouve ici tout son sens. Or, nous sommes à une époque où les voyages intercontinentaux, tant personnels que professionnels, sont devenus courants. Maintenant que des souches de Plasmodium falciparum sont non seulement apparues, mais répandues en Asie du Sud-Est, leur passage aux pays d’Afrique sub-saharienne est une réelle et grave menace. Ce passage se fera selon toute vraisemblance tôt ou tard, mais il est possible de le réduire et de le retarder.


Nous l’avons vu, l’utilisation de l’artémisinine en monothérapie par voie orale est considérée comme un facteur majeur de développement de la résistance à l’artémisinine et à ses dérivés.


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) demande avec insistance aux autorités des pays d’endémie paludéenne (endémie : situation où une maladie est présente en permanence dans la population d’un pays) de cesser la production et la commercialisation de ces monothérapies par voie orale, au profit des combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (ACT ou CTA), lesquelles constituent l’essentiel des traitements antipaludiques recommandés aujourd’hui. Or, leur efficacité doit être absolument préservée, car aucun lancement d’une nouvelle classe de médicaments antipaludiques n’est prévu sur le marché dans les prochaines années comme nous l’avons dit. C’est donc le respect de cette règle essentielle qui pourrait ralentir la diffusion de la résistance.


Selon le Professeur White de l’université d’Oxford, il serait urgent d’agir. Il ajoute également qu’il serait possible de reprendre le contrôle de la maladie. Pourtant, a-t-on jamais réussi à vraiment maitriser sa propagation ?


Le dernier plan de l’OMS, intitulé « Global plan for artemisinin resistance containment » (plan général pour éviter la diffusion de la résistance à l’artésimine), présente les mesures à prendre pour endiguer cette résistance. Bien que les ACT ou CTA soient actuellement efficaces à plus de 90 % au niveau mondial (ils sont bel et bien l’arme la plus efficace contre le paludisme aujourd’hui), il faut agir vite. Si ces traitements cessent d’être efficaces, de nombreux pays n’auront aucune solution de rechange. Ce nouveau plan pourrait permettre, comme cela n’a encore jamais été fait jusqu’ici, de prévenir le développement et la propagation internationale des résistances à ces médicaments. Ce plan a cinq volets :


1. Arrêter réellement la propagation des parasites résistants : c’est réalisable, mais il faudra pour cela un financement supplémentaire ; le coût supplémentaire est de 10 à 20 dollars par personne dans les régions où la résistance est confirmée et de 8 à 10 dollars par personne dans les zones limitrophes à risque.


2. Accroître le contrôle et la surveillance de cette résistance : l’OMS a estimé que moins de la moitié des pays qui devraient tester systématiquement l’efficacité des ACT le faisaient effectivement ; or, dans les zones où il n’y a pas de surveillance continue, il existe un risque réel d’émergence silencieuse de résistances.


3. Améliorer l’accès aux tests diagnostiques et à un traitement rationnel par les ACT : car ces médicaments ont d’autres vertus thérapeutiques et servent souvent à traiter des affections fébriles d’une autre nature ; l’utilisation d’ACT à mauvais escient peut accroître le risque de résistance (comme avec les antibiotiques contre les bactéries) ; l’OMS recommande de diagnostiquer tous les cas suspects au moyen d’un test avant d’instaurer un traitement antipaludique.


4. Investir dans la recherche sur la résistance aux artémisinines : il est urgent de mettre au point des techniques plus rapides de détection des parasites résistants ainsi que de nouvelles classes de médicaments antipaludiques pour remplacer à terme les ACT.


5. Favoriser les plans d’action nationaux et mobiliser des ressources : le plan mondial sera mis en œuvre avec succès si les nombreuses parties prenantes, tant au niveau mondial, régional que national, agissent de manière coordonnée et avec un financement suffisant.


On pourrait penser que la recherche jouit déjà de financements et d’un intérêt, en témoigne le nombre de fondations qui lui sont consacrées, comme celle de Bill Gates. Que manque-t-il aujourd’hui à la recherche pour lutter contre la malaria ?


Il est certain que si l’endémie paludéenne touchait des pays à haut niveau de vie, la recherche avancerait plus vite et plus efficacement.


Les fondations ont un objectif humanitaire, mais pas les industries pharmaceutiques qui génèrent d’importants profits. Les moyens de lutte sont schématiquement de trois ordres : les antipaludiques pris à titre préventif ou curatif, la vaccination, et enfin la lutte contre les vecteurs que sont les moustiques anophèles. Des avancées réelles existent en faveur de la mise au point d’un vaccin (préventif), mais c’est très compliqué.


En effet, plus un microorganisme infectieux est complexe, plus ses moyens d’agression de nos cellules sont diversifiés, subtils et changeants, et plus grandes sont les difficultés à élaborer un vaccin.


C’est de fait contre les maladies virales (poliomyélite, rougeole, rubéole, oreillons, grippe, rage, infections génitales à papillomavirus…), exception faite du virus du sida qui est un rétrovirus, que la vaccination est la plus performante. C’est plus difficile avec les bactéries, contre lesquelles nous avons heureusement les antibiotiques (mais surtout curatifs). C’est encore plus difficile avec les parasites, contre lesquels l’élaboration de vaccins est très problématique. Dans le domaine de la lutte contre les moustiques, on déplore là encore des résistances aux insecticides, qui posent quant à elles des problèmes de toutes autres nature et ampleurs que celles aux médicaments antipaludiques.


D’une façon générale, on peut affirmer que la recherche antipaludéenne devrait être une priorité mondiale si l’on considère que c’est la maladie infectieuse la plus meurtrière à l’échelle mondiale, mais qu’elle ne l’est pas dans les faits pour les raisons indiquées.


Quelles sont aujourd’hui les solutions, ou les voies de recherche envisagées porteu­ses d’espoir ?


Nous avons parlé des espoirs de vaccin, cela reste une voie de recherche importante.


Mais osons le dire, il ne faut pas s’attendre à des miracles dans ce domaine. Si l’on prend l’exemple du sida, maladie virale pouvant être, par certains aspects, comparée au paludisme qui est une maladie parasitaire, c’est l’association de plusieurs molécules pharmaceutiques (trithérapie) qui a permis de juguler la pandémie (épidémie mondiale) sidéenne. C’est probablement la même approche qui pourrait permettre de combattre efficacement la multiendémie paludéenne. Mais, répétons-le, la généralisation de la multithérapie et le respect des doses et durées des traitements antipaludiques sont des leviers fondamentaux de la lutte contre les résistances et donc contre la diffusion de la maladie (la résistance favorisant la diffusion).


En ce qui concerne la mise au point de nouvelles substances antipaludiques, il existe un nombre incalculable de plantes à tester, susceptibles de recéler une ou plusieurs molécules efficaces : c’est un champ d’investigation extraordinaire, pratiquement inépuisable (du reste, les médicaments, pour la grande majorité d’entre eux, sont issus à l’origine de plantes).


Un autre volet de prévention doit également faire l’objet de progrès, c’est celui de la lutte dite anti-vectorielle (lutte contre les moustiques). Étant donné que les moustiques anophèles se multiplient dans l’eau douce stagnante et que très peu d’eau suffit à leur reproduction, cela relève d’une éducation sanitaire des populations : il faut éduquer, convaincre, faire appliquer les règles et s’assurer de leur application. La prévention des piqures de moustiques à l’échelle individuelle est un volet bien connu, mais pour lesquels il reste des progrès à faire. Ces derniers leviers d’action ne sont ni spectaculaires ni compliqués, mais leur efficacité est indéniable.  



Par la Rédaction d’Atlantico.fr - le 17 août 2014



(*) Stéphane Gayet est médecin infectiologue-hygiéniste à l’antenne régionale d’Alsace de lutte contre les infections nosocomiales (ARLIN d’Alsace), Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) et Centre hospitalier régional et universitaire (CHRU)


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

SDF - Sans solutions ?

SDF - Sans solutions ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Puisque je ne tolère pas l'idée que l'on puisse laisser "nos" gens à la rue, voici une information à ce propos.


En Europe, il y a 4.000.000 de SDF pour 11.000.000 de logements libres.  Si l'Europe menait une politique sociale au lieu de coloniale va-t-en-guerre, il y aurait probablement des solutions à trouver.


Aider les gens à vivre honorablement coûterait certainement moins cher que de faire la guerre par-ci ou par-là (directement ou indirectement).


Duc


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

USA - Hedy Epstein, dangereuse ?

USA - Hedy Epstein, dangereuse ? | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


A 90 ans, Hedy Epstein, figure du militantisme pour ses nombreuses actions notamment au sein du "Free Gaza Movement", a fait partie des 8 personnes arrêtées lundi 18 août à Saint-Louis, au cœur des tensions entre policiers et manifestants, après la mort de Michael Brown, jeune adolescent noir abattu le 9 août dernier par un policier.


La manifestation à laquelle Mme Epstein participait, avec quelque 125 autres personnes, réclamait au gouverneur du Missouri, Jay Nixon, de retirer les troupes de la garde nationale de Ferguson, à l'heure où les méthodes de la police sont plus que jamais contestées.


La vieille dame a été aperçue scandant "Hey hey, ho ho, la garde nationale doit partir" et "Les mains en l'air, ne tirez pas", rapporte The Nation. La police de Saint Louis a confirmé qu'elle faisait partie des huit personnes interpellées pour "refus d'obéir à la consigner de dispersion".


La photo de son arrestation et notamment le message inscrit sur son tee-shirt - "Restez Humains" - fait le tour du web.

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Le nouveau musée

LLN - Le nouveau musée | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


L’avis sur la conception de la scénographie du nouveau musée de LLN a été publié. Il ne faudra pas que les collections se fassent écraser par l’architecture.


Petit à petit, le musée de Louvain-la-Neuve prépare son déménagement vers le bâtiment emblématique de la bibliothèque des Sciences et Technologie, installée place des Sciences.


Le musée vient de publier l’avis de marché portant sur la conception scénographique du nouveau musée ainsi que sur le suivi de la réalisation et de l’installation de l’exposition permanente de ses collections sur 2 100 m2.


Le musée est donc à la recherche de la société qui va imaginer la mise en valeur de son patrimoine hétéroclite issu de dons de professeurs de l’UCL, de savants collectionneurs ou encore d’amateurs passionnés.


La mission comporte notamment un travail de conception en vue du lancement d’un marché public pour la réalisation de la scénographie du musée ainsi que la coordination et le suivi des travaux d’installation.



Qu’apprend-on à la lecture du document?


Les responsables du musée rappellent que la rencontre et le dialogue sont ce qui définit le musée dans son ensemble. Il faudra donc en tenir compte, car l’institution ne compte pas perdre son âme avec ce déménagement.


Les responsables du musée pointent aussi divers défis qu’il faudra relever. Parmi ceux-ci, le musée entend sortir de l’académisme froid et la contemplation sacralisante ainsi que toucher émotionnellement ses visiteurs.


Autre défi: ne pas laisser le bâtiment à l’architecture caractéristique prendre le dessus sur les collections. Au contraire, il faudra intégrer de manière équilibrée les contenus des collections dans ce bâtiment monumental. «L’option est prise de ne pas masquer l’architecture, de valoriser son écriture, d’en faire un atout (système d’accrochage à même les parois de béton) et de ne pas se laisser “écraser” par l’architecture». Il est également demandé que le parcours du visiteur soit ponctué d’espaces «propices à la contemplation de la beauté architecturale».


Défi supplémentaire: introduire de la musique, de la pensée philosophique et de la poésie pour élargir les perceptions et susciter des dialogues, des convergences et des rencontres. Enfin, le musée espère que cela permettra d’augmenter la fréquentation des publics et des jeunes en particulier.


Une enveloppe de 1,460 million euros hors TVA est prévue pour le déménagement dans son ensemble dont un maximum de 175 000 euros hors TVA pour le présent marché.


La mission débutera en février 2015 et se terminera au plus tard en septembre 2016, date espérée pour l’ouverture du nouveau musée de Louvain-la-Neuve.


Les candidatures sont à remettre pour le 21 août 2014 à 10.00 hr par courrier au musée : 1, place Blaise Pascal, 1348 Louvain-la-Neuve.

Koter Info's insight:


Septembre 2016, ouverture du nouveau

musée de Louvain-la-Neuve ?


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Confréries gastronomiques

LLN - Confréries gastronomiques | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le rendez-vous annuel des confréries gastronomiques de Wallonie et Bruxelles s’est déroulé dimanche sur la Grand-Place de Louvain-la-Neuve.


C’est généralement dans des sites chargés d’histoire que se déroule la journée des confréries gastronomiques:«Donc, venir à Louvain-la-Neuve, dans une ville nouvelle, c’est particulier pour nous. Mais c’est une formidable expérience», indique Guy Baivier, président du Grand Conseil de la Tradition Gastronomique et Culturelle de Wallonie et de Bruxelles.


Si les racines de Louvain-la-Neuve sont encore jeunes, les confréries sont présentes pour présenter les produits du terroir, les traditions locales, les recettes ancestrales: «Certains pensent, à tort, que les confréries sont des cercles fermés composés de joyeux fêtards. La journée annuelle permet de montrer que la solidarité et la convivialité sont les moteurs de notre mouvement associatif», poursuit le président.


Accueillir les confréries gastronomiques, c’est bien plus qu’une activité touristique. Cette journée nous a permis de voyager dans notre terroir», souligne Benoît Jacob, échevin du tourisme d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.


Joël Lapaille, président de la confrérie des vinificateurs amateurs d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, est la cheville ouvrière de la journée: «Louvain-la-Neuve véhicule le savoir. Les confréries entretiennent le savoir-faire. Il est important de perpétuer la tradition».


On dénombre 132 confréries en Wallonie et à Bruxelles: «Nous comptons dix-neuf confréries à Bruxelles et en Brabant wallon: cinq pour Bruxelles et quatorze pour le Brabant wallon. Nous avons des confréries très actives, elles sortent souvent. À Liège, il y a soixante confréries, mais elles sortent très peu», indique Jean Levieux, président du Conseil Noble de Brabant wallon et Bruxelles.


Jean Levieux était présent au premier rendez-vous des confréries à Bruxelles, en 1984: «Il y a plus de confraternité qu’il y en avait il y a trente ans», souligne Jean Levieux qui a créé la confrérie de la Blanke Doréye à Jodoigne avec son frère Michel: «La blanke doréye est une tarte au fromage. Contrairement à la tarte au stofé, nous n’y mettons pas de pomme. Mais notre tarte a un parfum d’amande…»


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Ott LLN et "un" homophobe

Ott LLN et "un" homophobe | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


C’est une scène d’une rare violence verbale qui s’est déroulée dans la file du Delhaize d’Ottignies ce samedi.


Alors que Cédric (prénom d’emprunt) faisait ses courses avec son compagnon, il a été pris à partie par un individu les insultant de « sale PD » et de « sale pédophile ».


Ce dernier a ensuite pris Cédric en photo, lui promettant de le retrouver pour « régler cela ».


-----------------


Rassurez-vous, ce n'est que l'exception qui confirme la règle.


En effet, ce n'est pas un seul imbécile qui ternira l'ouverture d'esprit régnant à Ottignies Louvain-La-Neuve.  -  Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

LLN - Deux incendies suspects

LLN - Deux incendies suspects | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

.Source photo : L'Avenir.net


Deux incendies suspects au Cortil du Coq Hardi


Le feu a pris mardi matin (peu après 4.00 hr) dans le restaurant "Le MadZebu" et un magasin de vêtements voisin, tous deux situés au Cortil du Coq Hardi à Louvain-la-Neuve.


Les dégâts semblent importants et il n'est pas exclu que l'origine du sinistre soit criminelle. 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Morale à géométrie variable

Morale à géométrie variable | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


La morale à géométrie variable du « pacificateur » Obama

 

Le gouvernement américain, comme toute la communauté internationale, est préoccupé par la catastrophe humanitaire au Kurdistan irakien, écrit lundi 18 août le quotidien Nezavissimaïa gazeta.


Avec la bénédiction du président américain Barack Obama, le Pentagone mène en ce moment des attaques aériennes régulières contre les positions de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) « pour protéger la population menacée », c’est-à-dire sauver les Kurdes yézidis qui vivent dans les régions occupées par l’organisation terroriste.


À première vue, ces actions des Américains n’ont rien d’inhabituel. Les combattants de l’EIIL massacrent ceux qui ne veulent pas se convertir à l’islam. Seules la force et une aide humanitaire de grande envergure permettraient d’empêcher et de stopper ces atrocités. Obama souligne que l’Amérique continuera à soutenir les réfugiés bloqués par les combattants sunnites sur le mont Sinjar. Selon le communiqué du département d’État, l’ensemble de l’aide humanitaire américaine représente actuellement 114 000 rations alimentaires et plus de 132 000 litres d’eau potable.


Les Américains ont commencé à bombarder les islamistes sans l’aval de l’ONU, bien qu’ils y soient soutenus, ainsi qu’au sein de l’OTAN. Les États-Unis soutiennent depuis longtemps les Kurdes, y compris dans leur aspiration à créer un État autonome. Après le renversement de Saddam Hussein, les USA ont aidé le Kurdistan irakien à obtenir, selon la nouvelle Constitution, le statut de large autonomie et à devenir relativement indépendant. Mais le leader des Kurdes Massoud Barzani insiste aujourd’hui pour organiser un référendum sur l’indépendance totale du Kurdistan envers l’Irak. Washington ne semble pas s’opposer à ces plans, bien que le gouvernement irakien condamne cette initiative – considérant les plans de Barzani illégitimes – et exige de la communauté internationale qu’elle respecte et soutienne l’intégrité territoriale du pays.


Mais aux exigences légitimes de Bagdad, le « monde civilisé » répond avec des termes familiers concernant « le grand peuple divisé de la région, la justice et la chance historique qu’ont les Kurdes persécutés d’utiliser le droit inaliénable à l’autodétermination».



Transportons-nous en Ukraine.


Et essayons de voir la situation du Kurdistan par rapport aux projets des habitants du Donbass et de la région de Lougansk de créer leur propre république – la Nouvelle Russie. Dans ce contexte, remplaçons les USA par la Russie et le Kurdistan par le Donbass, les Yézidis par les habitants de Donetsk et de Lougansk et les islamistes de l’EIIL par les combattants des bataillons territoriaux « Aïdar » et « Azov ».



Quelle serait l’analogie ?


« Le président russe Vladimir Poutine a ordonné de bombarder les positions des bataillons territoriaux Aïdar et Azov pour protéger les habitants russophones du Donbass d’un nettoyage ethnique ».


Si cela se produisait, Obama et d’autres dirigeants de l’OTAN seraient forcément indignés. De nouvelles sanctions seraient probablement adoptées contre la Russie.


Pour une raison qu’on ignore, les USA et d’autres pays soutiennent les agissements de l’armée ukrainienne qui bombarde régulièrement des villes pacifiques de la Nouvelle Russie.


Dans le même temps, ils ferment les yeux sur le massacre de civils et les centaines de milliers de réfugiés en Russie et dans d’autres pays. Rien que la semaine dernière, les raids aériens et les tirs d’artillerie à Lougansk et Donetsk ont fait au moins 120 morts. Dont beaucoup d’enfants et de personnes âgées. Lougansk est privée d’électricité et manque d’eau. Les habitants ont besoin d’un soutien.


Mais l’idée d’y envoyer un convoi d’aide humanitaire russe a provoqué, on ne sait pourquoi, une véritable hystérie de l’ambassadeur américain à l’ONU et des dirigeants ukrainiens.



Comment stopper cette anarchie ?


Les Américains cherchent à stopper l’anarchie des islamistes au Kurdistan par des frappes aériennes. Ils soutiennent le séparatisme des Kurdes.


En revanche, les USA préfèrent ignorer les actes des troupes gouvernementales dans le Sud-est de l’Ukraine. De surcroît, ils donnent le feu vert à la projection en Ukraine de chars, de l’artillerie et de munitions soviétiques depuis les anciens pays du Pacte de Varsovie, agrandissant ainsi l’ampleur de la catastrophe humanitaire, semant la mort et la destruction.


N’est-ce pas une politique cynique de doubles standards menée par le pacificateur Obama, prix Nobel de la paix ?



Par le reseauinternational.net - le 19 août 2014 - Source : ici

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

L'Argentine réagit !

L'Argentine réagit ! | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Légende et source photo : La présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner - Crédit : www.facebook.com/CFKArgentina



Soutenue par les BRICS, l’Argentine multiplie ses attaques contre la finance prédatrice


En réponse aux attaques dont elle a été l’objet de la part des fonds vautours, en connivence avec le gouvernement de Barack Obama, l’Argentine, bénéficiant d’un large appui des pays des BRICS, a annoncé le 7 août avoir porté plainte contre les États-Unis devant la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, pour avoir violé sa souveraineté et son immunité judiciaire.


« Étant donné qu’un État est responsable de la conduite de tous ses organes, les violations [en question] ont provoqué une controverse entre l’Argentine et les États-Unis », affirme un communiqué de la présidence argentine. Puisque les États-Unis ne reconnaissent pas la juridiction de ce tribunal, ils seront obligés, poursuit le communiqué, « d’indiquer un moyen alternatif pour parvenir à une solution pacifique dans la controverse actuelle conformément à la charte des Nations unies ».


L’Argentine avait le 4 août déposé une demande auprès de l’ U.S. Securities and Exchange Commission (SEC), pour obtenir de l’information et exiger une enquête pour fraude éventuelle contre Elliott Management, la société mère du fond vautour NML Capital, concernant la déclaration publiée le 1er août par l’Association internationale des swaps et dérivés (ISDA) affirmant que l’Argentine est en cessation de paiements. Les autorités argentines demandent comment il est possible que Elliott Management puisse s’adresser à une cour de justice pour obtenir paiement sur des titres qu’elle possède, tout en siégeant en même temps dans le comité de l’ISDA qui a déclaré le pays en cessation de paiements et obtenir compensation grâce à des dérivés de crédit (CDS) qu’elle possède...


Il s’agit ici de déterminer s’il n’y a pas conflit d’intérêts et une manipulation des marchés au bénéfice d’un groupe de détenteurs de titres, dont fait partie Elliott Management. Le juge américain Thomas Griesa, qui a rendu le jugement en faveur des fonds vautours, est également visé, car sa décision aurait pu avoir dès le début l’intention de « produire les conditions » déclenchant la couverture des dérivés de crédit.


Ceci n’est que le premier pas dans une offensive internationale pour mettre en lumière les manigances scabreuses des fonds vautours. D’autres intérêts et autres types de pratiques sont cependant visés. Après la mise en faillite sans avertissement préalable d’une filiale opérée depuis de nombreuses années en Argentine par un imprimeur américain, Donnelley & Sons, mettant à la porte 400 employés alors qu’elle n’avait aucun problème financier, le gouvernement argentin a décidé d’activer pour la première fois sa Loi sur le terrorisme financier et antiéconomique et de poursuivre Donnelley pour faillite frauduleuse avec l’intention « d’altérer l’ordre économique et financier » et de « semer la terreur parmi la population ». Il prévoit également s’adresser à la SEC américaine pour faire ouvrir une autre enquête sur ce comportement frauduleux.


En cherchant à déterminer quelles entreprises en Argentine auraient pu être détenues par des fonds vautours, les autorités fiscales argentines avaient découvert que Donnelley est détenue à 60-70 % par des « fonds d’investissement », dont la société BlackRock se retrouvant avec une part critique, une société qui appartenait à NML Capital (le principal fond vautour à l’œuvre contre l’Argentine) et qui a été vendue il y a moins d’un an !


Les enquêtes sur ce type d’activité vont se poursuivre, a annoncé la présidente argentine Cristina Kirchner. Le gouvernement s’est également attaqué à ce que l’on pourrait appeler la mère vinaigre de tous les fonds vautours, en l’occurrence la mégabanque britannique HSBC, connue pour ses activités dans le blanchiment des fonds de la drogue et qui a cependant été épargnée l’année dernière aux États-Unis par le gouvernement Obama, malgré une condamnation par une cour américaine.


Le siège social de la banque a fait l’objet d’un raid policier à Buenos Aires le 13 août, ainsi que dans deux autres bureaux. Les autorités fiscales argentines, l’AFIP, cherchaient à mettre la main sur des documents dans le cadre d’une enquête pour évasion fiscale et blanchiment de revenus illicites ouverte contre la banque en février dernier.


Selon le quotidien argentin Buenos Aires Herald, « une source proche de l’enquête a déclaré que l’AFIP s’était rendu compte que HSBC Bank Argentina offrait des produits taillés sur mesure à l’intention d’entreprises émettant de fausses factures, qui sont souvent utilisés pour blanchir de l’argent illicite ou en vue d’échapper à leurs obligations fiscales ».


Les médias argentins rapportent que les documents ne se trouvaient pas à l’endroit prévu, mais dans un entrepôt appartenant à la société Iron Mountain, originaire de New York, spécialisée dans le stockage hors site de fichiers informatiques et de registres pour les banques et les entreprises. Bien que Iron Mountain prétende que ses installations sont sécurisées contre les catastrophes naturelles, un de ses entrepôts de Buenos Aires a été entièrement détruit dans un incendie en février dernier, provoquant par la même occasion la mort de 9 pompiers.


Enfin, le ministre de la Planification Julio De Vido a accusé la société pétrolière Royal Dutch Shell lors d’une entrevue à la radio argentine de « spéculer plutôt que de produire ». De Vido a expliqué que la société n’investit pas dans la production de gaz ou de pétrole dans les zones qui lui ont été assignées, mais préfère les laisser dans un état inexploité pour éventuellement les revendre dans le cadre d’opérations spéculatives. Il a indiqué que Shell devrait rapidement consacrer au moins un milliard de dollars dans l’augmentation de la production d’hydrocarbures, ou bien faire face à des conséquences dont il n’a pas détaillé la nature. Certains observateurs ont cependant compris que les sites concernés risquent tout simplement d’être nationalisés par le gouvernement argentin.



Par la Rédaction de Solidarité & Progrès – le 19 août 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Rus/Ukr : pas de transfert d'armes

Rus/Ukr : pas de transfert d'armes | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : © REUTERS/ Alexander Demianchuk



Russie-Ukraine : pas de transfert d’armes à travers la frontière (OSCE)

 

Les observateurs de l’OSCE en mission de suivi à la frontière entre la Russie et l’Ukraine n’ont constaté aucun transfert d’armes, a annoncé mardi le chef de la mission Paul Picard.


« Nous n’avons jamais vu d’armes. Quant aux véhicules militaires traversant la frontière, hier, nous n’en avons pas vu un seul aux deux postes-frontières (de Goukovo et de Donetsk, NDLR) », a déclaré le responsable devant les journalistes.


Auparavant, M.Picard avait indiqué que sa mission n’avait constaté aucune violation par la Russie de ses engagements internationaux ni aucun mouvement de troupes russes du côté de l’Ukraine.


Dans le même temps, le rapport rédigé début-août par la mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à l’issue d’une semaine de travail fait état de deux cas de tir d’obus sur le poste-frontière russe de Goukovo.



Par la Rédaction de Ria Novosti - le 19 août 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Les mères accusent Kiev

Les mères accusent Kiev | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

Photo : © ITAR-TASS/Maxim Nikitin



Les mères de soldats accusent Kiev de cacher de lourdes pertes


DNEPROPETROVSK, le 19 août. /ITAR-TASS /. Les Mères des militaires ukrainiens ont accusé Kiev d’avoir dissimulé les vrais chiffres des victimes dans la poursuite des combats dans le sud-est du pays. Elles ont prévu une action de protestation dans toutes les villes du pays, le 1er septembre.


« Ils nous disent que trois à cinq de nos soldats sont tués tous les jours, mais c’est un mensonge ». La co présidente des mères de soldats ukrainiens, Oksana Stetsenko, insiste sur le fait que l’étendue des pertes dans les régions du pays déchirées par la guerre, Donetsk et de Louhansk, est grossièrement sous-estimé.


Elle a affirmé que les chiffres incluent uniquement les militaires et que les pertes parmi la police, les gardes-frontière, les gardes nationaux, soldats et volontaires ont été délibérément cachés, par des ordres secrets d’Andriy Parubiy, ancien chef du Conseil de défense et sécurité nationale ukrainienne.


« Des milliers de mères de toute l’Ukraine nous demandent de retrouver leurs fils, frères ou leur mari. Beaucoup n’ont pas de nouvelles d’eux depuis juin et juillet, » dit-elle.


Pendant ce temps, l’armée ukrainienne a dit qu’elle ne pouvait pas répondre à leurs questions avant la fin de l’opération.


Stetsenko a affirmé que les pertes à Slaviansk reprise par les troupes ukrainiennes se sont élevées à des centaines. « Les rues de la ville étaient jonchées de corps de militaires et de bénévoles, et quand les séparatistes se sont retirés, les corps ont été enterrés dans une fosse commune, » dit-elle ajoutant que l’armée a allégué que les victimes étaient des résidents locaux tués par les séparatistes.


Dans la chaleur intense, les corps commencent à se décomposer rapidement et il n’y a aucun moyen de dire quand la procédure d’identification pourrait être lancée…


Le nombre d’appels téléphoniques de proches de soldats a décuplé ce mois-ci, dit-elle.


« Apparemment, ils augmentent en proportion des pertes, » Stetsenko a dit. « Nous estimons que 40 à 60 soldats ont été tués chaque jour dans les dernières semaines ».


Le militant a déclaré que les policiers gardaient quatre wagons réfrigérés avec les corps de militaires ukrainiens tués dans la région de Luhansk. « Ils nous disent c’est une cargaison secrète, mais ils stockent en fait nos fils morts » dit-elle.


Le 17 juillet, les autorités ukrainiennes ont envoyé six wagons réfrigérés dans la région de Donetsk pour évacuer les corps des victimes. On ne connaît pas l’emplacement actuel de ces wagons.



Publié par histoireetsociete.wordpress.com - le 19 août 2014

Source : ici

 

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le pilote dort & la copilote joue

Le pilote dort & la copilote joue | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it

La compagnie aérienne Jet Airways a suspendu deux de ses pilotes après un qu'un de ses avions a frôlé la catastrophe vendredi dernier.

L'incident s'est produit à bord d'un Boeing 777 qui faisait la liaison entre Bombay en Inde et Bruxelles et transportant 280 passagers.

Selon une information publiée par le quotidien indien The Times of India et relayée par nos confrères de 20 Minutes, l'avion survolait la Turquie lorsque les contrôleurs aériens ont remarqué qu'il avait subitement fait une chute de 1.500 mètres. Ils ont immédiatement contacté l'équipage de l'avion en leur ordonnant de remonter à 10.000 mètres d'altitude.



Endormie ou trop absorbée par son iPad ?


Une enquête a été ouverte par la direction générale de l'aviation civile indienne (DGCA). Selon les premières informations dévoilées, le commandant de bord dormait au moment de la perte d'altitude.


Une pause réglementaire sur long-courriers au cours de laquelle le ou la copilote doit normalement prendre les commandes de l'appareil. Sauf que dans ce cas-ci, celle-ci était trop absorbée par son iPad.


Comme elle l'a elle-même confié, elle était tellement occupée à jouer sur sa tablette qu'elle ne s'est pas aperçue que l'avion perdait de l'altitude.


Les enquêteurs pensent quant à eux qu'elle se serait plutôt endormie à son tour. "Un bouton a-t-il été activé par erreur? Et que faisait la copilote? Il faut prouver qu'elle était en train de regarder quelque chose sur son iPad ou qu'elle s'est endormie", a indiqué un membre de la DGCA.


En attendant les résultats de l'enquête, les pilotes de Jet Airways ont été suspendus. "La sécurité est d'une importance capitale pour Jet Airways, tout comme le bien-être de nos passagers et de notre équipage", a déclaré le porte-parole de la compagnie aérienne. L'enquête devrait durer entre quatre et cinq mois. 


more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Le fisc & les dénonciateurs

Le fisc & les dénonciateurs | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Le nombre de dénonciations spontanées auprès des autorités fiscales a presque sextuplé ces cinq dernières années, passant de 460 en 2008 à plus de 2.600 l'année dernière, rapporte lundi le journal De Standaard. Si le tempo actuel des rapports spontanés se maintient, le nombre de dénonciations augmentera encore d'environ 25% en 2014.


Lors des sept premiers mois de l'année, 1.608 Belges ont dénoncé une personne aux autorités fiscales. Outre la fraude fiscale, ces dénonciations concernent souvent des violations de la législation sociale, comme le travail non déclaré, la fraude à l'aide sociale ou au domicile.


Un peu moins d'une dénonciation sur trois est anonyme. Les personnes dénoncent souvent quelqu'un de leur entourage, comme un voisin, un ancien conjoint, un membre de leur famille ou d'anciens collègues.


--------------------


On voit la paille dans l'oeil de son voisin,

mais pas la poutre dans le sien !


Voici un sujet que je connais à fond pour avoir eu à juger l'opportunité de ces dénonciations dans le passé.


Je peux vous affirmer que ces citoyens pseudo civiques ne sont généralement que de vils dénonciateurs n'en ayant rien à cirer du civisme.


Comme cité dans l'article, les personnes dénoncent souvent quelqu'un de leur entourage, comme un voisin, un ancien conjoint, un membre de leur famille ou d'anciens collègues par pure méchanceté, jalousie ou soif de vengeance.


En effet, la plupart des dénonciateurs ont un problème personnel avec leur "victime", souvent une querelle de voisinage à propos d'une peccadille ou une malheureuse histoire de famille.


Ces dénonciateurs sont principalement répartis en deux catégories :

  1. les pleutres anonymes
  2. les idiots aussi méchants qu'ignorants.


La plupart du temps, si vous examiniez la situation fiscale personnelle du dénonciateur, ce dernier était encore plus "sale" que celui qu'il tentait de dénoncer. De nombreuses fois, les dénonciateurs avaient tort parce que la pseudo fraude n'existait que dans leur esprit vengeur ou jaloux et je vous passe les détails stupides qu'ils pouvaient débiter.


Finalement, un faible pourcentage de fraude se révélait exact et, là encore, c'était principalement le fruit d'une vengeance d'un employé licencié connaissant forcément quelques secrets louches à propos du fonctionnement de son ex-employeur.


Même si la victime d'une dénonciation se révélait coupable de fraude si petite soit-elle, son dénonciateur n'en restait pas moins quelqu'un qui n'agissait nullement par civisme et quelqu'un que vous n'aviez vraiment pas envie d'apprécier.


Retenez que, lors des guerres, ce sont ces mêmes personnes qui dénonçaient les gens à l'ennemi occupant, en dernier lieu à la Gestapo. S'ils étaient connus, ils rendaient des comptes après la libération.


D'une part, à une époque plus récente, je leur demandais des comptes à propos de leur propre fiscalité souvent inexacte. D'autre part, le torchon des anonymes terminait dans la poubelle sans autre procès tellement leur contenu était stupide et futile.


Mon principe : avant d'inquiéter administrativement la fiscalité d'un citoyen présumé innocent, il faut des arguments fondés et solides, issus d'une source fiable, cela s'appelle "la" démocratie ! Mais c'était "mon" principe, pas forcément celui de tous les fiscalistes.


Duc

more...
No comment yet.
Scooped by Koter Info
Scoop.it!

Roméo musulman, Juliette juive

Roméo musulman, Juliette juive | Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL | Scoop.it


Mahmoud et Morel n'avaient pas imaginé que, le jour présumé le plus heureux de leur vie, ils devraient se frayer un chemin sous les hurlements haineux de manifestants de l'extrême-droite israélienne opposés à ce mariage entre un musulman et une juive convertie.


L'union de Mahmoud et Morel a été troublée dimanche soir au sud de Tel-Aviv par les vociférations de plusieurs centaines de jeunes manifestants répondant à l'appel de l'organisation d'extrême-droite israélienne Lehava ("la Flamme"), qui milite contre "l'assimilation des juifs et les mariages mixtes".


Vêtus de tee-shirts aux slogans racistes, chauffés par des semaines de guerre dans la bande de Gaza, les manifestants ont passé leur soirée à jouer au chat et à la souris avec la centaine de policiers déployés, à essayer de s'approcher des invités pour les insulter et à échanger les invectives avec quelques dizaines de sympathisants anonymes émus par l'histoire de Mahmoud et Morel.


Les supporteurs des deux mariés ont distribué des roses et brandi des pancartes proclamant "l'amour est plus fort que tout" ou encore "juifs et musulmans refusent d'être ennemis".


"Mort aux Arabes" et "vous n'aurez pas ma soeur", leur ont lancé les protestataires agitant des drapeaux israéliens. Les incidents ont été retransmis en direct par les télévisions passionnées par l'image ainsi rendue des réalités israéliennes du moment.


Les Roméo et Juliette israéliens, lui entrepreneur de 26 ans, elle éducatrice de 23, se sont rencontrés il y a cinq ans. Morel Malka, juive, s'est convertie à l'islam depuis. Morel et Mahmoud Mansour s'attendaient à ce que leur mariage crispe les relations familiales. Pas à ce qu'il cristallise les tensions qui traversent le pays et que la guerre a Gaza a exacerbées.


La situation leur a complètement échappé le jour où ils ont découvert, qu'après avoir posté leur faire-part de mariage sur Facebook, l'organisation d'extrême-droite Lehava appelait à manifester devant la salle de réception. "Rien ne nous atteindra, on aura un beau mariage, le plus beau mariage que l'on puisse imaginer", disait avant la cérémonie Mahmoud, jeune homme au visage rond et souriant.


Quatre heures avant la grande réception, dans le petit appartement de la famille Mansour à Jaffa, quartier portuaire de Tel-Aviv connu pour sa douce coexistence entre juifs et Arabes israéliens, on a poussé les meubles, décoré le salon et garni les plateaux de pâtisseries orientales.


La mariée fait son entrée en musique, vêtue d'une robe blanche décolletée, écrasée par les marques de tendresse de sa belle-famille. "Morel c'est ma deuxième fille, j'en avais une, maintenant j'en ai deux", s'amuse Mohammed Mansour, son futur beau-père. Le père de la mariée est absent. Il a annoncé à la télévision qu'il ne viendrait pas au "mariage de sa fille avec un Arabe".


Le futur marié a passé une partie du jour J au tribunal de Rishon LeZion, pour tenter de faire interdire la manifestation prévue dans la soirée. Son avocat a fait valoir les tentatives d'intimidation et de harcèlement dont le couple est victime depuis des jours. Mais le juge a autorisé le rassemblement, à condition qu'il se tienne à 200 mètres de distance de la salle de réception.


L'affaire, largement relayée par les médias locaux, est remontée jusqu'au président israélien Reuven Rivlin, qui s'est inquiété en apprenant la tenue de la manifestation qu'on ne franchisse là "une ligne rouge". Les mariés ont donc dû recruter des gardes du corps pour fouiller les invités et vérifier les listes.


A 20h, dans la zone industrielle de Rishon LeZion, où a lieu le mariage, les centaines d'invités doivent eux, se frayer un chemin au milieu des manifestants. "C'est un mariage, mais il n'y a rien à célébrer car l'assimilation (les mariages de juifs avec des non juifs) est un fléau", explique le responsable de l'organisation Lehava, Bentzi Gopstein, militant d'extrême droite et habitué des déclarations racistes sur les plateaux de télévision.


more...
No comment yet.