EADS : les huit points qu'il faut retenir de la future stratégie de Tom Enders | JOIN SCOOP.IT AND FOLLOW ME ON SCOOP.IT | Scoop.it

Lors de la présentation des résultats 2012 d'EADS, Tom Enders a dévoilé quelques bribes de ce que sera le groupe européen sous sa présidence. Voici les huit points que nous avons retenus.

Ce n'est pas une surprise, EADS va bien. Le chiffre d'affaires du groupe européen s'est établi l'an dernier à 56,5 milliards d'euros en hausse de 15 % (49 milliards en 2011) et le bénéfice d'exploitation (EBIT) a bondi de 29 %, à 2,19 milliards (1,69 milliard en 2011). Mais, pour le nouveau président exécutif d'EADS, Tom Enders, ce n'est pas suffisant même si il a reconnu que "2012 a été une bonne année". Tout au long de la présentation des résultats ce mercredi, il a martelé sur tous les tons que le groupe devait mettre le cap vers une meilleure profitabilité afin de mieux servir les actionnaires du groupe. Il peut toutefois encore dormir tranquille avec une trésorerie nette confortable, qui s'élevait fin 2012 à 12,3 milliards d'euros, en hausse de 5 % (11,6 milliards en 2011).

1/ Des axes d'améliorations pour dégager une meilleure rentabilité d'EADS

(...)

 

2/ EADS garde ses activités défense

(...)

 
3/ Les relations avec les États partenaires d'EADS

(...)

 
4/  un carnet de commandes étonnant

(...)

 

5/ Une montée en cadence d'Airbus prudente

(...)

 

6/ Une deuxième chaine d'assemblage de l'A350

(...)

 
7/ Le rachat d'actions ira à son terme

(...)

 

8/ Les enquêtes sur des affaires de corruption

(...)


Via Jacques Le Bris