Japan Tsunami
Follow
Find tag "Pollution"
23.5K views | +1 today
Japan Tsunami
8.8, 8.9, 9.0 and even 9.1 earthquake in Japan March 11th 2011,  <br>Earthquake & Tsunami aftermath,  <br>Fukushima
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fukushima : Tepco reconnaît un rejet massif de matière radioactive en août dernier

Fukushima : Tepco reconnaît un rejet massif de matière radioactive en août dernier | Japan Tsunami | Scoop.it
La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima, Tepco, a reconnu que d'importantes quantités de poussières radioactives s'étaient échappées en août 2013 du réacteur 3.

La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima, Tepco, a reconnu que d'importantes quantités de poussières radioactives s'étaient échappées en août 2013 du réacteur 3 lors du déblaiement de ferrailles et détritus accumulés au-dessus. D'après les calculs de Tokyo Electric Power (Tepco) expliqués mercredi aux membres de l'Autorité de régulation nucléaire (NRA), le 19 août 2013, 280 milliards de becquerels de césium 134/137 ont été rejetés du site par heure, contre 10 millions de becquerels/h habituellement, et ce durant quatre heures. Cela porte le surcroît total à quelque 1 120 milliards de becquerels.

Tepco, qui promet désormais de renforcer la surveillance et de mieux évaluer mensuellement le surplus de rejets, n'avait rien dit publiquement jusqu'à ce que le ministère de l'Agriculture ne l'interpelle en mars après avoir constaté une nouvelle pollution radioactive dans la région de Minamisoma, à un peu plus de 20 kilomètres de la centrale. Le ministère avait alors émis l'hypothèse que la contamination de rizières alentour ait pu être causée par le déblayage d'une forêt de ferrailles enchevêtrées sur la partie supérieure du réacteur 3. "Cette possibilité existe, nous ne pouvons pas l'écarter même si elle n'est pas prouvée", avait déclaré la semaine passée un porte-parole de Tepco, sans toutefois donner de précisions chiffrées. 

Le riz prélevé en 14 endroits de la région de Minamisoma présentait un niveau de contamination en césium radioactif de plus de 100 becquerels par kilogramme, la limite légale 

Les bâtiments de trois des six tranches de la centrale Fukushima Daiichi avaient été emportés par des explosions d'hydrogène dans les jours suivant l'accident provoqué le 11 mars 2011 par un gigantesque tsunami, dû à un violent séisme de magnitude 9 au nord-est de l'archipel. Quelque temps après les opérations de nettoyage sur le réacteur 3, le riz prélevé en 14 endroits de la région de Minamisoma présentait un niveau de contamination en césium radioactif de plus de 100 becquerels par kilogramme, la limite légale. Ce riz n'a pas été mis sur le marché, mais le ministère en a informé Tepco et a souhaité que des mesures supplémentaires soient prises.

"Nous avons renforcé la surveillance et la façon dont nous tentons d'empêcher le rejet de poussières radioactives", a assuré le porte-parole de Tepco qui affirme que le maximum sera fait lors des travaux de nettoyage du dessus du réacteur 1 qui doivent débuter prochainement. Dans le cas présent cependant, ni le ministère de l'Agriculture ni Tepco n'avaient prévenu la municipalité de Minamisoma des risques encourus lors de ce genre d'intervention. "Ils avaient le devoir de donner des explications à la municipalité", s'est plaint un responsable de Minamisoma sur la chaîne de TV publique NHK.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fukushima. L'autorité nucléaire renforce la surveillance

Fukushima. L'autorité nucléaire renforce la surveillance | Japan Tsunami | Scoop.it
La compagnie Tepco va renforcer la surveillance des installations de la centrale accidentée Fukushima Daiichi, suite à un incident.

L'autorité de régulation nucléaire a prévenu mercredi qu'elle allait ordonner à la compagnie Tepco de renforcer la surveillance des installations de la centrale accidentée Fukushima Daiichi après la découverte d'un problème qui pourrait être dû à une action erronée délibérée.

« Il est nécessaire de renforcer la gestion des équipements » afin de prévenir les mauvaises manipulations, a insisté un membre de l'instance, Toyoshi Fuketa.

La compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) pourrait être amenée à installer des caméras et autres systèmes de contrôle près des équipements cruciaux, comme les armoires électriques.

Inondation la semaine dernière

En fin de semaine dernière, quatre pompes, qui fonctionnaient par erreur, ont répandu d'importantes quantités d'eau hautement radioactive dans divers bâtiments de la centrale accidentée à la suite du tsunami du 11 mars 2011.Ces pompes qui ne devaient pas être en service ont été arrêtées dimanche après-midi, mais entre-temps les sous-sols de deux bâtiments ont été inondés.

Nul ne sait pour le moment quand, comment et par qui elles ont été activées.Tepco a évalué à 203 mètres cubes la quantité de liquide qui s'est répandue dans ces lieux d'incinération situés non loin des réacteurs mais censés rester secs.

Cette eau a une teneur énorme en césium radioactif, évaluée à 37 millions de becquerels par litre.Tepco, qui a assuré que l'eau n'est pas sortie des bâtiments, a promis d'enquêter pour comprendre les raisons de cette erreur.La gestion de l'eau contaminée est le plus gros problème auquel est actuellement confrontée la compagnie qui ne sait que faire des centaines de milliers de tonnes accumulées dans les bâtiments et des réservoirs installés sur le site ravagé.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Deux ans d'impuissance et d'incidents à Fukushima

Deux ans d'impuissance et d'incidents à Fukushima | Japan Tsunami | Scoop.it
L'autorité de régulation nucléaire du Japon a évalué au "niveau 3" – correspondant à un "incident grave" sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) – la fuite de 300 tonnes d'eau hautement radioactive survenue dans un réservoir ces derniers jours à la centrale de Fukushima.

Lire : Fukushima : la dernière fuite de réservoir classée en "incident grave"

C'est la première fois depuis la catastrophe du 11 mars 2011 que l'autorité de sûreté nucléaire nippone diffuse une alerte INES. Pourtant, depuis deux ans, les incidents se sont multipliés dans la centrale accidentée.

 

11 mars 2011

(...)

 

7 août 2013

Le gouvernement japonais finit par publier une estimation de la quantité des fuites d'eau radioactive : ce sont 300 tonnes d'eau contaminée qui se déversent chaque jour dans l'océan Pacifique. Tepco les estime, en termes de radioactivité, entre 20 000 milliards et 40 000 milliards de becquerels entre mai 2011 et juillet 2013.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fukushima Radioactive Ocean Impact Map - March 2012 Update

Radioactive Sea Water Particle Tracing from Fukushima-Daiichi Nuclear Power Plant.

 

Un an après, les dommages collatéraux de la catastrophe nucléaire de Fukushima se font encore ressentir sur l’écosystème marin. Cette carte de simulation de l’impact de la radioactivité nous montre les conséquences en mars 2012 du déversement d’eau radioactive dans l’océan.

Une modèle lagrangien de dispersion des particules (MLDP) a été utilisé pour suivre le trajet des larves de poissons, des algues, du phytoplancton, du zooplancton…présents dans l’eau de mer à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi au moment de la catastrophe.

Partant de l’hypothèse qu’une partie de la microflore et de la faune aquatique a pu être contaminée dans la zone autour de Fukushima, les chercheurs ont essayé de simuler par ordinateur le trajet des radionucléides à mesure qu’ils remontent la chaîne alimentaire océanique. Cette simulation sur la vidéo Youtube a été obtenue sur la base d’une libération continue de particules radioactives pendant les 2 mois ayant suivi le tremblement de terre et le tsunami, et en suivant le chemin de ces particules.

Le modèle de dispersion est le Pol3DD d’ASR. Ce modèle tient compte des informations hydrodynamiques du système HYCOM/NCODA qui fournit des données quotidiennes sur les courants océaniques dans le monde. Seuls les courants de surface ont été pris en compte.

N.B. : Ceci n’est pas une représentation de la concentration du panache radioactif. Comme on ne connaît pas exactement la quantité d’eau contaminée ni la concentration d’éléments radioactifs relargués dans l’océan, il n’est pas possible d’évaluer l’étendue et la dilution du panache, même si un contrôle sur le terrain effectué par TEPCO avait montré des concentrations d’iode et de césium radioactifs plus hautes que le maximum autorisé, avec un pic à plus de 100 Bq/cm3 en Avril 2011 pour l’iode 131 comme le montre cette figure.

http://www.asrltd.com/japan/plume.php

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japon: des débris du tsunami retrouvés à plus de 3000 km

TF1 :
Un navire-école russe a découvert un petit bateau de pêche et divers objets emportés par le tsunami du 11 mars au Japon dérivant dans le Pacifique à plus de 3000 kilomètres des côtes japonaises, a annoncé dimanche [ndc : 16 octobre 2011] un institut de recherche américain.

Pendant plusieurs jours, l'équipage a vu un poste de télévision, un réfrigérateur, des planches de bois, des bouteilles en plastique, des bottes, des bouées de filet de pêche, etc.

Quant au bateau de pêche, il était immatriculé à Fukushima, province du nord-est du Japon où le passage d'un tsunami géant le 11 mars a provoqué la plus grave catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl il y a 25 ans.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japon : La contamination de l’eau continue à Fukushima

Japon : La contamination de l’eau continue à Fukushima | Japan Tsunami | Scoop.it
La semaine dernière, un petit robot envoyé pour explorer un réacteur de la centrale accidentée a pu filmer l'origine d'une fuite d'eau radioactive.

Avant même de se lancer dans la construction d'un rempart de glace souterrain de 1,5 kilomètre tout autour des quatre réacteurs accidentés, la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) est en train d'employer la même technologie au pied du réacteur 2 pour stopper les fuites d'eau contaminée vers la mer depuis des tranchées souterraines. Le pan de mur construit avec des tuyaux verticaux emplis d'un liquide réfrigérant pour congeler le sol ne prend pas comme prévu, bien que les opérations aient débuté il y a maintenant un mois et demi. «Nous ne parvenons pas à faire baisser partout la température de l'eau pour qu'elle se transforme en glace», a expliqué un porte-parole de Tepco. Outre des déchets solides qui feraient obstacle, le courant empêcherait la prise du mur. «Nous sommes en retard sur le calendrier, mais nous prenons des dispositions supplémentaires», a-t-il insisté. Tepco cherche notamment comment mieux contrôler les flux et augmente le nombre de tuyaux pour favoriser la glaciation de l'eau.

Séisme de magnitude 5,8

Des experts extérieurs avaient d'emblée souligné la difficulté de mise en oeuvre de cette technologie, arguant notamment que la longueur du mur prévu risquait de constituer un vrai défi technique. L'eau contaminée dont le volume augmente chaque jour représente un des plus gros problèmes qu'aient à gérer Tepco et les autorités. Plus d'un millier de gigantesques réservoirs de stockage plus ou moins fiables ont déjà été installés sur le site et un système de décontamination est censé nettoyer les centaines de milliers de mètres cubes de liquide souillé, mais il est régulièrement en panne et ne parvient pas à suivre le rythme. La semaine dernière, un petit robot envoyé pour explorer un réacteur de la centrale accidentée a pu filmer l'origine d'une fuite d'eau radioactive. Ce petit robot, construit par les entreprises Hitachi et General Electric, a pris les premières images de ce tuyau dont les fuites inquiètent les autorités. Au total, d'après Tepco, l'opérateur de la centrale, il s'écoule chaque heure pas moins de 1,5 tonne d'eau depuis le réacteur 1 de Fukushima.

Ce constat d’échec intervient alors qu’un séisme de magnitude 5,8 s'est produit lundi dernier au large de la préfecture de FukushimaIl, a été faiblement ressenti à Tokyo, la capitale, un peu plus à l'ouest, et ne présentait pas de risque de tsunami, a indiqué l'Agence de météo japonaise.
Depuis quelques semaines, les forts séismes sont relativement fréquents dans le nord-est de l'archipel déjà dévasté le 11 mars 2011 par un tremblement de terre de magnitude 9 au large, suivi d'un gigantesque tsunami qui a directement tué plus de 18.000 personnes. Le Japon est situé au confluent de quatre plaques tectoniques et enregistre chaque année plus de 20% des tremblements de terre les plus puissants recensés sur la planète. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

De l'eau hautement radioactive dans un nouveau puits de Fukushima | Pollution

De l'eau hautement radioactive dans un nouveau puits de Fukushima | Pollution | Japan Tsunami | Scoop.it

Un travailleur passe devant des réservoirs d'eau à la centrale de Fukushima, le 12 juin.

PHOTO REUTERS

 

L'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima a annoncé samedi avoir découvert des niveaux d'éléments radioactifs encore plus élevés que précédemment dans l'eau souterraine accumulée au pied des réacteurs, dans un nouveau puits creusé plus près de l'océan, et se dit incapable de juger si ladite eau s'écoule ou non en mer.

L'exploitant, Tokyo Electric Power (Tepco), a mesuré un niveau de 3000 becquerels par litre pour les éléments radioactifs produisant des rayons béta, comme le strontium 90, dans le liquide extrait vendredi dernier d'un nouveau point de prélèvement situé entre les réacteurs et la mer.

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les déchets du tsunami japonais foncent sur Hawaii

Les déchets du tsunami japonais foncent sur Hawaii | Japan Tsunami | Scoop.it
Un bateau à la dérive vient d'être intercepté au large d'Hawaii. Pourquoi en parler ? Parce que ce bateau est immatriculé à Fukushima, ville tristement célèbre depuis l’accident dont la centrale nucléaire locale a été victime, et qu'il est le premier des déchets du tsunami japonais à avoir l'archipel américain en ligne de mire.

 

| MarcelGreen.com :

 

Retour en arrière : le 11 mars 2011, un tremblement de terre en pleine mer crée un tsunami qui va dévaster le Japon. L'eau pénètre jusqu'à 10 kilomètres à l'intérieur des terres, et emporte avec elle des millions de débris en se retirant. Des milliers de carcasses de voitures, d'appareils électroménagers, de meubles, et de tout ce qu'il est possible d'imaginer, sont emportés au large, livrés aux courants marins du Pacifique.

La masse des déchets, estimée à 20 millions de tonnes, occupe une surface grande comme deux fois celle de la France. Les médias américains prévoient que ce monceau de détritus, portés par les courants océaniques, devrait atteindre les Etats-unis en 2013, puis repartir vers le large pour atteindre Hawaii vers l'année 2015, et finalement revenir sur le Japon dans une dizaine d'années. Mais l'atoll américain de Midway, lui, n'aura pas à attendre bien longtemps, puisque cette mer de déchets devrait frapper ses côtes à la fin de l'année, pour les fêtes de Noël.

Un destin aussi inquiétant que fascinant pour ces détritus. Mais un destin qui ne fait pas perdre le Nord à 5 Gyres Institute, ONG spécialiste de ce genre de continents de déchets (un coup d'oeil à notre article sur le sujet vous rafraîchira la mémoire), qui prévoit une expédition à travers cet environnement, et qui a mis en vente les 9 places restantes sur son yacht, qui ne seront pas occupées par des scientifiques. Comptez 13500 dollars minimum tout de même pour admirer ce désastre écologique...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Insolite : une croisière pour découvrir les déchets du tsunami …

Insolite : une croisière pour découvrir les déchets du tsunami … | Japan Tsunami | Scoop.it

| Crepuscule.org :

 

Deux associations américaines spécialistes des déchets marins proposent à neuf volontaires d’aller constater en mer l’ampleur des dégâts causés par le tsunami qui a frappé les côtes japonaise le 11 mars dernier.

Certes, cette idée de vacances va faire sourire ceux qui s’engagent tous les jours pour la planète… Mais l’opération a le mérite de médiatiser la pollution des océans, une réalité aggravée par les phénomènes climatiques extrêmes.

Afin de traquer les déchets produits par le tsunami japonais, mais surtout de sensibiliser le grand public à la protection des océans,

le 5 Gyres Institute

http://www.5gyres.org/who_we_are/mission 

et Algalita Marine Research Foundation,

http://www.algalita.org/uploads/algalita_fact_sheet.pdf 

deux associations américaines, ont eu l’idée d’organiser une croisière traversant l’océan pacifique.

» Il est rare de pouvoir observer une telle quantité de déchets – des dizaines de milliers de tonnes, dont des carcasses de voitures, des maisons et des bateaux – regroupée sur une zone réduite des océans. « Observer ? Il s’agit en effet de faire participer neuf » chanceux » volontaires – si l’on en croit le communiqué de presse – à la collecte de données sur ces accumulations de débris, et non pas de les repêcher.

 

Cette croisière embarquera le 1er mai 2012 depuis les Iles Marshall pour une durée de deux mois.

http://www.5gyres.org/posts/2011/10/05/5_gyres_announces_2012_expedition_schedule_wanna_come 

 

A son bord : les neuf volontaires accompagnés de militants de 5 Gyres Institute et d’Algalita Marine Research Foundation qui pourront apporter leur expertise et partager leurs connaissances.

La première étape du voyage permettra aux voyageurs de traverser la Gyre du Pacifique Nord (communément appelée » mer de plastique) et de constater par le biais de relevés, l’ampleur de cette pollution marine. La seconde étape suivra les courants et tourbillons qui ont emportés les débris dans le sillage tsunami japonais : « Nous allons suivre les courants qui transportent les briquets jetables, les bouchons de bouteille, les jouets et toutes les matières plastiques emportées par le tsunami », explique Marcus Eriksen, de l’association 5 Gyres.

Tous les candidats de plus de 18 ans peuvent espérer embarquer, à condition – le détail est d’importance- d’être prêts à débourser 10.000 euros pour le voyage ! A ce prix là, on se doute bien que vous préférerez des vacances à la ferme ou choisir parmi les milliers de programmes d’éco-volontariat, carrément plus abordables…

Alicia Muñoz

[Note dur Curateur] les prix sont en fait en US$ :

Nine crew seats are available at a cost of $13,500 each for Leg 1 and $15,500 each for Leg 2.

 

more...
No comment yet.