Japan Tsunami
25.5K views | +3 today
Follow
Japan Tsunami
8.8, 8.9, 9.0 and even 9.1 earthquake in Japan March 11th 2011,  <br>Earthquake & Tsunami aftermath,  <br>Fukushima
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Naoto Kan sauve in extremis sa tête

Naoto Kan sauve in extremis sa tête | Japan Tsunami | Scoop.it
| Japonation :

Le premier ministre japonais de centre gauche, Naoto Kan, a survécu jeudi 2 juin à une motion de défiance de l'opposition, après la volte-face des « rebelles » de son propre parti qui ont finalement décidé de ne pas soutenir ce texte au Parlement.
Avant le vote, M. Kan, 64 ans, a fait une concession de dernière minute en promettant de céder le pouvoir à la jeune génération une fois accompli sa tâche pour la reconstruction dans le nord-est du Japon, dévasté le 11 mars par un séisme et un tsunami meurtriers.
« Une fois que j’aurai achevé ma gestion du désastre et assumé mon rôle jusqu’à un certain point, je voudrais transmettre mes responsabilités à une génération plus jeune », a-t-il dit, en se gardant bien de donner un calendrier. « Laissez-moi assumer mes responsabilités jusqu’à ce que le travail soit fait. J’ai besoin pour cela de vous tous. Je demande sincèrement aux membres du PDJ de s’unir et de rejeter la motion de défiance aujourd’hui », a-t-il ajouté.
L’opposition, dirigée par les conservateurs du Parti libéral-démocrate (PLD) et leurs alliés du Nouveau Komeito, avait besoin d’au moins 82 votes de députés du parti au pouvoir, le Parti démocrate du Japon (PDJ), pour faire passer sa motion. L’un des plus puissants politiciens, Ichiro Ozawa, rival de M. Kan au sein du PDJ, avait décidé de voter le texte, afin de contraindre à la démission M. Kan, auquel il reproche d’avoir trahi ses promesses électorales et de ne pas avoir été à la hauteur face au séisme, au tsunami et à l’accident nucléaire de Fukushima. Mais quelques minutes avant le début des débats au Parlement, le groupe de députés « rebelles » au sein de la faction de M. Ozawa a fait savoir qu’ils se prononceraient finalement contre la motion, ont rapporté les médias. M. Kan, élu il y a à peine un an, avait menacé de convoquer des élections législatives anticipées s’il était mis en minorité, ce qui a probablement fait réfléchir une partie des députés qui préfèrent conserver leur siège encore deux ans, plutôt que d’aller devant les électeurs.
La double tragédie du 11 mars a fait près de 24 000 morts et disparus et quelque 100 000 sans abri dans le nord-est de l’archipel. Les conservateurs du PLD ont perdu le pouvoir lors des élections législatives de 2009, après plus d’un demi-siècle de domination sur la vie politique nippone.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La confiance des Japonais en l'avenir reste fragile

La confiance des Japonais en l'avenir reste fragile | Japan Tsunami | Scoop.it
Le sondage démontre par ailleurs que la gestion de la crise par Naoto Kan reçoit peu d'appuis, alors qu'il doit faire face à un vote de non confiance la semaine prochaine au Parlement.
PHOTO REUTERS

Associated Press
Washington
La plupart des Japonais estiment que leur pays ressortira plus fort de la crise entraînée par le séisme meurtrier du 11 mars et ce, en dépit d'un pessimisme grandissant à l'égard de l'économie, selon un sondage publié mercredi.

Près de six Japonais sur dix se disent toutefois inquiets d'avoir été exposés à des radiations de la centrale nucléaire Fukushima, ou que des proches l'aient été. L'installation avait été endommagée par le séisme d'une magnitude de 9 sur l'échelle de Richter et par le tsunami qui avait suivi. Des milliers de personnes ont été tuées dans ces catastrophes, qui ont déclenché la pire crise nucléaire depuis les événements de Tchernobyl, en 1986.

Le coup de sonde a été mené auprès de 700 adultes, par la division des tendances internationales du Pew Research Center. Les Japonais ont été questionnés au téléphone entre le 8 et 27 avril, mais l'échantillon ne comprenait pas d'individus habitant les régions du nord-est, les plus touchées par les catastrophes environnementales.

Le sondage démontre que les Japonais sont divisés quant à l'avenir de l'énergie nucléaire, qui fournit 30% de l'électricité consommée par le pays. Seulement 8% jugent que le pays devrait augmenter son usage de l'énergie nucléaire, tandis que 46% souhaitent qu'il soit maintenu au niveau actuel. Ils sont 44% à croire que le recours au nucléaire devrait être diminué.

Plus tôt ce mois-ci, le premier ministre japonais Naoto Kan avait annoncé que le gouvernement renonçait à ses plans d'accroître sa dépendance au nucléaire.

Le sondage démontre par ailleurs que la gestion de la crise par M. Kan reçoit peu d'appuis, alors qu'il doit faire face à un vote de non confiance la semaine prochaine au Parlement.

Quelque 79% des Japonais jugent que les efforts de M. Kan dans ce dosser ont été faibles. L'opérateur de centrale nucléaire TEPCO ne fait pas meilleure figure, alors que 86 pour cent des Japonais sont insatisfaits du travail effectué.

Les États-Unis, qui ont fourni une aide majeure aux lendemains des catastrophes de mars, sont bien perçus par 85% des Japonais. Il s'agit d'une hausse de 19% par rapport au résultat d'un autre sondage mené en 2010.

Les désastres ont toutefois miné la confiance des Japonais quant à l'économie. Le gouvernement a estimé que les coûts de reconstruction seront d'environ 200 milliards de dollars.

Bien que 58% des Japonais estiment que leur pays ressortira plus fort de la crise, 52% d'entre eux s'attendent à ce que le climat économique se détériore au cours de la prochaine année.
more...
No comment yet.