Le Japon secoué par un nouveau séisme et en proie à d’importantes inondations | Japan Tsunami | Scoop.it
Alors que le Japon est en pleine reconstruction depuis le tsunami et le tremblement de terre du 11 mars dernier, le pays ne semble pas prêt d’en finir avec les catastrophes naturelles

zegreenweb :

Outre la crise nucléaire – la plus grave depuis celle de Tchernobyl en 1986 – , le pays du soleil levant doit également surmonter une importante crise alimentaire. Alors que des milliers de Japonais n’ont toujours pas pu regagner leur domicile depuis plus de quatre mois, le pays doit à nouveau faire face aux colères de Dame Nature, un séisme et de violentes inondations ayant secoué le centre de l’archipel.
Les habitants de la préfecture de Fukushima ont cru revivre le scénario catastrophe du 11 mars dernier. Dans la nuit de samedi à dimanche, un séisme de magnitude 6,4 sur l’échelle de Richter a en effet secoué la région, faisant sept blessés légers. Dans la capitale nippone, les immeubles ont également tremblé, sans qu’aucun dégât n’ait été à déplorer. L’archipel est également touché par de violentes inondations qui, selon un premier bilan provisoire, ont fait au moins trois victimes. Des pluies torrentielles arrosent le centre du pays depuis mercredi dernier et des lames d’eau supérieures à 900 millimètres en soixante-douze heures ont été enregistrées dans les régions montagneuses. A Nikko, dans la préfecture de Tochigi, les services météorologiques ont relevé un cumul de 210 millimètres sur quatre jours. Ces fortes précipitations ont entraîné une montée de l’ensemble des cours d’eau, des glissements de terrains et des coulées de boues.
Les autorités locales ont appelé près de 290 000 personnes à quitter leur domicile et à rejoindre des centres de secours. Dans les provinces de Fukushima et de Niigata, les routes ont même été coupées et 70 000 foyers ont été privés d’électricité.
...

La centrale nucléaire de Fukushima, elle, n’aurait fort heureusement pas été endommagée par ces intempéries et l’exploitant TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany) a même installé de nouveaux équipements pour poursuivre l’opération de décontamination des eaux radioactives. Ceux-ci devraient être mis en marche d’ici quelques jours afin d’accélérer le processus, sachant qu’il resterait aux dires de Franck Bigot, responsable de l’évaluation de la sûreté des réacteurs nucléaires à l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), près de 100 000 m3 d’eau à décontaminer et que l’installation actuelle ne fonctionnerait qu’à 63% de ses capacités.
A noter également que, dans la ville de Fukushima, près de 1 700 personnes se sont rassemblées hier pour exiger une sortie du nucléaire. « Démantelez toutes les centrales nucléaires ! » et « rendez nous un Fukushima sans radiations », ont scandé les manifestants.
Des injonctions compréhensibles alors que, d’après le Bureau national des Affaires océaniques de Chine, les eaux de la région du Pacifique Ouest seraient radioactives. Des tests effectués sur des échantillons ont en effet révélé des niveaux élevés de césiums 137 et 134 radioactifs ainsi que de strontium 90.

La catastrophe de Fukushima a définitivement pris une dimension internationale.