Fukushima, une lueur dans le malheur | Japan Tsunami | Scoop.it
La Coupe du Monde des Clubs de la FIFA arrive à point nommé pour offrir un peu d'espoir aux habitants de la préfecture de Fukushima, durement touchés par le grand tremblement de terre de Tohoku du 11 mars.

 

FIFA.com  :

 

Le 11 mars dernier, le grand tremblement de terre de Tohoku et le tsunami qui s'en est suivi ont dévasté le littoral japonais sur 500 kilomètres. Le bilan définitif de la catastrophe fait état de 19 485 morts et disparus. Ce désastre a pris une ampleur particulière dans la préfecture de Fukushima, située à 200 kilomètres au nord de Tokyo.

En effet, la centrale nucléaire Dai-Ichi n'a pas résisté à l'assaut des éléments. Les fuites radioactives ont plongé les deux millions d'habitants de Fukushima dans l'angoisse pendant de longues semaines. À ce jour, les personnes résidant à moins de 20 kilomètres de la centrale n'ont toujours pas pu réintégrer leurs domiciles.

 

Les jeunes rêvent encore

 

De forts taux de radiation ont ainsi été enregistrés au-dessus de la ville de Fukushima, qui se trouve pourtant à près de 70 kilomètres du site de la centrale. Malgré ces circonstances dramatiques, les dirigeants du Fukushima United FC ont choisi de continuer à jouer. Au fil des mois, l'équipe a même retrouvé un second souffle. United a terminé en tête de sa poule en quatrième division et se prépare aujourd'hui à disputer les barrages régionaux, qui débuteront à partir du 18 novembre.

Les jeunes issus du centre de formation s'inquiètent de la situation sur le plan sanitaire mais aucun n'a voulu renoncer à ses rêves. "Après la catastrophe, nous avons tous cru que le football, c'était fini pour nous. Quand les histoires sur les radiations ont commencé à circuler, nous avons pensé que nous n'avions plus d'avenir", confie Naoto Saitoh, membre de l'équipe U-14. "Le centre de formation a tout de même rouvert ses portes six semaines plus tard. J'ai été soulagé de retrouver tous mes camarades et, surtout, j'étais heureux de pouvoir rejouer au football."

Kanta Watanabe, qui appartient à l'équipe U-13, n'a pas renoncé à son ambition de devenir professionnel et de disputer un jour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. "Avant, je vivais près d'un de ces sites radioactifs qu'on voit à la télévision. Quand ma famille a été évacuée, je me suis dit que je ne jouerais plus jamais au football. Pourtant, je veux toujours passer professionnel. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve mais je compte continuer à jouer le plus longtemps possible."

Toshio Suda, responsable du centre de formation du Fukushima United FC, revient quant à lui sur l'importance de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011 au Japon : "Ce tournoi va nous permettre d'assister à des rencontres de très haut niveau. C'est une bonne chose pour les enfants. Le football leur donne de l'espoir et les encourage à toujours donner le meilleur d'eux-mêmes".

"Huit mois se sont écoulés depuis la catastrophe", ajoute le président Hayato Suzuki. "Malheureusement, la situation est encore loin d'être résolue. À cause des radiations, les enfants ne peuvent pas rester dehors trop longtemps. C'est une situation difficile, qui risque d'avoir un impact négatif sur leurs ambitions. Pour eux, j'espère vraiment que nous assisterons à de très beaux matches. Je veux voir de grands joueurs se battre jusqu'au coup de sifflet final. Ils doivent montrer l'exemple et apprendre aux jeunes à ne jamais baisser les bras."

 

Tezuka voit loin

 

L'équipe première est entraînée par Satoshi Tezuka, sélectionné à 25 reprises en équipe du Japon dans les années 80. Avant de rejoindre Fukushima, cet ancien professionnel a mené Fagiano Okayama jusqu'en J.League Division 2, obtenant deux promotions successives.

"À l'étranger, certains s'imaginent que le Japon et Fukushima sont devenus dangereux. C'est pour cette raison qu'il fallait impérativement organiser la Coupe du Monde des Clubs ici," confie Satoshi Tezuka. "Notre équipe évolue pour le moment en quatrième division mais cela ne signifie pas que nous n'avons pas d'ambition. Nous voulons grandir, gagner la Ligue des champions et nous mesurer un jour aux plus grands clubs de la planète !"

Avant de penser à défier le FC Barcelone, il faudra commencer par préparer les barrages régionaux. En cas de succès, Fukushima accèderait au tour final, qui commencera le 2 décembre.

Ensuite, quelle que soit l'issue, joueurs et dirigeants auront bien mérité quelques semaines de repos, ne serait-ce que pour faire le bilan d'une saison riche en émotions de toutes sortes… et profiter de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2011.