Japan Tsunami
Follow
Find tag "Déchets"
23.4K views | +3 today
Japan Tsunami
8.8, 8.9, 9.0 and even 9.1 earthquake in Japan March 11th 2011,  <br>Earthquake & Tsunami aftermath,  <br>Fukushima
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Mystery objects with high radiation found on Fukushima coast

Mystery objects with high radiation found on Fukushima coast | Japan Tsunami | Scoop.it

In a coastal area long silent due to the Fukushima nuclear accident, the only sounds of human activity on June 18 were from workers removing rubble and continuing their decontamination efforts. But soon, their supervisor discovered something that broke up the monotony of the work and added to the eeriness of the atmosphere.

After a call to the Environment Ministry, Takeshi Kato, 55, a ministry specialist, immediately headed to the location about 15 kilometers south of the crippled Fukushima No. 1 nuclear power plant.

As he slowly walked around with a dosimeter, he reached a hot spot where radiation levels nearly doubled those of the surrounding areas. Using a fallen branch to clear away dirt, Kato uncovered a grayish pile about 3 centimeters long, about 1.5 cm wide and about 0.5 cm thick.

The surface of the pile, which looked like soil, had gamma ray readings of about 85 microsieverts per hour. The total reading, including beta rays, came to 1 millisievert per hour.

It was the first of four mysterious objects with high radiation levels found near the mouth of the Idegawa river in Naraha, Fukushima Prefecture.

Officials at the government and Tokyo Electric Power Co., the plant’s operator, do not know where these objects came from or why they have high radiation levels. In fact, they are not sure what these objects actually are or were used for.

Kato thought the gray pile might have been radioactive materials used at a medical institution. That thought came to mind because of the incident in October 2011, when bottles of radium were found under the floor of an abandoned residence in Tokyo’s Setagaya Ward.

Under the special measures law to deal with pollution by radioactive materials, TEPCO is responsible for processing any waste emerging from the grounds of the Fukushima No. 1 nuclear plant. Based on the law, the Environment Ministry asked TEPCO to gather up and study the mystery pile.

TEPCO workers later checked the Naraha area and discovered the other objects with high radiation readings. All three objects were small enough to be held in one hand.

On July 2, a fluffy object that looked like tree bark was found, followed by what looked like a black plastic sheet and wood chips with no elasticity on July 5.

One hypothesis is that the objects flowed down the Idegawa river, but that theory is highly implausible because all four objects were found at least 100 meters from the river.

Another theory is that the objects were swept out to sea from the Fukushima No. 1 plant and eventually washed ashore. The coastal levee that was once located in the area was destroyed by the tsunami that followed the Great East Japan Earthquake on March 11, 2011.

“Rubble likely was blown out into the ocean by the hydrogen explosions that occurred at the Fukushima No. 1 plant,” an official with the Naraha municipal government said. “There is the possibility that lighter objects were washed back ashore.”

Rumors are circulating among local residents that the objects were reactor building pieces that were blown away in the hydrogen explosions. But no similar objects have been found in areas further north that are closer to the nuclear plant.

The area of Naraha had been designated a no-entry zone due to its proximity to the nuclear plant. No residents currently live there, but the government has designated it as a place where preparations can begin to lift the evacuation order.

Trucks continue to navigate the narrow streets as part of efforts to decontaminate the area of radioactive fallout. The gray pile was discovered during work to prepare a space for the construction of wave-dissipating blocks.

TEPCO officials are studying the four objects at the Fukushima No. 1 plant.

The gray pile appears to be made of rubber.

The fragile object that looked like part of a black plastic sheet had an extremely high radiation reading of 36 millisieverts per hour when combining beta and gamma rays, TEPCO officials said.

Its ratio of radioactive cesium-134 and -137 was close to 1:2, leading TEPCO officials to conclude that cesium generated by the Fukushima nuclear accident likely attached to the object.

However, it is still unclear where and how the objects were contaminated by radiation. A further study will be required to determine what the materials were originally used for.

Tetsuji Imanaka, assistant professor of nuclear engineering at the Kyoto University Research Reactor Institute, said reliable experts should handle the study.

“Rather than leave the investigation up to TEPCO, which has lost the public’s trust, a more appropriate agency, such as the Japan Atomic Energy Agency, should conduct a thorough investigation,” Imanaka said.

TEPCO sources said they were considering asking an outside agency to conduct a detailed analysis, citing limitations on what the utility could investigate.

.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les déchets du tsunami ont traversé le Pacifique - Ouest-France

Les déchets du tsunami ont traversé le Pacifique - Ouest-France | Japan Tsunami | Scoop.it
Les premiers débris japonais du séisme de mars ont touché les côtes de Colombie-Britannique, à l'ouest du Canada. Beaucoup plus vite que prévu.

Drôle de cadeau de Noël pour les habitants de Tofino, une cité côtière de l'île de Vancouver, à 320 km au nord-ouest de Victoria, capitale de la province canadienne de Colombie-Britannique. Voici deux semaines, des pêcheurs, des surfeurs et des habitants ont ramassé, sur leurs plages, des bouteilles plastiques, des bidons de produits ménagers, une brosse à dent...

« Ce ne sont pas des déchets qu'on retrouve normalement sur nos côtes », a déclaré Perry Shmunk, le maire de Tofino, au quotidien Le Monde. À l'évidence, il s'agissait des premiers débris du tremblement de terre d'une magnitude de 9 qui a dévasté le nord du Japon, le 11 mars, et provoqué un gigantesque tsunami.

20 millions de tonnes de débris

Un bateau de pêche immatriculé dans la préfecture de Fukushima, la région la plus touchée, a été repéré au large. Ces déchets, dont la masse est évaluée à 20 millions de tonnes, étaient attendus. Mais pas avant la fin de 2012, voire le début de 2013.

De nombreuses questions se posent. Que faire de ces déchets ? Et comment ? Les habitants de l'île craignent fort de voir arriver, parmi les déchets, des dépouilles humaines. Et que faire des objets personnels ? Des habitants ont déjà imaginé d'ouvrir des sites Internet pour que les Japonais puissent retrouver ces restes. Et, éventuellement, les faire rapatrier. Le gouvernement de Colombie-Britannique a pris contact avec l'ambassade du Japon.

« Des bateaux de pêche, des ailes d'avion, des bouées, des morceaux de maison et d'autres gros objets qui émergent de l'eau peuvent parcourir 32 km par jour, poussés par le vent et le courant », a expliqué l'océanographe américain Curtis Ebbesmeyer.

Julianne McCaffrey, porte-parole du bureau de la gestion des urgences de la Colombie-Britannique, relevant du ministère de la Santé publique, précise que l'échouement des débris devrait toucher une région équivalant à la superficie des trois-quarts de la France. Ces déchets, qui dérivent vers le sud, ont commencé à toucher les côtes de l'État américain de Washington. Ils devraient ensuite repartir vers le large (voir carte).

Curtis Ebbesmeyer confirme que des débris radioactifs consécutifs à l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima pourraient être présents. Les riverains devront donc prendre mille précautions, pendant de longs mois. Or l'île de Vancouver est une région très prisée des touristes.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fukushima: Syndrome chinois ?

Fukushima: Syndrome chinois ? | Japan Tsunami | Scoop.it

Le concepteur du réacteur 3 de Fukushima Daiichi a été interviewé lors d’une conférence de la presse libre le 17 novembre.

Il s’agit de Haruo Uehara, ancien président de l’université de Saga.
Dans cette interview, il a admis que les explications de TEPCO n’avaient aucun sens, et que le » syndrôme Chinois » était inévitable.

(Pour rappel, voilà la définition du syndrôme chinois :

Le syndrôme chinois est l’hypothèse de la conséquence la plus grave d’une fusion d’un réacteur nucléaire, dans laquelle les éléments combustibles en fusion du cœur ou corium percent les barrières qui le confinent et s’enfoncent dans la terre.)

Il a déclaré que, compte tenu que huit mois se sont passés depuis le 11 Mars sans aucune amélioration, il est inévitable que le combustible fondu soit sorti de la cuve de confinement et ait coulé sous terre, ce qu’on appelle le Syndrôme Chinois.
Il a ajouté que si le combustible a atteint une veine d’eau souterraine, il va provoquer la contamination des eaux souterraines, la contamination du sol et la contamination de la mer.

Par ailleurs, si la veine d’eau souterraine continue à être chauffée pendant longtemps, cela entraînera une explosion hydrovolcanique massive (explosion par la vapeur d’eau).

 

Il a également averti que des débris radioactifs se répandent dans l’océan Pacifique, vers les îles du sud, beaucoup plus vite que prévu.

Des tonnes de débris ont atteint les îles Marshall le 15/11/2011.

 

Nota : En regardant les sites sur les séismes, on peut relever une augmentation nette de la fréquence et de la magnitude des séismes au Japon. Il y a eu 6 séismes en un peu plus de 20 heures, le plus fort étant de 5.2.

http://on.doi.gov/aIqFNL 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

20 millions de tonnes de débris en route vers Hawaï

20 millions de tonnes de débris en route vers Hawaï | Japan Tsunami | Scoop.it

Des milliers de téléviseurs, frigos, meubles et autres détritus se dirigent lentement mais sûrement vers les côtes hawaïennes. Ces 20 tonnes de débris proviennent du tsunami qui a touché la côte Est du Japon en mars dernier.

 

7 sur 7 :

 

L'équipage d'un navire russe a repéré cette immense masse de déchets le mois dernier au large des îles Midway. "On a vu des planches de bois, des bouteilles en plastique, des bouées, des filets de pêche, un lavabo, des tambours, des bottes et des autres déchets. Nous avons également repéré un téléviseur, un réfrigérateur et d'autres appareils ménagers ainsi qu'un bateau de pêche d'environ 6 mètres de long" a rapporté l'équipage russe.

"Nous estimons cette masse de débris entre 5 et 20 millions de tonnes" ont expliqué des chercheurs. Depuis le tremblement de terre du 11 mars, suivi d'un tsunami géant, ces chercheurs de l'Université d'Hawaï suivent ces débris. Nikolai Maximenko et Jan Hafner travaillent à l'aide de modèles informatiques sur les courants océaniques afin de prévoir la trajectoire de ces déchets.

Suite aux observations de l'équipage russe, il semble que leur modèle fonctionne puisque les débris ont été repérés dans les zones prévues. Cependant, il semble que ces détritus se déplacent plus rapidement que leurs calculs et devraient atteindre Hawaï en moins de deux ans.

Le Japon a été durement frappé le 11 mars par un séisme de magnitude 9,0 et par un tsunami, qui ont fait 20.000 morts et/ou disparus. Le séisme a endommagé les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima, qui a abouti à la pire catastrophe atomique dans le monde depuis Tchernobyl, en 1986. (7sur7Sydney/ca)
25/10/11 03h16

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japon: les dommages du tsunami estimés à 147 milliards d'euros

Japon: les dommages du tsunami estimés à 147 milliards d'euros | Japan Tsunami | Scoop.it
Des débris après le tsunami au Japon à Otsuchi le 8 mai 2011
- LExpress.fr :

TOKYO - Le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon ont provoqué des dommages directs évalués à 16.900 milliards de yens (147 milliards d'euros), a annoncé vendredi le gouvernement nippon.
Cette somme correspond aux destructions subies par les infrastructures, les maisons et les entreprises du nord-est du Japon, dévasté par un tremblement de terre de magnitude 9 et un tsunami géant qui ont fait plus de 23.000 morts et disparus.
Le gouvernement avait jusque-là évalué ces dégâts dans une fourchette comprise entre 16.000 et 25.000 milliards de yens (139 à 217 milliards d'euros). Il a affiné son estimation sur la base d'informations collectées auprès des autorités des zones touchées, principalement les préfectures de Miyagi, Iwate et Fukushima.
Ce total ne comprend pas les conséquences économiques indirectes de la catastrophe, comme les pénuries d'électricité et les perturbations pour l'activité des entreprises, ni les retombées de l'accident nucléaire de Fukushima.
Par AFP
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japon : le casse-tête des déchets post-tsunami

Japon : le casse-tête des déchets post-tsunami | Japan Tsunami | Scoop.it
Si la catastrophe de Fukushima est perçue comme la principale conséquence environnementale du séisme et du tsunami qui ont ravagé le Japon le 11 mars 2011, la gestion des déchets liés aux destructions soulève elle aussi des inquiétudes environnementales.
____________

Des déchets traversent le Pacifique :
Au-delà des déchets sur le territoire japonais, ceux emportés par le tsunami inquiètent ONG et scientifiques. Le Centre international de recherches sur le Pacifique de l'université d'Hawaii, suit de près l'évolution de cette masse flottante qui devrait atteindre les côtes hawaiiennes un à deux ans après le tsunami.
Robin des Bois explique que si une partie des déchets coulera, le solde ira rejoindre les zones d'accumulation est et ouest de l'océan "où la densité des déchets est statistiquement élevée mais qui en aucune manière ne peut être qualifiée d'île de déchets."
____________

Actu-environnement.comJapon :

Suite au séisme du 11 mars, le Japon doit rassembler et traiter une montagne de déchets. Une opération qui sera longue et problématique du fait de la contamination des déchets, notamment par le sel marin.

25 millions de tonnes de déchets :

Dès le 28 mars, le site d'information environnementale Econoticias rapportait les propos du gouverneur de la préfecture de Miyagi qui estimait qu'entre 15 et 18 millions de tonnes de déchets ont été produits le 11 mars. Un volume équivalant à quelques 23 ans de production normale de la préfecture, selon ce bilan provisoire ne tenant pas compte des voitures endommagées et les volumes de terre souillée. Début mai le quotidien Asahi expliquait que le volume de déchets, si l'on ajoute les préfectures de Iwate et Fukushima, serait de 25 millions de tonnes.
Ce volume à traiter par les Japonais dépasse ainsi les trois millions de tonnes du séisme de Los Angeles (Etats-Unis) de 1994, les 13 à 18 millions de tonnes du tremblement de terre de Marmara (Turquie) en 1999 et les 18 millions de tonnes du séisme de Kobé (Japon) en 1995, rapporte l'ONG Robin des Bois. Par contre l'ouragan Katrina, qui a frappé en août 2005 le sud des Etats-Unis, détient le record avec 90 millions de tonnes réparties en Alabama, Louisiane et Mississippi.

Un plan étalé sur trois à cinq ans :

Pour le traitement de ces déchets, le gouvernement a mis en place un plan d'élimination prévoyant l'évacuation et le stockage des déchets avant un tri et un traitement. Un processus qui devrait durer de trois à cinq ans selon le projet officiel, mais qui pourrait prendre beaucoup plus de temps selon les autorités locales confrontées à la mise en œuvre concrète. En effet, de multiples problèmes se posent, selon le quotidien japonais Asahi Shinbun. En premier lieu, les zones utilisées à l'heure actuelle ne sont que provisoires ce qui implique la libération de vastes espaces d'ici un an afin de procéder au tri.

Robin des Bois rapporte qu'à Kobé environ 11 millions de tonnes de béton ont été utilisées pour le remblaiement de la baie d'Osaka et deux millions de tonnes de bois ont été récupérées. Cependant, cette fois-ci les déchets semblent différents puisque le bois, très utilisé dans l'architecture traditionnelle, compose une part importante des déchets à traiter. Alors que le pays brûle environ les trois quarts des déchets produits sur son territoire, un quart des déchets du tsunami (en poids) devrait être incinéré, réduisant de moitié le volume à traiter. Cependant, cette stratégie rencontre un problème de taille : une grande partie des déchets est souillée.

Émanations de chlorure d'hydrogène :

En premier lieu, Robin des Bois souligne que "plus un pays est riche, plus les déchets post-catastrophe sont diversifiés, mélangés, considérables et toxiques." En effet, de nombreuses installations industrielles ont été dévastées entraînant "des pollutions diffuses d'hydrocarbures, de PCB, de pesticides, de peintures, de médicaments et d'autres toxiques."

Cependant, il semble que la principale inquiétude des autorités nipponnes soit plus banale : suite au tsunami, les déchets sont saturés de sel. Or, lors de la combustion le chlore contenu dans le sel se combine avec l'hydrogène contenu dans les déchets et forme du chlorure d'hydrogène, un gaz corrosif dangereux pour l'homme et pour les incinérateurs.

Des incinérateurs dédiés ? :

En conséquence, le gouvernement a donné l'instruction de laisser à l'air libre les déchets afin que le sel soit rincé par les pluies. "Même si ce n'est pas la méthode parfaite, elle est réaliste", a estimé un représentant du ministère de l'Environnement, reconnaissant que la méthode ne dessale qu'en surface les monticules de déchets. La préfecture d'Iwate envisage pour sa part de rincer les déchets avant de les brûler. Cependant, il reste encore à trouver une solution de stockage de l'eau contaminée par le sel et les autres substances.

Autre solution évoquée : brûler les déchets en l'état et renforcer les systèmes de filtrage des incinérateurs nippons. Une solution qui limite la pollution de l'air, mais qui ne résout pas le problème des dommages causés aux incinérateurs.

Finalement, la préfecture de Miyagi devrait construire sept incinérateurs dédiés aux déchets du séisme pour ne pas endommager les installations existantes. Ces usines, financées par le gouvernement central, devraient être démantelées une fois les débris brûlés. Reste que brûler uniquement des déchets souillés concentre les émanations de chlorure d'hydrogène. Il faut donc construire des incinérateurs particulièrement performants en matière de contrôle des fumées.

Gravats, voiture, DEEE, plastique… :

Au-delà des matériaux destinés à l'incinération Robin des Bois pointe les problèmes auxquels risquent d'être confrontés les filières de recyclage de l'archipel. En premier lieu, les déchets potentiellement recyclables sont probablement souillés au même titre que le bois.

Le non-respect de la législation obligeant le secteur japonais du bâtiment à trier et à recycler les déchets de démolition est le premier risque évoqué par l'ONG qui souligne que "70% des 2.670 décharges illégales répertoriées sur le territoire japonais proviennent des déchets du bâtiment." Quant aux déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), la contamination des "un à deux millions" produits par le séisme complique leur recyclage.

S'agissant des déchets de plastique, des véhicules hors d'usage (VHU) et des métaux, ils sont généralement exportés vers la Chine, la Corée du Sud et Taïwan. Néanmoins cette solution sera difficile à appliquer "à cause des suspicions de contamination par des poussières radioactives."

Philippe Collet

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japon : des millions de tonnes de déchets - contaminés - à gérer

Japon : des millions de tonnes de déchets - contaminés - à gérer | Japan Tsunami | Scoop.it
Le tremblement de terre du 11 mars 2011 et son tsunami de dizaines de mètres de haut, ont généré des millions de tonnes de déchets. Ces derniers émanent de la destruction de nombreux foyers ainsi que de l’effondrement de nombreuses infrastructures. Près d’un an après, la question de leur gestion reste posée.

L’enjeu du traitement de ces incroyables quantités de déchets est primordial à l’heure de la reconstruction. Comment retrouver un environnement « normal » alors que des volumes faramineux de matières hors d’état d’usage, encombre encore et toujours ?

Pourquoi le gouvernement japonais n’accélère pas les choses ?

Le ministre de l’Environnement nippon, Goshi Hosone, a récemment indiqué avoir pris « des dispositions supplémentaires, comme la construction de sites temporaires d’incinération » tout en précisant que cela ne suffirait pas.

Problématique, dans la province de Fukushima, « une bonne partie » – quelle proportion ? – de ces déchets est contaminée par des éléments radioactifs. Cela nourrit une inquiétude au sein des habitants de cette région qui craignent la dispersion de cette radioactivité lors du retraitement des déchets par incinération. Le gouvernement assure pourtant prévoir l’installation de « filtres très fins destinés à capturer les particules radioactives »… Oui, mais est-ce suffisant ? Qui peut répondre précisément ?

Pour l’instant, on filtre les détritus « très méticuleusement ». Une partie d’entre eux est traitée, l’autre « stockée en attendant les résultats des tests de radioactivité ». On notera les précautions prises pour les déchets identifiés comme « sans risque », dont les opérations d’incinérations font tout de même l’objet de « mesures de radioactivité » dans « quatre directions différentes ».

Manifestement, la reconstruction, ce n’est pas pour demain…
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le tsunami japonais refait surface aux Etats-Unis

Le tsunami japonais refait surface aux Etats-Unis | Japan Tsunami | Scoop.it
En mars 2011, un tremblement de terre au large du Japon allait provoquer un tsunami prêt à déferler sur l'archipel. 15 000 morts recensés, une catastrophe nucléaire provoquée, et des millions de tonnes de débris emportés par l'océan qui se retire après avoir submergé les terres. Lors d'un précédent article, nous avions relayé la crainte des autorités américaines de voir s'échouer sur les plages de la côtes Pacifique des restes des quelques 20 millions de tonnes de détritus du tsunami japonais portés par les flots. Pour avoir une idée de l'ampleur de la chose, nous vous renvoyons à la photo en tête d'article.

Les Etats-Unis pensaient que les déchets atteindraient leurs rivages à l'horizon 2013 mais cette semaine, c'est une bouée qui a été retrouvée dans l'Etat de Washington après avoir parcouru plus de 7000 kilomètres en pleine mer. Les Etats côtiers peuvent désormais se préparer à une arrivée plus massive de ce genre de "surprises". Plus inquiétant encore, l'océan pourrait bien rendre des restes humains sur les plages américaines, puisque plus de 15 000 personnes ont disparu lors de la catastrophe, probablement emportées par la vague. Et on ne parle pas d'éventuels rejets radioactifs venus tout droit de Fukushima. A moins que les gyres océaniques, ces gigantesques tourbillons de déchets qui agrègent une grande partie des détritus portés par les courants, ne prennent encore un peu plus de volumes en attirant à elles les restes de la vague destructrice.

Dans un cas comme dans l'autre, c'est u

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les déchets du tsunami japonais foncent sur Hawaii

Les déchets du tsunami japonais foncent sur Hawaii | Japan Tsunami | Scoop.it
Un bateau à la dérive vient d'être intercepté au large d'Hawaii. Pourquoi en parler ? Parce que ce bateau est immatriculé à Fukushima, ville tristement célèbre depuis l’accident dont la centrale nucléaire locale a été victime, et qu'il est le premier des déchets du tsunami japonais à avoir l'archipel américain en ligne de mire.

 

| MarcelGreen.com :

 

Retour en arrière : le 11 mars 2011, un tremblement de terre en pleine mer crée un tsunami qui va dévaster le Japon. L'eau pénètre jusqu'à 10 kilomètres à l'intérieur des terres, et emporte avec elle des millions de débris en se retirant. Des milliers de carcasses de voitures, d'appareils électroménagers, de meubles, et de tout ce qu'il est possible d'imaginer, sont emportés au large, livrés aux courants marins du Pacifique.

La masse des déchets, estimée à 20 millions de tonnes, occupe une surface grande comme deux fois celle de la France. Les médias américains prévoient que ce monceau de détritus, portés par les courants océaniques, devrait atteindre les Etats-unis en 2013, puis repartir vers le large pour atteindre Hawaii vers l'année 2015, et finalement revenir sur le Japon dans une dizaine d'années. Mais l'atoll américain de Midway, lui, n'aura pas à attendre bien longtemps, puisque cette mer de déchets devrait frapper ses côtes à la fin de l'année, pour les fêtes de Noël.

Un destin aussi inquiétant que fascinant pour ces détritus. Mais un destin qui ne fait pas perdre le Nord à 5 Gyres Institute, ONG spécialiste de ce genre de continents de déchets (un coup d'oeil à notre article sur le sujet vous rafraîchira la mémoire), qui prévoit une expédition à travers cet environnement, et qui a mis en vente les 9 places restantes sur son yacht, qui ne seront pas occupées par des scientifiques. Comptez 13500 dollars minimum tout de même pour admirer ce désastre écologique...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les déchets du tremblement de terre et du tsunami au Japon

Les déchets du tremblement de terre et du tsunami au Japon | Japan Tsunami | Scoop.it

Rapport d’étape – septembre 2011 

 

- www.rezocitoyen.org :

 

1. La contagion radioactive :

 

Le 11 mars 2011, c’est le vide juridique au Japon pour les déchets radioactifs diffus d’une catastrophe nucléaire. La Loi en vigueur sur la gestion des déchets place sous la responsabilité technique et financière des collectivités territoriales les déchets des catastrophes naturelles à l’exclusion cependant des déchets radioactifs ; la Loi sur la réhabilitation des sols pollués exclut de son périmètre les sols et déchets radioactifs ; la Loi sur la gestion des matières et des déchets radioactifs concerne seulement l’emprise des établissements nucléaires.

Aucun enseignement n’a été tiré des accidents antérieurs sur le sol japonais et en Ukraine.

Le cas des fuites accidentelles d’un réacteur transformant bien au-delà de son périmètre les végétaux, le bâti, la voirie, les milieux urbains, naturels, aquatiques en déchets radioactifs n’est pas envisagé.

Au Japon, la principale voie d’élimination des déchets est l’incinération. Il y a plusieurs centaines d’incinérateurs établis en milieu urbain. Dès la fin du mois de mars sont repérées des cendres contenant 100.000 à 140.000 Bq/kg « d’une substance radioactive inconnue ». Avant l’alerte, une partie de ces cendres avait été incorporée selon l’usage dans la production commerciale de ciment. La contamination des cendres provient de la concentration de la radioactivité intégrée à la biomasse. Les végétaux, les feuilles des arbres, les écorces, les mousses, les haies, les herbes, les cultures servent de premier réceptacle aux dépôts atmosphériques radioactifs. Il semble que dans un réflexe de sauvegarde de la propriété privée les citoyens se soient rués sur les tondeuses, les tronçonneuses, les faucheuses, pour se débarrasser massivement des végétaux suspects juste avant ou après les premières explosions des réacteurs de Fukushima Daiichi. Dans un deuxième temps, ces déchets verts ont été brûlés dans les incinérateurs de déchets ménagers.

Les cendres concentrent dans un ordre de grandeur de 10 fois la radioactivité des déchets incinérés.

Depuis la mi-mars la contamination radioactive s’est répandue dans la moitié nord de l’archipel sans déclencher de mise en garde officielle, de consignes techniques et comportementales, ni même de solidarité interrégionale. Ainsi, conformément à un accord signé 10 jours avant la catastrophe, les incinérateurs de Matsudo dans la préfecture de Chiba ont exporté dans la préfecture d’Akita, distante au nord d’environ 500 km, 40 tonnes de cendres contenant près de 50.000 Bq/kg de césium 137. Elles ont été partiellement enfouies dans la décharge de déchets ménagers de Kosamachi. Six conteneurs non ouverts ont été renvoyés aux expéditeurs et la ville de Matsudo a ouvert sur un parking un entreposage provisoire de ces cendres tout en annonçant qu’à la fin du mois d’août il sera saturé.

Les boues de potabilisation des eaux destinées à la distribution et des stations d’épuration des eaux usées sont aussi devenues des déchets radioactifs. Elles ont concentré la radioactivité des eaux pluviales et superficielles provenant du lessivage des toitures, du bâti, de la voirie, des voitures, des milieux naturels et des eaux usées. Un rebond de radioactivité est prévisible après les inondations catastrophiques de cet été.

A la mi-juin, le ministère de l’Environnement japonais émet enfin des recommandations :

 

Entre 100 et 8.000 Bq/kg de césium 137, les cendres et les boues peuvent être déposées dans des décharges d’ordures ménagères. La circonscription de Tokyo en a enfoui 6.000 t dans un parc de décharges au bord de la baie.

 

Entre 8.000 et 100.000 Bq/kg, les déchets pourront être enfouis dans des sites sécurisés à désigner ou dans les sites existants dédiés aux déchets industriels. Des précautions constructives telles que des toitures, la pose de géomembranes d’étanchéité ou de conditionnement comme l’encapsulage des fûts de déchets dans du béton devront être prises pour réduire la pollution des eaux souterraines.

 

Au dessus de 100.000 Bq/kg, les déchets devront être confinés dans des emballages étanches et le périmètre d’entreposage sera entouré de palplanches en béton pour absorber les radiations. Les sites restent à désigner et les refus des populations riveraines commencent à affluer.

 

A titre de comparaison, en France, des déchets contaminés par 100 Bq/kg de césium 137 sont normalement considérés comme TFA (Très Faiblement Actifs) et à partir de 8.000 Bq/Kg comme des déchets Moyennement Actifs. Tous ces déchets sont destinés à être stockés dans les sites spécialisés de l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs).

Au 30 juillet, selon les informations diffusées par le ministère japonais de la Santé, 37.000 tonnes de boues doivent être considérées comme des déchets radioactifs.

Fin août, le ministère de l’Environnement déclare que les cendres de 42 incinérateurs dépassent le seuil de 8.000 Bq/kg et le service public de radio et télévision Nihon Hōsō Kyōkai (NHK) considère qu’il y a désormais 50.000 tonnes de boues radioactives.

 

Certaines stations de traitement des eaux ont dû suspendre leur activité, les travailleurs étant exposés à des doses inacceptables de radioactivité.

 

C’est seulement à partir du 28 juillet que le gouvernement japonais a envisagé d’élaborer une loi plaçant sous la responsabilité technique et financière de l’Etat les déchets radioactifs disséminés dans la préfecture de Fukushima et dans les autres préfectures impactées. Cette loi n’est pas encore promulguée et elle exigerait de TEPCO et de tous les exploitants de réacteurs nucléaires de financer la gestion des déchets.

Faute d’avoir anticipé ce type de contagion radioactive, le Japon est en train de contaminer ses moyens logistiques en même temps que son réseau de traitement des déchets ménagers et d’assainissement.

 

2. Par millions de tonnes

 

Au mois de mai 2011, le gouvernement a publié un plan de gestion de déchets du double désastre tremblement de terre et tsunami : le tri est encouragé. Les rôles des trois échelons, gouvernemental, préfectoral, territorial, sont rappelés et définis. La coopération pour l’élimination des déchets entre les préfectures et les régions est encouragée. Les risques amiante, bois traités, dioxines, déchets toxiques dans les épaves de voitures et de navires sont soulignés. Pas un mot sur la radioactivité.

 

Le bilan global des déchets post-tremblement de terre et tsunami reste imprécis : 25 millions de tonnes selon le gouvernement, 80 millions selon des experts du Japan Research Institute, 100 millions de tonnes selon la radiotélévision nationale japonaise, environ la moitié de la production annuelle de déchets ménagers sur l’ensemble de l’archipel japonais selon l’université de Kyoto ou 15 fois la production annuelle des trois préfectures les plus sinistrées, Fukushima, Iwate et Miyagi. Dans la commune portuaire d’Ishinomachi, les déchets du tsunami équivalent à 100 ans de collecte. Le regroupement des déchets bruts ou triés sur des sites provisoires prendra encore deux à quatre ans selon les estimations, sans parler de la phase complexe du recyclage, de l’élimination et de la surveillance qui s’étendra sur deux à trois décennies.

 

La phase préliminaire des regroupements se heurte à une crise des espaces disponibles. Les stockages provisoires s’installent dans les parcs, les stades, les friches, les tarmacs. Cet apport considérable et soudain s’inscrit dans une pénurie de décharges légales. Le recyclage de tous les matériaux est compliqué par la présence ou la suspicion de contamination radioactive et par les dépôts de sel pour les déchets végétaux ou de démolition submergés par le tsunami. L’incinération et la co-incinération dans les cimenteries sont encouragées par le gouvernement, par les préfectures et les collectivités pressées de réduire les volumes de déchets tandis que la contamination radioactive et les dépôts de sel ralentissent ou empêchent ces opérations. Le sel en excès est un polluant pour le ciment et les végétaux qui en sont imprégnés dégagent des dioxines au moment du brûlage. Le cumul des déchets de bois atteindrait 20 millions de tonnes. Il est aussi redouté et constaté autour des gravats de démolition une « ambiance » amiante élevée. La Loi sur l’interdiction totale de l’usage de l’amiante date seulement de 2006.

 

Dans les trois préfectures cibles du tsunami, un million de tonnes de déchets de métaux serait à terme disponible s’ils sont extraits du magma de démolition et triés mais là encore le recyclage en deuxième fusion va poser à cause de la radioactivité des problèmes d’acceptabilité technique et des risques ultérieurs pour les populations générales au Japon et ailleurs si ces ferrailles sont exportées.

Cet été un nouveau facteur aggravant est apparu. Les déchets ont été envahis par des millions de mouches ou autres insectes attirés par les produits alimentaires en décomposition et l’humidité. 200.000 tonnes de poissons et autres produits de la mer stockés dans les congélateurs industriels portuaires détruits ont été avariés. Des pulvérisations massives d’insecticide ont été réalisées par l’armée ou des travailleurs intérimaires dans les ports de pêche courant juin. Par dérogation du ministère de l’Environnement au moins 55.000 tonnes de produits de la mer en voie de décomposition ont été immergées à 50 milles du littoral.

Les boues et sédiments générés par le tsunami pourront être immergés sous certaines conditions susceptibles d’interprétations multiples, ce qui ouvre la voie à de nouvelles inquiétudes pour la mer et ses ressources.

130 usines mettant en œuvre et stockant des produits toxiques ont été dévastées ou endommagées par le tsunami.

Des centaines de marées noires ont été visibles à l’œil nu. 25.000 hectares de terre, de serres et de coopératives agricoles ont été lessivés. Les boues et les sédiments sont polypollués.

Le corps médical remarque chez les populations les plus exposées des problèmes respiratoires, asthmatiques, cutanés, oculaires, un ensemble de pathologies déjà remarquées après d’autres catastrophes où les rescapés ont été soumis à l’inhalation et aux envols de composés et poussières toxiques.

 

Ce rapport d’étape a été réalisé par Jonathan Senin, Miriam Potter, Charlotte Nithart, Christine Bossard et Jacky Bonnemains.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Robin des Bois - Séisme et tsunami au Japon, communiqué n°16

Robin des Bois - Séisme et tsunami au Japon, communiqué n°16 | Japan Tsunami | Scoop.it
Des millions de passagers clandestins tournent autour de l'Océan Pacifique.
Le tsunami consécutif au séisme a dévasté environ 300 km de linéaire côtier, de villes, de serres agricoles et d’installations industrielles. La vague est rentrée jusqu’à 10 kilomètres à l’intérieur des terres et a submergé au moins 500 km². A terre, la catastrophe à double détente a laissé environ 25 millions de tonnes déchets et quand le tsunami a reflué vers l’Océan Pacifique, il a entraîné des quantités considérables de déchets divers. Cette injection dans le milieu marin se perpétue par le biais des fleuves côtiers. Tous ces déchets entrent depuis le 11 mars dans un infernal cercle océanique, la boucle du Pacifique Nord. Le tour complet se fait en dix ans.

Les déchets ont été projetés en mer sous des formes diverses dont il serait vain de dresser la liste complète ; avions, bateaux, voitures et réservoirs qui vont progressivement rejeter en mer les hydrocarbures et autres liquides toxiques, fûts, jerrycans, bombes aérosols d’origines domestique et industrielle épandant dans l’océan des solvants, des acides, des pesticides, des médicaments, des bois traités. L’océan n’est pas seulement contaminé par la radioactivité, loin de là.

La force majeure du désastre a ouvert en mer une gigantesque décharge alors que les conventions internationales interdisent l’immersion de déchets dans tout l’océan mondial. Certains types de déchets sont particulièrement dangereux : les appareillages électriques ou électroniques relarguent en mer des polluants persistants comme les PCB et les composés bromés qui se nichent dans les chaînes alimentaires.

Les débris les plus lourds ou les plus détériorés ont coulé et seront un danger pour la pêche et les équipages quand les activités reprendront. A l’épreuve du temps, des emballages en plastique peuvent aussi couler. Les scientifiques japonais ont repéré avant le tsunami par 7.216 m de fond des déchets d’emballage en plastique dans la fosse sous-marine de Ryukyu, à l’Est du Japon.
Le panache des déchets flottants entre deux eaux est pris en charge par le courant du Pacifique Nord. Les risques de collision entre des gros déchets, conteneurs maritimes et troncs d’arbres, et les navires de surface et les sous-marins ne sont pas négligeables. Après le typhon Morakot qui a dévasté Taiwan en 2009, 170.000 tonnes de bois ont été récupérées dans les eaux territoriales du Sud du Japon mais la majorité des bois flottés ont été pris en charge par les courants trans-Pacifique.

Les déchets du tsunami voyagent à une vitesse moyenne de 5 à 10 milles marins par jour. Une petite fraction sera entraînée par le courant de l’Alaska. Le gros de la marée mettra 2 ans pour traverser l’Océan Pacifique avant d’être repris par le courant de Californie. 2 ans de dérive seront à nouveau nécessaire pour longer du Nord au Sud les côtes californiennes. Les déchets seront en partie captés et piégés par un courant circulaire et formeront le désormais bien identifié Eastern Garbage Patch, une zone d’accumulation préférentielle où la densité des déchets est statistiquement élevée mais qui en aucune manière ne peut être qualifiée d’île de déchets. Les déchets les plus légers propulsés par les courants, les vents et les vagues sont attendus dès le printemps prochain sur les plages au nord de l’archipel d’Hawaï ; les bouteilles vides en plastique seront les premières avec d’autres emballages alimentaires.

Certains déchets continueront le voyage. A l’Ouest, une autre zone d’accumulation de déchets océaniques a récemment été localisée (la Western Garbage Patch), plus petite que son homologue du Pacifique Est. Une étude scientifique récente citée dans le Marine Pollution Bulletin atteste que des déchets en plastique collectés dans cette décharge marine sont transportés par des albatros de Laysan jusqu’à l’atoll de Kure, au centre de l’Océan Pacifique ; un vol de 4000 km au terme duquel dans les sites de nidification ces déchets de plastique sont ingérés par les poussins.

C’est là en effet le principal danger de ces déchets errants ; ils leurrent les oiseaux, les poissons, les mammifères marins et les tortues et rentrent à leurs dépens dans leurs régimes alimentaires, provoquent des occlusions, des étouffements, des pertes d’appétence et des troubles de la mobilité. Les milliers d’engins de pêche arrachés aux quais et aux épaves de bateaux de pêche par le tsunami japonais ne manqueront pas non plus de se livrer pendant des décennies à la « pêche fantôme », capturant par milliers des requins, des mammifères marins, des saumons, et d’autres poissons de haute valeur commerciale, des oiseaux, des espèces menacées d’extinction comme les phoques moines d’Hawaii.

Les 25 millions de tonnes de déchets terrestres produits par la double catastrophe du 11 mars 2011 sont sous la responsabilité des autorités japonaises (cf. communiqué After Choc 1). Les déchets aquatiques, eux, deviennent un problème international. Il est temps de mettre en œuvre des conventions et des moyens logistiques d’assisttance mutuelle pour collecter après les catastrophes naturelles les flux de déchets qui rejoignent la mer, avant leur dispersion et leur multiplication par fragmentation.

more...
No comment yet.