Japan Tsunami
Follow
Find tag "Eruption"
23.6K views | +0 today
Japan Tsunami
8.8, 8.9, 9.0 and even 9.1 earthquake in Japan March 11th 2011,  <br>Earthquake & Tsunami aftermath,  <br>Fukushima
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Volcanologie. "Le risque zéro n'existe pas"

Volcanologie. "Le risque zéro n'existe pas" | Japan Tsunami | Scoop.it

 

Le volcanologue Henry Gaudru revient sur les mesures de sécurité nécessaires pour les touristes qui rêvent de découvrir les volcans actifs et analyse la tragédie d'Ontake.

Paris Match. Quelles sont les mesures de sécurité nécessaires à prendre lors d'une éruption volcanique ?
Henry Gaudru. Pour se rendre sur un volcan en éruption il faut toujours avoir à l’esprit que le risque est présent. Toujours se renseigner sur l’activité en cours, auprès du bureau du parc ou de l’observatoire. Suivre les indications sur les panneaux d’informations. Le mieux est naturellement de se faire accompagner par un volcanologue ou un guide local qui connaît le volcan. Les sommets sont souvent en altitude, il faut donc prévoir des vêtements de montagne. Avant de décider de s’approcher d’un volcan en éruption, il faut observer son activité pendant au minimum plusieurs heures depuis un endroit sûr assez éloigné de la zone des retombées. C’est souvent suffisant pour apprécier le spectacle.

Si l’on prend le risque de s’approcher du cratère actif, il faut limiter au maximum le temps de présence. Faire attention à la direction du vent pour ne pas être pris dans le panache et les gaz toxiques émis par le volcan. Il faut se méfier des périodes de calme ou de basse activité qui donnent au faux sentiment de sécurité. Il faut partir du postulat que le risque zéro n’existe pas lorsque l’on se rend sur un volcan potentiellement actif ou sur un volcan en éruption. Observer une éruption sur le volcan Stromboli en Italie et observer une éruption sur le volcan Merapi en Indonésie ne présente pas le même danger. Certaines éruptions peuvent survenir soudainement sans signe précurseur notable comme vient malheureusement le montrer l’éruption de l’Ontake au Japon.

Justement quelle est votre réaction après la catastrophe d'Ontake qui a déjà coûté la vie à 48 personnes ?
Si je voulais résumer ce tragique événement, je dirais que malheureusement ces randonneurs se sont trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. L’activité dite phréatique n’est pas une activité éruptive comme les autres. C’est un processus qui se déroule sans émission de magma. Le mécanisme souterrain est différent de l’activité magmatique et c’est la raison pour laquelle on peut difficilement anticiper ce phénomène. Les explosions, comme celle de l’Ontake sont généralement de faible intensité et n’affecte qu’une zone limitée autour du cratère. Contrairement à une éruption magmatique, il est difficile de lancer un message de prévention ou une alerte. Une éruption de même nature s’est produite à l’Etna en 1979 tuant 7 touristes et en blessant une vingtaine d’autres. En 1993, sur le volcan Galeras en Colombie, 9 personnes dont 6 volcanologues qui travaillaient dans le cratère ont été tués par une explosion phréatique soudaine. Même les volcanologues de métier ne sont pas à l’abri d’un tel phénomène. Chaque personne qui veut se rendre sur un volcan actif doit savoir que le risque existe, même s’il est faible, il n’est jamais nul…

Selon vous, pourquoi les touristes sont-ils prêts à prendre autant de risques pour admirer un volcan en activité ?
Si les volcans attirent autant les touristes c’est pour différentes raisons. Notamment parce que les paysages volcaniques comptent parmi les plus beaux sur notre planète. Même les volcans les moins actifs, avec leur panache et leurs fumerolles attirent des millions de touristes chaque année. Voir un volcan en éruption est un spectacle fascinant. De tous les phénomènes naturels, les éruptions volcaniques sont, avec les tremblements de terre, les seuls capables de libérer une énergie importante pendant une durée de temps limitée ; c’est l’activité la plus évidente de la vie de notre planète. Lorsque l’on a la chance d’assister à une éruption volcanique on mesure la puissance de la nature. Voir un volcan fumant, grondant, explosant avec des gerbes incandescentes et ses flots de lave rougeoyant est certainement l’un des plus beaux spectacles que l’on peut contempler.

Existe-t-il un numéro vert à appeler en cas d'urgence ?
Il n’y a pas de tel numéro au niveau international, mais pour certains volcans, comme par exemple le Piton de la Fournaise à l’île de la Réunion, les autorités ont mis un numéro à disposition pour les randonneurs leur permettant de connaître la situation sur le volcan. Sur d’autres volcans susceptibles de se réveiller, des panneaux d’information et de signalisation informent au jour le jour de l’état du volcan. Par exemple au Ruapehu en Nouvelle-Zélande, les autorités ont installé un feux de signalisation de couleur vert ou rouge pour permettre ou interdire l’accès au sommet où se trouve un lac de cratère qui, en cas d’éruption peut être éjecté en donnant naissance à de dangereuses coulées de boue.

Quels sont les volcans à éviter ? Et lesquelles peuvent être admirés en sécurité ?
Comme indiqué précédemment, tous les volcans, même ceux qui semblent, apparemment les moins dangereux, peuvent parfois présenter des risques. Il y a peu de volcans en activité permanente qui se prêtent au tourisme. Pour assister avec le moindre risque à une activité éruptive, le plus simple c’est le volcan Stromboli en Italie. Ensuite on peut conseiller le Kilauea à Hawaii en activité depuis 1983. Ensuite, parmi les volcans «touristiques», il y a ceux qui ont de fréquentes activités comme l’Etna en Sicile ou encore le Piton de la Fournaise à l’île de la Réunion. Pour ces derniers, il faut pouvoir partir lorsque l’éruption est commencée et avoir déjà une petite expérience du milieu volcanique. L’Islande connaît aussi une intense activité volcanique comme celle actuellement en cours au Bardarbunga. D’autres volcans sur la planète se réveillent un peu moins souvent. Ceux-ci sont les préférés des passionnés de volcans qui ont une expérience des zones volcaniques actives.

Henry Gaudru, président de la SVE et Conseiller scientifique auprès des Nations Unies

« A la découverte des volcans extrêmes » aux éditions Vuibert
« Volcanic tourist destinations » aux éditions Springer

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Éruption volcanique au Japon : plus de 40 blessés, les secours s'activent

Éruption volcanique au Japon : plus de 40 blessés, les secours s'activent | Japan Tsunami | Scoop.it
Les secours ont repris dimanche matin au centre du Japon au lendemain d'une soudaine éruption volcanique du Mont Ontake qui a fait au moins une quarantaine de blessés graves.


Les secours ont repris dimanche matin au centre du Japon au lendemain d'une soudaine éruption volcanique qui a fait au moins une quarantaine de blessés graves. Parmi les 42 personnes parfois grièvement atteintes recensées par les pompiers et la police, sept auraient perdu connaissance.


L'une d'elles avait été donnée morte samedi soir, mais les secouristes ont indiqué par la suite que le décès n'avait pas été officiellement confirmé.

Près de 300 randonneurs approchaient du sommet lorsque le volcan Ontake s'est mis en colère samedi à la mi-journée. La plupart ont fui sous les projections de cendre et pierres, mais plusieurs dizaines n'ont pas pu redescendre et ont passé la nuit dans des refuges près du sommet de ce mont qui culmine à 3.067 m entre les préfectures de Nagano et Gifu.

Leur descente a commencé dimanche matin, avec les équipes de secours. Au moins deux personnes souffriraient de fractures. Certaines sont prises en charge par les hélicoptères des forces d'autodéfense que le gouvernement a dépêchées sur le terrain sur ordre du Premier ministre Shinzo Abe.

Depuis Otaki, une bourgade de la préfecture de Nagano on apercevait encore de la vapeur s'échappant du volcan dimanche matin, mais plus de jets de cendres et pierres.

Samedi, les télévisions avaient montré des images d'énormes nuages de fumée au-dessus du mont Ontake très prisé des marcheurs nippons. Les cendres se seraient élevées à plus de 10.000 mètres et des avions ont été déviés pour éviter le panache.

La dernière éruption majeure du Mont Ontake remonte à 1979, lorsque le volcan avait craché plus de 200.000 tonnes de cendres, selon les médias locaux. Une éruption de moindre ampleur a aussi eu lieu en 1991 et ce volcan est aussi responsable de plusieurs séismes en 2007.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La pression monte sous le mont Fuji

La pression monte sous le mont Fuji | Japan Tsunami | Scoop.it
Le cratère secondaire laissé par l'éruption de 1707 est encore visible sur le flanc du volcan. crédit photo: Flickr/Joe Jones

 

Le séisme majeur de mars 2011 a fortement comprimé le magma situé sous le célèbre volcan japonais.

La pression monte dans la chambre magmatique du Mont Fuji, rendant plus probable un réveil de ce volcan toujours actif. Des chercheurs japonais du centre national de recherche sur les sciences de la terre et la prévention des catastrophes (NIED) de Tsukuba ont modélisé l'effet des déplacements provoqués par le séisme majeur de mars 2011 au Japon ainsi que par ses nombreuses répliques, rapporte l'agence de presse Kyodo. Ils ont trouvé que la pression dans la chambre magmatique située à 15 km sous le Mont Fuji était désormais de 1,6 megapascals, alors que dans les passé des pressions allant de 0,1 à quelques megapascals ont suffi à provoquer des éruptions majeures.

La dernière éruption du Fuji-Yama remonte à 1707, mais ce volcan à la silhouette conique presque parfaite qui est le symbole du Japon est encore en activité et fait l'objet d'une surveillance attentive des volcanologues. «Le Fuji est ce que l'on appelle un volcan gris, de type explosif dont l'activité est liée une zone de subduction, là où une plaque continentale s'enfonce sous une autre», précise Valérie Cayol, scientifique au Laboratoire Magmas et Volcans à Clermont-Ferrand.

Il y a presque 300 ans, le réveil du Fuji et avait été déclenché par un séisme qui avait fait brutalement monter la pression dans la chambre magmatique. Ce séisme était d'ailleurs moins important que celui de magnitude 9 qui avait ravagé le nord-est du Japon et provoqué un tsunami meurtrier en mars 2011.

Des simulations de crise avant 2014

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Kirishima's Eruptions Caught on Video | Kirishima Eruptions & Ash Warnings, Active Volcanoes | Our Amazing Planet

Kirishima's Eruptions Caught on Video | Kirishima Eruptions & Ash Warnings, Active Volcanoes | Our Amazing Planet | Japan Tsunami | Scoop.it
Japan’s erupting volcano, Mount Kirishima, is showing no signs of letting up. Spectacular video of its giant ash plumes have captured the volcano’s awesome power.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Japan volcano: Earthquake, tsunami and potential nuclear meltdown not enough

Japan volcano: Earthquake, tsunami and potential nuclear meltdown not enough | Japan Tsunami | Scoop.it
The Shinmoedake volcano in the Kirishima range in south-western Japan erupted yesterday, sending ash and rock over two miles into the air.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

JAPON. Pouvait-on prévoir l'éruption du volcan Ontake ?

JAPON. Pouvait-on prévoir l'éruption du volcan Ontake ? | Japan Tsunami | Scoop.it

Paradoxe : ce volcan est parmi les 47 très surveillés de l'archipel, qui en compte 110. Comment expliquer alors que l'éruption n'ait pas été détectée ? Décryptage d'un volcanologue.

 

TERRIFIANT. Le 27 septembre 2014, un peu avant midi, un groupe de randonneurs arpente les flancs de la splendide montagne Ontake. Quand soudain, une terrible explosion secoue le sol. Quelques minutes plus tard, dans un grondement terrifiant, une avalanche de cendres brûlantes déferle sur les promeneurs. 

L'éruption du mont Ontake vu d'hélicoptère.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, on dénombre 53 morts. 12 personnes sont encore portées disparues. 

LireTragique éruption volcanique au Japon

Pourtant, le volcan Ontake fait partie des 47 volcans très surveillés de l'archipel qui en compte 110. "Ce mont est particulièrement bien instrumenté" a confirmé à Sciences et Avenir Jean-François Lénat, responsable de l'équipe de volcanologie à Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand. 

PRÉCÉDENT. Et ce n'est pas la première fois que ce volcan se réveille. Il est déjà entré en éruption en 1979, puis en 1991 et en 2007. Comment se fait-il que les volcanologues japonais n'aient rien vu venir et n'aient pas eu le temps de faire évacuer les pentes du mont Otake avant l'éruption ?

D'autant plus que le volcan avait donné des signes de son réveil quelques temps auparavant. En effet, 17 jours avant l'éruption, l'agence météorologique japonaise avait détecté de nombreuses secousses entre le 10 et le 11 septembre 2014.

Les signes précurseurs sont faciles à interpréter... à postériori

Pourquoi ces signes n'ont pas été correctement interprétés ? A postériori, il paraît simple d'affirmer que ces secousses étaient des signes précurseurs à une brutale éruption. Mais en temps réel, la situation est tout autre.

"En réalité, les volcans même dormants ont toujours une activité de fond explique Jean-François Lénat. Et nombre de signaux (secousses suite à la fracturation des roches, déformation du sol, signaux chimiques détectés via des fumerolles...) sont identifiés sans que survienne une éruption dans les jours ou les semaines qui suivent" précise le volcanologue. 

SAVOIR-FAIRE. "Les volcanologues japonais ont le savoir faire technique et les budgets nécessaires pour surveiller les nombreux volcans de leur archipel. De plus, il y a eu d'énormes progrès techniques en matière de volcanologie depuis 30 ans" rappelle Jean-François Lénat.

"Les dispositifs de détection sont beaucoup plus performants et les volcanologues ont acquis au fil des nombreuses éruptions de précieuses données qui permettent de mieux prévoir les évènements. Mais cette explosion du mont Ontake nous rappelle que même aujourd'hui, on ne peut pas tout prévoir".

Un sous-sol très perturbé

Les volcans gardent en effet encore une part de mystère. "Et même des volcans très actifs tels que le Stromboli en Sicile, pour lequel on a pourtant de très nombreuses données, demeurent imprévisibles" rappelle le volcanologue. "En effet, une à deux fois par an, s'y produit une explosion d'une dangerosité si extrême qu'elle tuerait quiconque se promènerait près de son sommet. Et pourtant, on ne peut les prévoir qu'une à deux minutes avant qu'elles ne surviennent".

Et pour compliquer encore un peu la tâche des volcanologues japonais, la croûte souterraine de l'archipel a été profondément modifiée par le puissant séisme de 2011 qui avait entraîné la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima. 

CHAOS. En effet, une étude publiée en juillet 2014 par l'Institut des Sciences de la Terre (université Joseph Fourier en France), en partenariat avec plusieurs instituts de recherche japonais, a montré combien la mécanique sismique des volcans avait été modifiée après le séisme dévastateur de Tohoku-Oki de 2011. "On a constaté que depuis, les systèmes volcaniques ont été très perturbés, que le nombre de signaux s'est accru, et que le sol s'est par endroit anormalement déformé" rappelle Jean-François Lénat.

On comprend mieux que, dans un tel chaos souterrain, il n'est pas évident d'effectuer des prédictions fiables quant à la date de la prochaine éruption.. 

Que s'est-il passé dans les entrailles du mont Ontake ?

D'après les analyses effectuées par l'Institut de recherche sur les tremblements de terre à l'université de Tokyo, il s'agirait d'une éruption phréato-magmatique. En d'autre termes, ce n'est pas une poussée du magma en fusion qui a fait exploser le sommet du mont Ontake mais plutôt une poussée de vapeur.

COCOTTE-MINUTE. En effet, de l'eau provenant partiellement de l'infiltration des eaux pluviales, mais aussi de la détente des gaz contenus dans le magma, se serait accumulée dans des poches souterraines. Une activité magmatique accrue aurait alors entraîné la mise en ébullition de cette eau qui, en se vaporisant, aurait provoqué une inexorable montée de la pression exercée sur les roches. Et ce jusqu'à ce que la partie supérieure de la montagne ne cède brutalement sous l'effet de cette véritable cocotte-minute souterraine.

L'éruption a dégagé entre 600.000 et 1.100.000 tonnes de cendres, et elle se poursuit encore. Son ampleur est comparable à celle de 1979 qui avait relâché au final près de 200.000 tonnes de matières dans l'atmosphère, chiffre l'université de Tokyo. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le volcan du mont Fuji dans un « état critique » après Fukushima

Le volcan du mont Fuji dans un « état critique » après Fukushima | Japan Tsunami | Scoop.it
Une étude franco-japonaise fait apparaître « un potentiel d’éruption important » depuis le tremblement de terre de 2011.


Point culminant de l'archipel nippon (3 776 mètres), emblème national immortalisé par les maîtres de l'estampe et centre séculaire de pèlerinages, le mont Fuji, de son nom japonais « Fujisan », est inscrit depuis juin 2013 au Patrimoine mondial de l'Unesco au titre de « lieu sacré et source d'inspiration artistique ». Mais c'est aussi un volcan de type explosif, à la jonction des plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, qui, bien que rarement sorti de son sommeil au cours des derniers millénaires, reste toujours actif.


Or le Fuji a été mis sous haute pression par le séisme du 11 mars 2011 à Tohoku : « le grand tremblement de terre », comme l'appellent les Japonais, de magnitude 9, qui a été suivi du tsunami dévastateur et de la catastrophe nucléaire de Fukushima. C'est ce que révèle une étude franco-japonaise publiée vendredi 4 juillet dans la revue Science. « Nos travaux ne disent pas que le volcan va entrer en éruption. Mais ils montrent qu'il se trouve dans un état critique », précise Florent Brenguier, chercheur à l'Institut des sciences de la Terre (CNRS, université Joseph-Fourier) et premier signataire de la publication, à laquelle a participé l'Institut de physique du globe de Paris.

Les scientifiques ont réalisé une première mondiale. Une sorte d'échographie des entrailles de la Terre, à partir de la masse astronomique de données enregistrées, après le mégaséisme, par le réseau de capteurs sismiques japonais Hi-net, le plus dense au monde, avec plus de 800 points de mesure. Pour ce faire, ils se sont attachés à des signaux généralement considérés comme parasites : le bruit de fond sismique, produit en permanence par l'interaction entre la houle océanique et la terre ferme.


PLUSIEURS FOIS LE TOUR DE LA TERRE

L'enregistrement des fluctuations de ce bruitage souterrain extrêmement ténu leur a permis de cartographier les perturbations géologiques provoquées, dans le sous-sol du Japon, par les ondes sismiques générées par la violente secousse du 11 mars 2011. « Les ondes sismiques se propagent très loin : elles font plusieurs fois le tour de la Terre, décrit Florent Brenguier. En se déplaçant, elles font vibrer la croûte terrestre et ce phénomène, comme une onde de choc, fracture ou fissure la roche. »

On pourrait imaginer que ces perturbations ont été les plus fortes à proximité de l'épicentre du séisme. Il n'en est rien : l'étude montre que la zone où la croûte terrestre a été le plus endommagée se situe non pas autour de Tohoku, dans le nord-est de l'île de Honshu, mais dans les régions volcaniques et, singulièrement, sous le mont Fuji, à 500 km de distance. Explication : « Les régions volcaniques sont celles où la pression des fluides comprimés dans la roche – eau bouillante, gaz, magma liquide –, qui, en remontant à la surface, provoquent une éruption, est déjà la plus forte. Les ondes sismiques ajoutent encore à cette pression, avec pour effet de fracturer davantage le milieu. »


Signe que le mont Fuji est sous haute tension, il s'y est produit, quatre jours après le séisme de Fukushima, une forte secousse, de magnitude 6,4, suivie de nombreux sursauts de moindre amplitude.

Alerte rouge au pays du Soleil-Levant ? « On ne peut pas établir de lien direct de cause à effet entre les séismes et les éruptions volcaniques, même si, statistiquement, les premiers entraînent une recrudescence des secondes, tempère Florent Brenguier. Simplement, le mont Fuji est aujourd'hui dans un état de pression tel qu'il présente un potentiel d'éruption important. Le risque est clairement accru. »

DERNIÈRE ÉRUPTION EN 1707

La science est toutefois impuissante à prédire à quelle échéance. Mais il existe un précédent. La dernière éruption du Fuji, qui avait propulsé près d'un milliard de mètres cubes de cendres et des scories jusqu'à Tokyo (alors appelée Edo), à une distance d'une centaine de kilomètres, remonte à 1707. Elle avait été précédée, quarante-neuf jours plus tôt, par un terrible séisme, de magnitude 8,7, survenu au sud du Japon et qui avait fait, avec la vague géante qu'il avait soulevée, plus de 5 000 victimes. Cette fois, plus de trois ans se sont écoulés depuis la secousse de Tohoku. Ce qui ne signifie pas que le Fuji, objet d'une veille constante des volcanologues japonais, soit définitivement endormi…

La méthode d'auscultation des zones volcaniques mise au point par l'équipe franco-japonaise devrait en tout cas permettre d'améliorer, à l'échelle de la planète, l'estimation du risque d'une éruption majeure.

Jacques Le Bris's insight:

Le retrait du combustible suspendu à Fukushima

La compagnie japonaise Tokyo Electric Power (Tepco), gestionnaire du site nucléaire de Fukushima, a suspendu, depuis le 1er juillet et jusqu’à début septembre, le retrait du combustible de la piscine de refroidissement du réacteur 4, mise à mal par la catastrophe du 11 mars 2011. Les deux mois d’interruption, indique l’exploitant, seront consacrés à des opérations de maintenance de la grue et du système d’extraction.

Au 30 juin, plus des trois quarts des 1 533 assemblages de combustibles (1 331 de combustible usé et 202 de combustible neuf) avaient été retirés. Cette intervention doit être achevée à la fin de l’année. Tepco prépare désormais l’évacuation des piscines des réacteurs 1, 2 et 3.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Volcano Mountain Blast with Massive earthquake 8.9 in Japan, Tsunami Eathquake 13.03.2011

日地震 東京都スーパー店内の様子 A powerful earthquake has struck off Japan's north-eastern coast, shaking buildings in Tokyo and forcing people out of their homes. Japan issued its most serious tsunami warning, saying a wave as high as 20 ft could strike the coast near Miyagi prefecture.The massive 8.8 magnitude quake struck about 382 kilometers northeast of Tokyo.

Tsunami warnings cover area stretching along entire western coast and Canada from the Mexican border to Chignik Bay in Alaska
Northern California expected to be worst hit with waves between six and seven feet
Evacuations are likely
The West Coast of America has been placed under tsunami watch following the devastating 8.9 magnitude earthquake in Japan.
Waves could peak to as much as seven feet along the coast shortly after 8am PST and residents who live on or near the beach are being told to evacuate and move to higher ground.
The central and northern California coast and Oregon are thought to be the worst hit and waves in this area were expected at any time.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

1 Earthquake 2 Tsunami 3 Nuclear plant blast 4 Volcano eruption 5 Game over 6 stock market fall 7 What else in Japan ?

1 Earthquake 2 Tsunami 3 Nuclear plant blast 4 Volcano eruption 5 Game over 6 stock market fall 7 What else in Japan ? | Japan Tsunami | Scoop.it

[Note du Curateur] :

 

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/map/

remplace la liste mise à jour en temps réel des tremblements de Terre enregistrés dans la zone asiatique dont le Japon :
http://on.doi.gov/aIqFNL

 

 

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Devrai-je dire. Ou même, Aïe ! Aïe ! Aïe ! Aïe ! Aïe ! Aïe ! Aïe !... Hou la la !
En effet, le 11 03 2011 sera une date qui marquera l'Histoire de l'Humanité en ce début de XXI° siècle, comme précédemment le 11 09 2001...*

 

♺ N'oubliez pas d'utiliser les tags disponibles pour retrouver les informations particulières - Don't forget to use the tags to get specific informations. ♺

Tous les chiffres diffusés sur la situation au Japon, radioactivité, séismes, etc.
http://fleep.com/earthquake/

Epic pics made in Japan http://bit.ly/ia78UA Photographies impressionnantes faites sur le terrain

Si vous vous proposez de faire quelque chose d'utile pour le peuple japonais actuellement dans la tourmente, allez sur cette page entièrement consacrée à recueillir vos bonnes idées
http://www.scoop.it/t/japan-tragedy-how-to-help
If you intend to do something useful for the Japan people really under turmoil, go on the page dedicated to receive your good ideas.

Cette page n'est peut-être pas au top de la requête "Japan Tsunami" sur Google. Mais il est sûr que cet article n'attendra pas un second pour prendre la tête de 2° Tsunami, car c'est déjà le cas !

http://www.google.com/search?q=2%C2%B0%20tsunami


♺ Pour mémoire, la plaque signalétique du tremblement de terrre du 11 mars :
This event has been reviewed by a seismologist.
Magnitude
9.0
Date-Time
Friday, March 11, 2011 at 05:46:23 UTC
Friday, March 11, 2011 at 02:46:23 PM at epicenter
Time of Earthquake in other Time Zones
Location
38.322°N, 142.369°E
Depth
32 km (19.9 miles) set by location program
Region
NEAR THE EAST COAST OF HONSHU, JAPAN
Distances
129 km (80 miles) E of Sendai, Honshu, Japan
177 km (109 miles) E of Yamagata, Honshu, Japan
177 km (109 miles) ENE of Fukushima, Honshu, Japan
373 km (231 miles) NE of TOKYO, Japan
Location Uncertainty
horizontal +/- 13.5 km (8.4 miles); depth fixed by location program
Parameters
NST=350, Nph=351, Dmin=416.3 km, Rmss=1.46 sec, Gp= 29°,
M-type=centroid moment magnitude (Mw), Version=A
Source
USGS NEIC (WDCS-D)
Event ID
usc0001xgp

Depuis, il y a des répliques jusqu'à 5 fois par jour, elles continuent de secouer la centrale de #Fukushima pour mieux disperser ses merdes radioactives dans le silence des médias à la solde des lobbies nucléaires.

♺ Je ne fais mention ici que des répliques de plus de 6 de magnitude :

http://www.scoop.it/t/japan-tsunami?tag=R%C3%A9pliques

 

♺ Retrouvez toute l'année sismique 2011 résumée en 9 minutes :

http://www.scoop.it/t/japan-tsunami/p/1267255310/2011-world-earthquakes-2011-visualization-map-2012-01-01

 

 

* D'aucuns ont déjà remarqué que 11 09 01 + 11 03 11 = 22 12 12 soit, le jour d'après la fin du Monde selon le calendrier Maya. Mais cela est une autre histoire à suivre par ici :

http://www.scoop.it/t/bugarach ;

 

more...
No comment yet.