Japan Tsunami
25.4K views | +0 today
Follow
Japan Tsunami
8.8, 8.9, 9.0 and even 9.1 earthquake in Japan March 11th 2011,  <br>Earthquake & Tsunami aftermath,  <br>Fukushima
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fukushima set to become hydrogen production center

Fukushima set to become hydrogen production center | Japan Tsunami | Scoop.it

The Yomiuri ShimbunPrime Minister Shinzo Abe on Saturday revealed a plan to make Fukushima Prefecture a center for the development of hydrogen energy technology in Japan.

According to his plan, dubbed “Fukushima new energy society initiative,” facilities will be developed in the prefecture by 2020 to produce enough hydrogen for annual consumption by 10,000 fuel-cell cars. Electricity to provide hydrogen would be generated by renewable energy sources such as wind power. Part of the hydrogen produced will be used for the 2020 Tokyo Olympic and Paralympic Games, he said.

A public-private task force for the initiative, with the addition of the Fukushima prefectural government and electric power companies, will be established by the end of March to work on details of the plan.

 

Water will be electrolyzed to produce hydrogen by using 10,000 kilowatts of electricity collected from renewable energy sources such as wind power stations, according to the plan. Technology for efficient transportation of liquefied hydrogen will also be developed. The liquefied hydrogen will be used to run fuel-cell cars transporting athletes at the Tokyo Olympics and generate electricity at the Olympic village.

Hydrogen does not emit carbon dioxide (CO2) when it burns. However, CO2 is emitted in the production process because fossil fuels are currently used. If renewable energy such as wind power is used instead, it will help to reduce CO2 emissions.

“I would like to make Fukushima a major place of hydrogen production,” said the prime minister when he visited Naraha in the prefecture for inspections. Since the prefecture is a suitable region for wind power generation, the government plans to help the development of wind power stations in its coastal areas and Abukuma mountains.

If realized, the initiative will help the promotion of fuel-cell cars that run on hydrogen. Toyota Motor Corp. put Mirai, the world’s first fuel-cell car, on sale in December last year, and the government is supporting the dissemination of such cars. Development of facilities for the stable supply of hydrogen is also said to be essential for the growth strategy of Japan.

However, there were only 41 hydrogen stations open around the country as of Feb. 17. If the hydrogen supply system is improved, it is expected that it will become easier to open more hydrogen stations. At present, hydrogen is made mainly from fossil fuels such as oil. If it is produced from water using wind power and other renewable energy sources, the impact will be significant. But the method still has many problems, including those related to technology and high production costs.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Kyocera fait pousser des «murs végétaux» sur ses sites

Kyocera fait pousser des «murs végétaux» sur ses sites | Japan Tsunami | Scoop.it
[ Usine de Kyocera d'Okaya - 140 m de rideau végétal ]

- Enerzine :

Dans le cadre de ses activités de protection environnementale et pour aider le Japon à atteindre ses objectifs de réduction énergétique de l'ordre de 15 % suite aux répercutions du tremblement de terre du 11 mars, le groupe Kyocera fait actuellement pousser des « murs végétaux » sur des treillis pour abriter du soleil les fenêtres et les murs extérieurs d'usines et de bâtiments de bureaux sur 19 sites au Japon.

Le feuillage de ces murs végétaux forme un écran, empêchant ainsi le rayonnement direct du soleil et la chaleur de faire augmenter la température à l'intérieur des bâtiments – réduisant ainsi la consommation énergétique des climatiseurs durant les mois chauds été.

Les murs végétaux permettent de réguler la température sur les lieux de travail, réduisant ainsi la charge sur les unités de climatisation et diminuant leur durée de fonctionnement général.

Selon Kyocera, sur certains de ses sites équipés de murs végétaux, "la durée d'utilisation quotidienne des climatiseurs est réduite grâce à l'effet rafraîchissant de ces feuillages pendant les heures matinales de la journée."

Ce n'est pas une première pour Kyocera. Ce dernier a installé son premier mur végétal en 2007 à son usine d'Okaya dans la préfecture de Nagano, au Japon, dans le cadre des activités de la société en faveur de la conservation de l'énergie et de la prévention du changement climatique. Le programme a depuis été adopté par d’autres sites du groupe Kyocera au Japon et a également été repris l’année dernière par certaines sociétés du groupe à l’étranger.

Enfin, cette année, Kyocera organisera également un concours-photo consacré au mur végétal pour encourager ses employés à développer encore davantage ce concept chez eux aussi.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Au Japon, les entreprises se branchent sur l'électricité maison

Dans le nord-est du Japon martyrisé par le séisme et le tsunami de mars 2011, une usine Toyota produit son propre courant: ici, tout le monde se souvient de la grande panne qui avait paralysé la région.

A Ohira, un petit village de la préfecture de Miyagi, le constructeur alimente avec de l'électricité maison son usine de montage où 1.200 ouvriers assemblent chaque année pas moins de 120.000 voitures (Corolla et Yaris).

A première vue, difficile de savoir que ces installations qui venaient à peine d'être inaugurées ont été violemment secouées par le méga-séisme de magnitude 9, comme d'ailleurs toute la préfecture.

Seule aujourd'hui une lourde porte de hangar bloquée mi-close témoigne que, ce 11 mars, toute l'usine s'est arrêtée. D'abord par mesure de précaution, ensuite parce que le courant est resté coupé pendant une semaine, à l'usine et dans tout le village.

Rien ne se perd

La crise passée, "nous avons décidé de produire notre propre électricité", raconte à l'AFP Toshiyuki Nonaka, un responsable de l'usine. Désormais, environ 70% du courant nécessaire aux installations est fourni par une petite centrale au gaz de 7.800 kilowatts. Et rien ou presque ne se perd: la centrale est équipée d'un système de cogénération qui recycle la chaleur produite pour sécher la peinture des carosseries et l'eau brûlante des radiateurs sert à chauffer une serre où l'on fait pousser des poivrons exploités par la maison de commerce... Toyota Tsusho.

Résultat : l'usine peut aujourd'hui continuer à produire même si le courant extérieur est coupé à cause d'un de ces tremblements de terre qui secouent régulièrement la région.

"On produit de l'électricité de secours pour nous, mais aussi pour les entreprises alentour et pour le village", explique Makoto Sogo, un responsable de l'entreprise devant la turbine assourdissante de la petite centrale.

Car cette production privée s'inscrit dans le cadre d'une "communauté énergétique" raccordée à la compagnie d'électricité régionale, la Tohoku Electric Power, dont elle soulage le réseau et qu'elle peut remplacer en partie en cas de coup dur.

Masahiro Atobe, le maire d'Ohira, peut jubiler. "En 2011, la vie quotidienne s'est arrêtée ici. Alors nous voulons éviter à tout prix que ce type de situation ne se reproduise", assure l'édile chargé de 5.600 administrés.

En cas de coupure du réseau électrique, les bâtiments publics d'Ohira pourraient quand même être éclairés et chauffés par l'usine Toyota.

Au moment du désastre de 2011, le Nord-Est était tragiquement en première ligne, d'autant qu'il dépendait en très grande partie de la compagnie d'électricité régionale, une situation d'ailleurs identique dans toutes les autres régions.

Mais depuis, le réseau s'est densifié: aux grandes compagnies régionales s'ajoutent de plus en plus de "petits" producteurs. Et nombre d'entreprises profitent de la libéralisation de la production et de la vente pour s'insérer dans la chaîne, réduisant ainsi le risque de black-out.

"Après 2011, tout le monde s'est rendu compte de la nécessité de gérer le courant soi-même dans une certaine mesure, alors que le pays dépendait jusque-là entièrement des (grandes) compagnies", souligne Takanobu Aikawa, du département Energie de Mitsubishi UFJ Research and Consulting.

Changement énergétique radical "d'ici à dix ans"

Les concurrents de Toyota s'y sont mis aussi. Mitsubishi Motors a équipé l'an dernier sa fabrique de moteurs de Kyoto (ouest) d'une mini-centrale au gaz, à la demande de la compagnie d'électricité régionale.

L'usine d'assemblage inaugurée en juillet dernier par Honda à Yorii (nord-ouest de Tokyo) est quant à elle recouverte de panneaux solaires d'une capacité totale de 2.600 kilowatts et dispose aussi d'une centrale au gaz.

L'entreprise veut ainsi faire face à d'éventuelles restrictions, comme dans la région de Tokyo après le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima qui a entraîné l'arrêt progressif du parc nucléaire japonais.

Autre solution qui semble avoir le vent en poupe pour réduire le risque de coupure: multiplier ses fournisseurs, ce qui est possible depuis que le monopole de la production et de la vente a été progressivement retiré aux compagnies à partir de la fin des années 1990. Nissan a commencé cette année à acheter du courant par ce biais pour quatre de ses sites japonais, dont son siège près de Tokyo.

"Malheureusement, il n'existe pas de statistiques sur cette production +hors compagnies officielles+", regrette M. Aikawa. "Mais les changements qui ont débuté ne s'arrêteront pas et je prévois que la situation énergétique du Japon aura radicalement changé d'ici dix ans".

Et même si le gouvernement japonais compte bien relancer quelques-uns des 50 réacteurs nucléaires de l'archipel, tous à l'arrêt par mesure de précaution après Fukushima, l'avenir pourrait bien, aussi, accorder une place à cette électricité maison.

more...
No comment yet.