Intervalles
Follow
Find tag "France"
56.3K views | +9 today
Intervalles
Transit de scoops bruts cueillis "au vol", vers mes autres sites Scoop.it (Chroniques des DDH, Merveilles, etc...)
Curated by Alcofribas
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Alcofribas from Geography Education
Scoop.it!

An Insider's View Of 19th-Century Paris

An Insider's View Of 19th-Century Paris | Intervalles | Scoop.it

"Charles Marville photographed Paris' transition from medieval hodgepodge to modern metropolis.  Marville made more than 425 photographs of the narrow streets and crumbling buildings of premodern Paris, including this view from the top of Rue Champlain in 1877-1878."


Via Seth Dixon
more...
Seth Dixon's curator insight, October 1, 2013 12:34 PM

This NPR podcast adds some great insight into Charles Marville's 19th century photography currently on display at the National Gallery of Art in Washington D.C.  The urban transformations designed by Haussmann made Paris the global capital of modernity and the many cities around the world copied the principles of Haussmannization.  A photographic glimpse into Paris before and during these changes that brought about social upheaval is a marvelous tool for an historical geographic analysis of urbanization.  

   

Tags: urban, historical, Paris, placeFrancepodcastimages.

Kevin Barker's comment, October 6, 2013 11:38 AM
Little blurb at the top of the link for the gallery :) "Notice: During the federal government shutdown, the offices and all premises of the National Gallery of Art and its Sculpture Garden are closed to the public, and all public programs are canceled. Employees will not have access to their e-mail or voicemail accounts during the shutdown."
Rescooped by Alcofribas from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

ÉDUCATION • “Les bonnes réformes de Peillon”

ÉDUCATION • “Les bonnes réformes de Peillon” | Intervalles | Scoop.it
Solveig Gram Jensen, correspondante du quotidien danois Jyllands-Posten, sur les rythmes scolaires.

 

Courrier international – Le ministre de l’Education souhaite réduire les vacances d’été à six semaines. C’est une bonne idée ?
Solveig Gram Jensen — Oui, pour plusieurs raisons. D’abord par rapport à la qualité de l’enseignement : il est plus productif de faire un effort quotidien régulier que d’avoir des périodes plus courtes mais plus intenses. Ensuite, il y a le côté social : les vacances coûtent cher. Si l’on ne part pas, il faut que quelqu’un surveille les enfants. Je comprends les enjeux en ce qui concerne l’industrie du tourisme français, même si ce secteur n’est pas très développé au Danemark et ne joue donc pas de rôle majeur (voire pas de rôle du tout) dans le débat scolaire. Néanmoins il ne serait pas sérieux de prendre en compte les intérêts d’un secteur industriel si l’objectif était de créer de meilleures conditions d’enseignement pour les enfants.

En primaire, la question de revenir à 4,5 jours au lieu de 4 suscite débats et querelles. Quel regard portez-vous sur le sujet ?
— Encore une fois, je suis d’accord avec le ministre de l’Education : pour les enfants, il est préférable de répartir la semaine d’école sur 5 jours plutôt que sur 4 jours plus denses. Et c’est moins cher de faire garder un enfant un après-midi qu’une journée entière. Ce changement pourrait également renforcer l’égalité hommes-femmes, puisque c’est presque toujours la mère qui travaille à temps partiel pour s’occuper des enfants...


Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.
Rescooped by Alcofribas from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ?

A quand l’éducation de nos spécialistes en enseignement ? | Intervalles | Scoop.it

Fonction régalienne par excellence, l’Education nationale n’en reste pas moins un des ministères qui ne trouve jamais ministre à son pied. Ainsi, fidèle à son habitude, à chaque changement de majorité, chaque gouvernement s’empresse de réformer, avec des projets souvent bien loin de la réalité du terrain.

Une n-ième réforme des rythmes scolaires

            Le projet d’une refonte totale des rythmes scolaires n’était pas une surprise, puisqu’annoncée de longue date par le candidat François Hollande au cours de sa campagne présidentielle. Pour autant, quelle ne fut pas la stupéfaction des Français suite à l’annonce du ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, quant à son projet de réduire la durée des vacances d’été : de huit semaines aujourd’hui, elles passeraient à six semaines, réparties en deux zones distinctes, à l’horizon 2015. A l’image de Xavier Darcos, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qui ne maîtrisait pas la « règle de trois », il semblerait que, là encore, notre ministre ne soit pas fidèle aux principes mêmes de la pensée philosophique, qui invite à s’interroger avant de prendre le risque de déclencher une nouvelle polémique.

Comment peut alors envisager la tenue d’un examen national comme le baccalauréat dans de telles conditions ? A moins que ce ne soit un indice supplémentaire en faveur de la mise en place d’un contrôle continu au lycée, plus favorable aux élèves mais surtout aux caisses de l’Etat : en effet, près de 50 millions d’euros1 par an sont consacrés à ces sacro-saintes épreuves.  La disparation du Baccalauréat entrera-t-elle dans un des prochains projets de loi de finances ?

 

Difficile de n’avoir pu le remarquer, ce bandeau publicitaire qui fleurissait un peu partout pour encourager les jeunes étudiants à s’inscrire au concours d’entrée dans l’enseignement. L’objectif était clairement affiché : recruter, pour la rentrée prochaine, près de 40 000 enseignants supplémentaires pour faire face à la politique de réduction du nombre de fonctionnaires du précédent gouvernement. S’il est un secteur dans lequel l’Etat se doit d’investir, c’est bien envers la jeunesse, mais à quel prix !...


Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.
Rescooped by Alcofribas from Chronique de livres
Scoop.it!

Delfeil de Ton : L'Insensé

Delfeil de Ton : L'Insensé | Intervalles | Scoop.it

"Jean-Christophe Menu vient, dans un premier volume, de compiler ses chroniques (Les Lundis de Delfeil de Ton 1975-1977). Après avoir officié chez Hara-Kiri et, plus tard, chez Charlie Hebdo, l’inénarrable Delfeil de Ton est aujourd’hui chroniqueur au Nouvel Observateur, en plus de collaborer à Siné Mensuel et à L’Impossible. Ce franc-tireur enjoué nous a reçu pour un entretien sans concession au sujet de la presse et du journalisme. Forcément, ça dépote !"


Via Thomas W. Lemaigre
more...
No comment yet.