Intelligence
18 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by BKF-FI
Scoop.it!

Business Intelligence: Comment le fondateur de la marque de cosmétiques BLACK'UP a été évincé

Bonjour,
Je suis Fabrice Mahabo de nationalité ivoirienne, né le 26 septembre 1973 à Odienne (Côte-d’Ivoire). Jeune maquilleur professionnel, j’ai obtenu mon diplôme de maquillage en 1997 dans la prestigieuse école (CHRISTIAN CHAUVEAU A PARIS 8eme arrondissement).
A la sortie de l’école j’ai eu une idée qui s’est avérée géniale de développer une ligne de cosmétiques et maquillages pour femmes noires et métisses dénommée « BLACK UP ». En effet, très vite, je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas sur le marché assez de produits de beauté spécifiquement dédiés à la peau noire et métissée. J’ai alors soumis cette idée à un associé qui a accepté de me suivre. Et nous avons ouvert notre premier « Showroom » à Paris dans le 1er arrondissement, au 12 rue Turbigo. Les activités concernaient en gros la création et le développement des produits, la recherche de contacts professionnels, de fournisseurs et l’organisation des campagnes publicitaires. A cela, il fallait ajouter les différentes démarches administratives et juridiques pour la constitution de la société, la protection de la marque « black up » à l’INPI, la gestion de l’entreprise, chose à laquelle je n’ai pas été formé à l’origine.
Apres deux (2) années d’ouverture, vu le succès de la marque black up, j’ai été contacté par le bureau d’achats du magasin le PRINTEMPS HAUSSMAN à Paris, avec lequel j’ai personnellement signé un contrat d’exclusivité de trois ( 3) ans.
Il faut rappeler qu’en fait, à l’origine, le nom administratif de ma société était « GODO BLACK UP » , en mémoire à mon regretté père, GODO ZOLEBA Guillaume, décédé à ABIDJAN(Côte-d’Ivoire), Et je détenais alors 60% des parts sociales de celle-ci, et mon unique associé 40% des parts et ce, pour un capital de départ de 7500 euros. Au 31 décembre 2009, le capital de la société s’est situé à 3 770 000 Euros, avec un chiffre d’affaires net de 3 585 614 Euros, soit une augmentation conséquente de près de 40 % par rapport à l’exercice précédent.
Après le magasin le PRINTEMPS, j’ai signé un contrat avec la chaine de magasins de produits cosmétiques SEPHORA Paris et notamment avec son établissement des Champs -Elysées. Et, un autre contrat avec les GALERIES LAFAYETTE Paris. Ensuite, j’ai été contacté par la renommée chaine de magasins MACY’S aux USA, où je me suis rendu pour signer le contrat.
En 2004 nous étions à plus de 230 points de ventes. La société commençait déjà à connaître une expansion fulgurante, générant ainsi un besoin en cash flow énorme, au-delà des capacités financières de mon associé et moi. Les banques se sont montrées réticentes à nous suivre, vu notre création récente. C’est à ce moment que mon associé, a fait appel à un investisseur privé pour soutenir le développement de la société. C’est au regard des conditions et des modalités d’entrée de cet investisseur au sein du capital de la société que les choses se sont faites au mépris de la règlementation en vigueur et de l’éthique dans le monde des affaires.
En lieu et place d’une relation financière avec ledit investisseur, j’héritais d’un nouvel associé, sans aucun consentement de ma part!
Bien plus, dès l’arrivée de ce nouvel associé, ce dernier a fait main basse sur la création artistique et le management. Les réunions ne se tenaient plus au siège de GODO BLACK UP, mais plutôt dans les locaux d’une de ses nombreuses entreprises. Je ne prenais plus part aux réunions, car je n’y étais plus convié. Or je continuais à soumettre mes idées de création au nouvel associé qui, ayant constitué une nouvelle équipe, n’avait que faire. L’ambiance au sein de ma société s’est détériorée. Et le personnel, monté contre moi, ne m’adressait plus la parole.
La gérance, me fut retirée, et je fus réduit au simple statut de salarié.
En 2007, j’ai été abusivement licencié avec interdiction totale de fréquenter les points de ventes et le bureau. J’ai également reçu des procès-verbaux d’assemblées générales, auxquelles je n’avais jamais participé, mais prétendument signées de ma main.
C’est ainsi, qu’à ma grande surprise, j’ai vu mes parts sociales diluées au fil du temps au point d’être réduites à…3% du capital social. Depuis mon licenciement, j’ai entamé deux procédures judiciaires, dont une devant le Conseil des Prud’ hommes de Paris (Maître Sandrine AGUTTE, avocat au Barreau de Paris) pour réclamer mes droits bafoués de salarié, et l’autre devant le Tribunal de Commerce de Paris (Maître Honoré EBELLE, avocat au Barreau de Paris) afin de contester les conditions de dilution de mes parts sociales. Toutes ces procédures sont en cours.
A ce jour, aucune proposition sérieuse d’un règlement amiable ne m’a été faite par mes « associés », sauf des tentatives vaines d’intimidation et autres menaces et chantages que je reçois de la part de leurs Conseils, suggérant qu’ils ont « le bras long ».
Cette note a pour but, d’informer tout internaute et la justice française des conditions dans lesquelles j’ai été abusivement traité. Les comportements de mes « associés » sont inhumains et manifestement scandaleux. Cette manipulation peut arriver à tout jeune entrepreneur. Dans de pareilles circonstances, je vous conseillerai de ne pas hésiter à recourir à un avocat indépendant et dûment qualifié afin de faire valoir vos droits car nous sommes bel et bien dans un pays de droits.
Mon devoir était, étant étranger et résidant en France, de travailler dur et de me battre pour m’intégrer au lieu de vivre aux crochets de l’Etat français qui m’a donné l’hospitalité.
Je souhaite beaucoup de courage, d’espérance à tout entrepreneur se trouvant dans la même situation que moi. Il ne serait pas de bon aloi de baisser les bras, le combat doit se poursuivre !
QUE DIEU VEILLE SUR VOUS.
Très cordialement, Fabrice Mahabo

 

Source: http://www.grioo.com/forum/viewtopic.php?t=11736 (2012)

BKF-FI's insight:

L'histoire ne dit pas ce qu'est devenu l'associé de M. MAHABO.

 

La page facebook de M. MAHABO sur laquelle on retrouve des précisions complémentaires sur cette affaire: 

https://www.facebook.com/fabrice.mahabo ;

more...
No comment yet.
Rescooped by BKF-FI from SIVVA
Scoop.it!

La veille informationnelle : enjeux et évolutions

La veille informationnelle : enjeux et évolutions | Intelligence | Scoop.it

La veille professionnelle est aujourd’hui confrontée à de nouveaux défis étroitement liés au développement des technologies de l’information. Décryptage.

 

La veille, démarche qui vise à rationaliser, organiser et systématiser la surveillance de son environnement, et plus particulièrement des mouvements qui pourraient avoir un impact sur son activité, est inévitablement confrontée à la numérisation de l’information et à l’explosion de ses volumes et donc aux aspects techniques qu’il est désormais impossible d’éluder lorsqu’il s’agit d’accéder à l’information et la traiter.

 

Source : http://www.actulligence.com/2014/10/06/veille-informationnelle-enjeux-evolutions/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Actulligence+%28Actulligence.com+-+Intelligence+Economique%2C+Veille+Strat%C3%A9gique%29

 

 

  

Via Lockall
BKF-FI's insight:

Nous avons bien apprécié dans l'article les extraits suivants:

 

"les effectifs de veilleurs et de documentalistes sont aujourd’hui rarement à la hausse et je reste convaincu qu’à ce jour la qualité des algorithmes et des technologies accessibles au commun des entreprises ne suffit pas à pallier les limitations imposées en termes de personnels chargés de la collecte, de la diffusion et de l’analyse de l’information":

Effectivement on ne produit pas du Renseignement avec des "robots multifonction à tout faire" comme aiment souvent à le faire croire les marchands de logimachins dont nombreux ont déjà fait faillite malgré leur pseudo-supériorité technologique. Chez BKF-FI on recourt à autant de veilleurs que requis en "double-aveugle" et on fait tourner plein de logimachins en même temps. Et en plus on n'est pas cher !

 

"La veille est soumise à de fortes contraintes réglementaires, juridiques et contractuelles. Et cela ne semble pas évoluer dans un sens qui facilite les activités de veille":

C'est très judicieux et justifié mais, vu d'Afrique d'où nous sommes, on cherche encore en quoi le droit positif de l'occident pourrait bien nous gêner à chercher là où l'information se trouve parce que si elle a été publiée sur le web c'est justement pour être trouvée...

more...
No comment yet.
Scooped by BKF-FI
Scoop.it!

Precise foundry / Manufacturing of technical or decorative parts made of Bronze .

Our company BKF FRANCE INFORMATIK has a Burkinabe customer, professional in modeling and smelting any part out of true bronze, for technical or decorative purpose.

 

Possibility of manufacturing a single part on the basis of a plan or layout card with dimensions (and even from a picture + dimensions) whatever its complexity or its size, to reproduce a sole part or in small series.


Our company has the task of ensure the promotion of this specific artisanal know-how which can be appropriate for all kinds of needs such restoring of rare objects or old machines.

 

Our company will be your sole interlocutor to take into account your need and to convert it concretely and manage all the useful aspects, from the quotation to the final delivery of the part.

 

For very complex or specific needs, you would be able naturally to reach the workshop in Burkina Faso to overview the production.


Do not miss to consult us

more...
No comment yet.
Scooped by BKF-FI
Scoop.it!

Infomous

BKF-FI's insight:

Exploration graphique du web, des réseaux sociaux, flux RSS sur base de requêtes à caractère sémantique sur le web. Une version moderne du feu moteur Kartoo à même de servir la veille et la surveillance d'environnements ou d'entités communicantes

more...
No comment yet.