Le mouvement du DIY (Do It Yourself) originaire de la culture punk des années 70, croit ces dernières année. En effet, de plus en plus d'émissions télévisés, sites internet ou événements sur le thème du DIY voient le jour, comme par exemple le festival World Makers Faire à New York, en septembre 2012, qui a attiré sur 2 jours 55 000 passionnés et 650 exposants. 
Différentes raisons en sont la cause : méthodes d’apprentissage souvent trop traditionnelles transmises par l’école, crise économique depuis 2007 et développement des outils et lieux numériques qui structurent et rapprochent les passionnés de DIY. 
Après avoir analysé les différentes méthodes d’apprentissage existantes (traditionnelles et modernes), recherché comment les savoir-faire étaient transmit dans les lieux numériques et interviewé différents professionnels dans le domaine de l’habillement et la couture (autodidactes, formation scolaire et réalisation de projet dans un fablab), j’ai compris quelle était la part des outils et lieux numériques dans l’acquisition de savoir-faire et quels étaient leur apport.


Via Vincent Datin, Annabelle Boutet