Logement: voir les choses en face | IMMOBILIER 2015 | Scoop.it

Les Français sont inquiets quant au logement...

Deux indices de l'anxiété collective, d'ordres différents. Le Salon de l'Immobilier de Paris, tout d'abord, qui accueillait le public à la Porte de Versailles cette fin de semaine: avant d'avoir eu les chiffres de fréquentation, je me risque à trahir ici l'impression des exposants, qui ont senti une baisse significative de participation. L'heure est à la morosité, alors même que les promotions commerciales sont là, de nature à séduire les indécis. Seulement voilà, il semble que l'indécision et la tentation de l'abstention tétanisent à la fois la présidentielle et le marché immobilier, pour des raisons peut-être communes d'ailleurs.

D'ailleurs, les salons qui se sont tenus dans les autres grandes villes du pays ce week-end, et ces semaines-ci, ont laissé le même goût.

Le second indice est plus scientifique: pour le Forum pour la Gestion des Villes et des Collectivités territoriales, dont j'anime le travail sur la politique du logement, je viens de faire réaliser par le CSA une enquête auprès des maires de France. Les enseignements sont clairs : 76% d'entre eux considèrent le logement est une priorité, presqu'à parité avec l'emploi (77%). Ce taux, de 61% en 2007 à la veille des précédentes élections présidentielles, s'est aggravé considérablement.

Les maires ont également une conscience accrue du désengagement de l'Etat: 34% le déploraient en 2007, contre 76% aujourd'hui! Ils sont prêts, considérant pour près de 9/10 qu'ils seront jugés sur leur action pour le logement, a utiliser tous les leviers, dont la mobilisation foncière et la construction tous azimuts...

Il serait indécent dans ce contexte de prétendre que tout va bien ou à peu près bien. Indécent aussi de vouloir cantonner l'inquiétude aux mal-logés, alors que toute la population et ses élus sont affectés.


Via Jean-François Jagle