Immobilier
87.3K views | +14 today
Follow
Immobilier
Immobilier,Economie,Décoration,Design.Jardin,Energie,Qualité de Vie,Urbanisme,Transports,Street Arts
Curated by 694028
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by 694028 from L'actualité de l'immobilier
Scoop.it!

Les notaires surpris par l'attentisme de leurs clients en fin d'année

Les notaires surpris par l'attentisme de leurs clients en fin d'année | Immobilier | Scoop.it

L'activité, d'ordinaire très chargée fin décembre, est particulièrement calme, constatent les notaires. L'attentisme semble prévaloir, même si le budget 2013 modifie la fiscalité en profondeur.

« On ne sait pas ce qu'ils attendent, mais ils attendent ! » Pour les notaires, la fin 2012 a un parfum étrange. Contrairement aux autres années, les clients ne se précipitent pas pour boucler leurs opérations patrimoniales à l'approche du 31 décembre. Pourtant, la fin décembre constitue traditionnellement l'un des deux pics d'activité de l'année, avec la fin juin, et cela même si les changements réglementaires ne sont pas considérables. « Notre activité a été très diminuée par rapport à l'an dernier, note Arlette Darmon, notaire chez Monassier. Nous avons toujours beaucoup de dossiers en fin d'année, notamment beaucoup de transmissions. Souvent, nous sommes même submergés. Cette année, ce n'est pas le cas ».

Flux de donations avant l'été.

Malgré le grand bouleversement fiscal provoqué par la loi de Finances 2013, ainsi que par le collectif de fin d'année, l'attentisme semble prévaloir. « Les gens sont assommés », juge Arlette Darmon. La multiplication des mesures et l'instabilité fiscale incitent à la prudence, à la fois chez les particuliers et leurs conseillers. « Nous leur conseillons de faire le dos rond et d'engager le minimum d'opérations, car il est impossible de savoir si ce que nous leur proposons ne va pas être remis en cause  dans quelques mois », souligne un notaire. Les experts disent aussi attendre des précisions de l'administration concernant certaines dispositions...


Via Jean-François Jagle
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from L'actualité de l'immobilier
Scoop.it!

Défiscalisation immobilière en 2013 : les trois règles à respecter

Défiscalisation immobilière en 2013 : les trois règles à respecter | Immobilier | Scoop.it

... Dans un contexte économique global austère et des perspectives en immobilier assez plates, il faudra miser en 2013 sur des valeurs sures.

L'investissement en immobilier locatif en vue de baisser ses impôts est un moyen efficace de cumuler défiscalisation, capitalisation et anticipation de la retraite. Il faut cependant respecter quelques règles simples.

 

Règle numéro un : l'emplacement

Faut-il le répéter : l'emplacement est et restera le nerf de la guerre en immobilier.
En 2013 il faudra se concentrer sur le centre-ville. La politique des communes Françaises est claire et unanime : il faut redynamiser le centre-ville pour attirer une population aisée de cadres et de retraités au pouvoir d'achat important.

...L'immobilier se valorise et les populations qui cherchaient de l'espace en périphérie privilégient maintenant le coeur de ville.

Les immeubles laissés à l'abandon ou mal entretenus sont une aubaine pour les investisseurs. Les programmes immobiliers en Malraux, déficit foncier et Monuments Historiques (MH) sont autant d'opportunités d'investir en centre-ville sur de l'immobilier ancien de qualité, profondément restructuré et rénové.

Les programmes neufs y sont rares et souvent chers. Ils fleurissent cependant dans les opérations de réaménagement urbain et constituent là une opportunité d'investissement à saisir. Ils bénéficient des avantages du centre-ville : accessibilité, commerces de proximité et écoles. Cependant, il est encore tôt pour dire s'ils seront accessibles en loi Duflot.

 

Règle numéro deux : user du bon dispositif fiscal

La défiscalisation étant un bon moyen pour booster la rentabilité de son investissement immobilier locatif, il convient de se servir du dispositif le plus adapté à son profil.

Les contribuables les plus fiscalisés opteront pour le dispositif Malraux...

Les opérations en déficit foncier constituent une niche très intéressante pour les investisseurs percevant déjà des revenus fonciers...
Les fiscalités intermédiaires opteront pour les dispositifs Duflot et Censi Bouvard. L'offre est importante et la mécanique fiscale relativement simple à maitriser. L'avantage fiscal est intéressant en Duflot avec 6000 € de réduction d'impôt par an et la possibilité de faire deux investissements par an n'est pas négligeable. Les 11% de réduction d'impôt liés à l'investissement en résidence meublée sont moins intéressants mais l'avantage est ailleurs...
En Censi-Bouvard il faudra porter une attention particulière à la solidité de l'exploitant, les déboires récents de certains sont à retenir avant d'investir.

 

Règle numéro trois : investir en fonction de ses objectifs

> Défiscalisation : selon le dispositif fiscal utilisé, l'avantage fiscal se réparti de façon différente. Il peut être bref et efficace comme en loi Malraux et MH, ou plus linéaire comme en Duflot ou Censi Bouvard.
> Rente à terme : l'investissement en résidence meublée présente l'avantage d'avoir des loyers garantis par bail commercial et libère l'investisseur de tout souci de gestion.

> Capitalisation : l'investissement immobilier est un excellent moyen de réaliser une épargne forcée et de capitaliser sur de la pierre. Bridée sur de la location meublée avec bail commercial, la capitalisation à moyen-long terme sera plus importante sur un investissement loué nu. En déficit foncier et MH, la plus-value est calculée par la différence entre le prix du foncier et le prix de vente à terme. Les impôts à payer peuvent donc s'avérer très importants à la revente. Les projets Malraux sont proposés en VIR (vente d'immeuble à rénover) et la plus-value est calculée entre le prix d'achat global (foncier + travaux) et le prix de vente à terme.

C'est un paramètre à ne pas négliger dans le calcul de rentabilité de son projet !

 


Via Jean-François Jagle
more...
Ci Transaction's curator insight, December 24, 2013 11:30 AM

Défiscalisation immobilière en 2013 : les trois règles à respecter

Rescooped by 694028 from Immobilier professionnel
Scoop.it!

Immobilier 2013 et 2014 : pourquoi il n'y aura pas de krach ?

Immobilier 2013 et 2014 : pourquoi il n'y aura pas de krach ? | Immobilier | Scoop.it

Immobilier, le krach n’aura pas lieu, voilà le titre de la dernière analyse du cabinet Xerfi pour un spécial « prévisions 2013 et 2014 ». « Il n'y pas eu, il n'y a pas et il n'y aura pas de grand soir de l'immobilier », explique Alexandre Mirlicourtois, directeur des études économiques chez Xerfi, en préambule de son analyse. Selon le scénario de Xerfi, « les prix reculeraient d'à peine plus de 1 % en 2013 et resteraient quasiment stables en 2014. Une correction infime après avoir grimpé en moyenne de 7,6 % par an entre 2000 et 2010 »...

Pourquoi les prix immobiliers ne baisseront pas ?

« Et la question se pose pourquoi ne pas le prévoir ? Pour deux raisons. D'abord, les taux d'intérêt. Leurs niveaux sont historiquement faibles à 3,37 % en octobre dernier. A ces taux-là, nombreux sont ceux qui acceptent de payer des prix très élevés en contrepartie de crédits immobiliers incroyablement avantageux.

Ensuite, il faut se plonger dans la psychologie des vendeurs. Cela fait des années qu'ils voient défiler des progressions à deux chiffres. Et ils ne sont pas près de lâcher ce qu'ils ont eu tant de mal à gagner, qui constitue l'essentiel de leur patrimoine et leur assurance retraite. Car comme le montrent les cas américains, britanniques ou d'Europe du Sud, il faut être en faillite personnelle pour accepter de céder un bien à perte. La France n'en est pas là.

Dans cette phase d'attentisme sur les prix, ce sont les volumes qui trinquent : les transactions sont passées d'un rythme annuel de 835 000 en début d'année à 700 000 en fin d'année, soit une baisse de 13 %. Et une fois n'est pas coutume, toutes les régions sont prises dans le même mouvement, » conclut l’analyste de chez Xerfi.


Via Jean-François Jagle, Philippe Platon
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from L'actualité de l'immobilier
Scoop.it!

Duflot demande un aménagement de la TVA sur le logement

Duflot demande un aménagement de la TVA sur le logement | Immobilier | Scoop.it

La ministre du Logement Cécile Duflot espère un maintien du taux de TVA dans le bâtiment, actuellement fixé à 7%, et qui doit être relevé à 10% à partir du 1er janvier 2014. Pour elle, cette hausse « fragiliserait le secteur », déjà en crise.


Via Jean-François Jagle
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from L'actualité de l'immobilier
Scoop.it!

Immobilier : les vendeurs doivent d'adapter du rêve à la réalité !

Du prix rêvé au prix de vente

...un écart significatif entre le prix souhaité par le vendeur et le prix réel de vente. Ainsi, au premier semestre 2012, si en moyenne, un vendeur espérait obtenir 265 000 euros de sa maison, le prix réel de vente, lui, s’établissait à 247 000 euros. Soit un delta de 18 000 euros ! De même pour les appartements, avec un prix initial moyen de 201 000 euros contre un prix de vente de 188 000 euros. Des chiffres révélateurs du fossé qui se creuse actuellement entre le prix souhaité par le vendeur et le prix réel de vente.

Mon analyse

Alors que le marché est au point mort et que les délais de vente s’allongent et dépasseront bientôt les 100 jours, les vendeurs campent sur des prix utopiques en vigueur il y a 18 mois et plus. Mais si les vendeurs n’ont jamais autant rêvé, les acquéreurs eux, sur la même période, ont été rattrapés par la réalité. Du fait de la disparition du PTZ dans l’ancien fin 2011 et des nouvelles exigences des banques (apport personnel minimum, limitation des durées d’emprunt à moins de vingt ans), leur pouvoir d’achat immobilier s’est contracté.

Les vendeurs doivent s’adapter

Face à un tel constat, mon message aux vendeurs est clair : il faut être pragmatique et s’adapter à la nouvelle donne pour vendre. C’est-à-dire proposer des prix conformes au marché, au besoin en acceptant de revoir ses prétentions à la baisse. C’est justement notre rôle en tant qu’agent immobilier : favoriser la rencontre de l’offre et de la demande. Car, rappelons-le ici, suivre le prix conseillé par un agent immobilier ... est incontestablement le meilleur moyen pour un vendeur de voir son projet aboutir.


Via Jean-François Jagle
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from L'actualité de l'immobilier
Scoop.it!

Chute des ventes dans l'immobilier : avis des professionnels

Chute des ventes dans l'immobilier : avis des professionnels | Immobilier | Scoop.it

Agences immobilières désertes, liste d’annonces immobilières qui s’allongent interminablement, pancartes « à vendre » qui se multiplient aux quatre vents des façades des immeubles… Les facteurs de cette conjoncture morose : prix au m2 trop élevé, crise économique, obtention d’un prêt bancaire difficile, attentisme des investisseurs face à un marché incertain… Conséquences : les transactions s’effondrent. Comment les professionnels de l’immobilier voient la fin de l’année ?

Le phénomène qui s’éternise désespère les professionnels de l’immobilier. En effet, depuis le début de l’année le marché est en chute libre avec des transactions en net recul allant de 17 % à … 40 %.

Les acheteurs potentiels sont pourtant toujours présents et n’attendent qu’une étincelle pour repartir dans les investissements immobiliers. Quelles sont les premières causes de ce désintéressement pour l’investissement locatif ?

Forte hausse du prix au m2

Les biens immobiliers sont encore jugés inaccessibles pour la grande majorité des ménages. Selon Frédéric Monssu, directeur général du réseau Guy Hoquet : « Persuadés que leur logement est le plus beau et parce qu’un voisin a vendu le sien à un bon prix, les vendeurs ne veulent pas baisser le leur. Résultat, la transaction ne se fait pas ».

Des prêts bancaires difficiles à décrocher

Les banquiers sont frileux et demandent toujours plus de garanties avant d’accorder un prêt bancaire. Malgré des taux d’intérêt assez bas, les conditions d’accès sont strictes et ralentissent les velléités des investisseurs.

Que pensent les professionnels ?

« A Paris, l’offre de logements est faible et les acheteurs toujours nombreux, les prix resteront stables en 2012 », énonce Christophe du Pontavice Directeur de Efficity. Il prévoit des baisses de 3 % à Toulouse (Haute-Garonne), Lille (Nord), Lyon (Rhône), Nice (Alpes-Maritimes), voire de 7 % à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Quant au patron de Century 21, Laurent Vimont, il exclut « tout effondrement de prix » mais explique qu’une baisse de 5 à 10 % ferait enfin repartir le marché.

 


Via Jean-François Jagle
more...
No comment yet.
Rescooped by 694028 from IMMOBILIER
Scoop.it!

Immobilier locatif : Cécile Duflot a oublié les investisseurs...

Immobilier locatif : Cécile Duflot a oublié les investisseurs... | Immobilier | Scoop.it

La ministre du Logement Cécile Duflot compte sur les particuliers investisseurs pour relancer le logement à prix abordable. Mais où sont les incitations à le faire ? Et rien n'est proposé pour protéger les bailleurs, notamment contre les impayés...

Comment compte-t-elle les y inciter ? Simplement en leur demandant d'être "intéressés par la pierre, soucieux d'investir leur argent dans une cause utile, celle de fournir un toit à un ménage, plutôt que de placer sur les marchés"...

...concrètement, seules des mesures en faveur des locataires sont à l'ordre du jour : contrôler les loyers, éventuellement les baisser... Pas un mot, en revanche, sur le problème des impayés ou sur la répartition parfois inéquitable des charges entre le propriétaire et le locataire... Encore une fois, ce n'est pas de cette façon que l'on incitera les investisseurs à placer leur argent dans l'immobilier.


Via Jean-François Jagle, ALPHA OMEGA GC Review
more...
No comment yet.