"Il arrive un moment où il faut savoir contester le prix de l'immobilier" | IMMOBILIER 2015 | Scoop.it

les banques ne sont pas les seules responsables du resserrement de l'octroi des crédits immobiliers en ce début d'année. Le niveau de prix indécent des biens immobiliers y est aussi pour beaucoup...

La production de crédits immobiliers a-t-elle ralenti depuis le début de l’année ?

Oui, elle ralentit de manière sensible. En tant que courtiers, nous avons vu affluer un plus grand nombre de candidats à l’emprunt qui ont été rejetés par les banques...Mais c’est aussi une période d’attentisme, pendant laquelle il y a moins de demandes, car les emprunteurs potentiels ne sont pas en confiance.

Pour quelles raisons les banques recalent-elles plus de dossiers ?

Les banques appliquent leurs conditions d’octroi de crédit de manière plus stricte. Des dossiers qui pouvaient passer il y a 6 ou 8 mois, sont aujourd’hui recalés...Mais s’il y a un ralentissement général de la production de crédits, il ne faut pas tout mettre sur le dos des banques !...

Il arrive un moment où il faut savoir contester le prix de l’immobilier ! En tous cas, si vous achetez pour faire de la spéculation immobilière, ce n’est pas le meilleur moment…

Est-ce que vous croyez à la baisse des prix des biens cette année?

Oui. Les primo-accédants sont ceux qui souffrent le plus des prix élevés, ne pouvant plus bénéficier des avantages du prêt à taux zéro (PTZ). Il faut donc bien que les prix s’ajustent. On ne peut pas tirer davantage sur la corde ! Actuellement, nous remarquons un ajustement à la baisse de 5 à 10% en province, ce qui correspond exactement aux avantages que pouvait offrir le PTZ...


Via Jean-François Jagle