Ces Toulousains qui partagent leurs jardins | IMMOBILIER 2014 | Scoop.it
Comment font les petites mains vertes qui n’ont ni balcon ni jardin ? À Toulouse, ces jardiniers-urbains en herbe cultivent, ensemble, leur lopin de terre.

 

Comment font les petites mains vertes qui n’ont ni balcon ni jardin ? À Toulouse, ces jardiniers-urbains en herbe cultivent, ensemble, leur lopin de terre. En bord de Garonne, on bine et sarcle son potager de 200 m2 qui, couplée à sa cabane à outils, a le charme un peu désuet des jardins d’antan. "Issus des anciens jardins ouvriers créés en 1905 à Toulouse, les jardins familiaux ont d’abord une fonction nourricière", explique Claire Méricq la présidente de l’association qui regroupe quelque 420 lopins à Toulouse et Balma. Problème : pour en obtenir un, on s’arme de patience ! Car la liste d’attente est plutôt longue…

En attendant d’obtenir son pré carré, on peut cultiver sa passion à Tourn’Sol, l’association des jardiniers de Tournefeuille. Au milieu des 2 hectares de jardins, on profite des animations (échange de savoir-faire, café botanique, bourse aux plantes…) et on s’inscrit à un atelier pour apprendre, sur une parcelle dédiée, les rudiments du jardinage.

 

Cultiver du lien social

Autre tendance : on anime et entretient collectivement un jardin partagé en plein centre-ville. Au jardin de Pousse Cailloux à Saint-Cyprien, par exemple, la récolte est redistribuée sous la forme de repas en commun ou de paniers entre les jardiniers-urbains. "Tous les mardis soirs et les dimanches après-midi, on se retrouve pour arroser, jardiner, échanger. L’idée n’est pas forcément de récolter, mais de partager un moment agréable", assure Pascale, du jardin du Verrier de l’association Chalets-Roquelaine. Eh oui, dans ces jardins urbains, on cultive surtout du lien.

 


Via Jacques Le Bris